† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Rencontre à travers une feuille de thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Rencontre à travers une feuille de thé
Mer 7 Avr - 21:18





&
Sakuya Toya & Atsumori Tôda

15 janvier 2010 - 19h57


Il paraît qu'en tant qu'hôte, j'avais beaucoup de charme...Surtout en kimono. On m'avait demandé, exceptionnellement, de venir en soirée dans une très respectable maison de thé à Tokyo. Bien sur, le montant très intéressant pencha en la faveur du client. J'eus donc rendez-vous un peu avant 20h devant le club, le client venant me prendre.

Pour cet événement, le directeur m'avait déniché un kimono rouge & blanc vif, me mettant mal à l'aise plus qu'autre chose. Il voulait à tout prix m'habiller ( et surtout me maquiller à mon plus grand damne ) me mettant nombres de choses dans les cheveux, me donnant à chausser les sandales les plus hautes que je n'avais vu. J'allais vraiment devoir porter ça ? C'était juste...Ridicule. On aurait dit une fille. Mais d'après des sources sures, cet homme savait des choses bien intéressantes. Comme, les prénoms et endroits où étaient certains démons, lors de leurs « passe-temps ». Un peu d'alcool pour embrumer son esprit et le tour serait joué.

Le moment fatidique arriva plus vite que prévu. La maison de thé était dans le plus pur style traditionnel me faisant revenir dans l'antique Japon. Un peu plus, et j'aurais commencé à admirer les décorations florales. De l'encens brûlait dans le couloir, rendant l'atmosphère lourde mais tellement rassurante.

Je jouais avec le rebord de ma tasse de thé. L'homme avait qui j'étais ne faisait que parler affaires avec ses semblables. Ennuyant. Mais je devais rester sur mes gardes, ne savait-on jamais. Servant à tour de rôle les hôtes présents, j'analysais chaque invités. Un homme d'affaire réputé, un milliardaire, un avocat et un notaire.


Milliardaire ;; Qui est cette jolie demoiselle avec vous, Monsieur Kim ?

Je soupirais en entendant le mot « mademoiselle ». Affichant un sourire, du mieux que je pouvais, je laissais le client me présenter aux quatre autres hommes, n'oubliant pas d'indiquer ma vraie nature. Ce qui me valut des petits sourires en coin.

Au bout d'une heure et demi, je prenais congé, n'ayant plus d'air dans le cerveau, et surtout plus de maitrise face aux gestes déplacés. Je passais alors par la porte de derrière et m'adossais contre le mur. Vérifiant que l'arme à ma cuisse y étais toujours ainsi que le couteau coincé dans le obi. Je sortais alors un paquet de cigarettes de ma poche intérieur de kimono et en fumais une. La fumée envahissant mes sens me faisait un bien fou, me décontractant. Toutes mes tentatives avaient été jusqu'à présent infructueuses. Mais je n'allais pas me laisser faire et n'abandonnerais pas si facilement.

Je voulais réussir et j'avais l'intime conviction que cette soirée allait être fructueuse.
Après dis minutes, je décidais de retourner à l'intérieur. En passant dans le couloir, je m'arrêtais devant une calligraphie entourée d'encens. Je laissais l'odeur lourde imprégner mes vêtements pour enlever celle de la cigarette. Soupirant, je laissais mes yeux scrutaient les courbes majestueuses du tableau. Des choses bien simples et neutres pouvaient être vraiment magnifiques et majestueuses. Simplicité qui devenait de plus en plus rare de nos jours. Elle était pourtant notre héritage.

Acquiesçant silencieusement, je me donnais courage pour retourner dans la salle privée, réservée exceptionnellement pour la rencontre. Tournant légèrement les talons, j'allais me remettre en marche quand je croisais un regard qui m'était plutôt familier mais que j'aurais bien aimé ne pas voir là.

Sakuya Toya se tenait devant moi, légèrement tourné, m'observant. Il avait du me reconnaître. Je me mis immédiatement sur mes gardes mais me décontractais bien assez vite. Après tout, il ne m'avait rien fait et nous étions dans une maison de thé. De plus ce soir, je ne pouvais me permettre certaines « fantaisies » au risque de détruire tout ce que j'avais mis en place pendant la soirée. Et j'en avais tout simplement pas envie.

Il avait encore en main quelques ustensiles pour la cérémonie de thé, et était vêtu dans kimono aux tons pâles. Alors c'était à ça que s'adonnaient les anges de nos jours ? Esquissant un sourire, je baissais lentement ma tête en un salut respectueux.

Il restait là, sans bouger, me scrutant. J'avais pourtant compris la dernière fois qu'il souhaitait le moins possible me voir. Alors que me voulait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Sakuya Toya
Angel † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG
Localisation : Kronos Heaven Corp.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Mer 7 Avr - 22:25

Reposant le chasen avec délicatesse, je pris le bol en main et observais la mousse de mon thé. Parfaite. La sérénité avait cet effet sur moi qu'elle sublimait ce que j'accomplissais tout naturellement et me donnait - et ce n'était pas peu dire - des ailes. Je tendis l'ouvrage à ma compagne de cérémonie qui le prit de ses mains fines avec élégance. Elle contempla la poterie dans laquelle j'avais préparé le thé en le tournant dans sa paume de ses doigts gracieux puis porta le bol à ses lèvres. Comme chaque fois que je m'entrainais avec elle, j'attendis sa réaction, partagé entre la satisfaction de mon ouvrage et l'inquiétude que le goût ne soit pas parfait ; car je ne buvais pour ainsi dire jamais de thé. Elle but et reposa le bol avec tout autant d'élégance à ses genoux.

