† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Some place to be [feat. Rei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Some place to be [feat. Rei]
Ven 6 Juil - 17:14


le 20 mai 2010
23h40...


    Puisque j'étais faible comparé aux autres Anges, j'avais pris l'habitude de le servir de ma tête. Je pense même que parfois, je réfléchis trop. Mais s'il y avait bien une chose que je ne faisais jamais, c'était me poser des questions sur moi-même. Me remettre en cause. Ça, jamais. Je sais manipuler les gens, mentir, tricher, je n'ai aucun remords et je ne regrette rien de mes choix. Ma condition d'Ange, je ne l'ai pas choisie, Dieu me l'a imposée comme punition, alors ça ne compte pas. Mais que ce soit dans ma vie humaine ou dans mon existence d'Ange, aussi pénible soit-elle, je n'ai jamais regretté aucune de mes décisions. Je referai tout exactement de la même façon. Mon frère, Hana, je les tuerais à nouveau. Mentir à Soo Min, le faire déchoir, je le referais aussi. Si on commence à regretter ses choix, alors ça veut dire que jusqu'ici, on n'a vécu pour rien. Non, réfléchir sur soi-même, ça n'apporte rien de bon. Et honnêtement, j'avais bien assez de choses en tête pour ça.

    Puisque j'étais comme qui dirait pas le bienvenu aux Cieux (j'aivais fourré mon nez une fois de trop dans les affaires d'un Ange qu'il ne fallait pas ennuyer), j'étais condamné à rester sur Terre. Quand j'étais mort, dans ma vie d'Humain, j'avais enfin cru pouvoir être tranquille. Jamais je n'aurais cru devoir rempiler pour une seconde vie, longue, morne, contraignante et dangereuse. Et sur Terre, il n'y avait pas grand-monde qui me connaissait et qui m'appréciait, mais après, tout, moi non plus je n'aimais pas les Humains. La plupart du temps, je passais mes nuits à errer sans but. Mais il fallait bien que je me repose de temps en temps. Même nous, les créatures surnaturelles, enfermées dans une enveloppe humaine, devions dormir de temps en temps, au moins une fois par semaine. Dans ces-là, je me réfugiais chez Andréas, mais ce soir-là, il n'était pas là.

    Pas étonnant, avec ce qu'il se passait en ce moment à Tokyo... tous les petits combattants de la liberté s'agitaient, se réunissaient, montaient des plans... plein d'espoir, persuadés qu'ils pourraient se défendre... c'était juste du suicide à mes yeux, et pas question d'être mêlé à ça.

    Sans m'en apercevoir, mes pas m'avais conduit devant un tour d'appartements, que je connaissais plutôt bien. Pas mal de mes connaissances y habitaient. Andréas. Rei. Mh, en fait, c'était tout. Je sortis de ma rêverie en me rendant compte que je m tenais au pied des escaliers menant à l'entrée. Cette entrée familière, juste derrière la loge du gardien, les premiers appartements du rez-de-chaussée, dont celui de Rei... Je me figeai soudain.

    Elle était là, justement. mes pas m'avaient conduits jusqu'ici, allez savoir pourquoi, et elle était justement dehors, assise sur les marches, appuyée contre le muret, les yeux fermés. Elle semblait dormir. Son aura était calme, je n'avais pas eu souvent l'occasion de la voir comme ça. Mais quand bien même, je n'aurais jamais dû venir ici. Pourquoi Rei restait avec moi, c'était un mystère. Dans le meilleur des cas, les gens m'ignoraient royalement, moi, la fourmi. Ou alors, ils me méprisaient. Où ils voulaient me tuer. Ou bien ils étaient les victimes de mes mensonges et de mes manipulations. Pour laquelle de ces raisons Rei continuait à s'accrocher à moi, mystère. Et pourquoi je la laissais faire, alors que je ne supportais pas la compagnie des Humains... mystère également.

    Je tournai les talons pour repartir. J'aurais pu me téléporter, et ça aurait été fini, mais je ne le fis pas, je ne sais toujours pas pourquoi. Un acte manqué peut-être... Toujours est-il que j'entendis soudain sa voix dans mon dos. Eh bien voilà, elle était réveillée, et elle m'avait vu.
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Dim 8 Juil - 4:06

    J'avais parfois l'impression que ma vie n'était en fait qu'une blague. Une blague de mauvais goûts certes, mais une blague tout de même. Et ça me donnait envie de rire tellement c'était ridicule. Mais valait mieux en rire que d'en pleurer, n'est-ce pas ? Je n'aimais pas Dieu. Et bien des gens le savaient, enfin, peu importe les gens, le fait était que je ne l'aimais pas. Un jour un homme a dit - Woody Allen, mais je ne suis plus certaine - ''Je ne sais pas si Dieu existe, mais s'il existe, j'espère qu'il a une bonne excuse''. Bah il paraît qu'Il existe et des excuses, Il n'en a pas. Je ne l'aime pas et je suis persuadé que c'est réciproque ! Oui sinon... sinon... un tas de trucs ne serait pas arrivé, hm ?

    Mais ce qui était ironique, c'est qu'Il m'avait accordé... imposé, un don, enfin, si on peut appeler ça comme ça. Je n'avais pas encore vraiment découvert si je me comptais chanceuse d'avoir ce don ou non. Dans ce que je faisais, savoir quelques trucs à l'avance, c'était utile. La plupart du temps, ça me disait qui était les anges et les démons ou des trucs dans le genre. Ce n'était jamais vraiment clair, enfin, c'était des rêves quoi et il fallait à toutes les fois que je les déchiffre et bien des fois c'était aussi compliqué qu'un de ces looongs problèmes de math que personne n'arrive à comprendre sans l'aide du prof'. Et là... J'avais pas de prof'. J'avais fait un rêve avant la mort de ma soeur... Un rêve qui me disait qu'elle allait mourir. Mais je l'ai ignoré parce que... parce que ce n'était qu'un cauchemar après tout. Bien sûr au départ, je ne savais pas vraiment qu'il signifiait. Je savais seulement qu'il me rendait mal à l'aise et qu'il était incroyablement réaliste. Ce n'est qu'après que ma soeur fut morte que je me rendis compte que j'aurais pu y faire quelque chose si je n'avais pas été assez idiote pour ignorer les signes qui pourtant m'avaient bien prévenu. Et je m'en veux toujours.

    Mais là n'était pas la question, du moins, pas maintenant. Ou peut-être l'était-ce justement ? Oui parce que je refusais qu'il arrive quelque chose à quelqu'un à qui je tenais, pas encore une fois. Ça n'avait pas l'air aussi grave mais, je savais très bien que c'était un avertissement. Ça concernait Suzu... et je n'allais pas garder cet avertissement pour moi. Même si je savais que je ne pouvais rien faire pour lui de un, parce que je ne saurais pas quoi faire du tout et de deux parce que de toute manière, je doute qu'il me laisse vraiment me mêler de ses affaires, eh bien... je pouvais au moins lui dire, non ?

    Mais le hic, c'était que Suzu, il avait pas vraiment de chez lui. Il fallait juste être là au bon moment. J'aurais pu l'appeler mais je doute qu'il m'aurait prise au sérieux. Alors... aussi bien l'attendre. C'est probablement pour ça que je me suis endormit sur les marches, devant chez moi. Pour être certaine de ne pas le manquer, au cas où il passerait. Je ne comptais pas m'endormir, mais je manquais sérieusement de sommeil, ne nous le cachons pas et puis, le temps avançait et il ne se montrait toujours pas. Donc mes yeux s'étaient fermés et je m'étais endormit...

    Je fus cependant réveillé lorsque j'entendis des pas. J'ouvris donc les yeux et je vis Suzu, dos à moi. C'était étrange parce que j'étais surprise de le voir. Je l'attendais, mais en fait j'étais presque certaine qu'il ne viendrait pas et pourtant,,,

    « Tu pars déjà ? »

    Lui demandais-je d'une voix un petit peu endormit. Je m'étirai, puis me levai, avant de m'accoter sur le mure.

    « C'est dommage, tu manquerais pas l'heure du thé, quand même ! »

    Bon, d'accord, il était aux alentours de minuit et le thé, parlons franchement, c'était infecte. Je repris mon sérieux.

    « Entre... j'ai quelques trucs à te dire, en fait. »

    Oui parce qu'au fond, c'était pour ça que je m'étais endormit devant mon appartement au lieu d'à l'intérieur, non ?


Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Mar 10 Juil - 17:42

    « Tu pars déjà ? »

    Je me figeai en l'entendant parler. J'avais eu l'impression qu'elle dormait vraiment, mais il faut croire qu'elle sommeillait seulement. Avant, j'aurais pris le temps de vérifier C'est facile, l'aura des gens est beaucoup plus tranquilles quand ils dorment. Mais j'avais pris de mauvais réflexes, avec Rei. Elle était la seule personne que je côtoyais depuis aussi longtemps. d'habitude, je ne traîne pas avec... des gens. J'allais et je venais à ma guise, sans attaches. Mais ça faisait plusieurs semaines que je fréquentais Rei et je m'étais habitué à elle, au point de lui tourner le dos sans même me demander si elle m'avait repéré ou pas. Vraiment mauvais, ces réflexes. Je commençais à m'embourber dans une routine et c'était dangereux pour ma santé. Et pourtant malgré tout ça, plutôt que de me téléporter loin d'ici, je me retournai pour la regarder.

    « C'est dommage, tu manquerais pas l'heure du thé, quand même ! »

    Je continuais de la fixer sans un mot, essayant de comprendre ce qui m'avait poussé à accepter cette fille dans mon quotidien et dans mon espace vital - c'est à dire à moins de dix mètres de ma personne. Ce qui m'avait poussé à la laisser rester auprès de moi, et ce qui me poussait aujourd'hui encore à ne pas l'abandonner. Peut-être qu'après deux siècles de solitude, sans vouloir me l'avouer, je trouvais une présence à mes côtés agréable, et que je ne voulais plus m'en passer. Ou peut-être que c'était autre chose. Quoi que ce soit, il allait falloir que j'y réfléchisse sérieusement. J'étais bien obligé d'y penser, vu que je ne me sentais bizarrement pas capable de simplement disparaître de sa vie, de façon à ce qu'elle ne puisse jamais me retrouver.

    « Entre... j'ai quelques trucs à te dire, en fait. »

    Je la suivis dans son appartement. Pourquoi pas, après tout ? De toute façon, je n'avais rien à faire et nulle part où aller. J'étais déjà venu chez elle plusieurs fois. Son chien se jeta aussitôt dans mes jambes. Il faut croire qu'il était aussi bizarre que sa maîtresse. Les animaux sentent lorsqu'ils sont en présence d'une créature surnaturelle, et dans l'ensemble, ils détestent ça. Ils ont beaucoup plus d'instinct et de jugeote que les humaines. Mais Yujiro ne s'était jamais méfié de moi. Je ne savais jamais comment le prendre. Est-ce qu'il ne me considérait pas comme une menace, ou bien est-ce qu'il était simplement idiot ?

    Naturellement, j'allais m'asseoir à la petite table de la cuisine, attendant le thé promis. Je regardai Rei aller et venir dans la cuisine un moment, puis soupirai imperceptiblement.

    « Tu m'attendais ? Tu ne peux pas faire ça à chaque fois, même moi je ne sais jamais quand je vais passer. En ce moment, il ne vaut mieux pas traîner dehors la nuit. »

    Est-ce que ça servait à quelque chose que je lui dise ça ? Elle le savait très bien. C'était d'ailleurs peut-être pour ça que je l'acceptais auprès de moi. Elle n'était pas naïve, ni stupide. Elle savait qui j'étais et ce que j'étais, elle ne se voilait pas la face. Ça ne me donnait pas l'impression d'être prisonnier, en revanche ça me faisait m'interroger sur ses véritables intentions. peut-être qu'elle allait justement m'en parler ce soir ?

    « Qu'est-ce que tu as à me dire ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Mar 17 Juil - 14:46

    Il s'était figé avant de se retourner vers moi. Je lui dis qu'il aurait manqué l'heure du thé, un peu à la blague bien que je savais que lui aimait ça... Je ne sais pas s'il me regardait comme si j'étais la dernière des folles ou s'il me fixait tout simplement parce qu'il était intrigué - intrigué par quoi, je ne sais pas - mais il me fixait. Je me sentis d'un coup mal à l'aise, mais évidemment, je ne le laissa pas paraître. J'avais l'impression de toujours tout faire de travers lorsqu'il était dans les parages. Il dégageait quelque chose que... bah que les personnes qui ont plus d'un siècle dégagent en général, quoi ! C'est intimidant, un peu. Pas qu'il m'intimidait, non, jamais un démon ou un ange n'aurait la chance de m'intimider, oui la chance, enfin, ça m'en prend beaucoup... Je l'invitai à entrer, parce que j'avais des choses à lui dire... au sujet de ce rêve qui me préoccupait. Il me suivit, tout simplement alors que mon idiot de chien se précipita vers lui. Je caressai la tête de Yujiro, en me dirigeant vers la cuisine, alors qu'il s'assisait. Yujiro était... probablement habitué à la présence de tout ce qui n'était pas.. humain. Ryo venait souvent, puis j'avais apprit que j'avais un ange gardien récemment aussi, ensuite... Seiji ne se gênait pas pour passer faire un tour sans ma permission, bien sûr. Donc Yujiro il ne s'en faisait plus vraiment.

    Donc je fis bouillir de l'eau et attrapa une tasse dans l'armoir et sortit le thé aussi. Je regardai Suzu, alors qu'il me parlait.

