† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Mer 29 Aoû - 20:40


11/05/2010 (00h04) † Ha Ji Hoon & Kim Chul Hei
    Je t'ai fait un résumé des évènements les plus importants depuis leur dernière rencontre pour que tu comprennes~

Je scrutai pendant quelques secondes le ciel noir de pollution où ne brillait aucune étoile, avant de rentrer à l'intérieur de l'immeuble. Lentement, je montais un escalier, puis un autre, pour arriver au deuxième étage. Je traversai le couloir pour arriver devant la porte du dernier appartement de l'étage, et d'une main tremblante, je sortis la clé correspondante de mes poches et après quelques secondes, je rentrais chez moi en refermant la porte derrière moi. La soirée avait été riche en évènements, tout comme les mois précédents...

Pensif, perturbé, je m'adossais contre la porte que je venais de fermer, enfouissant mon visage dans mes mains. Je ne bougeais pas pendant plusieurs minutes, repassant dans ma tête quelques images... notamment celle d'une démone en particulier. Celle que je venais de revoir ce soir. Qui aurait cru que j'allais un jour croiser le portrait craché de ma propre mère dans Tokyo ? La terre était vaste. Ce sosie aurait pu être n'importe où dans le monde, mais il avait fallu qu'elle se trouve également ici, au Japon, pays que j'avais rejoint en laissant derrière moi le mien. Combien de chances y avait-il ? A croire que j'avais vraiment la poisse. Enfin peut-être pas tant que ça, quand on sait à quel point j'étais heureux de la voir. Même si j'étais tout autant apeuré et désespéré qu'heureux en fait. Pourtant je savais bien que ce n'était pas elle, mais s'il fallait que je m'accroche à une illusion pour quelqu'un entende enfin ma détresse ou que ce sentiment de culpabilité disparaisse enfin de mon coeur, j'étais prêt à le faire.

A tâtons, je cherchais l'interrupteur et une fois trouvé, j'appuyai dessus pour allumer les lampes du salon. Aveuglé par la soudaine lumière, je ne bougeais qu'après un certain temps et je guidais mes pas vers ma salle de bain. Ma main chercha le robinet d'eau froide, avec laquelle je m'aspergeais le visage pour tenter de me ressaisir. Craignant ce que j'allais voir, je levai les yeux vers le miroir en face de moi et osais un sourire moqueur envers moi-même. Qu'est-ce que j'avais l'air pitoyable... Les yeux encore rouges des larmes qui avaient coulé il y a quelques heures et également sur le chemin jusqu'à mon appartement, de l'eau dégoulinant le long de mon visage, j'étais plus pâle qu'à l'ordinaire et ça ne m'étonnerait même pas si on me disait que j'avais perdu quelques kilos.

Ma main se leva doucement et j'effleurai mon cou. D'un geste un peu plus vif et brusque, j'arrachai le bandage qui l'entourait et grimaçais en y voyant la marque laissée par Sora, qui n'était pas encore très bien cicatrisée. Je n'osais pas y toucher et quittais finalement la salle de bain. Je n'avais pas besoin de remettre un bandage, je n'allais pas quitter l'appartement d'ici demain matin de toute manière, personne n'allait la voir...

Justement, Sora, parlons-en. Elle m'avait enchaîné à elle. Mon aura était imprégnée de la sienne, chose qui ne passait pas inaperçue aux créatures surnaturelles. Même si j'avais découvert une autre facette de la personnalité de la démone qui m'avait quelque peu calmé, je ne la pardonnais toujours pas de m'avoir arraché ma liberté, la seule chose qui me restait. Parfois, je la sentais, elle me surveillait, me suivait. Il y avait une chose que j'aurais bien aimé savoir, c'était pourquoi je ne l'avais pas tuée lorsqu'elle m'avait confié son point faible... Je l'avais eu juste au creux de la main et je n'avais rien fait. Peut-être que je ne la détestais pas tant que ça, mais ce lien entre nous deux était un lourd fardeau qui m'épuisait aussi physiquement que mentalement.

Exténué, je me laissais tomber sur le canapé du salon et fixais le plafond blanc d'un air pensif, sans bouger. Je laissais échapper un léger rire malsain et désespéré. Je m'étais considérablement affaibli ces dernières semaines. Cela se traduisait dans mon aura qui n'était pas aussi puissante qu'auparavant.

On pouvait aussi rajouter Joo Hee à la liste... elle avait réussi à me dresser contre les humains, en plus des anges et des démons. Oh que non, je ne m'en étais pas encore pris à la race humaine, je doutais encore au fond de moi. Mais je savais bien que ce n'était qu'une question de temps avant que je me rende compte qu'au fond, Joo Hee avait bien raison.

Ironique, n'est-ce pas ? Trois démones avaient réussi à reconstituer l'enfer sur Terre, rien que pour moi. Pourquoi est-ce que j'étais encore même vivant, c'était bien la question que je me posais.

Un grand fracas retentit soudain dans le minuscule appartement. Pas besoin d'être un génie pour savoir que c'était la porte d'entrée qui venait de s'ouvrir à volée. Je réagis à peine, recroquevillé sur le canapé. Non, j'en avais marre. J'étais fatigué. Fatigué de tout, de ma vie. Pourquoi est-ce qu'on ne voulait pas me laisser mourir seul et dans un coin ?


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)


Dernière édition par Ha Ji Hoon le Sam 3 Nov - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Jeu 30 Aoû - 19:02

J’avais passé une journée extraordinaire, les enfants moi et ma justicière adorée nous étions promenés au zoo, rien de mieux pour renouer ces liens familiaux qui me manquaient tant. Je pensais à mon passé, mais aussi à l’avenir qui m’attendait, les voir grandir, pouvoir rattraper le temps que j’avais perdu, c’était formidable. Mais quelque chose me disait que ça n’allait pas durer, j’avais cette sensation d’avoir toujours un temps limité de bonheur et je ne m’en plaignais pas, je profitais simplement de ce temps. Seulement voilà, qu’allait-il m’arriver ? Un avertissement ? Un espion ? Allais-je me faire tuer ? Ou bien c’était autre chose ? Aucune idée, mais l’intuition angélique ne trompe pas en général.

En rentrant, je sentis quelque chose d’étrange, mais je ne dis rien, laissant tout le monde s’endormir pour m’extirper du lit à la volée, cherchant d’où provenait cette aura, on aurait dit celle de Sora, mais... je n’en étais pas certain, il y en avait plusieurs, des démons principalement. Ça venait de chez Ji Hoon et aussitôt je me précipitais, me demandant s’il avait recommencé ou s’il s’était fait prendre... j’espérais que personne n’était chez lui, mais pas de signe d’effraction si ce n’est la mienne, car je venais d’ouvrir la porte en la poussant violemment pour faire sauter le verrou.

Je me mordis la lèvre, m’approchant du canapé où quelqu’un était allongé, je devinais qu’il s’agissait de l’aion, espérant qu’il allait bien... mais plongé dans le noir je me doutais bien que non. Je m’approchais donc lentement de lui, m’accroupissant à son niveau pour remarquer qu’il avait plusieurs blessures, une aura faible entourée de celle de trois autres personnes qui avaient dû laisser leurs marques sur lui... chose que je vivais très mal. Il n’était pas l’un des aions les plus doux, certes, mais le laisser en vie était presque le torturer... s’y mettre à trois était un crime bien plus condamnable que n’importe quel autre qu’il aurait pu commettre et encore je doute qu’il s’en soit pris volontairement à eux.

« Ji Hoon... je m’inquiétais, qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Je ne savais pas trop par où commencer, mais le mieux était de ne pas lui mentir, je m’inquiétais vraiment et plus je le voyais dans cet état, plus j’avais de peine. J’allais fermer la porte, allumant la lumière qui était assez faible, pour ensuite l’aider à s’asseoir. J’observais alors plusieurs autres blessures, notamment la pâleur de son visage, le regard qu’il avait, vide, sans vie... totalement effrayant. Je me mordis une fois de plus la lèvre, il était vraiment dans un état de choc... et dans ces moments-là, j’étais certain qu’il était encore plus instable et à même à me tuer qu’à m’écouter. J’allais devoir me méfier... et essayer de le raisonner, à moins qu’il ne soit vraiment plus capable de me tenir tête.

