† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 I know that you know so please tell me...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: I know that you know so please tell me...
Dim 11 Mar - 21:57

I Know that you know so please tell me...

Minami Rei & Takasugi Kei
08/04/2010


La journée avait été très longue. Trop longue, alors j'avais décidé de venir ici avant l'heure, histoire de m'abreuver un peu. D'eau, bien entendu. Après tout, je n'ai même pas l'âge d'entrer ici, autant ne pas trop abuser des bonnes choses et puis, je devais être parfaitement lucide afin de rencontrer Kei, alias le Big Boss. Il est un démon et il fait partit des grands. Ça je sais, ce qui pourrait vouloir dire que je le déteste encore plus que les autres, mais étonnement ce n'est pas le cas. Je lui avais donné rendez-vous ici à 22h30, j’espérais seulement qu'il allait venir. Je lui avais laissé un message, je ne savais même pas s'il l'avait écouté. Tant pis, il se devait de venir. Je savais qu'il m'aimait bien, pourquoi il m'aimait bien, alors là, je n'en avais aucune idée ! Je devrais me poser de sérieuses questions parce que je savais très bien que de côtoyer un démon n'apportait jamais rien de bon... À part Soo Min, mais comme je me plais à le dire, lui ça ne compte pas, il est pas un vrai démon. Enfin bref, pour le moment, ça m'était utile que d'avoir Kei de mon côté, mais qui sait ce qu'il me réserve, plus tard ? Bon, je dis que je l'ai de mon côté, mais je sais très bien que ce n'est pas le cas. Ce que je veux dire c'est que je ne fais pas encore partit de ceux qu'il veut tuer, c'est un bon début, je crois. Je savais qu'il n'allait pas me donner les informations que je voulais, gratuitement encore moins, mais si je peux essayer, alors pourquoi pas ?

Je pris une gorgé d'eau et regardai ma montre... 22h23. Il ne devrait pas tarder, enfin, j'espère. Yui doit être venger et je crois, non je suis sûr, que Kei est la seule personne qui peut me donner les informations dont j'ai vraiment de besoin. Personne jusqu'à maintenant à été vraiment utile et puisque le démon qui me sert d'employeur est à peu près aussi influant en Bas qu'ici, eh bien je me devais de lui demander. J'en avais marre de toujours la même chose, les mêmes informations inutiles et surtout j'en avais marre que tout ça n'aboutisse à rien. J'avais trop hâte de me venger, trop hâte de faire souffrir cette femme qui m'a ôté tout ce qui m'étais précieux. De quel droit avait-elle fait cela ? Je savais pertinemment que je n'étais pas encore prête à affronter un démon de sa trempe et je n'avais pas encore de plan, non plus. Mais qu'elle meurt me semblait ce qu'il y avait de plus logique comme alternative, même si je ne savais pas encore qui elle était ni comment j'allais la tuer, le jour viendrait où je saurai et lorsque je saurai eh bien je m’exécuterai. Et si je dois mourir en même temps qu'elle eh bien tant mieux.

Mon verre d'eau était soudainement particulièrement fade. Oui bon, c'était de l'eau, mais elle ne me faisait pas du tout du bien. Un bon verre de fort, voilà ce qui me ferait du bien ! Du whisky, tient ! Je soupirai et regardai ma montre à nouveau. 22h29. Allait-il venir ? Il était rare que j'admettais avoir besoin d'aide, devant un démon encore plus. J'étais sûr que j'allais être capable de me débrouiller sans lui, mais il faut croire que je n'avais pas encore réussi et que ça faisait trop longtemps que je cherchais. Tout ce temps, j'avais eu l'impression de tourner en rond et de ne rien faire d'utile et lorsque j'avais apprit que Kei pourrait peut-être avoir ce que je voulais, mais j'ai continuer à nager dans ce brouillard et de tourner en rond juste parce que je ne voulais pas de l'aide d'un démon et que j'étais trop orgueilleuse. Aujourd'hui je marchais sur mon orgueil pour demander à Kei, restait plus qu'à espérer qu'il vienne et qu'il soit un peu de bonne humeur aujourd'hui !

22h31. Je le vis passer la porte. Un sourire se dessina sur mon visage. Le voilà.

Takasugi-san... Bonsoir.

Lui dis-je alors qu'il se dirigeait vers moi.


Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Lun 12 Mar - 21:55

    La vie d'un Démon sur Terre est en soi bien plus intéressante qu'en Enfer. L'Humanité n'est pas faite pour durer, elle n'est qu'une seconde, qu'un instant, et par définition l'instant n'est que fugacité, rapidité, mouvement, changement puis... fin. Cette fin, les humains en étaient proches, qu'ils en soient conscients ou pas. En attendant, du mouvement. Que de changements. Malgré ces décennies, ces siècles passés à arpenter cette Terre, je ne m'en lassais pas. Certains instants étaient plus passionnants que d'autres, bien sûr. Mais à coté des Enfers, du moins de ce qu'en a fait Lucifer après avoir été déchu, cet endroit statique, aussi inébranlable que le roc... eh bien le monde des humains est mille fois plus intéressant. Surtout quand anges et démons se mêlent de leurs affaires, c'est évident.

