† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Je danserai sur vos cendres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haven Drake
Angel † Keeper

avatar




MessageSujet: Je danserai sur vos cendres.
Mar 8 Mai - 18:07

Event
L'invasion venue de l'Occident † Étape #2.1
Je danserai sur vos cendres.
C'est du chaos et de la destruction que naît l'ordre.
Ici plus qu'ailleurs dans ce monde, les Hommes appelaient la destruction. Partout où se posait mon regard, tout n'était que vide, masques sans vie, lèvres scellées sur les pires mensonges, abandon à la luxure, au désespoir, solitude et désir de mort. J'avais du mal à croire que les Anges de Tokyo aient été si peu actifs jusque là. Cette ville tout entière suppliaient qu'on la détruise. Ces hommes et ces femmes hurlaient sans le savoir leur envie d'en finir.

Enfin, c'était ainsi que je ressentais les choses. Ainsi que leurs pensées se heurtaient dans mon esprit. Des millions de voix dissonantes et discordantes, gémissantes, souffrant mille maux... l'Humanité, en un mot. Et alors que partout ailleurs sur Terre, les Anges avaient commencé leur moisson, ici, rien ne s'était passé ou presque. Pas étonnant que les habitants de cette ville étaient aussi dérangés. L'Homme est autodestructeur par nature. Il veut mourir. C'est ainsi que Dieu l'a créé. Mais les Anges de Tokyo ne leur avaient pas accordé cet honneur. Carlyle m'avait prévenu, que les Anges en poste dans cette ville étaient des "modérés". Pfff... moi, je n’appelais pas ça de la modération. C'était de la faiblesse.

Il n'y avait qu'à les regarder, ces Hommes. Ce temple impie, païen, issu de la brève et pathétique histoire des Hommes de ce pays. Ces crétins qui s'y baladaient comme dans l'Eden, tentant désespérément de calmer leur esprit agité. Grouillant comme des centaines de fourmis inutiles dont le destin était déjà scellé avant même leur création. Carlyle voulait les tuer par devoir. Obéissance. Appelez ça comme vous voulez. Moi, j'aurais pu les tuer par pitié. Mais je ne connais pas la pitié. Alors disons qu'ils mourront parce ce qu'ils sont ce qu'ils sont : des Hommes.

"Bonjour monsieur ! D'où est-ce que tu viens ?"

Je baissai les yeux sur l'enfant qui venait de m'adresser la parole. Un garçon d'ici, curieux de voir un étranger dans un tel endroit. Je m'accroupis et lui souris. J'aurais pu lui répondre. Après tout, il ne vivrait pas assez longtemps pour décider s'il devait me croire ou pas. Mais était-ce drôle de parler à un enfant humain ? Je posai la main sur ses cheveux et il me rendit mon sourire.

Misérable fourmi. Désir de mort.

Je me relevai tandis que l'enfant s’effondrait au sol et que ses parents couraient vers lui en hurlant. Il était déjà mort, mais je ne le regardai plus, mes yeux errant sur le temple et son parc où s’agglutinaient tant d'Humains. Eh bien, il était temps de s'amuser un peu.

Le pouvoir, voilà ce que j'avais et pas eux. Pourquoi les tuer ? Par devoir, dirait Carlyle. Moi je réponds : parce que je le peux. Bras écartés, je laissai le pouvoir inonder tout mon être, mon corps devenir lumière et le sang de Dieu s'affoler dans mes veines. Le visage renversé en arrière, je ne voyais plus rien, trop excité par la sensation que cet afflux déclenchait en moi. Je ne voyais plus rien, mais j'entendais tout.

Cris. Pleurs. Suppliques. Le sol qui se fissure partout à la fois, les arbres qui s'abattent, les ponts qui s'écroulent, les bâtiments qui s'effondrent, et les Hommes, pris au piège, écrasés, mutilés, emprisonnés dans la terre qui les a nourris pendant si longtemps. Je sentais leurs âmes s'échapper de leur corps et en ce qui me concernait, je me foutais bien de savoir s'ils allaient au Ciel ou directement servir de bouffe aux Démons en enfer. J'étais venu m'amuser, moi. Pas travailler.

Cris, pleurs, suppliques. Voilà tout ce à quoi ils étaient bons. Quand je partis, je riais à gorge déployée : le temple et ses environs ressemblaient en tout point à cette ville d'Allemagne que j'avais fait bombarder par les nazis il y a de cela tant d'années. Décidément, j'avais un vrai don pour la destruction !

Fin
Revenir en haut Aller en bas
 
 

Je danserai sur vos cendres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: A.S.A.K.U.S.A :: Espace zen :: Temple-