† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Tequila Sunrise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Do Sung Mi
Devil † Walker

avatar


Emploi : Réceptionniste au Love Hotel

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Tequila Sunrise
Jeu 16 Aoû - 20:34



Do Sung Mi † Hikami Aoru
Tequila Sunrise


Le 21 Mai 2010, 22:07



J’avais passé une journée exécrable. Des heures bien trop longues au conservatoire de l’opéra que j’aurais préféré passer ailleurs, et il faisait une chaleur de plomb pour un mois de Mai. Quoi de plus insupportable ? Accablée, j’avais décidé de rentrer chez moi directement, sans même prendre le temps de manger. Il me suffisait de me mettre au lit, et cette horrible journée était terminée jusqu’à demain… Que je pensais. Ce n’est qu’une fois la porte de mon appartement poussée que je m’aperçus de mon erreur fatale : j’avais de l’eau jusqu’à la cheville, et certaines de mes affaires flottaient, comme si elles me narguaient – la situation ne m’amusa guère, puisque même si je vis rapidement que tout était de ma faute au vu du robinet de la baignoire coulant à flot, il était hors de question que je passe la nuit dans une pièce empestant l’humidité. Excédée par l’incident, j’éteignis le robinet coupable et refermai rapidement la porte de l’appartement… L’évaporation s’occuperait du reste.

Instinctivement, mes pas me dirigèrent vers le centre-ville. Mon endroit préféré, mon quartier général. Ça ne serait pas très difficile de ne pas rentrer chez moi ce soir, après tout j’étais habituée à découcher, et, confiante en mes habilités, je pensais être capable de manipuler un homme au hasard pour qu’il m’offre un endroit où dormir, et peut-être même de quoi me remplir un peu l’estomac (au sens figuré, bien sûr.) Alors d’un pas décidé, je continuais de marcher vers mon point de chute habituel : l’Ibiza Club. J’étais une cliente fréquente du bar, et connaissais son type de faune assez bien – il ne serait donc pas bien difficile de trouver une proie peu farouche bien vite expédiée.

Cependant j’avais eu une très longue journée, et mon capital beauté n’était pas à son maximum. Mon maquillage qui était passé par le stade « couler » était maintenant au stade « porté disparu », et ma tenue vestimentaire aurait presque laissé à désirer. Rien de bien plus affriolant qu’une légère blouse en coton blanc, et un jean d’un bleu des plus basiques. Enfin, mes cheveux étaient toujours en place, et c’était le principal. De plus je n’avais pas peur d’utiliser une partie de mes habilités pour tromper l’œil de ma victime.

Je poussai enfin la porte du bar, aspirant d’un coup tous les sons, toutes les odeurs du lieu. Comme d’habitude, l’Ibiza Club était bondé. Les gens s’entassaient par groupes d’amis, buvaient un verre ou deux, appréciaient la musique. Bien loin de toutes leurs activités futiles, je m’assis près du comptoir, comme d’habitude, et ne commandai rien. J’attendrai qu’on le fasse pour moi. La serveuse me lança son habituel regard complice – elle m’avait déjà repérée depuis longtemps, m’installer et attendre patiemment que l’on m’invite, et elle m’avait vue bien mieux apprêtée que ce jour-là. Elle ignora, cependant, et continua à essuyer la pile de verre qui décoraient le bar.

Il ne fallut pas longtemps avant que je cerne la plupart des gens présents dans le club. La plupart étaient des humains, bien que j’eus cru voir un démon d’un côté ou de l’autre, il ne m’intéressait guère si en groupe, et automatiquement je recherchai la personne solitaire qui me correspondrait. C’est à cet instant que la vision me frappa : il était là, assis, presque aussi passif que moi, et tout aussi seul. Un homme, vraisemblablement totalement humain, mais qui étonnamment m’intriguait. Etait-ce son air mystérieux, ou le fait qu’il était seul dans ce bar alors qu’il n’était pas des plus repoussant, dans tous les cas, je profitai de ma position ni trop proche, ni trop éloignée pour l’observer un moment. Il sentirait mon regard. Il allait venir à moi.

Ma victime du jour… C’allait être lui.


Dernière édition par Do Sung Mi le Mer 22 Aoû - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Hikami Aoru
Human † Hunter

avatar


Emploi : Auteur/compositeur/interprète

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Jeu 16 Aoû - 23:52

Ce jour-là, j’avais fini le boulot plutôt tôt. 21h. En réalité, je n’avais jamais vraiment d’horaires précises, je pouvais adapter mon emploi du temps comme bon me semblait et cela faisait longtemps que je n’avais plus de manager. Ce 21 Mai, j’avais participé à une émission, parlé du concept de mon dernier album toujours en cours de travail à la radio, puis j’étais revenu dans les bureaux de la Hellsing peaufiner certaines de mes chansons. Je n’étais donc pas bien fatigué mais n’avais pas très envie de m’attarder. La soirée s’annonçait calme, et la chaleur commençait à redescendre comme la lune pointait le bout de son nez, même si le vent se laissait encore désirer.