Qui mieux qu’un ange pouvait savoir à quel point les démons étaient manipulateur de l’esprit ? Et c’était ce qui me faisait le plus peur, qu’ils y soient arriver au point que cet être, considéré innocent à mes yeux, se fasse embobiner au point de devenir l’un des leurs, une de ces personnes que je ne pourrais protéger si jamais on venait à le découvrir et à le condamner pour tous ses crimes. Jusqu’ici... avait-il été contraint de mener cette vie-là et de tuer pour survivre ? Oui, car il n’avait eu aucune chance de la part des deux camps, mais si le monde venait à changer, pourquoi ne pas statuer en faveur de ces innocents ? Je soupirais, ne bougeant pas, attendant qu’il réponde, ou bien de pouvoir trouver dans ses yeux une réponse, quelque chose d’encourageant ou qui me permettrait d’avoir une opinion définitive à son sujet, même si, mauvais ou bon, je ne serais capable d’effectuer mon boulot d’ange...

« Tu sais déjà ce que je vais dire, n’est-ce pas ? J’aimerais... pouvoir t’aider... »

Il me connaissait bien, tout comme je savais qu’il aurait ce petit rire moqueur, du moins, habituellement il l’avait et il refusait toujours, mais paradoxalement se confiait pour au moins évacuer le surplus de stress et de mal-être qu’il avait. J’espérais qu’il en ferait autant, ce serait un bon début pour pouvoir l’aborder déjà et pour qu’il puisse au moins retrouver un minimum de vitalité, qu’il se retrouve lui-même, car il ne l’était pas à en juger par son regard, il devait être perdu... troublé et je m’en voulais de ne pas avoir pu empêcher ça, nous devrions peut-être nous voir plus souvent ? C’était un peu de ma faute... même si je ne pouvais pas constamment être là, je devais faire acte de présence le plus souvent possible, et j’avais manqué à mon devoir. J’étais aussi abattu de le voir comme ça, plus parce que ça ne lui ressemblait pas que parce que j’en éprouvais des remords, après tout, je n’étais pas LUI pour savoir tout ce qu’il se passait... mais parfois, ça m’aurait été bien utile... je ne pouvais faire qu’attendre et espérer... me sentir aussi impuissant était navrant, mais je ne pouvais pas faire autrement.


Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Ven 31 Aoû - 1:48

J'avais mis un moment avant de me rendre compte que ma porte d'entrée... n'existait actuellement presque plus, et j'avais mis encore quelques secondes de plus à me rendre compte qu'un ange, et pas n'importe lequel, venait de rentrer dans mon appartement. Avant de me rendre compte que c'était Chul Hei, l'un de mes chers voisins et accessoirement un ange tellement gentil qu'il en devient énervant, j'avais retenu un soupir de soulagement. Enfin, un ange venait à moi et avait décidé d'en finir avec ma vie et pour une fois, je n'allais pas m'y opposer. Mais j'avais vite fait de le reconnaître et la petite lueur d'espoir qui s'était allumée au fond de moi s'éteint brusquement. Chul Hei n'oserait jamais me tuer. Même si je lui demandais et même si c'était pour m'enlever toute la souffrance que j'avais sur le coeur. C'était bien là le problème de voir le bien pratiquement partout, il était sûrement persuadé que j'allais m'en sortir et que ce n'était qu'une mauvaise passe... mais je ne pense pas.

Je n'avais toujours pas bougé, recroquevillé sur le canapé, fixant le plafond. Finalement je poussais un soupir las, et faisais glisser mon regard vers l'ange, d'un air de dire : "A ton avis, qu'est-ce que qu'il s'est passé pendant ces deux derniers mois ?". Je n'avais même pas le courage de relever sa question... D'ailleurs je ne répondis pas non plus. Il y avait suffisamment d'indices sur moi et autour de moi pour qu'il puisse comprendre les principales choses qui s'étaient produites ces derniers temps. Je ne comptais pas lui donner les détails. J'observais l'ange sans le regarder. Evidemment. Evidemment qu'il était méfiant. Peut-être un peu effrayé au fond ? Qui ne le serait pas en me voyant ?

« Pourquoi tu es là ? »

Ma voix n'était pas faible, mais rauque, comme si elle menaçait de se briser à n'importe quel instant. Elle traduisait mon désespoir alors que je voulais qu'elle traduise l'inverse. Je n'avais pas besoin de lui. Il avait une famille et une vie qu'il avait réussi à forger et qui l'attendaient, pourquoi prenait-il le temps de s'occuper d'un aion ? Mais il n'avait pas tort, je savais déjà ce qu'il allait me dire. Tellement prévisible. M'aider, mais comment ? Et j'avais comme une impression de déjà-vu.

Ses mots firent comme l'effet d'une bombe. Repensant à sa promesse remontant à deux mois, je commençais à penser, et je ne pouvais pas m'empêcher de lui en vouloir. D'un geste brusque, je lui saisis le col et le rapprochai de moi, tandis que je baissais la tête en même temps. Je n'avais même pas le courage de le regarder dans les yeux.

« Tu avais promis... tu avais promis de me protéger, de m'aider... »

Peut-être qu'il ne s'en souvenait pas, mais c'était encore bien gravé dans mon esprit. Appelez-ça une mémoire sélective, faites comme vous voulez. Je serrai encore plus les doigts sur son col si c'était possible. Enfin, je plantais mon regard dans le sien, réprimant tant bien que mal des élans de rage. Où étais-tu, Kim Chul Hei ?! Etait-ce comme ça qu'un ange devait se comporter ? N'était-il pas censé tenir ses engagements ?

« Pendant plus d'un mois, je t'ai laissé tranquille, je me suis juré de ne pas prendre de place dans ta vie parce que tu as la chance d'en avoir une. Où est-ce que tu étais quand j'avais besoin de toi ?! »

Je lâchais finalement prise, laissant ma main retomber sur mes genoux. Je ne savais pas ce qui m'avait pris de lui déballer tout ça, j'avais plutôt tendance à garder ce genre de choses pour moi. Mais j'étais à bout et je n'attendais qu'une chose.

« Tu ne comprends pas... »

Tu ne comprends pas à quel point cette promesse me tenait à coeur. Et tu ne comprendrais pas si je te l'expliquais, ce que j'avais vécu. Je n'étais pas l'homme le plus à plaindre sur Terre, je sais. Mais il y a un moment où on ne tient plus, même si on essaie de paraître fort devant les autres.


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Ven 31 Aoû - 21:57

Il me demandait pourquoi, c’était évident, il avait besoin d’aide et j’étais là... c’était si rare qu’il me laisse l’approcher dans ces moments que je ne pouvais qu’être étonné qu’il se demande ce qu’il se passait. Je lui proposais mon aide... même si jusque-là j’avais eu l’impression de ne pas servir à grand-chose. C’est à ce moment-là qu’il réagit, m’empoignant par le col de ma chemise sans me regarder dans les yeux, surement mal à l’aise par ce qu’il venait de dire. J’étais assez choqué, c’était pire qu’une claque que je me prenais et je me rendais compte que ma petite famille avait pris trop d’importance pour que je puisse m’occuper correctement de ceux que je m’étais toujours promis de protéger, mon meilleur ami compris... et ça incluait donc le jeune homme... a qui j’avais fait confiance.

« Je... ne pensais pas que ce soit autant... Ji Hoon... tu ne m’as pas permis de t’aider, si tu ne m’inclus pas comment est-ce que je pourrais savoir... je ne suis pas devins, j’aurais vraiment voulu être la encore fallait-il me le dire, nous nous sommes vus ce mois-ci, plusieurs fois, nous nous sommes même battus... mais tu ne m’as rien dit... pourquoi ? »

Je me grattais la nuque après qu’il m’ait lâché pour me dire que je ne comprenais pas, non, je ne comprenais pas ce qu’il attendait de moi, il voulait un père, un frère, quelqu’un sur qui s’appuyer et pouvoir se décharger d’un peu de son poids, je me mordis la lèvre, totalement accablé par son malheur, j’étais vraiment mal en point moi aussi, comme si ses malheurs déteignaient sur ma vie. Je n’avais pas voulu ça... j’aurais tellement préféré être là ! Mais il ne me fait pas totalement confiance...

C’est à ce moment-là que je remarquais ses yeux, ils me disaient « tue-moi » mais ça m’était impossible, si bien que cette lueur aussi bien de colère que de désespoir m’anéantie totalement, au point que je m’écroule à genoux en face de lui, n’osant moi-même plus le regarder en face.

