† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Just the way you are

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Just the way you are
Jeu 6 Sep - 18:34

Shin † Rin

Université puis bords du fleuve, le 14 mai 2010 à 17:38.


« Quelqu'un pour venir me calculer la dérivée de f(x) ? »

Je pointe le tableau avec ma craie, parcourant la classe du regard. Bien évidemment, aucun élève ne se propose, comme à chaque fois. Les humains ont une peur inconditionnelle de la mise en avant, je l'ai souvent remarqué. Ils sont si effrayés par l'échec qu'ils ne prennent que rarement le risque. Et pas seulement sur les bancs de l'école.

Je finis par désigner une élève et la regarde résoudre le calcul, lui expliquant calmement et à renfort de sourires où elle a fait erreur. Puis je la laisse aller se rasseoir et efface l'exercice de la surface noire. Je copie consciencieusement les devoirs que mes élèves auront à rendre au prochain cours.

« Et n'oubliez pas que le devoir sur table aura lieu la semaine prochaine. Si vous avez des questions de cours, profitez-en. »

On m'a toujours dit que je faisais un bon professeur et que les élèves m'adoraient. C'est vrai que de l'extérieur, j'ai tout du parfait professeur. Voire du parfait collègue, ami ou autre. Mon absence de sentiments m'évite les défauts du commun des mortels. Quant à l'amabilité, je sais la feindre à la perfection. Et la patience, j'en ai à revendre. Au final, je n'ai rien d'autre à faire de ma vie que suivre les ordres de Takuya. Et heureusement pour notre Père, les rebelles ne sont pas légion.

La sonnerie retentit, libérant mes élèves qui s'empressent de rentrer chez eux. J'attends qu'ils soient tous partis pour les suivre. Un petit arrêt dans la salle des professeurs pour récupérer les copies que je dois corriger, et me voilà parti. J'ai des projets pour la soirée.

Je me dirige vers le parking du lycée et entre dans ma voiture. En quelques minutes à peine, je suis garé à l'Université. Cela fait plusieurs jours que je n'ai pas vu Rin, ma petite amie. Elle ne me manque pas spécialement, mais il est de mon devoir de lui rendre visite régulièrement. Ce n'est pas parce que je ne ressens rien pour elle que je dois la délaisser. Je sais que si j'avais été "normal", j'aurais adoré cette enfant. Elle mérite à être connue. Elle n'en a pas la possibilité à cause de son empathie qui la fait souffrir au moindre contact. Son don m'a toujours intrigué, et lorsque je l'ai compris, j'ai décidé de rester près d'elle. Avec moi, elle ne risque rien.

Je me dirige vers sa salle de cours et l'attends calmement à l'extérieur pour lui faire la surprise. J'entends le professeur à travers la porte. Enfin, ils sortent et je cueille ma fleur au vol.

« Bonsoir mon ange. », la salué-je avec un grand sourire.

Je me penche vers elle et effleure ses lèvres avec douceur en caressant sa main que j'ai pris dans la mienne.

« Tu n'as rien de prévu ? Ça te dit une balade le long du fleuve ? »



Do you trust me... or not ?


Dernière édition par Shin le Sam 1 Déc - 9:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Murasaki Rin
Human † Innocent

avatar


Emploi : Etudiante en langues étrangères
Localisation : Sur le campus de l'université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Jeu 6 Sep - 22:14

« Other difficulties with endonyms have to do with pronunciation, spelling and word category. The endonym may include sounds and spellings which are highly unfamiliar to speakers of other languages, making appropriate usage difficult if not impossible for an outsider. »

Debout devant les autres élèves de sa promo, en parlant lentement et en articulant bien, Rin s'efforçait de lire du mieux possible le texte qui lui avait été assigné. La cloche signalant la fin du cours allait sonner d'un moment à l'autre... Plus que quelques minutes...
Le temps paraissait si long, quand elle essayait tant bien que mal de s'exprimer en langue étrangère, de manière à être intelligible pour satisfaire les 75 paires d'yeux fixées sur elle. Rin releva brièvement les yeux de sa feuille, entre deux paragraphe, pour balayer l'amphithéâtre du regard. Elle n'était pas particulièrement timide, mais pas particulièrement à l'aise non plus dans ce genre de situation. Elle n'aimait simplement pas que les gens la jugent, et c'était précisément ce qu'ils étaient en train de faire, tous, à ce moment précis.
Ils la jaugeaient du regard, guettant la moindre faute dans sa prononciation, la moindre hésitation, le moindre faux pas.

Enfin! Le son de la cloche libératrice tant attendue retentit dans le bâtiment, suivi par un brouhaha de raclements de chaises et d'élèves racontant leurs plans pour le weekend. Rin n'eut même pas eu le temps, après sa présentation, de remonter dans les gradins pour chercher ses affaires que la moitié des étudiants étaient déjà sortis. A quoi bon faire des efforts pour satisfaire leurs regards avides si au final ils ne se souciaient pas plus que ça du dur travail de leurs camarades ? Rin avait l'habitude d'être ignorée, mais cela était toujours aussi douloureux. Elle sorti de l'amphithéâtre seule, n'ayant aucun camarade pour l'accompagner, aucune copine à qui tenir le bras en planifiant joyeusement leur weekend.

Las, son sac en bandoulière se balançant à son épaule à chaque pas lourd, elle sortait dans le couloir, la tête ailleurs, en pensant à 1000 choses, quand elle senti une main lui attraper le coude.
Shin. Perdue dans ses pensées, elle ne l'avait même pas remarqué, l'attendant devant la salle de classe. Et pourtant, il n'était pas le genre de personnes à passer inaperçu facilement... Grand, au visage angélique... Rin remarqua, derrière lui, quelques unes de ses camarades de classe se retourner pour lui lancer des regards appréciateurs. Peu importait. Shin était à elle.

Elle ferma les yeux quand ses lèvres effleurèrent les siennes, et d'un coup, elle sentit toutes ses inquiétudes, et toutes les difficultés de la journée s'envoler.

« Rien de prévu ! Je suis toute à toi ! »

Rin lui offrit un de ses plus beaux sourires. Pas son sourire charmeur qu'elle réservait aux gens qu'elle venait de rencontrer pour qu'ils l'apprécient. Non non. Un sourire sincère. Car elle avait confiance en Shin. Elle le connaissait depuis des années, et il avait été celui qui l'avait toujours soutenue, et qui ne l'avait jamais jugée malgré ses faiblesses.

