† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Le temps du massacre est arrivé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Solvei Sinclair
Angel † Keeper

avatar




MessageSujet: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 6 Juin - 21:31

Event
L'invasion venue de l'Occident † Etape #5
Le temps du massacre est arrivé.
Qu'ils meurent, puisque Dieu en a décidé ainsi.
Perchée sur une haute verrière au-dessus de la gare, j'inspirai à fond, emplissant mes poumons de cet air humain nauséabond et mon âme de leur aura vacillante. Il y avait de la solitude. Il y avait de la souffrance. Il y avait de l'amour. Il y avait de l'ennui. Du désir. De la jalousie. De la colère, du désespoir, de la cruauté, de la naïveté et du mal à l'état pur. Les Humains étaient tout cela et plus encore. Objectivement, ils étaient intéressants. Mais tout cela mis à part, je n'avais jamais compris leur utilité. Je baissai les yeux sur les centaines et les centaines de personnes qui allaient et venaient dans la gare immense. Des vieux, des jeunes. Des femmes, des hommes. Des gros, des minces, des petits, des grands, des blonds, des bruns. A mon sens, ce sont leurs différences qui les ont empêchés de bâtir une civilisation de paix. Leurs différences alliées à leur incroyable puérilité, bien sûr. La différence ne dérange que ceux qui sont incapables de l'accepter.

"Va, Solvei, va porter le message de Dieu. Montre aux Humains que leur temps est arrivé."

Les mots de Carlyle tintaient encore à mes oreilles comme un son de clochettes. Ainsi donc, les ordres étaient les ordres. Je tournai la tête vers l'ouest, d'où arrivait un train transportant des centaines de voyageurs. Pour le moment, il n'était même pas encore en vue. Je levai une main, faisant lentement pivoter mon bras, comme pour l'admirer. Que les Hommes meurent donc par leurs propres instruments. Je claquai des doigts, et sentis au loin, à quelques kilomètres de là, la panique de l'Humain qui conduisait le train. Le monstre d'acier accélérait doucement mais sûrement, devenu hors de contrôle. J'inspirai de nouveau et tournai mon attention vers un autre train en approche. Le Shinkansen. Celui-là aussi était bondé. Je claquai de nouveau les doigts, puis regardai de nouveau les gens à mes pieds, le menton appuyé contre ma main. Ils ne se doutaient pas de ce qui les attendait.

Deux minutes. Une minute. Le bruit d'une annonce hurlée au micro, noyée dans le brouhaha de la gare. Trente secondes, et voilà que les premiers hurlement retentirent alors que le premier train entrait dans la gare à plus de 100km/heures.

Eh bien, Carlyle ne sera pas déçu. Comment décrire ce spectacle d'apocalypse ? Quoique bien sûr, la véritable Apocalypse serait bien plus dramatique. Un train qui s'écrase dans une gare bondée, déraillant, éclatant, se déchirant dans un hurlement de métal, le feu qui explose et les centaines d'âmes qui disparaissent d'un seul coup, comme la flamme d'une bougie soufflée par le vent. Puis le Shinkansen arrive à son tour et s'écrasent sur les quais, cueillant les Humains qui tentaient encore de s'enfuir. Partout, le feu, partout, la mort. Et la souffrance. Même dans ces secondes-là, les Humains ne pensaient pas à autre chose qu'eux-mêmes. Peut-être que s'ils suppliaient Dieu, Il répondrait à leur appel, enfin ? Allez savoir.

La gare ressemblait à un champ de bataille fait d'acier et de béton tordu et brisé. L'odeur du sang le disputait à l'odeur de brûlé, des feux s'étaient déclarés partout. Difficile de repérer les cadavres, mais ils étaient là, par centaines. Le chuintement très particulier de l'agonie parvenait à mes oreilles.

Et bien sûr, il y avait des survivants. Il y en avait toujours. Je les regardai errer pour quelques uns d'entre eux, l'air hagard. La plupart ne voulaient que s'enfuir. Le fait que leur mère ou leur fils se trouvait quelque part dans ce chaos ne les freinait pas. Je ne leur jetterai pas la pierre, la survie est un instinct, chez eux, pas une simple option.

Je sautai, planai quelques secondes dans les airs et me posai délicatement sur un gros bloc de béton dont jaillissaient des barres de fer tordues. Fermant les yeux, je cherchai l'aura de ceux qui, coincés sous les décombres, cachés, avaient survécu. Et un à un, je commençai à éteindre leur vie, comme en soufflant sur le flamme d'une bougie.

To be continued...




Règles de l'event

Tokyo est menacée ! Si vous voulez agir contre l'Apocalypse, intervenez pour repousser l'Ange ! Comment ? Simplement en postant à la suite de ce topic. Menacez-la, attaquez-la ou engagez seulement la discussion. Le but est que le plus grand nombre de joueurs possibles réagissent et l'impressionnent assez pour que l'Ange batte en retraite.

Après chaque intervention, l'Ange se manifestera et interagira. Elle a une jauge de conviction limitée et il ne tient qu'à vous de l'intimider pour la lui faire baisser ! Seulement 10 joueurs suffiront à la faire fuir. Les créatures comptent double et les pro-Apocalypse comptent -1.

Tout le monde peut participer à cet event.Si vous avez deux comptes, vous pouvez participer deux fois.

Vous pouvez profiter de l'occasion pour intéragir avec des gens avec qui vous n'aviez jamais eu de contact jusque là et/ou faire un peu de RP ! 10 lignes minimum.

Enfin, vous avez droit à UN post par 24h pour laisser jouer tout le monde !


Dernière édition par Solvei Sinclair le Jeu 7 Juin - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 6 Juin - 22:25

Ma journée s'annonçait mauvaise, il fallait le dire. Mes parents m'avaient appelée la veille pour m'avertir de leur arrivée prochaine à la capitale, inquiets suite aux derniers évènements. Malgré mes protestations, ils avaient tenu à faire le voyage pour me rejoindre et s'assurer de ma sécurité. Les imbéciles. C'étaient eux qui allaient se mettre en danger en venant ici. Comme si je n'avais pas suffisamment de personnes à protéger contre ces maudits anges. Je tenais à mes parents même si je ne les considérais pas tellement comme tels. Ils n'avaient enfanté que mon enveloppe corporelle au final. Mais ils m'avaient élevée avec énormément d'amour, bien que je ne cessais de le rejeter. Qu'ils risquent leur vie à Tokyo m'effrayait, je devais l'avouer.

Je regardais ma montre une énième fois. Le métro me ferait arriver en retard à coup sûr. La gare n'était pas si loin, mieux valait y aller à pied. J'entamais donc une démarche soutenue vers ma destination où le train de mes parents ne tarderait pas d'arriver.

« Qu'est-ce que... »

Des centaines d'auras venaient de s'éteindre brusquement, un changement qu'il était impossible de rater. Des cris et explosions se firent entendre, créant un vent de panique autour de moi. Et je sus. C'était eux. Je pouvais sentir une aura qui surplombait le carnage que je devinais d'ici. Si je pouvais la sentir d'ici, c'est qu'elle appartenait à une personne très puissante. Je me mis aussitôt à courir, l'esprit tourné vers mes parents, la peur me tiraillant le corps et le coeur. Dans ma course, une éclair de lucidité me fit penser à envoyer un sms à Chul Hei et Kanon pour les avertir. Seule, je n'avais aucune chance.

Arrivée devant l'imposant bâtiment de la gare, je dus lutter pour entrer, freinée par les quelques survivants qui fuyaient à toutes jambes. J'arrivais, le regard hagard, devant une vision que l'on aurait facilement pu qualifier d'apocalyptique. Partout, le feu, le sang, les corps, les décombres et les gémissements des agonisants s'étalaient. La scène était à la fois assourdissante et d'un silence complet. J'en avais vu des guerres, mais jamais je n'avais ressenti ce sentiment d'impuissance et d'injustice qui me rongeait le coeur.

Reprenant peu à peu mes esprits, je tentais de sonder l'espace pour repérer l'aura de mes parents, en vain. Prise de désespoir, j'avançais au milieu des corps, oubliant la menace, oubliant tout le reste. Je m'approchais du Shinkansen, le train par lequel ils devaient arriver et utilisais ma force pour débloquer la porte. À l'intérieur, une épaisse fumée noire bloquait la vue et m'empêchait de respirer. Je plaquais mon avant-bras contre mon nez avant d'avancer, me fiant à mes autres sens pour éviter les obstacles. De temps à autre, des fils électriques crépitaient, lançant des étincelles brillantes dans le noir profond.

« N'oublie pas Sora, ton père et moi serons en voiture 3 ! Tu nous attends sur le quai d'accord ? La gare est si grande, ce serait dommage de perdre du temps à se chercher.
- Oui oui... Bon, à demain. »


Je passais une première porte, puis une deuxième. Voiture 3.

« Maman ?, appelais-je douloureusement. Papa ? Où êtes-vous ? »

J'avançais le long du wagon sans cesser mes appels, malgré la fumée âcre qui irritait ma gorge et provoquait une forte toux.

« So... »

Le murmure était faible, mais il était là. Je me précipitai au chevet de ma mère. Je discernais une silhouette à côté d'elle que je reconnus comme étant mon père. D'une main tremblante, j'appuyais mes doigts sur son cou. Mort. Une pointe acérée traversa ma poitrine et je dus prendre sur moi pour aider ma mère et la sortir de là. Péniblement, je retraversais les wagons avant de sortir à l'air libre, toussant et crachant une épaisse salive noire.

« Maman... maman tiens bon... »

Je la vis me lancer un regard vide, un fin sourire sur ses lèvres. Elle tenta de me parler mais le son fut trop faible. J'approchais mon oreille de ses lèvres.

« Au moins... tu n'étais... pas... là... »

Je sentis son corps partir en arrière et la retint, la secouant en l'appelant. Mais plus rien n'avait d'impact sur elle à présent. Elle avait rejoint mon père dans l'autre monde. Je versais ce jour-là les premières larmes de ma vie en serrant le corps éteint de ma mère. Je la posais délicatement au sol avant de faire volte face, cherchant du regard le coupable.

« Montre-toi !, hurlais-je de colère. Viens ici sale Ange, que je détruise ta face de chérubin ! »

Il ou elle allait le payer. Même si je devais y laisser ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 6 Juin - 23:09

Dans ma poche, la petite machine vibre. Instinctivement je le prends pour observer un message. Lorsque je vois qui en est à l’origine, mon sourire s’efface. Mes yeux se font plus sombres et je me dirige vers le lieu indiqué, tête baissée. Je n’avais pas à faire confiance à Sora et pourtant je ne pouvais m’en empêcher. Nous étions en temps de guerre et protégeons les mêmes intérêts pour un court laps de temps. C’est assez rapidement que je me rends sur les lieux, à mesure que j’approchais je sentais mon coeur défaillir, ma haine grimpée en flèche, moi l’ange le plus docile qu’il puisse être.

En face de moi, des milliers de morts enfants, femmes parmi eux et bons nombres de personnes déboussolées. L’une d’elles me tiens les bras son regard empli de désespoir, criant silencieusement toute sa peine et sa peur. Que c’était-il passé me disait-elle... et je ne pouvais répondre sans l’effrayer davantage. Je serrais les dents.

Une voix s’élève. Je la connais... celle de Sora. Aussitôt je la rejoins et participe à la scène monstrueuse qui s’offre à moi. Je savais les démons dotés d’un coeur malhonnête, mais je n’aurais jamais imaginé qu’ils soient si compatissants avant d’assister à cette scène. J’aidais le démon à se relever, l’empoignant par le bras tandis que d’un oeil je scrutais les moindres mouvements suspects, me concentrant sur l’aura angélique qui surplombait les autres. Elle récoltait des vies malgré le carnage déjà bien suffisant.

« Qui que tu sois tu ferais, mieux de répondre... tu es peut-être puissante, mais tes droits sont limités à Tokyo, ce n’est ni ton territoire, ni ta destinée. »

Sans que je m’en rende compte, mes yeux s’étaient d’autant plus assombris, cependant éclairés par une faible lueur vacillante et colorée d’une teinte sans nom, indéfinissable et pourtant propre aux anges. Je ne déployais pas toute mon aura, mais j’en avais terriblement envie. Faible j’étais devant tout ce carnage, impuissant et... faible.

« Autrefois les anges prenaient soin de leurs frères cadets... qu’en est-il de ce jour ? Est-ce amusant de se comporter tel un démon en broyant des âmes déjà meurtries par leurs propres déchets ? Qu’importe la sagesse l’expérience et la loyauté don tu peux te vanter. Un ange qui détruit n’est plus un ange... »

Je n’étais pas cruel, j’étalais mon point de vue le plus naturellement qu’il soit et qu’importe si je me faisais tuer, si cet ange pouvait éprouver du remord à tuer son propre frère alors... je mourrais heureux, ce sera un ange en moins à combattre.

Je jetais un oeil à Sora, espérant qu’elle suive et je ne doutais pas du contraire, mais qu’elle ne lui rentre pas dans le lard directement. Nous devions encore attendre Kanon et le reste des alliés. En attendant, cela dit, afin de ne pas mourir trop tôt, il valait mieux mettre en garde le responsable de cette horreur...