    Le message de Rei m'avait surpris, en quelques sortes. Je savais qu'elle m'appellerait un jour. Mais il me manquait le "quand". C'était imminent, bien sûr, car à l'instar de ses congénères, elle n'avait que peu de temps à vivre, surtout en comparaison des êtres auxquels elle souhaitait se confronter. Mais elle aurait encore pu attendre quelques années - quelques secondes, à mes yeux. Cette enfant était marquée par le sceau du destin. La vie des jumeaux n'est jamais heureuse, et ce depuis toujours. Chez les humains, il n'y a guère longtemps qu'ils n'étaient plus considérés comme des êtres maudis. Chez les anges, chez les démons, les jumeaux sont un mauvais présage, et il n'y a rien à y voir de mystique là-dedans. Mais tout le monde sait que les jumeaux sont dépendants l'un de l'autre et feraient tout l'un pour l'autre. Non pas un ennemi potentiel, mais deux, et chacun prêt à tout si cela peut aider l'autre. Les jumeaux sont maudis, et les humains ne faisaient pas exception.

    Le jour où l'aura de Rei avait effleuré la mienne, je m'étais intéressé à elle. Il était clair que son essence était incomplète, comme amputée de quelque chose. Son aura était terne, il y avait un vide qui pesait sur elle, et qui ne disparaîtrait jamais, et qui renseignait plus que jamais sur la malédiction qu'elle traînait derrière elle : cette enfant est incomplète, elle ne le sera jamais plus et rien ne comblera ce vide. Voilà l'existence qui l'attend. Mais bien sûr, il y a la vengeance. Un palliatif au manque, un placebo à la douleur, un concept humain qui a déteint sur les créatures surnaturelles, comme beaucoup d'autres concepts, aussi arrogants et méprisants soient les anges et les démons. Ils ne veulent jamais le reconnaitre, mais ils se comportent de plus en plus comme des Hommes.

    Arrachez quelque chose à un Humain et il fera tout pour le reprendre. Faites disparaitre ce quelque chose à jamais et il tentera de vous faire disparaître. Point de repos tant que la vengeance n'est pas accomplie. De mon point de vue, un concept vain. Mais c'est la passion qui anime les humains, et non la raison. Quelqu'un avait arraché quelque chose à Rei, l'avait fait disparaître à jamais. Et l'aura de Rei criait vengeance.

    Je la trouvai assise à une table au bar de la Hellsing, en train de boire un verre d'eau. Un sourire se dessina sur mes lèvres. Elle me salua, petite fille modèle. Un peu d'inquiétude dans son regard, mais rien comparé à sa détermination. Heureux les simples d'esprit et les ignorants, disent les Humains, heureux ceux qui ne savent pas. Ne pas savoir empêche les gens de s'imposer des limites, de se bâtir des murs, de s'entraver de chaînes. Je savais déjà ce qu'elle allait me demander.

    Je m'assis, lançai un regard perplexe à son verre et commandai deux whisky et un coca pour aller avec. Les verres nous furent apportés aussitôt, et je remerciai d'un sourire la serveuse, qui avait allongé celui de Rei avec le soda.

    - Pourquoi venir ici si ce n'est pas pour en profiter ? demandai-je à la jeune fille. Penses-tu vraiment que la loi des hommes a cours, ici ?

    Je trempai mes lèvres dans le liquide ambré, avant de croiser les jambes et de posée mes mains sur mon genou. J'attendis. C'était elle qui m'avait fait venir. J'espérais ne pas être déçu.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Ven 23 Mar - 3:16

Il s'approcha de moi, avec toute la dignité des Démons. Enfin, que quelques uns peuvent avoir. Quelques uns. Il avait sourit et s'était assis à côté de moi, avant de commander deux whisky et un coca. Le coca était évidemment pour moi. Je versai un peu de coca dans mon verre et prit une petite gorgé. Je l'avais déjà dit, j'aimais mieux rester sobre que de dire et/ou accepter n'importe quoi. Ça ne serait de toute évidence pas facile du tout, enfin, peut-être qu'il rirait bien de ma tête, mais moi j'avais une énorme montagne d'orgueil à franchir. Et je crois bien qu'il le savait déjà. Je n'avais pas peur, non je ne crois pas. J'étais peut-être un peu inquiète, un peu stressé et même probablement un peu nerveuse aussi. Mes principes en était tout chamboulé.

Les hommes fréquentent pourtant bien souvent cet endroit, non ? Eh puis... Je ne tiens pas non plus à trop boire ce soir.

Dis-je, un sourire en coin sur mes lèvres, comme toujours. Il était rare que mes sourires étaient sincères et la plupart des gens que je fréquentais le savait. Un sourire de satisfaction parfois, de contentement mais rarement de joie... Bref.