Elle serra sa précieuse main dans la sienne, pour la réchauffer. C'était devenu comme une habitude pour elle, puisque curieusement, il avait toujours les mains glacées. Mais qu'à cela ne tienne, Rin avait assez de chaleur pour deux.

En montant dans la voiture à ses côtés, Rin entrepris de lui raconter sa journée à la fac, ses hésitations quand à son avenir, tout ces petits problèmes qui lui paraissaient importants, mais qui, elle l'ignorait, étaient probablement totalement non fondés, pour son petit ami, qui avait des choses bien plus importantes à ce soucier...

Alors qu'ils étaient arrêtés à un feu rouge, en direction du parc, consciente de toujours trop parler, elle se tourna vers lui:

« Alors, et ta journée à toi ? »

Shin parlait rarement, de lui-même, de sa vie de tout les jours. Il fallait le pousser un peu... Peut-être n'avait-il simplement pas envie d'en parler ? Mais Rin se sentait coupable de toujours l'abreuver de ses histoires, sans lui laisser réellement l'occasion de s'exprimer, et elle c'était promis d'y faire attention. Après tout, même si ils se connaissaient depuis quelques années, et sortaient ensembles depuis quelques mois, il était toujours assez mystérieux, et au final, elle ne connaissait pas grand chose sur lui...


{Behind those eyes lies the truth and grief
Behind those beautiful smiles I've seen tragedy
The flawless skin hides the secrets within
Silent forces that secretly ignite your sins
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Ven 7 Sep - 8:17

Je la sens triste et résignée alors qu'elle sort enfin de son amphithéâtre. Elle ne me voit même pas et je suis obligé de la retenir si je ne veux pas qu'elle me passe sous le nez. Mais dès qu'elle me voit, un grand sourire prend place sur son visage. Ce genre de sourire que je ne peux m'empêcher de lui rendre.

Elle accepte bien évidemment ma proposition puis s'empresse de serrer ma main dans la sienne. Elle fait toujours ça. Soi-disant que j'ai les mains froides, alors elle s'applique à les réchauffer. Je m'y suis habitué avec le temps, et on peut même dire que j'ai pris goût à ses petites manies. Rin reste la seule personne que j'autorise à me toucher. Oh bien sûr, Takuya aussi, mais il n'est pas du genre tactile, donc cela n'arrive jamais.

Je l'entraîne jusqu'à ma voiture et lui ouvre la portière passager pour qu'elle prenne place, avant de me diriger vers le volant. Tout le long du trajet, elle me raconte sa journée, que j'écoute avec plus ou moins d'attention. Les récits humains ne sont guère intéressants, mais pour elle, je fais cet effort. Et comme à chaque fois, elle finit par me retourner la question.

« Pas grand chose à raconter. Les mathématiques ne sont pas devenues intéressantes depuis la dernière fois. », déclaré-je avec un petit rire.

Je pose ma main sur son genou et le serre tendrement.

« Et puis, je préfère t'écouter parler. »

Nous arrivons enfin et je me gare avant d'aller ouvrir la portière de ma compagne. À peine est-elle sortie de l'habitacle que je la prends par la taille et la serre contre moi en allant respirer son parfum à la base de son cou.

« Tu m'as manqué. »

Et bien que j'ai du mal à l'avouer, ce n'est pas totalement faux. Rin me permet d'oublier un peu qui je suis et la menace constante qui pèse sur moi. Elle est la seule à ne pas me voir comme un monstre. Et pourtant, j'en suis un. Je regrette seulement de ne pas pouvoir lui rendre l'amour qu'elle me porte. Un amour dont je ne sais rien au final. J'en ai lu des livres, mais qui peut dire connaître une chose lorsqu'il ne l'a jamais expérimenté ? Je ne suis qu'un bloc de glace qui sait refléter la lumière du soleil pour faire croire qu'il possède un peu de chaleur. Mais un bloc qui jamais ne fond et jamais ne fondra. C'est ainsi que j'ai toujours été, déjà humain, puis ange.

Je me sépare de Rin et dépose un baiser papillon sur ses lèvres avant de saisir sa main. Nous descendons les marches menant à la piste longeant le fleuve et commençons notre balade.

« Dis-moi Rin... est-ce que tu es heureuse ? »

Si tu l'es, alors c'est tout ce qui compte.



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Murasaki Rin
Human † Innocent

avatar


Emploi : Etudiante en langues étrangères
Localisation : Sur le campus de l'université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Ven 7 Sep - 23:15

Rin avait pris l'habitude de toujours parler. Shin avait été son professeur, au lycée, et déjà à cette époque, il semblait le seul à réellement s'intéresser à son cas, et à ne pas simplement la considérer comme « l'élève malade ». C'était d'ailleurs pour cette raison qu'ils étaient restés en contact même après que Rin ait décroché son diplôme. Parce qu'il montrait de l'intérêt envers la jeune fille. Pas de la curiosité malsaine, comme certains de ses petits camarades, mais un réel intérêt non seulement pour sa maladie, mais aussi pour elle, en temps que personne. Depuis, ils s'étaient vus à de nombreuses reprises, autour d'un café, après les cours, et Rin lui racontait la fac, sa petite vie de tout les jours, et aussi ses crises, cette maladie mystérieuse qui lui gâchait la vie.
Leur relation avait tout naturellement évolué, avec le temps, en une relation de couple. Ce serait mentir que dire que Rin n'avait pas eu le béguin pour Shin déjà quand il était son professeur. Mais ce n'était qu'un béguin, comme la moitié des filles de sa classe, qui bavaient à chaque cours sur le beau professeur de mathématiques. Mais jamais, non jamais, Rin n'avait espéré qu'elle puisse l'intéresser, dans le sens romantique du terme, un jour.

Il était devenu son confident, puis son petit ami, mais au final, elle ne le connaissait pas si bien. Il savait tout d'elle, ses angoisses les plus secrètes, ses peurs les plus effroyables. Elle lui faisait entièrement confiance, lui donnait tout. Elle ne demandait pas grand chose en retour, juste quelqu'un à qui parler, quelqu'un qui s'intéresse réellement à elle, quelqu'un qui l'aime. Mais, parfois, elle avait peur qu'il n'ait pas assez confiance en elle. Il était très secret, très discret, il n'aimait pas parler de lui. Elle ne savait même pas si il avait des frères et soeurs, par exemple, ou bien le métier qu'exerçaient ses parents. Elle ne savait même pas si ils étaient toujours vivants, d'ailleurs. Mais se sentiment de bien-être et de sécurité qu'il lui apportait était, pour elle, bien plus important que ces détails futiles.

