† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Who are you, you who can scare me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Who are you, you who can scare me ?
Jeu 2 Fév - 19:53

{Akano Sora
VS
Ha Ji Hoon
}
Quais de Sumida, le 04 avril 2010 à 23:08


Il était tard et le ciel sombre couvrait Tokyo, sans étoiles ni nuages, juste de son tissu d’un noir profond et clair à la fois. Seule la Lune daignait encore éclairer la ville qui se passait pourtant de sa luminosité et carburait à grand coups de nucléaire et d’électricité. Une jeune fille de mon âge ne devrait pas se retrouver dehors à cette heure-là. Du moins, c’était ce que penserait les gens « bien » en me voyant. Mais ils ne savaient pas, ils ne se doutaient pas de qui j’étais. Ils ne savaient pas que de nous deux, c’était eux qui courraient le plus grand danger à se retrouver dans les rues au même moment que moi. Ils ne pensaient pas la moindre seconde qu’une gamine pourrait sans raison apparente, attenter à leur vie. Pourtant c’était le risque qu’ils courraient. Pas que je sois d’humeur spécialement mauvaise aujourd’hui – du moins si l’on fait abstraction de ma mauvaise humeur habituelle – mais j’étais si lunatique que ça pouvait changer d’ici quelques secondes. Les humains sont si pitoyables parfois, je ne doutais pas un instant que l’un d’entre eux arriverait à m’énerver avant la fin de la nuit.

Mes pas me menèrent jusqu’au quartier quasiment désert de Sumida. Certes, cette zone n’avait jamais vraiment attirée de monde, surtout la nuit, mais le phénomène s’était accentué depuis l’inondation quasi-surnaturelle du mois de mars. Les humains ne savaient pas que cet évènement était tout sauf naturel. Apparemment, ça bougeait là-haut. Pas que cette histoire d’Apocalypse ne me concerne le moins du monde – je m’en contre-fichais royalement – mais autant se tenir au courant des actions de l’ennemi. Car ce « Paradis » que tout croyant rêve d’atteindre un jour, je le haissais au plus haut point. Certainement même plus que je haissais les Enfers.

J’observais l’espace silencieux qui m’entourait. Vu l’heure, les occupants de l’orphelinat étaient déjà tous endormis. Le port était désert, ce qui était assez normal. Je m’arrêtai sur les quais, faisant face à cette mer calme et opaque qui semblait s’étendre à l’infini. Je me surpris à ressentir un peu d’apaisement quand un bruit de ferraille me fit me retourner. Un vieux pêcheur titubait, une bouteille de saké à la main et s’accrochant aux différents matériaux trainant sur les quais pour ne pas tomber.

« Hey ma jolie, faut pas traîner ici à des heures pareilles. », cria-t-il en échappant un rire gras.

Dégage. Va-t-en, et je te promets qu’il ne t’arrivera rien. Je reportais mon regard sur la mer, laissant la faible brise faire bouger mes cheveux et ma robe de style gothique. Peut-être cet homme devait-il croire à une apparition quelconque. Mes pouvoirs démoniaques avaient dôté mon enveloppe corporelle d’une beauté bien digne de notre espèce après tout. Penses-tu que je suis un sirène, homme ? Oh les sirènes, elles sont tellement innoffensives face à moi. Arrête de suite de t’approcher, ou tu le regretteras.

« Dis donc, siffla-t-il, t’es fich’trement bien foutue toi. Tu veux pas faire un tour avec tonton Shinji ? »

Alors qu’il levait sa main vers moi, je saisis son bras au vol et le tordis de façon à ce que l’os se brise. L’homme hurla de douleur et s’écroula au sol quand je l’eus lâché. Son regard était maintenant apeuré. Je m’approchais doucement de lui, glaciale.

« Eh bien tonton Shinji, on ne t’a jamais dit que c’était dangereux de traîner le soir ? »

Désirant faire durer le plaisir, je me contentais d’appuyer l’une des mes chaussures compensées sur cet organe si précieux aux yeux des hommes jusqu’à l’entendre me supplier d’arrêter. Il tentait de repousser mon pied, mais j’étais bien trop forte pour lui.

« Tu pensais peut-être utiliser cette partie de ton anatomie ? Quel dommage, ça ne va plus être possible… »

Je m’accroupis à sa hauteur, l’empêchant de fuir avec mon regard froid. Délicatement, je saisis l’une de ses mains, tremblantes.

« Alors tonton Shinji, on a peur ?, demandai-je en caressant son index. Tu as bien raison. », ajoutai-je en plongeant mon regard dans le sien, tout en remontant le doigt vers le haut d’un coup sec, me délectant du bruit que fit l’os en se brisant.

De nouveau, le misérable humain hurla, laissant échapper des larmes de douleur, implorant ma pitié, ou que quelqu’un lui vienne à l’aide.

« Pourquoi se plaindre ? J’aurais pu te l’arracher tu sais. Mais je m’en voudrais de salir une si jolie robe avec ton sang impur. »

Je laissais échapper un ricanement sadique, m’enfonçant peu à peu dans l’état de folie qui m’habitait. Je m’apprêtais à casser un nouveau doigt lorsque je la sentis. Cette aura… qu’est-ce que c’était ? C’était bien trop puissant pour être un humain. Et ça ne ressemblait ni à celle d’un Ange, ni à celle d’un Démon… Je me relevais précipitamment, scrutant les alentours, paniquée, bien que mon visage ne le refléta pas. Cette aura était si délicieuse… mais bien trop puissante pour que je puisse la dévorer dans mon état actuel. J’avais complètement oublié mon objet de distraction, obnubilée par cette aura qui m’attirait et me faisait frissonner de peur en même temps.

« Qui est là ? », osai-je demander d’une voix claire et forte.


Dernière édition par Akano Sora le Dim 24 Juin - 16:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Dim 4 Mar - 23:14

A croire que errer un peu n'importe où dans Tokyo sans but précis était devenue mon activité favorite. D'accord, ça n'était pas la chose la plus palpitante au monde, mais on faisait de bonnes découvertes, de bonnes rencontres... ou parfois mauvais. Mais dans tous les cas, mon train-train quotidien était ainsi chamboulé, je faisais coucou aux anges et aux démons, tout ça pour mon plus grand plaisir. Avouez que l'ennui, c'était pas top, non ? Et des bonnes rencontres, j'allais en faire une ce soir, et je n'avais même pas l'idée de combien ça pouvait être intéressant.

M'aventurant dans un coin où je n'avais pas l'habitude de passer, l'un des ports de Tokyo, c'était une bonne opportunité pour découvrir l'endroit, n'était pas natif du Japon et ne parlant pas très bien la langue. Certes, ça aurait été plus instructif de jour, mais disons que la nuit... On était déjà un peu plus tranquilles. Moins d'humains. Plus d'autres choses. Vu que les humains, je n'en avais pour le moment pas grand-chose à faire... La nuit était donc un terrain plus familier que je préférais largement.

