† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Ven 17 Juin - 15:17

Len & Miho
&

22 février 2010
9h26

Je me levais à peine, le réveil n'avait pas sonné. Je regardais donc l'heure sur mon portable, en ce moment mon boulot de batteur marchait mal, je n'avais pas de nouvelle de ce guitariste rencontré au Whisky à gogo, ce qui voulait dire pas de concert et pas d'entrée d'argent. 9h26, le rendez-vous que j'avais pris avec le patron du restaurant tombait à l'eau, d'autant que je n'étais pas présentable, je n'avais même pas pensé à lisser mes cheveux ni même les décolorer. Tant pis, autant ne pas y aller, ce serait plus simple. Je m'habillais tranquillement et quand j'allais mettre ma ceinture, cette dernière lâcha. Quel manque de bol! En plus, tous mes jeans étaient trop grands. Bon ok, j'avais compris, direction l'underground pour claquer le peu d'argent qu'il me restait. Heureusement que contrairement aux humains, manger n'était pas pour moi un besoin, plutôt un plaisir. J'achetais en effet de la nourriture pour les mêmes raison qu'un humain choisirait un jeu vidéo.

Je partis alors de chez moi en marchant à une allure vive et sans lâcher mon jean. Je m'imaginais la réaction de ma meilleure amie si elle voyait ça, car oui elle serait la seule à le remarquer, la plupart des autres gens tournaient le regard en me croisant. Bon et puis, certains pourraient penser que je marchais juste les mains dans les poches mais, Miho connaissait tous mes gestes et toutes mes habitudes aussi, elle ne mettrait pas longtemps avant d'exploser de rire. Oui bon, en même temps il y avait de quoi. Si jamais je lâchais complètement mon jean, celui-ci descendrait en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire et révélerait un charmant caleçon écossais assorti à ma veste. Enfin, avec toutes mes facéties ce ne serait pas bien grave mais, c'était surtout une question pratique. Après tout je n'avais pas que des amis et si je me faisais attaquer ce ne serait pas l'idéal. A noter, je n'avais pas penser précédemment que j'avais une deuxième ceinture mais, comme j'arrivai au magasin, il était trop tard pour revenir en arrière.

Voilà, j'étais devant l'Underground Hardcore Shop, un magasin où ne se trouvait certes aucun vêtement de mode mais, tous les accessoires, pantalons, hauts ;et j'en passe; les plus destroys étaient là. Ce magasin était le paradis des punks, des gothiques et des métalleux. On y trouvait de tout, vêtements, colorations pour cheveux, badges, pendentifs, médiators, bref tout quoi! En plus, les prix étaient abordables voire pas chers du tout.

"Bonjour et bienvenu chez UHS!" dit le vendeur quand j'entrais. C'était assez drôle de se faire accueillir par un type au longs cheveux noirs lisses, habillé tout de noir et maquillé genre Kiss mais, j'en avais pris l'habitude. Je le saluai brièvement de la tête puis, je me mis à parcourir les rayons à la recherche d'une ceinture. Alors que j'allais enfin atteindre mon but, je vis devant moi une jeune fille que je connaissais très bien, elle ne m'avait pas vu puisque j'étais derrière elle. Aussitôt, je me jetai sur elle en criant:

"Miho-chan!!!"

Lâchant mon jean pour aller m’agripper au cou de ma meilleure amie, celui-ci prit la poudre d'escampette. Sans prendre la peine de le remonter, j'embrassai Miho sur le front, comme à chaque fois que je la voyais puis, je lui demandais:

"Tu vas bien? Je suis trop content de te voir, je ne m'attendais pas à te croiser ici!"
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Ven 17 Juin - 16:02

Ces derniers temps, la demoiselle avait négligé son meilleur ami, le seul qui était assez différent pour comprendre par la même occasion qu’elle était spéciale et seul garçon, qui était dans les alentours de son âge et ne la regardait pas comme une extraterrestre. En même temps, venant d’un démon, pourquoi devrait-elle se sentir comme ça ? Elle sourit, se disant qu’une ceinture à clou serait la bienvenue pour cette journée qui était sous le signe du repos ! Talons hauts, comme à son habitude, cheveux longs brossés et trainants sous ses reins avant de finalement boutonner sa chemise, mettre deux coups de crayon et aller faire un peu de shopping. En si peu de temps, elle avait rencontré une autre Abe, un ange qui était le sien, un ange gardien… et avait également fait la connaissance d’un autre démon bien étrange. Si elle voyait Len, il fallait qu’elle lui parle ! D’ailleurs, les SMS étaient les bienvenues, mais comme ce dernier égarait toujours son téléphone, ça ne servait strictement à rien !

C’est donc d’un pas décidé que la midinette se dirigea en premier lieu vers cette boutique qui avait tant plu au punk, toujours terrorisé par la tête du vendeur qui lui faisait dresser les cheveux sur la tête, mais voyons, c’était assez drôle dans le fond et elle le salua avant de filer directement acheter une ceinture. Voyons voir… pas celle-là, celle-là non plus… mais pourquoi pas celle-ci ? Inutile de dire que la petite nipponne aurait bien dévalisé le magasin tant il y avait de choix, mais elle se refusait de mettre un punk comme Len, dans l’embarras. Son choix était une ceinture masculine, mais… qui pouvait donner un bon effet sur son petit corps frêle . Elle s’apprêtait à faire demi-tour pour aller payer, mais se fit sauter dessus et poussa un léger cri de surprise. N’ayant pas ressenti le danger, elle se doutait bien à l’entente de son prénom et surtout à la vue de la couleur rouge de celui qui l’enlaçait, qu’il ne pouvait s’agir que d’une seule personne.

Contente de le voir, elle le laissa l’embrasser sur le front et débiter un flot de paroles qu’elle était d’ailleurs sur le point de dire avant qu’elle ne remarque le joli caleçon écossais. Ce mordant la lèvre pour ne pas rire, elle l’enlaça une seconde fois, soupirant, bien heureuse de ne plus être toute seule à faire ses courses.

« Moi aussi je suis contente ! Figure toi que… j’ai pensé à toi ce matin et je me suis dit « tien, si j’allais acheter une ceinture » tu vois… j’ai bien fait ! Mais… dis-moi, qu’est ce qui est arrivé à tes deux ceintures, ne me dis pas que tu les as déjà cassés ? »

Miho laissa échapper un rire cristallin et donna un petit coup dans l’épaule du démon, ce qui ne risquait pas de lui faire bien mal, évidemment, elle témoignait seulement son affection en faisant ce geste. Elle hésita un moment, mais sourit, se décalant pour le laisser choisir avant de glisser une petite phrase à son intention, sachant pertinemment que son ami n’était pas comme elle, c'est-à-dire, une maman qui travail, puis elle qui avait son poste à la Kronos… en même temps, un démon qui travail pour les anges alors qu’il est recherché, ce serait du suicide.

« Allé, comme je suis très très très très… bref, tu m’as comprise, je n’ai pas assez de salive pour poursuivre avec les “très”, mais… comme je suis très contente de te voir, tu vas choisir une ceinture et je te l’offre ! Cadeau ! Et tu ne rechignes pas, tu sais que je suis têtue… alors, je te l’offrirais que tu le veuilles ou non ! »

Et pour ce faire elle lui tira la langue en guise de « ne t’avises pas de me dire non malgré ce que je viens de te dire », ce qui avait généralement le don de faire rire toute personne qui pouvait assister à la scène parce que notre demoiselle était très convaincante malgré sa petite taille comparée aux messieurs, son poids plume et également son jeune âge. Puis, histoire de changer de sujet pour qu’il oublie qu’elle allait payer, notre demoiselle regarda ce qu’il y avait en rayon, faisant l’innocente.