Jeune fille : "Sakuya-san, votre thé est toujours aussi bon. Otsukare-sama desu." annonça-t-elle en s'incliant.

Sakuya Toya : "Non," répondis-je en la saluant à mon tour. " C'est moi qui vous remercie de m'enseigner votre art. J'apprécie."

Elle me sourit et me salua une dernière fois avant de prendre congé. Je restais là, en silence, à humer le parfum du thé vert que j'avais préparé en reposant mes sens. Plus qu'une simple évaporation d'eau parfumée, le thé et ses senteurs avait cet effet apaisant dont j'avais pris conscience très tôt lors de mon incarnation au Japon, et depuis, j'y avais recours sans l'ombre d'une hésitation pour me calmer tout au long de mes rudes journées. Un fait que je n'avais encore jamais révélé à quiconque, même à mon assistant qui grognait à chaque fois que je lui demandais de me préparer du thé qui ne serait finalement pas consommé, sans comprendre le bien que cela me faisait.

Mais il manquait un petit quelque chose.

Me tournant vers le shoji donnant sur le jardin, je remarquais la luminosité venant de l'extérieur. Il était certainement déjà tard et la Lune devait être haute. Je fis coulisser le mur et m'installais à genoux avec ma tasse de thé, inspirant l'air frais de la nuit. Qui aurait cru que nous étions à Tokyo. Le quartier était assez loin pour épargner les visiteurs de la maison de thé des vrombissements des voitures et de la pollution lumineuse. Un délice.

La soirée se passa tranquillement, me laissant tout le loisir de méditer et reposer mon esprit ; quand soudain, je ressentis une énergie. Pas très forte mais trop proche de moi pour que je l'ignore... et familière. Je le reconnus immédiatement. ; j'avais la mémoire des auras. Cependant, pris d'un léger doute, et certainement parce qu'au fond de moi j'aurais aimé que la soirée ne demeure aussi sereine et vide de ma réalité pour toute sa durée, je sortis dans le couloir pour vérifier mes soupçons.

Atsumori Toda se tenait devant une calligraphie honorée à l'encens. Je pris le temps de l'observer un moment car je ne le reconnus pas au premier coup d'œil. Certes, le kimono n'était pas la tenue dans laquelle je l'avais rencontré la première fois mais... pourquoi un kimono féminin ? Surtout qu'il accentuait la féminité de ses traits et lui donnait vraiment des allures de femmes du monde. Le jeune homme ainsi vêtu - et maquillé - me remarqua. Prendre de la distance du l'effleurer car il se crispa un moment, pour enfin se détendre et me sourire tout naturellement en me saluant d'un mouvement de tête. Tenant encore dans ma main le chasen de cérémonie du thé, j'hésitais à interpréter ce salut comme du respect venant de lui, mais je le lui rendis puis retournai m'asseoir devant mes ustensiles de thé, sans refaire coulisser le shoji pour fermer la pièce.

Prenant délicatement la poterie et les ustensiles pour les nettoyer, je commençais mon œuvre tout en déclarant d'une voix neutre :

Sakuya Toya : "Je n'aurais jamais pensé te croiser dans un endroit aussi noble jeune homme." Je laissais planer un silence puis continuais : "... En particulier dans cet accoutrement."

Ne m'en veux pas jeune mortel, mais même si le temps m'a enseigné que la rancune n'a aucune utilité, cela m'amuse infiniment de te voir te rendre ridicule car cela compense ma propre humiliation. Qui a dit que les anges n'avait rien d'humain ?

Je pus entendre le jeune homme s'adosser un peu contre le mur et me répondre, réalisant sans doute la praticité d'une discussion par murs interposés et sans diriger le dialogue vers son interlocuteur. Que ce soit dans son intérêt ou le mien, nous étions dans cet établissement pour des raisons différentes et n'avions certainement pas envie d'être surpris en grande conversation. C'était au moins mon cas. Tout ce que je voulais savoir résidait en une seule question...

Sakuya Toya : "J'ai cependant une question à te poser jeune homme." Je pris le temps de poser mes ustensiles et de plaquer mes mains sur mes genoux avant de continuer : "Qui chasses-tu ? Anges ou démons ?"


{"Les hommes sont des anges stagiaires."
Victor Hugo
}


Dernière édition par Sakuya Toya le Mar 16 Nov - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Jeu 8 Avr - 20:13


Il me rendit respectueusement mon salut. Puis il fit demi-tour, s'installant à nouveau devant ses ustensiles. Il ne referma pas la cloison, et j'interprétais ça comme un signe. Il fallait que je le suive. J'entrais alors dans la pièce et scrutais l'endroit. Puis je refermais derrière moi, ne savait-on jamais, il n'avait peut-être pas envie que l'on nous voit ensemble.


Sakuya Toya :
"Je n'aurais jamais pensé te croiser dans un endroit aussi noble jeune homme... En particulier dans cet accoutrement."