Même si pour l'instant, il affirmait préférer l'écouter parler, elle était persuadée qu'un jour, il aurait besoin d'elle, il aurait besoin de parler à quelqu'un. Et ce jour, elle serait là, à ses côtés, le soutenant exactement comme il l'avait fait pour elle. C'est ce que Rin se promis, quand il la serra dans ses bras, en sortant de la voiture. Le visage enfouis contre son torse, la jeune fille ferma les yeux, profitant de la douceur de son pull contre sa joue, espérant que l'air chaud qu'elle soufflait doucement contre son coeur puisse réchauffer, à travers le tissus, la peau glacé de son bien-aimé.

« Tu m'as manqué aussi. Je n'ai pas arrêté de penser à toi. »

Ses mots étaient sortis comme un murmure, mais elle était certaine qu'il l'avait entendue. Il l'écoutait toujours, et il entendait et retenait chaque mots qu'elle disait. Un doux baiser, comme pour confirmer que oui, il avait bien entendu sa déclaration. Parfois, les gestes parlaient mieux que les mots.

Entremêlant leurs doigts, ils commencèrent à se promener le long de la rivière, étincelante sous le soleil. C'est à ce moment que Shin posa une question plutôt inattendue. Était-elle heureuse ? La jeune fille leva les yeux vers lui, observant son profil. Qu'entendait-il par là ? Heureuse avec lui ? Heureuse dans la vie de tout les jours ? Peut-être essayait-il de lui faire comprendre que lui, il n'était pas heureux ?

« Qu'est-ce qu'il se passe ? Quelque chose te tracasse, Shin ? »

Toujours en tenant sa main fermement serrée dans la sienne, elle la porta à ses lèvres et déposa un baiser dessus.

La suite se passa en un rien de temps. Un homme tout en noir apparu dans le champs de vision de Rin, au loin, et aussitôt, elle ressenti une vive douleur, comme si quelqu'un l'avait violemment frappée d'un coup de genou dans le ventre. Sous le coup de la douleur, la jeune fille se plia en deux, les larmes aux yeux, ayant du mal à respirer. Elle haletait, essayant tant bien que mal de reprendre sa respiration, mais le choc était trop important. Elle tomba à genoux au sol, le visage crispé. Une crise. Jamais, jamais elle ne pourrait avoir une vie normale. Jamais elle ne pourrait passer une bon moment avec qui que ce soit. Cette saleté de maladie allait toujours tout gâcher, pour le restant de ses jours. Si seulement elle pouvait en comprendre la cause...


{Behind those eyes lies the truth and grief
Behind those beautiful smiles I've seen tragedy
The flawless skin hides the secrets within
Silent forces that secretly ignite your sins
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Mar 11 Sep - 15:59

Spoiler:
 

Il fallait l'avouer, Shin n'avait jamais porté grand intérêt à quoi que ce soit, si ce n'est la Mort. Tout jeune déjà, il était passionné par ce phénomène. Il fallait dire que peu de livres expliquaient le phénomène et les réponses à ses questions étaient trop vagues et changeantes. Shin voulait des valeurs sûres. Il voulait savoir ce qu'il y avait après. Il voulait savoir où était sa maman. On lui disait souvent qu'elle était au ciel et qu'elle le surveillait. Puis plus tard, on se contenta de lui dire qu'elle était six pieds sous terre, dans le cimetière de la ville. Shin, lui, n'avait jamais su qui croire. Il voulait simplement voir sa mère, celle qui était morte en lui donnant la vie.

À l'âge de treize ans, Shin poussa involontairement un de ses camarades de classe dans la Tamise. Et alors qu'il le voyait se débattre dans le courant, la seule pensée qu'il eut fut:

« Il va rejoindre maman. »

Après ça, Shin commença à provoquer des « accidents ». Puis son obsession l'entraîna dans les meurtres. Il n'oubliait jamais de laisser un message pour sa mère à ses victimes avant de regarder leur regard s'éteindre. Shin ne connaissait pas la pitié. En fait, il ne connaissait pas grand chose. Sa famille avait vite commencé à l'ignorer quand ils avaient compris que l'enfant était né avec une tare rare. L'enfant était incapable de ressentir la moindre émotion. Il n'avait pas conscience du bien et du mal. Tout ce qui l'intéressait était cette question sans réponse qu'était la Mort.

La réponse, il l'avait finalement trouvée en mourant à son tour. Et une fois que ce fut fait, sa vie redevint terne et sans intérêt. Il obéissait à son maître et vivait sa vie sur Terre ou dans les Cieux, sans se soucier de rien ni personne. Jusqu'à ce qu'elle apparaisse. Murasaki Rin n'avait que 15 ans lorsqu'il la rencontra pour la première fois. Mais il sut au premier regard que cette enfant était spéciale. Au fil du temps, il réalisa qu'elle était son exact contraire. Si lui ne possédait aucune empathie, elle en avait trop.

Shin avait trouvé en Rin sa nouvelle raison de vivre. Elle était son énigme, cette personne qu'il cherchait à comprendre. Et il l'enviait. Oh, pas vraiment bien sûr, puisqu'il n'était pas capable de ressentir ce sentiment. Mais au fond, tout au fond de lui, il aurait voulu être un peu plus normal. Si elle avait trop d'empathie, peut-être arriverait-il à comprendre comment les sentiments fonctionnaient ?

C'est ainsi que Shin s'était retrouvé à fréquenter Rin puis à partager sa vie. Certes, il ne l'aimait pas comme elle l'aimait, mais elle était la seule à éveiller son intérêt. Et puis, il aimerait lui aussi savoir ressentir les choses. L'aimer, un jour, peut-être. C'était une théorie qu'il trouvait intéressante et qu'il étudiait dès qu'il le pouvait. Des fois, comme ça, il lui posait des questions qui pouvaient sembler étranges. Qui pouvait demander à quelqu'un s'il était heureux ? Shin, forcément.

« Tu m'as manqué aussi. Je n'ai pas arrêté de penser à toi. »

C'était ça le manque alors ? Penser à la personne quand on n'est pas avec elle ? Shin nota ce détail dans un coin de sa tête. Le manque. Une nouvelle notion.

« Qu'est-ce qu'il se passe ? Quelque chose te tracasse, Shin ? »

Il ne savait pas vraiment quoi répondre à la question. Le tracas. Il n'en avait aucune idée. Alors il nia de la tête en souriant. Il ne savait pas trop ce qu'était le bonheur non plus, mais il se dit que ça devait très certainement ressembler à ces moments qu'ils passaient ensemble.