« Alors, qu’est ce que tu deviens ? Avec le lycée les déménagements on n’a pas pu se voir souvent, raconte-moi raconte moi ! »

En tous les cas, elle, elle avait pas mal de choses à lui raconter, mais elle ne pouvait pas se permettre de les lui dire dans un magasin… il fallait se montrer discret et très prudent avec le jeune démon… pour ne pas le compromettre et surtout attirer de vilains regards sur eux. Décidément, entre son ange gardien et son meilleur ami, notre petite poupée était servie !


{

}


Dernière édition par Abe Miho le Mer 4 Jan - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Ven 17 Juin - 21:34

Quand Miho me vit, pantalon baissé, je savais très bien qu'elle se retenait de rire mais, plus que la situation comique, c'était ma présence qui l'enchantait, aussi elle s'empressa de me sauter de nouveau dans les bras. Si les étalages autour de nous n'étaient pas si serrés, je l'aurais faite tournoyer mais là, ce n'était pas tellement possible. En tout cas, moi qui avait pensé à elle en venant, j'étais fou de joie de la retrouver ici. Apparemment, elle aussi avait pensé à moi aujourd'hui, ce qui devait bien évidemment expliquer sa présence dans cette boutique. Elle aussi était venu acheter une ceinture, décidément, c'était le jour. Il répondit alors, sourire aux lèvres:

"Non, je n'ai cassé que la cloutée, elle commençait à se faire vieille. Sauf que je me suis réveillé en retard alors j'étais à la masse et j'ai oublié que j'avais ma ceinture de douilles. J'ai bien fait, sinon je ne t'aurais pas croisée puisque je ne serais pas venu ici. Sur le chemin d'ailleurs je pensais à toi, me disant que tant que je tenais mon pantalon tu serais la seule à remarquer que j'avais un problème."

Miho avait rit en évoquant les deux ceintures cassées, moi, j'étais perplexe sur une chose, la ceinture en douilles, il fallait vraiment le vouloir pour la casser. Cependant, il est vrai que ça aurait eu un côté amusant et je ris également cette idée quoique je fus content que ma ceinture soit encore entière, j'avais eu du mal à la trouver car même ici, ils n'en vendaient pas. Miho me frappa amicalement à l'épaule, c'était une habitude entre elle et moi, nous faisions souvent mine de nous chamailler, tels deux gamins. Je fis semblant d'avoir mal puis, la saisissant doucement, j'en profitai pour l'ébouriffer. Et oui, si elle sa spécialité était de me frapper à l'épaule, elle savait éperdument que je répliquais avec une savonnette sur la tête. Comme nous étions très proches elle et moi, nous avions nos petites habitudes, c'était comme ça. J'étais peut-être un démon mais, globalement, j'avais un comportement humain. Enfin, je travaillais en tant que batteur indépendant car mes besoins d'argent étaient bien inférieurs à ceux d'un humain véritable. Miho travaillait à la Kronos, un lieu que je devais éviter au maximum mais, comme j'aimais la provocation, des fois j'allais l'attendre à la sortie de son travail. Miho parla alors de m'offrir ma ceinture pour arroser le fait qu'on se soit croisés. Habituellement, j'aurais essayé de refuser mais, étant fauché, c'était pour moi une chance. Je répondis donc en souriant:

"Oui, je te connais très bien et je n'insisterai pas mais, je te suis très reconnaissant. En ce moment, les finances ne vont pas fort, je galère à coller les bouts. Rien de bien grave mais, je dois surveiller mes dépenses. Enfin, puisque tu sais la vérité, tu sais bien que je n'en ai pas un besoin vital."

Je n'aimais pas parler de mes problèmes d'argent mais, je détestais encore plus mentir à Miho alors, je n'avais pas hésité à le lui dire. De toute façon elle savait que je refuserai son argent. Un cadeau non, ça vient du coeur mais, si elle tentait de me donner ne serait-ce qu'une pièce, elle savait très bien que j'y détruirais. Une fois comme ça, je lui avais dit que je ne voulais pas d'histoire de pognon entre nous et elle avait insisté. Le billet avait brûlé sous ses yeux et elle s'était énervée. J'avais répondu comme si je n'avais rien fait, que puisqu'elle me le donnait j'en faisais ce que je voulais. Dès lors, elle avait de suite retrouvé le sourire, il n'y avait vraiment que moi pour sortir ça après avoir cramé un billet.

Elle me demanda alors ce que je devenais, ce qui me fit sourire. Depuis la dernière fois, il s'était passé bien des choses mais, toutes plus banales les unes que les autres. Enfin, j'avais rencontré ce guitariste, Shino, nous devions former un groupe mais, je n'avais toujours pas de nouvelles. J'informai donc mon amie:

"Il s'est passé des tas de choses plus banales les unes que les autres. J'ai enregistré un groupe de ska appelé "les skaponais", ils sont plutôt bons, sinon j'ai rencontré un guitariste, Shino Akano, il joue plutôt bien et on envisage de former un groupe ensemble. Je lui ai donné mon numéro mais, j'ai oublié de prendre le sien, j'attends donc son appel. Et toi, quelles péripéties as-tu à me raconter?"

Mon instinct me disait qu'elle avait des tas de choses à me dire, sûrement trop de choses pour que nous restions ici. Je choisis donc une ceinture puis, lui saisissant le poignet, je nous dirigeai vers la caisse.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Sam 18 Juin - 17:33

Apparemment tous deux très content, puisqu’ils en étaient presque à sauter tous les deux de joie, Miho ne put s’empêcher de rire et de lui demander comment il avait fait pour casser ses deux ceintures. Chose assez rassurante c’est que Len n’en avait cassé qu’une et en bonne tête en l’air qu’il était, avait oublié qu’il pouvait porter la seconde. Mais, bonne chose de fait que d’être venue le même jour que sa meilleure amie au magasin dans lequel il se fournissait, il allait en plus se faire offrir ladite, ceinture. Elle le lui fit remarquer et eut cette fois-ci, il ne rechigna pas. Elle pouvait lui faire des cadeaux et le dépanner de cette façon puisqu’il ne pouvait pas refuser, mais… le dépanner en lui donnant de l’argent, c’était presque comme lui donner un direct dans l’estomac, les hommes et leur fierté, elle ne comprenait pas. Quoique… dans un sens, notre demoiselle était un peu pareille, ne voulant pas qu’il y ait d’histoire d’argent et pour cette raison, les cadeaux étaient propices. Elle se souvient encore du billet que le jeune homme avait brulé sous ses yeux. Miho avait boudé ce jour-là, mais à sa réponse elle avait soupiré puis avait légèrement ri, elle savait à quoi s’en tenir !