J’aurais pu aller lire un bon bouquin, mais j’avais évidemment besoin d’adrénaline avant de me poser tranquillement sur mon canapé. Sinon la soirée et cette journée auraient été d’un vide mortel. Soit. Je ne pris pas le temps de me changer, mes vêtements allaient très bien : Un jean noir, un t-shirt blanc col V plongeant, les tenues les plus classiques étaient souvent les mieux adaptées. Je montai dans ma Maserati et roulai en direction de l’Ibiza Club, où j’avais l’habitude de me rendre lorsque je cherchai de quoi me stimuler. Il y avait toujours tellement de monde dans cet endroit que je finissais toujours par trouver ce que je cherchais, et on pouvait dire qu’il y avait du choix : tous les genres pour toutes les races.

Je rentrai dans l’Ibiza Club. Ah, apparemment c’était soirée pop. Je me dirigeai vers mon coin habituel, à l’extrémité droite du bar. J’aimais m’assoir dans cet endroit car j’avais une vue imprenable sur le paysage : la salle et les personnes qui s’y trouvaient. Je pouvais ainsi observer les gens, les différents groupes, et faire mon choix. En revanche ce que je voyais ne me stimula pas vraiment. Je vérifiai alors l’heure : 21h24 à ma montre ; il était encore tôt. Je m’accordai donc une heure. Si à 22h24 précise je ne trouvais personne d’intéressant, je partirais et me contenterais d’un livre pour la soirée. Un peu de suspense, cela alimenterait au moins quelque peu cette soirée. Je commandai donc la même chose que habitude, une tequila sunrise, et attendis.

Et attendis.

Et attendis.

Alors que j’avais même ouvert un bouquin sur l’art français du XVIIème siècle pour passer le temps, je vérifiai l’heure une nouvelle fois : 22h10. Plus que 14 minutes et je partais. Je balayai encore la salle du regard et stoppai mon chemin sur cette femme, qui me scrutait sans retenu. Elle n’abaissa pas non plus les yeux lorsque nos regards se rencontrèrent, me laissant ainsi clairement lire ses intentions. C’était sans aucun doute un beau brin de femme, et j’appréciai son style sans fioritures et le fait qu’elle ne portait pas de maquillage. C’était sûrement le genre de femme qui soignait son apparence, pourtant sa présentation était simple ; un imprévu peut-être. Mais cette simplicité faisait d’autant plus ressortir sa beauté. Je remarquai qu’elle était seule sans rien à boire et souris, comprenant ses attentes. Cela ne me déplaisait pas, au moins elle savait ce qu’elle voulait … Très bien, ce serait elle ma distraction de la soirée.

Je fermai mon livre et me dirigeai donc en direction de cette femme sans gêne. Je m’assis à ses côtés et interpellai la serveuse, commandai deux tequila sunrise, puis me tournai vers ma compagne. J’esquissai un sourire :

« Tu aimes ça j’espère »
Revenir en haut Aller en bas
 
Do Sung Mi
Devil † Walker

avatar


Emploi : Réceptionniste au Love Hotel

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Ven 17 Aoû - 12:58

Comme je l'avais prévu, il ne fallut pas longtemps avant que l'homme, auparavant fasciné par un livre dont je n'arrivais même pas à lire le titre croise mon regard. Bingo, c'était gagné, ni une ni deux, il se leva et me rejoint. La tenue était simple, presque autant que moi – c'était un point positif, je n'étais vraiment pas en état de séduire le premier businessman solitaire, et n'en avais pas non plus l'envie. Non, ce spécimen était parfait. En tout cas pour ce soir.

Il s'approcha et je pus le discerner un peu mieux. Son expression confiante, et la démarche assurée, sans oublier un visage qui ne devait pas en laisser plus d'une indifférente. Moi y compris. Avais-je rencontré au fil des siècles éphèbes et apollons, mais celui ci était d'une différence singulière. Les traits définis. Les yeux rieurs malgré son air sérieux. Je lui devinais un certain passé rien qu'à l'aura générale qu'il dégageait. Peut-être n'était-ce pas une mauvaise pioche ? Bon point pour moi, il avait l'air rapide en besogne, et rapidement il nous commanda à boire. Tequila Sunrise. Drôle d'entrée en matière.

« Tu aimes ça, j'espère. »

Je souris gentiment à la remarque. Que n'aimais-je pas, moi l'habituée des bars et autres clubs, et après tout, j'aurais tout bu tant que je savais qu'il y avait de quoi me nourrir à la fin. Et comme l'alcool n'aurait d'effet sur moi que si je décidais qu'il en ait, je restais sur mes gardes. Il n'allait pas me filer entre les doigts.

D'un geste lent je récupérai la boisson, et en bus une longe gorgée, les yeux toujours fixés dans les siens. Cet homme, qui pouvait-il être, qu'un humain qui m'intrigue autant ? Il y avait certainement quelque chose de différent. Avait-il senti que je n'étais pas « normale » ? Ce n'était pas ce que je ressentais. Il fallait rester discrète. Faisant claquer lascivement le bout de mes doigts sur la table, je lui rétorquai avec un regard appuyé :

« Tu n'as pas peur que ce soit un peu fort pour une fille comme moi ? »

Il était rentré directement dans le jeu. Pas d'entrée en matière, comme j'avais pu en avoir des centaines, de « qu'est-ce qu'une femme comme vous fait dans un endroit comme celui-ci. » et autres choses inutiles de la parade des gens qui ont pourtant tous les mêmes intentions, et étonnamment (ou pas tant que ça, en fait) ça me plaisait. Ce que je voulais vite expédier... Finalement je me serais bien amusée un petit peu plus avec.

