† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Really? Erf...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Really? Erf...
Jeu 31 Mai - 14:38




« Chisako & Mariko »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Underco'


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



      La journée avait été dure pour Mariko. Extrêmement dure même. La douleur de son passé l’avait suivi toute la journée, de manière à lui rappeler son rôle dans la vie. Tenir compagnie à son créateur. A celui qui l’avait créé. A celui qui l’avait torturée. A celui qui l’avait brisée. D’ailleurs ce dernier n’avait pas raté une occasion de l’appeler. De la faire venir à lui. Il s’ennuyait le pauvre. Que quelqu’un donne du travail a Dieu, ce dernier n’a vraiment plus rien à faire…

        « Allez Mariko, prends ta forme naturelle et glisse dans ces eaux s’il te plait. Pour moi. Montre-moi ta splendeur, ta magnificence, ta beauté suprême. »


      Et pour le satisfaire puisqu’elle n’avait pas le choix, Mariko était entrée dans ces eaux si pures et si douces qu’elles le sont au Paradis. Sa peau se couvrit lentement d’écailles couleur turquoise et bientôt Mariko n’avait plus rien d’humain en apparence. Simplement la splendeur du Léviathan. Sa force, sa puissance, sa beauté. Oui, les Léviathans il fallait l’admettre étaient de superbes créatures. Au point que Dieu s’en voulu peut être au fond de lui, le l’avoir rendu aussi malheureuse en lui retirant sa moitié.

      Glissant dans l’eau, ondulant entre les vagues, rejetant des jets d’eaux lorsqu’elle revenait à la surface, Mariko resplendissait. C’était son élément. Sa forme. C’était tout simplement elle-même. Et son cœur saignait. Il saignait d’être seul, sans l’être qui lui était le plus cher. Il saignait de douleur. En rentrant il lui faudrait peut-être trouver de quoi lui redonner un semblant de sourire. Avec Kei ou Kero. Un des deux serait forcément libre et disponible pour la supporter ne serait-ce qu’un peu. Elle irait même jusqu’à supporter des humains pour se rappeler pourquoi son bien aimé était mort. Pour qu’elle cause il lui avait été enlevé.
      Aussi, quand Dieu se retira, elle sorti des eaux, reprenant une forme humaine. Il lui fallait fuir. Tout de suite. Maintenant. L’air déjà lui manquait. Elle sentait la douleur l’écraser. La déchirer. La broyer. Elle redescendit sur Terre aussi vite que possible, essayant de retenir son âme de saigner. Il lui fallait une occupation. Immédiatement. La douleur était cette fois-ci, beaucoup plus atroce que la moyenne. Elle se retrouva très vite sur Terre et fronça les sourcils. Dans sa précipitation elle s’était retrouvée dans les quartiers chauds. Comme si elle en avait envie. Franchement. Elle n’appartenait qu’à un seul être, quand bien même ce dernier n’était plus.

      Soupirant, elle se prépara à ressortir de ce quartier au plus vite quand elle sentie une aura familière. Pure, innocente, pétillante de vie, scintillante de joie et d’amour. Mais que diable faisait-elle ici cette crétine ? Suivant l’aura sans trop de difficulté, Mariko ne tarda pas à apercevoir de loin, la petite humaine qu’elle recherchait. Chisako. Alors celle-là, dans le genre collante à souhait on ne peut pas rêver mieux. Elle a tellement d’empathie qu’elle ne peut pas s’empêcher de coller les gens. Mais quand même, la coller elle, alors que son aura la rejetait aussi violemment ? Et encore et encore elle est revenue. Comme si elle était attirée par un aimant et que pour le malheur de Mariko, l’aimant, c’était elle.

      Au départ Mariko se contenta de la regarder. Elle semblait complètement paumée la petite. Encore heureux qu’elle ne soit pas venue ici de son plein gré sinon qu’elle cata. Pour Chisako bien sûr. Pas pour Mariko. Et elle la regarda, encore et encore jusqu’à ce qu’elle vit deux jeunes hommes lui tourner autour.


        « Et salut toi ! Tu veux venir t’amuser avec nous ?

        -T’es perdue ?
        -On peux t’aider si tu veux hein ! »


      Hahaha. C’est Mariko qui va vous aider vous aller voir. Soupirant une nouvelle fois, Mariko s’arracha de son mur où elle s’était adossée et s’approcha des deux vautours.