J'essayais d'avoir l'air plus sereine que je ne l'étais intérieurement, je doutais que ça marchait vraiment, mais peut-être que pour un humain ça aurait fonctionné. Je savais pourtant que Kei n'était pas dupe. Il savait pourquoi j'étais ici et je crois bien qu'il savait aussi ce que c'était pour moi que de le faire. Il savait probablement aussi que j'avais un don, peut-être pas lequel, mais il savait au moins que j'en avais un. Pour eux c'était si facile à voir à travers les auras. Je me demandais qu'elle était ses pouvoirs à lui, en tant que démon ? Je n'avais pas encore été témoin de son étendu et je comptais bien pouvoir y assister un jour. C'est quand même intéressant des Démons puissant, même si je détestais la plupart d'entre eux. Je croyais tous les détester mais récemment je me suis rendu compte que j'en détestais pour rien et que c'était de l'énergie de gaspiller pour rien et l'énergie j'en avais de besoin. Les autres je les détestait bien, par contre. Les rares que je ne détestais pas, je ne les aimais pas non plus, alors bon ! À part Soo Mi- ... Oui, enfin, je l'ai déjà dit, je me répète. Il faut que j'arrête d'être nerveuse. Même si j'essayais que ça ne paraisse pas... Intérieurement c'était la tempête, comme vous pouvez le constater. Je pris une autre petite gorgé de whisky avant de relever les yeux vers lui.

Takasugi-san... Je suis sûr que vous savez ce que je veux.

Je l'avais vouvoyé, personne n'a rêvé, je l'ai bien fais. Il m'arrive parfois de le faire lorsque je respecte certaine personne ou lorsque j'avais de besoin de quelque chose. Dans ce cas ci, c'était les deux. Oui je crois bien que je respectais le démon en face de moi. Peut-être un jour aurais-je à l'affronter ? Je ne pense pas que j'aurai à le faire mais si je le dois, eh bien je le ferai avec respect. Je regardai mon interlocuteur dans les yeux. Non pas pour lui prouver que j'avais du front ou quoi que ce soit. Juste parce que j'avais la force de le faire. Et parce que je voulais qu'il voit à quelle point j'étais désespéré. C'est cela. Un silencieux cris de désespoir... Tellement humain. Mais j'étais humaine et j'étais plutôt fier de l'être. J'étais humaine et je souffrais comme une pauvre humaine. Faible. J'étais faible. Pourtant j'essayais tellement d'avoir l'air forte... Mais j'étais déterminé. Plus déterminé que jamais et ça aussi, je voulais qu'il le voit, dans mon regard. Alors mon regard planté dans le sien, je poursuivis.

Dites-moi. Dites-moi qui l'a tué.

Ce n'était pas un ordre, non, j'aurais été bien mal de donner un ordre à ce démon. Je ne cherchais pas les ennuis ce soir. C'était plutôt une demande et même si ce soir je marchais sur mon orgueil, il en restait encore assez pour que je ne puisse admettre que c'était une supplication plus qu'une simple demande.



Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Mar 5 Juin - 18:23

    Sa réponse m'arracha un haussement d'épaules énigmatique. Les Humains, ici, ne faisaient que passer. Ils venaient rarement d'eux-mêmes, à leur décharge. Peut-être sentaient-ils que cet endroit n'était pas bon pour eux. Non, c'était nous, les Démons, qui devaient aller les chercher, les attirer, par des paroles, des promesses, flatter leur égo, faire vibrer leurs envies, dévoiler leurs fantasmes, célébrité, argent, vie de star... Et alors seulement ils venaient, et se perdaient dans ces lieux aussi sûrement que dans un labyrinthe. Il était rare que nous ne parvenions pas à obtenir d'eux ce que nous voulions. Au bout de quelques mois, de quelques années, lorsque l'argent coulait à flots, que les fans se bousculaient, qu'ils entendaient tous les jours à quel point ils étaient fantastiques, merveilleux, sensationnels, et qu'ils finissaient par s'en convaincre, alors les Humains devenaient pour nous quelque chose se rapprochant de... la nourriture. Envie, luxure, égoïsme, ils devenaient tout cela. Ils méprisaient les autres, criaient sur leur manager, leur maquilleuse, faisaient des caprices, se pensaient meilleurs que les autres, avaient des pensées mauvaises, jalousie devant les plus jeunes, peur d'être oubliés, et prêts à tout pour rester sur le devant de la scène, ils tombaient enfin dans le mal absolu. Une âme de fauchée, une de plus. A leur mort, leur âme était pesée et directement envoyée en Enfer pour y être dévorée.