Mais alors que je marchais tranquillement, observant sans grand intérêt autour de moi, je ressentis quelque chose... et j'entendis quelque chose d'autre au passage. Un hurlement, de douleur je présume, à vous faire frissonner pendants plusieurs minutes. Je me stoppais, curieux, essayant de localiser l'endroit. Le hurlement se réitéra, et j'essayais une direction au hasard qui me paraissait être la bonne, vu que plus je me rapprochais, plus les cris devenaient plus distincts. Et mon instinct me disait que ça n'était pas un simple accident ou une altercation tout à fait normale entre humains. C'était tout de même pratique d'être aïon, on peut ressentir ce genre de choses plus distinctement...

Et plus je me rapprochais, d'un pas accéléré, voir presque en courant, plus je sentais quelque chose. Une aura, différente. Une empreinte de démon, sûrement, mais il y avait quelque chose d'autres, je ne savais quoi exactement. J'essayais tant bien que mal de me concentrer là-dessus piur me diriger tout en essayant de découvrir ce que c'était... Sans succès pour mon deuxième objectif, en revanche, j'étais sur le bon chemin. Maintenant aussi proche, je sentais effectivement un humain, mais son aura était étouffée, comme sous le coup de la douleur, mais aussi parce cette aura plus imposante qui m'intriguait. Au coin d'un entrepôt, je trouvai enfin ce que je cherchais depuis plusieurs minutes déjà. Une femme debout, un homme couché à ses pieds, recroquevillé sur lui-même. Il n'était pas difficile de comprendre toute la scène. Mais la femme en elle-même me fascinait, tandis qu'elle devait m'avoir repéré. Sachant qu'il était maintenant inutile de me cacher - et surtout, je n'avais aucune envie de rester dans mon coin -, je bougeais de quelques pas pour me mettre bien au milieu du chemin, bien en évidence, fixant cette femme que je présumais être une démone. Ou autre chose.

L'humain, à ses pieds, continuait de gémir, mais sa souffrance devait lui laisser le temps de se rendre compte qu'"elle" avait arrêté d'agir sur lui pour le moment. Ses yeux croisèrent les miens... qui eux restaient fixés sur cette femme. D'un bon, à croire qu'il ne souffrait pas tellement, l'homme se leva, profitant de l'instant présent et du moment de distraction que je lui offrais sans vraiment le vouloir, et partit en courant, fuyant le plus possible cette femme inhumaine. Il me bouscula au passage, ce à quoi je restais impassible, un sourire tout à fait normal collé sur mes lèvres, un sourire de canaille, un peu provocateur. Je gardais mon masque jovial, un peu moqueur, et totalement faux. Finalement, j'osais ouvrir la bouche et prononcer quelques mots.

« Pour avoir vu comment étaient les enfers, ça ne m'étonne pas que les démons s'amusent dans le coin... Mais je ne sais pas si torturer un innocent humain soit parfaitement discret ici, non ? »

Non pas que j'étais un grand défenseur des humains... Mais tout de même, il y avait des limites. Et là j'étais devant une démone plus qu'intrigante. Sur ces mots, je m'approchais de quelques pas.


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Dim 11 Mar - 18:50

Il fallut peu de temps au nouvel arrivant pour se montrer à la lumière du jour. Ou de la nuit dans notre cas. Un homme. Non, pas totalement. Son aura était majoritairement humaine à cet instant précis, mais elle possédait cette empreinte reconnaissable entre toute: celle du démon. Un Aïon. Il semblait plutôt faible au premier abord, mais un sentiment que je ne comprenais pas comprimait chacun de mes organes, m'avertissant qu'il ne fallait pas se fier aux apparences.

Tout à mes réflexions, je ne remarquais pas la fuite de ma victime et ne le réalisai qu'une fois qu'elle fut loin. Dommage, j'aurais peut-être dû lui casser une jambe à la réflexion. J'étais frustrée maintenant que j'avais perdu mon défouloir de rêve. Ma colère froide ne s'était pas calmée et avait même pris de l'ampleur face à la perte de ma distraction du moment. Je jetai un regard noir à l'inconnu qui me fixait, un sourire moqueur accroché aux lèvres.

« Pour avoir vu comment étaient les enfers, ça ne m'étonne pas que les démons s'amusent dans le coin... Mais je ne sais pas si torturer un innocent humain soit parfaitement discret ici, non ? »

Bon, je savais donc que mes doutes étaient fondés et que cet Aïon était assez puissant pour détecter la nature de mon aura, malgré mon enveloppe humaine. Pourtant, son visage ne me rappelait rien. Jamais, du temps que j'avais passé aux Enfers, je n'avais eu à faire à l'avis de recherche qui devait joliment peser sur sa tête. Des Aïons, j'en avais traqué certains, des nouveaux-nés pour la plupart. Ils devaient être tués au berceau, avant de maîtriser leur pouvoir. Mais celui qui se trouvait face à moi avait vraisemblablement échappé à sa destinée funeste.

Qui était-il ? Et surtout, comment avait-il réussi à échapper au contrôle qui menaçait chaque être de son espèce ? Ici, à Tokyo, là où avait lieu la plus grande concentration d'Anges, Démons et espèces en tout genre. Ou alors... serait-il assez puissant pour avoir repoussé ceux qui auraient tenté de mettre fin à sa vie ?

Ne quittant pas son sourire moqueur, il s'avança dans ma direction. Je ne savais rien de lui et de l'étendue de ses pouvoirs, mais il était hors de question que je le laisse prendre le dessus sur moi. Aussi, je m'avançai à mon tour, jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un petit mètre entre nous.

« Je réitère ma question: qui es-tu ? Ou plutôt: qui es-tu pour avoir osé me priver d'une aussi belle distraction ? », demandai-je avec tout le calme froid dont j'étais capable.

Lorsque l'on ne connaissait pas l'ennemi, il existait plusieurs façons de lui faire face. Soit on fuyait, une option que je n'adoptais jamais. Soit on fonçait tête baissée, ce que je ne faisais qu'en cas de rage extrême. Soit on prenait le temps d'analyser, on distrayait l'adversaire pour déceler ses points faibles. Je scrutai les yeux de mon vis-à-vis mais n'y trouvais aucune trace de crainte ou de doute, à croire que ces sentiments lui étaient étrangers. Son regard était si sûr et perçant qu'il en devenait troublant. Mais je ne devais pas me laisser déstabilisée, ou je pourrais le payer de ma vie.

