† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 I came to kill you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: I came to kill you
Dim 2 Sep - 16:54

{Shin
VS
Takano Ren
}
Appartement de Takano Ren, le 12 mai 2010 à 19:28


Une journée de plus qui s'écoule. Journée que j'oublierai dès demain, comme chaque jour. Je ne suis pas du genre à m'encombrer de détails futiles. Rien ne compte en ce monde, hormis mon maître et ses désirs. Désirs que je m'empresse d'assouvir du mieux que je peux. C'est-à-dire, à la perfection. Rien n'est trop parfait pour lui. Mon Dieu, c'est lui. Et je lui voue une foi inconditionnelle. Je n'ai aucune autre raison de vivre au final.

Mais aujourd'hui je n'ai reçu aucune mission, aucune nouvelle de sa part. Alors je me suis rendu au lycée pour dispenser mes cours de mathématiques. Petite routine qui me convient. Pourquoi chercher à faire quelque chose de palpitant de ses journées quand tout semble fade loin de mon maître ? Les mathématiques sont ennuyants, mais je ne ressens pas l'ennui. Juste un vide inexplicable. Alors je m'occupe pour ne pas rester à rien faire. Je m'occupe pour que le temps qui me sépare d'une nouvelle visite de mon maître me semble moins long.

À la sortie des cours, je me suis rendu à l'université pour faire une surprise à ma petite amie, Rin. Elle était contente, enfin je pense. Tant mieux. J'ai beau ne rien ressentir pour elle, je ne veux pas qu'elle subisse le même sort que moi. Alors je prends soin d'elle. Ça ne me coûte rien. Une petite heure avec elle, qu'est-ce que c'est ? J'ai l'éternité devant moi, si on ne me tue pas avant. De plus, à la différence des autres, elle éveille mon intérêt. Elle a ce don si précieux mais qu'elle n'arrive pas à contrôler. Elle est comme une énigme que je n'arrive pas à résoudre, alors j'y travaille encore.

Puis j'ai erré dans les rues de Tokyo, ne sachant que faire. Rentrer chez moi ? Pas très intéressant. Alors quoi ? La réponse se présente à moi alors que je passe près de l'hôpital. Mon souffre-douleur favori, Takano Ren, en sort. À la réflexion, cela fait longtemps que je ne l'ai pas embêté. Ce pauvre petit ange pense que sa tête est mise à prix. Et il me plaît de pousser le vice toujours plus loin en lui rendant visite de temps en temps.

Je presse le pas vers son appartement, sachant pertinemment qu'il prendra le métro pour rentrer. Je sais tout de lui. J'ai même le double de ses clés. Vous voudriez savoir comment ? Je suis un bon tueur, c'est tout. Pendant qu'il fait le trajet, je m'installe dans un fauteuil face à sa porte, dans l'obscurité de l'appartement. Un cliquetis dans la serrure. Je reste droit et froid. La porte s'ouvre, la lumière s'allume. Il entre sans me remarquer. J'utilise ma voix la plus glaciale.

« Confesse tes péchés, parjure. »



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Takano Ren
Angel † Walker

avatar


Emploi : Psychologue
Localisation : Shibuya et ses alentours.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I came to kill you
Jeu 6 Sep - 21:31

Je fermais mon dossier, et serrais la main de ma patiente, avant de lui tendre son dossier. Ce n’était pas tous les jours que je pouvais dire qu’une patiente dépressive était remise, mais j’étais heureux d’avoir un cas comme cela aujourd’hui. Après tous les événements récents, ce genre de bonne nouvelle me réchauffait toujours le cœur. Je la félicitais encore une fois pour tous ses efforts et ses progrès, avant de la raccompagner à la porte. J’avais placé ce rendez vous en fin de journée volontairement, afin de pouvoir profiter, savourer cette heureuse nouvelle.