« C’est toi tout craché ! J’espère qu’il te rappellera, je croise les doigts ! »

Dit la petite nippone en s’exécutant, elle ne pouvait pas s’en empêcher, lui souhaiter tout le bonheur du monde était une des choses qu’elle pouvait faire pour lui, puisque oui, il y avait des interdits ce qui était bien normal étant donné leurs conditions. Lui proposer un job à la Heaven aurait été bienvenu s’il ne s’était pas fait ennemi… d’ailleurs, parfois, pour provoquer le petit comité d’ange, il venait la chercher à l’insu d’un certain ange qui avait surement du la suivre quelques fois jusque-là et devait surement se poser pas mal de questions à ce propos. Qu’est-ce qu’une humaine faisait à fréquenter un démon punk ? Puisqu’il venait sans doute d’une autre époque étant donné son air coincé, l’ange devait surement ne pas apprécier et à imaginer sa bouille offusquée, elle en sourit, avant de se concentrer sur la voix de son meilleur ami.

« Moi, j’en ai plein ! Mais il va falloir être patient pour que je te les raconte, on va commencer par sortir du magasin et se poser dans un coin, tu choisis ? Je ne connais que ce magasin ! »

À défaut de ne pas avoir pu se balader souvent dans les parages avec son démon de meilleure amie, la lycéenne paya, tendit le petit sachet au jeune homme avant de lui tirer doucement le bras pour sortir, se laissant ensuite trainer afin qu’il puisse dégoter un de ces endroits tranquilles dont lui seul avait le secret. Après quelques minutes de marche, les voilas assis sur des marches à pouvoir papoter sans risquer de se faire avoir.

« Alors…, j’ai rencontré une fille qui s’appelle Abe Chisako et… je suis sure qu’elle est spéciale ! Après, j’ai fait la rencontre d’un petit démon inoffensif, du moins c’est ce que je pense… et puis j’ai appris que j’avais un ange gardien, si tu l’avais vu ! Il a l’air vachement coincé… mais il est super sympa… d'ailleurs, je le suis attaché… enfin, peut-être un peu trop rapidement, je suppose que le fait qu’il soit mon ange gardien y est pour quelque chose ! Je te le présenterais ! »

Elle fit un peu silence, le temps de reprendre son souffle, de soupirer et d’apprécier l’endroit. C’était un petit patelin avec peu de monde, propre d’ailleurs et il faisait un peu froid. Février mars, était sous le signe du printemps et déjà les fleurs délaissaient quelques pétales à cause d’une légère brise. Comme d’ordinaire, la demoiselle posa sa tête sur l’épaule de son meilleur ami puis releva sa bouille pour pouvoir l’observer en souriant, peu importe ce que les gens pouvaient penser de toute façon.

« Dis, Len, t’as toujours personne ? Comment ça se fait hm ? Je suis sur que tu finiras avec une rockeuse, ou autrement avec une petite fille modèle ! Haha, ça serait bien ton genre de tomber sur ton opposé ! »


{

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Sam 18 Juin - 21:53

Miho espérait que Shino me rappelle et j'étais dans le même cas qu'elle, ignorant que deux jours plus tard j'allais inverser mon portable et mon plat de nouilles. Hors passer au micro-ondes n'était pas recommandé pour ce petit gadget technologique. Enfin, puisque je ne le savais pas encore, il n'est pas nécessaire d'en dire d'avantage. Miho était tout de même incorrigible à toujours me souhaiter le meilleur. Bon, j'en faisais autant pour elle et après tout, c'était normal entre amis. Si elle avait pu me dégoter un job là où elle travaillait, elle l'aurait fait mais, pour moi ce serait du suicide et elle le savait. Enfin, de toute façon, si je n'avais pas de travail à salaire régulier, c'était parce que je l'avais choisi.

Quand Miho sourit, alors que je n'avais rien fait ni dit quoi que ce soit, je compris qu'elle avait pensé à quelque chose. Bon apparemment, elle avait plein de trucs à me raconter mais, elle ne pouvait pas le faire ici. En effet, même si nous étions les seuls clients, le vendeur était de trop. Bien qu'étant un homme fort sympathique, je ne tenais pas à lui révéler tous mes secrets et je ne voulais surtout pas qu'il connaisse ceux de Miho, hors je savais qu'il avait un don qui lui permettait d'entendre tout ce qui se disait dans un champ de 100 mètres comme s'il était à nos côtés. Certes ce n'était pas sa faute mais, c'était comme ça et je préférais garder notre intimité. Miho paya donc les deux ceintures et me traîna dehors. Je déchirai aussitôt le sachet et enfilai la ceinture dans les encoches de mon pantalon afin d'enfin pouvoir le lâcher. J'entraînai ensuite mon ami derrière une vieille maison abandonnée et nous nous assîmes sur les marches.

Une fois installés, j'écoutais attentivement ce que disait ma meilleure amie. Elle avait donc rencontré une jeune fille qui portait le même nom qu'elle et à bien y réfléchir, il me semblait avoir rencontré cette jeune fille au concert de l'autre bouffon. Concert où j'avais d'ailleurs mis un peu d'ambiance. Outre Chisako, elle avait mentionné un certain démon sur lequel j'entendais bien en apprendre plus et elle mentionna Kanon. Ah, elle ne savait pas encore que lui et moi avions déjà fait connaissance, je souris et lui racontais alors tout ce que je pus sur Chisako et Kanon.

"Chisako je crois l'avoir déjà vu, elle était avec un démon plutôt sympa, lui j'ai oublié son nom. C'était au concert d'Haku, juste avant mes pitreries sur scène. Quant à ton ange gardien, ce cher Kanon, c'est un bon gars. Un peu coincé j'avoue mais c'est un bon gars. Comme je l'avais vu te tourner autour, j'ai voulu mener mon enquête et il a eu la même idée. Au début on voulait s'entre-tuer mais, on s'est rendu compte qu'on voulait tous les deux te protéger alors, on a décidé de faire équipe. On s'entend même plutôt bien à ma grande surprise. Un de ces quatre il faudra qu'on se fasse une bouffe tous les trois. Par contre, ce démon inoffensif, c'est qui? J'espère que tu ne parles pas de cet abruti de Kei, lui il est tout sauf inoffensif, heureusement pour moi il m'aime bien."

Miho était une fille gentille et je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose. Hors, ce Kei, Kanon et moi réuni, je n'étais même pas sûr que nous puissions le vaincre. J'avais beau le faire tourner en bourrique, s'il ne m'avait pas à la bonne, je ne serais plus de ce monde. Bon, je n'en profitais pas vraiment, c'était vraiment de la provocation. Enfin bon, quand mon amie posa sa tête sur mon épaule, je lui souris, quittant mes pensées puis, je répondis à ses questions:

"Et non, moi je n'ai pas d'ange gardienne craquante, je suis encore seul mais, ça ne presse pas. J'attends plutôt la création de mon groupe. Pour ce qui est de la raison pour laquelle je suis toujours seul, c'est que c'est pas toujours facile. Une rockeuse ce serait cool mais, ce qui compte c'est qu'elle et moi on s'aime!"
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Mar 21 Juin - 18:55

Voyant Len enfiler la ceinture, elle se retint une nouvelle fois de rire, ne serait-ce qu’en ayant vu le caleçon qu’il portait. Lui se fichait pas mal d’exposer ses sous-vêtements, c’était d’autant plus naturel qu’il était un homme, si ça avait été Miho… il était évident qu’elle n’aurait pas réagi de la même façon. Mais cela dit, elle imaginait déjà les visages qui se seraient tournés sur leurs passages si la galerie avait été pleine et surtout les regards choqués des pauvres passants, enfin, elle était tellement habituée aux bêtises de son meilleur ami qu’il n’était même plus question d’être dans tous ses états ! Elle le laissa l’embarquer derrière une petite maisonnette fort sympathique, bien que ce ne soit pas son trip, mais comme elle ne craignait rien en la présence de Len, elle en profitait.