Il existe une règle chez les Démons du 4ème cercle: quand tu ne peux pas vaincre un ennemi par la force, utilise la manière douce. Après tout, cet Aïon avait une part humaine, et surtout, c'était un homme. Pauvre petit n'avait peut-être même jamais dû obtenir les faveurs d'une femme dans sa misérable vie. Il était impossible qu'il résiste à mon charme (à moins d'être gay, mais ce ne serait vraiment pas de chance...). Je réduisis donc l'espace qui nous séparait et posait ma main sur sa poitrine sans le quitter des yeux. Il n'était pas assez imprudent pour m'attaquer, sinon il l'aurait déjà fait. Je marchais doucement autour de lui, faisant glisser ma main le long de ses épaules. Une fois dans son dos, je passais mes bras de part et d'autre de son cou et laissais mes mains descendre sur son torse en penchant ma tête de façon à souffler dans son oreille.

« Tu sais bien qu'il n'est pas très recommandé de se mettre en travers de la route d'un démon pourtant, non ? »

Tout à mon jeu, je mordillai rapidement mais non sans douleur le lobe de son oreille. Si ce gamin ne réagissait pas rapidement, de quelque manière que ce soit, je risquais de très vite m'énerver...
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Mar 12 Juin - 23:39

Affirmer que mon sourire était tout sauf provocateur serait nier la vérité. Non, c'était un sourire qui se voulait sympathique, contrastant totalement avec la situation actuelle... et qui n'avait pour simple but que d'énerver l'adversaire. En général, ça marchait plutôt bien. Donc oui, de la pure provocation qui me procurait un énorme plaisir. Vous ne pouvez vraiment pas comprendre ce que ça fait de savoir qu'un ange ou un démon veut vous tuer à chaque seconde qu'il se passe. Ce n'est pas de la peur que je ressentais, mais une véritable sensation de me sentir vivant. A quoi bon vivre si c'est en ne risquant jamais sa vie ? Surtout que la démone à laquelle je faisais face ne me semblait pas commune. Je savais identifier sa nature avec son aura... mais cette dernière était légèrement différente des autres, mais je ne savais pas en quoi. Bon, après tout, ça n'était pas ce qui m'importait le plus pour le moment.

Tous les deux, nous avancions sur cette allée, jusqu'à être à seulement un ou deux mètres l'un de l'autre. Seuls. Si un humain passait par là, le spectacle pourrait être étrange, un homme et une femme qui se toisaient comme ça au milieu du chemin, en pleine nuit, dans un port totalement désert. Un peu comme une scène de film. J'eus un léger rire. Après tout, sa question restait la même. Qui j'étais ? Eh bien, ça n'était pas une mauvaise question, voire même une très bonne question.

« Un aïon qui passait par là... et qui peut peut-être t'apporter quelque chose de plus distrayant qu'un humain à torturer ? Mais je pense que tu l'as deviné ? »

Non pas que j'allais me laisser torturer comme la proie qu'elle avait laissé s'échapper quelques minutes auparavant. Plutôt mourir ! Enfin, je ne sais pas... tenir tête à un démon pourrait lui faire plaisir et le distraire quelque temps ? Et après tout, j'étais là aussi pour la même raison, trouver une occupation. Peut-être qu'effectivement je ne me rendais pas compte qu'en quelques minutes, je pouvais mourir sous la main de cette démone... mais était-ce vraiment important ? Je ne crois pas. C'était justement ça qui était amusant.

Mon sourire se fana légèrement lorsqu'elle établit un contact physique entre elle et moi, en posant sa main à la place de mon coeur qui s'emballa légèrement une fraction de seconde avant de revenir à son état normal. C'était une sorte de réaction que j'avais toujours eue... et tandis qu'elle tournait autour de moi, ma peau brûlante irradiait de colère. Je détestais qu'un démon me touche de cette façon. Ce contact me donnait presque envie de vomir, tellement je haïssais cette race. Mes mains me démangeaient, m'ordonnaient de les bouger et faire quelque chose contre cette démone.

J'essayais de rester de marbre, ce qui était plutôt difficile quand on sait que quelqu'un vous enlace actuellement en vous mordillant l'oreille dans un endroit désert en pleine nuit. Non, je n'avais pas peur. Je n'avais jamais peur. Mais il fallait avouer que la situation était plutôt perturbante... même si je détestais l'avouer.

Je décidais de rester sur le thème "provocation" que j'avais opté au début de notre rencontre et de jouer le jeu. Autant aller jusqu'au bout !

« Je ne sais pas pour toi... mais j'aime bien ce qui n'est pas recommandé. Toujours mieux de braver les interdits, non ? »

J'étais bien placé pour le dire, étant moi-même le fruit de l'interdit lui-même. Je fis un pas en avant pour me dégager de son étreinte. Je détestais le contact physique, alors avec un démon, ça ira, merci. C'était une démone, l'art de la séduction était son domaine, je devais donc rester méfiant.

« Et vraiment, une démone comme toi n'à que ça à faire, torturer un humain au hasard ? »

A mon tour, je me mis à tourner autour d'elle, mais contrairement à elle, je ne la touchais pas. Je m'arrêtais dans son dos et imitais alors ses gestes à la perfection, me penchant près de son oreille. La seule différence était que, encore une fois, aucun contact physique n'était établi entre nous deux.

« Tu sais, en tant que démon... j'aimerais juste savoir ce que c'est que d'avoir un aïon, une abomination donc, qui tient tête de cette façon au lieu de fuir ? »

Peut-être étais-je un peu trop sûr de moi... aucune idée, mais je jouais avec le feu en tous cas.


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Sam 16 Juin - 16:14

Un jeu. Tout cela n'était qu'un vulgaire - mais très agréable - jeu. On savait les Démons joueurs après tout, bien qu'ils le soient de bien des façons. Personnellement, lorsque ma cruauté était à son summum, j'employais toutes sortes de jeu. La séduction, évidemment, qui était ancrée dans ma peau depuis mon passage au 4ème Cercle. La torture, pour exorciser ma colère bien trop souvent présente. Et le massacre pur et simple, lorsque je perdais le contrôle de moi-même. Souvent, je me réveillais après cela, avec mes souvenirs angéliques qui me culpabilisaient vis-à-vis de mes actes. Mais ça ne durait jamais bien longtemps. Ma vie se résumait en une alternance de bons et mauvais côtés de ma personnalité. Peut-être devrais-je consulter...

Malheureusement pour ce Aïon, j'étais dans une période particulièrement démoniaque. Ce qui, apparemment, ne lui déplaisait pas. Monsieur aimait donc jouer avec le feu ? Intéressant... Mais jusqu'où sa témérité allait-elle le mener ? J'avais de plus en plus envie de le pousser à bout, de tester ses réactions. Les Aïons ont toujours été affreusement intéressants. Du moins, pour ceux qui avaient un minimum de caractère, je ne parlais pas des loques qui polluaient ce bas monde. Jouer avec eux était tellement plus prometteur qu'avec n'importe quelle autre espèce tellement ils étaient imprévisibles.