Alors que je fermais la porte derrière ma patiente, je rangeais mes affaires avec lenteur, remettant chaque dossier, chaque crayon à sa place. Je n’avais pas très envie de rentrer chez moi ce soir pour tout dire. Après une telle nouvelle la solitude que j’allais rencontrer dans mon appartement me mettait mal à l’aise.

Une fois mon bureau parfaitement propre et bien rangé, je m’étirais quelques peu, avant d’attraper ma sacoche et de sortir, sans oublier de verrouiller derrière moi. Je parcourais alors les couloirs froid de l’hôpital jusqu’au parking.

Je n’avais pas de voiture, mais passer par le parking était le plus rapide à partir de mon cabinet pour rejoindre la station de métro. Alors que je marchais en direction de la prochaine station, j’avais l’impression de sentir un regard sur moi, mais en faisait rapidement abstraction, j’avais l’habitude que mes cheveux blonds attirent l’attention après tout.

J’avançais donc sans me préoccuper des regards sur moi, aidant une femme âgée à traverser le passage piéton, avant de m’engouffrer dans la station de métro. Evidemment, l’endroit était bondé, heure de point oblige, et il me fallut user de ruse et d’astuce pour pouvoir entrer dans le premier métro en direction de mon appartement.

Je descendais au deuxième arrêt, un arrêt plus tôt que celui menant à mon quartier. J’avais envie d’une bonne pâtisserie pour fêter la rémission de ma patiente. Non, en fait, j’avais toujours envie de pâtisserie en sortant du travail. Mais puisque j’avais été dans la pâtisserie à coté de chez moi quelques jours avant, je décidais d’en changer. J’aimais gouter tout ce que les pâtisseries alentour proposaient. Et puis, mon corps d’ange pouvait observer une infinité de calorie sans être le moins du monde affecter, autant en profiter.

Une fois mon choix pour une mini charlotte aux fraises effectuée, je m’adressais à la vendeuse pour payer, avant de repartir, ma petite charlotte aux fraises bien emballée dans sa boite en carton.

Je reprenais alors le chemin de mon immeuble le cœur léger, et les papilles impatientes de pouvoir déguster ma pâtisserie du jour. Je vérifiais mon courrier avant de me glisser dans l’ascenseur. Celui-ci montait avec une lenteur affreuse, et la tentation pour moi était grande de commencer dès maintenant à manger ma charlotte aux fraises dont l’odeur devenait de plus en plus alléchante dans cet espace clôt.

Encore quelques secondes et les portes s’ouvraient finalement à mon étage. Je sortais alors et me dirigeais vers mon appartement. Déverrouillant la porte, j’entrais et fermais la porte derrière moi. Avant même que je n’eue allumé la lumière, une voix à vous glacer le sang s’éleva dans mon appartement.

« Confesse tes péchés, parjure. »

Reconnaissant cette voix, je laissais le carton contenant ma charlotte aux fraises s’écraser sur la moquette de l’entrée de mon appartement. D’une main tremblante, j’allumais les lumières de mon appartement et le trouvais là. Installé confortablement dans un fauteuil placé face à la porte.

Je m’adressais alors à lui d’une voix tremblante.

« Que…que faite vous là ? »

Quelle question, je savais pourquoi il était là. Bon sang, c’est l’ange de la mort, celui qui vient tuer les anges. Il n’y avait pas cinquante raisons pour justifier sa présence ici ! Me raclant la gorge pour me donner un peu plus de contenance, je m’adressais à nouveau à lui.

« Co-comment êtes v-vous entré ? »

Bien vu pour la contenance Ren …bien vue. Pire qu’une feuille morte. Quel courage face à la mort …Mais j’étais certain d’avoir verrouillé la porte avant de partir, alors comment pouvait-il être à l’intérieur ?


Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I came to kill you
Ven 7 Sep - 7:47

Si j'en avais été capable, je pense que j'aurais ri à cet instant précis. Ce Gardien est vraiment pitoyable. Je ne remarque qu'à peine son paquet tomber au sol, explosant à ce contact. Je le vois se figer et tendre une main hésitante vers l'interrupteur. D'un coup, la lumière nous aveugle. Et il n'en tremble que plus fort. Son regard apeuré est tourné vers moi.