J'esquissais un sourire avant de me regarder de bas en haut. Pourquoi ? N'étais-je pas séduisant ? Je remarquais par là sa petite vengeance personnelle à mon sujet. Je m'appuyais alors légèrement contre le papier de riz tendu et croisais les bras sur ma poitrine attendant la suite des évènements. Je lui répondais d'un ton tranquille.

Atsumori Tôda ;; « Cet endroit noble serait-il réservé que aux personnes tout aussi nobles ? Les gens comme moi n'ont-ils pas le droit d'y venir ?... Et puis, les hommes feraient n'importe quoi pour arriver à leurs fins, vous devriez le savoir après toutes ses années. »

Il eut un petit laps de temps où nous fûmes tout les deux silencieux. Lui continuant de manier ses instruments. Il venait surement de finir une cérémonie. C'était des événements que je savais apprécier. Ils pouvaient durer plusieurs heures, mais ce n'était pas quelque chose qui me dérangeait.

Sakuya Toya : "J'ai cependant une question à te poser jeune homme. Qui chasses-tu ? Anges ou démons ?"

Je soupirais avant de décroiser mes bras. Je me relevais et passais à côté de lui. Le shoji donnant sur le jardin était ouvert. Je passais alors sur l'engawa, encore en chaussette, ayant laissé mes chaussures à l'entrée. Un léger vent frais venait fouetter mon visage avec délice. Esquissant un sourire, je m'agenouillais et regardais le jardin zen. Quel havre de paix.


Atsumori ;;
« Je suis censé chasser tous démons...me retournant un peu vers lui, j'esquissais à nouveau un sourire un peu taquin. Mais ne sait-on jamais ce que l'avenir nous réserve ? »

Mon regard revint sur le jardin. Il était petit, étant donné que nous nous trouvions à proximité du centre de Tokyo, mais il y avait assez de place pour qu'une fontaine laissa jaillir une eau pur. Quelques chrysanthèmes et camélias laissaient leur odeur planait en cette soirée. Je restais dans cette position quelques secondes de plus, savourant, avant de me relever et m'incliner vers lui, laissant mes bras le long de mon corps.


Atsumori Tôda ;; « Je vous prie de m'excuser, je dois retourner chez...mon client. »

J'avais l'intime conviction qu'il allait encore se moquer de moi. Mais ça n'avait pas d'importance. Me dirigeant vers le shoji, je l'ouvris. Quelle ne fut pas ma surprise en tombant nez à nez avec mon client.

Homme ;; « C'était donc là que tu te cachais. Ça fait plus de 20 minutes que tu es parti. Je ne te paye pas pour vadrouiller et t'amuser mais pour nous divertir ».

Me crispant, j'affichais un rictus avant de m'incliner légèrement devant lui. C'était le pompon. Non seulement j'apparaissais dans cet accoutrement devant Toya mais en plus je me faisais remonter les bretelles par mon client. Ne perdant pas mon sans-froid, je me redressais et jetais un coup d'œil à Toya. Il n'avait pas bougé. Et moi qui avais voulu me faire discret. C'était loupé.

Homme ;; « Tu pourrais t'excuser... »

Atsumori Tôda ;;
« Monsieur, je n'étais pas en faute...Considérez ce laps de temps comme ma pause »

Homme ;; « Tu te fous de moi ? »

Je soupirais. C'était vraiment pas possible, il me faisait quoi là ? J'essayais de le faire reculer pour qu'au moins il sorte de la pièce. Je devais aussi être prudent, j'avais l'impression que mes informations commençaient à s'envoler en fumée.


Atsumori Tôda ;; « S'il vous plait monsieur, pas ici. Ce n'est pas l'endroit, ni le moment... »

L'homme en face de moi se crispa. J'avais l'intime conviction qu'un dédommagement serait déduit de mon salaire...
Revenir en haut Aller en bas
 
Sakuya Toya
Angel † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG
Localisation : Kronos Heaven Corp.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Lun 12 Avr - 17:39

Il ne me répondit pas immédiatement. Entré dans la salle de cérémonie du thé, il passa à côté de moi alors que, concentré sur mon nettoyage, je ne lui avais pas dédié un seul regard. Le silence s'installa, non pas pesant, mais plutôt agréablement zen. Le vent pénétra dans la pièce, apportant avec lui le parfum de Atsumori qui se tenait face à la végétation. Je pus alors remarquer qu'il n'avait pas poussé le vice jusqu'à porter une eau de toilette pour femmes ; cela me fit sourire.

Atsumori Toda : "Je suis censé chasser tous démons..." me répondit-il. "Mais ne sait-on jamais ce que l'avenir nous réserve ?"

Je ne m'en doutais pas jusqu'alors mais ce jeune homme semblait apprécier la situation. Le ton de sa voix me le laissa penser, générant dans mon esprit l'image de la jeunesse amusée des dangers du monde et qui se hâte de les provoquer. Ses mots avaient été piquants dans le silence ponctué uniquement par le choc de la pierre et du mobile en bambou sur lequel filait le bruissement de l'eau. Un soupir m'échappa lorsque la pensée qu'il appréciait certainement ma compagnie en ce moment même me traversa. Décidément, ces humains...

Atsumori Tôda : "Je vous prie de m'excuser, je dois retourner chez...mon client."