« Les anges comme toi sont loin d’être les bienvenues à Tokyo... et si je t’importune à dire des vérités fâcheuses, sache que je ne suis pas seul... toutes les créatures de cette ville seront contre les tiens, car tu n’es pas des notre et que tu souffles un vent mortel sur notre quotidien... aussi puissant puisses-tu être, nous le serons mille fois plus. »

C’était fini les regards doux, me voilà redevenu ange pour protéger tout ce à quoi je tiens. Ma femme, mes enfants, mes amis, mon frère... mes ennemis...
Mes yeux n’exprimaient que cette envie de combattre le mal, le mal que mon coeur s’évertuait à rejeter, le danger que cet être aussi angélique soit-il dégageait... j’étais prêt à toute éventualité et je savais que, qui que soit cet ange... il le savait aussi.


Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Jeu 7 Juin - 8:45

    Lorsque Mariko avait ouvert les yeux ce matin-là, une grande mélancolie c’était emparée de son cœur. Elle ressentait autour d’elle la joie de vivre, le sentiment de plénitude, de joie que les humains vivaient. Ô combien elle aurait aimé le ressentir elle-même et non pas leur biais à eux. Combien elle aurait aimé retourner en arrière, dans le passé et reprendre son existence, là où elle lui avait été enlevée. Combien elle aurait aimé retrouver sa joie de vivre, sa joie et son bien aimé. Mais tout cela lui était impossible. Tout cela lui avait été enlevé.

    Le Léviathan se leva et fila sous la douche. L’eau lui ferait sans doute du bien. Et ce fut le cas. L’eau glissant sur sa peau humaine, s’infiltrant au plus profond de son âme, eut pour effet de l’apaiser quelque peu. De la rendre calme et un peu plus sereine. L’eau. Son élément. Elle ne pouvait décidément vivre sans eau. Et pour cause ! Immense dragon des eaux, elle était faite pour vivre dedans. Mais elle était partie des grandes étendues d’eaux des cieux. Elle avait fui la présence de son créateur, de son « père », de la cause de son malheur.

    S’habillant machinalement d’un jean bleu claire et d’un tee-shirt blanc, elle descendit de sa chambre d’hôtel et déambula dans les rues. Elle n’avait pas faim de toute façon. Et puis elle ne pouvait pas mourir de faim, ou de quoi que ce soit d’autre alors ça attendrait un peu. Marchant sans vraiment avoir de destination en tête, Mariko ressenti la secousse, comme tout le monde. N’étant pas très loin du lieu d’impact, elle n’eut aucune difficulté à saisir d’où venait cette secousse meurtrière. Elle avait déjà vu ce genre de chose et n’avait jamais levé le petit doigt. Les accidents sont des choses qui arrivaient souvent chez les humains. Et pourtant quelque chose n’allait pas. Elle flairait la peur et la panique des humains. Leur instinct de survie s’élevait lui aussi, mais il y avait autre chose. Oui. Ca empestait l’injustice. Un grondement sonore s’éleva de la poitrine de la créature qui ne tarda pas a sentir l’aura de l’Ange responsable de ce massacre.

    Elle s’élança avec rapidité et souplesse dans les rues et arriva très vite sur le lieu du crime. Mariko s’arrêta juste avant d’entrer réellement dans le champ de vision des personnes déjà présente, retenant comme elle pouvait son aura puissante et violente. Un Démon furieux ? Oh ? Elle aimait les humains cette créature des enfers ?


      « Montre-toi !, hurla-t-elle de colère. Viens ici sale Ange, que je détruise ta face de chérubin ! »


    Ah ça c’était déjà plus drôle a entendre. Cette démone n’avait aucune chance seule face à l’Ange qui était présente sur les lieux. Puis un ange arriva, qui à la grande surprise du Léviathan se posta près de la démone. Des amis de race opposés, comme c’est touchant. Le cynisme de Mariko la fit sourire. Décidément cette journée promettait bien des surprises.

      « Qui que tu sois tu ferais, mieux de répondre... tu es peut-être puissante, mais tes droits sont limités à Tokyo, ce n’est ni ton territoire, ni ta destinée. »


    Maintenant ils menaçaient l’Ange à deux. Soit ils étaient fous, soit se surestimait. Elle pouvait sans doute la vaincre vu sa puissance et sa rage envers l’injustice et Dieu mais eux ? Soyons sérieux. Même avec toute la bonne volonté du monde ils ne pourraient pas.

      « Autrefois les anges prenaient soin de leurs frères cadets... qu’en est-il de ce jour ? Est-ce amusant de se comporter tel un démon en broyant des âmes déjà meurtries par leurs propres déchets ? Qu’importe la sagesse l’expérience et la loyauté don tu peux te vanter. Un ange qui détruit n’est plus un ange... »



    Maintenant le voilà philosophe. Et bien ce garçon était étonnant. Enfin cet ange.

      « Les anges comme toi sont loin d’être les bienvenues à Tokyo... et si je t’importune à dire des vérités fâcheuses, sache que je ne suis pas seul... toutes les créatures de cette ville seront contre les tiens, car tu n’es pas des notre et que tu souffles un vent mortel sur notre quotidien... aussi puissant puisses-tu être, nous le serons mille fois plus. »


    Là il commençait à me plaire ce petit. Menacer indirectement l’Ange d’une puissance qu’elle ne pourrait combattre fit sourire la créature. Elle eut une pensée pour Toya. Oh oui, celui-là serait fier de son cadet. Bien, il était désormais temps de sortir. Mariko laissa libre court à toute son aura, la laissant s’étendre avec violence, puissance et menace.

      « Et bien, et bien, et bien. Tu es une excellente petite soldate l’ange, tu le sais n’est-ce pas ? Exécuter un ordre avec obéissance, volonté du travail bien fait et docilité. C’est bien ce qu’on attend de toi là-haut. Mais comme ce petit vient de dire, ici tu n’es pas la bienvenue. Pas pour ça. »


    Mariko se tu un instant et laissa son regard trainer autour d’elle, observant les décombres.

      « Je n’ai jamais levé un petit doigt pour les humains. Ils sont la raison pour l’injustice dont j’ai été victime il y a déjà tellement longtemps. Mais s’il y a bien une chose pour laquelle je réagis aujourd’hui, c’est l’injustice. Qu’on fait ces humains pour que tu leur ôtes la vie sans scrupule ? Tu as reçus un ordre ? Et bien moi je ne reçois d’ordre de personne. Et ce que tu viens de faire signe ta fin si tu ne pars pas maintenant. »


    Un grognement s’éleva à nouveau du fond de la poitrine de la jeune femme. Elle sentait déjà la colère se lever en elle, tel un ouragan. Elle sentait l’Ange devant elle, et se reteint de grogner une nouvelle fois.

    *Viens vers moi et je n’hésiterai pas. Celle qui te tuera, ce sera moi.*



Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

avatar


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Jeu 7 Juin - 17:06

Tout commença avec deux mots affichés sur l’écran de mon téléphone. Une angoisse sourde s’empara de moi. Je lâchais tout ce que j’étais en train de faire, plus rien ne comptait à présent sauf me rendre au lieu indiqué par la démone. J’attrapais un taxi en me jetant littéralement sous la rue et à mon ton, le chauffeur comprit l’urgence. J’arrivais à la gare et le taxi n’eut pas le temps d’essayer de se garer que je sortais en trombe.

Je captais ce qu’il se passait au fur et à mesure que mes yeux se posaient sur la scène. Je sentais aussi des âmes faibles, qui s’éteignaient progressivement. Je luttais pour ne pas m’arrêter, pour ne pas aider les secours que j’entendais arriver au loin. Je luttais pour ne pas aider chaque personne à terre que je croisais sur mon chemin. Il fallait que je trouve le ou la responsable et, aussi les autres membres de l’Alliance de L’Est. Je savais que notre devoir, à présent, était à plus grande échelle. Plus, que chaque tokyoïte présent et blessé, nous devions aider chaque habitant de cette ville, de ce pays. La poussière salissait mes cheveux et je devais éviter tout les obstacles qui se présentaient à l’intérieur de la Gare qui ressemblait maintenant à un champ de bataille. Les trains accidentés étaient là, sur le quai. Et des alarmes retentissaient de part et d’autre.

Alors que je me concentrais sur les auras de Sora et de Chul Hei pour les trouver, j’envoyais un sms à Miho pour m’assurer que je n’aurais pas à m’inquiéter pour elle. En voyant la confirmation du reçu, j’eu un pincement au cœur en imaginant ma protégée pensant à moi en lisant le message. Si j’étais là c’était pour elle aussi. Elle courait un danger comme les autres humains.

Mais voilà que j’apercevais enfin Chul Hei, qui avait déjà rejoint Akano Sora. Nous sentions tous cette aura écrasante. Une aura angélique très puissante qui me faisait frémir. Le responsable de ce massacre était donc encore parmi nous. Quand je compris, une colère s’empara de moi, me faisant serrer les poings. Je vins me poster aux côtés de mon ami coréen et écoutait ces paroles sans dire un mot. Aux pieds de Sora, je remarquais le corps sans vie d’une femme d’un certain âge. Ces traits étaient semblables à ceux de la démone donc j’en déduisais qu’elles devaient être apparentés. D’ailleurs, celle-ci avait le visage déformé par la rage. Pour ma part, je scrutais ce qui nous entourait pour trouver le coupable, ce monstre. Je fus interrompu dans mes pensées par la voix puissante d’une personne, ou devrais-je dire, d’une créature que je ne connaissais pas. Elle s’était posté à coté de Sora et, prit la parole à la suite de mon ancien colocataire et elle menaça très franchement l’ange qui ne se montrait pas encore à nous. Nous étions maintenant quatre. Combien de personnes réunis, anges, démons et créatures faudraient-ils pour la chasser de notre ville ? Je l’ignorais mais j’étais décidé à lutter avec toutes ces races pour éliminer cette menace. Je n’avais rien à ajouter de plus car nous avions déjà tout dit. Maintenant, nous devions attendre que l’ennemie réponde.
Revenir en haut Aller en bas
 
Solvei Sinclair
Angel † Keeper

avatar




MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Jeu 7 Juin - 18:03

La mort fédère les êtres plus sûrement que n'importe quoi d'autres. L'amour unit mais ne dure pas, l'amitié est mensongère, les guerres sont le théâtre de trahisons. Mais la mort unit les mortels aussi sûrement que des chaînes. Je parle des faibles, bien sûr. Ceux qui craignent la mort, ou ceux qui sont dégoûtés par elle, ceux qui en ressentent de la tristesse, tous ceux-là se rassemblent pour se donner l'impression de pouvoir y échapper. Les vautours n'ont pas tardé à se rassembler.

Je m'élevai dans les cieux, posant un regard vide sur le spectacle qui s'étendait à mes pieds. Comme dans un jeu, je les comptai, les identifiai. Un, une démone, les démons sont des traîtres qui ne méritent que la mort. Deux, un ange-gardien, qui portait sur lui cette aura teinté d'Humanité répugnante. Trois, le léviathan. Problématique, mais pas insurmontable, parce que tout le monde sur la Terre comme au Ciel savait à quel point sa laisse était courte, et n'étais-je pas ici pour obéir aux ordres de Dieu ? Quatre, un autre ange, plus puissant, mais mais pas assez pour me faire fuir. Je les désignai du doigt en comptant, chantonnant tout bas. Par qui commencer ? Que faire ? Qui tuer, qui renvoyer dans les Cieux, avec qui s'amuser ? Quand plus aucun Humain vivant n'était présent, les êtres surnaturels arrivaient, et le jeu changeait.

La démone hurlait, mais ses propos n'étaient pas intéressants. Je lui adressai un sourire moqueur et soufflai, sachant qu'elle pouvait m'entendre :

"Ton aura pue la mort, démone. Vas-tu me reprocher ce que tu as fais à d'autres tant de fois ?"

Je me détournai d'elle pour porter mon regard sur les trois autres. L'ange silencieux était le plus intelligent. Se taire et observer. Dans peu de temps, il agirait. L'autre, en revanche, m'importunait grandement. Je le regardai avec mépris.

"Tais-toi, traître ! Je suis une fille du Créateur et je Lui obéis. Tu n'as pas le droit de me reprocher cela. Ce sont les êtres comme toi qui souillent notre Ciel."


Englobant le Léviathan du regard, je désignai la scène de destruction qui nous entourait.

"Réveillez-vous ! Tous autant que vous êtes, vous avez une mission ! S'opposer à moi, c'est s'opposer à Lui ! S'opposer à Lui, c'est perdre sa protection."


Mon discours s'adressait surtout aux anges. La démone ne comptait pas. Le Léviathan, eh bien, de la même façon qu'elle était très surveillée par Dieu, je ne pouvais pas vraiment la tuer. D'abord, je n'étais pas assez puissante. Et Dieu en serait... ennuyé.