« Que…que faite vous là ? »

Je ne prends pas la peine de répondre. Cette question n'a pas lieu d'être pour une personne telle que moi. Après tout, pourquoi l'Ange de la Mort serait-il ici ? Certainement pas pour prendre le thé et manger... un reste de charlotte aux fraises, au premier abord. Je reste donc droit dans mon fauteuil, mon regard planté dans le sien. Il tente de se reprendre, d'éloigner la peur dans sa voix. Sans succès.

« Co-comment êtes v-vous entré ? »

Je décide, pour une fois, de répondre à sa question. Sans le quitter des yeux, je sors son trousseau de clés de ma poche et le lui jette.

« Je te les rends. Après tout, bientôt ni toi ni moi n'en aurons plus besoin. »

Je déclare ceci avec un grand sourire menaçant. Puis je me lève et m'avance vers lui, doucement. Bientôt, nous ne sommes plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Je perce ses yeux de mon regard. Y vois-tu ta mort s'y refléter ?

« Dis-moi Takano Ren, as-tu peur de la Mort ? »

Je tourne de façon à me retrouver dans son dos et me penche vers son oreille, sans établir le moindre contact entre nous.

« Ou est-ce moi qui t'effraie à ce point ? »

D'un coup de pied, je le pousse violemment au sol. « Tu ne tueras point ceux dont l'heure n'est pas venue. ». Mais rien ne m'interdit de les secouer un peu, n'est-ce pas ? Tant qu'il n'était ni blessé, ni mort, on ne me dirait rien.

Je le domine de toute ma hauteur, supérieur face à l'insecte insignifiant qu'il est à mes yeux. Après tout, on ne m'a pas nommé Shin (神, kanji de Dieu) pour rien.

« Il me semble t'avoir demandé quelque chose Takano Ren. Ne m'oblige pas à me répéter. »

Je m'accroupis pour être à sa hauteur.

« Faute avouée, à demi pardonnée. »

Dicton humain. Dicton que je n'applique absolument pas. Il n'y a aucun pardon. Mais il est toujours jouissif de voir de l'espoir dans leurs yeux puis de le leur arracher. J'aime mon métier.

J'agrippe ses cheveux d'une couleur indécente et le soulève pour le traîner jusqu'au fauteuil où je le laisse retomber. Quelques cheveux me sont restés dans la main. Puis je me penche vers lui, m'appuyant sur les accoudoirs. Mes yeux se font menaçants.

« J'attends. »



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Takano Ren
Angel † Walker

avatar


Emploi : Psychologue
Localisation : Shibuya et ses alentours.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I came to kill you
Dim 14 Oct - 20:42

Comme à son habitude si je puis dire, il n’avait pas daigné me répondre. Je ne suis qu’un sous fifre après tout pour lui. Mais la peur me tenaillait toujours autant, qu’avais-je bien pu faire pour qu’on m’envoie cet homme ?

Il n’y avait qu’à ma seconde question qu’il avait répondu, me rendant mes clés en me les jetant au visage. Ses paroles firent redoubler mes tremblements.

« Je te les rends. Après tout, bientôt ni toi ni moi n'en aurons plus besoin. »

Alors il venait vraiment pour me tuer ? Qu’avais-je fait qui mérite la mort ? On m’avait donné la mission de protéger Su Jin et je m’évertuais à le faire. Que je sache, je n’avais pas non plus fait de tors à quelque ange que ce soit. Peut être à cause de ma rencontre avec Ji Hoon ? Je n’en savais rien, et ses pas dans ma direction ne m’aidaient pas à réfléchir à ce que j’avais fait de mal qui pourrait me valoir une mort des mains de cet homme.

Il ne s’arrêta qu’à quelques centimètres de moi, suffisamment près pour que la seule chose qui reste visible à mes yeux soit son regard. Ce regard froid de meurtrier. Il s’adressa alors à moi d’une voix qui me fit froid dans le dos, comme si l’ambiance n’était pas suffisamment glaciale.