« Ji Hoon... je suis désolé, tu as raison, je n’ai pas tenu ma promesse, pourtant, ce n’est pas faute de volonté, j’y tenais et j’y tiens toujours à cette promesse... je ne sais pas pourquoi ça, c’est aussi mal passé... je te demande pardon... mais, pour autant, même si tu n’acceptes pas mes modestes excuses... je serais là... je veillerais... autant que je le peux... à ce que cela ne se reproduise plus... et je serais toujours une oreille attentive à tes problèmes, tu le sais bien... n’est-ce pas ? Malheureusement, comme tout ange, je suis imparfait et je n’ai pas entendu tes appels au secours... »

J’étais coupable, je ne démentais absolument pas, même s’il n’avait pas voulu se confier c’était à moi aussi, de faire la part des choses et de le forcer un peu, sans pour autant que ce soit à contrecœur, évidemment. Je soupirais, relevant la tête, assez triste, je n’allais pas pleurer, il me semble que mes larmes n’auraient pas coulé même si je l’avais souhaité... et je ne pus que tenter un faible sourire qui ressemblait davantage à une grimace tant le coeur était faible. Je ne méritais pas de sourire, c’était un affront... il me semble, d’essayer alors que je n’étais même pas arrivé à le protéger.

« Il y a quand même un moyen pour que je t’aide... il faudrait que tu me dises, outre ce que je peux savoir par ton aura... parce que parler soulage... et parce que je serais de meilleure utilité que jusqu’à présent... car entre nous il n’y a pas eu d’échange et c’est peut-être ça... qui ne m’a pas alerté... alors je t’en pris... ne me rejette pas... je suis comme tout être sur cette terre, imparfait, mais j’ai au moins le mérite d’essayer de me corriger en apprenant de mes erreurs, même celles qui m’ont couté chers... j’espère que cette erreur n’en fait pas partie, je ne voudrais pas que le prix... soit notre amitié... »

Si amitié il y avait, car j’aurais tout aussi bien compris qu’il n’y en ait plus étant donné le soutient qu’il avait reçu de ma part... je me sentais si stupide, semblable à ces cruelles personnes qui abusaient de la confiance d’autres innocents... c’était impensable, je ne voulais pas qu’il pense ça de moi... j’avais commis une erreur impardonnable, certes... mais je ne demandais qu’à réparer... même si ça ne pouvait l’être que si je parviens à le conseiller et l’apaiser. J’allais en quelque sorte faire mes preuves... là, tout de suite, s’il me le permettait seulement... car plus rien n’était certain... et encore fallait-il que ça l’ait été un jour... je venais à douter de moi-même, de mes promesses, de mes convictions... et j’avais peur qu’elles ne soient que mensonges que je me racontais à moi-même...


Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Sam 1 Sep - 0:30

J'avais conscience que je n'étais pas facile à approcher. J'avais tendance à croire que tout était une menace à mon encontre, j'étais instable, passant d'une humeur qui se voulait plutôt bonne à une méfiance et une colère presque effrayantes. Et c'était d'autant plus vrai en ce moment. Je tentais de repousser Chul Hei à l'aide des mots, me refermant dans ma coquille, l'empêchant de m'atteindre, lui adressant une prière silencieuse pour qu'il m'abandonne, au moins ce soir. Mais il n'avait pas l'air d'être de cette oreille. Crétin d'ange. Mais je me sentais honteux au fond de moi-même, de lui avoir demandé de telles choses. Il avait des enfants, Miwa, qui l'attendaient, je n'avais pas le droit d'empiéter sur sa vie. Mais en plus d'être honteux, j'en voulais surtout à l'ange de m'avoir laissé tomber, du moins c'était ce que je croyais qu'il avait fait. Je lui avais accordé très difficilement une partie de ma confiance et il osait la trahir aussi facilement...

Je me demandais ce que pensait Chul Hei en ce moment, en voyant un bâtard aion à l'air aussi pitoyable au bord du gouffre du désespoir. Malheureusement, alors que je m'attendais à toutes sortes de réactions de sa part, il tomba à genoux devant moi. Un ange à genoux devant un aion, on aura tout vu. Je levais les yeux vers lui, interloqué. Je serrais les lèvres avec amertume, l'écoutant attentivement. S'il était si désolé, pourquoi n'était-il pas venu ? Néanmoins, ses mots réussirent à me toucher et une petite lueur d'espoir s'alluma au fond de mes yeux, à peine perceptible au milieu des autres émotions. J'étais pris de violents tremblements, même si j'avais effectivement froid, mais ce n'était pas la raison. C'était plutôt toutes ces émotions en question que je retenais depuis déjà un moment. J'avais juste envie de hurler à pleins poumons jusqu'à manquer de souffle pour laisser sortir ma rage et ma frustration et peut-être qu'on se rendrait compte de ma présence.

« Chul Hei... j'en... j'en peux plus... »

J'étais à bout. J'avais tenu vingt-deux ans, je n'avais même pas l'impression pouvoir tenir une minute de plus, à être persécuté par deux races entières. J'avais beau être fort et vouloir prétendre l'être, il y a un moment où l'on faiblit, et c'était celui-là. Mais s'il fallait que je vide mon sac, Chul Hei semblait être prêt à être la personne qui m'écouterait. Tant pis s'il trahirait ma confiance une nouvelle fois, il fallait que ça sorte.

J'enlevai ma main qui masquait mon cou qui était à l'air libre et quelques mèches de cheveux en rejetant très légèrement la tête sur le côté, pour que l'ange ait une pleine vue sur l'hideuse marque, encore non cicatrisée, rouge, laissée par Sora. Qu'importe s'il ne savait pas encore ce que c'était, rien que cette vue pourrait lui faire comprendre certaines choses, et surtout quant à mon aura, il n'était pas si bête, même si je me plaisais à dire que ce n'était qu'un crétin. Peut-être même que la marque allait lui intimer de ne pas s'approcher de moi parce que j'étais selon elle la propriété de quelqu'un d'autre. Tss. D'ailleurs inutile de dire son nom, Tokyo était vaste, je doutais que Chul Hei connaisse Sora.

Mais ce n'était qu'un exemple, je ne pouvais lui montrer que ça. Les ravages sur mon état mental étaient bien plus importants. Après tout on parlait de démons, c'était leur rayon... Je captais son regard et baissais les yeux. Il devait forcément se douter que je n'étais pas dans cet état seulement à cause d'une cicatrice. Il s'agissait de blessures plus profondes.

Finalement je poussais un soupir et je levais des yeux maintenant malheureux et suppliants envers l'ange. S'il était vraiment un ange, qu'il accomplisse son devoir et abrège mes souffrances.

« Chul Hei... tu sais ce que je veux... s'il te plaît... »


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Sam 1 Sep - 20:18

Il était calme, si calme que ça me faisait peur, je me sentais cruellement coupable et il le savait bien, mais il ne disait rien restant choqué que je sois tombé à genoux devant lui et surement que je m’excuse pour mon comportement. Je lui demandais, j’espérais qu’il me donne cette nouvelle chance, mais il n’avait pas l’air de vouloir... il me confia très rapidement qu’il était au bout du rouleau et je pouvais comprendre, j’en soupirais moi aussi, consterné par ce sentiment qu’il avait et que je ne connaissais que trop bien.

Ji Hoon me regardait silencieusement et je n’avais pas besoin qu’il le dise, mais il le fit quand même, il était en train de me demander de mettre fin à ses souffrances, d’enfin le laisser partir, mais ça n’était pas juste, pour moi ce n’était pas une solution et je fermais mes yeux, essayant de me concentrer au mieux pour lui donner une réponse claire... même si je devais l’avouer, je me trouvais très faible en pareilles circonstances... il était tellement différent que j’en restais presque muet. Mais je devais me ressaisir.

« Non... pas ça, ce n’est pas une solution... je sais, je sais que tu souffres... et je m’en veux de ne pas avoir été là, mais je suis là maintenant... et je te dis que ce n’est pas une solution, il faut... il faut parler... »

Je n’avais pas vu sa blessure, mais je devinais qu’elle avait été faite par Sora et je savais à présent que son aura était liée à la sienne, chose que je ne comprenais pas. Son aura était puissante, mais j’étais plus fort encore, ce qui me permettait de ne pas en avoir peur et de ne pas me rétracter, de toute façon même si j’avais été plus faible je n’aurais jamais permis qu’elle ait autant de poigne sur le col de cet aion, car il était déjà assez instable sans qu’elle n’en rajoute et je comptais bien évidemment à ce qu’il retrouve une tranquillité d’esprit, ou plutôt qu’il la trouve.