En lui racontant ses aventures, notre demoiselle n’oublia pas de parler du jeune ange qu’elle avait à présent sur le dos, ce qui n’était pas pour lui déplaire, certes, mais qui était tout de même un souci de plus dans sa petite liste. Pauvre miss, si elle savait à quel point elle allait en avoir des soucis… mais elle referait surement les mêmes erreurs, ne serait-ce que pour son amour, pour ces liens qu’elle avait tissés… soit, le sujet n’étant pas là, elle apprît que le démon connaissait les personnes qu’elle venait de citer, plus ou moins d'ailleurs, et sourit en entendant qu’il avait passé un accord avec son ange pour ne pas empiéter sur le chemin de l’autre, d’ailleurs, elle se sentait fautive d’être si faible comparé à eux deux et éprouvait des remords de n’être qu’une simple humaine, humaine qui malgré tout était plus digne de confiance que quiconque.

« Chisako est adorable ! Et… je suis assez surprise que tu connaisses déjà l’ange… Mah… vous auriez pu vous battre, je ne savais même pas que tu me surveillais ! Hey ! Faut que tu fasses attention à toi aussi, t’es recherché et j’ai la Kronos qui me prend pas mal de temps, il est possible que parfois un ange m’accompagne, tu sais ? »

Elle se mordit la lèvre, soupirant, le laissant continuer avant qu’il ne daigne parlé d’un certain « Kei » qu’elle ne connaissait pas, voyant son inquiétude elle ne put que sourire, lui tapotant l’épaule avant de reprendre la parole.

« Non, je ne connais pas de Kei, en fait c’est un certain Soo Min, un démon qui n’en est pas vraiment un, je suis sûre et… il est sympathique et il tourne autour de Chisako, mais je suis rassurée… en fait, j’ai découvert que… s’il lui tourne autour c’est parce qu’il a surement des sentiments très forts pour elle… ça se sent… mais bon, tu ne dis rien toi ! Bouche cousue, ok ? Je n’ai pas envie de me faire tuer par le grand patron parce que j’ai lâché des infos, de plus… tu es mon meilleur ami alors tu te dois de garder ça pour toi… quelque chose me dit que ce Soo Min… je le reverrais très bientôt… »

Puis très rapidement le sujet dériva sur leurs amours, Miho était toujours aussi seule, quémandant l’attention de quiconque digne de confiance, mais elle ne pouvait pas se permettre d’être naïve et pour cette raison avait du mal à trouver l’âme sœur parmi les humains, chose qui d’ailleurs… se révéla par la suite plus que normale. Cela dit, elle écouta la réponse que lui donna son jeune ami, se mordant la lèvre, se demandant comment il avait fait pour deviner qu’elle avait trouvé ce charmant jeune homme… très charmant. Par la même occasion, elle applaudit légèrement puis répondit, les yeux brillants.

« Mouais… tu me connais si bien que ça ? Il est pas mal… j’avoue, mais c’est un ange et je ne veux pas prendre de risque… puis… je ne le connais pas assez… enfin, cela dit pour ce qui est de toi, t’as des réactions plutôt mignonnes pour un dur à cuir hein ? Monsieur a le cœur tendre ! »

Elle lui donna une petite tape sur l’épaule, puis lui caressa la joue, bien contente d’ailleurs de pouvoir l’approcher comme ça alors qu’il était si violent. Elle se souvient d’ailleurs d’une bagarre qui avait éclaté et à laquelle s’était mêlé le jeune démon, ne serait-ce que parce qu’il voulait bouger un petit peu… bien entendu, elle n’était pas restée dans les parages et n’avait pas eu besoin de réparer les dégâts pour Len puisqu’il était un démon et que les hommes frappent moins fort, donc… pas de réels bobos, mais elle avait été mal pour lui… et surtout ne comprenait pas cette aspiration.


{

}


Dernière édition par Abe Miho le Mer 4 Jan - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Mer 22 Juin - 11:09

Avant que je ne l'entraîne à ma suite, Miho semblait perdue dans ses pensées et vu l'expression de son visage, elle devait s'imaginer quelque chose de drôle. La jeune fille n'aurait pas été ma meilleure amie, je l'aurais sans doute soupçonnée d'avoir eu des idées mal placées mais, vu comme je la connaissais, je supposais plutôt qu'elle s'imaginait la situation en sens inverse, ce que moi je m'interdisais. Certes, dans mon esprit cela resterait une situation comique mais, c'était ma meilleure amie et je me refusais à l'imaginer en sous-vêtements. Certes ce n'était pas bien différent d'un maillot de bain en y regardant bien mais, j'avais un respect profond pour ma meilleure amie. De plus, pour moi, une gaffe comme celle-là n'avait rien de surprenant et Miho était la première à le savoir. Venant d'elle, l'effet n'aurait été comique que pour les autres, et encore, protecteur comme j'étais, il était fort probable que j'aurais tout fait pour cacher Miho aux regards des autres.

Je savais que mon amie n'aimait pas vraiment les coins isolés comme celui où je l'emmenais mais, c'était l'idéal pour discuter tranquillement et pour s'amuser aussi. Enfin, nous avions tant de choses à nous dire que je ne voulais en aucun cas être à la vue des passants. En fait, même si Miho et moi ne faisions que parler, et je n'aurais jamais imaginé plus, j'aimais que nous ayons une certaine intimité. Après tout, nos conversations pouvaient aller d'une histoire dont tout le monde se moque jusqu'à nos plus grand secret. Miho d'ailleurs savait tout de moi, ou du moins tout ce qu'il était nécessaire de savoir. Enfin, il y avait des choses qu'elle ne savait pas mais, elle l'apprendrait assez rapidement. Ce n'était pas que je lui cachais mais, plutôt qu'on ne s'était pas vu depuis.

Enfin, ces choses qu'elle ignorait, je ne m'imaginais pas qu'elle y était liée à ce point. Bon, pour Kanon si puisque, s'il ne lui tournait pas ainsi autour, nous n'aurions sans doute pas chercher à éliminer l'autre. Ce Kanon, il nous avait fallu du temps pour nous apprécier mais, maintenant nous étions comme frères. Pour Chisako, je ne la connaissais pas énormément encore mais, nous devions nous revoir et son nom de famille m'avait tout d'abord intrigué, pas que j'ignorais le nom de famille de ma meilleure amie mais, à mes souvenirs, je n'ai pas utilisé souvent ce dernier. Pour moi, c'était Miho-chan, ou petite Miho quand je voulais la taquiner mais, je ne l'appelais jamais par son nom de famille. Maintenant, je comprenais mieux pourquoi le nom d'Abe me disait quelque chose. Et ce démon qui traînait avec Chisako, pas moyen de retrouver son nom, c'est vrai qu'il n'avait pas l'air méchant, Miho prononcerait sans doute son nom puisqu'elle avait parlé d'un gentil démon. Dans l'immédiat, elle me parla de Chisako et de Kanon puis, elle voulut me mettre en garde. Je souris et répondis:

"Chisako je compte la revoir mais, nous n'avons pas beaucoup parlé. Il y avait un autre démon avec elle, plutôt sympa même si son côté idole m'agaçait mais, j'ai complètement zappé son nom. Ils avaient l'air de bien s'entendre tous les deux. Pour ce qui est de te surveiller, ce n'est pas exactement le terme. Tu sais très bien que je ne fais pas confiance aux anges à part Kanon bien entendu. Hors, tu travailles justement dans leur tanière donc je cherche juste à m'assurer qu'ils ne te feront aucun mal. Pour ce qui est de faire attention à moi, je sais déjà qu'Akira ne m'a pas à la bonne mais bon, cet ange à la noix ne s'occupe pas trop de moi. En plus j'ai bien compris en discutant avec ton ange gardien que ces lieux ne m'étaient pas conseillés. Enfin, tu me connais, les conseils rentrent par une oreille et ressortent par le nez. Ouais c'est sûrement pas la bonne expression mais, tu m'auras compris je pense, je ne me fais pas aux expressions humaines."