« J'aime voir le jaune se mélanger avec le rouge, dans le verre, pour créer cette couleur intermédiaire, lui dis-je, les yeux plongés dans le cocktail. Et, relevant le regard, ça a quelque chose... d'excitant. »

J'agrémentai ma phrase d'un sourire licencieux – pourquoi feindre l'innocence alors qu'il était clair que je savais très bien ce que je faisais ? Faire durer le plaisir, oui, mais s'éterniser... La vie de démon était tellement longue, qu'il y avait bien longtemps que j'avais oublié la patience. Alors, doucement, je rapprochai ma main de la sienne posée sur le bar. Il fallait que ça devienne physique rapidement, ou j'aurai du mal à ne pas provoquer une hécatombe dans ce pauvre club.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hikami Aoru
Human † Hunter

avatar


Emploi : Auteur/compositeur/interprète

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Ven 17 Aoû - 14:49

« Tu aimes ça j’espère. »

Elle se contenta de sourire en guise de réponse. Elle devait être une habituée de ce genre d’endroits, et il était clair que ce n’était pas non plus une débutante en matière de séduction, ce que la suite des évènements me confirma : Sans me quitter des yeux, elle but avec confiance une longue gorgée de la boisson que je lui avais offert. Quelque chose de mystérieux planait dans l’air, et j’avais l’impression que chacun de nous deux, sans douter des intentions de l’autre, faisait tout de même preuve d’une certaine prudence.

« Tu n'as pas peur que ce soit un peu fort pour une fille comme moi ? »

En tout cas, elle avait l’air d’avoir le sens de l’humour, et je laissai s’échapper un léger rire. Cette façon de faire démontrait une fois de plus son habilité. Tous les ingrédients y étaient : une voix lancinante et chaude, des gestes également lents qui faisaient durer le plaisir et en même temps appelaient le désir, les jeux de regards laissant percevoir une dose de mystère et d’évidence … Une véritable experte en la matière. Ce qui n’était évidemment non sans me déplaire, j’avais apparemment dégoté une personne de choix et le sentiment que je n’allais pas m’ennuyer s’accroissait.
De plus, elle était décidemment très jolie. Un regard confiant, pétillant et mystérieux mis en valeur par de longs cils noirs, une peau parfaite et certainement très douce, des lèvres pulpeuses légèrement rosées et de longs cheveux soignés qui encadrés un visage parfaitement dessiné. On pouvait dire que son créateur n’avait rien laissait au hasard …

« J'aime voir le jaune se mélanger avec le rouge, dans le verre, pour créer cette couleur intermédiaire » me dit-elle, les yeux plongés dans son cocktail.

Je ne la quittais pas des yeux, quelque chose semait le doute en moi. Je me sentais un peu trop absorbé par sa voix et inhabituellement fasciné par cette femme. Puis son regard se replongea dans le mien :

« Ça a quelque chose... d'excitant. »

Je sentis alors le bout de ses doigts frôler ma main. Je ne quittai pour autant pas d’une seconde son regard, ne bougeant pas d’un millimètre. Je me concentrai sur le rythme de sa respiration et me calai dessus, refreinant ainsi tous signes de perturbation qui avaient bien faillit transparaître. Et je compris. Sa respiration était très lente. Son talent de séduction bien trop poussé pour une fille qui semblait avoir une vingtaine d’années. Sans oublier sa beauté, un peu trop flagrante… Oui, cela m’aurait fort étonné si elle avait quoique ce soit d’humain. Et on pouvait dire que j’avais assez d’expérience pour reconnaître un humain de quelqu’un qui ne l’était pas. Je sentis un sourire sarcastique grandir sur mon visage ; cela devenait décidemment de plus en plus intéressant, et puisque je voulais être sûr de ce que j’avançais, je souhaitais me rendre dans un endroit plus apte à la discussion. Je dégageai alors ma main pour attraper un billet et le déposer sur le bar. Ils n’auraient qu’à garder la monnaie.
Puis tout en me levant, je laissai délicatement glisser mes doigts jusqu’à l’extrémité de la main de ma convive, l’invitant ainsi à me suivre.

« Et je suppose que tu aimes les Maserati. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Do Sung Mi
Devil † Walker

avatar


Emploi : Réceptionniste au Love Hotel

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Lun 20 Aoû - 21:12

Il y avait dans ma façon de faire tout ce qui marchait le mieux. Les gestes calculés et lents, la respiration régulière et appuyée, et bien sûr le regard qui en disait long. Il y avait aussi cette aptitude que j'avais, en tant que démone, à ralentir le rythme de mon cœur, laisser mon sang refroidir, pour plonger l'ennemi dans une sorte de légère transe. Étonnamment, je ressentais en ce bel étranger une once d'incertitude, une petite réticence qui m'intriguait. L'humain avait-il l'habitude des femmes comme moi ? Ceci expliquerait cela. Soigneusement, je continuai de l'observer, espérant en découvrir plus sur lui... Bien plus, à vrai dire.

Peu à peu j'entrai en confiance, au fur et à mesure que se rapprochait le moment où il entrerait en moi. J'appréciai sa présence, me délectai de la vision d'un si beau visage, me régalai du moment où j'allai pouvoir caresser ces cheveux, frôler ces lèvres, découvrir l'île merveilleuse que me promettait ce tee-shirt un peu trop saillant – sans même encore penser à ce qui se cachait sous la plus lointaine couche de vêtement. Il fallait en garder pour plus tard. Ne pas trop laisser divaguer l'imagination.