« Je ne sais pas pour toi... mais j'aime bien ce qui n'est pas recommandé. Toujours mieux de braver les interdits, non ? »

Je laissais échapper un petit rire. Il était marrant celui-là. Par son existence-même, il bravait tous les interdits. C'est sûr qu'il n'en était pas à un près. Mais malgré sa provocation, je sentais bien que mon contact le dérangeait. Petite nature...

« Tu as raison, c'est tellement plus intéressant... »

Je le laissais échapper à mon étreinte, impatiente à l'idée de voir ce qu'il allait tenter. Cet Aïon était vraiment intriguant. Je n'arrivais toujours pas à déterminer sa force, ce qui aurait dû m'inquiéter. À la place, je ressentais une sorte d'excitation due à l'adrénaline du danger. Je ne pouvais empêcher un sourire narquois de naître sur mes lèvres. Ce gamin était véritablement spécial pour me faire quitter mon masque d'impassibilité. Il ferait une magnifique distraction, j'en étais persuadée.

« Et vraiment, une démone comme toi n'à que ça à faire, torturer un humain au hasard ? »

J'haussais les épaules tandis qu'il commença à me tourner autour, copiant mon manège. Je le suivais du regard, à la fois amusée et guère rassurée.

« Je m'ennuyais. Il s'est simplement trouvé au mauvais endroit, au mauvais moment. »

Je sentis son souffle dans ma nuque, à la fois si près et si loin. Quel dommage qu'il soit un fruit de l'interdit, il aurait fait une parfaite recrue pour mon Cercle. Levi aurait beaucoup apprécié. Soit il était doué, soit il apprenait très vite. Mais il n'était pas un Démon, la question ne se posait donc pas.

« Tu sais, en tant que démon... j'aimerais juste savoir ce que c'est que d'avoir un aïon, une abomination donc, qui tient tête de cette façon au lieu de fuir ? »

J'éclatais franchement de rire, faisant volte-face pour le scruter avec toute l'intensité dont j'étais capable. Je me rapprochais encore plus si c'était possible. Vu son dégoût, il allait reculer. Mais reculer, signifiait me laisser le dessus.

« Ne crois pas avoir un tel impact sur moi mon cher. Je me fiche des codes éthiques et les Aïons ne sont qu'une distraction parmi tant d'autres pour moi. La seule chose qui puisse me répugner est l'amour. »

Ce que je m'apprêtais à dire était certainement risqué. Voire très risqué. Cela dépendait du caractère de mon interlocuteur et de sa puissance. Mais il faut parfois prendre des risques au jeu pour gagner. Je misais tout sur cette folie.

« Or, tes parents ne devaient vraiment pas t'aimer pour t'avoir mis au monde... Tu dois d'ailleurs, comme beaucoup de tes congénères, être une simple erreur d'égarement d'un... »

Je palpais l'air comme pour déterminer la dominance de sa nature. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres.

« ...démon. »

Voilà, petit joueur, ce qu'on appelle de la provocation.


Dernière édition par Akano Sora le Sam 16 Juin - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Sam 16 Juin - 17:26

Les yeux de la démone qui me faisait face étaient insondables, cachés par un voile de mystère. J'étais incapable de pouvoir aisément deviner les pensées de mon adversaire... si ce n'était qu'elles ne devaient pas être bien positives. En tout cas, une chose était sûre, je devais rester méfiant. Un démon reste un démon, n'est-ce pas ? Les maîtres en matière de manipulation. Même si ça me faisait mal de l'avouer, je m'étais déjà laissé prendre dans leurs pièges plus d'une fois. Néanmoins, la moitié démoniaque que j'abritais me permettait malgré tout de comprendre un minimum leur fonctionnement... mais ils étaient tous aussi imprévisibles les uns que les autres. On aurait pu dire la même chose de moi... Pas pour rien que j'étais à moitié démon.

En m'écartant d'elle et en lui tournant autour sans pour autant la toucher, j'installais une certaine barrière entre nous. En gros, c'était "Tu m'touches, j'te bouffe". Ce qui n'était pas très loin de la vérité... Seulement, une question se posait en ce moment-même : pourquoi ne tentait-elle rien contre moi ? Je veux dire, un aion aussi provocateur, pour avoir essayé plusieurs fois ce genre de choses, je peux vous affirmer que les démons ne se retiennent pas pour essayer de m'arracher la tête. Mais elle ne bougeait pas. Suspect. J'attendais, alors que je me trouvais dans son dos. Aucune réaction ?

Ah si. Je fronçais les sourcils. Eh, j'ai horreur qu'on se paie ma tête ! A son approche, mon premier réflexe, vu le dégoût que son aura m'inspirait, fut de reculer, mais je me maudis intérieurement. Elle avait l'air de bien avoir compris ce geste et pouvait l'utiliser contre moi... Reculer pouvait montrer une certaine faiblesse, faiblesse que je n'étais pas prêt à accepter. Je me redressais légèrement, pour montrer que je n'étais pas intimidé pour autant, nullement impressionné par son minuscule discours. Ben... c'est pas pour dire, mais un démon qui aurait bien aimé l'amour... Le concept me faisait doucement rire, et je n'avais pu m'empêcher de pouffer sur le coup. J'étais quand même légèrement frustré de savoir que je ne la faisais pas réagir pour autant. Ou alors c'était du bluff.

Mais je ne répondis pas. Je sentais qu'elle n'en avait pas fini avec ce qu'elle allait dire. Et j'avais bien raison. Malheureusement.

Ce qui restait de mon sourire disparut totalement, pour être remplacé par une expression qui me correspondait plus. La haine. Je serrais les poings. Mon aura s'agita, chaotique, et cherchant par tous les moyens à traduire les émotions que je ressentais. Au moment-même où j'entendais le mot "démon", je bondis. Impulsif comme j'étais. Je saisis la démone par le col et la plaquais contre le mur de l'un des entrepôts du port. Je tremblais de rage, mon regard la fusillait littéralement et l'atmosphère avait pris un tout autre tournant à cause de mon aura, et je n'avais aucunement l'intention de contrôler cette dernière.

« Tu ne sais rien. Rien du tout. Rien de ce que j'ai enduré. Simplement parce que tu es un démon, tu crois vraiment permis de ce genre de choses ? Qui te dit que j'ai fait une erreur en venant au monde ? »

J'avais l'impression de me parler à moi-même. Cette dernière phrase, combien de fois je l'avais répétée dès que j'avais pu prendre conscience du fait que ma mère ne m'aimait pas, ou encore lorsque j'attendais que les anges ou les démons ne rappliquent pour venir me massacrer, alors que je n'étais qu'un gamin ?