« Dis-moi Takano Ren, as-tu peur de la Mort ? »

Est-ce que j’avais peur de la mort ? La réponse n’était-elle pas évidente ? Il s’approcha pourtant un peu plus de moi pour susurrait quelques mots à mon oreille, son souffle aussi glacial que ses paroles frôlant ma peau.

« Ou est-ce moi qui t'effraie à ce point ? »

La réponse à cette question l’était beaucoup moins. De quoi avais-je le plus peur ? La mort en elle-même, ou ces souffrances que cet homme n’hésiterait pas à m’infliger pour m’y conduire ? J’étais incapable de réfléchir à la moindre réponse, et l’homme s’impatienta, me projetant au sol d’un violent coup de pied.

Je laissais échapper un gémissement de douleur, et relevait un regard incertain vers cet homme qui me dominait maintenant de toute sa hauteur.

Il s’adressa alors à moi de cette voix autoritaire qui attendait une réponse ferme et définitive.

« Il me semble t'avoir demandé quelque chose Takano Ren. Ne m'oblige pas à me répéter. »

Faisant redoubler mes tremblements. Je le vis alors s’accroupir devant moi. Je m’attendais à recevoir un coup, mais au lieu de ça je reçu ces mots, qui firent grandir un mince espoir en moi.

« Faute avouée, à demi pardonnée. »

Espoir qu’il ne tarda pas à faire disparaitre par son regard froid. Je sentais dans toutes les fibres de mon être qu’il n’allait pas s’arrêter là, à ces quelques mots et pourtant j’étais incapable de faire quoi que ce soit, ouvrir la bouche pour répondre à sa simple question n’était même pas envisageable. Mon incapacité sembla d’ailleurs l’agacer encore d’avantage puisqu’il choisi de me projeter dans le fauteuil qu’il avait occupé quelques instants auparavant en m’empoignant par les cheveux, faisant disparaitre tout l’air présent dans mes poumons et tout l’espoir qu’il avait fait naitre quelques secondes avant.

S’appuyant sur les accoudoirs du fauteuil où il m’avait placé, il prononça finalement sa sentence qui me fit trembler de tous mes membres.

« J'attends. »

Je ne sais pas pourquoi une expression aussi simple eut autant d’effet sur moi, c’était peut être le ton qu’il avait employé, ou son regard, mais je finissais par répondre sans réfléchir.

« C’est vous. C’est vous dont j’ai le plus peur. »

Et je m’abritais aussitôt derrière mes bras pour me protéger du coup qu’il allait sans doute m’assener tôt où tard.

J’observais à travers l’espace entre mes bras son visage toujours aussi près du mien et remarquait le léger mouvement au bord de ses lèvres. Je suppose qu’il avait apprécié la flatterie. Etre plus effrayant que la mort, ce n’était pas donné à tout le monde après tout. Mais je n’étais pas convaincue que cela suffirait à me tirer d’affaire…


Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I came to kill you
Lun 22 Oct - 15:06

« C’est vous. C’est vous dont j’ai le plus peur. »

Shin esquissa un sourire à cette déclaration: l'Ange était si apeuré devant lui. Il n'osait même plus le regarder, se cachant derrière ses bras dans une maigre tentative de protection. Pathétique. Comment un poltron pareil pouvait être son frère ? Les choix de leur Père restaient parfois obscurs aux yeux de Shin. Peut-être était-ce parce que sa force d'esprit était faible qu'il avait été envoyé auprès des humains pour effectuer cette tâche ingrate de gardien. Il était trop faible, trop peureux et trop doux pour espérer être un bon soldat de Dieu.