A l'évocation de Kei, elle vit bien l'inquiétude que je ressentais. Il fallait dire aussi que ce type était puissant et si elle l'avait trouvé gentil, j'aurais dû la surveiller de plus prêt. Par chance pour moi, j'amusais beaucoup le patron de la Hellsing et du coup, il me laissait tranquille, nous entretenions même une relation assez "positive" d'une certaine manière, d'ailleurs, s'il s'approchait trop de Miho, je lui ferais comprendre que ce n'était pas une bonne idée. Il se retrouverait avec des punaise sur sa chaise, sa poubelle en équilibre sur sa porte et un liquide jaunâtre à la place de son eau, oui bon ça c'était peu probable, je n'étais pas convaincu qu'il boive beaucoup mais, j'inonderais son bureau à la place et je cacherais un nid de frelons dans son tiroir. Quand quelqu'un est trop fort pour moi, je me venge autrement qu'avec des coups de lattes et si je devais m'occuper de Kei, ce serait le cas. Enfin, Miho me rassura, elle ne le connaissait même pas et bingo, ça me revint au moment où elle prononça son nom, Anh Soo Min, c'était lui le démon avec Chisako et elle confirma ce que j'avais cru remarquer. Enfin, c'était censé rester secret, soit. De toute façon ce n'était pas mon rôle de faire circuler des rumeurs sur les célébrités locales. Je dis alors:

"Pour Kei, ce n'est pas plus mal que tu ne le connaisses pas. C'est lui qui dirige la Hellsing, tu as dû en entendre parler. Comme je n'aime pas les idoles et qu'il est à leur tête, je voulais lui donner une petite leçon mais, ça l'a plus amusé qu'autre chose. Depuis, il rigole de toutes les farces que je lui fais même si ça ne l'arrange pas toujours. Enfin, je commence à le trouver drôle aussi et je pense qu'il n'aime pas tant les idoles que ça, c'est juste une question d'argent et parce que c'est plus facile de les manipuler. Soo Min? Je suis presque sûr qu'il était avec Chisako au concert. En tout cas, il y avait un démon avec elle et ils semblaient proches. Malgré ses grands airs, je pense que c'est un bon gars. Dommage qu'il recherche autant le succès. Enfin, tout cela restera bien entendu entre nous, je n'ai pas l'habitude de lancer des rumeurs et puis, si je nous isole toujours quand on est ensemble, c'est justement pour que ce que nous disons reste entre nous. Tu es ma meilleure amie et j'aime bien que nous ayons nos petit secrets."

Tout de suite après, je souris. Après tout, nous avions beaucoup de connaissances communes, c'était drôle. Puis quand nous en vînmes aux amours, j'avais beau avoir dit à Miho que j'accordais la priorité à mon groupe pour l'instant, ce qui n'était pas faux, je me sentais seul. Mon amie avait bien dû le remarquer mais, c'était bien là une chose à laquelle elle ne pouvait rien. Je n'étais pas non plus du genre à courir après l'âme soeur, elle viendrait bien tôt ou tard, c'est juste que j'espérais que ce soit plus tôt que tard.

"Te connaître si bien que ça? Tu en doutais encore? Tu sais, tu as déjà un meilleur ami démon alors un petit ami ange ne changerait pas grand chose. Bon, l'ange en question ne serait pas Kanon je râlerais mais, c'est un bon gars alors je ne peux que t'encourager. Tu sais, les conventions pour ma part, je m'en soucis comme du nombre de fils à mon caleçon. Et je crois qu'en vue des incidents précédents, cette expression ne saurait être plus juste. Moi un dur à cuire? Ouais, en apparences sûrement, face à ceux que j'aime pas aussi mais, avec toi, je crois que je me suis toujours montré sous cette facette, avec un grand coeur."

J'esquissais un large sourire, me rappelant de la fois où elle m'avait vu me battre. A première vue, il n'avait pas de raison apparente mais, j'avais senti à l'aura du type qu'il voulait se battre. Comme il était armé et qu'il avait l'air lâche, j'avais préféré m'occuper de lui avant qu'il ne s'en prenne à ma meilleure amie. J'avais beaucoup de remords à avoir dû me montrer violent devant mon amie et j'avais même refusé de m'expliquer. Je me sentais encore coupable car même si mon acte n'était pas de la violence gratuite, je n'avais pas réussi à tenir une promesse que je m'étais faite à moi même, ne jamais être violent en compagnie de Miho. Enfin, une douce caresse de mon amie sur mon visage me tira de mes pensées, me rappelant qu'elle ne m'en voulait pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Jeu 23 Juin - 19:37

Les paroles du démon étaient beaucoup plus sensées qu’il n’y paraitrait, en même temps, Miho ne jugeait pas à l’apparence et elle avait bien eu raison, preuve en est, Len était son meilleur ami et si elle avait passé son chemin en raison de son accoutrement, non en plus de s’en mordre les doigts de ne pas savoir ce qu’elle aurait pu vivre à ses côtés, elle n’aurait sans doute jamais eu de meilleur ami aussi compréhensif et aussi proche qu’un frère. À cette pensée elle sourit, restant dans les bras de ce dernier, du moins sur son épaule en admirant l’immense sourire qu’il lui avait offert. Elle adorait le voir ainsi et ce n’était pas près de se terminer ! Leur conversation tourna très rapidement à l’inquiétude mutuelle, mais quoi de plus normal quand on sait que le démon est poursuivi par les siens en plus des anges ? Et également que Miho a des fréquentations que le jeune homme n’apprécie pas forcément et… qui ne sont pas recommandées pour une simple humaine. En y repensant, si ce n’est son ange gardien il y avait également Shun, Andreas et bien d’autres… mais la pire de tous, Joo Hee… dont elle n’avait parlé ni à Len ni à son ange gardien pour la simple est bonne raison qu’elle ne voulait mettre personne en danger malgré qu’elle en courait énormément. La petite poupée se racla la gorge, histoire de ne plus y penser et faire douter son ami, répondant à ses questions avec un petit sourire lorsqu’il eut parlé de Soo Min sans connaitre son prénom.