Et comme l'homme jeune est rapide et impatient, il ne lui fallut pas longtemps pour décider de faire avancer les choses. Et j'étais d'accord avec lui. Ça avait assez duré, il fallait que l'on passe à quelque chose d'autre, pour ne pas rendre la soirée ennuyeuse. Ni une ni deux, il posa un billet sur le comptoir, et avec un air que je devinais à mi-chemin entre le désir, et le défi, posa sa main sur la mienne. Ses yeux plantés dans les miens, il prononça :

« Et je suppose que tu aimes les Maserati. »

Et bien, si ça ce n'était pas un doux langage aux oreilles d'une femme ? J'eus à peine le temps de contrôler le sourire intéressé qui s'afficha sur mon visage, qu'il me traîna hors du club bien trop miteux pour chacun de nous deux, et m'enfourna dans la dite Maserati. Étais-je décidément bien tombée ? Silencieuse, je jubilai à l'idée du réconfort que serait un peu de luxe, si l'inconnu se révélait être... Un mauvais coup.

La voiture, que je n'eus même pas le temps d'admirer tellement nous nous étions précipités à l'intérieur, fonça à travers la ville si vite que les lumières se transformèrent en traînées colorées. Il était terriblement pressé, et moi aussi, et le fait que ce club soit un peu éloigné de tout n'arrangeait rien. L'homme avait l'air de savoir où il allait. Ça ne m'étonna pas. Allait-il m'amener dans un endroit différent de tous ceux que j'avais pu fréquenter ? Il me semblait connaître un bon nombre des hôtels de cette ville... Mon esprit errait, et ce n'est que lorsque je sentis sa main chaude sur ma cuisse que je revins à la réalité. Rapidement, je détournai le regard vers lui et lui adressai un sourire licencieux. J'étais pressée, alors il avait intérêt à accélérer, s'il ne voulait pas que ça se produise sur sa banquette arrière.

Avec un léger ricanement, je replaçai une mèche de cheveux derrière mon oreille.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hikami Aoru
Human † Hunter

avatar


Emploi : Auteur/compositeur/interprète

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Mar 21 Aoû - 1:37

Ceci confirmait cela. Il était évident qu’elle n’était pas insensible à mon charme, pourtant de simples caresses n’avaient pas l’air de la stimuler plus que ça. Elle était satisfaite, intéressée, c’était certain, mais en temps normal lorsque j’effleurais ainsi une femme, cette dernière ne pouvait cacher certains sentiments... Tandis qu’elle, j’avais de plus en plus l’impression que son visage me laisserait lire des émotions au moment fatidique, et pas avant. Encore une fois, cela la différentiait clairement des humains. Il fallait vraiment que j’en sache plus, et que par la même occasion je goûte à cette chair si tentante… Pas au sens premier du terme bien entendu, le cannibalisme et autres pratiques du même genre ne faisaient généralement pas partis des activités auxquelles je m’adonnais.

Sur ces pensées, je démarrai mon engin ; sous-entendu ma voiture, évidemment. Apparemment, mon invitée n’avait pas remarqué que je me doutais de quelque chose. Je me disais qu’elle devait être bien trop absorbée par ce qu’annonçait la suite des évènements pour accorder de l'attention au reste. Elle était confiante sur l’avenir proche de cette soirée, et elle avait raison ; car je ne m’amuserais guère à attaquer quelqu’un dont je ne connaissais ni la puissance, ni l’origine, et je n’en n’avais pour le moment pas la moindre envie. J’essaierais seulement d’en apprendre un peu plus durant le laps de temps qui nous séparait de la félicité. Laps de temps qui risquait d’ailleurs de s’éterniser au vue de la circulation qui s’annonçait à quelques kilomètres.

Enfin, pour le moment, nous étions tranquilles. J’en profitai pour tenter de nouveau une petite expérience et glissai ma main sur sa cuisse. Je ne fus pas déçu : Quelle rapidité dans sa réaction ! A peine je l’avais effleurée qu’elle tourna immédiatement la tête vers moi. Puis son visage afficha un sourire, toujours le même, surmonté cette fois-ci d’un petit ricanement témoignant d’une certaine impatience. Mais toujours aucun signe apparent d’excitation ou autres. Je ne m’étais décidemment pas trompé.

Je lui rendis son sourire et me reconcentrai sur la route. En effet, si je l’avais touchée dans un but bien précis, cela avait également intensifié mon envie de passer à l’acte. Quant au reste de mes réflexions, j’avais l’impression qu’elles s’enfonçaient de plus en plus dans les abîmes de mon esprit pour ne laisser place qu’au désir. Il fallait donc que je me reconcentre rapidement sur ma destination ou j’allais définitivement me contenter de ma banquette arrière. Enfin, cela aurait été plus facile sans cet embouteillage inévitable dont j’appréciais à présent la distance à moins de 500 mètres. Je devais vraiment me changer les idées. Je lançai un coup d’œil vers ma voisine, pour ainsi dire, et soupirai.