Soudainement, Rin se plia en deux en gémissant. Shin s'accroupit aussitôt à sa hauteur, cherchant à savoir ce qui n'allait pas. Puis il le sentit. Un Démon se déplaçait non loin d'eux. Rin devait très certainement être victime de ses sentiments. Il se plaça face à elle, lui tenant les épaules, et l'obligea à le regarder dans les yeux.

« Rin, écoute-moi. Il faut que tu penses à autre chose d'accord ? Pense à n'importe quoi d'autre que cette douleur. »

Il s'approcha de son visage sans pour autant rompre le contact visuel trop important. Du bout des lèvres, il l'embrassa pour l'apaiser, sans cesser de la regarder.

« Pense à moi Rin. », murmura-t-il.

Spoiler:
 



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Murasaki Rin
Human † Innocent

avatar


Emploi : Etudiante en langues étrangères
Localisation : Sur le campus de l'université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Sam 15 Sep - 23:16

Spoiler:
 

Faible. Vulnérable. Si fragile qu'un petit rien pourrait la briser, l'anéantir. Voilà comment Rin se sentait chaque fois qu'elle était prise d'une crise. Et impuissante, aussi. Car elle ne pouvait rien y faire, elle était condamnée, condamnée à subir sans jamais pouvoir intervenir sur sa condition. Inutile, sans aucune valeur.
Parfois, dans ces moments, elle se demandait ce qui poussait Shin à rester avec elle, alors qu'elle lui compliquait terriblement la vie. Que cherchait-il ? Il était grand, beau, et intelligent, il pourrait obtenir n'importe quelle fille, si il le désirait. Mais il avait décidé de s'attarder sur le cas Murasaki Rin, le canard boiteux. Il y avait parfois des hommes qui aimaient jouer les preux chevaliers, sauvez les damoiselles en détresse... Rin avait déjà rencontré des hommes de ce type. Ils la trouvaient mignonne, s'attachaient à elle. Une jolie poupée, une fille mignonne dont il faut s'occuper. Mais la charge de travail était trop lourde, les crises trop imprévisibles. Malgré le désir que leur évoquait la jeune fille, il était impossible ne serait-ce que de la draguer ou de flirter, sans que ces maudites crises ne prennent le dessus. Une perte de temps.
Étrangement, Rin n'avait jamais eu ce problème avec Shin. Même dans les moments où elle était seule avec lui, elle se sentait bien, physiquement et mentalement. Et il la traitait avec douceur, sachant qu'elle était totalement inexpérimentée en matière de relations. Shin était toujours patient, presque comme si il avait l'éternité devant lui...

Alors que la douleur était perçante, c'est donc tout naturellement que Rin tourna son regard vers lui. Quand une crise intervenaient, l'entourage de la jeune fille était généralement paniqué. Sa mère, qui pourtant était habituée depuis la plus tendre enfance de la jeune japonaise à ce genre de réactions, devenait alors très agitée, brassant de l'air, se demandant ce qu'elle avait bien pu faire au Ciel pour que la chair de sa chair ne soit victime d'une telle malédiction. Le père de Rin, lui aussi, se sentait totalement impuissant. Paniquant, il attendrait que cela passe, sachant très bien qu'il ne pouvait rien faire d'autre pour sa fille chéri. Mais Shin, lui, était différent.
Son visage devenait impossible. Shin n'était, à la base, pas quelqu'un de très expressif, mais dans ces conditions, son visage devenait de marbre.
Elle croisa son regard, et il planta ses yeux dans les siens, cherchant à capter son attention. Comme si il voulait la divertir. La divertir de quoi exactement ? Sa douleur ?
La sensation des mains du jeune homme sur ses épaules lui apportait déjà une source de réconfort. Du soutient. Il la soutenait, fortement, ne la laissant pas se rouler dans la douleur, mais au contraire lui permettant d'y faire face.
Elle sentait son souffle, frais sur son visage, apaisant. Ses lèvres caressant les siennes.

« Pense à moi, Rin. »... Quel drôle de conseil. Qui, alors que sa petite amie était prise d'une violente crise de douleur, la regarderait dans les yeux en l'intimant de penser à lui ?
Aspirant, expirant, Rin essayait de calmer la douleur qui s'agitait au fond d'elle. Instinctivement, toujours accroupie, la jeune fille tendit les mains vers lui, à la recherche d'un peu d'aplomb, de stabilité, posant les mains sur son torse, sentant les plis du tissus, très doux, lui caresser les doigts.
Toujours en essayant de maitriser sa respiration, elle décida de lui faire confiance, et de suivre ses conseils. Après tout, ses conseils avaient été, jusqu'à présent, les meilleurs qu'elle n'aient jamais reçu.

Alors elle plongea les yeux dans les siens, et força son esprit à se concentrer pleinement sur son amoureux. Elle le fixait, tout en essayant de capter le maximum de lui avec ses cinq sens. Ses mains fermement sur ses épaules, son torse se soulevant à chaque respiration, la couleur de ses yeux, son parfum qui lui chatouillait le nez, le son de sa voix résonnant encore à ses oreilles, le goût de ses lèvres... Plus rien n'existait en dehors de Shin. Il était partout à la fois, tout autour d'elle, il n'y avait plus que sa présence à lui, le reste n'existait plus.

Aussitôt, la jeune fille poussa un soupirs, et se laissa doucement tomber dans ses bras, le front reposant contre son torse. Ses doigts étaient toujours enlacés dans les pliures de son pull, l'étreinte du jeune homme forte autour d'elle, son odeur plus que jamais entêtante, et Rin ne ressentait plus rien en dehors de cela. Trop enivrée par sa présence, qui accablait maintenant tout ses sens, pour s'en rendre compte, Rin ne sentit par la douleur disparaître aussi vite qu'elle était arrivée. Le calme absolu, comme si quelqu'un avait soudain éteint la radio mal réglée qui grésillait au fond d'elle.

« Shin... »

Elle commençait peu à peu à reprendre ses esprits, sortant de sa transe. Pourtant, elle ne voulait pas quitter ce cocon, cette bulle protectrice dans laquelle elle se sentait en sécurité.
Mais elle reprit brusquement conscience de la situation, de son entourage.
Elle était accroupie, sur la promenade au bord de la rivière, dans les bras d'un jeune homme. Les yeux écarquillés, prenant une grande aspiration, elle releva brusquement la tête, interrogeant Shin du regard.
Que c'était-il passé exactement ? Elle avait l'impression d'avoir été droguée, ou bien mise sous morphine, comme si on l'avait soudain, l'espace de quelques secondes, enveloppée dans du coton, d'une douceur et d'une neutralité tellement agréable qu'elle en était presque addictive.