« Je sens... l’aura de Sora... moi qui pensais qu’elle n’était pas si mauvaise, on dirait bien que je me suis trompé. Mais si tu veux un conseil, tout ce qu’elle peut dire ne devrait pas t’atteindre, ni elle, ni d’autres... tu ne dois écouter que toi et ce que tu ressens... ne te laisse pas influencer Ji Hoon. »

Je disais ça, mais j’avais l’impression de vouloir le ramener, le rallier à ma cause moi aussi, mais mieux valait lui dire que non, que ce n’était pas ce que je souhaitais, puisqu’il le savait bien malgré toute l’affection que j’avais pour lui je tolérais très peu le fait qu’il tue d’autres anges, d’autres démons... qu’ils l’attaquaient ou non.

« Je ne suis peut-être pas le mieux placé... loin de là, mais si comme tu le sais je saurais t’écouter. Tu as un passé difficile et je me doute qu’il te hante... et elle s’en sert, elle comme d’autres pour affaiblir ton moral et par conséquent ta puissance... je t’en pris, ne te laisse pas avoir si facilement, toi seul peux réellement savoir ce qu’il en est de tout ça et tu ne dois pas écouter ce qu’elle a pu te dire... car même si elle avait vécu une situation similaire, je ne peux pas savoir, mais elle est une personne et toi une autre. »

Je parlais beaucoup sans savoir, je ne voulais pas non plus lui demander, ni en faire trop, car, avec trop peu d’éléments je ne pouvais pas l’aider, mais à trop demander je risquais de l’épuiser. J’allais chercher en vitesse de quoi boire et panser sa blessure, afin qu’il n’ait pas dans l’idée de la rouvrir plus... posant ma main sur son épaule avec délicatesse, de peur qu’il ne réagisse aussi violemment qu’il y a quelques minutes. Non pas que j’en avais peur, mais sa tristesse me brisait le coeur.

« Encore un peu... tu n’as pas le droit de partir avant que tout soit en ordre... parce que j’y crois, un jour... tu auras le droit de marcher sans qu’on te suive... alors, tiens jusque-là et appuie-toi sur moi si c’est nécessaire. »


Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Jeu 6 Sep - 21:22

J'étais prêt à faire tout ce qu'il voulait pour qu'il abrège enfin mes souffrances, mais même si cela ne faisait que très peu de temps, je commençais à bien le connaître et je savais qu'il ne le ferait pas, et surtout pas de ses propres mains, sachant qu'il ne pourrait pas vivre avec ça par la suite et surtout qu'il avait échoué en voulant m'aider. Du moins, c'était comme ça que je pensais qu'il voyait les choses. J'aurais du m'y attendre, qu'il ne veuille pas le faire, c'était prévisible, mais il fallait que ça sorte, qu'il comprenne bien que je n'allais pas tenir très longtemps, qu'un jour j'allais tomber. Peut-être que quelque part, j'attendais quand même de l'aide, je tendais la main désespérément et je n'attendais qu'une chose, qu'on la saisisse pour me tirer de ce cauchemar. Même s'il pensait que ce n'était pas une solution d'en finir de cette façon, je ne voyais pas comment faire autrement. Je pouvais toujours essayer de remonter la pente, difficilement, mais je me connaissais, il allait toujours y avoir un moment où je retomberais encore plus bas qu'auparavant.

Je levais alors des yeux interrogateurs, des yeux d'enfant, vers lui. Ainsi il connaissait Sora ? Je décidais de ne pas poser de questions mais plutôt de penser à ce qu'il pensait. Certes, Sora y était pour quelque chose, dans mon état actuel, mais à bien y réfléchir, elle n'avait voulu que me protéger des autres, même si cela n'avait fait que me rendre davantage las. Il y avait d'autres démons qui étaient bien plus fautifs, et pourtant, le plus ironique était que je ne pouvais rien faire contre eux. J'aurais voulu ne pas être aussi influençable, mais que voulez-vous faire contre des gens qui vous connaissent mieux que vous ?

« Chul Hei, je ne peux rien faire... ils connaissent mes plus grandes faiblesses... »

Même si l'ange croyait que ses mots concernaient Sora, pour moi, ils prenaient un sens totalement différent, comme si ses phrases visaient plutôt Joo Hee et celle qui ressemblait à ma mère, faute de savoir son nom. Il n'avait pas tort. Mais au fond de moi, j'étais effrayé, si jamais j'osais me dresser contre elles et qu'elles décident de m'abandonner, comme ça. Parce que je les haïssais autant que j'avais besoin d'elle pour vivre.

Je frissonnais lorsqu'il posa sa main sur mon épaule. Non seulement parce que la marque ne devait pas supporter un contact aussi pur que celui d'un ange, mais j'étais à fleur de peau.

« Encore combien de temps je devrais attendre pour que ce jour arrive, à ton avis ? J'en peux plus de l'attendre. »

Parce que oui, lorsque j'étais encore un gamin, impulsif, naïf, prenant absolument tout pour une menace (ce n'était pas encore le cas... si ?), j'avais encore un peu d'espoir, peut-être que les choses allaient s'arranger, mes origines n'allaient pas me pourrir la vie jusqu'à ma mort... mais il semblerait que si.

Je suivis du regard Chul Hei, parti dans la pièce d'à côté. Lorsqu'il revint, je devinais qu'il allait faire le nécessaire pour effacer toutes traces physiques de mon mal-être, mais quand était-il du reste ?

« J'ai vu ma mère, tu sais. Ce n'était pas vraiment elle... mais une sorte de sosie démoniaque... »

Encore nostalgique de cette rencontre, je ne le regardais pas vraiment dans les yeux, sachant très bien qu'il n'allait pas forcément comprendre mes paroles. Je ne lui avais jamais parlé de tout ça, ce qui s'était passé avant que je n'arrive ici, à Tokyo. Il n'avait pas à savoir, il devait se douter de certaines choses. Au moment où il s'apprêtait à vouloir commencer à panser mon cou, mon premier réflexe fut de saisir sa main, la serrant étroitement, sans me rendre vraiment compte de ce que je faisais. Après quelques secondes, je contemplais son visage d'un air désemparé, et je le relâchais, doucement.

« Je... je suis désolé, il y a des moments où... je ne me contrôle vraiment plus. »


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Ven 7 Sep - 22:03

Il avait l’air détruit, complètement, et je m’en voulais terriblement de ne pas avoir été là pour le protéger, mais je ne pouvais pas être constamment auprès de lui... j’allais devoir redoubler d’efforts cela dit, pour que ça n’arrive plus, car je ne pense pas qu’il supporterait une seconde fois comme ça. J’essayais de le rassurer, de lui dire qu’il ne devait pas faire attention et devait être fort et je parlais sans savoir si Sora était la réelle responsable, mais pour avoir lié son âme de la sorte... autant dire que j’avais de sérieux doutes qu’elle n’y soit pas en partie responsable. Cela dit, ce n’était pas mon rôle de juger, je ne connaissais pas l’histoire entière, j’en avais certains morceaux, déchirés, que je lui avais arrachés le plus lentement possible sans pour autant le questionner.

Visiblement ses « agresseurs » le connaissaient... bien mieux qu’il ne se connaissait lui même et je n’avais pas d’arguments valables pour lui dire qu’il devait lutter, si ce n’est peut-être...

« Je ne te connais pas aussi bien, car ta vie tu ne me l’as jamais raconté et je ne t’en veux pas, tu as bien le droit d’avoir des petits secrets. Seulement Ji Hoon... ne croit pas qu’ils puissent t’influencer... car tu dois vivre dans l’instant présent, le passé est une époque révolue... que tu dois avoir en tête... mais sur lequel tu n’as plus aucun contrôle... pas comme aujourd’hui, aujourd’hui tu peux agir... »

Je lui souriais, bien que ça ne devait pas ressembler à un sourire et me massait la nuque, soupirant lourdement, comment lui faire comprendre concrètement qu’il devait essayer de ne pas se torturer davantage avec ce qu’il était avant, ce qu’il a pu se passer ?