    Ces Humains-là ne mettaient pas longtemps à piétiner leurs propres règles. Les Humains comme Rei, c'était autre chose. Même si je ne désespérais pas de pervertir son âme, tout simplement parce qu'elle était déjà souillée. La vengeance est une bassesse, et un désir fort, impérieux, qui vous ronge de l'intérieur, fait disparaître tout le reste, les sentiments, la patience, la compréhension, l'empathie, et au final ne reste qu'une coquille vide programmée pour se venger, puis disparaître. Rei n'en était pas encore là, bien sûr. Elle ne s'en rendait peut-être pas compte, mais pour l'instant, c'étaient les flammes de l'espoir plus que celles de la vengeance qui la consumaient. Elle avait encore des tas de raisons de rester en vie et surtout, de ne pas se laisser attirer par le mal. Et qui sait, elle qui avait regardé le mal à l'état pur dans les yeux, peut-être que le moment venu, ce moment où elle aurait en face d'elle l'objet de sa rage et de sa vengeance, peut-être saura-t-elle résister, préserver son âme. Les Humains pouvaient toujours nous surprendre.

    Pour l'heure, ton son être vibrait : impatience, détermination, espoir et désespoir mêlés... Bien sûr que je savais ce qu'elle voulait. Comment ne pas savoir ? Je ne suis pas au courant de tous les meurtres d'Humains commis par des Démons, loin s'en faut - qui est-ce que ça intéresse, de toute façon ? Mais je m'étais bien évidemment renseignée sur elle. Je savais tout, et elle savait que je savais. J'esquissai un sourire et but une gorgée de whisky.

    - Je t'aime beaucoup, Rei. Pour le moment. Je serais ennuyé qu'il t'arrive malheur.

    Je me tournai vers elle, appuyant ma joue au creux de la paume de ma main, le coude posé sur le bois.

    - Et si je te dis ce que tu veux savoir, il t'arrivera malheur. Ne sais-tu pas que l'Histoire humaine n'est qu'un recommencement ?

    Croyait-elle pouvoir obtenir vengeance ? Se doutait-elle que si elle allait trouver cette personne, elle subirait le même sort, exactement le même, que sa sœur jumelle ? Oui, l'histoire des Hommes était un cycle, et dans ce cycle, les choses se répétaient encore et encore. Sa sœur, elle, même combat, même destin. Mais je ne savais pas ce qu'elle voulait vraiment, et c'était intéressant. Peut-être voulait-elle se venger. Mais peut-être ne cherchait-elle que la mort.

    - A l'heure actuelle, c'est la mort qui t'attend si tu vas trouver cette personne. En sachant cela, veux-tu quand même que je te donne ce que tu veux de moi ?

    C'était un jeu, et ça n'en était pas un. C'était amusant, et c'était tragique. On ne peut pas avoir vécu autant de temps que moi et ne pas voir le monde à travers un prisme aux multiples facettes. Rei meurt, Rei ne meurt pas, des tas et des tas de possibilités, et tout pourtant ne dépendait que d'elle.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Mer 26 Sep - 20:23

Il haussa les épaules, lorsque je lui mentionnai qu'il y avait des humains qui venaient ici tout de même. Je le regardai, intrigué. Je me demandais ce à quoi il pensait. Je détestais ne pas savoir. Je ne pouvais même pas lire dans ses yeux ses ambitions ou quoi que ce soit d'autre. En règle général j'étais assez doué pour ça, mais plus le temps avançait et plus je rencontrais des gens de plus en plus puissant, plus vieux aussi... et ils sont tous aussi indéchiffrable les uns que les autres. C'est frustrant. Très frustrant. Enfin, bref... Finalement je trouvai le courage d'aborder le sujet. De lui demander... qui l'avait tué. Parce que c'est tout ce qui comptait et c'est tout ce qui comptera toujours. Elle. Yui. Ma sœur... Qu'on m'avait égoïstement enlevé...

Lorsque je l'ai vue, elle était aussi blanche que la neige dans laquelle elle était étendue. Et j'essayais de respirer pour elle, mais je manquais de souffle. Pourtant, elle avait l'air si paisible. Mais, moi ce que je voulais, c'était qu'elle se réveille. Je me souviens avoir caressé sa joue, qui, non seulement était de la même couleur, mais aussi froide que la neige, en même temps. Elle était tout simplement morte, disparue. Et j'ai crié. Si fort... Mais elle n'est pas revenue. Je m'accroche à ce souvenir... je m'y accroche pour pouvoir me lever à chaque matin, pour ne pas sombrer. Pour pouvoir me...venger. Si ce n'était pas de ça, il y a bien longtemps que je ne serais plus de ce monde non plus. On ne m'a tout simplement pas appris à voir la vie du bon côté, je suppose.

«Je t'aime beaucoup, Rei. Pour le moment. Je serais ennuyé qu'il t'arrive malheur. »

Puis, il se retourna vers moi, un coude accoté sur le bar, le menton dans la paume de sa main...