« Nous voilà bons pour au moins un quart d’heure d’attente. »

J’avais à la base l’intention d’en apprendre plus à son sujet, aussi cela m’offrait plus de temps que prévu. Sur le moment j’aurais réellement préféré autre chose mais après tout, ce n’était pas si mal de nous laisser mariner pour pimenter un peu plus cette soirée. En revanche, elle n’avait pas franchement l’air d’être du même avis que moi. Sa journée n’avait peut-être pas été très reluisante ? Je me rappelai alors sa tenue qui m’avait interpellé un peu plus tôt. Eh bien, puisqu’il n’y avait que ça à faire, je pouvais directement lui poser la question.

« Au fait, toi non-plus tu n’as pas pris le temps de te changer ? Mauvaise journée ? »

C’est vrai que nous étions plutôt assortis, quand j’y pensais, et la situation avait quelque chose de cocasse. Un léger rire m’échappa. Je ne lui avais même pas demandé son nom.
Revenir en haut Aller en bas
 
Do Sung Mi
Devil † Walker

avatar


Emploi : Réceptionniste au Love Hotel

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Mar 21 Aoû - 10:59

Si la circulation s'était faite arrangeante sur les premières minutes, il n'en était rien de maintenant, et je devinais déjà les embouteillages qui nous pendaient au nez. Si nous étions bloqués dans cette voiture quelques minutes de plus... qui saurait ce qu'il allait se passer. Frustrée, et contrariée de devoir attendre, je prenais mon mal en patience en observant la vue à travers la vitre de la voiture. Rien de bien passionnant, que les gens qui regardaient l'engin avec envie – ce qui me dynamisa dans mon ego, puisque j'étais celle à l'intérieur. Chanceuse ? Peut-être pas.

La voiture ralentit peu à peu, s'entassant dans l'immense encombrement, alors que l'humain me glissa quelques mots, comme quoi nous allions attendre un quart d'heure. Je ne lui répondis qu'un mot, dépitée par sa constatation.

« Oh. »

C'était bien trop long. Je regardai ma montre, lasse, il était presque vingt-trois heures, certes tôt mais ma journée avait été longue. Adressant un regard complice à l'homme, je posai ma main sur la sienne, et jouai doucement avec ses doigts. Il fallait faire passer le temps. Plusieurs minutes s'écoulèrent avant qu'il ne reprenne la parole.

« Au fait, toi non-plus tu n’as pas pris le temps de te changer ? Mauvaise journée ? »

Je ris doucement à sa remarque. Finalement peut-être que ça se voyait tant que ça, que je n'étais pas apprêtée... Enfin, s'il avait mordu à l'hameçon alors que je n'étais pas au top de ma beauté, il se serait jeté sur moi si j'avais utilisé rien qu'une once de mon pouvoir~ Amusée, je lui rétorquai :

« J'ai passé la totalité de ma journée à l'opéra avec une junior qui n'arrêtait pas de me solliciter, et en rentrant chez moi mon appartement ressemblait plus à une piscine qu'à autre chose. »

Tout en parlant, je continuais de jouer avec sa main, remontant peu à peu mes doigts jusqu'à son poignet, son avant-bras.

« Alors je me suis dit que je pourrais passer une bonne soirée si quelqu'un acceptait de la passer en ma compagnie... »

Pourquoi ce soudain besoin d'être honnête ? Je n'en savais rien, il n'était pas tard, je n'étais pas alcoolisée, et pourtant il y avait quelque chose qui me forçait à ne pas me masquer. Après tout, nous avions les mêmes intentions, et si j'étais honnête avec lui, il le serait sûrement avec moi. Et, fait tout aussi étonnant, je ressentais même avant que nous n'ayons fait quoi que ce soit de physique, une sorte de besoin, d'envie de rencontrer l'inconnu à nouveau. Me surprenant moi-même, je me mordis la langue – il ne fallait pas trop attendre de lui, c'était un humain, et aussi expérimenté soit-il, il y avait des chances que cette soirée se transforme en cauchemar... et ça ne s'annonçait pas très bien.

« Enfin, j'ai pas l'impression que le sort soit avec moi, là. »

Exaspérée, je reposai sa main sur ma cuisse, et expirai bruyamment. S'il y avait encore un dieu sur cette terre, il avait intérêt à se magner, ou j'allais mourir de faim dans la voiture de luxe d'un inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hikami Aoru
Human † Hunter

avatar


Emploi : Auteur/compositeur/interprète

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Mar 21 Aoû - 12:33

Elle m’étonna une fois encore. Je m’attendais en effet à une réponse plus ou moins brève, peut-être même accompagnée d’un léger soupir, mais il n’en fut rien puisqu’elle s’embarqua tout au contraire dans un discours m’expliquant le pourquoi du comment, qui de plus paraissait sincère. Enfin, il se synthétisait en deux phrases mais quand bien même, cela me surpris. Surprise qui s’amplifia d’autant plus lorsque sa main qui jouait gentiment avec mes doigts un peu plus tôt entreprit une ascension jusqu’à mon avant-bras. L’air de rien, elle continua :

« Alors je me suis dit que je pourrais passer une bonne soirée si quelqu'un acceptait de la passer en ma compagnie... »

Je souris face à cette dernière remarque. Là, sa sincérité avait quelque peu vacillait. J’appréciai tout de même cet échange, à mi-chemin entre sincérité et sous-entendus. C’était simple mais intéressant. Cette dernière pensée me déconcerta de nouveau puisque normalement, parler était plus une chose que je me devais de faire au minimum et ce qui se racontait m’intéressait rarement plus que ça. Tandis que là, je ressentais un certain enjouement et je ne me forçais pas le moins du monde. Pourtant, nous ne disions rien de particulier, et nous n’avions encore rien fait ; étonnant donc.