« Tu sais... j’avais une femme et une petite fille... si je me complaisais à vivre dans le passé, je serais sans doute déchu... ni un ange, ni un homme... je ne serais plus rien, car elles n’existent plus... alors... je t’en pris, ne fais pas cette erreur, tu as toute la vie encore devant toi, tu as des alliés puissants pour t’aider à survivre et qui plus est des gens qui veulent que ça change... aide toi Ji Hoon... »

Il n’en pouvait plus d’attendre ce jour où tout allait changer et je ne pouvais lui garantir qu’il serait proche, car je n’en étais pas certain, mais je pouvais lui donner la certitude qu’un jour il le verrait et si ce n’était pas pour les autres, ce serait pour lui, je plaiderais sa cause... celle d’autres aions... mais pour cela il me faudrait l’assurance qu’il fasse une trêve entre anges, démons et lui...

J’allais prendre de quoi soigner Ji Hoon et pendant qu’il me parlait tentait de nettoyer la plaie, malheureusement, il intervint, j’étais assez choqué par ce que j’entendais. Que c’était-il passé avec sa mère ? Etait-elle aimante ? Une humaine peut-être ? J’étais loin de me douter de la dure réalité... mais une mère reste une mère quoiqu’il arrive.

« Je... tu ne devrais pas... te torturer, comme je te l’ai dit... tu ne devrais pas confondre celle qui y ressemble avec ta défunte mère... au risque de réellement devenir fou, mon ami. Tu n’as pas le droit de le devenir... tu l’es déjà bien assez comme ça et chaque minute qui passe ce soir, j’ai peur de te perdre un peu plus... alors, reviens doucement, mais surement s’il te plait. »

J’étais ferme, autant que je le pouvais devant une âme en détresse, la sienne en particulier, car il rêvassait malgré lui, semblable à un enfant, il en était un en réalité... un véritable bambin, ne manquait que la puissance en moins. J’essayais de le soigner, mais il m’arrêta, me torturant les doigts, j’avais mal, mais je le laissais faire, lui tenant tête en le regardant dans les yeux. Je n’allais pas répliquer à moins vraiment qu’il ne m’y force, mais jamais... jamais je ne pourrais le tuer, je trouverais toujours un moyen pour qu’il n’y parvienne pas d’ailleurs, à se tuer... car c’était bien ça qui m’inquiétait avec lui, c’était totalement suicidaire d’aller à la rencontre de démons et d’anges plus forts que lui ne serait-ce que pour trouver la mort malgré ce quelque chose chez lui qui subsistait toujours et résistait au point de le pousser à se battre. Ji Hoon était un paradoxe ambulant...

« Ne t’inquiète pas. Tu devrais nettoyer... juste nettoyer, d’accord ? »

Je lui tendais de quoi le faire pour qu’il n’y ait pas d’autre incident, puisqu’apparemment cette partie de Sora en lui ne m’appréciait pas du tout, logique pour un démon... j’étais ce qu’il y avait de plus redoutable.... Et Ji Hoon étant à moitié... pouvait-il réellement supporter autant ? Lui qui avait déjà bien assez de problèmes devait supporter celui-là en plus. Je voulais en savoir plus, mais je n’avais pas le droit de l’intimer à me dire, il devait se livrer de lui-même, me montrer qu’il a confiance en moi.

« S’il te plait... fait plus attention à toi à partir de maintenant... je ne serais pas toujours là... mais toujours autant que possible, cela dit... ne te met pas dans des situations qui pourrait... t’être fatales, ou me couter mes ailes... il ne s’agit pas seulement de toi, mais de tous ceux que tu t’obstines à repousser malgré toi et qui pourtant son là... autour... pour te protéger, te rassurer... t’aider... laisse-toi une chance de pouvoir connaitre ça... »


Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Dim 16 Sep - 18:01

Je m'en voulais quelque part, d'être aussi lunatique envers Chul Hei qui ne voulait que m'aider. Je le repoussais et en même temps je lui lançais des appels à l'aide, déchirants, qui, le connaissant, ne devaient pas le laisser de marbre. D'autant plus qu'il aurait très bien pu me laisser seul face à mon triste sort, mais il préférait endurer toutes mes souffrances pour pouvoir enfin saisir la main que je lui tendais tout en reculant. Ma fierté me dictait que je n'avais pas besoin d'aide, encore moins de celle d'un ange, mais tant pis. Et puis, est-ce qu'il me restait toujours cette fierté en question, ne l'avais-je pas perdue il y a bien longtemps ? J'avais juste besoin de m'appuyer sur quelqu'un, remonter la pente ne serait-ce de quelques centimètres.

S'il me disait de laisser mon passé derrière moi, cela semblait être une décision impossible à prendre pour moi. C'était pourtant ce que j'avais voulu, en quittant mon pays natal, mais il finissait toujours par me rattraper, me rappelant ma condition d'hybride, me rappelant mon tout premier crime qui fut sans doute le pire à endurer. J'enviais l'ange. Lui arrivait à parler de sa vie d'antan comme s'il parlait de ses actions d'hier, il arrivait à se construire une nouvelle vie, stable, entouré de gens qui méritaient son amour et sa confiance. Tout mon contraire. Je ne reniais cependant pas mes origines. Si j'avais un jour voulu savoir ce qu'était être entièrement humain, si maintenant je n'éprouvais que de l'envie et de la jalousie envers le soldat de dieu à mes côtés, je resterai toujours un croisé. Et je n'hésiterais jamais à le clamer haut et fort devant les armées des Cieux et des Enfers.

J'essayais de grandir, d'oublier l'enfant apeuré et perdu, mais qui se jetterait volontiers en pleine bataille pour exprimer sa rage, que j'étais, qui était au fond de moi. Il n'y avait que mon corps et ma puissance qui avaient évolués depuis vingt-deux ans, et cet enfant était une partie de moi que je ne pouvais me résoudre à abandonner.

Je saisis ce que me tendait Chul Hei, appliquant une compresse imbibée d'alcool sur mon cou. Ce n'était pas une cicatrice ordinaire, sinon elle aurait depuis longtemps disparu, je doutais qu'une méthode humaine suffise à l'enlever. Mais je décidais de ne pas jouer l'homme rebelle, contrairement à mon habitude. J'avais bien d'autres choses en tête et je n'avais même pas le courage à le faire, preuve que j'étais bel et bien anéanti.

Je levais mes yeux sombres vers l'être angélique. Je ne voulais pas de la pitié qu'il y avait dans son regard. Mais je me résignais. J'avais tellement honte de moi, je n'étais pas à ça près. Mon regard se fit plus vague, fixant un point invisible au mur.

« Très bien, je vais tout te dire. Pense ce que tu veux de moi ensuite, ça ne sera pas ma priorité. »

Je prenais une inspiration, cherchant quelque part le courage que je n'avais pas pour déballer d'une traite toute mon histoire. Mais à quoi bon le faire, si ce n'est que pour que Chul Hei n'exprime que du dégoût rien qu'en me voyant ? Je prenais le risque. Et encore une fois, je n'étais pas à ça près.

« Je n'ai jamais connu mon père, je suppose qu'il est mort, je ne sais rien de lui, pas même son nom ou son visage. Je sais juste qu'il est ou était humain. Ma mère était une démone, respectée en Enfer, mais rapidement descendue dans les rangs à ma naissance. Elle n'a jamais manqué une occasion de me le faire comprendre. Les cicatrices et les brûlures sur mes bras et mon dos, que tu as vues lors de notre première rencontre, sont d'elles. »

Ma voix n'avait pas tremblé une seule fois, j'avais tout dit d'une traite, aussi je fis une pause. Ca n'était pas le pire. Maintenant, ma voix n'était plus aussi régulière qu'avant, je cherchais mes mots, je ne voulais pas les prononcer, mais il était trop tard pour faire marche arrière.

« Tu sais comment sont les jeunes aions... Incontrôlables. Alors un jour, elle... est morte, de mes propres mains, par accident. »

Je serrais les poings, mais je ne savais pas si c'était de rage, de culpabilité, de tristesse, ou d'autre chose.

« Elle m'a toujours haï, insulté, et je l'ai toujours aimée, malgré tout le mal qu'elle m'a fait. Et lorsqu'elle est partie, je me suis retrouvée projeté dans un monde immense, peuplé de gens qui n'attendaient que ma mort. Tu sais ce que ça fait de se rendre compte que ce n'est pas seulement ta propre mère qui ne voulait pas de ton existence, mais le monde entier ? »

Je fis une pause. Des millions de souvenirs me passaient devant les yeux, la seule chose qui me ramenait peu à peu au présent était l'aura angélique à proximité.