Je renversai la tête en arrière et inspirai profondément l'air saturé de sang, de pierre et de fer. Voilà qui décrivait bien les humains : le sang, la pierre et le fer...

Je me laissai tomber à terre brutalement, et lorsque mes pieds entrèrent en contact avec le sol, celui-ci se mit à trembler violemment, comme si un séisme secouait la gare. La pierre qui se fracasse, le fer qui se tord, le sang qui coule à nouveau... Excepté pour ces quatre être-là, si tant est qu'ils aient eu le temps de se mettre à l'abri d'une façon ou d'une autre.




Résultats


L'Ange est méfiante, certains d'entre vous lui ont gâché la fête, d'autres la dérangent carrément. Mais elle ne vous craint pas ni n'a l'intention de s'en aller.

4 joueurs sont présents, pour un total de 5 points.
Revenir en haut Aller en bas
 
Ah Joo Hee
Devil † Keeper

avatar


Emploi : mannequin à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Jeu 7 Juin - 18:15

    Il y avait des choses qui ne trompaient pas. De façon terre à terre, les Humains qui couraient dans tous les sens comme des poulets décapités était un signe. Ils hurlaient, ils ne savaient faire que ça, de toute façon. Sur les écrans géants accrochés aux buildings, des images de caméra de sécurité. Accident terrible à la gare, beaucoup de mort, blablabla. Je sentis mon sang s'accélérer dans mes veines et passai la langue sur mes lèvres. Au-delà des Humains qui hurlaient et gémissaient, il y avait tout le reste : les auras qui disparaissaient en grand nombre, et l'odeur du sang, de la peur, de la mort, de la souffrance, du désespoir, tout ça à la fois. Un cocktail absolument délicieux, pour mes sens. Et explosif. Je me sentais revivre enfin, arrachée à ma carcasse d'Humaine stupide, jetée à nouveau dans la peau d'un vrai Démon parce que c'était pour CELA que les Démons existaient. Le chaos. La destruction. Soudain, je me sentais redevenir moi-même, le vrai moi. C'est à dire la Démons instable, amoureuse de la violence et des massacres et qui ne trouvait son plaisir que dans la douleur des autres. Cette autre moi qui se terrait d'habitude dans mon esprit, et qui à nouveau, ne demandait qu'à sortir.

    Lorsque j'arrivais à la gare, tout était déjà fini, et pourtant tout commençait seulement. Il y avait tellement de morts ! D'Humains, morts, ce qui en gros n'attira pas mon attention plus de dix secondes. Non, il y avait beaucoup plus intéressant. Là, dans le Ciel, une Ange, une Ange qui n'était pas d'ici. Était-ce elle qui avait fait tout cela ?? Son échange avec les créatures surnaturelles déjà présentes me confirma que oui. Alors comme ça, Dieu trouvait que les préparatifs de l'Apocalypse étaient trop lents ? Il faut dire que les Anges de Tokyo étaient particulièrement mous, n'est-ce pas ?

    Je respirai cette odeur de sang et me mordit les lèvres d'excitation. C'était tellement intéressant ! Et ces petits roquets qui pensaient pouvoir s'opposer à elle ! Bien sûr, elle était un Ange, et du genre vrai de vrai, ce qui voulait dire que si elle en avait l'envie, elle me tuerait sans hésiter parce que j'étais une démone, oui, rien que pour ça. Mais elle avait autre chose à faire, non ?

    Soudain je la vis se laisser tomber à terre et sentis une énergie brutale faire tressauter le sol déjà instable. Je n'eus que le temps de m'envoler avant que le décor ne devienne un peu plus chaotique. Je me posai sur un bout de mur encore debout et éclatai de rire en applaudissant des deux mains.

    - Bravo, c'est incroyable ! Depuis le temps que j'ai envie de faire un truc pareil, mais je n'en ai pas le droit, et toi... Merci pour ce spectacle, l'ange !

    Peut-être avais-je tort d'attirer l'attention sur moi. Peut-être aurais-je dû profiter du spectacle cachée et en silence. Mais j'étais bien trop excitée pour ça. J'avais envie de participer, moi aussi... Mais mieux valait rester prudente. En tout cas, je n'allais certainement pas participer à la mission suicide des quatre autres. Pour des Humais, en plus... On aurait tout vu !

    Je me léchai de nouveau les lèvres avec un rire gourmand, emplissant mes sens et mon aura de toute cette destruction et curieuse de voir la suite. Du sang et de la violence, allez, battez-vous !


{If this be not love, it is madness, and then it is pardonable.

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Jeu 7 Juin - 22:34

Une journée des plus basiques pour l'ange, cela faisait un moment qu'il s'étais posé et installé sur Terre, vivant en collocation avec un démon peroxydé, travaillant à l’hôpital, appréciant tout ses petits moment sur Terre avec les humains et les autres créatures qui éveillais sa sympathie. Ainsi aujourd'hui étais jour de repos pour l'ange, qui avais flemmardé un moment dans son lit, s'attirant moquerie de son colocataire avant d'aller flâner dehors, s'enivrer de la vie qui régnais autour de lui et aider ceux qu'ils croisaient, afin de leurs offrir un peu de lumière, car ils en avaient bien besoin, l'Apocalypse approchais, mais peu importe, il en sauverais un maximum d'ici là. Les sauver d'une éternité de souffrance que leurs vie miséreuse qui les incitais a pêcher leurs réservais, faute a celui qui osait encore prétendre au titre de Dieu, un vieux sénile qui ne bougeais plus son cul depuis deux milles ans et qui osait s'étonner que l'homme ai perdu foi en lui.

Ainsi Miahel marchais dans la rue,insouciant quand ça se produit, il ressentit un grand vide en lui, et en levant les yeux vers les écrans géants de la ville, le carnage qui y avais été perpétrer le remplir d'effroi, les cries des milliers de personnes mortes ce soir vinrent résonner dans sa tête, le faisant tomber a genoux, en larme au milieu de la rue bouleversé par une telle horreur.

Puis cela s'éveillât. La colère de l'ange, sa haine profonde et glaciale se réveillât, plus intense que jamais, 'air autour de lui refroidit, la neige se mit même a tomber pendant un instant, son regard avais changé, trahissant le soldat assoiffé de vengeance qui se cachais sous cette apparence . Se redressant lentement, l'ange, sans se soucier du monde autour de lui s'envolât a toute vitesse vers la gare,La Puissance Mihael congelais tout ce qu'elle touchais ,sa colère ne réussissant pas a se calmer, d'ailleurs cela lui paraissait impossible, pas le temps que les responsables de cet acte serais présent dans cette réalité.

Il se posât parmi les décombres, aidant quelques survivant, scrutant les aura alentours,écoutant ce qui se disait. Deux Démons, trois ange, une créature qui se révélât être Léviathan. Après avoir accompagné quelques survivant vers les ambulances qui arrivaient, Mihael se dirigeât d'un pas assuré vers le groupe, ses yeux détonnant avec l'air qui l'avais, en effet, blond peroxydé, portant des habits a motif de léopard rose, rien qui ne laissait trahir un soldat et encore moins un ange en colère, pourtant c'est ce qu'il étais.

Arrivant donc sur les lieux,il entendit donc une démon exprimer sa joie au vue d'un tel malheur, le regard assassin de Kagero se posât sur elle, mais elle ne méritais pas qu'il gaspille un seul mot à son égard, son tour viendrais. Il levât ses yeux pleine d'une haine froide et profonde sur l'ange qui se tenais au dessus du groupe et dit d'une voix pleine de sarcasme et où grondais en profondeur la colère,cette dernière étant bien plus grave qu'a l'habitué, loin du ton de gamin enjoué qu'il employais le plus souvent :


"Ca va , le collier ne te démange pas trop ? Brave petite chienne, sans doute ton vieux Maître Sénil te donnera un nonos....Enfin si il est encore capable de quoi que ce soit, ce Dieu qui a perdu la Foi, mais qui n'as rien fait pour que les hommes la garde, se contentant de nous envoyer faire un jeu d'influence sur Terre....Et toi tu obéit bien sagement, sans te poser la moindre question, pourquoi celui qui nous dit et répète d'aimer l'homme nous demande de le détruire ? "

Puis son ton se fit plein de pitié et de compassion, si ce n'est de condescendance pour l'ange,même si son regard restait dur.

Quel pitoyable enfant tu fais là... Tu n'est que l'enfant qui apporte a son père ce qu'il veux, pas ce dont il a besoin, j'aurais presque pitié de toi si tu n'étais pas un simple animal bien dresser. "

*Le ton de Mihael revint dur et froid et il lui dit en la pointant d'un doigt accusateur.*

"Mais ne te fais d'idée ! Tu n'est qu'une chienne qui a la rage pour moi, et je ne suis là que pour voir ton essence disparaître !

*La puissance laissât son aura reprendre ses droits,un vent glacé envahissait les lieux, convergeant uniquement sur l'ange ennemis, Mihael se craquant les phalanges,sur le point de lui bondir dessus.*
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Ven 8 Juin - 11:11

Chul Hei fut sur les lieux plus rapidement que je ne l'aurais pensé et m'aida à me relever au milieu des décombres. Je sentis son étonnement face à mes larmes qui se tarissaient, même s'il ne le montra pas. Étonnement que je comprenais totalement. Après tout, j'étais aux yeux de tous une démone, sanguinaire par moments de plus. Il ne pouvait pas savoir que mon corps humain m'avait également dotée d'une conscience humaine. Au fond, si je devais appartenir à une espèce, je ressemblerais plutôt aux Aïons. Non, même pas. Mon état n'avait aucun équivalent.

Chul Hei déversa son discours moralisateur, du même genre que ceux qu'il me sortait parfois pour me convaincre que je n'étais pas si mauvaise. La bonne blague. Le mal était ancré en moi, et même si je voulais changer, rien n'effacerait les horreurs que j'avais déjà commises. Que je sois d'accord ou pas sur ce qu'il déblatérait à cet instant importait peu. Nos motivations différaient quelque peu dans l'Alliance, mais notre but était commun: renvoyer ces intrus d'où ils venaient. C'était ce qui importait.

Soudain, une puissance écrasante, bien plus impressionnante que celle de notre ennemi, sembla nous recouvrir tout entier. En-dehors de Dieu et Lucifer, seule une Créature pouvait imposer pareille domination. Elle ne tarda pas à se montrer sous les traits d'une nippone anormalement belle. Qui était-ce ? Ou plutôt: qu'était-ce ? Il n'y avait pas tant de Créatures que ça. Son discours m'avança un peu plus: une Créature ayant subi une injustice, cela me fit penser au Léviathan directement. Mais je doutais que ce fut elle. Le Léviathan était au service de Dieu non ? Pourquoi s'opposerait-elle à cet Ange et donc à son maître ?

Kanon profita des paroles de la Créature pour nous rejoindre à son tour, prenant place aux côtés de Chul Hei sans un mot, ses yeux à l’affût du moindre détail. Il sembla être le seul à faire un rapprochement rapide entre le corps étendu à mes pieds et moi.

Puis, enfin, l'ennemi prit la parole. Ses premiers mots me furent dédiés, quel honneur...

« Ton aura pue la mort, démone. Vas-tu me reprocher ce que tu as fais à d'autres tant de fois ? »

J'échappais un grognement à cette accusation, bien qu'elle soit totalement vraie.

« Le monde a besoin d'un équilibre, le bien et le mal sont nécessaires à son bon fonctionnement. Être Démon ne nous laisse pas tellement le choix. Mais détruire autant de vies, c'est détruire l'équilibre. »

J'échappais un rictus moqueur quand elle parla de perdre la protection du Tout Puissant. Comme si nous l'avions un jour eu, toutes espèces confondues. Puis elle se laissa tomber au sol violemment, provoquant une secousse sismique qui fit dégringoler les gravats. Je bondis vers l'arrière aussi loin et haut que mon corps me le permettait, hors de portée de l'avalanche. Malgré ma haine et ma colère, j'avais retrouvé mon sang-froid avec l'arrivée de mes compagnons et tentais d'analyser la situation. Lui sauter à la gorge serait du suicide. Et le suicide, s'il n'atteignait pas l'autre, n'était qu'une vulgaire façon de mourir. Hors de question.

C'est l'instant que choisit Joo Hee pour faire son apparition. Je n'avais aucune affection pour cette démone, même s'il nous arrivait de faire cause commune dans l'extermination d'Anges ou de Démons. Elle m'utilisait comme je l'utilisais. Notre relation n'était que profit et en rien comparable à une alliance. La preuve en était qu'elle sembla approuver les agissements de l'Occidentale. Un vrai Démon, dans l'essence même du terme.

Bien évidemment, la scène avait commencé à rameuter du monde. Les humains ne nous prêtaient pas encore attention, occupés à surmonter les décombres pour secourir les corps coincés. Mais il faudrait faire vite. Un autre Ange arriva. Du genre bavard, trop bavard. Et trop présomptueux. On voyait bien qu'il désirait mettre une raclée à sa soeur venue de loin. Or, il n'était pas de taille. Néanmoins, si nous combinions nos forces...