« hm… pour Chisako, moi aussi je dois la revoir, c’est certainement obligé, ne serait-ce que parce qu’elle porte le même nom que moi… et puis, je crois que tu parles de Soo Min, oui, ce petit démon est adorable et oui ils m’ont l’air très proche ! Mais comme je te l’ai dit, il ne faut pas les compromettre… après tout, rien n’est sur et puis… ça ne nous regarde pas, même si j’ai un peu peur pour la demoiselle ! Oh, mais… je sais que tu ne me surveilles pas vraiment, le mot est mal choisi… en fait, j’aimerais juste que… tu fasses attention, écoute-moi au moins hm ? Ta meilleure amie… tu veux bien ? Ne prends pas de risques inutiles à venir me chercher sinon c’est moi qui m’occupe de ton cas ! »

Et pour lui prouver que c’était vrai, la lycéenne lui tira la langue, poursuivant leur dialogue après cela. Ses joues prirent une teinte rosée de par l’évocation de Kanon en tant que potentiel petit ami et bien évidemment si elle avait eu l’idée et se forçait un peu à la chasser, disons qu’elle ne pouvait pas vraiment le faire puisque ses instincts la guidaient, c’était un peu son don qui jouait des siennes ? Ou bien peut-être n’était-ce que sa tête, après tout elle était encore jeune et ne voulut pas trop se soucier de ça. Cependant, elle appréciait fortement le fait que Len accepte de la voir avec un ange… mais pour cela, il devait le connaitre et vérifier par lui-même que la personne, ange, démon ou tout simplement humain ne se fichait pas d’elle et elle en était bien consciente, attendrie par cette pensée.

« Je ne doutais pas non, je voulais juste t’embêter ! Moh… de toute façon, je ne le connais pas assez… et tu sais, je le trouve juste mignon ! hm… enfin, cela dit… si tu t’inquiètes de savoir avec qui je pourrais être, je te promets de te le présenter… je sais à quel point tu te soucies de moi et l’inverse est aussi valable, bien que… moi, je ne puisse pas faire grand-chose face à une entité ange, démon… le cœur y sera quand même. Pour moi, tu resteras toujours un nounours, mais… avec des griffes quand il le faut, c’est mignon quand même ! »

Pouffant de rire, la demoiselle se mordit la lèvre et se reprit bien vite en voyant son meilleur ami si pensif. Une caresse sur sa joue, un sourire, c’était la moindre des choses, elle n’avait pas peur de Len malgré le fait qu’elle savait pertinemment de quoi il était capable… et elle savait qu’il ne voulait pas faire d’erreur avec elle… mais en vivant sur terre… il était bien difficile de ne pas en faire. Un petit soupire… et puis la voilà déjà à réfléchir à ce qu’elle pourrait poser comme questions.

« Dis… tu sais, je suis certaine que tu trouveras quelqu’un qui t’aimera à ta juste valeur… parce que tu le mérites… et puis aussi parce qu’être seul c’est pas marrant… tu sais ce que j’en pense hein… tu connais ma mère… tu sais pour mon père… enfin, mais de ton côté… si je suis certaine que tu ne seras pas seul c’est que… je viendrais te casser les pieds tous les jours s’il le faut ! »

C’était une façon comme une autre de lui dire qu’elle l’adorait, qu’elle ne le laisserait jamais croupir dans un coin sombre, c’était inconcevable, il avait été tellement souvent là pour elle que ne pas lui rendre la monnaie de sa pièce serait pour elle la pire des insultes. Elle l’embrassa sur la joue, reposant sa tête sur son épaule par la suite et observa le jean troué de son ami, arquant un sourcil à la vue de ses poils sur les jambes.

« Dis… rassure moi, tu ne les teins pas hein ? Depuis quand tu as autant de poils toi ? Hey, mais… t’en as pas dans le dos hein ? Len… il va falloir qu’on reprenne les choses en mains hm ? »

Avec un petit sourire sadique, la demoiselle frotta ses mains pour les réchauffer, mais également pour l’avertir qu’elle allait sortir une bêtise qui aurait fait fuir tout homme normalement constitué. Si elle ne se permettait pas avec les autres, elle se permettait avec Len de parler de ces choses-là, de tout, de rien… mais sans jamais dépasser les bornes évidemment, il y a des choses qu’elle ne pourrait confier qu’à une femme, mais sa mère n’étant pratiquement jamais là… il était évident qu’elle ne pouvait se confier… bref, le sujet n’étant pas la, notre demoiselle approcha sa bouche de l’oreille du démon en essayant d’être la plus effrayante possible.

« Fais attention je vais devoir t’épiler ! Muahahaha ! »


{

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Dim 26 Juin - 21:06

J'étais bien, je savais profiter de ces moments avec ma meilleure amie et oublier mes soucis. Il suffisait qu'elle soit à mes côtés pour que je sois heureux, ses sourires, ses caresses et surtout ses grimaces, je connaissais par coeur tous ses gestes et j'appréciais chacun d'eux, d'un côté parce qu'ils étaient affectifs mais, avant tout parce qu'ils venaient de Miho. Je me rappelais notre première rencontre comme si c'était hier, j'étais tranquillement assis sur un muret et je m'amusais à me balancer jusqu'à ce que finalement je tombe. La plupart des gens m'avaient dévisagé, insulté et avaient ri de moi mais, elle, elle était venue m'aider à me relever et m'avait demandé si ça allait. Je lui avais souri et on avait discuté un peu jusqu'à ce qu'elle me demande où j'achetais mes ceintures. Dès lors, nous avions commencé à nous voir de plus en plus souvent et nous nous sommes liés de cette amitié si forte. Ah, je n'avais jamais été aussi heureux de tomber d'un muret car, si je ne l'avais pas rencontré, je n'aurais peut-être jamais cherché à me faire des amis et je serais resté fermé au monde. En y repensant, la première fois qu'on s'était parlé, c'était déjà à cause d'une de mes boulettes, preuve qu'aujourd'hui elle était habituée à mes facéties. Heureusement pour elle car ce n'était pas prêt de finir, j'avais toujours fait l'idiot et je ne m'arrêterais pas de si tôt tout comme je n'étais pas prêt à me séparer de Miho. Elle et moi étions un duo inséparable, unis comme les doigts de la main.

J'observais alors mon amie qui m'offrait un sourire radieux, me disant que j'avais vraiment de la chance de la connaître. Elle dégageait tant de joie, je ne pouvais m'empêcher d'être heureux en sa présence. Heureux mais, ça ne m'empêchait pas de m'inquiéter pour elle et elle aussi s'inquiétait pour moi malgré le fait que j'étais un démon. Bon, cela dit elle n'avait pas tout à fait tort, même si j'étais un démon, je n'étais pas invincible et m'aventurer sur le terrain de jeu des anges n'était pas prudent. Ma meilleure amie me demanda d'ailleurs de ne pas traîner là-bas et j'allais devoir lui accorder sa demande. Bah, j'irais l'attendre deux rues plus loin, ça ne changerait pas grand chose.

"Moi j'ignore pour quelles raisons je devrais la revoir mais, je pense que ce sera le cas puisqu'elle a l'air assez sympa. Bon, c'est vrai que je trouve presque tous les humains sympas mais, pour l'instant je ne me suis pas trompé. Bon, tu restes la meilleure de toutes mais, que ce soit Ren, Chisako ou Shino, le courant est passé avec tous. Enfin disons que Ren ne sait pas vraiment que je suis un démon ni que je ne lui veux aucun mal, c'est compliqué. Pour Soo Minh, je ne sais pas trop comment ça va évoluer mais, je ne veux pas lui attirer des ennuis alors compte sur moi pour rester discret. Bon et comme on n'est pas à trente secondes près, je t'attendrai deux rues plus loin au lieu d'aller t'attendre devant la Kronos. J'espère que ça te va."

Miho me tira alors la langue et je m'empressai de lui la saisir sans serrer, ne voulant pas lui faire mal puis, en souriant, je dis:

"C'est pas très poli, on va te la couper un jour si tu continues!"