    « Tu m'attendais ? Tu ne peux pas faire ça à chaque fois, même moi je ne sais jamais quand je vais passer. En ce moment, il ne vaut mieux pas traîner dehors la nuit. »

    J'haussai un sourcil et un sourire en coin vint se dessiner sur mes lèvres. Comme si j'allais m'empêcher de vivre parce que eux ont décidé de se faire la guerre, hm ? Ce n'était certainement pas pour ça que j'allais arrêter ce que je faisais d'habitude, bien que je savais qu'effectivement, il ne valait mieux ne pas trop traîner dehors la nuit. Mais je traîne déjà là où il ne faut pas, la nuit. Donc qu'est-ce que ça change ? La seule différence, c'est que cette fois, là où il ne faut pas c'est n'importe où. Mais effectivement, je l'attendais.

    « Arrête, tu sais bien que je m'en fiche de traîner ou pas dehors, qu'il vaille mieux ou pas que je le sois... Je ne peux pas te rejoindre ni allez chez toi, parce que t'en a pas de chez toi... alors qu'est-ce que tu veux que je fasse... tout ce que je peux faire c'est attendre. J'ai pris une chance mais je ne croyais pas que je te verrais dans les parages, sincèrement. Puis, c'était urgent. »

    J'avais repris mon sérieux en disant que c'était urgent, parce que... bah c'était vrai. J'avais eu peur de ce que j'avais vue, pendant ce rêve et ce que je voulais lui dire en gros c'était de faire attention à lui. Mais j'allais être plus concrète, parce que lui dire ça... ça ne servirait à rien et probablement qu'il le prendrait pour une blague.

    « Qu'est-ce que tu as à me dire ? »

    Yujiro vint vers moi et je m'accroupis pour le flatter un peu. Je me sentirais trop seule, s'il n'était pas là ce chien, je soupirai, mais continuai à porter mon attention sur le chien.

    « J'aimerais pouvoir te décrire tout ce que j'ai vue, Suzu, mais c'est trop complexe et trop... effrayant, je crois. »

    Bon, là, c'est sûr, il ne devait pas avoir comprit grand chose.... J'avais un air inscouciant, parce que, bah parce que j'était avec Yujiro, mais lorsque je me relevai, je le regardai, avec une mine plutôt inquiète.

    « Je fais des rêves prémonitoires... je ne sais pas si tu le savais ? En temps normal j'aurais dit ''Oui, je sais ça à l'air dingue'', mais pas tant que ça, n'est-ce pas ? »

    Je me retournai, pour lui préparer son thé et ensuite aller lui donner, avant de m'asseoir face à lui... avec toujours la mine inquiète, je l'admet.

    « Je crois que... tu sais que tu as des ennemis plutôt... puissant, non ? »

    Lui demandais-je finalement, tout en sachant que j'avais raison. Tout ce que je pouvais faire, c'était l'avertir qu'il y avait un danger imminant, sans même savoir lequel. Et c'était énervant.


Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Sam 21 Juil - 16:31

    Je n'avais pas l'habitude qu'on m'attende. Qui donc, en plus de 200 ans de vie, m'avait attendu comme ça ? Peut-être mon frère. Quand j'étais encore humain. Et ça ne m'avait pas empêché de le tuer. Donc, oui, cela faisait très longtemps que personne ne m'avait attendu pour quoi que ce soit, et en plus de ça, ça n'aurait pas dû me toucher d'une façon ou d'une autre. J'aime la solitude, plus que ça, j'en ai fait un mode de vie puisque c'est à mes yeux la seule façon de survivre dans ce monde et les autres. Mais peut-être qu'au bout de deux siècles, je commençais à en avoir assez. C'était mauvais signe. Il allait falloir que je fasse quelque chose. Je ne pouvais pas m'attacher à qui que ce soit, ou bien un jour, j'en paierai le prix d'une façon ou d'une autre.

    « Arrête, tu sais bien que je m'en fiche de traîner ou pas dehors, qu'il vaille mieux ou pas que je le sois... Je ne peux pas te rejoindre ni allez chez toi, parce que t'en a pas de chez toi... alors qu'est-ce que tu veux que je fasse... tout ce que je peux faire c'est attendre. J'ai pris une chance mais je ne croyais pas que je te verrais dans les parages, sincèrement. Puis, c'était urgent. »

    Ses paroles me ramenèrent à la réalité et je levai les yeux vers elle. Oui, c'était ainsi que les choses se passaient. J'avais toujours pris soin de faire en sorte que personne ne puisse me retrouver. Elle comme les autres. Si je décidai de couper les ponts, de ne plus la voir, alors pour elle je disparaîtrais. Oui, ce serait simple. Je n'avais pas à m'en faire. A tout moment, je pouvais disparaître de sa vie. Mais c'était aussi cela qui m'agaçait. Puisque c'était si simple, pourquoi est-ce que je ne l'avais pas encore fait ? Qu'est-ce qui me retenait ? Était-ce de la voir dans sa cuisine, préparer du thé pour moi, se moquer de moi, m'attendre dehors dans la nuit ? Kana avait fait tout ça pour moi. Et pourtant il ne m'avait pas fallu longtemps pour prendre une décision, la concernant. Même configuration, mêmes actes, ce devrait être simple. Mais peut-être était-ce aussi parce qu'à l'époque j'avais regretté mes actes au point de vouloir en mourir, sans en trouver le courage. Alors peut-être que je ne voulais pas que l'histoire se répète.

    « J'aimerais pouvoir te décrire tout ce que j'ai vue, Suzu, mais c'est trop complexe et trop... effrayant, je crois. »

    Ce qu'elle avait vu ? De quoi est-ce qu'elle parlait ? Je fis un effort de concentration, chassant le fantôme de Kana qui s'était superposé sur sa silhouette à elle, et haussai les sourcils.

    « Je fais des rêves prémonitoires... je ne sais pas si tu le savais ? En temps normal j'aurais dit ''Oui, je sais ça à l'air dingue'', mais pas tant que ça, n'est-ce pas ? »

    Je savais qu'elle avait un don, et qu'elle devait s'en servir d'une façon ou d'une autre. Je pensais même que c'était pour ça qu'elle s'accrochait à moi. Une sorte d'échange de bons procédés. Mais des visions, des rêves du futur ? C'était le pire don que les humains pouvaient avoir, à mon sens. Qui donc pouvait changer l'avenir ? Personne. Ce don ne leur servait qu'à voir un avenir atroce et rester impuissant quand le drame arrivait. Vraiment nul.

    « Je crois que... tu sais que tu as des ennemis plutôt... puissant, non ? »

    Je me raidis et ne pus m'empêcher de la foudroyer du regard. Pourtant, ça n'était pas sa faute si elle avait tapé juste. Et ça n'était même pas sa faute si elle rêvait de moi. Un autre aspect tordu de ce don, personne ne contrôle rien. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de le ressentir comme une violation de ma vie privée. Je haussai les épaules avec un grognement.

    « J'ai des ennemis, comme tout le monde. Et tout le monde est plus puissant que moi. Ça ne veut rien dire. Je n'ai pas passé une seule seconde de ma vie d'ange sans risquer ma vie, tout ça parce que... »

    Je m'interrompis. Et voilà, ça recommençait. Ne rien dire, ne rien donner à l'autre qui lui permettrait d'en savoir plus sur vous, c'était ma règle de conduite. L'information est une arme. Et voilà que je commençais à raconter ma vie à Rei, sans même y penser. J'inspirai à fond et lui servit le baratin habituel, qui après tout n'était que la stricte vérité :

    « Je prends mes ordres directement de Dieu, il y en a qui sont jaloux, c'est comme ça. Et les messages que je porte ne sont pas toujours bons à entendre. Alors oui, j'ai des ennemis. »

    Zut, même quand Dieu ou un ange haut-placé voulait faire arrêter un traître ou un ange renégat, c'était moi qui devait aller prévenir le traître en question. Comme s'ils allaient m'accueillir à bras ouverts. Bon, bien sûr, dernièrement j'avais fourré mon nez dans cette histoire de chasse aux enfants Aïons, et j'avais eu quelques soucis. Actuellement, j'évitais d'aller dans les Cieux, c'était parce que je m'étais mêlé aux affaires louches d'un ange puissant que je me retrouvais à errer sur Terre sans nulle part où aller.

    « Tu as rêvé de moi, alors ? »

    Je commençais à en rire, avant de me figer.

    « Tu ne rêves que de l'avenir, n'est-ce pas ? Tu ne rêves pas du passé ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Jeu 6 Sep - 19:41

« J'ai des ennemis, comme tout le monde. Et tout le monde est plus puissant que moi. Ça ne veut rien dire. Je n'ai pas passé une seule seconde de ma vie d'ange sans risquer ma vie, tout ça parce que... »

Parce que quoi ? J'aurais aimé le savoir. En attendant ce que je savais . c'était qu'il ne me le dirait pas. Ni maintenant ni... jamais, très probablement. À qui Suzu se confierait, de toute manière, hm ? Certainement pas à moi ou a personne, d'ailleurs. Il s'était interrompu, comme ça, au milieu de sa phrase... Je connaissais Suzu, enfin, je le connaissais dans le sens ou je commençais à connaître son caractère, et quelques petits trucs banals. Mais le déchiffrer c'était une autre histoire. Ce qu'il a vécu, sa vie... je ne savais que ce que j'avais entendu ou vue... Mais jamais rien de concret. Bref, il s'était interrompu et finalement s'était reprit. Comme s'il avait déjà apprit son texte par cœur. Ou parce qu'il l'avait apprit par cœur justement...

« Je prends mes ordres directement de Dieu, il y en a qui sont jaloux, c'est comme ça. Et les messages que je porte ne sont pas toujours bons à entendre. Alors oui, j'ai des ennemis. »

Bien sûr, oui... évidemment. Et je le savais déjà, mais on aurait dit que ce rêve m'avait fait peur... vraiment peur et je n'arrêtais pas d'y penser et de me dire qu'il fallait que j'avertisse Suzu, que je lui dise que c'est dangereux, de faire attention à lui. Mais je ne pouvais pas décrire ce rêve alors à quoi bon s'il ne peut pas comprendre ? Si je lui dis tout simplement de faire attention à quoi cela servira ? Qu'est-ce que je répond quand on me dit de faire attention ? Je répond que je suis grande, que je peux me débrouiller seule. Alors comment lui réagirait-il ? Il me fallait quelque chose de solide. Mais je n'avais rien donc tout ça finalement, était complètement inutile. Il a tout un tas d'ennemis, comment suis-je supposé savoir lequel est dans les parages en ce moment et lequel lui en voulait le plus ? Je soupirai alors qu'il fit un petit sourire en coin.

« Tu as rêvé de moi, alors ? »

Il ria un petit peu, alors que j'esquissais un petit sourire en levant les yeux au ciel. Les hommes, je vous jure... Mais il ne ria pas bien longtemps. Non à vrai dire, il s'était quelque peu figé et avait finalement poursuivis. Quelque chose le tracassait visiblement beaucoup.

« Tu ne rêves que de l'avenir, n'est-ce pas ? Tu ne rêves pas du passé ? »

Il avait l'air vraiment préoccupé par cela. Ça faisait longtemps que je l'avais remarqué... ne pas parler de lui ni de son passé. Il ne voulait pas que je sache, ni moi ni personne. Il ne voulait pas que les gens soient au courant de son passé. Je soupirai.

« Non Suzu... ne t'inquiète pas pour ça. Je ne fais que voir le future mais crois-moi c'est déjà bien assez atroce comme ça, je n'ai pas envie de savoir le tumultueux et douloureux passé des gens en plus. J'en ai bien assez du mien. J'ai un ami à moi qui en est capable par contre. Une vraie plaie ce mec... » Dis-je finalement, sur l'air le plus nonchalant du monde... Bien qu'au fond je mourrais d'envie de savoir ce qu'il lui était arrivé. Pourquoi il se cachait autant. Bien sûr, il échappait à des gens. Des gens puissants. Mais il y avait d'autre chose aussi... et comme je disais, déchiffrer Suzu, c'était une toute autre histoire. Alors vouloir savoir ce n'était pas comme savoir d’emblée. Je repris mon sérieux.

« Je sais que tu ne me prendras pas au sérieux... Moi même je déteste me faire dire ça. Mais je... je m'inquiète vraiment, fait attention à toi... s'il te plais... ce truc, c'est vraiment puissant et ça te veux vraiment beaucoup de mal. J'ai beau détesté tout les anges et les démons du monde s'il t'arrivais... »

Dire que je m'inquiète pour lui et le penser était finalement deux choses complètements différentes. J'avais retenu ma respiration et finalement...

« Laisse tomber. Mais fait attention. Voilà tout. »

Évidemment, je ne l'avais même pas regarder dans les yeux, comme une lâche. Mais je crois bien que c'était la première fois que je lui disais que je m'inquiétais pour lui de quelques façons qu'il soit... Tout ça parce que j'avais fait un de ces rêves bidons qui me gâche la vie et que ça me rendait sentimentale. Devenir sentimentale... c'est pathétique, n'est-ce pas ?




Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Sam 8 Sep - 19:47

    « Non Suzu... ne t'inquiète pas pour ça. Je ne fais que voir le future mais crois-moi c'est déjà bien assez atroce comme ça, je n'ai pas envie de savoir le tumultueux et douloureux passé des gens en plus. J'en ai bien assez du mien. J'ai un ami à moi qui en est capable par contre. Une vraie plaie ce mec... »

    Je fis de mon mieux pour ne pas paraître soulagé, mais ça devait sûrement se voir comme le nez au milieu de la figure. J'essayais de me convaincre que si je ne disais rien à Rei, c'était pour ma propre sécurité, tout en sachant qu'elle ne me ferait sûrement aucun mal. Enfin ça, c'était la théorie. Bien sûr, je n'étais pas idiot. Si au départ on avait décidé de se fréquenter, c'était chacun de notre côté pour notre propre intérêt. Mais faire semblant est plus difficile à mesure que le temps passe. En temps normal, j'aurais déjà disparu de sa vie. Après tout, j'en savais assez sur elle, et j'avais rencontré quelques uns de ses amis assez intéressants. En temps normal, je finis par partir et ne jamais revenir. Mais j'étais resté avec Rei, je ne savais pas pourquoi. Et elle était restée avec moi, parce qu'elle tenait à moi, ça, je le savais. Et c'était quelque chose à quoi je refusais de penser. Pour quelqu'un de solitaire comme moi, savoir que quelqu'un pense à vous ou s'inquiète à votre sujet, ça met vraiment la pression. Comme si tout d'un coup, parce qu'elle s'inquiétait pour moi, je devais m'inquiéter moi aussi. Je n'ai jamais été suicidaire, mais je n'ai jamais vécu non plus en prenant des précautions.

    Non, si je disais la vérité à Rei sur moi, elle ne s'en servirait pas pour me faire du mal. Même si on ne savait jamais de quoi le futur allait être fait... quoi que. Elle voyait le futur, elle... mais qui savait comment ce don fonctionnait ? Ça me paraissait difficile à croire, que des gens puissent savoir exactement de quoi demain serait fait. Non, si je ne parlais pas de moi à Rei, c'était plus que pour me protéger. C'était parce que j'avais peur qu'elle change d'avis sur moi. Et c'était ça qui m'insupportait. Comme si son avis comptait pour moi ! ! Mais il faut croire que oui, il comptait, et je n'arrivais pas à croire qu'elle était devenue assez importante pour moi pour que je me préoccupe de ses sentiments. C'était ça qui m'empêchait de la regarder dans les yeux et de lui dire quel crime j'avais commis.4

    « Je sais que tu ne me prendras pas au sérieux... Moi même je déteste me faire dire ça. Mais je... je m'inquiète vraiment, fait attention à toi... s'il te plais... ce truc, c'est vraiment puissant et ça te veux vraiment beaucoup de mal. J'ai beau détesté tout les anges et les démons du monde s'il t'arrivais... »

    Je serrais et desserrais les poings pendant qu'elle parlait, les yeux rivés sur la table devant moi. Que répondre à ça ? Quand il s'agissait de ma survie, j'étais prêt à croire n'importe quoi. Mais ça ne m'avançait pas à grand-chose, ce qu'elle me racontait. Quelque chose de puissant en voulait à ma vie ? A chaque fois que je croisais un ange dans les yeux, je n'étais pas à l'abri. Bien sûr, ils ne pouvaient pas me tuer, du moins pas là-haut, dans le domaine de Dieu. Mais leur mépris, leurs moqueries, parfois même la violence, tout ça, j'étais habitués. Les Hérauts sont vraiment très maltraités. Presque aussi mal que ces pauvre idiots d'anges gardiens.

    Je levai les yeux sur Rei, qui gardait les siens baissés. Un sourire ironique se dessina sur mes lèvres. Comment est-ce qu'on avait pu en arriver là ? Cette fille qui ,'avait peur de rien et qui m'avait parlé la première fois avec aplomb, qui avait voulu qu'on se fréquente et qui menait toujours notre "couple", voilà qu'à présent, elle s'inquiétait vraiment pour moi, et que sous cette inquiétude, elle cachait autre chose, ses véritables sentiments. Et moi, qui m'étais juré de disparaitre de sa vie, voilà que j'étais dans sa cuisine à boire du thé et à espérer qu'elle me verrait toujours de cette façon, comme quelqu'un qui compte, allez savoir pourquoi.

    « Si je mourrai ce soir, si je disparaissais, tu serais sûrement la seule à t'en apercevoir. »

    Je ne savais pas pourquoi j'avais dit ça. C'était sorti tout seul, avant même que j'y pense, et c'était d'autant plus misérable que c'était la vérité. Cette fille était le seul être vivant qui s'inquiétait pour moi sur cette Terre. Ce qui était exactement ce à quoi j'avais travaillé tous ces siècles, faire en sorte de ne m'attacher à personne, alors de quoi je me plaignais ? Je posai les mains à plat sur la table.

    « Je vais faire attention. Puisque tu as eu une vision. Et si tu en apprends plus, plus tard... enfin, je ne sais pas comment fonctionne ton don, mais si tu as des précisions, ça m'intéressera. »

    Je ne savais plus quoi lui dire, mais je n'avais pas particulièrement envie de partir de chez elle, parce que, pour aller où ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Lun 17 Sep - 17:07

Eh oui, je ne vois que le future et pas le passé, pas la peine de t'en faire Suzu. Il avait l'air soulagé et je crois que c'était compréhensible... Si quelqu'un pouvait voir mon passé je crois bien que je l'éviterais le plus possible et c'est ce que je faisais avec Shino d'ailleurs. Je détestais qu'il en sache autant, je me sentais démunis et encore plus sur la défensive qu'à mon habitude. On était proche et après on l'était plus. Il me prenait en pitié et j'en avais marre. On a perdu contacte, voilà tout. La pitié est la pire des choses... ce regard qu'il avait quand il me regardait parfois... c'était insupportable. Je ne fais pas pitié. Point. Alors je comprends Suzu lorsqu'il est soulagé que je ne puisse pas voir son passé. N'importe qui le serait. On a tous nos secrets et en règle général on tient à les garder. Bien sûr j'aurais aimé en apprendre plus sur lui, mais ça ne servait à rien d'espérer sur ce coup là.

Bref, j'essayais de le convaincre d'être prudent, de faire attention. Parce que quand bien même je ne pouvais pas le décrire, ni lui dire exactement ce que c'était, au moins je pouvais l'avertir... ce qui dans les faits, est tout à fait inutile. Mais tant pis, au moins je le lui aurai dit. Je lui parlais et il fixait la table, sans un mot. C'est dans ce genre de moment là que je me demande à quoi il pense. J'aurais tellement aimé être plus précise... mais que pouvais-je lui dire de plus ? Je n'avais pas de nom ni d'information de plus. Ces foutus rêves prémonitoires ils ne me servent à rien au fond puisque je n'ai pas du détail ! J'étais en train de me blâmer de ne rien pouvoir faire de plus, que je remarquai un sourire sur son visage... Un sourire... sarcastique ? Ironique ? Je ne sais pas trop...

« Si je mourrai ce soir, si je disparaissais, tu serais sûrement la seule à t'en apercevoir. »

Je souris et baissai la tête. Hahan ! Puisqu'on en parlait, qui va s'en apercevoir quand moi je vais disparaître ? Lorsque je vais avoir trouver cette démone, qui a tué ma sœur. Quand je vais l'affronter... Je ne compte pas en ressortir vivante. Quoi que je ne compte pas la laisser vivante elle non plus. Je ne voulais m'attacher à personne d'une part parce que ça créer des problèmes, on en souffre toujours. Et d'une autre part pour ne pas faire souffrir ceux qui se seraient attaché à moi...

« Je vais faire attention. Puisque tu as eu une vision. Et si tu en apprends plus, plus tard... enfin, je ne sais pas comment fonctionne ton don, mais si tu as des précisions, ça m'intéressera.

Dit-il en posant ses mains sur la table. S'il savait à quel point des précisions j'en voulais ! Et moi non plus j'en ai aucune idée de comment il fonctionne ce don. Tellement pénible, d'ailleurs...

« Oui, t'inquiète pas... et si tu disparaissait, Suzu... je serais effectivement la seule à m'en apercevoir. Mais t'inquiète, je ne suis pas vraiment mieux. Il n'y aurait que Ryo qui verserait peut-être quelques larmes... »

Dis-je avec un sourire en coin. Je me souvenais que c'était tendu entre Suzu et Ryo. Tout simplement parce que Ryo était un aion et lui un ange. Quoi que je savais que Ryo avait plus de raison de détester Suzu que Suzu en avait de le détester...

Puis je fronçai les sourcils, redevenant sérieuse.

« Quand ais-je commencé à m’inquiéter à ton sujet, dis-moi ? »

Avais-je presque chuchoté, tout en fixant le vide. Et j'étais véritablement intrigué par cette question. Quand avais-je tout simplement commencé à l'aimer ? J'aurais dû m'arrêter bien avant. J'aurais dû savoir ma limite... j'aurais dû faire tout un tas de chose et arrêter de le voir en faisait partit, mais je ne l'avais pas fait. Au début il m'intriguait, tout simplement. Je voulais savoir qui il était et je savais qu'il avait des informations dont j'aurais pu avoir besoin. Puis je me suis rendu compte que de savoir qui il était vraiment, c'était peine perdu. Puis finalement entre temps... je ne sais même pas ce qui est arrivé, ni ce qu'il a bien pu faire pour que... je commence à m’inquiéter à son sujet.

« C'est mal, non ? »

Dis-je en plantant mon regard dans le sien.

Oui bien sûr que ça l'était... Pour un millier de raison, d'ailleurs. La première étant qu'il est un ange et un vrai démon à la fois. Comme si je ne me l'étais pas assez répété.



Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Lun 24 Sep - 21:56

    « Oui, t'inquiète pas... et si tu disparaissait, Suzu... je serais effectivement la seule à m'en apercevoir. Mais t'inquiète, je ne suis pas vraiment mieux. Il n'y aurait que Ryo qui verserait peut-être quelques larmes... »

    J'esquissai un demi-sourire. Même si je l'avais voulu, je n'aurais pas pu lui dire que je pleurerai pour elle, parce qu'honnêtement, je n'en savais rien. Pourtant, le mensonge était ma spécialité, mais pas ce soir, apparemment. Ryo... ah oui, lui. Cet Aïon pleurnicheur et tremblotant même pas foutu de se mettre en colère ou de se défendre ou de défendre les autres. Rien que de repenser à notre rencontre, ça me mettait en colère. A mes yeux, il n'y avait rien de pire que quelqu'un qui avait le pouvoir de changer les choses et qui ne faisaient rien. C'était en numéro 2 sur la liste des choses que je détestais le plus, devant les gens qui n'avaient aucun pouvoir mais qui espéraient changer les choses, et qui donc choisissaient de se suicider, en gros. La chose numéro 1 étant les gens qui me donnaient des ordres et voulaient contrôler ma vie. Je relevai le visage et chassai l'Aïon de mes pensées. Avec de la chance, je ne le reverrai jamais. Même si, en sachant qu'il était proche de Rei, il y avait de fortes chances qu'on se recroise un jour.

    « Quand ais-je commencé à m’inquiéter à ton sujet, dis-moi ? »

    Aucune idée. Une des nombreuses choses qui auraient dû me pousser à partir, et vite. Cette relation prenait vraiment un tour imprévu. S'attacher aux gens, c'est s'attacher un boulet au pied, faire qu'en cas de danger, on hésite à s'enfuir, et c'est comme ça qu'on se fait tuer.

    « C'est mal, non ? »

    Je secouai la tête, me levai et m'approchai d'elle pour lui rendre son regard.

    « C'est pire que mal. N'oublie pas qui tu es. Et n'oublie pas qui je suis. Au départ, tu es venue vers moi pour une raison, non ? Tu oublies aussi facilement tes combats ? »

    De nouveau, j'esquissai un petit sourire en coin. Bien sûr que c'était cruel. Mais à chacun ses moyens de défense, et moi, je n'en connaissais pas d'autre. Je me rapprochai encore un peu d'elle, mon visage à quelques centimètres du sien, et soufflai doucement :

    « Et je n'ai pas besoin de te rappeler que je ne suis pas quelqu'un de bien. Que si on n'était pas là tous les deux toi et moi, dans l'ordre naturel des choses, je serais ton ennemi. »

    En fait, c'était sûrement même pire que ça. Si je n'avais pas été en enfer après ma mort, c'était uniquement par la seule volonté de Dieu, ce cher Dieu, et il n'avait pas fait ça par charité. Pour moi, être un Ange, c'était pire que l'enfer. Coincé ici, et trop trouillard pour déchoir et devenir un démon. Un Démon en pensées, un démon dans la peau d'un ange.

    « Si tu savais ce que j'ai fait et quel genre de sang j'ai sur les mains, je suis sûr que je serai sur ta liste de créatures à tuer. Alors non, vraiment, tu ne devrais pas perdre ton temps à t'inquiéter pour moi. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Ven 28 Sep - 2:25

Il s'était levé et s'était approché de moi. Son regard aussi planter dans le mien. Son regard que je n'arriverai jamais à déchiffrer. Tellement frustrant...

« C'est pire que mal. N'oublie pas qui tu es. Et n'oublie pas qui je suis. Au départ, tu es venue vers moi pour une raison, non ? Tu oublies aussi facilement tes combats ? »

Si j'oubliais mes combats ? Peut-être avait-il raison, peut-être étais-je en train d'oublier la raison, la seule raison pour laquelle au départ, j'étais avec lui. En fait, j'étais sorti avec lui pour les mêmes raisons que je travaille à la Hellsing. Pour savoir ce qu'il se passait. Pour être au courant de tout... Pour obtenir des informations. Le truc c'est qu'il n'y avait pas moyen que je m'attache à une... compagnie de la même façon dont je pourrais m'attacher à quelqu'un. Sauf que j'aurais dû voir Suzu de la même manière. Tout simplement comme un investissement... Un truc de... professionnel.