Je me rapprochais de Chul Hei, murmurant si bas qu'il fut le seul à pouvoir entendre.

« Si Joo Hee intervient, nous sommes mal. Je m'occuperais d'elle le temps que vous régliez son compte à l'étrangère. »

L'idéal serait, bien évidemment, qu'elle reste simple spectatrice de la scène. Car Joo Hee était plus puissante que moi, et si j'avais un Ange, j'aurais eu peur d'y laisser des plumes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Ven 8 Juin - 21:56

    Oulélé.

    Au début, j'étais venu voir ce qu'il se passait par simple curiosité. Je m'étais dit qu'un ange ou un démon était en train de faire un caprice dans la gare et que la situation lui avait un peu échappée. Mais en fait, en errant dans la gare sans dessus-dessous, j'avais vite compris que c'était plus que ça. D'abord, il y avait beaucoup, beaucoup de morts. Autant dire que ça ne me touchait pas vraiment. La souffrance est plus désagréable à supporter que la mort. Hey, tous ces morts étaient auprès de Dieu à présent - enfin, sauf les plus pourris d'entre eux qui allaient être rejetés direct en enfer - alors de quoi se plaignaient-ils ? Par contre, les blessés, c'était pénible. Ca râlait, ça criait, ça agonisait, brrrrr ! Des Humains qui meurent, y'en a tout le temps, partout, mais moins ici qu'ailleurs. J'ai connu la guerre dans ma vie humaine, ce n'était pas ce spectacle là qui allait m'atteindre.

    Non, le truc plus compliqué, c'était la situation. Autant vous dire que pour observer la scène, je m'étais sagement planqué. J'étais pas suicidaire, moi. D'abord, l'ange de l'ouest. Oserai-je dire que je m'y attendais ? On n'est pas dans le chouchou de Dieu sans entendre quelques bruits de couloir. Bien sûr, je m'attendais pas à quoi que ce soit en particulier. Et donc, une ange venu massacrer quelques humains. Bon, et alors ? Y'avait pas de quoi en faire tout un plat, hein !! C'est pas comme si c'était prévu depuis longtemps ! C'est pas comme si c'était jamais arrivé au cours de l'histoire des Hommes ! Et c'est pas comme si c'était pas le boulot des anges !

    Mais il faut croire que la petite troupe là-bas ne pensait pas comme moi... C'était presque beau, snif ! Des anges, des démons, même Mariko, mais venant de sa part, ça m'étonnait à peine. Je reconnus la démone bizarre de la dernière fois - eh ben alors, elle boudait parce qu'elle avait rien pu faire signer à personne ? Les trois anges, avec de la chance, ils se feraient vaporiser... Des anges qui aiment les humains, ça me dégoûte. L'autre démon, je ne la connaissais pas et je n'avais pas envie de la connaître.

    Je m'installai tranquillement de mon poste d'observation. L'ange de l'ouest devait savoir que j'étais là. Ils devaient tous le savoir. Mais moi, j'étais juste venu en spectateur, je ne comptais pas participer, j'étais pas maso et je tenais à la vie. Et je n'allais certainement pas dépenser de l'énergie à aider les Humains. Manquerait plus que ça ! Go go, l'ange de l'ouest, fais-moi le ménage là-dedans !



Well, I'm an Angel after all...
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Sam 9 Juin - 17:04

    Finalement, cette destruction allait devenir une affaire d’Etat. Un autre Ange ne tarda pas à débarquer et il fallut peu de temps à la Créature pour comprendre qu’il n’était pas un simple Ange. Dis donc, on croise de tout aujourd’hui ! Un Ange Gardien ! S’il vous plait… Tout d’un coup ça devenait lassant cette histoire. Pourquoi assassiner autant de personne ? Franchement, autant passer directement à l’Apocalypse d’un coup et tout le monde dira « bye bye » et Mariko sera ravie. L’heure de sa délivrance aura donc sonné et elle pourra rejoindre son cher et tendre !

    L’Ange s’éleva alors et regarda de haut le petit groupe de 4 qui venait de se former. Mariko eut alors un petit sourire amusé. C’était bel et bien un Ange formé par son créateur. Le genre d’Ange à se croire supérieur à tout. Sauf qu’avec elle, on ne jouait pas à ça. Ça ne marchait pas. Mariko était intouchable. Immortelle et favorite de leur Père. Si jamais elle était touchée, l’Ange ne ferait pas long feu. Et puis Mariko était puissante. Il ne fallait pas en douter. Elle aurait du mal avec cet ange, elle n’en doutait pas, mais elle vaincrait. C’était une des cartes cachées de Mariko. Sa puissance était tellement contenue en elle, que son aura ne reflétait qu’une partie de son pouvoir.

    Puis l’Ange prit la parole et Mariko se montra terriblement attentive. Bon, elle avait rabattu le caquet à la démone. Là-dessus, il était vrai qu’elle puait la mort elle aussi. Mais en même temps, c’était un démon. Le jour où un démon sentira la vie, on se posera des questions. Elle avait ensuite insulté l’autre Ange. Un point en moins, cet ange-là plaisait drôlement à Mariko dans sa logique et sa vision des choses. Fille du créateur ? HAHAHA. La blague. Dans ce cas ma chère, respecte tes ainés. Car Mariko dans ce cas n’était autre que sa grande sœur, si on suit cette logique non ?

      « Réveillez-vous ! Tous autant que vous êtes, vous avez une mission ! S'opposer à moi, c'est s'opposer à Lui ! S'opposer à Lui, c'est perdre sa protection »


    Mariko poussa alors un véritable soupire amusé. Elle ne perdrait pas sa protection. Et si jamais c’était le cas, alors aucun doute possible sur le choix de Mariko : tout faire pour perdre la protection de Dieu. Mourir et vite. L’Ange se laissa tomber à Terre avec fracas et fit trembler la Terre. Mariko vit tout le monde bondir de leur position alors qu’elle restait figée. Pas un geste. Cette secousse la fit reculer d’un pas, puis Mariko épousseta ses vêtements, comme si l’incident était clos. Ne pas donner satisfaction à ses adversaires. Un frisson d’excitation parcouru le dos de Mariko. La fête allait commencer. Depuis son combat avec Kero, rares avaient été les adversaires dignes de ce nom. Mariko eut un franc sourire et regarda l’ange avec satisfaction.

      « Bravo, c'est incroyable ! Depuis le temps que j'ai envie de faire un truc pareil, mais je n'en ai pas le droit, et toi... Merci pour ce spectacle, l'ange ! »


    Des applaudissements. Mariko senti un nouveau frisson lui parcourir l’échine. Une démone qui prenait apparemment son travail de destruction à cœur. Et pas forcément inconnue cette démone, mais la question se poserai plus tard. Régler le compte à cet Ange le reste importait peu. Mariko se prépara alors à bondir quand un autre ange arriva, la coupant dans son élan. Encore un ? Décidément !

    Mariko observa alors avec surprise le nouveau venu. Un peu puissant certes mais rien de très flagrant, il crachait sa fureur avec encore plus de férocité qu’elle ! Ça en était presque comique. Que l’Ange ne réagisse pas vraiment à ces insultes ne surprendrait pas la créature. Puis l’attention de Mariko fut à nouveau sollicitée. Tiens donc ! N’était-ce pas son râleur préféré ? Suzu. Mariko ne broncha pas quand elle le senti rester cacher. Il devait jubiler intérieurement ce petit. Il était si drôle à vouloir la voir réagir alors qu’elle restait stoïque. Un véritable délice. Et un compagnon de plainte envers le Créateur. Qu’il reste dans l’ombre ne dérangeait donc pas le moins du monde Mariko. Elle préférait cela. Elle n’avait pas spécialement envie de le voir mourir. Pas aujourd’hui.

      « Fais plaisir à ta grande sœur petit Ange, viens là, que je te fasse un peu gouter à ta cuisine. »


    Lâcha Mariko avec un sourire à la demoiselle.

      « Viens donc. Et si je perds la protection de « Papa », je pourrai enfin mourir comme je le souhaite. Donc soi sûre qu’il me gardera près de lui encore un moment. »


    Cette révélation brisa un peu plus le cœur de la créature sachant qu’elle avait pertinemment raison. Dieu la garderai encore un peu près de Lui.

      « Allez ma jolie. Viens ! »


    Dit-elle une nouvelle fois en se tassant comme un animal près à bondir. Le dragon était enfin de bonne humeur.


Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Dim 10 Juin - 22:17

La journée avait pourtant bien commencé. Akane n'avait qu'entraperçu sa mère, qui partait déjà au travail, le Vieux n'était pas là... Elle n'avait eu qu'à s'habiller et décoller, casque sur les oreilles, une musique entraînante dans la tête. Rien de tel pour la mettre de bonne humeur... Mais tout devait être chamboulé. Il avait suffi qu'elle dévie de son trajet habituel pour passer par la gare - un petit détour de rien du tout, non ? - et l'horreur était arrivée.

Elle était encore à une centaine de mètres quand les premières explosions avaient retenti. Des cris, des hurlements. Des crissements de métal tordu, les percussions du béton qui s'écroule. Et surtout la souffrance. Cela faisait tellement mal... Comme si une main venait écraser son coeur dans sa poitrine. Il y avait ... tellement de détresse et de panique dans les cris et les gémissements qui s'élevaient... Tellement de douleur... Affolée, Akane se boucha un instant les oreilles, ferma les yeux et s'assit, se roulant en boule sur le trottoir. Derrière elle, elle sentait la vibration des pas des dizaines de personnes qui s'enfuyaient. La terreur de tous ces gens l'atteignait de plein fouet, comme si elle était soudainement devenue une radio recevant des appels à l'aide.

Relevant la tête, tremblante, elle ne vit qu'une forêt de jambes autour d'elle. On la bousculait en s'enfuyant, certains lui écrasaient les pieds, d'autres trébuchaient sur elle. Vacillante, elle se leva et entreprit de fendre la marée humaine à contre-courant. Elle devait faire quelque chose, il fallait arrêter ça... Quoi ? Elle ne savait même pas ce qu'il s'était passé ! Mais elle devait avancer, aider. Oui, aider. Aider... Elle n'avait que ses deux mains à apporter, une petite trousse de 1ers secours dans son sac mais il fallait que quelqu'un fasse quelque chose !

Les fuyards se faisaient moins nombreux, à l'approche du lieu du drame. Un homme dans la fleur de l'âge, visiblement blessé - il avait du sang sur sa chemise - lui cria de s'enfuir. Lui-même s'éloignait de toute la vitesse de ses jambes. Fuir ! Comment aurait-elle pu ? Ce n'était pas l'envie qui lui manquait - elle avait tellement peur - mais comment pourrait-elle fuir en laissant tous ces gens qui souffraient derrière elle ? Serrant les dents, elle passa la grande entrée à moitié effondrée de la gare.

Aussitôt, elle crut étouffer. Ou défaillir. Si seulement on pouvait appuyer sur le bouton off de son cerveau, pour lui épargner ces images insoutenables. Mais non, les larmes roulant librement sur ses joues, elle ne put que contempler le spectacle désastreux qu'offrait la gare. Des corps désarticulés, des visages grimaçants, tordus. Ces gens avaient emporté leur terreur dans la mort... Et dire que quelques minutes plus tôt ils vivaient, insouciants, sans se douter que bientôt... leur univers allait s'effondrer ?

Elle dut finalement se plier en deux, secouée par des hoquets. Sanglots, nausée ? Un mélange des deux. Elle avait l'impression d'asphyxier. Les mains sur la gorge, la jeune fille progressa de quelques pas au milieu des gravats, guettant des gémissements plus proches d'elle. Aider. Elle avait vraiment voulu aider ? Quelle idée folle s'était emparée d'elle à ce moment-là ? Elle ne pouvait rien faire, rien. Tellement de souffrance... Et elle, elle était impuissante. Incapable. Inutile. Ils étaient tous morts ou en passe de l'être, et que faisait-elle, notre révoltée de service ? Elle... marchait dans les décombres. Impuissante. Perdue.

Là bas, une petite silhouette. Quelqu'un de vivant. Il y avait quelqu'un de vivant. Et c'était un enfant. Un petit garçon aux cheveux maculés de sang - *du sang dans ses cheveux du sang du sang du sang* - qui pleurait en silence. Akane accourut, s'agenouilla à ses côtés et le serra dans ses bras. Compulsivement, comme si seul ce petit garçon inconnu était important. Ce n'est que lorsqu'il remua un peu qu'elle se rendit compte qu'elle sanglotait et le serrait trop fort.

"On ... on va s... sortir d'ici et retrouver ta famille hein ? D'a... d'accord ?

Un hochement de tête suffit à lui donner assez de courage pour se relever et l'attraper par la main. En silence, frissonnant tous les deux, ils avancèrent lentement dans les éboulis. Là-bas, un corps. Là-bas, un autre. Le silence était sépulcral de leur côté, aucun signe de vie. Seuls quelques vagues fantômes de gémissements provenaient des alentours. Là-bas, plus loin. En relevant la tête, elle pouvait apercevoir le ciel d'un bleu uniforme. Comment le temps pouvait-il rester radieux après une pareille catastrophe ? N'y avait-il pas Quelqu'un, là-haut, pour se recueillir ? Le soleil ne devrait-il pas se voiler la face en signe de deuil ?