« Et si je te dis ce que tu veux savoir, il t'arrivera malheur. Ne sais-tu pas que l'Histoire humaine n'est qu'un recommencement ? »

Un rire sarcastique s'échappa de ma bouche... Ennuyé qu'il m'arrive malheur ? Vraiment ? Même moi, je ne le serais pas ! Le seul et unique malheur de ma vie, c'est que j'ai perdu Yui. Il n'y en aura pas d'autre, celui-là suffit amplement. Si je meurs ? Eh bien, tant pis. Ce n'est pas un malheur, juste un fait, un évènement inévitable. De toute manière, tout le monde meurt un jour. Et ce n'est pas un malheur, ça fait juste partie de ce que c'est que de vivre. Voilà tout. Yui est tout simplement morte beaucoup trop tôt. Mais si je meurs en tuant la garce qui a volé le dernier souffle de ma sœur, alors je serai satisfaite.

« A l'heure actuelle, c'est la mort qui t'attend si tu vas trouver cette personne. En sachant cela, veux-tu quand même que je te donne ce que tu veux de moi ? »

J'esquissai un petit sourire en coin. Je le savais déjà... Bien sûr que je le savais déjà. Pourquoi ne le voudrais-je pas ? C'était idiot. J'étais venu ici en voulant avoir cet information, je ne repartirai pas sans.

« Vous ne semblez pas... comprendre. Je sais déjà que je met ma vie en jeu. Je sais déjà que je n'ai aucune, absolument aucune chance de survivre. Mais si elle meurt aussi... si je réussi à la tuer, à me... venger. Alors je ne serai pas morte pour rien ! »

Et c'était vrai, c'était tout ce que je voulais, un point c'est tout. Puis je baissai la voix, mais cette fois, peut-être que je parlai plus pour moi-même, après tout...

« Tout ce que je veux... c'est me dépêcher de rejoindre Yui, après tout... »

Je disais cela quand j'oubliais les gens auxquels j'avais fini par m'attacher. Mais ça, c'était facilement arrangeable... non ?




Dernière édition par Minami Rei le Mar 11 Déc - 1:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Dim 7 Oct - 13:02

    - Vous ne semblez pas... comprendre. Je sais déjà que je met ma vie en jeu. Je sais déjà que je n'ai aucune, absolument aucune chance de survivre. Mais si elle meurt aussi... si je réussi à la tuer, à me... venger. Alors je ne serai pas morte pour rien !

    Je portai mon verre à mes lèvres, pensif. Etait-ce parce que leur vie était si brève et si fragile que les Humains y étaient si peu attachés ? Et pourtant, c'était aller trop loin que de dire ça. Il y avait ceux qui plaçaient leur cause au-dessus de leur vie, ces Humains qui se battaient contre leur destin. Il y avait ceux qui au contraire s'accrochaient à leur vie au prix de tous les sacrifices, animés d'une soif de vivre peu commune. Les uns comme les autres, ceux qui ne craignaient pas la mort et ceux qui au contraire la fuyaient à tout prix, avaient un point commun : une raison de se battre. Quant à Rei, eh bien, son discours était paradoxal. Comme si elle se fichait de vivre ou mourir, mais en même temps, déterminée à vivre, ne serait-ce que jusqu'à l'accomplissement de sa vengeance.

    "La". Elle avait dit "la". Elle savait donc - elle s'en souvenait, peut-être ? - que le démon qui avait tué sa soeur était une femme. Comment est-ce que je le savais, moi ? Eh bien, je savais beaucoup de choses. Cependant, avant même de rejoindre Rei ici, j'avais décidé de ne pas lui dire qui était cette démone. Pour de nombreuses raisons. Elle pouvait bien prétendre se ficher de vivre, ce n'était pas mon avis. La voir morte m'aurait ennuyé. Et quand bien même elle aurait réussi à se confronter à Joo Hee, quand bien même elle aurait réussi à la blesser, voire à la tuer... non, c'était impossible. Et je tenais aussi beaucoup à Joo Hee, d'une autre façon, pour d'autres raisons. Après tout, je me devais de protéger mes employés. De maintenir l'équilibre. Semer le chaos, certes... mais de façon organisée.

    - Tout ce que je veux... c'est me dépêcher de rejoindre Yui, après tout...

    Je fus secoué d'un petit rire. Savait-elle seulement où était sa soeur ? Les Humains qui étaient au courant de notre existence, Dieu, les anges, les enfers, l'apocalypse, oubliaient souvent tout le reste. Le grand cycle de la vie... une âme assassinée, martyrisée, de l'âge de Yui, il y avait peu de chance qu'elle ait atterri en enfer. En fait, j'étais persuadé que Dieu s'était ému d'un tel destin... A l'heure actuelle, Yui était morte, n'existait plus, mais son âme nouvelle, transformée, née à nouveau pure, habitait un petit être humain quelque part sur cette Terre. Rejoindre Yui ? En mourant, Rei ne ferait que se couper d'elle à jamais. Car le destin des personnes comme elle, qui s'opposaient à Dieu et à ses plans, qui possédaient des dons susceptibles d'entraver Ses plans, n'était pas de se réincarner. Non, Dieu ne courrait pas le risque de faire revenir Rei après sa mort sur Terre. Ainsi, les deux soeurs seraient séparées à jamais.