« On veut mourir. Et en même temps, on veut que le monde comprenne toute la souffrance que tu as ressenti jusqu'ici. On veut se venger, on appelle à l'aide, mais personne ne te répond, tout le monde te rejette. Alors, quand bien même tu éprouves de l'envie et de la jalousie envers tout ceux qui ont le droit de vivre alors que toi non, alors que toi tu devrais être mort depuis longtemps, tu ne ressens plus que de la rage et une envie de vengeance. Tu veux te sentir vivant, prouver que tu n'es pas venu au monde juste pour être le souffre douleur de tout le monde. »

Jamais je n'aurais pensé qu'un jour, j'allais dire ceci à un ange. J'évitais soigneusement son regard. J'avais tellement honte de moi, je me sentais tellement coupable, et j'avais l'impression que toutes les années que j'avais vécues n'avaient servi à rien. J'écoutais le silence qui régnait dans l'appartement, laissant Chul Hei réfléchir à mon histoire, réfléchir à ce qu'il allait faire. Je m'attendais maintenant à un rejet. Je m'y préparais, parce que je savais qu'il allait le faire. Pourquoi soutenir un aion, qu'il est censé tuer, alors que ce dernier ne veut que tuer sa race en retour ?


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Lun 17 Sep - 0:57

Spoiler:
 

Ji Hoon n’avait pas l’air convaincu par ce que je lui disais, ce n’était pas facile d’oublier cette petite part de nous même, surtout quand on est humain, il y a des choses sur lesquelles on veut revenir constamment, j’en sais quelque chose. Ma mort a été utile ? Non, sans doute... à moins que l’on m’ait enlevé à ma famille pour devenir un ange, comme si celui qui dirigeait là-haut savait déjà ce que je ferais, c’était une hypothèse que je n’avais jamais osé creuser même si j’avais conscience qu’elle était aussi probable que l’accident ou le destin.

Je lui passais de quoi se soigner, même si ça ne fonctionnait qu’à moitié. Il ne semblait presque pas souffrir de l’alcool sur sa peau, un aion... oui, mais qui avait surement plus souffert encore... d’après ce que son caractère en disait. Je remarquais les similitudes entre lui et Andréas et souriait malgré moi, avant de reprendre un air sérieux lorsqu’il promit de me raconter son histoire. Il n’avait pas l’air très sur de lui, aucune envie sans doute de le faire, mais la nécessité que je sache pour mieux l’aiguiller, si j’en étais capable. Ji Hoon n’avait plus rien à perdre et je le savais bien, pourtant je voudrais qu’il comprenne, sans même savoir ce qu’il avait à me dire que certaines choses valaient la peine sur cette terre et qu’il devait vivre pour ces choses-là en minimisant le reste.

« Si tu ne te sens pas prêt... tu peux toujours t’arrêter »

J’attendais sagement, avant que finalement il ne me raconte ses malheurs. Un aion n’est pratiquement pas choyé, très peu avaient la chance de connaître un refuge stable dans une famille qui l’était tout autant et je remarquais que celle de Ji Hoon était loin d’être parfaite. Il manquait de se faire tuer, si bien qu’on devait l’enfermer lui et sa mère dans un appartement pour qu’il ne puisse pas mourir. Je me mordis la lèvre, attendant la suite en l’intimant à poursuivre, puisqu’il n’avait pas été hésitant à compter ce petit bout d’histoire.

Mais il était beaucoup moins sur en me contant la suite... et je venais de comprendre pour quoi. Cet homme en face de moi était bien plus enfant que je ne l’aurais cru, incontrôlable oui, et il l’était resté, encore que j’imagine beaucoup plus sage que dans ses jeunes jours. J’étais sous le choc, mais bien plus attristé par la situation que dégouté, d’après ce à quoi il s’attendait et je pouvais comprendre. Je restais de marbre, du moins mes expressions étaient telles qu’il ne pouvait rien déceler avant que je n’ai toute l’histoire. La suite était son ressenti vis-à-vis de moi et de mes frères, mais pas seulement... et je pouvais une fois de plus me sentir honteux de prêter une importance au titre « d’ange », malgré ce qu’il venait de me dire. Je voulais prétendre en être un vrai... mais comment quand on sait que j’étais en minorité ? Je soupirais, le laissant m’observer avec dédain comme s’il s’apprêter à ce que je sorte et l’insulte, ce n’était pas mon genre il le savait bien.

« Je comprends. »

Un simple verbe qui pouvait tout changer, se sentir enfin comprit, mais comment ? Ça devait lui sembler impossible et je voulais lui prouver le contraire.

« Tu as le droit d’être en colère, d’en vouloir au monde entier... d’aimer ta mère comme tu le fais. Sa mort était accidentelle et je te crois, car tu en souffres... ça se voit. Mais je pense... sans avoir la prétention de la connaitre... qu’elle ne te rejetait pas vraiment. Ce qu’elle devait haïr était sa condition... en raison de tes origines, pas de ton existence. »

J’aurais très bien pu dire qu’elle le reniait parce qu’il avait des capacités, parce qu’il n’était pas humain, mais à quoi bon remuer le couteau dans la plaie... il avait déjà assez subi comme ça, mon rôle était d’être à ses côtés et de l’aider, pas de lui mettre la tête sous l’eau.

« Mais paradoxalement, tu as raison de ne pas renier ce que tu es, car... tu donnes une raison à tous ceux qui veulent ta mort... de se sentir coupable. Pour un ange... ou quelqu’un comme moi, il est difficile d’ôter la vie pour cette simple raison. Aussi, c’est l’une des raisons pour laquelle je t’ai demandé de faire attention avec qui tu te bats. Il y a des personnes comme moi, ange ou démon, nous sommes une sorte de clan sans même nous en rendre compte... quelques personnes qui souhaitent voir cette terre poursuivre son courant avec tous ses habitants, aions comme humains, sur un pied d’égalité. Une zone neutre... si tu préfères... et nous nous battons pour qu’un jour vous puissiez être libre. Avec... l’apocalypse il y a des chances que nous puissions faire changer cela... je ne te demande pas d’arrêter de leur en vouloir... je t’ai demandé de faire attention, car certains peuvent être tes alliés dans le lot. »

Je repris en quelque sorte mon souffle, dont je n’avais nul besoin, me passant une main dans la nuque en relevant mes yeux vers les siens.

« tu as sans doute cru que je t’en voudrais ou que je ne voudrais plus t’adresser la parole, eh bien non...le monde n’est pas totalement contre toi tant qu’il y aura des gens comme moi, il te suffira de les voir... Ji Hoon... même si ça n’est pas facile et de t’armer de patience jusqu’à ce que nous puissions tous ensemble changer cette situation insupportable dans laquelle vous vivez... en attendant... repose toi sur moi tant que tu le voudras. Il me semble que je t’ai prouvé... malgré ces derniers jours, que j’avais les épaules pour ça, ceci devrait être la véritable mission d’un ange... à vrai dire. »

Je soupirais quelque peu, m’indignant. Il était insupportable de penser qu’un innocent comme lui au départ, car il ne l’était plus véritablement, était devenu si peu confiant en ses semblables comme en ceux qui voulaient lui prêter main-forte. Je me mordis la lèvre, conscient d’avoir promis à l’aion un monde, un jour, qui serait meilleur pour lui comme pour nous tous.


Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Mer 26 Sep - 15:20

A présent, la balle était dans le camp de Chul Hei. Il avait toutes les données nécessaires pour prendre une décision. Il connaissait maintenant mes motivations et d'où provenait ma haine si immense envers sa race et celle qui lui était opposée et pourtant si semblable et détestable à la fois. Il déciderait d'oublier sa promesse, me haïr à son tour et suivre les principes angéliques qu'il se devait de normalement suivre envers les hybrides que cela ne m'étonnerait même pas. Malgré le fait que j'étais hésitant, quoi de plus normal, j'avais raconté d'une traite mon histoire, ce qu'il me demandait de faire depuis bien longtemps. Simple curiosité ou réelle envie de m'aider comme il le prétendait ? Lui seul et son Dieu le savaient.

Le silence reprit la place qui lui était légitime. L'appartement, doucement éclairé par la simple lumière du salon, donnait à la fois cette impression de sécurité mais en même temps rendait cette dernière oppressante. On se sentait si éloigné et à la fois si proche du danger, de cette fameuse guerre entre différentes races, isolé par seulement quatre murs et un toit qui ne tiendraient pas longtemps face aux forces surnaturelles. Je ne savais pas si je devais me réjouir et profiter de cet instant de répit ou non.