« Désolée... Je ne comprends pas vraiment ce qu'il c'est passé... »

Elle était un peu perdu. C'était la première fois qu'elle réussissait, presque volontairement, à stopper une crise.


{Behind those eyes lies the truth and grief
Behind those beautiful smiles I've seen tragedy
The flawless skin hides the secrets within
Silent forces that secretly ignite your sins
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Dim 16 Sep - 21:57

Shin le voyait très bien: Rin souffrait. Un instant, il se demanda ce qu'était la souffrance. Cela semblait si désagréable. Ses cibles souffraient-elles aussi lorsqu'il les tuait ? Certainement. Mais Shin était bien plus sensible à la souffrance de sa petite amie qu'à celle des innombrables Anges qu'il tuait. Il voyait une pellicule de transpiration se former sur la peau de la jeune fille et essuya doucement son front, dégageant ses cheveux dans le geste. Son regard était fiévreux. L'entendait-elle ? Peut-être pas...

Ses yeux bougeaient à toute vitesse, perdus, et ses doigts s'accrochèrent au pull léger que portait Shin. Celui-ci sentit les doigts fins de Rin à travers le tissu. Ils tremblaient. Puis il la vit se concentrer, ses sourcils se rapprochant en une mine sérieuse. Plus rien ne semblait compter pour elle, hormis lui. Il ne put s'empêcher de l'encourager en pensée. Mais il ne s'attendait absolument pas à ce qu'elle y arrive du premier coup. Il haussa momentanément un sourcil en la voyant se calmer.

La tête de la jeune femme heurta son torse avec douceur et il s'empressa de resserrer ses bras autour des ses épaules frêles. Elle ne tremblait plus. Sa respiration s'était calmée et il sentait son souffle léger au travers des mailles de son pull. La douleur l'avait considérablement épuisée. Il la soutenait pour ne pas qu'elle s'écroule. Et lorsqu'elle lui lança un regard interrogateur, il l'aida à se relever et lui dédia un sourire rassurant.

« Tout est lié au cerveau Rin. La douleur également. Parfois, il suffit de penser à autre chose pour qu'elle passe. Je... J'ai voulu voir si cette théorie marchait... »

Il sentit la faiblesse de sa petite amie contre lui et la retint. Ses jambes la lâchaient. Avec douceur, il passa un bras derrière celles-ci et la souleva dans les airs à la manière d'une princesse. Puis il s'approcha du banc le plus proche et l'y déposa avant de s'accroupir devant elle. Leurs mains se trouvèrent automatiquement.

« Je suis fier de toi mon ange... »

Shin déposa un baiser sur son front en se redressant.

« Je vais te chercher à boire d'accord ? Attends-moi là. »

Il avait un compte à régler. S'éloignant à grandes enjambées, il repéra sans difficulté le Démon qui était à la source de la crise de Rin. Et au regard de celui-ci, il devina que sa haine était entièrement dirigée vers lui. Il posa sa main sur l'épaule du Démon et la compressa.

« Je ne vais pas te tuer aujourd'hui. Mais je te déconseille de recroiser ma route. »

Sa poigne se resserra, amenant une grimace de douleur sur le visage de l'autre.

« Et aussi... ne t'avises plus de faire souffrir ma petite amie. »

L'os de l'omoplate craqua, arrachant un cri de douleur au Démon. Shin le lâcha, le laissant tomber derrière le bosquet où il s'était réfugié. Il devait retourner voir Rin. Il espérait que la douleur du Démon ne l'avait pas affectée à cette distance. Mais avant, il avait des boissons à aller chercher...

Spoiler:
 



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Murasaki Rin
Human † Innocent

avatar


Emploi : Etudiante en langues étrangères
Localisation : Sur le campus de l'université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Mer 19 Sep - 0:11

Un peu sonnée, dans les vapes, Rin se sentit quitter le sol et compris que Shin la portait. Elle secoua la tête, pour reprendre ses esprits et tenter de comprendre ce qu'il venait de se dérouler.
Avait-elle réussi, comme Shin l'avait expliqué, à stopper la crise par elle-même, rien qu'en se concentrant sur autre chose ?
La jeune fille avait déjà essayé cette technique dans le passé, mais ses expériences n'avaient jamais été concluante. Elle pensait fort à sa mère, par exemple. Sa pauvre mère qui se faisait un sang d'encre pour sa fille. Elle se concentrait sur elle, sur le fait de ne pas la décevoir, de masquer sa douleur pour la rassurer, de la faire disparaître... Mais elle n'avait rencontré, à présent, que des échecs cuisants. Peut-être qu'il était plus facile pour Shin d'accaparer son esprit ? Elle se laissait plus facilement et plus volontiers envouter par le jeune homme que par sa mère... Et la présence de Shin directement à ses côtés devait très certainement y être pour quelque chose, si effectivement il était la cause ayant mis fin à sa crise.

Rin avait déjà connu des crises abominables, s'arrêtant d'un seul coup. Mais dans ces cas là, elle avait immédiatement repris ses esprits, elle n'avait pas eu cette sensation de flottement, ce vide. Son corps c'était, l'espace de quelques instant, totalement engourdi, comme si elle avait été anesthésiée. C'était la toute première fois que ce type de ressenti se manifestait: le fait de ne plus rien ressentir du tout. C'était une sensation bizarre, mais très grisante. La jeune fille pourrait-elle la reproduire, uniquement en pensant à Shin ?
Quand il se pencha vers elle, elle serra instinctivement ses mains dans les siennes, et hocha la tête quand il se proposa d'elle chercher des boissons, sans vraiment l'entendre.

Quand il s'éloigna, Rin ressenti une vague de froid l'envahir. Il commençait à se faire tard, et le ciel s'assombrissait doucement. Rin frissonna doucement. Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait froid, jusqu'à présent. Elle s'agita un peu sur le banc, s'étirant. Les sens de la jeune fille se réveillaient doucement, comme après une longue sieste. Elle sentait de nouveau le vent souffle dans ses cheveux courts, le bois frais sous ses jambes.

Elle ressenti un faible tiraillement dans la poitrine. Rien de bien sérieux, un picotement. En tournant la tête, elle aperçu Shin, au loin. Il semblait parler avec un homme tout en noir. Elle plissa les yeux pour essayer de mieux vieux, mais ils disparurent tout les deux derrière les buissons, un peu plus loin. Le tiraillement cessa, et, quelques instants plus tard, Shin réapparu à ses côtés avec une boisson qu'il lui glissa dans les mains.
Rin se sentait beaucoup mieux maintenant.