Pas mal de réflexions flottaient dans mon esprit : Tiens, elle était donc à l’opéra. Je me demandais à quoi ressemblait sa voix chantée, surement très envoutante au vue de sa façon naturelle de parler et de son timbre. Ah, c’était donc une femme impatiente même dans la vie de tous les jours ? C’est vrai que ça n’avait pas l’air d’être le genre à attendre tranquillement quelque chose. Une piscine ? Pourquoi ?

« Enfin, j'ai pas l'impression que le sort soit avec moi, là. »

Cette réplique m’extirpa de mes pensées et je sentis ma main se déposer de nouveau sur sa cuisse. Elle expira bruyamment. Je restai là, un instant stupéfait. Puis une chose déconcertante se produit, puisque j’explosai littéralement de rire. Cela faisait un moment que je n’avais pas ris ainsi et c’était plutôt agréable je dois dire. Cette fois-ci, je pus même lire une certaine stupéfaction sur son visage, ce qui ne fit qu’aggraver mon fou rire. Je repris possession de ma main afin de m’essuyer une larme, respirai profondément et me raclai la gorge.

« Hum, excuse-moi. Mais tu es tellement impatiente que tu en oublies même ta délicatesse précédente haha… »

Je laissai un silence, car je sentais le rire me reprendre dangereusement. Je soufflai de nouveau et continuai :

« En tout cas, je ne m’attendais pas à tant de sincérité. Enfin, même si je pense qu’il aurait été plus juste de se contenter de dire « Alors je me suis dit que j’allais passer une bonne soirée », car il était évident que tu trouverais quelqu’un, non ? »

Je lui souris, mais la pensée de son appart inondé me revint brusquement en tête, Dieu seul sait pourquoi. Je ris de nouveau légèrement :

« Une piscine… »

Il fallait que je me calme ou la gente demoiselle risquerait de s’énerver. Oh et puis, au pire, cela pourrait être amusant. Cette soirée prenait un tournant tout à fait inattendu, et j’étais décidemment de bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Do Sung Mi
Devil † Walker

avatar


Emploi : Réceptionniste au Love Hotel

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Mar 21 Aoû - 14:24

Il est vrai qu'une once d'incompréhension s'empara de moi lorsque je vis l'étranger exploser de rire, littéralement. Sa réaction avait été totalement imprévisible, et je fronçai les sourcils, se moquait-il de moi ? Presque vexée, je lui lançai un regard assassin. Mon expression se radoucit rapidement à cette vision – son sourire était lumineux, et une fossette adorable s'était creusée dans sa joue. Soudainement émue par le spectacle, je le regardais se tourner vers moi, reprenant sa respiration et m'adressant ses excuses.

« Hum, excuse-moi. Mais tu es tellement impatiente que tu en oublies même ta délicatesse précédente haha… »

Mon expression se rassombrit. Et alors ? Nous savions tous les deux pourquoi nous étions là. La situation avait beau être cocasse, j'étais lasse de toutes ces fioritures. Pourquoi faire plus que le strict minimum ? Nous n'en étions pas encore là. Je le vis se retenir de rire, et le jugeai du regard. Qu'est-ce qui était si amusant à la fin ?!

« En tout cas, je ne m’attendais pas à tant de sincérité. Enfin, même si je pense qu’il aurait été plus juste de se contenter de dire « Alors je me suis dit que j’allais passer une bonne soirée », car il était évident que tu trouverais quelqu’un, non ? »

Belle façon de se rattraper, mais je ne me laissais pas tromper par le soudain compliment. Il avait l'air d'être habitué à ce genre de pratiques, mais il était tombé sur une adversaire de taille. Avec un air innocent, je lui répondis :

« Je ne pensais pas si bien tomber. »

Et agrémentai le tout d'un sourire. Je pensais avoir rétabli le sujet de la « conversation » sur ce qui était important, c'est à dire ce qu'il allait me faire si la circulation reprenait enfin, mais il jugea plus opportun de se remettre à rire, et de me dire sur un ton amusé :

« Une piscine... »

Je désapprouvai du regard, et lui appliquait une légère tape sur la cuisse.

« Arrête de te moquer de moi ! »

Exaspérée, je portai le regard sur mes pieds, et, les trouvant soudainement très intéressants, continuai, sans jeter un regard au bel inconnu.

« Les inondations, ça arrive souvent non ? ... »

Aussi je l'entendis pouffer à nouveau, et reportai mon attention sur lui. Il était vraiment très, très beau, avec son air joyeux autant que son air mystérieux, et le sourire lui allait autant que le visage sérieux qu'il arborait auparavant. Perdue dans mes pensées, je laissai mon regard s'aventurer un peu partout, dans la pénombre de la voiture, et détallai ses traits. Ils étaient comme faits de la main de Dieu, fins et réguliers et je me retenais de trop observer l'arête de son nez où j'allais moi même me transformer en piscine... Décidément, la banquette arrière m'attirait de plus en plus.

Je soupirai à nouveau, les yeux rivés sur la route.