« Vous les démons, vous êtes tous pareils. Vous ne changerez jamais. Toujours à se croire supérieurs pour pouvoir décider du sort des hybrides. Vous n'êtes pas mieux que les anges. »

Je lâchais cette dernière phrase avec désinvolture... peut-être qu'elle pouvait faire son petit effet si la démone ne supportait pas les anges. Ce qui paraissait normal en tant que démon, non ? En fait, je m'étais laissé prendre à mon propre jeu, la provocation. La vérité, c'était que je m'étais frotté à un peu plus fort que moi.


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Sam 16 Juin - 18:42

Sa réaction ne se fit pas attendre. À peine avais-je prononcé le dernier mot que mes pieds décollèrent du sol et que je me retrouvais plaquée contre un mur de parpaings. Mon dos cria sa douleur à l'intérieur de mon crâne mais je n'en laissais rien paraître. Mon corps, malheureusement, n'était que celui d'un être humain. Plus résistant, certes, mais pas infaillible. Cependant, l'adrénaline que me procurait la douleur dépassait tout. Masochiste moi ? Peut-être... mais très sadique aussi.

Je le laissais déblatérer ses propos haineux. La colère se lisait dans ses yeux, mais aussi le doute. Alors voici ton point faible mon petit... C'est fou comme un être aussi arrogant peut autant perdre ses moyens à la simple mention de ses parents. J'avais visé juste en abordant le sujet et je ne pus empêcher un sourire de faire surface à cette constatation. Néanmoins, mon pari était risqué. Je pouvais sentir son aura qui se déchaînait, comme incontrôlable, et pour la première fois, j'eus peur. À qui m'étais-je frottée ? Mais si la peur déchirait mes entrailles, elle me procurait aussi ce doux sentiment électrisant. Cela faisait longtemps que je n'avais pas rencontré une personne aussi intéressante et mon quotidien prenait enfin un tournant qui me plaisait. Qu'est-ce que la vie si on ne prend pas le risque de la perdre à chaque instant ?

« Vous les démons, vous êtes tous pareils. Vous ne changerez jamais. Toujours à se croire supérieurs pour pouvoir décider du sort des hybrides. Vous n'êtes pas mieux que les anges. »

Jugeant qu'il était temps pour moi de reprendre le dessus, je remontais mes jambes avant de propulser mes pieds droit dans son sternum. À peine fus-je libérée que je lui sautais dessus, le plaquant au sol, les mains autour de son cou. Je serrais assez fort pour lui faire mal, mais pas suffisamment pour mettre sa vie en danger. Comme une bête en furie, je grognais, montrant les dents, prête à mordre.

« Qui t'a permis de me comparer aux Anges ou aux Démons ? »

Mes doigts se resserrèrent légèrement, mon ongles traçant des marques sanguinolentes sur la peau fine de son cou.

« Sache que je ne suis en rien comparable à toutes les créatures que tu as pu croiser dans ta misérable vie. Je ne suis sûrement pas la plus puissante... »

Je me penchais, léchant le sang impur qui coulait sur mes doigts, prenant soin de ne pas toucher directement sa peau. Délicieux...

« Mais je suis de loin la plus folle et imprévisible qui soit. »

Je soufflais légèrement contre son oreille, sachant à quel point ça pouvait l'irriter. Et l'irriter m'amusait énormément. Finalement, ce Aïon avait eu raison d'intervenir. Il était tellement plus distrayant que la pauvre loque humaine que je torturais quelques minutes avant. Un humain n'avait aucune chance face à moi. Mais grâce au téméraire, je m'amusais maintenant comme une folle, pour la première fois depuis bien longtemps. Et tout me disait que c'était loin d'être fini...

« Et sinon, c'est quoi ton petit nom ? Pour m'avoir aussi bien distrait, tu mérites bien que je retienne ton nom avant de te tuer... »

Bien évidemment, c'était du bluff. Un jouet pareil, comment pourrais-je le casser à peine après l'avoir eu entre mes mains ? Oh non, je comptais bien ne pas le lâcher. De plus, je ne savais toujours pas à quoi m'attendre avec celui-ci. La crainte me tordait toujours l'estomac face à cet être dont je ne savais rien et qui semblait bien plus puissant qu'il ne le montrait. Un chat et une souris. Voilà qui qualifiait à la perfection notre situation. Restait à déterminer qui était le chat, qui était la souris. Quoi qu'il en soit, le chat prendrait un malin plaisir à jouer avec sa souris avant de la croquer toute crue.
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Dim 17 Juin - 16:45

Je me contrôlais à peine et je ne comptais d'ailleurs pas le faire. J'avais toujours pensé que laisser éclater sa colère était le meilleur moyen pour laisser sortir sa puissance, et ça s'était souvent révélé être vrai. D'autant plus que je me laissais facilement emporter par mes émotions négatives qui étaient beaucoup plus présentes en moi que les émotions positives... Néanmoins, je sentais bien que la démone n'allait pas se laisser faire bien longtemps et rester plaquée contre un mur comme ça pour mourir. Je m'attendais à tout ! Mais peut-être fallait-il faire vite... C'était après tout une règle que j'avais rapidement assimilée : attaque en premier ou c'est l'autre qui le fera. Ca paraissait logique comme ça, mais en tant qu'aion, c'était comme ça qu'il fallait réfléchir si on voulait survivre. Tue ton adversaire avant qu'il ne te tue.

Mais j'avais la désagréable impression d'avoir révélé mon point faible trop facilement, ce qui pouvait être fatal.

Tandis que je réfléchissais le plus rapidement possible, j'eus soudainement le souffle coupé et la démone m'obligea à la lâcher tandis qu'elle me plaqua à son tour, au sol cette fois-ci. Ma respiration devenait irrégulière et mes poumons me brûlaient à cause d'un manque d'air sous l'emprise de sa main sur mon cou, mais bizarrement, je sentais bien qu'elle ne voulait pas me tuer. Du moins pas maintenant, sinon j'aurais déjà sombré dans l'inconscience depuis quelques secondes déjà. De plus en plus suspect. Ne voulait-elle pas m'éliminer ? C'était pourtant ce que ses paroles laissaient croire.

Tandis qu'elle rapprochait son visage de mon cou, mon corps tout entier se tendit. Recule. Tout de suite. Je croyais t'avoir fait comprendre que je déteste la proximité avec les gens. Je déglutis difficilement. Je ne comprendrais jamais cette attraction qu'ont les démons pour le sang... Et quelque part, c'était ironique, et je ne pus m'empêcher de sourire. N'avais-je pas du sang impur en moi, hein ?

Mais visiblement, elle avait enfin pris sa décision et comptait mettre fin mes jours. Et mon sourire ne s'en fit que plus grand.