Sa voix, plus sèche et déterminée cette fois-ci, brisa le silence comme un couteau affuté. J'entendis le bruissement de son kimono se rapprocher et le sentis s'incliner respectueusement dans ma direction avant de réouvrir le fusuma. Gardant le silence, je n'en appréciais pas moins ce témoignage de respect ; et j'espérais qu'il comprendrait que je n'avais pas levé les yeux pour le lui rendre afin que mon ego ressorte intacte de notre seconde entrevue. Quand soudain...

Homme : "C'était donc là que tu te cachais. Ça fait plus de 20 minutes que tu es parti. Je ne te paye pas pour vadrouiller et t'amuser mais pour nous divertir."

Plissant les paupières sous la désagréable sensation de cette voix nasillarde à mon oreille, je levais les yeux vers l'intrus, mon regard masqué derrière mes longues mèches noires. Il s'agissait d'un homme d'affaire à qui n'importe quel humain aurait vendu maison et biens sans hésiter, ivre de confiance ; mais il émanait de lui une noirceur écœurante. Faute d'avoir le don de lire les pensées des mortels, je pouvais distinguer leurs auras ; et si j'avais du décrire à voix haute ce que je ressentais à ce moment précis venant de lui, la nausée aurait saisie toute une assistance.

Lâchant l'homme en costume du regard, je bifurquais des yeux vers Atsumori. Il s'était crispé mais feignait de jouer son rôle en s'excusant platement ; néanmoins, je ressentis une onde d'émotion m'être destinée. Une hallucination ?

Homme : "Tu pourrais t'excuser... "

Atsumori Tôda : "Monsieur, je n'étais pas en faute...Considérez ce laps de temps comme ma pause."

Homme : "Tu te fous de moi ?"

Demeuré silencieux, j'attendais patiemment le moment où l'impoli personnage remarquerait ma présence et s'excuserait d'une intrusion aussi puérile que malvenue ; mais je me rendis bien vite compte que j'attendais en vain...

Atsumori Tôda : "S'il vous plait monsieur, pas ici. Ce n'est pas l'endroit, ni le moment..."

Ses efforts me touchèrent. L'impétueux, et imprudent, chasseur de démon, en train de s'excuser alors que la situation aurait pu laisser croire qu'il aurait usé de violence pour se sortir de son mauvais pas. Cette pensée sonna immédiatement faux dans mon esprit. Ce jeune homme était prêt à en découdre avec un ange mais pas à affronter un simple mortel ? L'affaire devait être plus complexe. Quoiqu'il en soit, la situation allait dégénérer et j'en étais le premier contrarié.

Sakuya Toya : "Monsieur." clamais-je en me redressant rapidement pour lui faire face. "Vous n'êtes pas sans savoir que vous êtes dans un établissement traditionnel respectable. Je vous prierai de quitter cette pièce sur le champ et de rejoindre la salle qui vous est réservée.

L'homme n'apprécia pas ma réplique, mais je pus lire de la surprise dans ses yeux ; ne m'avait-il donc vraiment pas remarqué ? Conclusion : aucune sensibilité aux énergies, aucune empathie, aucun intérêt.

L'homme : "Qui êtes-vous pour me donner des ordres ?! Occupez-vous de vos affaires." cracha-t-il pour me répondre.

Je ne pus m'empêcher d'avoir un mouvement de recul. A l'instant où il avait ouvert la bouche, mon corps avait réagit tout seul, agressé par ce qui s'était dégagé de lui.

Sakuya Toya : "Monsieur. J'ai tâché d'être poli dans ma démarche, faites en de même je vous prie." insistais-je pour le faire parler à nouveau.

Ma répartie ne rata pas ; il explosa, saisissant violemment Atsumori par le poignet comme une poupée de chiffon.

L'homme : "Vous vous croyez tout permis ou quoi ?! J'ai payé une fortune pour ce jouet alors allez vous faire foutre !"

Encore cette désagréable sensation ; mais elle ne me surprit plus et je restais de marbre. C'était... une odeur ? Effectivement. L'homme dégageait par la bouche une odeur nauséabonde et repoussante ; n'importe qui aurait pu croire à une simple mauvaise haleine, mais il n'en était rien. Qu'avait-il consommé, ou plutôt à qui avait-il demandé cette mixture ? Mon regard bifurqua vers Atsumori. Il ne semblait pas avoir distingué cette odeur et pourtant, il avait passé la soirée à ses côtés. Le breuvage n'était donc pas d'origine humaine.


{"Les hommes sont des anges stagiaires."
Victor Hugo
}


Dernière édition par Sakuya Toya le Mar 16 Nov - 20:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Dim 13 Juin - 12:56



J'avais honte. Affreusement honte. Et je ne savais d'où se sentiment venait, mais il était bien là. Si cet incapable savait qu'il parlait à un être supérieur, il en pâlirait immédiatement. Toya se leva, s'imposant malgré sa petite taille. Après la tirade de l'ange, l'homme écarquilla des yeux et parut surpris de l'affrontement . Je soupirais un peu. Je devais garder patience et ne pas perdre de vue mon objectif.

L'homme ;; Qui êtes-vous pour me donner des ordres ?! Occupez-vous de vos affaires."

Je soupirais. Surpris, je regardais Toya se reculait devant les paroles de mon client, comme s'il avait été agressé physiquement. Alors, c'était comme ça ? Les anges pouvaient-ils réellement ressentir toute l'âme de l'humain en face de lui ? Toute sa colère, son amour, sa haine, son dégout ? Juger l'âme en face de lui ?