J'éclatais alors de rire, toujours plus amusé par les réaction de ma meilleure amie. Elle et moi étions deux grands gamins, d'ailleurs, même si j'étais un démon, je n'étais pas bien plus vieux que mon amie. Ensemble, nous passions notre temps à rire et je dois dire que rien que pour cela, je ne regrettais pas d'avoir trahi les mien, quand bien même je m'en serais retrouvé affaibli, je n'avais pas le moindre remord. La joie que j'avais là sur Terre valait bien toute la puissance que j'aurais pu avoir ailleurs. Tous mes amis étaient une part de mon envie de rester sur Terre mais, les deux qui pour moi étaient les plus importantes étaient Miho et Kimi. Kanon avait également pris beaucoup d'importance pour moi mais, lui était un ange. D'ailleurs, quand j'avais évoqué une relation entre Miho et lui, la miss rougit avant de me dire qu'elle le trouvait seulement mignon. Je ris alors et je dis:

"Mouais, tu sais Miho, je te connais bien maintenant. Je ne t'incite à rien mais, je suis presque sûr que Kanon et toi ressentez quelque chose l'un pour l'autre. Enfin, l'erreur est humaine et dans ma tête je suis plus humain que démon mais, je ne pense pas me tromper. Nie autant que tu veux, on verra ça dans quelques temps! Si j'ai raison, je vous paye le restaurant à lui et à toi! Quant à ma future petite amie, je te la présenterai sans problème. Du moins, le jour où j'en aurai une. Pour l'instant, je t'avouerais que je n'ai absolument aucune fille en vue donc ce n'est pas prêt d'arriver."

En entendant Miho me qualifier de nounours, je ne pus m'empêcher de rire et de pousser un hurlement qui malgré toute ma volonté n'avait rien de terrifiant. Ce qui bien entendu allait sans doute d'avantage faire rire mon amie mais, faire l'idiot était vraiment plus fort que moi. Et même si parfois la mélancolie m'envahissait, ma meilleure amie finissait toujours par trouver les mots pour me réconforter. Alors comme ça elle serait toujours là pour me casser les pieds? Je donnais un coup de pieds juste entre les deux siens sans la toucher et dis:

"Moi non plus je n'ai pas fini de te casser les pieds miss! Comme tu le sais Miho-chan, je serai toujours là pour toi et ce, que tu le veuilles ou non."

Qu'elle le veuille ou non, j'étais con décidément, bien sûr qu'elle le voulait! Elle et moi c'était à la vie comme à la mort, nous étions inséparables et ce pour toujours. Quand elle m'eut embrassé sur la joue, je l'ébouriffai puis, je constatai qu'elle observait les poils de mes jambes. Bien sûr que non je ne les teignais pas, ils étaient naturellement aussi noirs que le charbon. Je rigolais aux éclats en entendant la question et ne répondis pas tout de suite mais, quand j'eus repris mon souffle, je m'esclaffai:

"Tu me prends pour plus idiot que je ne suis ou quoi? Et ne penses même pas... Oh! Comment as-tu oser y penser? Tu ne m'arracherais ne serait-ce qu'un poil, je te le ferais manger, après tout, je suis sûr que c'est comestible!"

J'avais sans doute plus eu l'air d'un bouffon que je n'avais dû être convaincant mais, cela importait peu.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Lun 27 Juin - 22:29

Le temps passe a une allure si vive lorsque l’on apprécie le partager avec les autres ! Mais ce n’était pas n’importe qui, un certain démon dont elle avait fait la connaissance part son look, qui l’avait aux premiers abords fait s’arrêter, puis elle avait voulu lui demander où il prenait ses ceintures, mais n’avait pas pu le faire, car il était tombé. C’était la première à l’avoir défendu, s’être inquiété pour sa santé sans véritablement le connaitre et maintenant qu’elle le connait notre poupée ne pouvait plus se passer de sa présence ! Si les mots n’étaient pas suffisants, elle n’avait qu’à le regarder pour qu’il comprenne le fond de sa pensée. En l’entendant lui envoyer des fleurs, elle ne put s’empêcher de sourire, abaissant la tête en signe de remerciement, elle lui retournera, à coup sûr le compliment, écoutant la suite en acquiesçant. Les attentions de son ami démon la touchaient toujours autant. Bien qu’elle aurait été contente qu’un inconnu réagisse de la sorte, si c’était Len c’était encore mieux, elle n’en attendait jamais plus et pourtant il lui donnait le meilleur.

« Tu es adorable… un nounours, je n’arrive pas à m’enlever l’image de toi en nounours… c’est… tout simplement impossible ! Tu sais, je suis bien contente de t’avoir rencontré parce que tu n’es pas comme les autres et ces derniers temps je rencontre plein de gens comme toi ! Mais, tu restes le meilleur, évidemment… mon meilleur ami est toujours plus que les autres parce que lui… il me comprend ! »

Un petit sourire témoignait de la gêne de la Nippone, elle parlait de lui à la troisième personne pour la simple et bonne raison qu’elle avait terriblement de mal à exprimer ses sentiments. Pourtant, il s’agissait de Len, d’un jeune homme qu’elle appréciait qu’elle connaissait depuis un bout de temps maintenant, mais elle avait toujours du mal à le lui dire, surtout quand il était si gentil avec elle.

« Pour ce qui est de Soo Min et de la Kronos, je te fais confiance ! »

Elle lui tira la langue néanmoins après l’avoir averti qu’il avait intérêt à faire attention et à tenir compte de ce qu’elle disait, Len lui tenait la langue, bloquant ainsi toute réponse. Elle le regarda puis quand il lâcha sa langue s’éclata de rire à son tour, lui tirant trois fois la langue pour la peine.

« Mais euh ! Je tire la langue si je veux d’abord, je ne le fais pas à n’importe quoi… bon, d’accord, je le fais à mon patron… mais il est pas méchant alors je profite, ne ? C’est sur que je ne vais pas tirer la langue à l’autre diablesse de… »

Se rendant compte qu’elle n’avait pas pu tenir sa langue justement, elle se stoppa, soupirant, faisant mine de rien en regardant autour d’eux. Puis elle dériva sur le sujet « Kanon », tien, c’est fou ce qu’il portait un joli prénom celui-là ! Enfin, cela dit c’était assez amusant pour elle, mais embarrassant évidemment que son meilleur ami lise en elle comme en un livre ouvert.

« Je… on verra bien oui ! Et puis, il est pas question de restau, nop ! Tu sais très bien que je préfère éviter les trucs romantiques, j’ai tendance à être un peu trop guimauve… pas bien, pas bien ! Qui sait pour toi… peut-être qu’une fille t’observe dans l’ombre ne ? Et puis tu trouveras quelqu’un, j’en suis certaine ! »

Le petit hurlement que poussa Len fit éclater de rire la petite humaine, conquise par le pseudo hurlement qui n’avait rien d’effrayant ! Lui qui pouvait faire peur aux passants n’avait aucune emprise en réalité, une guimauve avec qui voulait bien de lui et c’était très bien comme ça. Son sourire valait tout le bonheur du monde pour la petite nipponne qui lui caressa la joue. Puis, une fois sa tête posée sur l’épaule de son ami, après lui avoir offert un baiser sur la joue, Miho sourit en parlant des poils de ce dernier, le laissant mêler ses jambes aux siennes en riant.