Les pensées de la petite Aïon n'étaient plus guère cohérentes. Sortir de là le petit, enlever le sang de ses cheveux - *du sang dans ses cheveux, du sang, du sang du sang*... - et attendre les secours étaient les seules choses auxquelles son esprit paniqué semblait capable de se raccrocher. Jusqu'à ce qu'elle entende des voix. Jusqu'à ce que la terre tremble soudainement. Akane se laissa tomber à terre, recroquevillée sur le petit - qui était toujours aussi horriblement silencieux - en attendant que la crise passe. Un séisme, après ce terrible accident ? Ils n'en avaient pas eu assez ? La colère l'envahit soudainement. Qu'avaient fait les gens dans cette gare pour mériter ça, hein ? Pourquoi le sort semblait-il s'acharner sur eux ?

Un mur s'était écroulé non loin, bloquant le passage jusqu'à la sortie. Qu'à cela ne tienne. Le petit dans ses bras, elle entreprit de se frayer un autre chemin. Ils allaient sortir de là. Ils allaient sortir et les secours allaient arriver ! Il fallait que les secours arrivent. Il FALLAIT que quelqu'un fasse quelque chose ! Elle avait envie de hurler. C'était tellement injuste...
Là ! Des voix ! Quelqu'un ! Serrant bien fort le petit, complètement essoufflée, Akane courut jusqu'à la source du bruit.

Des voix furieuses, un petit groupe debout au milieu des décombres. Ils étaient tous indemnes. Indemnes ? Et ils discutaient tranquillement - enfin c'était relatif, certains criaient - sans aller aider les victimes ? Ils laissaient souffrir les blessés sans RIEN faire ? Alors qu'ils étaient tout un petit groupe ? La petite n'en croyait pas ses yeux. Autant elle pouvait comprendre qu'on s'enfuie, qu'on se cache parce que trop mal, trop peur... Mais qu'ils restent là à discuter ... ? Ils se croyaient dans un salon de thé ou quoi ? La colère grimpa en flèche, et elle vit rouge. Posant le petit à terre, derrière elle, elle les apostropha tous furieusement :

"Mais qu'est-ce que vous faites là ?! Vous discutez alors qu'il y a des gens qui meurent ?! Vous êtes marteaux ou quoi ? Allez les aider ! Faites quelque chose !! Vous ne voyez pas que tous ces gens souffrent ?"

Sur ses mots, sa voix se cassa. La fumée des incendies lui irritait la gorge, provoquant une quinte de toux qui lui coupa la parole quelques secondes. Les mains en coupe sur la bouche, elle se plia en deux. Mais cela n'arrêtait pas la marche de son esprit. Et elle ne comprenait toujours pas qu'ils restent là, immobiles à discuter. Son arrivée avait visiblement jeté un froid, puisque personne ne parlait plus. Allaient-ils réagir, enfin ? Et secourir les victimes ? Elle s'avança au milieu d'eux une fois son souffle récupéré, l'enfant toujours accroché à son pull, et continua de les supplier de bouger :

"S'il vous plaît... Allez les aider ! Ne restez pas plantés là !!"

Et puis son regard accrocha un visage qu'elle connaissait - contrairement aux autres. Elle ? Mariko ? Là ? Avec d'autres spectateurs ? Mariko, insensible, qui laissait mourir des gens autour d'elle sans rien faire ? Mariko, qui l'avait écoutée lui raconter ses malheurs une semaine à peine auparavant ? Pourquoi ? Mais qu'est-ce qu'il se passait, enfin ?
Choquée, Akane recula légèrement, tremblante. Elle ne comprenait pas. Pourquoi tout devait-il devenir plus horrible de seconde en seconde ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Solvei Sinclair
Angel † Keeper

avatar




MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Lun 11 Juin - 17:39

    Encore, et encore... Ils accouraient comme des vautours, attirés par le feu et la violence. Cette ville pullulait de créatures surnaturelles, c'en était choquant. Tous ces Anges traîtres à leur Père... Ces Démons qui allaient et venaient en toute impunité... Même le Léviathan avait choisi Tokyo ! Et pourtant, cette ville était encore intacte, la moins touchée par les signes de l'Apocalypse... Je commençais à comprendre pourquoi Carlyle nous avait emmenés ici.

    Je tournai un regard vide vers le nouvel Ange apparu devant moi. Encore un traître. Tous des traîtres. La preuve, il parlait le même langage que la Démone. Tous les deux avaient les mêmes mots en bouche, c'en était risible. S'entendaient-ils seulement parler ? Mais soit. L'entente est une vue de l'esprit. Il était absolument impossible qu'ils se rangent à mon avis, de même que l'inverse. De toute façon, traître une fois, traître toute sa vie. Je sentis l'Ange rassembler sa force et esquissai une petite moue agacée. Plutôt que de continuer à les provoquer, alors qu'ils étaient désormais si nombreux, je rassemblai ma puissance et m'en fis une armure, un cocon d'énergie douillet que rien n'aurait pu transpercer... ou presque.

    J'avais repéré l'autre Démone, mais ne lui jeta même pas un regard. C'était la folie qui parlait par sa bouche. Je n'avais pas besoin de ses encouragements, et encore moins de son aide. Qu'elle se montre, et je la réduirai en cendres. Quant au petit Héraut qui se cachait de mon regard, sa force était si faible que je le sentais à peine. Aucun intérêt. Mais si je devais laisser des survivants, ce serait peut-être lui. Un Ange docile, même pas obligation, est un bon Ange.

    "Vous ne comprenez pas. Je ne suis qu'un signe, un symptôme. Même si vous me tuiez ici et maintenant, pensez-vous pouvoir échapper à l'Apocalypse, tous autant que vous êtes ? Pourquoi vous fatiguer pour rien ?"

    L'Ange agressif. Je lançai une légère décharge d'énergie vers lui, pas vraiment une attaque, juste de quoi jauger sa puissance. Le Léviathan. Pas besoin de la provoquer. La Démone ne comptait pas, ni le Gardien. L'autre Ange... était faible. Je comptais mes adversaires, quand une autre présence s'imposa à moi, et pas seulement parce que son aura était reconnaissable. Des cris, des pleurs, des gémissements... une enfant Aïon. Tout mon corps se raidit de dégoût. "Abomination !" me hurlaient mes sens. Ses mots n'avaient aucune signification pour moi, je n'entendais que du bruit... mais le regard qu'elle lança au Leviathan ne m'échappa pas. Et lentement, un sourire se dessina sur mes lèvres. Était-il possible que le seul point faible de mon seul véritable ennemi soit apparu ainsi, sous mes yeux, à ma merci ?







Résultats


L'Ange compte ses adversaires et passe en mode défensif. Cependant, la présence de deux personnages alliés à sa cause fait chuter le score de deux points. L'Ange montre beaucoup d'intérêt pour l'Aïon.

Score : 4 points.



Dernière édition par Solvei Sinclair le Mer 13 Juin - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Hwang Andréas
Aion † Hunter

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Lun 11 Juin - 19:36

    Andréas observa le plafond blanc cassé de son appartement, passant ses mains sous sa nuque. Trois nuits qu'il n'arrivait pas à dormir. Il ne comprenait pas pourquoi il avait un aussi mauvais pressentiment, mais son cœur pesait sous la pression. Les cauchemars. L'angoisse. Quelque chose était entrain de se refermer sur Tokyo, une menace bien plus énorme que celle ammenée par la pluie.
    Il se retourna de nouveau dans son lit. Et avec son petit ami qui ne s'était pas montré depuis un long mois ! Tout était fait pour le rendre encore plus soupconneux d'un problème...Peut etre qu'il avait tout simplement besoin de vacances. Peut etre qu'il devrait aller un peu à la campagne, histoire d'un week end, pour se ressourcer.

    Aussitôt décidé, aussitôt fait, il appela son amie qui habitait à Utsunomiya, et celle ci fut particulièrement ravie à l'idée de l’accueillir pour le week end. Il faut dire qu'il avait tellement de problèmes à résoudre qu'il n'osait pas vraiment passer du temps avec ses amis. Un ange déciderait de débarquer pour l'éliminer, lui l'aion, qu'il ne donnait pas cher des personnes qu'il aimait. Mais aucun ange ne l'avait approché depuis plus d'un an...Il imaginait qu'il ne risquait rien à se rendre la bas quelques jours.
    Il fit rapidement ses bagages, embarquant des vêtements de rechange, de quoi se laver, et un livre pour le voyage en train relativement long, plus de trois heures.

    Après quoi, il se rendit à la gare.
    Meme dans le bus, l'ambiance était glaciale. Personne ne parlait, des business man en sueur lisaient les pages de bourses du journal national avec un air désespéré. Beaucoup envoyaient des sms, mais très peu avaient l'air souriants et détendus. Cela ne fit que renforcer son idée que quelque chose de mauvais allait se passer. Et pourtant, il était loin de se douter qu'il se précipitait littéralement dans la gueule du loup.
    Il se joignit à la foule de travailleurs sur le quai du Shinkansen et comme il se retrouva dans la foule de tous les salariés qui venaient de la campagne pour travailler dans la capitale, il dut supporter de se faire presser, cogner, et dut jouer des coudes pour déboucher dans la gare, apparemment normale. En apparence seulement.

    Il sortit son billet de train de son sac et observa avec attention les quais numérotés et soupira de soulagement quand il constata que son train n'était pas en retard.

    C'est alors que le temps s'arreta.

    Les cris étaient tout ce qu'il pouvait entendre, le crissement terrible du train qui essaye tant bien de freiner. Il ne réagit même pas à la douleur qui traversait son corps de toute part quand il fut soudainement projeté en arrière alors que toute une partie de la gare était détruite.
    Avant de perdre connaissance, il entendit une petite fille pleurer et appeler sa mère.

    -Monsieur. Monsieur ! Est ce que ca va ??!

    Quelqu'un lui tirait le bras et il gémit légèrement de douleur. Il avait peut être la clavicule brisée. Et pas que cela, vu le pic de douleur qui le fit trembler quand on le sortit des décombres. Une femme et un homme se tenaient devant lui. Une petite fille qui devait etre la leur s'accrochait à la jambe de sa mère.
    Ils avaient eut de la chance ils n'étaient pas blessés ou très peu.
    -Sortez vite d'ici. Appelez les secours.
    Ils ne bronchèrent pas. Rien ne les retenait ici.
    Il baissa les yeux vers lui. Il était prêt à parier qu'il s'était ouvert le front. Sa jambe droite avait été en partie déchiquetée par les pierres qui lui étaient tombées dessus et son épaule était dans un sale état.

    Autour de lui, les gens hurlaient, pleuraient, se bousculaient pour se précipiter vers la sortie. La mort était partout sous toutes ses formes. Un haut le cœur le prit en regardant le train, qui avait écrasé nombre de personnes dans sa course. Sur le sol, il y en avait d'autres. Des dizaines, de tout age, de tout sexe. Des enfants, leurs parents, de petits vieux, figés à jamais dans la poussière. Alors qu'il avancait difficilement, il se pencha sur chacun pour vérifier leurs pouls, et leur fermer les yeux, tendrement.

    Il savait déjà qui était à l’œuvre de tout cela. Il l'avait déjà senti il y a trois jours. Il apercut Sora, la démone qu'il avait rencontré à l'Ibiza Club, Chul Hei, une enfant. D'après l'aura qu'il percevait, elle était comme lui.
    Il s'approcha d'elle et lui mit une main sur l'épaule. Elle pleurait. Ce n'était qu'une gamine. Une gamine qui tenait contre elle un enfant couvert de sang.
    Quand elle se tourna vers lui, ses jambes le làchèrent et il s'étala presque devant elle, il arriva à se mettre à genoux et a poser sa main sur le cou du petit qu'elle portait dans ses bras. Il était en vie. Encore en vie.

    Il leva les yeux vers elle et lui sourit légèrement.
    -Tout va bien se passer. Ca va aller. Écoutes moi. Il faut que tu mettes le petit en sécurité, d'accord ? Et ne reste surtout pas ici, c'est dangereux. On va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour les sauver.
    Il utilisa autant que possible son pouvoir de Charme pour l'apaiser, et qu'elle le croie sur parole.