    - Tu parles comme une enfant, Rei. La mort te parait dérisoire, mais si tu pouvais poser la question à Yui, nul doute qu'elle te dirais que tu as tort, elle qui est véritablement morte.

    Je laissai échapper un léger soupir. Sermonner des enfants, voilà une tâche qui m'incombait régulièrement depuis que je m'étais implanté durablement sur Terre.

    - Tes paroles sont vaines, parce que tu ne peux pas, à l'heure actuelle, tuer cette femme, et parce que ta mort, dans ce cas précis, ne servira personne, ni ta sœur, ni toi, encore moins ceux que tu ne connais pas encore mais qui auront de l'importance dans un avenir proche pour toi.

    Je secouai doucement la tête.

    - Ta mort serait une victoire pour cette démone que tu cherches, une victoire pour Dieu, et pour tous ceux qui, par leur simple existence, alimente ta vengeance.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Mar 11 Déc - 2:57

    Il avait rit. Rit lorsque je lui avais dit que je voulais tout simplement rejoindre ma sœur. Mais peut-être avait-il raison de le faire, c’était absurde, dans un sens et pourtant, si je pouvais la revoir à nouveau alors tout cela aura valu la peine. Puis, je me mise à penser qu’il était certain que ma petite Yui était au paradis… alors que moi… je ne voulais même pas y penser. Qu’allait être mon sort une fois que je serai morte ? Dieu doit déjà me détester, alors que me réservait-il ? Oh et je ne voulais pas savoir. Du moins pas maintenant. Tout ce qui comptait était de vanger la mort de ma sœur, après tout.

    « Tu parles comme une enfant, Rei. La mort te parait dérisoire, mais si tu pouvais poser la question à Yui, nul doute qu'elle te dirais que tu as tort, elle qui est véritablement morte. »

    Il soupira alors que je détournai les yeux. Peut-être étais-je encore une enfant, après tout... j'étais encore tout jeune, même si j'avais apprit à grandir trop vite... Mais le fait était que si je pouvais parler à Yui je parlerais de bien d’autres choses que la mort. Je lui dirais tout un tas de trucs, mais je ne mentionnerais pas la mort. Sauf peut-être pour lui dire que je la vengerai. Ou alors, je lui raconterais ma journée, comme nous avions l’habitude de le faire. Bref, si je parlais à Yui… ça ne serait pas pour parler de choses si sinistres. Si sombre. Elle n’avait pas besoin d’être au courant de la cruauté du monde. Quoi qu’elle en avait eu un aperçu, non ? Elle était morte, par la main de cette démone. Tout ce dont je me souviens c’est qu’il y avait cette femme et que son visage m’est flou. Puis cet homme, aussi, accoté contre un arbre et qui observe, comme si enlever la vie à une enfant n’avait pas la moindre importance. Encore une fois, le visage de l’homme aussi m’apparaissait flou. Cette scène m’enrageait et me donnait la force de me battre encore plus pour trouver celle qui avait infligé cela à ma sœur… ainsi qu’à moi.

    Takasugi-san poursuivit…

    « Tes paroles sont vaines, parce que tu ne peux pas, à l'heure actuelle, tuer cette femme, et parce que ta mort, dans ce cas précis, ne servira personne, ni ta sœur, ni toi, encore moins ceux que tu ne connais pas encore mais qui auront de l'importance dans un avenir proche pour toi. Ta mort serait une victoire pour cette démone que tu cherches, une victoire pour Dieu, et pour tous ceux qui, par leur simple existence, alimente ta vengeance. »

    Il avait finit de parler, tout en secouant légèrement la tête. Ceux qui auraient de l’importance pour moi ? Qui ? Je m’étais promis de ne pas m’attacher et je comptais bien tenir cette promesse, quoi que c’était de plus en plus difficile de me convaincre que tout était mieux lorsque j’étais seule.... Je commençai à fixer le vide, en pensant aux mots de Kei. Il avait raison et cela me frustrait au plus au point. J’abatis mon poing sur la table, rageuse, avant de passer ma main dans mes cheveux.

    « Alors qu’est-ce que je suis sensée faire ?! Attendre ? La laisser vivre, sans lui faire savoir que c’est ma sœur, qu’elle a tué ? La haïr en silence ? »

    Je ne pouvais pas faire tout cela, j’en étais incapable. Ça en revenait presque à la pardonner et ça n’était pas une option. Elle devait savoir, elle devait payer… déjà, elle a prit la vie d’une innocente enfant de 12 ans… prenant du même coup la raison pour laquelle je souriais tous les jours. Nous étions orphelines. Nous n’avions que l’autre, sur qui compter. Maintenant j’étais seule et c’était de la faute de cette démone. La vie était-elle si injuste qu’en plus d’avoir à subir tout cela à cause d’elle, je devais la laisser faire, sans rien dire ? Qu’essayait-il de me dire, exactement ?