Mais en vrai, j'étais égoïste. Tout ce que j'avais fait jusqu'à maintenant, c'était pour Yui. Pour elle et personne d'autre. Je respirais pour nous deux... je voulais la venger et c'était initialement la seule raison pour laquelle j'étais encore vivante. Je me battais pour elle. Et c'était pour ça que j'étais avec Suzu... pour pouvoir me battre. Sauf qu'au lieu de ça j'avais trouvé le moyen de tomber amoureuse de lui et c'était définitivement pathétique. Je ne devais pas avoir d'autre préoccupation, ni de... distraction. Je devais me concentrer sur ce que je faisais depuis tellement longtemps déjà... et j'étais si près du but ! Bien sûr, je ne l'avais pas laissé tombé pour autant. Mais comme je disais, j'étais distraite et c'était mal. Tout ce qui émanait de Suzu était mal de toute façon. Quelle idiote j'étais de l'aimer...

Un sourire en coin s'était dessiné sur son visage. Cruel Suzu. Il savait qu'il me faisait mal en disant cela car il savait qu'il avait raison... Ou presque parce que le seul et unique combat que je mène, il n'y a aucune chance que je l'oublie... Il s'approcha encore plus près de moi. Juste assez pour que mon cœur s’accélère légèrement. Mais je ne le laissai pas paraître, évidemment.

« Et je n'ai pas besoin de te rappeler que je ne suis pas quelqu'un de bien. Que si on n'était pas là tous les deux toi et moi, dans l'ordre naturel des choses, je serais ton ennemi. »

Un sourire en coin apparue sur mon visage, à moi aussi. Parce qu'il fallait que je me cache et c'était toujours derrière des expressions comme celle-ci que je le faisais. Il poursuivit....

« Si tu savais ce que j'ai fait et quel genre de sang j'ai sur les mains, je suis sûr que je serai sur ta liste de créatures à tuer. Alors non, vraiment, tu ne devrais pas perdre ton temps à t'inquiéter pour moi. »

Je le regardai et je savais... je savais déjà qu'il avait fait des choses horribles. Et je le détestais d'ailleurs. Bien sûr que je le détestais. Je le détestais parce que je l'aimais autant. J'aurais voulu pouvoir lui dire. Toute la haine et toute l'amour que j'éprouvais. Ou au moins le lui montrer. Mais je me contentais de ce petit sourire en coin qui s'était élargie sur mon visage...

« Oh mais Suzu... Qui a dit que tu ne l'étais pas déjà ? »

Oui, évidemment qu'il était sur cette liste. J'aurais voulu le détruire si ce n'était pas du fait que...bref. Je lui caressai doucement la joue, avec toujours ce même sourire en coin sur le visage et pourtant, ce geste était empli de tendresse, sans même que je ne m'en rende vraiment compte. Je me concentrai alors sur une mèche de ses cheveux, que je replaçai. Puis sur sa veste que je replaçai aussi. Alors je plantai mon regard à nouveau dans le sien, ce sourire en coin ne m'ayant toujours pas quitté. S'il voulait jouer ainsi...

« Mais alors dit moi... pourquoi tu reste ? Qu'est-ce qu'il te reste à faire de moi, hm ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Mer 3 Oct - 19:59

    « Oh mais Suzu... Qui a dit que tu ne l'étais pas déjà ? »

    Cette remarque, je l'avais déjà lue dans ces yeux de nombreuses fois. Elle n'avait rien d'une surprise. Je n'avais pas peur d'elle, même si avec les humains, il fallait toujours rester sur ses gardes. Mais son don ne pouvait pas me faire de mal. La seule façon pour elle de me tuer, ça aurait été d'appeler quelqu'un de puissant pour l'aider. Ryo ? On avait bien vu ce qu'il valait. Elle avait d'autres amis, bien sûr... et j'aurais pu, j'aurais dû me méfier. C'était ma politique à moi, et c'était comme ça que j'avais survécu tout ce temps. Mais avec elle, et malgré la façon qu'elle avait eu de m'approcher, sans dissimuler ses intentions, je ne m'étais jamais senti en danger. Je mollissais. Mais elle aussi. Elle avait beau dire, je n'étais pas certain qu'elle aurait été capable de me tuer à l'heure actuelle. Tout comme je n'étais pas certain que j'aurais pu la laisser mourir. Finalement, on s'était bien trouvés, elle et moi.

    « Mais alors dit moi... pourquoi tu reste ? Qu'est-ce qu'il te reste à faire de moi, hm ? »

    Sa question m'arracha un soupir et je m'écartai d'elle, reculant de quelques pas pour m'appuyer contre le plan de travail dans mon dos, bras croisés, la regardant avec intensité. Oui, pourquoi, pourquoi, toujours cette même question, pourquoi je restais avec elle ?

    « Je n'en ai aucune idée. Je suppose qu'être avec toi me fait passer le temps.»

    Il y avait de ça, et il y avait aussi le fait que d'une façon tordue et totalement malsaine, je me sentais lié à elle, comme si nous avions des points communs, de monstrueuses affinités, et soudain, je fus curieux. Curieux de savoir qui elle était vraiment. Penchant la tête sur le côté, je demandai :

    « Dis-moi, qu'est-ce que tu cherches exactement ? Je ne pense pas que tu sois comme tous ces imbéciles qui ont pris le parti des Humains et se battent contre l'apocalypse. Je pense que tu as une but beaucoup plus personnel.»

    Après tout ce temps passé ensemble, je ne le lui posais la question que maintenant... mais peut-être n'allait-elle pas me répondre. C'était ce que nous étions, après tout. Deux êtres mal assortis mais qui pourtant ne pouvaient plus se passer l'un de l'autre, parce que chacun de nous y trouvait son compte d'une manière ou d'une autre. Et soudain, j'étais curieux de savoir si sa quête concernait les anges ou les démons. Une histoire de haine ou une histoire de vengeance. Un but désintéressé ou totalement égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Sam 10 Nov - 7:17

« Je n'en ai aucune idée. Je suppose qu'être avec toi me fait passer le temps.»

Il avait soupiré puis s'était reculé... Il me regardait et pas la peine de dire qu'encore une fois je n'y comprit rien, à ce que je voyais dans ses yeux... Bien sûr. Je n'étais qu'un passe temps pour lui. Quoi ? J’espérais qu'il réponde autre chose, peut-être ? À quoi je pensais ? Avais-je été assez naïve pour penser pendant une fraction de seconde qu'il était avec moi parce qu'il tenait à ma petite personne ? Je soupirai, me trouvant idiote.

Puis il pencha la tête sur le côté, un regard interrogateur dans les yeux. À quoi pensait-il ? Que voulait-il savoir ?

« Dis-moi, qu'est-ce que tu cherches exactement ? Je ne pense pas que tu sois comme tous ces imbéciles qui ont pris le parti des Humains et se battent contre l'apocalypse. Je pense que tu as une but beaucoup plus personnel

Un sourire se dessina sur mes lèvres, alors que je baissais les yeux. L'apocalypse ? Honnêtement, le monde pouvait bien s'arrêter de tourner maintenant que je n'en aurait cure. Ou peut-être pas, parce que quelqu'un devait mourir avant cela. Ensuite ça irait. Que nous mourrions tous, en quoi était-ce si dramatique ? On naît, on vit, on meurt. Une vie qui, en général, n'est pas sans problème, une vie pendant laquelle nous n'avons droit qu'à 2 ou 3 moments de bonheur pour une centaine de tourments. Nous ne sommes que des pauvres fourmis qui finissent inévitablement par se faire écraser par plus grand qu'elles, de toute manière. Je ne me battais pas contre les démons pour défendre une cause. Juste pour passer ma fureur sur quelque chose que je détestais plus que tout. Les anges je ne les portait en général pas dans mon cœur parce qu'ils étaient sous les ordres d'un Dieu égoïste et injuste. Je lui en voulais de nous avoir créé, moi et ma jumelle. Je lui en voulais parce qu'il nous avait laisser naître toute les deux et il avait reprit ma sœur tout de suite après.

Je levai les yeux finalement, vers Suzu et plantai mon regard dans le sien. Il avait posé la question, qu'il assume, maintenant.

« Tu sais ce que c'est que de perdre la moitié de soi-même ? Tu sais à quelle point ça fait mal ? Les liens du sang, tu connais ? Des frères, des sœur... tu en as eu ? Peu importe. En fait, ça ne serait même pas comparable. Ce n'est pas la même chose tu vois. »

J'en parlais froidement. J'avais ris aussi. Ce n'était pas très claire non plus, ce que je disais. Mais tant pis.

« Elle lui a prit sa vie sans aucun scrupule. Pour s'amuser. Parce qu'elle était belle, ma sœur, plus belle que moi, peut-être ? »

Encore une fois, je ris. Oui, enfin, c'était ironique. Nous étions jumelle, après tout...

« C'est fou ce que la vie peut-être ironique. Nous avons été élevé dans un orphelinat, par des sœurs... et un Démon lui prend la vie ?? »

C'était vraiment hilarant, non ? D'ailleurs, je n'avais pas arrêté de rire.. mais finalement, mon sourire s'estompa, je me mise à fixer le vide. De la haine, tellement de haine...

« Elle paiera pour me l'avoir enlever. Je ne connais pas encore son identité mais lorsque je le saurai j'aurai beau crevé en la tuant, tant qu'elle meurt alors je vais enfin pouvoir me reposer. »

Je souris a nouveau et le regardai.

« Tu sais, j'ai lu quelque chose, je ne sais plus où. Très spirituel, mais assez intéressant. Il paraît que deux jumeaux, c'est une seule âme dans deux corps distincts. Il parait aussi que deux jumeaux, ça à le même destin. Étrange, hein ? Il faut y croire, tu crois ? »

Puis, je fronçai les sourcils, en baissant les yeux, perdu dans mes pensées.

« Peut-être qu'elle va me tuer, moi aussi ? Sans que je ne puisse rien y faire, finalement... »

Toujours perdu dans mes pensées, je commençai à fixer le vide à nouveau. Je revoyais son corps, étendu dans la neige...

« Yui... Elle s'appelait Yui. »

Une larme coula finalement sur ma joue. Puis une autre. C'était la première fois que je pleurais devant lui, mais pour le moment ce n'était pas ce qui importait. Pour le moment tout ce que je voyais, c'était encore et toujours son corps froid, sans vie. Cette image me hantait à chaque fois que je me mettais à parler d'elle. Puis je levai les yeux vers Suzu, un rire sarcastique s'échappant de me bouche,

« Pourquoi je te raconte ça... Je continue à me rendre de plus en plus pitoyable, c'est dégoûtant. »

Dis-je, une expression de... dégoût, justement, destiné à moi-même. Pourtant les larmes continuaient de couler, même si je faisais tout pour les arrêter.




Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Sam 17 Nov - 16:54

    « Tu sais ce que c'est que de perdre la moitié de soi-même ? Tu sais à quelle point ça fait mal ? Les liens du sang, tu connais ? Des frères, des sœur... tu en as eu ? Peu importe. En fait, ça ne serait même pas comparable. Ce n'est pas la même chose tu vois. »

    Qu'elle commence son histoire avec ces mots-là me fit un tel choc que je me figeai, les yeux fixés sur elle. Impossible qu'elle parle de ce que je pense, n'est-ce pas ? La moitié de soi-même ? Les liens du sang ? Si j'avais eu des frères et sœurs ? Pendant une seconde, je crus qu'elle savait, qu'elle avait appris d'une façon ou d'une autre ma propre histoire et qu'elle me la balançait au visage allez savoir pourquoi, et je me sentis pâlir.

    « Elle lui a prit sa vie sans aucun scrupule. Pour s'amuser. Parce qu'elle était belle, ma sœur, plus belle que moi, peut-être ? Elle paiera pour me l'avoir enlever. Je ne connais pas encore son identité mais lorsque je le saurai j'aurai beau crevé en la tuant, tant qu'elle meurt alors je vais enfin pouvoir me reposer. »

    Je reculai jusqu'à la chaise et m'y laissai tomber. Non, ce n'était pas moi, c'était elle. Ce n'était pas mon histoire, c'était la sienne. Comment j'avais pu rester aussi longtemps avec elle, m'attacher à elle de cette façon aussi sordide, sans même savoir qui elle était vraiment ? Comment j'avais pu être aussi bête pour me voiler la face à se point, faire comme si ses motivations n'étaient pas importantes ? Bien sûr, sa quête ne me concernait en rien. Elle en avait après une démone qui avait tué sa sœur jumelle, donc. Mais cela éclairait notre lien sous une lumière nouvelle. Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire, mais un sourire sans joie, presque de désespoir. Ce genre de coup du destin était réservé aux Humains, normalement. C'était ainsi que les anges et les démons jouaient avec eux, influençaient leurs vie, ils les confrontaient à des coups du sort, des hasard incroyables, des coïncidences énormes. Mais que ça m'arrive à moi... en sachant que cette fois, c'était bel et bien le hasard.

    Non. Il fallait que je me calme. Son histoire et la mienne étaient deux choses distinctes. La mienne était terminée depuis longtemps, la sienne ne faisait que commencer. Même si elle s'achèverait rapidement vu les projets de Rei. Retrouver la démone ? La tuer ? J'en aurais ri si j'avais été d'humeur. Elle allait se faire massacrer, pour rien, et sa sœur n'aurait qu'à pleurer dans le Ciel devant ce gâchis, pendant que l'âme de Rei irait tout droit en Enfer. Mais c'était tellement humain, comme comportement, la vengeance, quitte à mourir... Ils ne se rendaient pas compte à que point la vie était précieuse. Tant pis pour eux. Je n'allais pas la juger ou l'empêcher de faire quoi que ce soit.

    « Tu sais, j'ai lu quelque chose, je ne sais plus où. Très spirituel, mais assez intéressant. Il paraît que deux jumeaux, c'est une seule âme dans deux corps distincts. Il parait aussi que deux jumeaux, ça à le même destin. Étrange, hein ? Il faut y croire, tu crois ? »

    Je fermai les yeux et posai mon front dans mes mains, les coudes appuyés sur mes cuisses. Je la sentais pleurer face à moi, alors qu'elle me disait le nom de sa sœur. Ses mots avaient provoqué une tempête d'émotions en moi et mon premier réflexe fut de me lever d'un bond et de la faire taire. Deux âmes dans un corps ? Le même destin ? Conneries !