    Après quoi, il rejoignit difficilement Chul Hei, qui faisait face à l'ange. C'était une occidentale. Mais le plus frappant chez elle était son aura éclatante. Il aurait dut se sentir en danger, étant un Aion bien plus puissant que la gamine.
    En voyant le regard de la femme, il attrapa Akane par la main et la placa derrière lui, plus question de fuir maintenant, mais si elle voulait la jeune aion, elle devrait l'avoir lui avant.
    -Pourquoi tu ne t'en prends pas plutot à quelqu'un de ta taille, mon poulet ? Lanca t'il d'une voix rauque à l'ange.
    Mission suicide. Son pouvoir ne marcherait pas. Il n'avait plus qu'a compter sur sa chance
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Lun 11 Juin - 20:09

    Tout allait bien. Mariko sentait toute sa puissance couler dans ses veines, enflammant son corps. Elle en avait besoin. Toute cette colère qui l’habitait ne demandait qu’à sortir. Et cet Ange avait eu la bonne idée de lui offrir l’occasion sur un plateau. Allez ma belle, vas-y. Ne vois-tu pas comment l’impatience la parcourt ? Ne sens-tu pas son excitation ? Ne perçois tu pas les palpitations de son cœur ? Si rapide et joyeux ? Ne ressens-tu pas cette joie de se défouler que Mariko n’a guère souvent ? Enfin, enfin, enfin… Mariko fit craquer ses doigts en signe d’impatience et regarda l’Ange droit dans les yeux. Son adversaire prenait son temps. Après tout, Mariko aussi pouvait le prendre. Quelques minutes pour une immortelle, ce n’était rien. Rien du tout. Mais quand même… Elle ne voulait pas que son « jouet » ne trouve une raison pour filer et la laisser sur sa faim.

      « Vous ne comprenez pas. Je ne suis qu'un signe, un symptôme. Même si vous me tuiez ici et maintenant, pensez-vous pouvoir échapper à l'Apocalypse, tous autant que vous êtes ? Pourquoi vous fatiguer pour rien ? »


    Mariko éclata alors de rire. Un rire franc, sincère, qui venait du plus profond de son cœur. Décidément, cette Ange-là ne comprenait rien. Mais que croyait-elle cette petite ? Que le grand Léviathan avait décidé de bouger ses fesses pour contrer l’Apocalypse ? Elle qui, tout le monde le savait, attendait justement cela pour pouvoir enfin mourir ? Ah décidément, cette journée était bel et bien particulière et promettait d’être inoubliable.

      « Tu n’as donc rien compris ? Tu penses que je me dresse devant toi pour stopper quelque chose que j’attends de tout on être ? Non ma belle, non. Si je suis devant toi, c’est parce que je passais par là et que je ne supporte pas l’injustice. Tu n’as juste pas eu de chance ! Mauvais timing sans doute… L’aurais-tu fait dans quelques heures et si cela se trouve je n’aurais même pas eu vent de cela avant le soir pour les infos. Je ne t’aurais alors rien fait. Me comprends-tu ? J’attends l’Apocalypse soit en sûre. Cela ne signera que la fin que j’attends depuis si longtemps. »


    Mariko ne pouvait plus s’arrêter de sourire. C’était si agréable de se libérer. De toute manière les personnes qui pouvait l’entendre était des êtres spéciaux. Ils ne comprendraient pas forcément qui elle était, ce qu’elle était, ce qu’elle représentait et autres, mais s’ils ne savaient pas déjà, comprendraient sa puissance et son pouvoir. Elle était un des êtres les plus redoutables et la muselière que lui avait mise Dieu venait de tomber pour quelques heures. Elle allait se battre. Non pas pour les humains, mais contre une idée. Contre l’Injustice. Mariko regarda l’Ange droit dans les yeux et se mit à réfléchir à comment s’y prendre pour faire tomber ce petit oiseau de son perchoir.

    Ce fut alors qu’elle décida d’arriver. Une aura pure et innocente se fit sentir et Mariko senti son sang se glacer. Non. Pas Elle. Pas maintenant. Pas ici. Mariko vit alors une demoiselle débarquer, un enfant dans les bras. ET CROTTE ! NON ! POURQUOI ? Mariko se reteint d’hurler de rage contre la demoiselle. Akane laissa l’enfant plus loin et s’approcha furieuse. De quel droit était-elle furieuse ? Peu importe, sa fureur était si faible comparé à la peur qui tordait le ventre de Mariko. Sa petite protégée. Ici. Au milieu d’une bataille qui lui était inconnue. CROTTE ET CROTTE ET RE CROTTE !

      « Mais qu'est-ce que vous faites là ?! Vous discutez alors qu'il y a des gens qui meurent ?! Vous êtes marteaux ou quoi ? Allez les aider ! Faites quelque chose !! Vous ne voyez pas que tous ces gens souffrent ? »


    Elle s’étouffa et Mariko pria pour qu’elle perde connaissance. *S’il vous plait Dieu pour une fois répondez moi et faite lui perdre conscience… Qu’elle reste pure et innocente… Rebelle et têtue certes mais si douce et bonne…. S’il vous plait…*

      « S'il vous plaît... Allez les aider ! Ne restez pas plantés là !! »


    Elle semblait si désespérée. Avec un peu de chance elle ne verrait pas Mariko et repartirai. Ou pas finalement. Ah son grand damne Mariko vit le regard de la jeune femme croiser le sien. Le Léviathan se reteint de jurer. Le mal était désormais fait. L’Ange l’avait forcément remarqué. Le regard d’Akane était horrifié. Comme si Mariko l’avait trahie. Et d’une certaine façon c’était le cas : elle ne lui avait jamais dit ce qu’elles étaient, ni elle, ni Akane.

    Mariko jeta un regard vers l’Ange et elle senti à nouveau son sang bouillonner. Non seulement elle avait vu, mais elle allait se servir d’elle comme talon d’Achille. Avant qu’elle puisse faire quoi que ce soit, un autre être arriva. Un mélange lui aussi. Elle le vit essayer de la rassurer, tomber, se relever et venir près d’un des anges déjà présents. Bon, au moins ils formaient un noyau. Il ne fallut guère du temps pour Mariko d’arriver à son plan pour le départ de la lutte. Elle ne laissa pas de temps à qui que ce soit de réagir. Elle bondit vers Akane, l’attrapa sans histoire et lui assena un bon coup sur la tête. Voilà. Au moins elle dormira un peu. Voyant une belle bosse se former Mariko eut un doute. Aurait-elle frappé un peu trop fort ? Tant pis, on verra ça plus tard. Elle déposa Akane sur le sol et regarda Suzu qui n’était qu’à quelque mètre de là.

      « S’il lui arrive malheur mon coco, c’est toi qui paie alors tu la protège et tu la ferme. »


    Elle se tourna alors vers l’Ange et gronda furieuse. Désormais plus de retour en arrière possible. Cet Ange-là, allait mourir. De ses mains.

      « A nous maintenant.».



[HRP: Akane m'a demandée de l'assommée donc ne vous inquiétez pas, je n'ai pris aucune liberté toute seule, elle veut garder son innocence encore un peu mais mourrai d'envie de poster dans l'event ... x) ]


Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mar 12 Juin - 16:24

L'horreur appâte et émerveille les humains autant qu'elle le effraye. Sans doutes n'étions -nous guère mieux qu'eux, tous rameutés ici, sur ce champs de ruines et de désolations. Des râles d'agonie se faisaient encore entendre mais nous ne bougions pas, prêtant plus d'attention à l'origine de ce massacre qu'à ses victimes. Nous ne pourrions pas les secourir tant que la menace planait encore. Au mieux, nous captions assez son attention pour qu'elle ne remarque pas les secours qui n'allaient pas tarder à envahir le lieu. Mais dans ce cas-là, rien ne l'empêcherait de commettre un autre méfait et d'éveiller des soupçons quant à l'origine des récentes catastrophent qu'essuyait la ville.

Une aura que je connaissais titilla mes sens, trop faible et camouflée pour que je la repère avec certitude. Elle était comme un canal brouillé, mais je reconnus finalement le Héraut auquel j'avais eu à faire quelques jours auparavant. Rien à craindre de son côté, il tenait trop à son joli minois pour intervenir. S'il rapportait l'évènement au Tout Puissant néanmoins, cela risquait de porter préjudices aux Anges présents, l'occidentale exceptée. Mais cela ne me concernait pas. Cause commune, d'accord. Après, chacun pour sa paume.

L'attitude à adopter n'était pas très claire. Foncer dans le tas sans réflexion semblait être une mauvaise idée. Je sentais pourtant le Léviathan qui laissait échapper des pointes d'énergie pure, comme pour montrer sa supériorité avant de passer à l'attaque. La colère de cette dernière m'étonna d'ailleurs, car du peu que j'en savais, elle haïssait les humains presque autant qu'elle haïssait la vie. Sa présence nous conférait au moins un avantage: l'occidentale n'oserait pas s'en prendre à elle et reculait donc le moment de nous anéantir d'un simple revers de la main. Elle rit de nos convictions, avant de les balayer.

« Vous ne comprenez pas. Je ne suis qu'un signe, un symptôme. Même si vous me tuiez ici et maintenant, pensez-vous pouvoir échapper à l'Apocalypse, tous autant que vous êtes ? Pourquoi vous fatiguer pour rien ? »

Le serpent des mers expliqua enfin ses motifs, habitée par la folie qui l'avait bercée depuis la perte de sa moitié.

C'est alors que l'inévitable se produisit: une humaine se présenta à nous. Ou plutôt non... elle était Aïon, bien que sa nature soit très en retrait dans son aura. Elle ne semblait pas comprendre ce qu'il se passait et nous invectiva, nous accusant de rester là alors que des gens mourraient, pour nous supplier ensuite de les aider. Quelle idiote. Elle ne se rendait pas compte de ce qu'il se passait. Surement une ignorante. Mais en venant ainsi, elle se jetait dans les griffes de ses exterminateurs: les Anges. L'occidentale fut d'ailleurs fortement intéressée par la jeune fille, mais pas le moins du monde par son discours.

Puis une aura souffrante apparut, plus forte que celle des humains couchés dans les décombres. Je reconnus aussitôt la personne lorsqu'elle se montra à notre vue: l'Aïon que j'avais recruté pour l'Alliance récemment, Andréas si je me souvenais bien. Il semblait touché à divers endroits, comme s'il avait été victime de l'accident lui aussi. Mais sa force de caractère était puissante et il vint rejoindre nos lignes, malgré ses faibles chances de survie en cas de conflit.

Sans indice préalable, le serpent assomma la jeune fille au regard perdu, avant de se tourner vers l'occidentale, prêt à bondir et mordre. L'atmosphère se tendait inexorablement. En regardant la fille inconsciente, mes yeux retombèrent sur le corps de ma mère et je sentis la rage couler à nouveau dans mes veines. Si cela continuait, j'allais de nouveau perdre le contrôle et laisser ma nature sanguinaire reprendre le dessus. Il ne le fallait pas. L première fois, elle m'avait coûté mes ailes. La seconde, ma liberté de Démon. Depuis, elle prenait des vies. D'un autre côté, mes sens démoniaques étaient plus aiguisés dans ces moments, me procurant une force supérieure à celle que j'avais habituellement. Mais d'un autre, arriverais-je à discerner l'ennemi de l'allié ?

« Tu te penses messagère de ton maître, accomplissant son oeuvre sur cette Terre. Mais ton maître, où est-il ? Qui est-il ? Ton Dieu n'est rien et tu n'es que le pantin d'un être pathétique qui se gave dans son pouvoir en te laissant faire le sale boulot. Ton Dieu se contrefiche de toi, de tes frères, des Démons ou des Humains. Il n'aspire qu'à nous détruire un par un, jouant aux échecs avec nos vies. Vous êtes les pions qu'il sacrifie lorsqu'il se trouve en échec. Mais un jour vous ne serez plus et rien n'empêchera son mat. »

La provoquer ne servait à rien. Mais je ne pouvais m'en empêcher à ce moment. J'arrivais à garder encore suffisamment le contrôle pour ne pas bondir et avoir conscience des mots ridicules que j'énonçais, mais je sentais ma conscience s'éteindre petit à petit, ne laissant que mon arrogance et ma soif de vengeance.

« Ton Dieu... »

Je crachais au sol, concluant ma pensée.
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mar 12 Juin - 17:33

[ Incrustation totale ! Juste pour le loisir de faire une petite entrée avant d'agir, donc pour le moment je sers pas à grand-chose. XD ]

C'était tout bonnement étrange, toute cette concentration de pouvoirs, d'auras, de puissance... tout convergeait vers un seul lieu de Tokyo. Face à ça, les autres auras qui se baladaient partout dans les rues de la ville semblaient totalement effacées. Au loin, des cris se faisaient entendre, des explosions et tout ce qui allait avec. Je m'arrêtai et regardai dans cette direction, fermant les yeux et respirant l'air urbain. Le sang. Mais beaucoup de gens... qui n'étaient pas vraiment humains. Du moins, il n'y avait presque pas besoin d'avoir soi-même du sang de créatures surnaturelles en soi pour le sentir, les anges et les démons se rassemblaient tous au même endroit.

Je sais pas du tout ce qu'il se passe, mais ça coûte rien d'aller voir.

Enfin, je sentais à l'avance que ce que j'allais voir n'allait pas forcément me plaire. Après tout, j'avais déjà eu beaucoup de mauvaises surprises durant les mois derniers, ça allait bien continuer. Sans réfléchir, je me mis à courir. Au fur et à mesure, je croisais de plus en plus d'humains qui allaient dans le sens inverse du mien, jusqu'à finir par fendre une foule entière et apeurée. Apeurée par quoi, au juste ?