    « J’en suis incapable, Takasugi-san. Ce n’est même pas une option. Si elle ne peut mourir de mes mains alors qu’est-ce que je peux faire pour qu’elle souffre, pour qu’elle comprenne ? Il n’y a rien, n’est-ce pas… Je veux qu’elle disparaisse.»

    Oui, je sais… on n’a pas tout ce qu’on veut dans la vie. Mais si au moins elle pouvait souffrir autant que j’ai souffert alors ma conscience serait plus tranquille.

    Et moi je parlais de cela avec un démon. Un autre. Au fond, n’était-il pas comme elle, lui aussi ? N’avait-il pas arraché la vie à d’innocents enfants ? C’était idiot, de lui faire part de tout cela, mais il était pour le moment… mon seul espoir. Mais qui dit qu’il ne me nuirait pas tout simplement ? Enfin, pour le moment, il ne semblait pas le vouloir… mais je vais toujours me méfier des démons, peu importe comment ils sont.


Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Sam 5 Jan - 17:36

    Spoiler:
     


    « Alors qu’est-ce que je suis sensée faire ?! Attendre ? La laisser vivre, sans lui faire savoir que c’est ma sœur, qu’elle a tué ? La haïr en silence ? »

    Je pouvais les voir. Pas seulement son aura, complètement affolée, brûlant trop fort, cherchant sa moitié amputée qu'elle ne retrouverait jamais, s'évaporant dans les airs en tout sens comme un appel qui resterait à jamais sans réponse. Mais aussi toutes ces émotions qui débordaient de cette humaine et la faisait parler, bouger, penser. La douleur et la soif de vengeance, voilà deux émotions qui allaient souvent de paire chez les humains. Avec la colère. Il s'agissait d'émotions capables d'effacer tous les instincts chez eux : le besoin de survivre, l'envie de vivre, le désir de se reproduire. Des instincts gravés en eux comme dans de la pierre, mais chez certains, les émotions, une chose typiquement humaine, inventée par eux, qu'ils ne maîtrisaient pas, supplantaient ces instincts. Et les faisaient agir en opposition avec les grands préceptes de la survie. Pour se venger, ils pouvaient mourir, et cela leur convenait. Cela convenait à Rei, pour une simple et bonne raison. Attachée à sa sœur comme elle l'avait été, Rei trouvait plus de goût à mourir qu'à vivre.

    « J’en suis incapable, Takasugi-san. Ce n’est même pas une option. Si elle ne peut mourir de mes mains alors qu’est-ce que je peux faire pour qu’elle souffre, pour qu’elle comprenne ? Il n’y a rien, n’est-ce pas… Je veux qu’elle disparaisse.»

    Trouver du plaisir à voir souffrir les autres, voilà encore une chose familière. Étonnamment, les Humains n'étaient pas les champions pour ça, quoiqu'ils en disent. Ils formaient un tout. Chaque individu se croyait seul, mais la souffrance chez les autres résonnait comme un écho dans leur corps et ils ne pouvaient s'en dissocier. C'était une chose bien différente chez les créatures surnaturelle. Eh bien... je n'étais attaché à personne en particulier, si ce n'est pas Vale. Si quelqu'un venait à me l'arracher, j'irai tuer ce quelqu'un tout comme Rei le souhaitait pour sa soeur, mais ce ne serait pas de la rage, ni de la vengeance, ni même du désespoir. Ce serait la simple idée que si ma Vale ne marchait plus sur cette Terre alors celui qui lui a ôté la vie n'en avait plus le droit non plus. Appelez cela... de la justice !

    « Très bien... Je suppose qu'il est trop tard pour te dire à quel point l'attachement que tu portais à ta soeur et à l'origine de ton désir de vengeance et qu'il est triste de voir ton amour pour elle s'être transformé en quelque chose d'aussi vil... »

    Parfois, je me demandais moi-même si je n'aurais pas fait un bon ange.

    « Te voir disparaître m'attristerait quelques heures, mais je ne suis pas comme Dieu, à vouloir contrôler les Hommes. Tu es libre d'agir comme tu l'entends. »

    Je me tournai vers elle, joue contre la paume de ma main, coude sur le comptoir, et lui adressai un sourire inquiétant.