        « C’est bon allez voir ailleurs si on y est. Toi tu viens. »


      Mariko ne laissa pas le choix ni aux garçons, ni à la demoiselle. Elle lui attrapa le bras et la tira dans son élan. Franchement, elle ne peut vraiment pas se débrouiller toute seule celle-là ! S’arrêtant dans une rue assez éclairée et passante, Mariko s’arrêta et lâcha le poignet de Chisako. Elle se tourna alors vers elle avec un regard sévère, les bras croisés sur sa poitrine.

      Hé, c’est moi ou les passants s’écarte des deux jeunes femmes là ?



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Chisako
Human † Watcher

avatar


Emploi : Serveuse, vendeuse, professeur de breakdance
Localisation : Sur la terre :)

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Really? Erf...
Ven 8 Juin - 0:37

Ils étaient trop mignon, ces petits ! Ils voulaient tellement l'apprendre, cette chorégraphie ! J'étais au centre, et je donnais mon cours de break dance aux enfants, comme d'habitude. Je leur montrais évidemment des trucs pas trop compliqué, je ne voulais pas qu'ils se blessent, quand même ! Je les voyais donc se pratiquer, devant le miroir, chacun dans leur coin. Ils s'entraidaient tous et c'était beau à voir ! Je passai devant la petite Hana et replaçai son bras, pour qu'elle soit plus en équilibre. Elle était déterminée ! Elle devait avoir 13 ans et d'ailleurs, c'était elle la plus déterminé de tous mes élèves ! Elle était trop chou... Je regardai l'heure. Ah ! Il était 19h, déjà. Le cours se terminait donc. Je tapai dans mes mains, pour attirer l'attention de tout le monde. « C'est bon, vous êtes trop génial ! On se voit la semaine prochaine, d'accord ? » Il y avait déjà des parents qui étaient là pour venir les chercher. J'aimais savoir ce qu'ils ressentaient, en sortant d'ici. Satisfaction, joie. C'était vraiment bien et ça me faisait tellement plaisir de pouvoir leur procurer ça ! J'ébouriffai les cheveux d'un alors que je tapai dans la main d'un autre. Ils étaient super ces enfants. Enfin, moi je trouvais ça beau à voir. Puis je vis Hana, assise seule, sur le bord du trottoir alors que les autres s'en allait. Ce qui émanait d'elle, c'était de la frustration. Je m'approchai d'elle : « Hana, ton père ne vient pas te chercher ? » Elle secoua la tête. [mediumpurple]« Non, il a dit qu'il allait être en retard... encore »[/color] Je baissai à nouveau les yeux. Les joies d'un père absent, je ne connaissais que trop. Mais bon, j'avais Miho, alors ça allait ! Je lui fis un sourire réconfortant.« Il viendra, tu verras » Je pris la bouteille d'eau que je m'étais acheté avant de venir et la lui tendit. Elle me sourit et en prit une gorgé. Ah, voilà, un sourire ! C'était déjà mieux. Je lui caressai doucement la tête... Une voiture klaxonna, c'était le père de Hana. Elle se leva en souriant et y allai. Je lui souris aussi et lui fit un signe de la main alors qu'elle s'en allait.