    « Tu as tort. Je me doute que plein de gens t'ont déjà dit ça, mais tu te trompes complètement. Et sur cette histoire de jumeaux aussi. »

    Je faillis le dire. "Moi aussi, j'ai perdu mon jumeau et il y a longtemps. Mais c'est moi qui l'ai tué. Je voulais le tuer et je l'ai fait, et ça ne m'a jamais empêché de dormir." Mais je me retins au dernier moment. D'abord, parce que dans l'état où nous étions tous les deux, j'aurais eu du mal à avoir l'air convaincant. Et puis si je lui disais ça... je lui disais aussi adieu, non ? Une telle ironie était risible. Elle était prête à mourir pour venger sa jumelle, et moi j'avais tué le mien sans hésitation. Bien sûr ça n'avait pas été sans conséquences, ma présence ici aujourd'hui en tant qu'ange était directement lié à mon geste, du temps de ma vie humaine. Mais j'avais eu des siècles pour me convaincre que je ne regrettais rien, alors que Rei ne vivait plus depuis la mort de Yue.

    Aucun regret pour moi. Des tas de remords pour elle. Je voulais vivre à n'importe quel prix, elle se fichait de mourir.

    « Crois-le ou pas mais je comprends ce que tu ressens. Sauf que je ne pourrai jamais l'accepter. »

    Ca aurait été accepter tout le reste. Le fait que les liens du sang comptaient, que les liens entre jumeaux comptaient plus que le reste et vaporiser en quelques secondes la paix de l'esprit que je m'étais bâtie pièce par pièce. Mais décidément, que Rei et moi nous soyons trouvés, puis liés l'un à l'autre... c'était tout simplement pathétiques.
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Ven 23 Nov - 17:34

    « Tu as tort. Je me doute que plein de gens t'ont déjà dit ça, mais tu te trompes complètement. Et sur cette histoire de jumeaux aussi. »

    Avait-il dit, alors que je lui parlais. Il s'était levé de la chaise sur laquelle il s'était laissé tombé plutôt, d'un bond. Ce que je ne compris pas. Pourquoi faisait-il ça ? Comment pouvait-il le savoir, hm ? Qui était-il pour me dire que j'avais tord, après tout... J'avais levé les yeux vers lui, légèrement surprise. Pourquoi avait-il presque l'air offusqué de mes propos ? Je ne comprenais pas son comportement, soudainement. Je détournai les yeux. Il avait probablement raison. Je me tournais au ridicule en ce moment, c'était idiot. J'avais honte de moi de pleurer ainsi...

    « Crois-le ou pas mais je comprends ce que tu ressens. Sauf que je ne pourrai jamais l'accepter. »

    Il comprenait ? Vraiment ? Lui ? Comment cela ce pourrait-il ? Il aurait fallu qu'il soit dans la même situation que moi exactement pour comprendre, mais je doute que ce fut le cas. Quoi que je ne savais pas grand chose de lui non plus. Alors que lui en savait trop sur moi.

    Pour ce qui était du fait qu'il ne pouvait pas l'accepter, moi je pensais que Suzu ne pouvait accepter de ressentir tout cours. C'était une faiblesse, n'est-ce pas ? Oui, voilà. Il n'était pas aussi faible que moi. En ce moment il me voyait si vulnérable et pitoyable. Pourquoi ne me tuait-il pas maintenant, après tout, hm ? Je ne lui servais plus à rien... et je n'étais rien pour lui non plus. Ça serait tellement plus simple s'il était une cible comme les autres, si je le détestais autant que les autres mais j'en étais incapable et c'était ce qui me rendait vulnérable. Qui était au courant que j'étais hunter à cause de ma sœur ? Sora. Rui... Et Kei. Trois personne le savait. Quoi que si Kei le savait ce n'était pas parce que je le voulais mais parce que je savais qu'il savait qui avait tué ma sœur. Rui le savait parce qu'il était mon stupide ange gardien et Sora... tout simplement parce qu'elle était elle. Ma meilleure amie.

    Mais pourquoi l'avais-je dis à Suzu ? Tout simplement parce qu'il me l'avait demandé. Le savait-il que c'était lui qui me rendait si faible ? Je m'insupportais moi-même... Je levai les yeux vers lui, à nouveau.

    « Comment le saurais-tu, hm ? Explique-moi et peut-être vais-je te croire. Mais on sait tout les deux que tu ne diras rien. Si ce que tu dis es vrai, que tu ne puisse l'accepter n'est pas surprenant, dis-je en haussant les épaules, Je t'envie tu sais. De pouvoir ne pas l'accepter. De pouvoir avoir un cœur comme le tient. Froid. Qui ne ressens plus, justement. »

    Je fixais le vide. Je voulais tant arrêter de ressentir. Je voulais tant que ça arrête de faire mal. Je voudrais arrêter d'aimer, aussi. De m'attacher. Oh ce que tout serait plus simple. Je n'aurais qu'à vivre ma vie sans me soucier du reste. Je n'aurais qu'à me soucier de moi-même. Et alors, même Yui n'aurait plus d'importance et je pourrais enfin arrêter de me battre et prendre quelques minutes pour respirer. Ou alors peut-être aurais-je voulu être une de ces créatures que je détestais tant, juste pour arrêter de ressentir. Devenir un monstre moi aussi, pourquoi pas ? Je me détestais déjà, ça ne changerait pas grand chose. Quoi que cette haine n'existerait pas non plus. Plus j'y pensais et plus je détestais aussi ma propre race. Ce qui faisait que nous étions humains était aussi ce qui nous rendait le plus faible. Pour certain c'était beau. Pour moi c'était une souffrance, rien de plus.

    Je fixai mes yeux dans les siens.

    « J'ai raison, n'est-ce pas ? »

    Bien sûr que j'avais raison... J'avais essuyé mes larmes et je le regardai plus froidement que jamais. Du moins j'essayais, parce que peu importe... il resterait toujours lui et moi... je l'aime malgré le fait que je me déteste pour ça.



Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Mar 27 Nov - 18:31

    « Comment le saurais-tu, hm ? Explique-moi et peut-être vais-je te croire. Mais on sait tout les deux que tu ne diras rien. Si ce que tu dis es vrai, que tu ne puisse l'accepter n'est pas surprenant. »

    C'était frustrant et angoissant à la fois. Je ne pouvais pas lui dire. Je ne l'avais dit à personne, personne. Même les gens les plus proches de moi ne savaient rien de moi et c'était grâce à ça que j'avais survécu jusqu'à présent, pas seulement physiquement. Tout enterrer très profondément dans ma mémoire, cela avait sûrement sauvé ma santé mentale. Parce qu'aujourd'hui encore, j'étais persuadé que c'était pour me punir que Dieu avait fait de moi un Ange. Les assassins vont en Enfer, voyez-vous. Mais moi, je m'étais éveillé dans la peau d'un Ange. Et c'était une autre sorte d'Enfer. Faible, méprisé, obligés d'obéir aux ordres, plus aucune liberté et par-dessus tout, au service des Humains, et l'éternité pour contempler ma faute et l'expier. Mais j'avais décidé de ne pas regretter, et j'y arrivais très bien. Et personne ne savait, personne ne pouvait se servir de ça contre moi, j'étais tranquille, moi et ma conscience allions très bien. Alors quoi, tout raconter à Rei ? Eh bien, je n'avais pas peur d'elle, mais elle fréquentait sûrement des êtres surnaturels autrement plus dangereux. Je savais, désormais, qu'elle ne me ferait jamais de mal. Et encore, son opinion changerait peut-être quand elle saurait, elle parmi tous les autres, elle qui avait eu une jumelle. Peut-être que cela la ferait fuir, et qu'enfin, la nature reprendrait ses droits : nous serions ennemis, tels que nous aurions dû l'être dès le départ.

    « Je t'envie tu sais. De pouvoir ne pas l'accepter. De pouvoir avoir un cœur comme le tient. Froid. Qui ne ressens plus, justement. »

    Je laissai échapper un petit rire et redressai la tête pour la regarder. Eh bien, c'était ça le secret, ne pas ressentir, ni amour, ni haine, et surtout pas de vengeance, il n'y avait rien de plus vain que la vengeance.

    « J'ai des siècles d'entraînement. Et la mort de mon frère n'avait rien d'une surprise, pour moi. »

    Je ravalai mon air. J'en avais déjà trop dit. Mais, peut-être était-ce le besoin de la convaincre, parce que je détestais qu'on n'accepte pas mon point de vue, ou peut-être pour lui faire du mal inconsciemment, du moins je pensais lui faire du mal en lui racontant, peut-être était-ce pour qu'enfin, elle me fuie et vive sa vie.

    « Moi aussi j'avais un jumeau j'étais humain. Il est mort, mais si j'avais passé ma vie à le pleurer, je serais devenu fou. »

    J'esquissai un sourire, les mains serrées l'une contre l'autre.

    « La différence entre toi et moi, c'est que ta sœur t'a été arrachée. Mon frère, c'est moi qui l'ai tué. Mais la finalité est la même : il suffit de ne pas vivre dans le souvenir. Tu as une vie propre, malgré tout ce que tu dis, ta sœur est morte, mais toi tu es en vie, et mon frère est mort depuis longtemps et je ne vais pas me rendre fou à espérer que les choses aient été différentes. »

    Eh bien, les choses étaient allées trop loin. Et de toute façon, voilà qui marquait un tournant dans leur relation. J'eus presque envie de rire. Alors, elle m'aimait toujours, maintenant qu'elle savait ? J'aurais pu lui donner mille détails, lui dire que ça n'était pas accident, que j'avais tué mon frère de ma propre volonté, et pour une mauvaise raison, et les quelques années misérables que j'avais vécues ensuite avant de me faire tuer à mon tour comme, je suppose, je le méritais. Mais inutile d'aller jusque là, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Lun 10 Déc - 4:27

    J’entendais ce petit rire, s’échapper de sa bouche alors que je lui avais avoué l’envier. Je l’enviais de ne rien ressentir, le jalousais presque. Il pouvait tout simplement faire abstraction de cette faiblesse que nous avions, nous humains, qu’était d’avoir des sentiments et pourtant, c’était parce que les démons et les anges n’en avaient pas que je les détestais. Tout ça était tellement contradictoire et tellement stupide. Je voulais devenir ce que je détestais le plus au monde, n’était-ce pas pathétique ?

    « J'ai des siècles d'entraînement. Et la mort de mon frère n'avait rien d'une surprise, pour moi. »

    Je relevai la tête vers lui, en fronçant les sourcils, intrigué. La mort de son frère ? Oh… alors il avait perdu un frère. La façon dont il le disait… si froidement. Puis il poursuivit et ce qu’il dit ensuite me fit encore un plus grand choc.

    « Moi aussi j'avais un jumeau j'étais humain. Il est mort, mais si j'avais passé ma vie à le pleurer, je serais devenu fou. »

    J’avais blêmit. Il ne s’en souciait pas le moins du monde… ça ne voulait rien dire pour lui, alors que la perte de ma jumelle avait tout changé en moi. Il souriait même… ce sourire cruel que j’avais déjà vu sur son visage.

    « La différence entre toi et moi, c'est que ta sœur t'a été arrachée. Mon frère, c'est moi qui l'ai tué. Mais la finalité est la même : il suffit de ne pas vivre dans le souvenir. Tu as une vie propre, malgré tout ce que tu dis, ta sœur est morte, mais toi tu es en vie, et mon frère est mort depuis longtemps et je ne vais pas me rendre fou à espérer que les choses aient été différentes. »

    Si je n’avais pas déjà été assis je me serais effondré. Comment avait-il pu ? Ne pas vivre dans le souvenir ? Cela lui semblait si facile à dire, mais c’était parce que lui ne se sentait pas assez coupable pour que ses nuits soient hantées par des cauchemars. Non, il ne se sentait pas coupable du tout et c’était ce qui m’horrifiait. Il disait tout cela toujours aussi froidement, comme si ça n’avait pas la moindre importance qu’il ait… tué son frère. Son jumeau. Et pourtant il osait dire qu’il me comprenait ? Que cherchait-il à faire en me disant cela, exactement ? Me détestait-il à ce point ? Voulait-il tellement me déchirer le cœur qu’il avait fallu qu’il me raconte qu’il avait tué son frère jumeau, alors qu’il savait l’importance qu’avait eu ma sœur, à moi ? Que voulait-il que je lui dise, exactement ? Que je lui crache ma haine au nez ?

    Je me levai, et m’approchai de lui. J’avais envie de lui balancer mon poing à la figure, mais je me retins. Je le regardai, froidement, sans aucune émotion et pourtant au fond de moi… je n’arrivais tout de même pas à l’haïr.

    « Pourquoi tu me dis ça, hein ? Ça t’amuse autant de me faire souffrir, Suzu ? Ça te fait rire ? »

    Je me dirigeai vers un tiroir, d’où je sortis un couteau, que je lui tendis, le fixant dans les yeux.

    « Alors vas-y, marre-toi, qu’est-ce que t’attend ? Tu as déjà tué ton frère, alors que le même sang coulait dans vos veines… ça ne devrait pas être grand-chose d’en finir avec moi, non ? »

    Je le provoquais, je voulais, je crois, voir jusqu'où il allait aller et j’en étais consciente. Mais s’il voulait vraiment se débarrasser de moi alors il allait falloir qu’il me tue, à quoi bon perdre son temps... Pourquoi était-il resté avec moi alors que c’était ça, son but ? Puis de toute façon, il m’avait déjà enfoncé un couteau dans le cœur lorsqu’il m’avait dit avoir tué son frère, alors qu’il me blesse avec des mots ou avec une arme… qu’est-ce que ça changeait, au fond.


Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Lun 10 Déc - 20:22

    Eh bien voilà, c'était à son tour d'être choquée. Mais ce n'était que justice. J'étais sûr que ce que je lisais sur son visage était l'exacte réplique de ce qu'elle avait dû lire sur le mien quelques minutes plus tôt. Mais bien sûr qu'elle était choquée... elle qui souffrait de la mort de sa soeur comme si quelque chose lui avait été arraché, venait de m'entendre dire que j'avais tué mon frère jumeau de mes mains. Pas besoin de contexte, d'explications, de détails, tout ça n'avait pas d'importance pour elle.

    « Pourquoi tu me dis ça, hein ? Ça t’amuse autant de me faire souffrir, Suzu ? Ça te fait rire ? »

    En temps normal, j'aurais sûrement ri. Pas de sa détresse, mais parce qu'enfin, elle pouvait me voir tel que j'étais, elle pouvait enfin réaliser qu'elle n'avait rien à faire avec moi, que j'étais le même genre de monstre que tous les autres. Mais je ne souriais pas. J'avais l'impression d'avoir franchi une porte que je ne pourrais plus jamais traverser en sens inverse. Quelque part, et même si je ne savais pas pourquoi, il n'y avait que Rei pour qui je comptais. C'était une sensation pesante, effrayante, mais à présent que c'était terminé, à présent qu'elle allait enfin m'abandonner, je me rendais compte de ce que j'allais perdre. Mais c'était pour le mieux. Si ce n'était pas elle qui se ferait tuer dans ses projets suicidaires, elle m'aurait attiré des ennuis. Oui, mieux valait en finir tout de suite. En fait, j'aurais dû tout lui dire dès le début, ça nous aurait évité cette scène.

    Je la regardai tirer un couteau d'un tiroir, l'agiter devant moi et tenir des propos totalement dingues. Elle ne pensait plus par elle-même, ou quoi ?

    « Alors vas-y, marre-toi, qu’est-ce que t’attend ? Tu as déjà tué ton frère, alors que le même sang coulait dans vos veines… ça ne devrait pas être grand-chose d’en finir avec moi, non ? »

    Non, je n'avais pas du tout envie de rire. Pas plus que je n'avais envie de la tuer. En fait, en plus de 200 ans d'existence, je n'avais tué personne d'autre que mon frère, et je n'avais jamais eu envie de recommencer. Je sentais la colère m'envahir, parce que ses paroles, son attitude toute entière faisaient remonter en moi des émotions que j'avais réussi à enfouir au fond de moi depuis le début. Non, je n'allais pas me rendre malade pour avoir fait ce que j'avais fait. C'était comme ça que j'avais survécu, que j'avais gardé ma raison. Pas question de la laisser continuer ainsi et me culpabiliser. Je lui arrachai le couteau des mains.

    « Arrête ! Que ce soit ta démone, ou moi, on dirait que tu tiens absolument à te laisser tuer ! Si tu tiens si peu que ça à la vie, pas la peine de parler de vengeance, t'as qu'à en finir toi-même ! »

    Je brandis le couteau devant son visage et inspirai à fond.

    « Tu veux savoir ce qui t'attend ? Si je voulais, comme tu le dis si bien, je pourrais te tuer ici et maintenant. C'est ce que ta démone fera avec toi. Et en admettant que tu l'atteignes avant qu'elle ne tue... tu veux savoir ce que ça lui fera ? »

    Je retournai soudain le couteau et enfonçai la lame jusqu'à la garde dans mon torse, au niveau du cœur. La douleur, le sang, tout ça était bien réel, le prix à payer pour emprunter des réceptacles humains et se fondre parmi les Hommes. Mais même un couteau planté dans le cœur ne pouvait pas me tuer. Et j'étais le plus faible des faibles. Je retirai le couteau de mon torse avec une grimace de douleur et le jetai sur le sol de la cuisine d'un geste rageur.

    « Voilà la réalité ! Une humaine comme toi ne pourra jamais tuer un démon ! Tu pourrais même pas me tuer moi ! Tuer un humain, c'est facile, même pour un autre humain, c'est pour ça que je l'ai fait, et c'est parce que je voulais survivre à tout prix après ça que j'ai décidé de n'avoir aucun regret. Toi, t'as pris le mauvais chemin, celui qui te conduira à la mort sans aucun résultat ! »

    Je reculai de quelques pas et me laissai glisser au sol, le dos contre le mur de la cuisine. Je sentais la blessure aspirer mon énergie vitale, travaillant à refermer la plaie. C'était aussi simple que ça, pour nous. Ça prenait juste un peu plus de temps pour les faibles comme moi.

    « Je ne te dis pas de renoncer à ta vengeance. Mais si tu veux obtenir ce que tu désires, tu devrais être moins désespérée et plus rusée. Foncer dans le tas... ça ne sert à rien... »

    J'avais envie de dormir soudain, et je luttai pour garder les yeux ouverts. Les effets de la guérison, là encore. Mais qu'est-ce qui me disait que Rei n'en profiterait pas pour me tuer, alors ? Puisque, enfin, c'était fini entre nous ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Mar 11 Déc - 1:49

    Non, il ne riait pas contrairement à ce que j’aurais pu penser. Il ne faisait que me regarder faire. Que me regarder sortir un couteau du tiroir et lui tendre, en lui disant tout simplement de me tuer. Tout le monde savait que la seule chose que j’attendais de la vie… c’était la mort. Mais je ne voulais pas que ça soit Suzu qui le fasse, n’importe qui mais pas lui. Je lui tendais ce couteau, dans l’attente qu’il le prenne, qu’il fasse quelque chose avec… je lui disais de me tuer mais je savais ou du moins, j’espérais qu’il ne le fasse pas. Pas maintenant, pas comme ça… pas par lui.

    Il m’arracha finalement le couteau des mains et je le regardai, intensément. Qu’allait-il faire, hm ?

    « Arrête ! Que ce soit ta démone, ou moi, on dirait que tiens absolument pas te laisser tuer ! Si tu tiens si peu que ça à la vie, pas la peine de parler de vengeance, t'as qu'à en finir toi-même ! »

    Je donnais un coup de bien rageur à la chaise, à côté de moi. C’est lui qui me disait d’arrêter ? Et pourquoi ?? En finir moi-même ? Ah mais Dieu savait que j’étais juste bien trop lâche pour le faire ! Puis j’en avais accomplit beaucoup trop jusqu’à maintenant pour laisser tomber. Et ce n’était plus devenu seulement question de moi et de ma vengeance. C’était que je ne pouvais pas laisser tomber non plus Sora, ou encore Rui. Je ne tenais pas à la vie, mais je tenais à eux… et c’était ce qui faisait toute la différence, maintenant. Il brandissait le couteau que je lui avais tendus devant moi, alors que je rageais de ses paroles, tout simplement parce qu’il avait raison.

    « Tu veux savoir ce qui t'attend ? Si je voulais, comme tu le dis si bien, je pourrais te tuer ici et maintenant. C'est ce que ta démone fera avec toi. Et en admettant que tu l'atteignes avant qu'elle ne tue... tu veux savoir ce que ça lui fera ? »

    Je le regardai et j’attendais puis, lorsqu’il se planta lui-même le couteau dans le cœur, le mien s’arrêta de battre pendant une seconde. Puis je pris conscience qu’il n’était pas humain. Je le savais déjà, mais je me permettais de l’oublier, de temps en temps… mais de le voir, comme ça… ça me fit un choc, je crois. Il retira le couteau de sa poitrine, avant de le jeter au sol. Je regardai le sang s’échapper de sa plaie, avec horreur.

    « Voilà la réalité ! Une humaine comme toi ne pourra jamais tuer un démon ! Tu pourrais même pas me tuer moi ! Tuer un humain, c'est facile, même pour un autre humain, c'est pour ça que je l'ai fait, et c'est parce que je voulais survivre à tout prix après ça que j'ai décidé de n'avoir aucun regret. Toi, t'as pris le mauvais chemin, celui qui te conduira à la mort sans aucun résultat ! »

    Je le regardais toujours, sans rien dire. Pourquoi avait-il besoin de faire ça… je savais très bien qu’il était impossible que je la tue. Je me disais toujours sans cesse que je trouverai un moyen, que peu importe, je réussirai… mais je savais au fond de moi que j’aurai de la chance si je parviens à l’égratigner… je le savais déjà, mais l’entendre dire me fit un choc, ça faisait plus mal. Je rageais, j’étais furieuse, encore une fois, parce qu’il avait raison. Et je le voyais de mes propres yeux. Il avait tenu à me le montrer, pour une raison que j’ignore. Pour me faire mal encore plus, peut-être ? Ou tout simplement pour me faire prendre conscience de la stupidité de mes propos, je ne sais pas… Il tituba jusqu’au mur, derrière lui et s’y laissa glisser. Je baissai les yeux et lui tournai le dos pour, une nouvelle fois, massacrer la pauvre chaise qui était déjà par terre, avec mon pied.

    « Je ne te dis pas de renoncer à ta vengeance. Mais si tu veux obtenir ce que tu désires, tu devrais être moins désespérée et plus rusée. Foncer dans le tas... ça ne sert à rien... »

    Moins désespérée. Plus rusée. Évidemment… mais c’est que c’était plus difficile que ça en avait l’air. Vraiment, plus difficile. Parce qu’il y avait des années déjà que j’étais désespérée… Je soupirai et me retournai vers lui, les yeux tristes, à nouveaux. Toujours aussi… désespérée, je suppose.

    « Je sais… je sais déjà tout ça mais n’aurais-tu pas pu me laisser espérer ? »

    Non, ce n’était pas son genre. Il disait les choses tel qu’elles étaient, un point c’est tout, n’est-ce pas ? Du moins ce soir cela semblait être le cas. Mes yeux dévièrent vers sa plaie. Il devait souffrir… quand bien même il était un ange, il était enfermé dans un corps humain et devait subir ses caprices. Ce n’était pas parce qu’il guérissait que la guérison était sans douleur. J’aurais voulu pouvoir faire quelque chose pour lui, mais je ne pouvais pas. Pour le moment, il me semblait tout simplement faible… et fatigué. Bien sûr, parce qu’en imbécile, il s’était planté un couteau en plein cœur. C’était un peu ma faute, quand même… mais je ne sentis pas coupable. Ses mots m’avaient fait le même effet. C’était donnant-donnant.

    Je m’approchai de lui, hésitante. Qu’allait-il se passer, maintenant ? Je m’accroupis près de lui et approchai mes mains de sa chemise, pour l’ouvrir.

    « Laisse-moi voir… »

    Je voyais la plaie se refermer, peu à peu et détournai les yeux…. Ça ne devait pas être une partie de plaisir. Je m’agenouillai et doucement, je le pris contre moi, tout en faisant attention à sa blessure. Il m’avait dit toutes ces horreurs et pourtant, je ne voulais même pas essayer de l’haïr car je m’en savais incapable. Mais s’il me disait tout cela, n’était-ce pas parce qu’il voulait que je m’en aille ? Pour que je le laisse tranquille ? Mais alors pourquoi ne le disait-il pas clairement ?

    « Pourquoi est-ce que tu essaie toujours de me repousser ? »

    Tout simplement parce que c’était ce qui était logique de faire… n’est-ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Sam 29 Déc - 16:17

    « Je sais… je sais déjà tout ça mais n’aurais-tu pas pu me laisser espérer ? »

    Malgré la douleur et l'épuisement, un mince sourire effleura mes lèvres, un sourire mauvais. L'espoir ? Les Humains en avaient plein la bouche, de ce mot. C'était une invention qui venait d'eux. Dieu ne leur avait jamais donné d'espoir. L'espoir reposait sur une grande part de hasard, de "et si" de "peut-être" et de "demain sera meilleur sûrement" alors que Dieu avait écrit le destin des Hommes le jour même de leur naissance. Mais ils avaient fini par s'affranchir de cette loi intangible, ils s'étaient si bien voilés la face qu'ils étaient persuadés de bénéficier de libre-arbitre, que leur destin n'était pas écrit à l'avance. Et ainsi était né l'espoir. L'espoir tuait les Humains plus sûrement que le reste, leurs guerres, leurs maladies, leurs famines, leur violence quotidienne. L'espoir leur faisait faire des choses folles, tout comme l'espoir faisait avancer Rei vers une mort sûre et certaine. Alors non, je n'allais certainement pas lui mentir. Je la regardai s'approcher sans un mot, ouvrir ma chemise, regarder la blessure. Bien sûr, ça n'était pas une révélation pour elle, elle savait ce que j'étais, mais peut-être l'avait-elle oublié.

    Puis soudain, elle s'assit à côté de moi et se blottit contre moi. C'était un geste qu'elle avait souvent fait avant - nous étions censés sortir ensemble, après tout - mais ça avait toujours été pour jouer le jeu, pour les apparences, pour respecter le script que nous nous étions imposé silencieusement et sans nous concerter. Aujourd'hui, c'était différent, je le sentais. Après tout, ce soir, nous avions brisé pas mal de règles. J'étais allé chez elle de mon plein gré alors que j'aurais dû la fuir. Je lui avais parlé de mon passé, chose que je n'avais jamais fait, avec quiconque, jusqu'à présent.

    « Pourquoi est-ce que tu essaie toujours de me repousser ? »

    Je ne bougeai pas, sentant son cœur battre contre moi, conscient que ce cœur se tairait bientôt.

    « Parce que c'est dans ma nature. Je suis ce que je suis, et tu es ce que tu es. »

    Ce n'était qu'une partie de l'explication, bien sûr. Il était écrit que les Anges et les Humains devaient se détester. Nous étions les bourreaux, les armes de Dieu, ils étaient Ses victimes et en même temps ses préférés, ceux vers qui Il avait tourné son amour en nous mettant de côté, parce que nous ne lui suffisions plus.