L'ange n'avait pas bougé d'un pouce. Pas une seule fois mes yeux glissèrent vers lui, mais je pouvais aisément deviner les traits de son visage et son air qu'il voulait sûrement être le plus neutre possible. Je pensais bien que la bonté de Chul Hei, que je tentais sans cesse de rejeter depuis notre rencontre, avait atteint ses limites. Du moins je le croyais.

Deux mots. Deux mots, les plus simples au monde, qui ne contenaient en temps normal aucune signification particulière. Mais ce n'était pas une situation ordinaire. Je trouvais alors enfin le courage de lever mes yeux noirs vers lui, l'interrogeant du regard. Comment pouvait-il comprendre ? Avait-il vraiment tué la personne qu'il aimait le plus de ses propres mains ? Connaissait-il vraiment le poids de la culpabilité qui pesait sur son coeur ? Il avait certes ses souffrances et moi, j'avais les miennes. Mais il ne pouvait pas comprendre, comme il ne pouvait pas partager ma douleur de savoir que le monde entier voulait vous voir mort plutôt que vivant. Pourtant, ces deux mots, aussi petits soient-ils, eurent un effet totalement différent que celui auquel je m'attendais. Enfin, une petite lueur d'espoir s'alluma dans mon regard. Je savais que je me faisais de fausses illusions, mais était-ce mal de vouloir croire à un jour pendant lequel je serais enfin libéré de toutes menaces à mon encontre ?

Je ne l'écoutais qu'à moitié. Il me promettait encore et toujours des choses, qui ne se produiraient sûrement jamais, mais penser à celles-ci me réconfortait légèrement. Etais-je vraiment si désespéré que ça pour croire à des choses qui n'existent pas et qui n'existeraient jamais ? La réponse semblait être oui, et je me demandais alors depuis combien de temps je sombrais dans une telle désespérance. Peut-être depuis le tout début.

« Dis-moi, Chul Hei. Pourquoi est-ce qu'on nous interdit de vivre ? »

Je ne tournais pas autour du pot. Mais cette question était à peu près le centre de mon existence, la raison pour laquelle j'étais là aujourd'hui, la raison pour laquelle j'essayais de survivre tant bien que mal.

Machinalement, j'effleurai du bout des doigts la marque sur mon cou, qui resterait sûrement à jamais gravée sur ma peau. Elle restait rouge, non cicatrisée et l'alcool n'avait aucun effet sur elle. En revanche, la présence angélique à mes côtés en avait un, qui n'était en aucun cas bénéfique et m'ordonnait de m'éloigner tout de suite de Chul Hei. Mais je restais encore maître de moi-même. Du moins pour l'instant.

Les supplications de l'ange me revinrent alors en mémoire. La seule chose qu'il me demandait, c'était de le laisser m'aider, me sortir de là. Je ne comprenais pas pourquoi il se donnait tant de mal. Il aurait très bien pu me laisser derrière et vivre sa vie sans se soucier de ce genre de choses.

« Je ne te demanderai qu'une seule chose et rien d'autre. »

Je pris une inspiration. Ce que j'allais dire n'était pas simple pour moi. Je détestais montrer autant de faiblesse à la fois...

« Juste... ne me laisse pas après tout ce que tu m'as promis. Ou tu le regretteras. »


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Mer 26 Sep - 20:51

J’avais beau défendre ma cause tout en faisant preuve de compréhension, j’avais l’impression que Ji Hoon ne m’écoutait pas. Le seul moment où il avait été attentif était celui où j’avais dit que je comprenais, ce qui était pure vérité. Je ne pouvais pas comprendre ce que c’était que de tuer sa propre mère, la personne que l’on aime le plus au monde, mais tuer des gens en guerre et mourir en sachant que l’on laisse ceux qu’on aime est aussi significatif que de tuer une mère... ce n’était bien sur pas comparable, mais dans un sens, la douleur était la même. Je le laissais à son tour parler, déverser une seule parole qui évidemment ne m’étonna pas.

« Pourquoi... est-ce qu’ils vous traquent... eh bien... »

Dans ce genre de moment, j’avais terriblement honte des miens, je ne m’incluais pas dans ce lot d’anges qui tuaient sous prétexte qu’il s’agissait d’un ordre. De qui au juste ? Qui avait assez de pouvoir et n’en abusait pas pour demander à ce que l’on tue des aion ? Le seul souhait exprimé par le Tout-Puissant était l’apocalypse et encore, personne ne pouvait réellement savoir si cela venait de lui comme un pari, ou comme une réelle fin, il pourrait faire ça si facilement en même temps...

« Parce que vous êtes puissants, instables... parce que vous êtes né d’une union interdite. Mais... à mon humble avis... vous ne devriez pas en payer les conséquences... et si vous êtes tueurs et si instables, c’est de notre faute... pas de la votre. »

Je croyais sincèrement que, né dans un environnement plus ou moins stable un aion pouvait vivre convenablement et être simplement comme un ange ou un démon, si ce n’est un humain même. Autant dire que je n’arrivais pas à concevoir cela autrement, quand je voyais le schéma de vie d’Andréas comparé à celui de Ji Hoon... c’était une évidence.

Il me regardait toujours, son regard sombre illuminé par quelque chose, je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Il me demandait une seule chose... de tenir ma promesse. Je n’ai pas intérêt à le laisser et je prenais ça dans tous les sens du terme. Le laisser de côté... ou bien mourir, je n’en avais désormais plus le droit, car je ferais un malheureux de plus. Je me l’étais interdit, évidemment, ce pourquoi je prenais autant de précautions, mais c’était encore pire maintenant, car je n’imagine pas une seule seconde ce que cet aion serait capable de faire si ça venait à arriver... je ne peux même pas envisager une seconde de quitter ce monde... sans l’avoir apaisé au moins avant... ce serait pire que l’apocalypse pour moi, il serait incontrôlable, car... il me semble qu’il ne fait pas confiance si facilement et ces paroles, tout autant que ce besoin qu’il exprimait si clairement et que d’ordinaire il refoulait... prouvaient qu’il me faisait... un minimum confiance.

« Non Ji Hoon... je ne te laisserais pas. »

D’ailleurs, j’étais encore là, soulagé, car je savais qu’il pourrait désormais se reposer sur moi, après m’avoir raconté son histoire, j’espérais simplement qu’il puisse se confier et vider son esprit un peu au moins, de toutes les choses dont-il avait peur, dont-il ressentait de la colère, je rêvais peut-être...mais j’avais terriblement envie qu’il devienne cette personne souriante, à sa façon, très sarcastique... que j’avais rencontré. Il était si sûr de lui ce soir-là... et je l’avais déstabilisé, mais... pour autant je n’avais pas voulu m’immiscer dans sa vie. En quelque sorte, il m’avait sauté dessus par mon aura angélique et en ne lui offrant une chance... j’avais échappé à la mort. Je souriais, très bizarrement, il y avait quelque chose de drôle là dedans.

« Tu sais... ça me fait bizarre. Quand on s’est rencontré tu as voulu me tuer et voilà que maintenant, tu me demandes de ne pas prendre de risques, en quelque sorte... et puis même, d’être la pour toi. Je le serais, évidemment, tu peux compter là dessus, mais il y a quelque chose d’étrange quand même, car... de tous les aions que je connais où que j’ai pu connaitre... tu es celui qui a fait preuve d’une violence... incomparable et qui aurait pu me tuer... enfin, si tu l’avais voulu. »

Je fis une pause, riant très légèrement avant de me passer la main dans la nuque, car mine de rien, c’était éprouvant, même pour un ange, de supporter cette aura si puissante et pourtant vacillante. C’était aussi très pesant de voir un être que l’on voudrait protéger et que l’on sait si triste... dans un état bien plus chaotique que celui qu’on lui connait déjà...