Je soupirai et me levai, pour retourner dans le studio de danse. Je remis la musique et commençai à danser, parce que j'adorais trop ça et parce qu'il fallait que je pratique la chorégraphie de la troupe de l'université de toute manière. Donc je dansai pendant un moment, mais... Il commençai déjà à faire noir dehors. Et je n'aimais pas allez dehors toute seule quand il fait noir ! J’éteins donc tout, prit mes affaires et sortit. Je frissonnai. Il faisait un peu froid... Mais il faisait surtout noir. Je regardai autour de moi... Je n'aimais pas ça ! Et pour me changer les idées, je mis mes écouteurs dans mes oreilles et commençai à fredonner, tout en réfléchissant. Ces enfants, qui venaient au centre, ils étaient géniaux. Je veux dire, ils avaient tous du talent et ils étaient tous tellement gentil ! Je voulais des enfants, je crois. Oui je voulais des enfants ! Mais je sais pas si je ferais une bonne maman ? Est-ce que je ferais une bonne maman ? Oh et le papa ça serait Soo Min ! Il serait génial en papa, j'en suis sûr. Mais euh... on... on n'est pas encore rendu là, pas du tout, non non ! Un sourire idiot se dessina sur mes lèvres. Je marchais et marchais et prit la bus et débarquai au mauvais arrête... je ne savais plus trop où j'étais rendu. Mais j'étais beaucoup trop lunatique et beaucoup trop sur mon petit nuage rose pour me rendre compte que les bâtiments changeaient peu à peu... Puis, certain sentiment, qui venait de je ne sais trop où était un peu inquiétant. Je regardai autour de moi et aperçu des hommes, deux hommes que je n'avais jamais vue de ma vie. Ils souriaient. Un sourire que je n'aimais pas du tout et ce qui émanait d'eux était... du désir. Un désir inquiétant et aussi... aussi une frustration. Je ne comprenais pas. Ils s'approchèrent et commencèrent à me parler. Moi j'étais morte de trouille. Je baissai les yeux, ma respiration s'accélérant peu à peu.

« Et salut toi ! Tu veux venir t’amuser avec nous ?
-T’es perdue ?
-On peux t’aider si tu veux hein ! »

Je relevai la tête et les regardai, un après l'autre. Un peu plus et je leur demandais s'ils pouvaient vraiment m'aider ! Mais je n'étais pas encore si idiote, je savais qu'ils étaient mal intentionnée, et j'avais peur, très peur. Je voulais que Soo Min soit là !! Puis j'entendis une voix. Une voix que je connaissais...

« C’est bon allez voir ailleurs si on y est. Toi tu viens. »

Un peu plus et je me jetais dans ses bras ! Mais non... Non elle n'aimait pas ça. Et ce que je ressentais provenant d'elle c'était qu'elle était complètement désespéré. Oui, mais, elle avait raison, j'étais désespéré de moi-même moi aussi. J'étais désespérante, vraiment désespérante, je comprenais d'ailleurs un peu plus pourquoi je l'énervais. Elle m'avait prise le poignet et m'avait traîné un peu plus loin. Puis elle me regarda et croisa les bras sur sa poitrine. Elle n'avait pas l'air contente. Oh mais elle avait raison, vous savez ! Je baissai la tête, piteuse. J'essayais de la faire sourire, de la frustré le moins possible et de ne pas être un fardeau, mais j'étais tout le contraire ! C'était désespérant. J'étais désespérante. Ou, l'ais-je déjà dit ? Je n'allais pas pleurer, je n'étais pas un bébé, mais c'était tentant... Ah non ! Hors de question ! Je vais pas pleurer. Je gardai la tête baissé, par contre !

« Gomen ne... Je... Je retournais chez moi et... et là.. je... je sais pas, j'étais... j'étais dans mes pensées et j'étais en train de rêvasser, parce que c'est ce que j'avais peur dans le noir et là, je savais plus où j'étais et- »

J'arrêtais de parler. Non. J'allais l'énerver plus que d'autre chose. Puis je lui fis un petit sourire piteux, tout en me sentant toujours coupable.

« Mais une chance que tu étais là... ne ? Ahh... Goommeeeeeeeen »



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Really? Erf...
Mar 12 Juin - 9:20

    Cette petite était incroyable. Aussi apeurée qu’une petite souris, c’était presque si Mariko pouvait la voir soupeser le pour et le contre à propos de la question leur demander de l’aide. Non mais elle avait quoi dans la cervelle ? Dans tous les cas, son instinct de conservation devait être vraiment bloqué par sa peur. Car elle sentait la peur à des kilomètres. Ça sentait incroyablement fort. N’importe quel être avec un « nez » un peu plus développé que les humains le sentirait. En tout cas, Mariko ne semblait pas vouloir se décrocher de son mur. Le spectacle était certes amusant mais elle voulait surtout voir comment elle allait se débrouiller. Et ça n’avait pas raté. Complètement paniquée, la demoiselle semblait avoir perdu tous ses moyens pour se défendre et partir. Non mais n’importe quoi. Le Léviathan soupira et s’arracha de son mur.