« Désolée pour tout à l'heure. Et merci pour ton aide. »

Elle effleura la main du jeune homme du bout des doigts, tendrement. Elle avait beaucoup de chance de l'avoir à ses côtés, elle en était bien consciente. Un jour, peut-être, il se lasserait de cette vie infernale qu'elle lui imposait. Mais ces souvenirs, ces gestes, resteraient pour toujours gravés dans la mémoire de la jeune japonaise.
Elle n'osait pas le regarder dans les yeux. Il y avait, dans son étrange réaction après sa crise, quelque chose d'un peu embarrassant. La façon dont elle s'était noyée en lui, la façon dont elle avait eu l'impression de ne faire qu'un avec lui, en perdant toute notion de la réalité. Et ce sentiment étrange, ce manque de sensation, de ressenti... Rin se perdit dans ses pensées quelques instants, avant de se rendre compte qu'elle était silencieuse depuis trop longtemps, ce qui était contraire à ses habitudes.

« Tu as parlé avec quelqu'un ? J'ai cru voir un homme, là-bas... Habillé en noir... Qu'est-ce qu'il te voulait ? Il avait l'air un peu étrange... Tu le connais ?»

Elle avala quelques gorgées de jus de pomme en lançant un regard interrogateur à son petit ami. Ce n'était pas dans ses habitudes de parler avec des inconnus.
La jeune fille frotta, sans vraiment s'en rendre compte, sa poitrine, juste au dessus du coeur. Le tiraillement recommençait... Ce n'était pas une sensation vraiment douloureuse, mais plutôt désagréable. Un parasite. Quelque chose d'agaçant. Du coin de l'oeil, elle aperçu vaguement les buissons remuer, là où Shin et l'homme en noir avaient tournés, quelques minutes auparavant.

« Tu sais, ça peut paraître un peu idiot à dire mais... Je crois que j'ai réussi à arrêter ça, cette crise, moi-même. C'est la première fois que quelque chose comme ça se produit, c'était étrange. Comme si d'un coup, d'un seul, je ne ressentais plus rien. Tout était... Calme. Bizarrement neutre. Je n'avais jamais ressenti un truc pareil avant... Enfin si ! A l'hôpital, lors d'un anesthésie... C'est bizarre, non ? »

Par dessus sa bouteille de jus de fruit, elle lança un regard en coin à Shin, qui l'observait. Elle était encore un peu gênée à cause de sa réaction.

« Je dois être complètement folle. », dit-elle, un petit sourire amusé apparaissant sur ses lèvres, la main sur le coeur, frottant doucement, comme pour apaiser ce tiraillement.


{Behind those eyes lies the truth and grief
Behind those beautiful smiles I've seen tragedy
The flawless skin hides the secrets within
Silent forces that secretly ignite your sins
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Ven 28 Sep - 18:49

Shin se dépêcha de se rendre au distributeur le plus proche et prit deux cannettes de jus de pomme. Il devait l'avouer, le Japon - et l'Asie en général - était bien pratique pour ces distributeurs. On en trouvait à tous les coins de rues. Pas comme en Angleterre où il avait vécu. Certes, ces machines n'existaient pas à l'époque, mais il savait que l'Europe ne possédait pas de distributeurs dans les rues.

Ses boissons en main, il revint vers le banc, rassuré d'y voir Rin. Elle avait l'air d'avoir retrouvé quelques couleurs. Il lui tendit la boisson, sachant qu'elle faisait partie de ses préférées, avant de s'asseoir à ses côtés. Elle le remercia avant de s'excuser.

« Pourquoi t'excuser pour quelque chose dont tu es la victime ? Et je serais un piètre petit ami si je n'étais pas resté à tes côtés, tu ne penses pas ? »

Les doigts de Rin caressèrent doucement les siens. La jeune fille semblait perdue dans ses pensées, ses yeux dans le vague. Elle resta un moment silencieuse avant de se ressaisir.

« Tu as parlé avec quelqu'un ? J'ai cru voir un homme, là-bas... Habillé en noir... Qu'est-ce qu'il te voulait ? Il avait l'air un peu étrange... Tu le connais ?
- Oh, un ancien élève. Mais je crois qu'il a mal tourné... c'est triste. »

Shin se laissait rarement, voire jamais, prendre de cours. Il mentait et inventait des excuses aussi facilement qu'il respirait. Son absence de jugement du bien et du mal devait certainement aider à cela. Il ne pouvait culpabiliser puisqu'il n'avait même pas conscience que ses actes étaient mal. Bien sûr, il le savait pour l'avoir lu dans de nombreux ouvrages. Mais était-ce vraiment mal de vouloir laisser Rin à l'écart des Anges, Démons et autres espèces de ce genre ?

La déclaration de la jeune femme le laissa pensif. Ainsi, c'était l'effet qu'il avait eu sur elle ? Un anesthésiant. C'était intéressant comme fait. Son absence de sentiment, en plus de ne pas l'atteindre, permettait même de la calmer. Serait-il possible que leurs « maladies » soient complémentaires ? Lui n'ayant aucun sentiment, elle en ressentant trop. La question méritait que Shin y consacre toute son attention.

« Folle ? Parce que tu as des crises sans raison ? Bien sûr que non. »

Il termina sa boisson et jeta la cannette dans la poubelle non loin.

« D'ailleurs, tu ne t'es jamais dit que cette maladie n'en était peut-être pas une ? Tu es peut-être juste... plus sensible aux choses que la normale. Tu sais, comme ces gens qui sont capables d'enlever le feu des brûlures ou de ressentir la présence d'esprits. On ne les prend jamais vraiment au sérieux, mais au fond ce sont juste leur cerveau qui a des parties plus développées et les rend plus sensibles. Un peu comme des humains au-dessus de l'humain de base. »

Shin ne savait pas vraiment s'il était judicieux de laisser des indices à Rin sur la véritable cause de ses crises. Mais si elle parvenait un jour à le comprendre d'elle-même, peut-être arriverait-elle à les contrôler. Or, cela supposait qu'elle croit à son hypothèse sans lui rire au nez. Pour ne pas paraître trop suspect, Shin lui dédia un petit sourire.