    « Et parce que tu es dangereuse. Mais si j'avais vraiment voulu te rayer de ma vie, j'aurais disparu depuis longtemps. »

    Je posai une main sur mon cœur, sentant la blessure, presque refermée.

    « Maintenant tu sais ce que je suis vraiment, ce que j'ai fait. Ça devrait te parler à toi plus qu'à n'importe qui d'autre. Si tu avais plus d'instinct de survie, tu profiterais de mon état de faiblesse pour me tuer. »



Well, I'm an Angel after all...
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Dim 27 Jan - 5:36

    « Parce que c'est dans ma nature. Je suis ce que je suis, et tu es ce que tu es. »


    ... Bon point. Il avait raison, c'était ainsi que c'était écrit mais moi... j'avais fait abstraction à cette règle, presque naïvement. Je ne devrais pas l'aimer et oui, je me l'étais répété presque des centaines de fois, mais il faut croire que ce n'était pas assez car je n'en étais toujours pas convaincue à 100%. Mais les règles n'étaient-elles pas faites pour être brisé ? Enfin, c'est ce qu'on dit... Je devrais le tuer. En fait, je devrais l'avoir tué depuis longtemps. Est-ce que d'en être incapable faisait de moi une lâche ? Probablement, mais si être lâche voulait dire le laisser en vie alors ça me faisait plaisir de l'être...

    « Et parce que tu es dangereuse. Mais si j'avais vraiment voulu te rayer de ma vie, j'aurais disparu depuis longtemps. »

    Mais alors pourquoi était-il encore là ? Il devait avoir quelque chose d'autre à tirer de moi, des informations, probablement... oui, ça devait être ça. Et pourtant, je ne pu m'empêcher d'espérer que c'était parce que j'avais une quelconque valeur à ses yeux. Stupide, je sais... Sauf qu'il ne voulait peut-être pas me rayer de sa vie mais il ne voulait pas complètement me laisser y entrer non plus. Quoique j'étais consciente de ce qu'il m'avait raconté ce soir. Bien sûr, y penser m’enrageait, mais que pouvais-je y faire ? Ça m'enrageait et me brisait le cœur de savoir qu'il avait tué son frère, sa famille, son sang. Et même s'il ne voulait probablement pas se l'avouer, il devait en souffrir quelque part... je me demandais à qui il avait raconté cette histoire et le connaissant, je savais qu'il n'y avait pas grand monde. Me l'avait-il dit à moi pour que je le déteste ? Peut-être, probablement. Mais il m'avait dit des informations sur lui. Des choses que je pourrais répéter, ou qui pourrait me faire le détester assez pour vouloir le tuer, mais il me l'avait tout de même dit... Comment étais-je sensé y comprendre quelque chose ?

    « Maintenant tu sais ce que je suis vraiment, ce que j'ai fait. Ça devrait te parler à toi plus qu'à n'importe qui d'autre. Si tu avais plus d'instinct de survie, tu profiterais de mon état de faiblesse pour me tuer. »

    J'étais blottis contre lui et je me sentais soudainement beaucoup trop fatigué pour bouger. Pour faire quoi que ce soit. Un soupire s'échappa de ma bouche, un long soupire, lourd. J'étais las de tout cela, voilà tout. Las de son incapacité à comprendre alors que je ne voulais même pas lui expliquer. Plus d'instinct ? N'avait-il pas comprit que ce n'était pas une question d'instinct ? Que ça faisait longtemps que je n'agissais plus en fonction de mon instinct, avec lui ? Alors je ris. À en avoir mal au ventre, parce que c'était presque absurde...

    « Tu ne pourrais pas comprendre, Suzu... tu ne te souviens probablement même pas de ce qu'est un sentiment. Ce n'est pas grave. Ça va, je comprends, t'es un ange, et tout et tout, enfin, il n'y a personne de parfait... »

    Nouveau rire, désespéré, cette fois. Je passai alors ma main sous sa chemise, caressant sa peau du bout de des doigts, avant de poursuivre.

    « Si tu savais que je pouvais te tuer, pourquoi t'es tu blessé, hm ? Pour me montrer l'exemple ? Tu n'es pas si idiot... Si tu savais que j'étais dangereuse, pourquoi m'avoir raconté tout ça ? Pourquoi justement, m'avoir dit ce que tu es vraiment ? Tu sais très bien que, d'une manière ou d'une autre, je peux utiliser ça contre toi... et c'est moi qui ne tient pas à la vie, vraiment ? »

    Je soupirai une seconde fois, et poursuivis.

    « Alors soit tu ne sais que trop bien que j'en suis incapable, ou alors tu me fais confiance, mais tu ne fais confiance à personne. Ne me demande pas de tuer, Suzu. Ça n'arrivera pas. »

    Le message n'était pas totalement claire, mais pas totalement flou non plus... Cet ange me rendait dingue. Quoi que je doutais encore de sa nature...








Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Ven 1 Fév - 18:48

    « Tu ne pourrais pas comprendre, Suzu... tu ne te souviens probablement même pas de ce qu'est un sentiment. Ce n'est pas grave. Ça va, je comprends, t'es un ange, et tout et tout, enfin, il n'y a personne de parfait... »

    Ça la faisait rire. Après tout, pourquoi pas ? Elle m'avait déjà prouvé dix fois, cent fois qu'elle se fichait bien de vivre ou de mourir. Le seul fait qu'elle reste avec moi était une preuve. Étant ce qu'elle était, cherchant à faire ce qu'elle voulait faire, ma présence dans sa vie n'aurait pas dû la freiner une seule seconde. Elle aurait dû se servir de moi, puis passer au suivant, et ainsi parvenir jusqu'au démon qu'elle recherchait. Au lieu de quoi, c'était comme si elle était bloquée. Elle restait avec moi et n'avançait plus. A cause de ses sentiments, donc ? Elle se trompait, je savais encore ce qu'étaient des sentiments. La haine. La jalousie. L'envie de vivre. Voilà ce qui me motivait. Mais bien sûr, ce n'était de ces sentiments-là qu'elle parlait. C'était quelque chose d'humain. Je sentis sa main se poser sur ma peau, là où le couteau s'était enfoncé, et ce contact était comme du feu dans ma poitrine. Elle m'aimait. Rien que ça. Ce n'était rien, et c'était tout à la fois. L'amour était une folie, surtout par les temps qui couraient. Mais depuis toujours, depuis que l'Humain existait, l'amour était une folie. J'avais tué mon frère et sa fiancé parce que j'étais amoureux. N'était-ce pas la pire des folies ?

    « Si tu savais que je pouvais te tuer, pourquoi t'es tu blessé, hm ? Pour me montrer l'exemple ? Tu n'es pas si idiot... Si tu savais que j'étais dangereuse, pourquoi m'avoir raconté tout ça ? Pourquoi justement, m'avoir dit ce que tu es vraiment ? Tu sais très bien que, d'une manière ou d'une autre, je peux utiliser ça contre toi... et c'est moi qui ne tient pas à la vie, vraiment ? »

    J'avais cru le faire pour la faire fuir. Mais je savais aussi au fond de moi que ça n'allait pas marcher. Pourquoi lui avais-je raconté ça ? C'était parce qu'elle m'avait parlé de sa jumelle. Ca m'avait complètement déstabilisé, j'avais baissé ma garde. Elle et moi étions différents, à tous les niveaux, et pour commencer, elle avait vu sa soeur se faire tuer alors que j'avais assassiné le mien de mes propres mains. Et pourtant, au final, ange ou humaine, voilà où nous en étions : deux être amputés d'une moitié de leur âme. A ceci prêt qu'elle était prête à mourir et que donc, elle pouvait se permettre de ne penser qu'à ça. Moi, j'avais l'éternité devant moi pour regretter, et pour ma santé mentale, j'avais décidé de rayer cette histoire de mes souvenirs.

    « Alors soit tu ne sais que trop bien que j'en suis incapable, ou alors tu me fais confiance, mais tu ne fais confiance à personne. Ne me demande pas de tuer, Suzu. Ça n'arrivera pas. »

    Ce fut à mon tour de laisser échapper un petit rire. Moi, faire confiance à quelqu'un ? Eh bien, je n'avais plus le choix. Je lui avais dit mon secret et la seule façon de le protéger aurait été de la tuer. Mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas non plus le dire tout haut comme elle venait de le faire, mais je pourrai jamais la tuer, et je le savais, depuis longtemps déjà.

    « C'est ton choix. Mais tout ce que tu fais... on dirait que tu prends chacune de tes décisions exprès pour mettre ta vie en danger. »

    En tant qu'ange tenant énormément à la vie, ça m'échappait complètement. Je poussai un soupir.

    « Et je suppose que c'est contagieux, parce que je te fais confiance. »

    Ironique, non ? D'habitude, c'étaient les autres qui me faisaient confiance, et alors j'en profitais pour leur jouer des sales tours. Mais les rôles étaient inversés maintenant, et j'aurais dû remercier Dieu que Rei soit différente de moi, n'est-ce pas ? Je fermai les yeux et secouai doucement la tête.

    « Si ça ne te dérange pas, je vais rester ici ce soir. Je suis incapable de me téléporter où que ce soit. »

    Et pour aller où ? En forme, ça ne me dérangeait pas d'errer de ci de là, mais dans mon état actuel, c'était bien trop dangereux.



Well, I'm an Angel after all...
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Sam 9 Fév - 10:46


    « C'est ton choix. Mais tout ce que tu fais... on dirait que tu prends chacune de tes décisions exprès pour mettre ta vie en danger. »

    Avait-il dit après avoir laisser échapper un petit rire, lui aussi. Mettre ma vie en danger ne me dérangeait pas plus que ça, honnêtement. Je ne tenais pas à la vie autant qu’il y tenait, ou que n’importe qui y tenait et c’était bien connu. Combien de fois m’étais-je retrouvé à l’hôpital ? Combien de fois Kanon… ou encore Rui, m’avait-il ramassé dans le coin d’une ruelle parce que bouger par moi-même faisait trop mal ? Certain appellerait ça suicidaire, comme Suzu, d’autre téméraire. Et dangereux. Mais le danger ne me faisait pas peur. Certes, à chaque fois que je me retrouvais à l’hôpital, je suppliais ce Dieu que je détestais tant pour ne pas mourir tout de suite. Parce que j’avais encore des choses à faire. Mais le danger ne me faisait pas peur pour autant. Puis, le fait que je laisse Suzu en vie n’était pas une des décisions que je prenais ‘’pour mettre ma vie en danger’’ comme il le disait. Non, c’était juste parce que j’étais incapable du contraire. C’était un geste tout à fait égoïste, au fond. Ça me ferait tout simplement trop mal, qu’il soit mort…

    Il avait soupiré, avant de continuer.

    « Et je suppose que c'est contagieux, parce que je te fais confiance. »

    Je fronçai les sourcils. Il me faisait confiance ? À moi ? Impossible. Je levai les yeux vers lui, cette mine intrigué sur le visage, presque stupéfaite. J’aurais dû savoir que c’était probablement parce que… enfin, je ne sais pas, mais bref, peu importe la raison pour laquelle il me faisait confiance, je ne pu m’empêcher de me sentir… touchée ? Probablement qu’il me faisait confiance tout simplement parce que je lui avais dit être incapable de le tuer. Oui, c’était sûrement ça. Mais ça ne changeait pas le fait que je me sentis touchée. Et un peu heureuse, aussi. Mais ça c’était parce que l’amour rend stupide. Donc bref…

    « Si ça ne te dérange pas, je vais rester ici ce soir. Je suis incapable de me téléporter où que ce soit. »

    Avait-il dit, après avoir soupiré une seconde fois. Bien sûr qu’il était trop faible pour se téléporter. Il s’était planté un couteau dans le cœur… Pour me prouver quoi, à la fin, hein ?

    « C’était totalement idiot de t’infliger ça… »

    Enfin, ceci dit, ce n’était pas vraiment comme si ça me dérangeait qu’il reste ici, au contraire. Je me levai donc, en soupirant. Je ramassai le couteau par terre et le fixai quelques secondes. Il aurait pu me tuer. Au lieu de cela il s’était poignardé lui-même. Brillant. Il y avait encore du sang sur le couteau, alors que la plaie ne se voyait presque plus… Je jetai donc l’arme dans l’évier et me retournai vers Suzu et lui tendit la main, pour l’aider à se lever et je fixai sa chemise, complètement fichu.

    « Je t’avais dis, que c’était idiot, regarde-toi. Tu as défait ta chemise et tu es couvert de sang. Et mon plancher, aussi. »

    Bon d’accord, je me fichais de mon plancher. Mais bref… J’avais repris ce sourire en coin, sur mon visage. Je redevenais comme j’avais toujours été avec lui, alors qu’au fond, tout avais changé.

    « Tu devrais te changer… je dois avoir… hum… Ouais, mon imbécile d’ange gardien doit avoir laissé des vêtements de rechange… »

    Oui, Rui était très prévoyant. Et il passait presque sa vie, ici. Collant. Très collant. Trop collant. Il se sentait obligé de rattraper les 18 années de ma vie où il n’a pas été là et maintenant, il ne me lâchait plus. Je me réveillais le matin et il était dans ma cuisine en train de faire le petit déjeuner. Enfin bref, je me dirigeai vers la salle de bain et ouvrit un tiroir et… j’avais raison. T-shirt blanc et joggings. Je pris les vêtements et retournai voir Suzu, pour les lui tendre.