« Quoi, c'est déjà fini, tu veux déjà me tuer ? Tu vas un peu vite... »

Sur ces mots, je la saisis par les épaules et mettais toute ma force dans mes bras pour la faire basculer sur le côté. A mon tour je la plaquais sur le sol, mes mains tenant ses poignets de chaque côté de son visage. Je souris doucement.

« Crois-moi, tu ne m'effraies pas le moins du monde. Et tu pourras dire tout ce que tu veux... mais tu ne pourras jamais être plus folle qu'une autre démone que je connais. Alors ne sois pas si sûre de toi, parce que j'ai rencontré bien pire que toi. »

Finalement, je me levais, la libérant de l'entrave de mes mains. Je savais bien qu'elle n'allait pas fuir. Trop fière pour ça. Et je ne comptais pas fuir non plus et notre confrontation restait amusante. Je reculais de quelques pas, pour la laisser se relever.

« Donc tu veux connaître mon nom ? Mon vrai nom ou celui que j'utilise habituellement ? Mais si tu y tiens tellement, appelle-moi Ji Hoon. »

J'avais l'air de me donner en spectacle, à lui parler de cette façon, comme si j'étais supérieur à elle, mais en vérité, je réfléchissais. Je l'observais. Elle avait forcément un point faible. Parce que maintenant qu'elle connaissait le mien, je devais faire plus attention. Mais si honnêtement, je m'en fichais un peu aussi, il ne fallait pas le cacher. Elle pouvait bien me tuer sur le champ, c'était tant pis pour moi et c'était tout. Mais elle avait forcément un point faible, qui devait se trouver juste sous mon nez.

« Je peux te retourner la question au moins ? »


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Dim 17 Juin - 18:41

Cela me fit plaisir de constater que je n'avais pas sous-estimé mon adversaire. Le jeu aurait été si décevant s'il avait abandonné à cet instant. À la place, il réussit à contrer ma force pour inverser les rôles. Mon dos déjà meurtri tapa une fois de plus sur une surface dure et je ne pus empêcher un petit grognement de douleur de s'échapper de mes lèvres. Je pourrais compter les bleus demain matin... si 'demain matin' je voyais ! Car mon nouveau jouet avait apparemment décidé de ne pas me laisser le dessus.

Je bougeais légèrement les poignets, histoire de tester sa force. Je pourrais me libérer si je le voulais, mais je devais avouer que sa poigne était impressionnante. Enfin un adversaire à ma taille.

« Crois-moi, tu ne m'effraies pas le moins du monde. Et tu pourras dire tout ce que tu veux... mais tu ne pourras jamais être plus folle qu'une autre démone que je connais. Alors ne sois pas si sûre de toi, parce que j'ai rencontré bien pire que toi. »

J'explosais de rire, sous son nez. Alors il connaissait Joo Hee ? Car qui d'autre qu'elle aurait pu être qualifiée de "folle" ? Oh oui, folle, elle l'était complètement. Mais pire que moi ? Nous n'étions pas d'une folie comparable.

« Joo Hee, pire que moi ? Mais mon petit, elle reste une démone bien obéissante et fidèle à son prince. Comment peut-elle être plus folle qu'une suicidaire comme moi qui se dresse contre le Paradis et les Enfers réunis ? »

À mon stade, pouvait-on toujours qualifier cela de folie ?

La pression sur mes poignets disparut et l'Aïon se releva, prenant soin de s'éloigner assez rapidement au cas où je lui bondirais de nouveau dessus. Je me relevais, prenant soin d'arranger ma robe, lui signifiant ainsi que je n'avais pas peur de le quitter des yeux et qu'il n'était pas aussi important que la poussière qui salissait le tissu. Puis je me redressais pour lui faire face.

« Donc tu veux connaître mon nom ? Mon vrai nom ou celui que j'utilise habituellement ? Mais si tu y tiens tellement, appelle-moi Ji Hoon. »

Tiens, un coréen.

« Je n'espérais pas obtenir ton nom véritable, ne t'en fais pas. Il aurait d'ailleurs été très idiot de ta part de me le donner, tu ne crois pas ? »

Je restais sur ma défensive, ne montrant rien de moi. Je savais très bien ce qu'il cherchait à faire en me parlant ainsi. Gagner du temps, trouver mon point faible si j'en avais un. Dans une confrontation, nous réagissions tous de la même manière. Sauf ceux qui ne savaient pas réfléchir.

« Je peux te retourner la question au moins ? »

J'esquissais un sourire.

« Akano Sora. »

Je repris mon manège, tournant autour de lui, voulant lui donner la sensation d'être pris au piège. Je lui laisserai la vie sauve ce soir oui, mais pas tout de suite, pas maintenant. Ma soif de violence était loin d'être assouvie. Comme un animal qui tourne autour de sa proie avant de bondir.

« Et si nous passions aux choses sérieuses mon petit Ji Hoon ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Dim 17 Juin - 21:30

Je haussais les sourcils, perplexe. Ainsi, elle connaissait Joo Hee ? Pas très étonnant quand on y pensait. A y réfléchir, la démone devait être bien connue de ses congénères, en particulier dans certains quartiers de Tokyo. Ce qui m'étonnait en revanche, c'est qu'elle avait su assimiler mes paroles à Joo Hee... Comme quoi, cette dernière devait vraiment être l'une des démones les plus atteintes par la folie au monde... Ce qui n'était pas très rassurant pour moi, vu comment on se ressemblait tous les deux...

En tout cas, la démone en face de moi avait l'air d'affirmer avoir le même degré de folie voire plus. Intéressant ! Et quelque part, je me reconnaissais un peu en l'adversaire qui me faisait face. Elle disait être animée par une folie suicidaire, se dressant à la fois contre Dieu et contre le Diable... Tout comme moi. N'était-ce pas du suicide de se jeter en plein devant les anges et les démons et échapper à leur emprise et à l'emprise de la Mort elle-même au dernier moment ? Mais avouez que ce sentiment, ce sentiment lorsque l'on arrivait à s'échapper au tout dernier moment, à la toute dernière seconde était tout simplement jouissif.

Je souris. Oh que oui, ça serait bête de lui donner mon vrai prénom. A vrai dire, personne ne le connaissait, pas même Tomoya, le seul à qui j'avais accordé toute ma confiance. Ainsi s'appelait-elle Sora. Je n'attendais pas non plus son prénom véritable. De toute façon, à quoi m'aurait-il servi ? Il est vrai que connaître le vrai nom de son adversaire dans ce genre de circonstances pouvait être une arme de taille... Mais après tout, si j'arrivais m'en sortir la vie sauve cette nuit, savoir ou non son vrai prénom était vraiment utile si je la tuais cette nuit ? Je ne savais pas si j'en étais d'ailleurs capable, elle semblait puissante. Mais son aura était tellement étrange que j'arrivais difficilement à me faire un opinion. Son aura... elle était comme... voilée n'était pas le mot mais ça s'en rapprochait. C'était un démon pour sûr, mais un démon étrange en tout cas.