« C'est moi que tu dois penser fou non ? Mais au fond, si c'était la véritable explication, tu pourrais réussir à considérer ça comme un don de Dieu plutôt qu'un fléau. Je me plais à penser qu'un jour tu seras heureuse, en ayant accepté cette partie de toi. »



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Murasaki Rin
Human † Innocent

avatar


Emploi : Etudiante en langues étrangères
Localisation : Sur le campus de l'université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Sam 29 Sep - 23:21

Un ancien élève ayant mal tourné ? Rin laissa son regard se perdre au delà des buissons, quelques instants. Shin pouvait sembler froid au premier abord, mais il semblait réellement s'inquiéter pour les adolescents qu'il croisait dans le cadre de son travail. Quand il avait été son professeur, il avait été le seul membre du corps enseignant à réellement s'intéresser à elle, à ses problèmes, et à la soutenir. Et à présenter, il prenait quelques minutes pour discuter avec un ancien élève qui rencontrait lui aussi des problèmes... Rin était terriblement fière de son petit ami. C'était un jeune homme droit, honnête et remarquable, avec un cœur en or, même si à priori, il ne le montrait pas.
Rin, sirotant toujours son jus de fruit, serrant amoureusement la main du jeune homme dans la sienne. Elle était consciente d'avoir énormément de chance d'être tombée sur quelqu'un d'aussi extraordinaire que lui. Elle n'avait, bien évidemment, pas le moindre soupçon quant aux réelles motivations de Shin.

« Au dessus de l'humain de base ? J'aime cette explication... Mais tu dis ça parce que tu sais que je suis quelqu'un d'exceptionnel ! »

La jeune fille fit un clin d'oeil à son petit ami avant de déposer un rapide baiser sur sa joue. Elle ne savait pas vraiment comment interpréter les paroles de Shin... Pensait-il sérieusement qu'elle avait un don ? Qu'elle était, en quelque sorte, clairvoyante ? Atteinte d'une sensibilité plus accrue ? Rin avait déjà remué cette hypothèse dans sa petite tête blonde. Après tout, certaines de ses crises les plus graves collaient avec de moments où des choses importantes se déroulaient autour d'elle... Des choses qui ne la touchaient cependant pas toujours, mais liées à son entourage proche. Mais elle avait vite chassé ces idées loufoques de sa tête. Pour qui se prenait-elle ? Une super héroïne dotée de super pouvoirs ? Ses théories n'étaient qu'un moyen de se rassurer, de se donner plus d'importance qu'elle n'en avait réellement.

« Mais... Je ne peux pas soigner des gens. Ou communiquer avec l'au-delà... Tout ces gens, ils peuvent faire des choses extraordinaire... Mais moi, je ne peux rien faire. Je peux simplement subir. »

Ce n'était pas totalement vrai. Rin venait d'avoir la preuve qu'elle n'était peut-être pas totalement condamnée à subir ses crises, mais qu'elle avait peut-être trouvé un moyen de reprendre le dessus...

« Aujourd'hui, pour la première fois, j'ai réussi à intervenir. Du moins je crois. Tu penses que je pourrais le refaire ? Et un jour, peut-être, réussir à maîtriser tout ça ? »

L'avenir lui semblait plus flou que jamais. Rin c'était toujours résignée à être, pour toujours, « la fille malade ». Mais maintenant, de nouvelles perspectives s'ouvraient à elle... Et si, réellement, elle réussissait à presque se soigner, par elle-même ? A faire ce qu'aucun médecin n'avait réussi à accomplir jusqu'à présent ? La question méritait réflexion.

« Un Don de Dieu ? »

Rin ricana doucement.

« Si il y a bien un vieux monsieur perché sur un nuage tout là haut, alors il doit me détester. Ce n'est pas un don qu'il m'a envoyé, c'est bien une malédiction ! »

Rin, en bonne japonaise qu'elle était, avait été élevée dans la plus grande tradition Shintô et Bouddhiste par ses parents. Elle connaissait, très sommairement, les grands principes de la religion Chrétienne, mais n'avait jamais pris la peine de réellement se pencher sur la question. C'étaient, pour elle, de grands principes un peu lointains et abstraits, mythes d'une autre civilisation. Elle se rendit soudain compte qu'ils n'avaient encore jamais évoqué le thème de la religion, dans leurs conversations. Shin était-il chrétien ? Croyait-il en ce Dieu unique ? Rin ne s'était jamais posé la question, tellement il lui paraissait logique qu'il avait lui aussi très certainement été élevé selon les rites Shintôs et Bouddhistes rythmant la vie japonaise. Mais il était vrai que le pays semblait s'ouvrir de plus en plus à de nouvelles cultures, de nouvelles croyances... Elle eut alors peur d'avoir fait une bourde diplomatique, avec sa remarque condescendante, et de l'avoir vexé. Mieux valait esquiver le sujet de la religion, pour le moment, et l'interroger sur ses croyances à un moment plus calme.

« J'ai peut-être simplement un mauvais karma. Je devais être quelqu'un de terrible dans une vie antérieure, et j'en reçois la punition maintenant! » dit-elle d'un ton pseudo dramatique, en cherchant à calmer l'atmosphère.

Elle repensa à la question que Shin lui avait posé, un peu plus tôt. De nouveau, il évoquait le bonheur de la jeune fille. Était-elle heureuse ? Quand il lui avait demandé, elle n'avait pas su comment interpréter la question, et pensait qu'il s'inquiétait à propos de leur couple. Mais maintenant, elle comprenait un peu mieux où il voulait en venir... Il ne s'interrogeait pas égoïstement sur leur relation, mais cherchait réellement à savoir ce qu'elle ressentait.
Elle se rapprocha un peu de lui, sur le banc, et posa sa tête contre son épaule. Clamer haut et fort qu'elle était totalement heureuse lui paraissait n'être pas totalement sincère. Il lui paraissait donc plus juste d'atténuer ce propos.

« Je ne suis pas malheureuse, Shin. »


{Behind those eyes lies the truth and grief
Behind those beautiful smiles I've seen tragedy
The flawless skin hides the secrets within
Silent forces that secretly ignite your sins
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Lun 8 Oct - 10:09

Bien évidemment, la jeune fille prit son explication à la légère. Shin s'y attendait mais ne put s'empêcher d'avoir une infime sensation qu'on aurait pu identifier comme de la déception. Peut-être était-il trop tôt pour elle. Si seulement il arrivait à la comprendre... Elle partait encore dans des lamentations sur sa condition, se rabaissant au rang de victime. N'importe qui ne la connaissant pas l'aurait prise pour une fille superficielle qui aimait se faire plaindre. Shin savait que ce n'était pas le cas. Rin tentait en toute circonstance de paraître la plus normale possible. Au fond, il n'y avait qu'avec lui qu'elle se permettait ce comportement. Peut-être avait-elle besoin d'être rassurée. Doucement, il passa un bras sur ses épaules et la serra affectueusement contre lui.