      « C’est bon allez voir ailleurs si on y est. Toi tu viens. »


    Mariko senti la demoiselle presque sauter de joie. Ah non. Elle avait bougé son corps pour l’aider certes, mais fallait pas abuser. Et la petite avait dû sentir la menace silencieuse, car elle n’en fit rien. Elle se laissa tirer sans broncher.

    L’empathie de la gamine devait être puissante, Mariko se l’était déjà fait remarquer. Certes le sentiment de désespoir qui habitait la Créature était incroyablement fort, mais cette petite ne cessait de graviter autour d’elle pour comprendre et lui redonner le sourire. C’était pitoyable. Elle ? Le grand Léviathan, l’unique encore vivant, se faire aider par une gamine qui ne savait rien de ce monde ? Bon ok, elle en savait un peu puisqu’elle sortait avec un démon mais quand même. Elle ne savait rien de la personne qui lui tirait le bras en ce moment même. Elle ne savait pas qui elle était.

    La Créature lâcha le poignet de la demoiselle et se tourna, les bras croisé sur la poitrine. *Ok je t’ai sortie de là, maintenant t’expliques ce que tu fichais ici espèce de petite sans cervelle.* pensa le Léviathan avec colère. Mariko avait déjà 2 protégées, elle n’avait pas besoin d’une troisième petite dans son nid. Ça allait en faire un peu beaucoup trop. Et puis le petit ami n’allait pas forcément apprécier qu’une créature comme elle s’occupe de sa chérie. Haha. Elle pouvait le neutraliser juste par un geste et le tuer malencontreusement par un coup. Non, décidément cela commençait à faire beaucoup. Et elle comprenait qu’un homme n’aime pas forcément qu’une autre personne protège l’être qu’il aimait. Qu’il soit humain ou non.

    Le regard de Mariko était dur comme la pierre, tranchant comme un rasoir et son visage était on ne peut plus fermer. Il fallait qu’elle se durcisse un peu. Oui, elle devait gardé sa pureté et son innocence mais quand même, ça frisait la niaiserie là ! Tel un chiot qu’on aurait grondé, la demoiselle ravalait ses larmes, les contenait comme elle pouvait, gardant la tête baissé. Comme un enfant qui attendrait sa punition.

      « Gomen ne... Je... Je retournais chez moi et... et là.. je... je sais pas, j'étais... j'étais dans mes pensées et j'étais en train de rêvasser, parce que c'est ce que j'avais peur dans le noir et là, je savais plus où j'étais et- »


    Chisako releva la tête et offrit un tout petit sourire à Mariko avant d’ajouter :

      « Mais une chance que tu étais là... ne ? Ahh... Goommeeeeeeeen »


    Le Léviathan ne bougea pas d’un pouce. Rien extérieurement ne pouvait trahir son exaspération intérieure. Oui elle avait été là, mais elle ne le serait pas tout le temps, le comprenait-elle ? Mariko avait assez à faire avec les deux autres Aïons qu’elle avait décidé de protéger sans avoir envie de se rajouter du travail. Elle lança un regard encore plus sombre à la demoiselle, puis abandonna. Un soupire lui échappa et elle s’adoucit un tout petit peu.

      « Je ne serais pas toujours là Chisako. Tu as un copain, tu es jeune et … Et je ne serais pas toujours là dans les parages. C’est un pur hasard si je suis passé par là et que je suis arrivée au bon moment. Ne compte pas sur la chance à tous les coups, tu risquerais de te faire plus mal que prévu. »


    La voix de Mariko avait été froide mais légèrement plus douce que précédemment. Elle était lasse. Lasse d’avoir mal et de mentir. Vraiment lasse.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Chisako
Human † Watcher

avatar


Emploi : Serveuse, vendeuse, professeur de breakdance
Localisation : Sur la terre :)

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Really? Erf...
Mar 11 Déc - 21:22

    Parfois je l’admets, j’étais vraiment stupide. Bon d’accord, plus souvent que parfois… Mais aujourd’hui on aurait vraiment dit que j’avais touché le fond ! L’idée aussi d’allé me perdre dans les quartiers les moins recommandable de Tokyo !? Mais c’est que j’essayais de me changer les idées parce que bon… j’avais peur, moi, dans le noir. J’aurais pu tout simplement de pas me perdre dans mes pensées et faire comme tout le monde, rentrer chez moi sans être complètement dans la lune, mais non ! Évidemment que non, parce que j’étais moi et que…. Aye aye aye… Si Soo Min me verrait que penserait-il !? Il se dirait probablement qu’il a la plus stupide des petites amies sur terre !