« Tu me flattes Gardien. Plus effrayant que la Mort elle-même hein ? Mais ce n'était pas à cette question que je faisais référence. »

Shin se redressa et alla chercher une chaise dans la petite cuisine de l'appartement, avant de se placer face à lui, les jambes de part et d'autre du dossier, ses coudes posés sur celui-ci. Il resta un long moment ainsi à scruter son vis-à-vis. La peur lui avait-elle donc fait perdre la mémoire à court terme ? Décidément, cet Ange était un véritable empoté.

« Regarde-moi. »

Le blondinet ne valait pas mieux qu'un vulgaire pantin, se pliant au moindre de ses ordres. Shin pourrait jouer interminablement avec lui, tirant les ficelles de ce pauvre gardien. Il pourrait en faire son chien comme lui-même était celui de Takuya. Shin était même certain que s'il lui demandait, Takano Ren n'hésiterait pas à lui donner son nom véritable. Mais il n'avait aucun intérêt à faire tout cela. Ren serait une marionnette bien trop pesante, pas si utile.

« Tu sais pourtant que ce ne sera pas douloureux si tu es obéissant, n'est-ce pas ? »

Shin avait toujours agi ainsi: si sa victime se montrait coopérative, confessait ses péchés et acceptait sa sentence, alors il était plus clément. Bien évidemment, le résultat était le même. Mais la déchéance se faisait rapide, et dans le cas d'une mise à mort, le coupable pouvait choisir son mode d'exécution. À l'inverse, s'il opposait une résistance, la mort était lente et douloureuse. Shin savait faire durer le plaisir si nécessaire. Tout cela, les Anges le savaient bien. Malheureusement - pour eux - la plupart des traîtres s'obstinaient dans leur crime et Shin ne comptait plus le nombre d'ailes qu'il avait arraché sous la torture.

« Je t'écoute Ren. Confesse tes péchés. »



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Takano Ren
Angel † Walker

avatar


Emploi : Psychologue
Localisation : Shibuya et ses alentours.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I came to kill you
Mar 4 Déc - 18:16

« Tu me flattes Gardien. Plus effrayant que la Mort elle-même hein ? Mais ce n'était pas à cette question que je faisais référence. »

Pas sa question ? Mais alors quelle était sa question ? Je sentais mon cœur battre plus fort contre ma poitrine, et la panique augmenter d’un cran encore, plus que ce que je n’avais jamais plus ressentir auparavant. J’avais entendu parler de cet homme, et je savais que ce n’était pas un homme de patience, je tachais alors de fouillait ma mémoire à toute allure, cherchant la question qu’il m’avait posé, lorsqu’il interrompit encore le fil de mes pensées.

« Regarde-moi. »

Je relevais alors un regard craintif vers lui. Il m’était rarement arrivé de me sentir si faible, même face à ce Séraphin qui m’avait fait cet étrange cadeau, je ne m’étais pas senti si menacé. Alors que là, enfermé dans mon appartement, sans personne à appeler au secours et cette aura menaçante… j’étais simplement à la merci de cet homme.

« Tu sais pourtant que ce ne sera pas douloureux si tu es obéissant, n'est-ce pas ? »

Mais de quoi parle-t-il ? Je ne me souvenais pas avoir désobéis à quoi que ce soit, ni avant son arrivé ni après. Je voyais alors son regard s’assombrir de nouveau alors qu’il posait finalement cette question que j’avais complètement oubliée dans ma panique.

« Je t'écoute Ren. Confesse tes péchés. »

Je relevais un regard étonné vers lui. C’était étrange d’entendre mon nom prononcé par cet homme, angoissant pour être exacte. Je commençais alors à réfléchir, cherchant les pêchés que j’avais pu commettre qui me valait cette visite. J’avais beau chercher, fouiller ma mémoire frénétiquement, je ne voyais rien qui aille contre les règles de Dieu. Je relevais alors un regard hésitant vers lui. Devais-je avouer n’importe quel pêché ? Tout pourvu d’alléger ma souffrance ?