« Je n'ai pas besoin de te voir soigner des personnes pour savoir que tu es extraordinaire. Tu m'aimes, et pour moi c'est déjà un miracle en soi que de t'avoir à mes côtés. »

Shin se surprit lui-même à être sincère dans ses mots. Il avait l'habitude qu'on le craigne, mais Rin lui apportait tant d'amour que même s'il ne pouvait en savourer les saveurs, il avait conscience de sa chance. C'était pour cela qu'il l'étudiait. Parce qu'il voulait savoir ce que c'était que d'avoir des sentiments. Mais depuis qu'il la connaissait, il voulait lui rendre tout ce qu'elle lui donnait. Des fois, il se disait que peut-être s'il y arrivait, il se rendrait compte qu'il ne l'aimait pas. Mais à voir ses grands yeux innocents se poser sur lui avec tant de tendresse, il se disait qu'il était certainement impossible de ne pas aimer une personne comme Rin.

« Je suis persuadée que tu y arriveras un jour Rin. Et peut-être que cette malédiction, comme tu dis, deviendra un don. Peut-être arriveras-tu à te maîtriser suffisamment pour en faire quelque chose qui sera utile aux autres... Mais en attendant, contente-toi d'essayer d'arrêter de souffrir, d'accord ? »

Shin avait légèrement tiqué quand Rin avait évoqué son Père en des termes si irrespectueux. Elle ne devait pas être de confession catholique. Mais il n'en tint guère compte, n'étant pas sur Terre pour la chasse aux âmes, à la différence de ses confrères.

Quand elle évoqua sa potentielle vie antérieure, Shin éclata de rire.

« Toi, une mauvaise personne ? Je suis sûre que tu ne pourrais pas, même en te réincarnant mille fois. Tu es trop pure Rin. »

Il saisit doucement son menton entre ses doigts et déposa un baiser sur ses lèvres.

« J'espère bien que tu n'es pas malheureuse. Mais un jour j'arriverais à te faire dire que tu es heureuse. Je te le promets. »

Il se leva et tendit sa main à Rin pour l'aider. Puis il l'emmena vers la voiture.

« Tu veux venir chez moi ce soir ? On pourra passer la soirée ensemble et parler un peu... Je ne te ramènerai pas trop tard, ne t'en fais pas. »

C'était la première fois que l'Ange proposait à quelqu'un de venir chez lui. Il n'aimait pas qu'on puisse entrer dans son intimité. Il n'aimait pas non plus « parler ». Mais il fallait croire que Rin était l'exception qui confirme la règle. « Une magnifique exception. », pensa-t-il.



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Murasaki Rin
Human † Innocent

avatar


Emploi : Etudiante en langues étrangères
Localisation : Sur le campus de l'université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Just the way you are
Ven 12 Oct - 15:52

Shin avait cette tendance à toujours avoir une certaine gravité dans ses propos. C'était un homme posé et intelligent, et Rin appréciait énormément cet aspect de sa personnalité, mais il semblait parfois avoir du mal à prendre du recul et à voir les choses avec légèreté. Il était, d'une certaine façon, très dramatique dans sa façon d'être. Mais Rin s'était promis de parvenir à introduire un peu de légèreté et d'insouciance dans sa vie. Après tout, même les personnes les plus mâtures devaient parfois ressentir le besoin de relâcher la pression...

« Essayer d'arrêter de souffrir ? D'accord, avec plaisir même... Malheureusement, je ne peux rien te promettre, mais je ferai de mon mieux ! »

Elle se redressa sur le banc et lui lança un regard qui se voulait rassurant. Shin passait probablement beaucoup de temps à se faire du soucis pour elle... Avoir une petite amie comme Rin, un véritable aimant à malchance et incidents, ce n'était probablement pas de tout repos pour les nerfs... Mais heureusement, Shin faisait preuve d'une patience d'ange. Elle espérait juste ne pas trop l'épuiser.
Mais son rire, le rire de Shin, cette mélodie délicieuse qui résonnait à présent dans ses oreilles lui fit oublier toutes ces hésitations et ses tracas. Comment pourrait-elle songer à se passer de cette douce musique ? Ce bruit mélodieux fit s'afficher automatiquement un sourire naïf sur les lèvres de la jeune fille, que Shin s'empressa de capturer avec les siennes.

Les joues de la jeune japonaise prirent une teinte rosée, qu'il ne remarqua pas, trop occupé à l'embrasser, quand il évoqua sa pureté. Rin était naïve, mais elle n'était cependant pas aussi pure et parfait que Shin semblait le laisser entendre. Elle pouvait être manipulatrice aussi, se cacher derrière une façade pour s'attirer les faveurs de certaines personnes. Elle avait longtemps été solitaire, et s'était dit que la meilleure façon de se faire accepter par les autres était de se faire passer pour quelqu'un qu'elle n'était pas. Shin ne connaissait pas vraiment cette aspect de sa personnalité, comme il ne l'avait jamais réellement vue interagir avec, par exemple, les autres élèves de sa promotion. Rin avait tendance à se dire que Shin l'idéaliser. Mais parfois, c'était si bon de se sentir idéalisée...

Elle glissa sa main dans la sienne, et se releva, avec son aide.

« Chez toi ? Tu veux dire... Vraiment ? Oui! Ce serait... ce serait bien, oui! »

Rin avait du mal à cacher son enthousiasme. Elle n'était jamais allée chez Shin. Ils sortaient ensembles depuis quelques mois maintenant, mais elle n'avait jamais mis les pieds chez lui. Le jeune homme était quelques peu mystérieux, secret. Au fond, Rin ne savait pas grand chose de lui, de sa vie privée. Elle ne connaissait pas sa famille, ne savait rien sur eux. Mais si Shin l'invitait chez elle, alors, cela voulait dire qu'il était prêt à s'ouvrir un peu plus à elle ? Elle interpréta cette proposition comme un gage de confiance, et se sentit hautement flattée.
C'est avec un immense sourire au lèvres, et le cœur battant à la chamade, qu'elle grimpa dans sa voiture. Direction: chez Shin! Découvrir une nouvelle pièce du mystérieux puzzle qu'était la vie de son petit ami...



{Behind those eyes lies the truth and grief
Behind those beautiful smiles I've seen tragedy
The flawless skin hides the secrets within
Silent forces that secretly ignite your sins
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Just the way you are

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Just the way you are

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.U.M.I.D.A :: Tour de Tokyo :: Bords du fleuve-