« J’aimerais vraiment que tu puisses sourire, comme tu le faisais ce soir là... tu as changé, un peu, mais ne perd pas autant le nord hm ? Ou je te botterais les fesses ! Tu n’as pas le droit de flancher... si moi je n’ai pas le droit alors toi non plus, compris ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Ven 2 Nov - 16:27

Je me demandais si Chul Hei se rendait compte de la portée et de l'influence de ses paroles. De nombreuses personnes réconfortaient leurs proches en leur promettant des choses dont ils étaient sûrs qu'elles ne se produiraient jamais, sachant simplement que ces proches en question avaient juste besoin d'entendre ce qu'ils voulaient entendre. Je me demandais si nous étions tous deux dans ce cas de figure. Quelque part, je ne savais pas s'il fallait être étonné si jamais il mentait ou s'il fallait plutôt s'y attendre. Après peut-être était-ce ce qu'il faisait depuis le début, me mentir. Si c'était le cas, il arrivait à bien jouer son rôle aussi longtemps, il y avait de quoi être impressionné. Mais au fond, qu'importe. Qu'il me fasse croire monts et merveilles sans penser au reste n'avait aucune importance. Comme je m'en étais rendu compte plutôt, j'étais assez désespéré pour croire à n'importe quoi, n'importe quoi qui pourrait m'aider ne serait-ce qu'un minimum pour me sortir de là, et Chul Hei disait exactement ce qu'il fallait. Enfin, disons que je n'entendais que ce que je voulais entendre. Et après tout, peut-être qu'il disait la vérité. Peut-être qu'il était vraiment l'exception à la règle, peut-être qu'il était vraiment un ange comme il devrait l'être, comme les humains le voyaient.

J'avais conscience de poser une véritable colle à l'ange. Je n'avais pas connaissance de ce qui se passait au Ciel, si bien qu'Il disait peut-être à Ses soldats que ma race chaotique et violente n'était vouée qu'à être détruire sans leur dire la véritable raison. Qu'avions-nous fait pour mériter une telle haine ? Pourquoi, dès notre naissance, notre chemin était tout tracé et vraisemblablement court ? Visiblement, tout ceci n'était pas très clair pour Chul Hei également, et cela ne faisait que confirmer l'idée que tout ce que les aïons subissaient n'était qu'injustice. Mais il n'avait pas tort en rejetant la faute sur sa race. Je ne pouvais nier le fait que j'étais devenu un monstre, ayant pour seule amie la haine. Et les anges et démons avaient construit ce monstre d'eux-mêmes alors qu'ils essayaient de l'éliminer depuis le début.

Maintenant, je devais être sûr que Chul Hei n'allait pas me laisser tomber après toutes ses promesses. Je suppose qu'il devait se rendre compte des risques qu'il encourait s'il le faisait. Même si je le voulais, je ne pourrais pas retenir toute ma rage et mes envies de vengeance s'il osait le faire. Parce que malgré tout, j'avais décidé de lui faire confiance. Même si cela ne signifiait que se reposer sur lui qu'à peine quelques secondes, j'avais besoin de ces secondes en question. Même si j'aurais voulu me persuader du contraire. Sa phrase, qui m'affirmait que mon abandon semblait pour lui hors de question, eut le don de m'arracher un soupir. A présent, j'avais l'impression que tous les récents évènements n'étaient plus rien de bien grave. Comme si je pouvais vivre ma vie encore quelques années supplémentaires, comme si rien ne m'attendait dehors, comme si personne ne voulait me voir rendre mon dernier souffle. Peut-être que Chul Hei avait eu raison en détruisant ma porte ce soir, parce qu'il avait fait ce qui semblait être juste pour lui.

Comme si la tempête était passée, il avait l'air plus détendu. Je ne savais pas si c'était également le cas pour moi, mais je me sentais déjà beaucoup mieux, comparé au moment où j'avais franchi le seuil de mon appartement, comme si l'ange avait réussi à enlever un poids qui prenait trop de place dans mon coeur. Pour combien de temps encore pouvait-il le supporter cependant ?

Il évoqua notre rencontre. Il est vrai que j'y avais dévoilé plusieurs facettes de ma personnalité et que j'avais bien changé depuis. Au fond, je ne savais pas si je restais le même, si je m'étais assagi ou si au contraire, c'était bien pire. J'esquissais un pauvre sourire. Chul Hei espérait tout de même en vain, parfois...

« Je pense qu'il est trop tard pour moi d'essayer de retrouver la raison. J'ai sombré il y a trop longtemps. »

Je sentais son regard plein de reproches sur moi, auquel je répondis de la même façon. D'un côté, nous avions moi, grand dépressif, et de l'autre, nous avions lui, qui semblait encore croire qu'une fin heureuse à nos vies était possible. Le contraste était saisissant.

« Enfin, bon, si tu y tiens, je peux toujours essayer... »

Je ne cachais même pas mon air blasé. Je pensais toujours qu'un retour en arrière pour moi n'était tout simplement pas possible, mais s'il insistait, je pouvais peut-être tenir le coup encore un peu.

« Je ne te comprendrai jamais. Il n'y a vraiment que toi pour rester aux côtés d'un aïon aussi dangereux pour lui que pour le monde et aussi fou. »

Je fis une pause. J'étais fatigué, aussi bien mentalement que physiquement, mais l'espoir était revenu, aussi infime qu'il était. Je pris mon visage entre mes mains, frottant lentement sans vraiment y réfléchir mon cou qui resterait marqué à jamais.

« Arrête de t'en faire pour quelqu'un qui n'en vaut pas la peine. Va rejoindre Miwa, elle doit être morte d'inquiétude. »


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei
Sam 3 Nov - 0:07

Il disait ça avec ce sourire à la fois désespéré et amusé... si je n’avais pas été un ange et que je me refusais toute violence avec lui... je l’aurais sans doute frappé. Malheureusement il aurait surement sauté sur l’occasion ou mon geste aurait été incompris, vexant, que sais-je encore, il se serait surement mis à se poser davantage de questions et ce n’était absolument pas une priorité... vue l’état dans lequel il était.

« Il n’est jamais trop tard... c’est un dicton qui me plait bien, tu connais, n’est-ce pas ? »

Un peu d’humour ne lui ferait sans doute pas de mal. L’ambiance c’était radouci, il était aussi surement très fatigué en vue de ses réactions comme de sa faible voix. Il était extrêmement faible, je devrais peut-être le laisser tranquille et c’est en souriant que j’acquiesçais gentiment à sa remarque.

« Je dois être fou, mais... je sais aussi que s’il y avait eu, sans aucune prétention de ma part, plus d’anges prêts à te tendre la main... toi comme beaucoup d’autres aion, il n’y aurait pas eu tant de souffrance... un jour, ils comprendront »

Ou notre père l’ordonnera ? Je n’en sais rien, ces derniers temps beaucoup de choses se sont passées, si bien que j’ai été surpris comme choqué parfois. Je soupire et m’inquiète silencieusement de le voir dans cet état... mais il ne fait qu’aggraver la situation en me poussant à sortir, pour rejoindre Miwa. Elle devait dormir et comme elle faisait l’oignon elle n’a pas dû s’en rendre compte... ma présence, aussi rassurante fût-elle, l’avait certainement perturbée au point que son sommeil était assez précieux pour être aussi lourd.

« Ne t’inquiète pas pour Miwa, s’il se passe quoi que ce soit je suis juste... en face ! Et puis, prends soin de toi surtout... je n’aime pas te voir dans cet état, tu le sais bien. C’est même, la première fois que je te vois aussi mal en point... mentalement »

Car je l’avais vu à plusieurs reprises rentrer de l’hôpital, une fois avec Miwa étant donné qu’elle l’avait accompagné, c’était assez impressionnant et pourtant... il s’en remettait toujours. Sauf que cette fois-ci, il y avait comme un ras le bol, comme une envie de se laisser aller, de se laisser tuer et je n’en connaissais qu’une partie de la raison qui le poussait vers cette mort lente. Quoi qu’il puisse arriver, je ne le laisserais pas faire, c’était interdit...

Une main amical sur son épaule, sans trop appuyer, juste tapotant cette dernière en guise de soutien, je finis par fermer la porte... on du moins ce qu’il en restait, la remettant au moins en place en parlant assez fort en même temps pour qu’il daigne me comprendre.

« Tu feras attention lorsqu’elle tombera, à ne pas te retrouver en dessous... n’est-ce pas ? J’appellerais demain à la première heure pour te faire remplacer cette porte au plus vite. Et... je ne regrette pas d’être venu... quitte à briser cette porte. Mais ce serait bien que la prochaine fois, tu ne m’inquiètes pas au point que je veuille passer au travers, appelle moi quand tu veux ! »

Je ris légèrement, souriant, un peu plus, disons que je sentais qu’il allait passer une sacrée nuit, mais qu’il pourrait fermer les yeux en souriant , en pensant qu’en ce bas monde il avait au moins un, ou deux amis capables de le soutenir lorsqu’il en aurait besoin.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Why don’t you teach your heart to talk ? } Chul Hei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Immeubles :: Appartements :: #299-