La réponse ne tarda pas à venir. La gare. Avec quelques difficultés, je traversai la rue parsemées de décombres et fumées et franchissais l'entrée de ladite gare à moitié défoncée. Oh mon dieu - sans jeu de mot -, mais c'est qu'il y avait du monde ici ! Du coin de l'oeil, j'apercevais des visages familiers, d'autres seulement des connaissances et d'autres totalement inconnus. Notamment Chul Hei, Kanon, Sora et (malheureusement) Joo Hee. Ils me donnent l'impression d'être partout, ceux-là... A leurs auras, j'identifiais également deux aïons - dont une qui ne semblait pas vraiment en état de faire quelque chose - et un autre ange... mais lui semblait à la fois si semblable et si différent d'un ange. Ce dernier restait en retrait, pratiquement impossible à repérer sans son aura. Je décidais de ne pas me poser de questions et plutôt concentrer mon attention sur un autre ange.

Un occidental. Suuuper. On en a déjà assez de ceux de Tokyo mais si ceux de l'ouest se ramènent, on a pas fini... Mon aura, que je ne retenais évidemment pas, frémit. Mes instincts à moitié humain me hurlaient de ne pas rester ici, tandis que l'autre partie de mes instincts, démons cette fois-ci, m'ordonnait de rester ici et de profiter une peu de l'occasion qui se présentait. Et je décidais d'écouter ma partie démonne plutôt que l'humaine, restant posté près de l'entrée (si on pouvait appeler ça une entrée) de la gare, les yeux fixés sur cet ange venu de l'occident.

Sinon, on pourrait m'expliquer ce qu'il se passe ?


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

avatar


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mar 12 Juin - 19:26

L’occidentale répondit enfin, mais sa réponse était tout sauf satisfaisante. Elle nous intimait de ne pas se mettre en travers de son chemin en prenant Lui comme excuse ? Elle me dégoutait. Qui était-elle pour pouvoir parler en son nom ? Aussi puissante qu’elle était, elle n’avait pas ce droit. Personne ne l’avait. Cela faisait longtemps déjà un moment que je m’étais éloigné des miens mais je n’avais pas oublié que chacun justifiait ses actes en son nom. Même les plus criminels ? Comment pouvions nous le rendre responsable de tout. Je détestais cette lâcheté. Elle me faisait frémir et serrer des poings. Le moment où nous allions intervenir était de plus en plus proche. Je le sentais et mon cœur battait dans mes tempes. Ce n’était pas de la peur mais bien de l’adrénaline. C’était dans ses moments là que je me sentais…vivant.

Cette concentration d’auras et toutes ces âmes qui s’éteignaient faisait venir de plus en plus de monde sur la scène des prémices de l’apocalypse. Mais ce n’était pas pour maintenant, la plupart des personnes qui apparaissaient étaient là pour nous venir en aide. Quand je dis « la plupart », je ne comptais pas Suzu, Joo Hee. Leurs présences me faisaient intérieurement grincer des dents. Même si nous étions en supériorité numérique, ces deux là et l’ange venu d’ailleurs inclus, ils étaient forts, très forts même. Alors que la Léviathan menaçait une nouvelle fois notre ennemie commun, une adolescente nous intima d’aider les blessés. De réagir. Elle ne devait pas savoir. Je sentais qu’elle possédait des pouvoirs mais je n’eu pas davantage de temps pour la cerner puisque la Léviathan l’assomma d’un coup sur la tête. C’était triste mais au final, elle serait mieux protégée ainsi. Mes pensées papillonnèrent une nouvelle fois vers Miho et j’espérais qu’elle suive attentivement mon conseil. Puis...Andréas, encore une tête connue. Toutefois je m’inquiétais de son implication, après tout ce n’était qu’un aïon. Aurait-il la force de surmonter un affrontement physique alors qu’une fois de plus, l’ange terrible essayait de nous enlever tout espoir?

Alors que Sora menaçait une nouvelle fois l’occidentale, je repérais l’aura d’un aïon que je connaissais surtout par le biais de Chul Hei. Il restait à l’entrée. Regardant ce qui se passait avec un air distrait. En temps normal, il m’agaçait terriblement. En plus de cela, il était proche de ma protégée et je n’aimais pas beaucoup ça. Mais là, ce n’était plus pareil. Nous avions besoin de lui. Il avait peut être un caractère horrible mais il allait nous être utile, j’en étais sur. Je faisais un coup de coude discret à Chul Hei à côté de moi pour lui montrer son ami du regard. Puis, encore une fois du regard, j’invitais Ji Hoon à se joindre à nous. Nous avions besoin de lui. La tension était à son comble, et je sentais que nous étions sur le point d’agir. Nous allions bien finir par faire quelque chose d’ailleurs. Cette affrontement verbal était plus supportable et entendre la voix du monstre que nous avions en face n’améliorait en rien mon humeur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Kim Chul Hei
Angel † Taboo

avatar


Emploi : musicien / danseur
Localisation : ici et là ~

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mar 12 Juin - 19:51

Bien du monde était arrivé et je m’étonnais de la réplique que l’on venait de me souffler. L’ange avait pointé le bout de son nez, annonçant que nous étions des traitres et je n’eus pas besoin de me défendre, car une personne que je ne connaissais pas répondit à ma place. Au lieu d’apporter à notre père ce qu’il demande, nous devrions lui apporter ce dont il a besoin (je crois qu’on a toute cette référence en tête XD).

Je vis arriver d’autres personnes, des têtes bien connues, des gens qui hurlaient, des humains innocents qui apprenaient le vrai visage de certains d’entre nous… ce n’était pas seulement un carnage qui s’était produit et qui allait se produire encore ici, c’était une révolution dans la vie de chacun, anges, démons, aions, créatures, qu’importe… nous vivions en ce moment même le plus gros chamboulement de notre vie.

« Il est sage d’obéir, mais parfois, en le faisant nous commettons des erreurs, car personne n’est parfait pas même notre père. Tu es bien trop naïve, n’as-tu donc jamais aimé, toi ange qui possédait autrefois une âme humaine ? »

D’autres spectateurs prirent la parole, défendant la cause de notre ennemie. Le Leviathan était parmi nous, ni pour ni contre… mieux valait ne pas s’en rapprocher, cela dit… je n’avais nulle envie qu’elle fasse flancher la balance en la faveur de notre mort à tous.

« Parfois il faut savoir prendre des risques pour ce qui nous est cher. Je n’ai pas envie de voir mes frères mourir… qu’ils soient humains ou anges… ne crois-tu pas que nous serons les prochains sur la liste ? Qui te dit que tu n’es pas… un pantin ? Ne désires-tu pas rétablir l’ordre et crois-tu qu’en ôtant des vies humaines tu vaux mieux que nous tous ? Je suis peut-être un traitre à tes yeux, mais moi… je ne tue pas des innocents… car ils sont aussi humains que toi ou moi l’avons été »

Qu’importe ce que Joo Hee racontait, qu’importe… car sa folie était telle qu’elle ne savait même pas qu’elle serait condamnée. Si les anges tuent les hommes, les prochains directs sont les démons, les éons étant mi-humains seraient déjà morts eux aussi… véritablement, n’était-ce pas la fin de tout si les hommes étaient exterminés ?

Andréas et Ji Hoon nous rejoignirent et je les invités du regard, grâce au coup de coupe de Kanon, à ne pas trainer trop près de cet ange… ni trop loin de ceux qui défendaient déjà la cause humaine.

« Quoi qu’il en soit, tu n’es pas la bienvenue ici. Toi et tes copains vous avez assez fais de dégâts… repartez tant qu’il en est encore temps… tant que cette guerre silencieuse entre entités surpuissantes n’a pas encore éclatée… car c’est ce qu’il risque de se produire d’ici peu et ce ne sera pas l’apocalypse pour les humains seulement, mais pour nous tous… »

Je n’avais aucune envie de me mesurer à quelqu’un ici, surtout pas un ange, ni même cette créature mythique qui quémandait la mort… j’en étais désolé pour elle… IL est parfois l’injustice en personne… mais personne ne doit en être la cause, personne d’autre que lui. Je grondais en entendant quelques protestations, ne supportant pas beaucoup l’idée que l’on puisse en vouloir aux hommes. Certes il y en a des bons comme des mauvais, mais… ils ne méritent pas l’anéantissement total de leur race…

/PS : Sora : je sais, on poste encore l'un à la suite de l'autre, mais je jure que c'est pas voulu ! XD /


Revenir en haut Aller en bas
 
Solvei Sinclair
Angel † Keeper

avatar




MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 13 Juin - 17:05

Trop. Ils étaient trop. Carlyle nous avait prévenus, il nous avait dit qu'ici, à Tokyo, ce n'était pas comme ailleurs. Peut-être que cela venait de cette ville... ou peut-être était-ce la faute de l'Ange en charge de mener les prémices de l'Apocalypse ici. Sakuya Toya, tel était son nom, même si je ne l'avais jamais vu. Il était faible, nous avait Carlyle. Et parce qu'il était faible, il avait laissé la porte ouverte à tout un tas d'autres créatures et opinions. Je n'avais vu ça nulle part ailleurs. Quel que soit la zone du monde où j'avais été envoyée, tout se passait pour le mieux : Dieu ordonnait, les Anges obéissaient. Aïons et Démons étaient massacrés, les Humains ne se doutaient de rien, et les Créatures... eh bien, il n'y en avait plus beaucoup...

Mon regard suivait la nouvelle abomination Aïon qui venait d'apparaître. Puis encore une autre, qui alla aussitôt aider l'Humaine. Je pouvais encore la tuer... mais elle était entourée... et le Léviathan, en admettant qu'elle me laisse faire, m'aurait tuée en retour. Je serrai les poings et les dents, en colère. Pourquoi ? Carlyle comptait sur moi ! Dieu comptait sur moi ! J'avais une mission, si je ne l'accomplissais pas, mon existence perdait de sa substance, puisque j'avais été créée pour cette mission.

La Démone continuait à m'ennuyer... si seulement elle pouvait se taire et regarder, comme l'autre... Je notai tout d'elle, son apparence, son aura si bizarre. Plus tard, si Carlyle me laissait faire, j'irai la tuer.

Je les détestais, tous ! Le Léviathan qui ne pensait qu'à lui ! Ces abominations Aïons qui osaient, par leur seule présence, s'opposer à moi ! Et pire que tout, les Anges, ces Anges, mes frères ! Je haïssais le regard accusateur de celui qui restait silencieux, ce regard, si seulement il pouvait cesser de me fixer ! Quant à l'autre... Chacune de ses paroles avait l'effet d'un coup de poignard dans ma chair.

Et le pire, le pire de tout, c'était la façon qu'ils avaient tous de se regrouper, de se soutenir implicitement, Anges, Aïons, pourquoi ?? Je poussai un cri de frustration, un véritable hurlement, qui brisa les quelques vitres encore intactes aux alentours, et pointaient un doigt accusateur vers les deux Anges.

"Vous allez mourir ! En prenant le parti des Hommes, vous allez mourir ! Ces Aïons qui vous entourent, tous, un par un, des Anges viendront les tuer ! Et vous, vous serez punis pour vous être tenus à leur côté !"




Résultats


L'Ange est déstabilisée. Elle ne pense plus du tout à se battre, mais ne partira pas non plus, pas tout de suite.

Score : 6 points.

Revenir en haut Aller en bas
 
Suzu
Angel † Walker

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 13 Juin - 17:16

Alors là, c'était le comble. J'allais en vomir tellement c'était trop choupinet. On aurait dit une bande de power rangers surnaturels, il ne leur manquait plus que le costume. J'étais planqué pour cause d'instinct de survie, un truc qui visiblement leur échappait, mais je mourais d'envie de jaillir de ma cachette pour leur gueuler dessus, à tous, ou presque. La démone à grande bouche pouvait bien crever, et pareil pour Mariko, enfin presque, mais les autres ? Est-ce qu'ils avaient tous fondu un plomb ?? Ils allaient se faire marcher dessus, littéralement, cette fille allait les massacrer en beauté, et si c'était pas elle, ce serait ses potes, parce qu'elle avait forcément des potes, on avait jamais vu un Ange mener une mission de ce genre tout seul.

Je ne connaissais pas tout le monde ici, mais quand je vis débarquer Andréas, je crus m'évanouir. Non ! NON ! Pourquoi est-ce qu'il fallait qu'il fasse toujours ça ? Sale suicidaire !! Même Kanon et son pote, ça me saoulait de les voir là. Même s'ils auraient mérité leur sort, bordel, je les pensais plus malin. Mais Andréas...

C'est là que cette grosse brute de Mariko m'ordonna - oui, carrément ! - de babysitter la débile d'Aïon qui avait débarqué en pleurant tout à l'heure, Akane, forcément, ça ne pouvait qu'être elle. J'avais envie de hurler "à quoi ça sert que je me planque si tu m'affiches comme ça ??" mais elle me massacrerait vraiment si je n'obéissais pas. Je me téléportai auprès d'Akane et de la loque humaine de gosse à moitié morte et croisai les bras en boudant. J'espérais que l'Ange de l'Ouest ne me prendrait pas pour cible pour ça.