    « Tiens, enfile ça. Pas fameux, mais mieux que rien. Tu peux prendre une douche aussi, si tu veux. »

    En attendant qu’il se change, je pris un linge et commençai à nettoyer le sang, par terre. Puis, je me perdis dans mes pensées essayant de mettre en place les évènements de la soirée. Il avait tué son frère, j’avais regardé mourir ma sœur. La vie est-elle aussi mal faite qu’elle nous avait réunit ?

    Après que ce fut nettoyé, je lançai le linge dans l’évier et me lavai les mains. Puis je me dirigeai vers la salle de bain, m’accotant sur le mur, à côté de la porte, les bras croisé sur ma poitrine.

    « Tu sais… j’avais rêvé de toi. Avant de te connaître. Je savais ce qui allait arriver et comme une idiote, je ne l’ai pas cru. Et j’ai oublié de me méfier, en cours de route… J’ai laissé mes sentiments aller, et maintenant je ne peux plus les reprendre, peu importe à quel point je le voudrais… Arrête de dire que je suis suicidaire. Ne m’en veux pas de t’aimer. Je ne l’ai pas fait exprès... »

    Je l’avais finalement dit, mais je savais qu’il le savait déjà. Je ne lui avais pas dit en face, je n'avais pas eu ce courage, mais il m'avait entendu - du moins je l'espère - et c'est tout ce qui compte.


Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Mer 20 Fév - 19:00

    « C’était totalement idiot de t’infliger ça… »

    Oui eh bien, comme ça, on était deux. Oui, voilà, on était deux idiots qui feraient mieux de s'éloigner très vite l'un de l'autre au lieu de s'accrocher désespérément à des illusions, de sécurité et du vide qu'elle remplissait pour moi, et d'amour pour elle. Puisque c'était de ça qu'il s'agissait. Je ne comprenais même pas comment c'était possible. La seule fois où je m'étais cru amoureux, en fait, c'était de la folie, puisque je n'avais pas supporté que cette fille que j'aimais se fiance à mon frère et que je les avais tués tous les deux. Et ensuite, en tant qu'Ange, eh bien... il fallait aimer comme Dieu aimait ses enfants, mais pas trop quand même, sinon c'était l'enfer, au sens propre et au sens figuré du terme. Alors ça faisait très longtemps que je n'aimais plus personne, et pour mon propre bien. Quand on voyait ce que ça apportait... je connaissais pas mal d'anges engagés dans des relations amoureuses et ils n'avaient que des ennuis - d'ailleurs, quelques uns d'entre eux s'étaient fait arracher les ailes.

    « Je t’avais dis, que c’était idiot, regarde-toi. Tu as défait ta chemise et tu es couvert de sang. Et mon plancher, aussi. Tu devrais te changer… je dois avoir… hum… Ouais, mon imbécile d’ange gardien doit avoir laissé des vêtements de rechange… »

    Ces mots m'arrachèrent une grimace. Elle avait un ange gardien ? Je n'étais même pas au courant, et ça n'était pas une bonne nouvelle pour moi. Les anges gardiens étaient de vrais psychopathes, s'il débarquait maintenant et me voyait, ça ne lui plairait pas du tout. Même si, niveau puissance, on était sûrement au même niveau. Bref, je me relevai, me saisis des vêtements qu'elle me tendait - des vêtements d'ange gardien, argh - et allai à la salle de bains comme elle me le proposait. Je me douchai rapidement, puis me séchai et enfiler les habits avant de me regarder dans le miroir. J'entendis Rei me parler, à côté de la porte.

    « Tu sais… j’avais rêvé de toi. Avant de te connaître. Je savais ce qui allait arriver et comme une idiote, je ne l’ai pas cru. Et j’ai oublié de me méfier, en cours de route… J’ai laissé mes sentiments aller, et maintenant je ne peux plus les reprendre, peu importe à quel point je le voudrais… Arrête de dire que je suis suicidaire. Ne m’en veux pas de t’aimer. Je ne l’ai pas fait exprès... »

    Je ne quittai pas mon reflet du regard en ayant l'impression que quelqu'un d'autre que moi me rendait mon regard. Elle savait ce qui l'attendait mais ça ne l'avait pas empêchée de tomber dans le piège. Et de m'y entraîner avec elle, d'ailleurs. Elle était comme Cassandre, à voir l'avenir, mais sans pouvoir l'empêcher. Tu parles d'un don, c'était plutôt une malédiction. Je sortis de la salle de bains et lui fis face, sourcils froncés.

    « Je ne t'en veux pas. Et je sais que tu ne fais pas exprès. Et je sais que tu sais que c'est de la folie d'aimer quelqu'un comme moi. »

    Pas seulement parce qu'elle était une humaine et moi un ange et que ce genre de sentiments était interdit, mais aussi parce que je n'avais rien qui aurait dû la faire m'aimer. Avec elle, je n'étais que cynisme et menaces, et je ne la traitais pas bien, et pourtant, elle m'aimait, allez savoir pourquoi. Peut-être que j'aurais dû partir et disparaître non pas pour moi, mais pour elle. Ça pourrait être un cadeau, la seule chose bien que je pourrais faire pour elle : sortir de sa vie.



Well, I'm an Angel after all...
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Lun 18 Mar - 2:26

    Il était sortit de la salle de bain et mon cœur battait à toute vitesse. Parce que je venais de lui dire ce que je ressentais vraiment pour lui et parce que j'appréhendais sa réaction. J'avais peur, il faut croire. Il avait probablement envie de fuir maintenant qu'il savait avec certitude que je ne jouais plus la comédie avec lui. Quoi qu'il avait dû s'en douter quelque part en cours de route.

    « Je ne t'en veux pas. Et je sais que tu ne fais pas exprès. Et je sais que tu sais que c'est de la folie d'aimer quelqu'un comme moi. »

    Il avait les sourcils froncé et les miens l'étaient aussi. Je ne comprenais pas... Je m'attendais a ce qu'il me dise à quel point j'étais idiote, à quel point j'étais faible et surtout à quel point je le dégoûtais. Je m'attendais à ce qu'il me rit à la figure tellement c'était ridicule et qu'il me dise de me débarrasser de ces sentiments vite fait. Mais non... il ne m'en voulait pas, qu'il disait. En fait, j'avais probablement l'expression d'un enfant à qui on vient de dire que finalement le père noël existe... Confuse, incertaine et peu convaincue... mais malgré tout contente. Il ne partageait probablement pas mes sentiments, mais au moins il les acceptait... c'était déjà ça, non ? Il fallait tout simplement que je fasse attention à ne pas avoir trop d'espoir, ça me ruinerait un jour pour sûr... Bien que tout cela soit insensé. Il le disait lui même et il savait très bien que j'étais au courant que c'était de la folie que de l'aimer. Mais que voulait-il dire par quelqu'un comme lui ? Parce qu'il était un ange, tout simplement ? Probablement... ça devait être ça, oui.

    Je penchai la tête sur le côté en le fixant, essayant pour la... énième fois de lire dans ses yeux, d'essayer d'y déchiffrer quelque chose... quelque chose qui me dirait à quoi il pensait en ce moment mais ce n'était pas encore dans mes cordes... Je suppose qu'il avait des siècles d'expériences alors que pour lui je devais être comme un livre ouvert...

    « Ça ne te... dérange pas ? »

    Lui demandais-je finalement, incertaine. J'avais du mal à le croire, honnêtement. Nous étions censé jouer la comédie, lui et moi. En fait, nous étions surtout censé être des ennemis. Parce qu'il était un ange... pas vraiment angélique, d'ailleurs. Et moi j'étais juste une humaine, ne devrait-il pas me détester ? Ahh si je pouvais je m'arracherais les cheveux de sur la tête tellement tout ça était compliqué.

    En fait, ça ne l'était pas tant que ça. Nous n'avions qu'à arrêter de nous voir. Ça serait probablement facile pour lui mais je ne savais pas si moi j'en étais capable. Éternel égoïsme, je sais...

    J'étais toujours accoté sur le mur, près de la salle de bain et je regardais Suzu, avec les vêtements de Rui... s'il fallait qu'il apprenne que Suzu avait porter ses vêtements il serait probablement en colère. Enfin. Autant en colère qu'il pouvait l'être... il n'était jamais en colère contre moi. Un petit sourire s'afficha sur mon visage.

    « Hm... des fringues d'ange gardien ça te va plutôt bien, jamais pensé à entrer dans le métier ? »

    Un petit rire moqueur s'échappa de ma bouche alors que je pensais à l'absurdité de la chose. Suzu était tout sauf un ange gardien n'est-ce pas...

    J'essayais de détendre l'atmosphère alors que la seule à ne pas être détendue devait être moi. Je ne savais ni quoi dire, ni quoi faire. Hier encore, Sora venait m'annoncer qu'elle était un démon parce qu'idiote comme j'étais je ne l'avais même pas vue... Aujourd'hui, j'avais eu la conversation du siècle avec Suzu. J'étais épuisée... Bah, au moins j'avais fini de me cacher... et le plus étrange était que lui aussi, ou tout du moins, en partie. Je savais maintenant certaines choses sur lui... alors que je n'aurais jamais espérer en connaître un tant soit peu à son propos. Il ne m'avait pas raconter un conte de fée, absolument pas et j'essayais de me convaincre qu'il était cruel et sans cœur, que je ne pouvais aimer quelqu'un qui avait tué son propre frère, c'était malsain. Je n'arrivais pourtant pas m'y résoudre... elle était là, la folie. Je repris donc mon sérieux et m'approchai de lui, en faisant semblant que j'étais confiante, plantant mon regard dans le sien...

    « Je devrais te détester... et tu devrais me détester aussi. »

    Pas une supposition. Un fait. Nous devrions nous détester tout les deux. Mais au lieu de le détester, je ne fis que déposer un léger baiser sur sa bouche. Qui différait des autres par sa sincérité, je suppose...


Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]
Ven 3 Mai - 21:33

    Honnêtement, je ne pouvais pas comprendre. La seule personne que j'avais aimée ne m'avait jamais aimée en retour. A ma mort, j'avais eu quelques relations d'un soir, sans y trouver aucun plaisir. Et en tant qu'Ange comme c'était déjà le cas en tant qu'Humains, l'amour était pour moi une émotion comme une autre, qui n'avait pas de sens particulier. Aimer quelqu'un ou aimer le coca, c'était pareil. C'était la façon dont moi, je voyais l'amour. Mais bien sûr, quand je pensais à mon amour à sens unique, je santais mon coeur accélérer ses battements. Malgré toutes ces années, et malgré le fait que j'avais tué cette fille de mes mains... Cela, je n'en voulais plus. Aimer quelqu'un, aimer le coca, c'était pareil, voilà à quoi je m'en tiendrai pour l'éternité. En revanche, je ne pouvais pas empêcher Rei d'éprouver des sentiments pour moi. Et c'était cela que je comprenais pas. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Dans ma vie humaine, j'avais aimé cette femme parce qu'elle était belle, douce, aimante, chaleureuse, souriante, pleine de qualités, du moins ce que je considérais à l'époque comme des qualités. Mais moi, je n'avais rien de tout ça. Je n'avais rien de désirable et je le savais très bien puisque j'avais moi-même bâti ma personnalité. Pour avoir la paix. Pour être seul. Être sans attaches. Alors comment est-ce que Rei en était venue à tomber amoureuse de moi ?

    « Ça ne te... dérange pas ? »

    Je détournais les yeux. Je ne savais pas qu'en penser. Mais ça ne changeait rien, pour moi. Le jour où je voudrais partir, je partirai sans me retourner. C'était elle qui allait en souffrir. Elle seule. Et malgré tout, oui, cela me mettait mal à l'aise, mais je ne savais pas encore pourquoi. Peut-être que j'avais l'impression d'avoir une dette envers elle à présent. Et je détestais avoir des dettes.

    « Hm... des fringues d'ange gardien ça te va plutôt bien, jamais pensé à entrer dans le métier ? »

    Je revins à la réalité et esquissai une moue dégoûtée. Quoi, des fringues d'ange gardien ? Beurk... Ces mecs-là, je ne les comprendrai jamais. Vouer sa vie à protéger les hommes... quelle horreur.

    « J'espère qu'il ne va pas débarquer ici sans prévenir, ton ange gardien, il détesterait me voir ici. Je ne savais même pas que tu en avais un... »

    Une info que j'allais soigneusement ranger dans un coin de ma tête. Non pas pour un quelconque plan, mais simplement pour ma propre santé. Les anges gardiens ne sont pas puissants, mais moi non plus. Je n'avais pas envie de me faire taper dessus par l'emplumé chargé de surveiller Rei, et qui au passage faisait vraiment du sale boulot, vu qu'elle se comportait toujours de façon à se mettre en danger. Je la regardai s'approcher sans bouger.

    « Je devrais te détester... et tu devrais me détester aussi. »

    Elle déposa un baiser sur mes lèvres et je ne bougeai pas, dans un premier temps. Elle avait raison, ça faisait mille fois que je me faisais cette réflexion. Et au début, nul doute que c'était le cas. Nous savions tous les deux qui était l'autre et nous nous méprisions pour cela. Et pour notre propre santé, il fallait que cela continue.

    « On se déteste », soufflai-je contre ses lèvres, sans rompre son baiser. « Tu l'as juste oublié, et c'est sûrement ma faute. »

    Oui, c'était ma faute. J'aurais dû, j'aurais dû, j'aurais dû... Je posai une main sur sa gorge et lui rendit son baiser, même si en vérité, je ne ressentais rien. J'étais glacé. Et je savais aussi comment, là, tout de suite, j'aurais pu la blesser. Il me suffisait d'agir au lieu de simplement y penser.

    Spoiler:
     



Well, I'm an Angel after all...
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Some place to be [feat. Rei]

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Some place to be [feat. Rei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Immeubles :: Appartements :: #04-