Sakuya Toya :
"Monsieur. J'ai tâché d'être poli dans ma démarche, faites en de même je vous prie."

J'avais envie de lui dire : « N'insistes pas, tu n'auras pas gain de cause... » A ma surprise, mon client explosa et se saisit de mon poignée, m'entrainant à sa suite comme une vulgaire poupée.

L'homme : "Vous vous croyez tout permis ou quoi ?! J'ai payé une fortune pour ce jouet alors allez vous faire foutre !"

« Jouet »...Je n'étais que ça aux yeux de tous...Une inutile poupée que l'on balançait de pars et d'autres. Que l'on se passait à tout va. Je baissais alors la tête, la frange de mes cheveux recouvrant mes yeux. Soudain, un rictus apparut sur mes lèvres...Un jouet...Vraiment ?

Mais ne t'inquiète pas, tu vas bientôt découvrir les joies que procure le poison. Je le savais. Je savais que Sakuya le sentait. Sa tête affichait une expression plutôt mitigée. Je le regardais alors en biais, toujours la tête baissée. Soudain, mon client s'arrêta net à l'entrée de la pièce. S'immobilisant un instant, sa poigne se dé-serrant un instant. J'en profitais pour extirper ma main de la sienne si graisseuse. Je relevais la tête, mon sourire s'élargissant encore plus.

Atsumori Tôda ;; « Oui...un vulgaire jouet n'est-ce pas ?... »

L'homme tomba un instant à genou, se tenant un peu le cœur, essoufflé. Je me demandais tout à coup si je n'avais pas trop forcé sur la dose...C'était fou comme quelques gouttes du « sang de Lucifer » pouvait avoir un effet néfaste sur la vie de pauvres mortels. C'était un breuvage souvent fourni par des démons en mal d'actions ou tout simplement pour...S'amuser. Je n'avais pas de contacts directement avec eux, préférant un intermédiaire...Il coutait une petite fortune mais était très pratique car, il endormait les sens de la victime et la laisser à la merci de son agresseur...Une autre version du légendaire Veritaserum.

Je n'avais encore porté aucun regard à Toya, tout simplement parce qu'il n'était pas concerné et que je devais me dépêcher...M'accroupissant aux côtés de l'homme, mon rictus s'élargit.

Atsumori Tôda ;; «  Ça ne va pas ? »

J'attrapais ses vêtements et le tirais un peu en dehors de l'encadrement de la porte. Une fois ça, je la fermais pour éviter d'attirer l'attention. Me tournant vers Toya, j'esquissais un semblant de sourire avant de prendre les épaules de l'homme qui étaient en semi-sommeil. Je le tirais jusqu'à l'engawa et me relevais. Lui donnant une légère pousse avec le pied, l'homme roula et tomba dans le jardin. Je me tournais alors vers Sakuya et lui disais.

Atsumori Tôda ;; Faites comme si je n'étais pas là...Ça ne prendra pas longtemps.

Je sautais dans le jardin, pieds nus, et m'agenouillais sur le torse de l'homme...Prenant sa mâchoire entre mes doigts, je constatais la différence de couleur, entre sa rougeur et ma blancheur diaphragme.

Atsumori Tôda ;; « Dis moi...Il paraît que tu connais une ...connaissance commune... »

L'homme parut effrayé, ne sachant quoi répondre. Ses yeux embués voguaient de droite à gauche. Il me répondit d'une voix chevrotante.

L'homme ;; « Comment...ça ? Épargnes moi...par pitié... »

Je soupirais devant cette réponse et devant le bruit qui se produisait dans la pièce. Il fallait que je me dépêche avant que le poison ne face plus d'effet.

Atsumori Tôda ;; « Ne fais pas ton ignorant. Je veux parler du démon avec qui tu entretiens des affaires...Il m'est...très intéressant de savoir où il est... »

La voix de l'homme s'éleva en un faible « pourquoi » et impatient, je lui assenais une droite bien placée. Il gémit de douleur face au coup et s'empressa tout d'un coup...

L'homme ;; « D'accord...d'accord...je vais te le dire...Mais...laisses-moi en vie... »

Je le plaquais un peu plus au sol, intimant sa réponse plus rapidement. Soudain, mes yeux se levèrent et s'ancrèrent dans ceux de Sakuya. J'eus juste l'envie de lui demander s'il y avait un problème...
Revenir en haut Aller en bas
 
Sakuya Toya
Angel † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG
Localisation : Kronos Heaven Corp.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Dim 13 Juin - 20:31

Me contraindre à assister à une telle scène commençait vraiment à me contrarier. Qui plus est l'odeur qui émanait de cet homme m'indisposait réellement. Elle troublait mes sens et le calme me quittait facilement au fur et à mesure que l'homme hurlait. Je n'étais pas maître de mes sensations, ne serait-ce qu'un peu, et je n'appréciais pas cet état. Je commençais à redouter que pris dans le cercle vicieux de l'agacement, je ne finisse par perdre mon sang-froid mais Atsumori me regardait de biais depuis un moment et je ne devais pas faire montre de mon trouble.