    Bref, j’étais dans des quartiers peu fréquentables et je m’étais fait interpeller, par des hommes. Je n’aimais pas ça, c’était inquiétant et ce qui émanait d’eux n’était pas non plus rassurant. Alors lorsque Mariko était intervenue, je fus plus que soulagé ! Je ne m’attendais vraiment pas à la voir ici et, si ça n’avait été de son intervention, qui sait ce qui serait arrivé ! Enfin, peut-être que j’aurais réussi à les convaincre de me laisser partir… mais j’ai des doutes que ça aurait marché.

    Mariko m’avait attrapé vers le poignet et elle semblait en colère, alors que moi j’étais toute contente de la voir. Elle m’avait fixé, les bras croisés sur sa poitrine. Elle avait l’air en colère… du moins, ce qui émanait d’elle était de la colère ! À cause de moi, encore. Moi qui essayais tout pour rendre sa vie plus belle, j’étais en train de la lui pourrir ! Je tentais un regard vers elle, mais détournai aussitôt les yeux, en voyant son expression. Elle n’était pas méchante, Mariko, non vraiment pas du tout ! Mais là, tout de suite, en ce moment… elle était fâchée en tout cas. C’est pour cette raison que je tentai de me justifier, un peu maladroitement, comme toujours et finalement, j’avais souris, parce qu’une chance qu’elle avait été là, hein ! Mais j’avais tout de même finit par m’excuser de nouveau.

    J’avais donc relevé les yeux vers elle à nouveau et quand bien même son expression était tout à fait neutre et fermé, je sentais bien son exaspération parce qu’enfin, c’était ça que je faisais moi, je ressentais… Elle me regarda, puis finit par soupirer.

    « Je ne serais pas toujours là Chisako. Tu as un copain, tu es jeune et … Et je ne serais pas toujours là dans les parages. C’est un pur hasard si je suis passé par là et que je suis arrivée au bon moment. Ne compte pas sur la chance à tous les coups, tu risquerais de te faire plus mal que prévu. »

    La voix de Mariko était toujours froide, mais un peu moins, plus douce, légèrement. Elle avait raison, cette fois le hasard avait bien fait les choses, mais ça ne serait pas toujours le cas ! Même si j’aurais bien voulu qu’elle soit toujours là, je ne le pouvais pas et je le savais ! Alors je baissai la tête à nouveau.

    « Oui je sais… »

    Enfin, de toute manière, j’étais un fardeau pour elle et déjà qu’elle souffrait… oui je le savais parce qu’à chaque fois que j’étais près de Mariko, je sentais sa souffrance et je souffrais avec elle, en silence mais ça, elle ne le savait pas et je n’allais certainement pas le lui dire. Je m’efforçais de sourire et je voulais lui mettre un sourire sur son visage, à elle aussi ! Bon, jusqu’à maintenant, c’était une tâche assez difficile puisque je n’arrêtais pas de faire les pires gaffes en sa présence… mais j’allais persévérer et un jour, elle irait mieux ! Voilà !

    Cette fois, je sentis aussi sa lassitude et je ne la compris pas. Alors je pris sa main, et relevai les yeux vers elle.

    « Mariko-chan, tu sais, je sais que je suis un fardeau et que tu penses que je suis idiote et enfin, c’est probablement un peu le cas et je sais que tu dois sûrement en avoir marre de moi, mais je te promet que je ne veux pas t’ennuyer, enfin, j’essaie, même si visiblement, ce n’est pas vraiment un succès, j’essaie vraiment et je veux vraiment, vraiment que tu sache que peu importe, tu sais, peu importe si ça va mal, moi je veux bien t’écouter… tu sais ? »

    Je parlais trop, c’était définitif. Enfin, il y a longtemps que je le savais, mais je venais de me le confirmer une fois de plus. Il fallait que j’arrête de parler autant, ça mènerait à ma perte…. Ah lala…



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Really? Erf...

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Really? Erf...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.N.J.U.K.U :: Quartier chaud-