« C'est qu'il fait chaud dans cette satanée voiture, lui dis-je, m'éventant avec ma main. »

Satanée... Haha, ironiquement, c'était le mot.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hikami Aoru
Human † Hunter

avatar


Emploi : Auteur/compositeur/interprète

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Mar 21 Aoû - 23:54

Ah, à en juger par la tape qu’elle venait de m'adresser, le demoiselle devait être un tantinet vexée. Il faut dire que j’étais tellement absorbé par mon fou rire que je n’avais même pas relevé sa tentative de remettre les choses à leur place. C’était pourtant bien envoyé, ce « Je ne pensais pas si bien tomber », mais hélas, rien que l’idée du visage dépité qu’elle avait dû arborer en découvrant son appartement inondé m’avait empêché de répliquer quoique ce soit.

« Arrête de te moquer de moi ! »

Cette remarque me calma instantanément. Etait-ce une nouvelle tactique ? La « femme/enfant » ? Je tournai mon visage redevenu sérieux face à elle et ne croisai pas son regard, puisqu’elle était en pleine contemplation de ses pieds. Sérieusement ? Elle pourtant si fière et si confiante quelques minutes auparavant paraissait maintenant totalement inoffensive, avec sa tête baissée telle une enfant vexée qu’on taquine. Et pour la première fois au cours de cette soirée, je me dis qu’elle était vraiment mignonne. Ses longs cheveux dégringolaient devant son visage, qui d’ailleurs pour ce que je distinguais était aussi beau de profil que de face, et je mourrais d’envie de voir l’expression qu’il affichait à ce moment précis. Je ne pouvais dire si elle était sincère ou pas, mais même s’il se révélait que ce n’était que calcul, je ne pourrais que m’abaisser devant tant de professionnalisme et la remercier de ce spectacle. Puis je vis ses lèvres commençaient à bouger, hésiter un court instant, pour finalement laisser place à des mots :

« Les inondations, ça arrive souvent non ? ... »

Ceci me propulsa directement de la contemplation au rire. Encore une fois. J’essayai pourtant de me retenir, mais impossible. Alors c’était ça, son « excuse » ? Je trouvais tellement adorable cette façon qu’elle avait de conserver sa fierté. J’avais d’ailleurs eu tords sur un point : son visage pouvait passer si vite d’une expression à une autre !
Enfin, cet épilogue avait beau être très divertissant, il ne fallait pas que je m’égare trop. J'inspirai et me repris.

« Enfin bon, je ne pensais pas non plus si bien tomber. ».

Je la regardai de nouveau. Je pensais la trouver agacée au vue de mes crises de rire répétées, mais non. Elle fixait à présent la route, comme perdue dans ses pensées. Un soupir lui échappa alors et elle s’éventa à l’aide de sa main.

« C'est qu'il fait chaud dans cette satanée voiture. »

Etait-ce une invitation ou était-elle tout compte fait agacée ? Je ne cherchai pas et choisis d’ores et déjà la première alternative. Etant donné qu’elle avait l’air d’apprécier cet endroit, je reposai ma main sur sa cuisse et m’en servi pour me pencher doucement vers elle. Arrivé au coin de son oreille, je lui murmurai :

« Et tu supporterais s’il faisait… encore plus chaud ? »

Cette réplique était certes peu originale et pourtant ce n’était que pure vérité. Et sur ces mots, je me redressai un peu afin de mieux la regarder. Ma main se dirigea alors d’elle-même vers ses cheveux. Ils étaient aussi soyeux et doux que je me l’étais imaginé, et comme c’était agréable d’y laisser glisser mes doigts sur toute la longueur. Je détournai de nouveau mon regard, le faisant lentement glisser sur son cou, sa bouche, sur tous les traits qui définissaient son visage. Humaine ou pas, elle était magnifique. Je m’avançai alors plus près, encore plus près, voulant atteindre ces lèvres qui se faisaient tant désirer.
C’est alors qu’un coup de klaxon retentit, suivi par une bonne dizaine. Je sursautai et, observant la situation, remarquai que le bouchon avait bien avancé. Je poussai alors un soupir exaspéré et démarrai, pouvant enfin emprunter une route qui nous libérait définitivement de l’embouteillage et m’arrêtai bientôt à un feu rouge. Je voulu profiter de ce court moment pour finir ce que j’avais entrepris, cette fois-ci avec beaucoup moins de douceur si ce n’était plus de passion. Je me repenchai vers elle brusquement, dirigeant son visage vers le mien. Et alors que mes lèvres avaient presque frôlé les siennes, de nouveau un coup de klaxon se fit entendre, suivit cette fois-ci par une sonnerie de téléphone bien connue ; on essayait de me joindre. Je redémarrai, plus dépité qu’énervé.

« Eh bien, apparemment le destin est contre nous. »

Je pris mon appel, et c’est sans surprise que j’entendis la voix de mon allié préféré. Il m’indiqua un lieu et me dit de venir rapidement. Bien. C’était assez ironique, je devais quitter une « non-humaine » pour aller en tuer une autre... Ou plusieurs, enfin, là n’était pas la question. Ma compagne était d’ailleurs en train de me scrutait. Si ça se trouve, elle se doutait déjà que j’allais mettre fin à cette délicieuse soirée.

« J’avais raison, le destin est contre nous ce soir… Je m’excuse, mais j’ai une affaire urgente à régler et tout de suite, alors je suis obligé de te laisser là. »

Je fouillai rapidement dans ma poche, en sorti de l’argent et lui enfournai dans la main.