Soudain l'homme se figea et porta la main à son cœur. Une attaque ? J'avais déjà vu plusieurs fois des humains mourir sur le coup de leur organe moteur qui s'arrêtait. C'était toujours pour moi très surprenant et très impressionnant. Mais ce n'était pas le cas aujourd'hui.


Atsumori Tôda : "Oui...un vulgaire jouet n'est-ce pas ?..." cracha Atsumori en dégageant sa main de l'étreinte de l'homme qui s'écroulait.

Ce dernier tomba à genoux, la main toujours au cœur, l'air essoufflé. Je le regardais surpris. A priori, tout allait bien, mais on aurait dit qu'il avait du mal à respirer... non, à vivre. L'odeur que j'avais senti serait...

Atsumori Tôda : "Ca ne va pas ?" dit d'une voix âcre Atsumori en s'accroupissant auprès de l'homme.

Je ne le distinguais pas mais le sarcasme dans son ton me laissait tout le loisir d'imaginer son visage, illuminé par la victoire. La victoire de dominer l'individu qui l'avait rabaissé quelques minutes plus tôt présumais-je. Il traina le corps paralysé de l'homme à l'intérieur et referma. Je le regardais faire et croisais les bras. Pour être honnête, je m'étais attendu à tout sauf à ça. Atsumori se tourna alors vers moi avec un sourire innocent avant de continuer de déplacer sa proie jusqu'au jardin, avec un manque équivoque de douceur.

Atsumori Tôda : "Faites comme si je n'étais pas là...Ça ne prendra pas longtemps." me dit-il d'une voix qui ne traduisait la nonchalance du personnage, apparemment habitué de ce genre de situation douteuse.

Il bondit dans le jardin avec légèreté ; je le suivais du regard. La situation était intéressante. Pour une fois que je pouvais assister à ce genre de démonstration de perfidie, autant en profiter un peu. D'autant plus que j'étais vraiment curieux de connaître le dénouement de l'histoire.

Usant un peu de mes ailes je l'avoue, je me déplaçais en silence derrière un shoji afin de distinguer leur conversation. Certes, écouter de loin aurait été possible aussi, mais beaucoup moins agréable que de profiter des courants d'air frais pénétrant dans la pièce. Je suis un ange très particulier. On me l'a dit assez souvent d'ailleurs...

Observant discrètement la scène, je vis Atsumori s'agenouiller sur sa victime et lui prendre le visage pour l'interroger de près. Ce jeune homme était vraiment très doué pour mettre sa touche d'élégance dans toutes ses gestuelles, y compris quand il s'agissait d'asservir un adversaire et de le soumettre à un interrogatoire. Même sa façon de le "chevaucher" était élégante.


Atsumori Tôda : « Dis moi...Il paraît que tu connais une ...connaissance commune... »

L'homme : « Comment...ça ? Épargnes moi...par pitié... »

Atsumori Tôda : « Ne fais pas ton ignorant. Je veux parler du démon avec qui tu entretiens des affaires...Il m'est...très intéressant de savoir où il est... »

Il le frappa. Sans douceur aucune. Mais avec élégance. J'aurais pu le complimenter plus tard sur le fait que peu de démons avaient autant de distinction lorsqu'il fallait soutirer des informations à l'ennemi. Plutôt impressionnant. Mais je me garderai bien de le lui dire.

L'homme : « D'accord...d'accord...je vais te le dire...Mais...laisses-moi en vie... »

Je décidais de me montrer. Être spectateur n'était pas un hobby que j'appréciais spécialement. Et j'en avais vu assez. Me décalant du shoji, je me tenais à présent sur l'engawa, les bras le long du corps, observant l'interrogatoire. Atsumori leva le nez et rencontra mon regard. Un regard extrêmement calme, analysant le moindre de ses mouvements. Il y répondit en m'interrogeant du regard. Tu poses beaucoup de question décidément humain...

Sakuya Toya : "Un peu de respect pour tes pairs humains." dis-je finalement en descendant de l'engawa.

Je m'agenouillais à côté de l'homme et passais une main au dessus de lui pour ressentir son énergie au plus près. Il n'était pas en forme. Quoiqu'il lui arrive, son corps était endommagé irréversiblement. Il n'en savais rien et ne le saurait certainement jamais, mais quel que chose le rongeait désormais. Cependant l'heure n'était pas à ce constat. Je m'étais trouvé un intérêt certain pour cette histoire de démon et cette odeur que j'avais senti.

Sakuya Toya : "Tes méthodes sont efficaces." continuais-je finalement en posant ma main sur la poitrine de l'homme. "Mais tu n'as pas encore vu les miennes."

Mon énergie pénétra doucement l'individu par la surface de contact de ma main et lui arracha un sursaut. La chaleur de mon aura l'envahit et son expression s'adoucit. Il ferma les yeux, comme apaisé. Mais le bien-être qu'il ressentait n'était qu'un leurre subtile car j'avais eu accès à bien plus : son âme.

Sakuya Toya : "Cher ami," lui dis-je d'une voix douce. "Vous allez tout nous raconter en détails. Où pouvons-nous trouver ce démon et..." Je levais les yeux vers Atsumori. ... qu'avez-vous consommé dernièrement ?"

Ne crois pas que j'allais oublier que tu avais usé de quelque chose qui te dépasse, Atsumori. Je ne baisse jamais ma garde.