Je tiquais au "mon petit Ji Hoon". Ok, si elle commençait avec les surnoms bizarres, ça n'allait pas me plaire.

« Qu'est-ce que tu vas faire ? Me tuer ? Ca serait dommage de s'en arrêter là alors qu'on peut continuer à s'amuser, non ? »

J'étais pratiquement sur de cette affirmation. Elle voulait se distraire, s'amuser, et longtemps. Aucun intérêt à me tuer alors. Ce qui me laissait donc le temps de réfléchir pour attaquer. Et éventuellement finir cette nuit en un seul morceau. Enfin ça, c'était en option.

« Ne rêves-tu pas de torturer quelqu'un de plus résistant qu'un humain ? Le plaisir pourrait durer plus longtemps, tu penses pas ? »

La façon dont elle tournait autour de moi ne me plaisait pas des masses. L'horrible sensation d'être piégé. Si j'esquissais un geste, elle serait sur moi en quelque dixièmes de secondes. C'était à la fois stressant, effrayant, et terriblement exaltant. De mon côté, je ne pouvais pas lui parler comme elle l'avait fait auparavant, en parlant de mon passé. Toutes les histoires des aïons se ressemblaient, des naissances non voulues, des parents souvent non aimants... Elle le savait. Tandis que de mon côté, je ne pouvais pas utiliser ça. Je ne savais rien d'elle. Elle avait un terrain d'avance sur moi. Puis je tentais de jouer le tout pour le tout.

Au moment où elle repassait derrière moi, je me retournais d'un coup et lui saisissais les poignets. A l'aide de ma main libre, j'enroulais mon bras autour de son cou et y mettais une certaine force. Chacun son tour pour étrangler l'autre, sauf que moi, je ne bluffais pas.

« Je me pose une question par contre... ton aura, elle est bizarre... »

Ok, ça n'était pas vraiment une question, mais j'espérais une réponse, curieux de savoir la raison d'une aura aussi bizarre. Enfin bon, si j'essaie de l'éliminer en même temps... Enfin, c'est elle ou moi. L'un de nous deux allait sûrement mourir sous les coups de l'autre cette nuit.


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Lun 18 Juin - 7:46

« Ne rêves-tu pas de torturer quelqu'un de plus résistant qu'un humain ? Le plaisir pourrait durer plus longtemps, tu penses pas ? »

Oh si... Rien que d'y penser, je jubilais sur place. J'imaginais déjà les multiples et diverses tortures que je pourrais t'infliger. Par quoi devrais-je commencer ? Peut-être te casser une jambe... Mais ce serait bien moins marrant si tu ne pouvais pas te défendre un minimum. Oh je sais ! Les doigts ! Ah, qu'est-ce que j'aimais briser ces petites choses entre mes mains. Le bruit que produisaient les os en se cassant était vraiment délicieux, de quoi vous coller des frissons. De délice bien évidemment.

Je devais l'avouer, l'Aïon avait très bien joué sur ce coup. Tout à mon délire personnel, j'avais relâché ma vigilance et il en avait profité pour m'immobiliser. Je me retrouvais à présent les mains dans le dos, retenues par l'une des siennes, et son avant-bras en travers de ma gorge. Sauf que lui n'y allait pas avec douceur. J'eus un hoquet de surprise qui fut coupé par le manque d'air. Si cela continuait, il allait me briser le cou. J'étais totalement à sa merci. Du moins le croyait-il.

« Je me pose une question par contre... ton aura, elle est bizarre... »

Je choisis ce moment où il avait forcément un peu relâché son attention pour pouvoir parler, pour contre-attaquer. Mes jambes étant libres de toutes entraves, je les décollais du sol, retenue par le bras de mon adversaire autour de mon cou. Puis je les fis rapidement passer derrière ses propres chevilles avant de les ramener avec force vers l'avant. Il perdit aussitôt l'équilibre et bascula en arrière. Le choc fut violent, mais atténué pour ma part puisque son corps avait fait bouclier entre le sol et moi. Je profitais de ce moment pour libérer mes mains et dégager son bras que je tordis méchamment. Je sentais bien qu'il n'était pas au maximum de sa puissance, et je m'en réjouissais d'un côté, car sans ça, je n'aurais peut-être pas pu échapper à son emprise.

Je m'assis sur son ventre pour l'immobiliser au sol en maintenant ses poignets.

« Je vais t'accorder une faveur. Si un jour tu parviens à me tuer, je te le dirais dans mon dernier souffle. »

Je rapprochais ensuite ses mains au-dessus de sa tête pour les saisir d'une seule main. Puis je laissais échapper un rire sadique, limite hystérique, en caressant l'un de ses doigts. Il avait les doigts si grands que je ne doutais pas un seul instant de la douce mélodie qui s'en réchapperait. Et sa voix grave hurlant de douleur serait un choeur magnifique.

« Quels beaux doigts tu as... Et si on les essayait ? »

D'un coup sec, je tordis son index gauche vers l'extérieur de sa main dans un craquement sourd. Splendide...

« Quel doux son... Si j'avais eu un coeur, j'en aurais peut-être même pleuré d'émotion... »

J'hésitais un instant à lui arracher le doigt, mais le sang aurait rendu mes doigts trop glissants pour briser correctement les autres. Peut-être à la fin, comme souvenir de ce magnifique moment. Et dire qu'il pensait Joo Hee plus folle que moi...

« Allez Ji Hoon, participe un peu au jeu ! Dis-moi, lequel veux-tu que je te brise ensuite ? L'index droit peut-être, par relation symétrique ? »

Je commençais à caresser le-dit index droit, attendant une réponse de sa part. La douleur l'aurait-elle rendu muet ? Oh non Ji Hoon, je t'interdis de t'évanouir maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
 
Ha Ji Hoon
Aion † Walker

avatar


Emploi : Travail journalier
Localisation : Cherchez-moi dans Tokyo, vous allez trouver !

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Ven 22 Juin - 21:41

Quelque part, je ne m'attendais pas à ce que la démone - Sora si je croyais ses dires - relâche aussi facilement sa vigilance. Rien que lui souffler quelques idées de torture et elle ne faisait plus attention au reste. Un peu facile, non ? Il y avait anguille sous roche. Moralité de l'histoire, parlez de folie à un fou, il le deviendra encore plus ? Si on veut... Quoiqu'il en soit, maintenant qu'elle était à ma merci, je devais en profiter. J'aurais bien aimé que ce petit affront s'éternise un peu plus, mais je m'attendais à tout avec elle maintenant alors autant finir vite. Quoique...