J’essayais de lire dans son attitude ce qu’il attendait de moi, j’avais l’impression qu’il savait autant que moi que je n’avais rien fait, mais je ne pouvais simplement pas tenter de le confronter sur ce point n’est ce pas ? Mais les seuls semblant de pêchés qui me venaient, ils étaient tous le résultat de mon état d’ange gardien… je décidais d’essayer, c’était la seule chose que je pouvais trouver, et puis… on ne disait pas non à cet homme de toute façon.

« Je- j’ai menti à ma protégée. Je lui ai fait croire que j’étais médecin. Mais c’était pour la protéger… C’est mon rôle de la protéger… »

Je ne m’étais pas rendu compte que j’avais de nouveau baissé les yeux, et relevait à nouveau mon regard vers lui. Mieux valait ça que rien, et je n’avais rien d’autre à avouer… Je me demande bien quelles informations il avait reçu sur moi pour décider que l’heure de ma mort était venue. Cela venait il de son maitre ? Mais je ne l’avais jamais rencontré. J’avais beau chercher, je ne voyais rien qui justifie ma mort, ni même la souffrance qu’il semblait me promettre à demi mot.


Revenir en haut Aller en bas
 
Shin
Angel † Keeper

avatar


Emploi : Professeur de mathématiques au lycée de Tokyo
Localisation : Avec Takuya, au Paradis, au lycée

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I came to kill you
Mer 12 Déc - 11:05

Le Gardien était complètement paniqué et perdu. Tous ses gestes le montraient et même un aveugle l'aurait vu. Néanmoins, Shin commençait à se lasser de son petit jeu. Le japonais était certes divertissant, mais pas le moins du monde résistant. Quel intérêt s'il n'opposait pas un minimum de résistance face à son sort ? Au final, il y avait deux sortes d'Anges, pensa Shin. Ceux qui ont un caractère fort, qu'ils soient obéissants à leur Père ou pas, et ne se laissaient pas faire. Et ceux qui s'écrasaient devant la moindre personne qui posait ses yeux sur eux. Takano Ren faisait partie de cette catégorie. Pas si étonnant de la part d'un Gardien, ces amoureux des humains étaient bien trop faibles intérieurement. Shin plaignit un instant le protégé de celui-là: comment pouvait-il le protéger alors qu'il n'était même pas capable de plaider pour sa propre défense ?

Malgré tout, le blond continuait à assurer n'avoir rien fait, ce qui était probablement vrai. Dans sa misérable recherche d'un éventuel péché, il n'avait réussi qu'à sortir une raison pitoyable. Mentir à sa protégée ? Comme si c'était un véritable problème. À moins bien sûr que celle-ci soit au courant de sa nature. S'il était entré en contact avec elle, lui avait-il révélé la vérité ? Shin saisit violemment le menton de sa victime, contrôlant tout juste sa force pour éviter de lui briser la mâchoire.

« Ainsi, tu es entré en contact avec ta protégée Takano Ren... Aurais-tu violé les lois en lui révélant notre existence et ta nature ? »

Si c'était le cas, alors peut-être que ce petit jeu se révélerait plus intéressant. Un sourire sadique s'afficha sur les lèvres de l'Ange de la Mort. Il s'approcha un peu plus, si cela était possible, de sa victime pour l'intimider. C'est là qu'un détail lui sauta aux yeux. Ou plutôt, au nez. Il relâcha brusquement l'Ange et fit un bond en arrière.

« Tu empestes le Démon, Gardien ! Qu'est-ce qui t'a amené à côtoyer ces abominations ces dernières heures ? », aboya-t-il.

Pour qu'une odeur reste ancrée ainsi à son aura, c'était qu'elle devait être récente. Shin s'étonna de ne pas l'avoir perçu avant, mais c'était si diffus. Il tendit son bras vers Ren et le souleva du fauteuil dans lequel il était installé, enserrant son cou dans un étau immatériel. Ainsi, cet interrogatoire impromptu s'annonçait bien plus intéressant que prévu...



Do you trust me... or not ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: I came to kill you

Revenir en haut Aller en bas
 
 

I came to kill you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Immeubles :: Appartements :: #707-