{"Les hommes sont des anges stagiaires."
Victor Hugo
}


Dernière édition par Sakuya Toya le Mar 16 Nov - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Mer 16 Juin - 19:57


Il y eut un moment de silence. Puis, descendant de l'engenwa, Toya me répondit que je devais avoir un peu de respect pour mes pairs humains. Du respect ? Pourquoi devais-je en fournir alors que l'homme sous mon corps ne m'avait prit uniquement pour une putain ? Toya continua de s'approcher avant de poser une main sur la poitrine de l'homme qui haletait.

Sakuya Toya : "Tes méthodes sont efficaces. Mais tu n'as pas encore vu les miennes."

Je me reculais légèrement pour voir ce que me préparait l'ange. Je remarquais quand même que ce dernier m'aidait. Ce qui m'étonna le plus grandement. Il y a une heure à peine, nous aurions pu nous entre tuer, et là, il m'aidait ? La situation était telle, qu'on ne pouvait plus rien y comprendre. Tout à coup, l'homme fut pris d'un soubresaut. J'en concluais que Toya utilisait sa « force » avec comme intermédiaire sa main. Son expression s'adoucit, comme s'il avait pris un calmant. Magnifique, l'angelot contrait mes plans en le soignant ?

Sakuya Toya : "Cher ami. Vous allez tout nous raconter en détails. Où pouvons-nous trouver ce démon et...qu'avez-vous consommé dernièrement ?"

Son regard me dévisagea comme si il m'avait posé sa question. Alors, il l'avait bien ressenti mais n'avait pas deviné la texture...Étrange. Je l'examinais un peu à la volée. Il avait l'air tellement apaisé, tellement loin de toute cette violence que j'en fus presque jaloux. Si je pouvais dormir sur mes deux oreilles comme lui, j'en serais heureux. Mais le bonheur était surement une notion que l'on m'avait interdit depuis petit...Je reportais mon attention sur l'homme, celui-ci répondit à la question de Toya, tout en articulant difficilement.

L'homme ;; Je...Je l'ai...rencontré par...hasard...il m'a proposé un marché...Très intéressant...Vous savez les affaires...Il y avait une belle...cagnotte à la fin...pour pas grand chose...De petits services...


Je soupirais, montrant mon impatience. Il brodait, comme s'il avait peur que sa mort allait arriver juste après sa révélation. C'était inutile mon gars. Plus rien ne pourra te sauver maintenant, autant aller au but le plus rapidement. Je lui donnais un petit coup avec mon poing dans la poitrine.

Tôda Atsumori ;; Abrège...

Il ouvrit de grands yeux et j'avais l'impression que Toya à côté de moi désapprouvé mes méthodes. Mais qu'importe, je n'avais pas à me justifier devant lui. Après tout, il devait connaître mon âme maintenant, n'est-ce pas ?

L'homme ;; L'homme avec qui je traitais...ce nommait...Bakou...Mais, quelqu'un derrière tirait les ficelles...quelqu'un de terrifiant...Je...ne sais pas...Qui il est...Mais..., il sembla hésiter, regardant de droite à gauche.

Perdant patience, je poussais un peu Toya sur le côté, ce qui lui fit enlever sa main. Je me mettais ensuite à califourchon sur l'homme. Je reprenais sa mâchoire entre mes mains et la pressais. Pourquoi ne répondait-il pas ? Si prêt du but, il n'allait pas mourir de peur...? Non...?

Atsumori Tôda ;; Mais ?... Réponds !!

Il me regarda avec un air terrifiait. Mes mains tremblaient. Je me sentais si près du but. Après tant d'années, j'allais enfin le retrouver. Je le sentais. Et ce n'était pas un homme abusé ou un ange rationnel qui allaient m'arrêter...plus maintenant...De toute façon mon âme était condamnée à errer dans les enfers, alors à quoi bon se repentir...Plus personne ne voudrait de moi...

L'homme ;; Il n'est...pas humain...même ses subalternes le craignent...Et pour répondre à la précédente question...Je n'ai bu que du thé...et un peu de saké...

Je soupirais...A quoi t'attendais-tu ? ...Je me laissais tomber sur l'herbe et regardais Toya. Que croyais-tu ? Qu'il savait ce qu'il avait bu ? Un sourire s'afficha sur mes lèvres avant que mon corps ne se lève. Je prenais en main une fleur qui était fermée. Si douce et pourtant, ses épines étaient les plus meurtrières. Me tournant vers l'homme, je demandais d'une voix rauque.

Atsumori Tôda ;; Où peut-on trouver ce Bakou ? Et mieux encore, son maître ?

J'étais déterminé. Mais bien sur, je n'allais pas foncer la tête baissée. Beaucoup de cicatrices m'avaient fait au moins apprendre ça...Mon regard se dirigea à nouveau vers Toya. Nos regards se rencontrèrent. Et je l'eus. Cette sensation. J'avais l'impression d'être un moins que rien à ses yeux. Un pauvre et faiblard humain...Ou alors était-ce un animal ? Une créature pire que lui ? Ou avait-il de la pitié ? Je soupirais et reportais mon attention sur le client. Tous ses événements commençaient à embrouiller mon esprit. Je ne savais plus ce que je pensais...Impatient, je lui demandais...

Atsumori Tôda ;; Alors ?!?