Sur ces pensées, je ne relâchais pas mon emprise sur son cou et la serrais encore un peu plus si c'était possible. Je ne sais pas si étrangler un démon, ça se fait souvent mais bon... A croire que je n'étais pas bien attentif à ce que je faisais non plus seulement. Je laissais échapper un sifflement de douleur lorsque ma tête heurta brutalement le sol. Légèrement sonné, je ne réussis à rouvrir les yeux que quelques secondes plus tard et elle était déjà au-dessus de moi. Je plantais alors mon regard dans le sien, affreusement frustré d'être piégé ainsi, incapable de pouvoir bouger.

« C'est un défi ? »

Je souris. Si c'en était un... défi accepté. J'avais intérêt à faire attention à la laisser parler avant de l'achever alors... Seulement, je me demandais si ce n'était pas moi, celui qui serait tué cette nuit. Mes lèvres se crispèrent immédiatement alors que mon sourire disparaissait à nouveau lorsqu'elle effleura mes doigts. Sans aucune emprise sur mes émotions, je me sentais devenir affolé... Et c'en était affreusement énervant. Pourtant je n'avais aucune idée de ce qu'elle allait faire... Me posant des centaines de questions à la seconde, je me laissais inconsciemment faire lorsqu'elle prit l'un de mes doigts.

La suite serait presque indescriptible. Je n'entendis même pas le doigt en question craquer, je n'avais entendu que le léger cri de douleur que je n'avais pas pu retenir. Immédiatement, je serrais les lèvres, n'ayant aucune envie de lui donner le plaisir d'entendre ma douleur à nouveau. La douleur, qui ne se stoppait pas, me donna quelques vertiges, malgré ma position couchée. Heureusement que ma moitié démon m'aidait à récupérer légèrement plus vite que de simples humains, mais il n'empêche que mon doigt allait rester cassé pendant un bon moment. Je n'osais même pas le regarder mais j'imagine qu'il devait être dans un angle bizarre...

Je ne lui répondis pas. Lorsque je sentis sa main effleurer mon autre main, je sursautais. D'un geste, je saisis la dite main et entre deux grimaces de douleur, je parvins à articuler quelques mots.

« N'essaie même pas... »

Je l'avais sous-estimée, je crois, même si c'était dur de l'avouer. Dans tous les cas, je devais trouver une solution pour sortir de son emprise. Et vite, si possible.

De ma main valide, je lui donnais subitement un coup dans le ventre, en espérant que ça réussisse à la déstabiliser ne serait-ce que quelques secondes. Je l'empoignais par le col pour la faire basculer sur le côté, toujours de la même main, puis je me relevais et reculais d'un bond pour m'éloigner d'elle. J'étais dans une mauvaise position, tout de même... Incapable de me servir de ma main gauche sous peine d'aggraver la douleur, cette dernière me déconcentrait beaucoup trop... Dieu que j'étais faible.

« C'est bon, tu t'es bien amusée ? Tu ferais mieux de t'arrêter là pour ce soir, autant y aller doucement pour faire durer le plaisir ? »


i’m breaking down, i am screaming out. my time is running out. what do i do now? give up? or stand up? i don’t know. i want to break the spell now. i’m drowning now. i am crying out. my time is running out. i need someone to save me now.

(c) about today.
(c) sawa (avatar) & tumblr (gifs)
Revenir en haut Aller en bas
 
Akano Sora
Devil † Walker

avatar


Emploi : Etudiante
Localisation : Université // Tokyo

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?
Dim 24 Juin - 15:36

Décidément, ce jeune homme ne voulait pas me laisser jouer tranquille. Ma petite marionnette était tout sauf docile. Mais en même temps, quel intérêt si elle s'était laissée faire ? Non, au lieu de ça, elle s'évertuait à rompre les fils que je tissais entre elle et moi pour la manipuler à mes souhaits. Ah, intelligente petite marionnette...

Je le laissais faire aussi, car si j'avais vraiment voulu le tuer, je n'aurais pas été aussi longue. Je l'avais senti se défaire de ma poigne, et je savais ce qui allait suivre. Mais le jeu n'était pas marrant si je ne lui laissais pas croire un minimum qu'il avait une chance. Après tout, le chat relâche souvent la souris. Elle court, pense s'échapper. Pour au final retomber dans les pattes de son prédateur.

J'étais ce prédateur, et un prédateur affamé. Affamé de souffrance et de cris. Mais ma proie retenait les siens, me gâchant le plaisir. Petit Ji Hoon, il va falloir que je t'apprenne un peu comment marche la vie...

Je soufflais brusquement au moment où le poing de mon adversaire atteignit mon estomac afin de minimiser la douleur. Mais sa blessure l'avait déjà affaibli. Un bébé m'aurait frappé que l'effet aurait été le même. Je le laissais se dégager de mon emprise et mettre une distance entre lui et moi. Je voyais la douleur inscrite dans ses traits, son bras gauche pendant mollement contre son flanc. Il ne devait pas être habitué à la douleur pour ne pas réussir à la surmonter.

« C'est bon, tu t'es bien amusée ? Tu ferais mieux de t'arrêter là pour ce soir, autant y aller doucement pour faire durer le plaisir ? »

Et la souris tente de s'enfuir ~. Quel doux sentiment de supériorité. Je fis mine de regarder mes ongles en réfléchissant, lui laissant croire que j'avais relâché ma garde. Je ne craignais pas qu'il tente quoi que ce soit. Il avait trop peur pour m'attaquer et trop de fierté pour fuir.

J'avais encore envie de m'amuser, mais ce n'était plus amusant. Il était affaibli et voulait fuir la confrontation d'après ses paroles. Il n'y avait aucun intérêt s'il n'avait plus l'envie de se battre. Quel dommage, j'aurais bien continué un peu plus longtemps... Mais comme il le disait, nous pourrons toujours nous revoir pour continuer la partie. Oh, rien que d'y penser, des frissons d'excitation parcouraient mon échine.

« Tu as raison, on va y aller doucement. Une petite partie de cache-cache hein ? Cours te cacher Ji Hoon, et attend que je te retrouve... »

J'esquissais un sourire carnassier.

« À moins que tu ne me trouves avant ? »

Je bondis néanmoins, me plaçant derrière lui, mes mains sur ses épaules. Je rapprochais mes lèvres de son oreille et lui murmurais dans un souffle:

« Mais n'oublie pas une chose... Tu es mon jouet maintenant... »

Et pour confirmer mes dires, je plantais violemment mes dents dans la peau tendre de son cou, la teintant du rouge profond de son sang. Ainsi, il garderait la marque prouvant qu'il m'appartenait.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Who are you, you who can scare me ?

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Who are you, you who can scare me ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.U.M.I.D.A :: Quais :: Port-