« Ne le prends surtout pas de travers. C’est juste pour te dédommager. Et puis comme ça, même si ce n’est pas exactement ce que tu avais prévu, tu as pour ce soir de quoi te payer un taxi, un bon repas et une bonne chambre d’hôtel. A moins que tu n’aies envie de retourner chercher quelqu’un d’autre bien sûr. »

Voyant qu’elle ne répondait rien, surement trop estomaquée par la tournure que prenaient les évènements, je terminai.

« Bon, au risque d’être cliché, je te remercie de cette très bonne soirée. Sincèrement haha. Je sais où te trouver, je passerai à l’Opera dans la semaine si tu es d’accord. »

Je ne pus clairement interpréter le dernier regard qu’elle me lança en descendant de ma voiture. Pour ma part, j’étais vraiment frustré, mais très satisfait. Moi qui cherchais de quoi me stimuler, on peut dire que j’avais été servi. Les brusques changements de plan ne me gênaient pas, bien au contraire, et j’espérais fortement que la fois prochaine serait aussi bonne. Oui, car il y aurait une prochaine fois pour sûr, avec son accord ou non. Pas question de me priver d’un tel cadeau, tant qu’il me procurait autant de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Do Sung Mi
Devil † Walker

avatar


Emploi : Réceptionniste au Love Hotel

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Tequila Sunrise
Mer 22 Aoû - 0:51

« Et tu supporterais s’il faisait… encore plus chaud ? dit-il, reposant sa main à l'endroit qui lui était le plus attirant, ma cuisse. »

Soudainement passionnée par le langage qu'il me parlait, j'hésitai à me jeter sur lui et l'extirper de ses vêtements en quatrième vitesse. Même si la Maserati n'était pas ce qu'il y avait de plus spacieux pour s'adonner à ce genres de pratiques, j'aurais pu m'en contenter – au moins jusqu'à ce que l'on arrive à ce fichu hôtel. Désireuse de voir comment l'humain allait mener les choses, je le laissai explorer du regard mon profil, sachant que l'envie monterait toute seule. Et ça ne tarda pas, puisque je sentis sa main s'élever de ma cuisse pour rejoindre mes cheveux, qu'il caressa doucement, avant de s'approcher de moi, réduisant fatalement la distance entre nos visages, avant le moment crucial du premier baiser.

Moment qui ne vint pas, puisque le son d'un klaxon se fit entendre, et qu'à défaut de sursauter, l'autochtone se recula et se concentra sur sa conduite. J'eus une légère envie de rire à l'ironie de la situation ; ma journée avait été affreuse, ma soirée serait gâchée elle aussi ? Je soupirai bruyamment. S'il y avait un dieu des coups d'un soir, il était définitivement contre moi. La situation cocasse se reproduisit au feu rouge suivant, m'exaspérant de plus belle. Si ça continuait, ça allait me couper toute envie, à la fin ! Et pour rajouter de l'huile sur le feu, son portable sonna.

« Eh bien, apparemment le destin est contre nous. »

Il décrocha et eut une conversation que je ne sus comprendre, mais qui m'intriguait pourtant.

« J’avais raison, le destin est contre nous ce soir… Je m’excuse, mais j’ai une affaire urgente à régler et tout de suite, alors je suis obligé de te laisser là. »

Pardon ? Qu'est-ce que c'était que ces manières ? Dépitée, je lui lançai un regard sévère. Il allait me jeter comme ça ?

« Ne le prends surtout pas de travers. C’est juste pour te dédommager , il rajouta, me glissant un petit paquet d'argent dans la main.»

De mieux en mieux, maintenant on me considérait comme une vulgaire prostituée ? C'était d'un ridicule !

« Et puis comme ça, même si ce n’est pas exactement ce que tu avais prévu, tu as pour ce soir de quoi te payer un taxi, un bon repas et une bonne chambre d’hôtel. A moins que tu n’aies envie de retourner chercher quelqu’un d’autre bien sûr. »

Chercher quelqu'un d'autre, c'est bien ce que j'aurais du faire, à cet instant, pour faire payer à cet imbécile de japonais la façon dont il me traitait. Il ne savait pas ce qu'il ratait ! Il me lança un dernier sourire d'excuse, alors que je sortais de la voiture, excédée.

« Bon, au risque d’être cliché, je te remercie de cette très bonne soirée. Sincèrement haha. Je sais où te trouver, je passerai à l’Opera dans la semaine si tu es d’accord. »

Le saligaud ! Il voulait me revoir en plus ! Face à sa détermination, je ne pouvais lutter, et lui claquai la portière en plein face.

Lorsque la voiture fut assez loin, j'entrepris de compter la somme qu'il m'avait laissée. 500,000 Won (*). Un bon petit pactole, bien assez pour trouver où dormir et ne pas passer la soirée à flotter dans ma chambre. Glissant les billets dans ma poche, je commençai à marcher jusqu'à la prochaine station de métro... Et étonnamment, le visage du bel inconnu ne quitta pas mes pensées. Qu'est-ce que j'avais hâte d'être à l'Opéra !



(*) NDLA: ~350€





Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Tequila Sunrise

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Tequila Sunrise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.N.J.U.K.U :: Quartier chaud :: Bars :: Ibiza's Club-