Et finalement, j'utilisai un de mes seuls dons, un don absolument inutile ou presque, puisque cette fois, il m'était très utile. Étendant mes perceptions jusqu'à ce que mon aura effleure celle d'Andréas, je communiquai avec lui par la pensée, un truc que seuls les Hérauts peuvent faire - sauf que normalement c'est pour faire passer des messages.

*** Andréas, c'est du sérieux cette fois ! Elle s'en prendra à toi en premier, et aux autres Aïons ! Va t'en, emmène les autres avec toi si tu veux ! Vous avez qu'à laisser Mariko se battre toute seule, elle a la tête dure ! ***

Même par la pensée, mon ton devait résonner suppliant. Évidemment, il ne pouvait pas me répondre. Mais s'il se tournait vers moi le pouce levé en hochant la tête, ça me suffirait. Bizarrement, j'étais sûr qu'il ne ferait pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
 
Hwang Andréas
Aion † Hunter

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 13 Juin - 20:31

    Andréas ne pouvait tout simplement pas réagir comme les autres et choisir instinct de survie au dela de son appartenance à un groupe distinct, qui se battait contre l'apocalypse. Il savait ce qu'il risquait en se battant. Kei lui en avait déjà parlé. Mais il savait aussi que ce n'était pas pour rien que les Aions existaient et qu'ils faisaient si peur aux anges et aux démons. C'est qu'il y avait quelque chose en eux qui faisait qu'ils étaient une des « clés » du conflit.
    Il fut intérieurement soulagé que ce « Leviathan » assomme la petite Aion. Si il avait été seul à la défendre, elle n'aurait pas eut beaucoup de chance de s'en sortir non plus.
    Il ne vérifia pas ou elle la portait mais s'appuya légèrement sur Chul Hei pour se redonner contenance. Il était mal en point, et cette ange aurait put sûrement le tuer dans la seconde, mais il pensait qu'elle n'avait vraiment l'intention de se battre. Hors, sa mort ne resterait sans aucun doute pas impunie, en particulier quand Seiji viendrait à le découvrir.

    Tous formaient un grand groupe soudés, même si il y avait des personnalités bien plus fortes, ca et la, ils avaient fait comme un rempart entre elle et la population humaine, ou ce qu'il en restait, et l'Aion savait que l'Ange sentait la force énorme qui se dégageait de leurs auras réunies. Elle était prise au piège, d'une certaine facon. Et elle était très en colère.
    Il devinait d'ailleurs qu'une partie de sa colère était concentrée en lui et en les deux autres Aions qui les avaient rejoint.

    "Vous allez mourir ! En prenant le parti des Hommes, vous allez mourir ! Ces Aïons qui vous entourent, tous, un par un, des Anges viendront les tuer ! Et vous, vous serez punis pour vous être tenus à leur côté !"


    Voila, c'était dit, les uns comme les autres, ils étaient fichés, et il s'en doutait, les choses allaient devenir difficiles maintenant. Si ce n'était pas elle qui les tuaient, d'autres allaient tenter leur chance. Qui sait si il réussiront ? Mais c'était une menace totalement ouverte. Qui le fit légèrement frissonner. Pourtant, ce n'était pas ce genre de choses qui allaient le faire reculer. Oh, comme il aurait aimé que Seiji soit ici pour le soutenir.
    Qui sait si quand il allait rentrer, il le trouverait encore vivant ? Rien n'était moins sur. Et ca lui fit beaucoup de mal de penser à cela. Parce qu'il espérait construire quelque chose avec lui, ou même revoir son père, une dernière fois seulement.

    Soudainement, une voix se mit à résonner dans sa tete. Il crut d'abord que c'était une hallucination provoquée par la douleur qui le faisait trembler, mais non. Il reconnut immédiatement la voix de Suzu.
    Sursautant légèrement, il écouta tout de meme ce qu'il avait dire.
    *** Andréas, c'est du sérieux cette fois ! Elle s'en prendra à toi en premier, et aux autres Aïons ! Va t'en, emmène les autres avec toi si tu veux ! Vous avez qu'à laisser Mariko se battre toute seule, elle a la tête dure ! ***

    Andréas se retourna, à peu près certain de voir Suzu derrière lui, et effectivement, il le vit, seulement, il n'obéit pas au jeune homme. Oh, il comprenait bien ce qu'il voulait dire. Sauf qu'il était arrivé à un point de non retour.
    Si ils s'enfuyaient maintenant, les conséquences auraient été bien plus terribles encore qu'elles le sauraient tant qu'ils restaient là.
    Il aurait put s'enfuir seul, mais pas sur qu'il arrive à la porte vivant, et si il arrivait, à quoi bon, franchement ?
    Ca faisait des années qu'il se battait contre des démons pour rendre le monde un peu meilleur, c'était pas maintenant qu'il allait reculer.

    Il se contenta donc de sourire malicieusement à l'ange, puis de revenir vers l'autre, la magnifique jeune femme.
    -T'es vraiment une lâche ! Toi et tes potes n’êtes que des lâches ! C'est sur que c'est facile de s'en prendre à des personnes qui ne pourront pas se défendre ! Mais il ne faut pas vous croire plus fort que nous, parce que nous, on a quelque chose que vous n'aurez jamais, un cerveau pour penser ! Parce que si vous en aviez eu un, vous auriez compris que ce que vous faites ne vous élevait pas au rang de maître des autres races, mais à la plus vile et basse qu'il puisse exister !
    Ce n'était peut etre pas franchement une bonne idée de la provoquer maintenant, mais il ne pouvait pas se l'empecher tant il était malheureux et révolté.
    -Dégages ! Vas t'en tant que tu peux le faire la tete haute et laisse nous nous occuper dignement de nos morts!
Revenir en haut Aller en bas
 
Ah Joo Hee
Devil † Keeper

avatar


Emploi : mannequin à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Lun 18 Juin - 17:01

    Décidément, tout ça était trop intéressant. Je mourrai d'envie d'aller parler aux victimes, à ces Humains agonisants. Face à la mort, ils étaient prêts à tout, à tout pour survivre encore un peu. Mon devoir et mon rôle était de moissonner des âmes après tout... Il m'aurait suffit de leur souffler un peu de mon énergie pour qu'ils tiennent le coup, le temps que les secours arrivent. Et en échange, leur âme était à moi. Ils penseraient tous que le temps serait leur meilleur allié, que le jeu en vaudrait la chandelle, jusqu'à ce qu'à leur mort, leur âme soit pesée dans la grande balance éternelle, et que leur promesse à une démone pèse en leur défaveur. Et alors, ils iraient droit en enfer nourrir mes frères démons.

    Mais si je faisais ça, je risquais d'attirer l'attention sur moi. De cette Ange. Elle avait beau être douée en massacre, elle n'en restait pas moins un soldat de Dieu. Si elle me voyait lui voler des âmes, elle me tuerait. C'était tellement frustrant...

    Au lieu de quoi, je reportai mon attention sur la petite bande qui se serrait les uns contre les autres. Adorables. Ils allaient finir par y arriver... à la faire fuir... Je repérai Ji Hoon et laissai échapper un rire amusé. Évidemment, partout où il était susceptible de se faire tuer, il répondait présent. Je voletai doucement, allant d'abri en abri pour me placer derrière eux. Ils étaient bien trop occupés par l'Ange pour faire attention à moi. Et même s'ils me repéraient, je ne faisais rien de mal. Personne n'appréciait d'avoir un démon dans son dos, mais, entre deux maux, il faut choisir le moindre, et c'était moi, ce moindre mal. Ils n'avaient pas le choix, ils devaient se concentrer sur l'autre.

    "Ji Hoon, Ji Hoon..." soufflai-je, certaine qu'il m'entendait. "Tu ne peux pas la laisser faire ça... regarde autour de toi, toute cette désolation..."

    Je soupirai et ajoutai :

    "Qu'au moins tu fasses quelque chose de bien dans ta vie, que ta naissance n'ait pas été inutile... tu es fort... fais quelque chose..."


{If this be not love, it is madness, and then it is pardonable.

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

avatar


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Mer 20 Juin - 20:53

La tension était à son comble et nous nous étions tous resserrés les uns contre les autres. Ultime bouclier face à cette menace imminente. Je l’observais, elle, la coupable, la responsable de tous nos maux, et je ne voyais en elle que la rage. Il n’y avait plus de pitié, plus de concessions, elle voulait tout détruire sur son passage, et quand quelqu’un se mettait au travers de sa route, elle l’écrasait entre ses doigts comme un simple moustique. Bien qu’extérieurement, je ne montrais aucun signe qui aurait pu me trahir, à l’intérieur, je bouillonnais. Je pensais à Miho, à Miwa, à tous ceux qui nous attendaient et sur qui le danger planait à chaque instant. Etait-ce une bonne idée de nous sacrifier maintenant pour la folie d’une seule personne ? Non. Certainement pas. Je ne pouvais pas, je ne devais pas nous mettre en danger et je sentais la responsabilité sur mes épaules. Car, avec Chul Hei, nous étions les seuls anges a osé défier l’un d’entre nous. Et, bien que Suzu nous gratifiais de sa présence, il semblait trop lâche pour intervenir vraiment.

L’ange de l’occident poussa un cri. Je remarquais ses traits déformés par la haine et je sentais que nous y étions presque. Elle devait avoir senti qu’elle ne serait pas de taille. C’est le moment que je choisi pour intervenir. Elle nous prenait à parti, Chul Hei et moi, nous menaçant une fois de plus comme ci ça pouvait avoir un effet quelconque et en nous montrant du doigt, geste très peu respectueux d'ailleurs. Nous étions décidés dès le début, elle devait l’avoir compris pourtant. C’était là un de ces plus grands torts. Elle sous-estimait notre courage et notre capacité à lutter pour défendre ceux que nous considérions comme les nôtres.

- Es-tu vraiment Son serviteur ? Viens-tu vraiment défendre sa parole ? Non, tu n’es que l’esclave de ceux qui te disent Le servir. Crois-tu réellement en ces personnes ? Car s’ils ne sont pas ce qu’ils te disent, c’est toi qui en payeras le prix, pas eux. Hélas, je sais comment tout cela fonctionne car je n’ai pas toujours été un Gardien.

Elle tentait de nous faire flancher ? J’y répondais donc en lui retournant ses menaces. Je savais déjà qu’elle ne pourrait nier. Elle n’avait pas la carrure d’un ange qui reçoit les ordres de Dieu en personne, qu’importe le pouvoir qu’elle possédait. Mais je me sentais d’en rajouter, car nous avions encore un mince espoir qu’elle fasse demi-tour et qu’elle abandonne.

- Regarde tes motivations et regarde les nôtres. Nous sommes ici pour défendre une ville, des amis, des proches et pour certains, une famille. Rien ne nous fera reculer. Quand tu auras tué l’un d’entre nous, il y en aura encore des dizaines, des centaines d’autres à tuer. C’est une quête sans fin vers laquelle tu t’engages. Et ceux que tu sers sont bien lâches de te laisser faire le sale boulot. Ils savent que tu vas mourir. Ça ne t’attriste pas d’apprendre que tu n’es qu’un simple bouc-émissaire pour eux ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.
Dim 24 Juin - 21:28

J'étais dans la gare quand tout avait commencé. Je m'étais réfugié un peu plus loin pour éviter de me faire blesser, emportant une jeune femme qui semblait paniquée avec moi. Ensuite, quand ça c'était un peu calmé, j'étais sortit. Le carnage devant moi avait fait monter une telle rage et une telle tristesse en moi que je ne pus que regarder les gens sans rien faire. Quel enfer...

J'avais ensuite vue Sora, Kanon et les autres. Je remarquai alors l'aura pourtant si puissante de l'ange de l'occident. Je m'approchai alors de Sora.

-Mon dieu... Comment on peux faire une chose si atroce?! Retourne chez toi et laisse nous en paix! Pouruqoi tant de violence? Pourquoi tant de douleur? La violence ne sers à rien! Alors pourquoi t'attaques-tu à des personnes plus faibles que toi, qui sont incapable de se défendre?! Ça te fait plaisir de les voir souffrir? Si oui, alors n'ose plus dire que tu es un ange! Tu es un démon de la pire espèce! Dieu le verra!

Comment on pouvait faire ça? C'était absoluement insencé à mes yeux. Les humains pouvaient être sauver. Mais comment les sauver si mêmes les anges essayaient de les faire couler? C'était tout simplement atroce. J'haïssais cette ange du plus profond de mon cœur. Comment pouvait-on faire ça? La violence n'était pas la solution. Si elle voulait nous intimider, elle avait qu'à venir nous parler. Si elle n'était pas assez intelligente pour savoir que les mots sont la meilleure façon, si elle était trop lâche pour venir nous parler en face, alors nous aussi, on serait obligé d'en venir à se battre. Et ça, c'était contre absolument tout mes principes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Le temps du massacre est arrivé.

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Le temps du massacre est arrivé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Centre ville :: Gare-