L'homme se releva un peu, se tenant la tête et d'une voix ensommeillée, il déclara qu'il ne savait pas et que c'était eux qui prenaient contact avec lui lorsqu'ils avaient besoin de ses services. Super...une impasse...Encore et encore...Je passais une main sur mon visage avant de m'asseoir sur l'engawa. La route était encore longue et sinueuse. J'eus l'espoir un instant que Toya savait quelque chose, mais j'oubliais bien vite cette possibilité, sachant que l'ange ne m'aiderait pas plus que cet excès de gentillesse, il y avait de ça, une minute. Mon corps se laissa tomber en arrière et je fermais les yeux deux secondes...


Papa...Aneki...Désolé...

Revenir en haut Aller en bas
 
Sakuya Toya
Angel † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG
Localisation : Kronos Heaven Corp.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé
Mar 16 Nov - 20:42

L'homme était désormais sous l'emprise de mon aura, à la fois apaisé et dominé par une inconsciente volonté de révéler toute la vérité sur son être. Malheureusement pour Atsumori, l'homme peinait à parler. L'interrogatoire fut difficile.

- L'homme avec qui je traitais...ce nommait...Bakou...Mais, quelqu'un derrière tirait les ficelles...quelqu'un de terrifiant...Je...ne sais pas...Qui il est...Mais... Il n'est...pas humain...même ses subalternes le craignent...Et pour répondre à la précédente question...Je n'ai bu que du thé...et un peu de saké...

Je plissais les yeux, dans une moue à la fois concentrée et contrariée. Quelqu'un s'amusait à faire consommer des insanités à des humains. Mes premières suppositions s'étaient plutôt portées sur un clan d'humains ayant connaissance de notre existence et usant des méthodes du malin pour créer des décoctions repoussant les anges. Mais je me trompais...

- Où peut-on trouver ce Bakou ? Et mieux encore, son maître ?

Atsumori n'en démordait pas et en cet instant précis, il avait laissé échappé quelques effluves d'aura qui me firent comprendre à quel point il avait été meurtri par le passé. Sa rancœur n'avait d'égale que sa persistance à essayer de faire parler cet homme sans intérêt.

Il releva le regard vers moi et nous nous rencontrèrent : mon regard plein de compassion et le sien, frustré au possible de sa situation. Ce qu'il lu en mes yeux ne dû pas lui plaire. Je ressentis son aura se fermer à nouveau dans les affres de la férocité. Il secoua une dernière fois le désagréable bonhomme mais n'en obtins rien de plus.

Atsumori se laissa tomber sur le sol, comme si la rage et l'espoir qui l'avaient animé ces derniers instants l'avaient vidés de toute son énergie. Je le regardais un moment, réalisant que tout mépris à son égard était en effet inutile. Il n'était qu'un être humain luttant pour le salut de sa conscience et de son âme. Une âme qui trouverait sa place en Notre Royaume, j'en étais désormais certain.

- Tu mets tant de haine dans ta quête... dis-je en m'agenouillant non loin de lui. Je te respecte pour cet effort. Et pour cela... Je fis une pause, attendant une réaction de sa part. Et pour cela je vais t'apprendre quelque chose.

Je ne m'attendais pas à ce qu'il bondisse de joie, mais je savais que la moindre information l'aiderait dans sa quête et plus encore, lui redonnerait espoir.

- L'homme que tu as interrogé a consommé du sang de démon à son insu. expliquais-je. J'ai perçu une odeur désagréable à son entrée ici. Je n'ai compris qu'à l'instant quelle en était la nature. Il semble cependant qu'il était sincère lorsqu'il a prétendu ne pas en avoir consommé. Ce qui signifie que quelqu'un se plait à faire consommer ce sang démoniaque à des humains innocents. Inutile de te cacher que ce sang est comme une drogue pour l'organisme des êtres vivants. Il confère une force et une vigueur temporaire, faisant ressentir à son consommateur une impression d'invincibilité. Malheureusement, le phénomène ne dure pas et cette dose de sang a déjà commencé a détruire la chair et le sang de l'être humain qui l'a bu. Je te laisse imaginer la suite...

Je me relevais alors, faisant un peu les 100 pas dans la pièce pour aérer mon esprit et continuer tout haut mon raisonnement.

- Ce sang détruit les êtres humains... mais il ne fait aucun doute que si les êtres humains connaissait cette substances et ses effets neuroleptiques, il la prendrait comme une autre drogue. Ce qui me conduit à la question suivante : Pourquoi le leur faire prendre à leur insu ? Pour les affaiblir ? Les faire revenir en cet endroit où ils se sont sentis si bien ?

... Ou créer des totems vivants anti-ange se baladant librement à la surface ?

- Quelle qu'en soit la raison, ces êtres humains doivent consommer ce sang quelque part et au vu de ce que j'ai ressenti de cet homme... je pencherai pour un lieu de consommation d'alcool et de plaisir.

Puis me tournant vers Atsumori à la manière d'un détective qui vient de tirer une conclusion, je finis :

- Je pense que ce genre d'indice devrait te mettre sur la voie non ?

Humain, j'espère que tu te rappelleras combien j'ai été généreux avec toi aujourd'hui. C'est la 2ème fois.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Rencontre à travers une feuille de thé

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Rencontre à travers une feuille de thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: A.S.A.K.U.S.A :: Espace zen :: Maison de thé-