    « La femme que tu cherches est ici. Dans cette ville. Dans cet immeuble. Tu l'as peut-être croisée plusieurs fois. A l'heure actuelle, tu ne pourras pas partir à sa recherche, j'ai donné des consignes. Je sais, c'est un peu cruel de savoir que l'objet de ton désir se trouve entre ces murs et que tu ne peux pas l'atteindre. Pour l'instant... »


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...
Lun 11 Fév - 21:20

    Yui était morte et cela ne changerait jamais. Peu importe à quel point je le voulais ! Elle était tout simplement morte. Disparue. Et en fait, c’était ainsi qu’était la vie. On naît, on nous a donné la vie, puis soudainement, on nous l’enlève. Parfois c’est parce qu’on est au bout du voyage, parce que c’est la fin, tout simplement. Et d’autre fois, trop souvent, c’est prématuré. Comme Yui. Elle n’avait même pas commencé à vivre, encore. Elle n’avait rien vécu. Juste 12 années sans rien connaître d’autre que les murs de l’orphelinat et ses alentours. Elle n’avait rien vue. Elle n’irait pas au lycée, ne tomberait pas amoureuse. Elle ne se marierait pas et n’aurait pas d’enfant. Elle ne vivrait pas ses si nombreux rêves, ceux dont elle me parlait sans arrêt et dont elle avait tant de plaisir à rêver.

    Elle avait des rêves, elle avait une idée toute faite de ce à quoi son futur ressemblerait et moi, je m’accordais à cela. Je suivais ses rêves, car c’était aussi les miens. Mais elle n’aurait jamais pu envisager qu’elle allait être tué par une femme sans aucun scrupule. Si on pouvait dire qu’elle était une femme, parce qu’en fait, elle n’était qu’un monstre. Qui volait la vie d’un enfant à part des monstres ? Un enfant ? Non deux. Elle avait prit ma vie en même temps. Quand Yui était morte, j’avais aussi perdu mon point de repère. Ça avait été injuste. Tout simplement injuste, mais rien n’était juste dans ce monde, alors peu importe ce que je dois faire pour tuer cette femme, pour la faire souffrir, alors je le ferai même si je devais piétiner tout ce qui restait de moi-même…

    « Très bien... Je suppose qu'il est trop tard pour te dire à quel point l'attachement que tu portais à ta soeur et à l'origine de ton désir de vengeance et qu'il est triste de voir ton amour pour elle s'être transformé en quelque chose d'aussi vil... »

    Un sourire en coin se forma sur mon visage. Mon amour pour elle était intact. C’était mon amour pour elle qui me permettait d’avancer. C’était mon amour pour elle qui me permettait de poursuivre cette vengeance. Certes, la douleur avait aussi un rôle dans tout cela, je voulais la venger parce que cette femme n’avait pas le droit de continuer à vivre sa vie, comme si elle n’avait pas ôté celle de ma sœur. Elle ne se souvenait probablement même plus d’elle. Mais j’allais le lui rappeler. Oh oui, il était certain que j’allais le lui rappeler !

    « Te voir disparaître m'attristerait quelques heures, mais je ne suis pas comme Dieu, à vouloir contrôler les Hommes. Tu es libre d'agir comme tu l'entends. »

    Libre d’agir comme je l’entends… Alors que tout le monde autour de moi me disais à quel point j’étais idiote de le faire. Takasugi-san aussi, d’ailleurs. Mais au final il allait me le dire. Il allait me le dire, n’est-ce pas ? Il devait le faire, c’était le seul espoir qu’il me restait, le seul espoir auquel je m’accrochais. Il me regarda, un sourire sur le visage, un sourire que je ne compris pas vraiment, honnêtement. Presque inquiétant.

    « La femme que tu cherches est ici. Dans cette ville. Dans cet immeuble. Tu l'as peut-être croisée plusieurs fois. A l'heure actuelle, tu ne pourras pas partir à sa recherche, j'ai donné des consignes. Je sais, c'est un peu cruel de savoir que l'objet de ton désir se trouve entre ces murs et que tu ne peux pas l'atteindre. Pour l'instant... »

    Je passai ma main dans mes cheveux, essayant de digérer l’information… elle était sous mon nez depuis tout ce temps ?

    « Des consignes ? Pourquoi des consignes… je ne serais pas capable de l’atteindre de toute manière. Pas encore.»

    Mais je promets qu’une fois que je saurai comment la faire souffrir je le ferai. Je vais lui enlever ce qu’elle a de plus précieux si tant est qu’elle est capable d’avoir de l’affection pour quoi que ce soit… Il avait pourtant raison. De savoir qu’elle était si proche et pourtant hors de porté me tuait à l’intérieur. La frustration allait devenir plus grande aux files des jours et me connaissant, je n’allais pas dormir la nuit. Mais j’avais plus d’information, maintenant. L’information c’était tout. Je levai mon regard vers lui. Un regard emplit de détermination, plus que jamais.

    « Je finirai par l’atteindre. Je finirai par savoir qui elle est. Peu importe comment. »

    Ce qu’il m’avait dit était peut-être peu, mais c’était beaucoup en même temps. Puis je savais qu’il n’allait pas me donner plus de toute manière, du moins pas pour le moment…

[hrp : Ultra-désolé aussi pour le retard ><]


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: I know that you know so please tell me...

Revenir en haut Aller en bas
 
 

I know that you know so please tell me...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.N.J.U.K.U :: Hellsing Inc. :: Bar-