Comme pour jouer les méchantes, elle voulut lui dire qu’il devait faire attention, qu’elle allait l’épiler si jamais il était trop poilu, mais évidemment ce n’était pas le cas, et de toute façon elle souffrirait autant que lui si elle devait lui arracher les poils à la cire ! Rien qu’en y pensant, elle en eut des frissons ! La réponse du jeune homme la fit de nouveau éclater de rire, se pliant presque à en avoir les larmes aux yeux, elle s’y était attendue ! D'ailleurs, elle voulut lui confesser sa pensée, pour qu’il se rassure.

« T’inquiète pas, premièrement je n’ai aucune envie, mais alors aucune, de bouffer tes poils, et deuxièmement il m’est impossible de t’arracher quoi que ce soit, ne serait-ce qu’un poil ! Profite ! Tu es immunisé contre ma méchanceté ! »

Reprenant elle aussi son souffle, ayant mal aux joues à force de sourire. Elle appuya doucement sur ces dernières et voulut faire frissonner son ami en lui racontant les souffrances d’une demoiselle de son âge.

« Tu sais, souffrir pour être belle n’a jamais eu autant de sens que quand j’ai arraché ma première bande de cire, je crois que j’en ai pleuré tellement ça fait mal… alors, je ne testerais jamais sur un homme, ce doit être… encore pire ! Mah, de toute façon, t’en a pas besoin, t’es bien comme t’es ! »

Un petit clin d’œil lui confirma ses dires, accompagné bien évidemment d’un joli sourire. Il venait de lui remonter le moral en moins de temps qu’il ne le faut pour dire ouf ! Ces deux-là étaient de vraies ressources d’énergie l’un pour l’autre et c’était peu de le dire ! Une vraie bouffée d’air frais ! C’était rassurant de se dire qu’en ce bas monde, un être jugé comme maléfique n’avait pas si mauvais fond, bien au contraire il était un homme comme les autres, les pouvoirs en plus… mais un homme avec un cœur, Miho ne pouvait le voir autrement que comme elle, humain, ce qu’il rêvait sans doute d’être de nouveau.


{

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Jeu 7 Juil - 13:22

J'aurais voulu arrêter le temps pour que ce moment cesse enfin de défiler et puisse durer toujours. En effet, le temps passait tellement vite lorsque j'étais avec ma meilleure amie, je ne le voyais pas passer et à peine nous avions discuté un peu que toujours finissait par arriver le moment de se séparer. Cette fois, j'espérais que nous aurions le temps de parler de tout ce que nous voulions mais, tout était impossible puisque quand nous étions ensemble, nous trouvions toujours quelque chose à dire. Pourtant, ce jour là, nous avions beaucoup de temps puisque la matinée n'était pas encore finie. Oui, nous avions du temps mais, j'en aurais voulu encore plus, toujours plus.

Ah, que nous pouvions être bien en compagnie de l'autre! Il fallait dire que depuis cette fois où elle était venue s'inquiéter de moi, nous étions devenus inséparables et ce, pour notre plus grand bonheur. Oui, car si nous nous étions déjà chamaillés, jamais de dispute n'avait éclaté entre nous, nous nous entendions vraiment bien. Si bien d'ailleurs que même si nous avions eu l'éternité devant nous ce ne serait pas assez.

Je la comprenais facilement et lorsqu'elle abaissa la tête, je su qu'elle voulu me remercier. Je pariais même intérieurement que dans les secondes à venir, la balle me serait renvoyée, j'avais depuis longtemps connaissance des habitudes et du comportements de mon amie et si il m'arrivais d'anticiper quelques unes de ses paroles, je ne doutais jamais de leur sincérité. Oui, bon peut-être quand elle me traitait de gros nounours mais, il fallait dire que je n'en avais ni les griffes ni les oreilles et même si j'étais quelque peu poilu, je ne l'étais pas autant que ces grosses peluches vivantes. Je lui dis alors:

Je ne suis pas encore accro au miel et je ne possède pas tous les attributs de cette bestiole mais, si tu le dis, avec un peu d'imagination ça doit paraître évident. Pour ce qui est de toi dans ce cas, il ne te manque que la chevelure blonde, sinon on pourrait t'appeler boucle d'or. Ben oui, vu que c'est la meilleure amie des ours. Quant au fait que je soit meilleur que les autres, je n'en doute pas une seule seconde!"

J'éclatais alors de rire, prouvant par la même occasion que je n'étais pas sérieux en disant cela. Pas sérieux certes mais, je m'attendais tout de même à ce qu'elle me le dise. Je n'étais nullement surpris et je lui passais ma main dans les cheveux, l'ébouriffant un peu plus encore que je ne l'avais fait jusqu'à présent. Depuis le temps qu'elle me connaissait, elle devait savoir que me voir avant un rendez-vous amoureux ou un entretien d'embauche n'était pas une bonne idée vu ma fâcheuse tendance à la décoiffer.

Quand je constatais que mon amie se sentait gênée, je lui sourit gentiment, c'était drôle de voir que même après tout ce temps, elle devenait timide lorsqu'elle parlait de ses sentiments. Cela dit, il devait paraître tout aussi étrange qu'un démon tel que moi se lie d'amitié si facilement avec des humains. J'étais incontestablement une preuve humaine que les démons n'étaient pas forcément le mal incarné. D'ailleurs, si les anges m'avaient fait passer de l'autre côté du miroir, c'était uniquement pour mon goût trop prononcé pour les farces et le manque de respect de mes supérieurs. Je lui dis alors, me voulant moqueur mais, sans y parvenir:

"Je trouve que ça te va bien, ce petit air timide. Tu devrais le faire plus souvent."

Ma phrase avait d'avantage sonné comme un compliment qu'une taquinerie amicale mais, ce n'était pas grave, il valait mieux ça que l'inverse. Puis elle me dit qu'elle me faisait confiance pour Soo Minh et la Kronos. Même si ça ne m'enchantait pas de ne plus m'approcher autant, la présence de Kanon sur les lieux me rassurait. Si un soucis arrivait, il me préviendrait aussi sec et interviendrait également, Miho ne restait pas sans protection. Enfin, ne voulant pas relancer un débat à ce sujet, je me contentais de répondre par un signe de tête.

Ah Miho, mais quand arrêterait-elle de me tirer la langue? A croire que cette manie était chez elle involontaire et plus forte qu'elle, toujours était-il que cela m'amusait beaucoup.

"N'importe quoi? Merci beaucoup! Je suis un simple objet? Et fais attention, les patrons c'est comme les cochons! Et c'est qui la foutue diablesse à qui tu ne tirerais pas la langue? Est-elle si méchante que tu la prives de ce charmant spectacle?"

Je ris alors mais, j'avais bien vu qu'elle cherchait à me cacher quelque chose. Je le vis encore plus quand elle en revint au sujet de Kanon et je me mis à la dévisager. Je ne la harcèlerais pas d'avantage à ce sujet mais, j'aimerais bien en savoir un peu plus. J'étais désormais convaincu que Miho ne fréquentait pas que des gens respectables et j'espérais qu'elle n'était pas allée se fourrer dans une galère pas possible comme je pensais être le seul à pouvoir avoir. Pourtant mon intuition me disait que la jeune nippone aurait plus que jamais besoin de notre aide à Kanon et moi.

"Un resto c'est romantique à deux. Là, ce sera une sortie entre amis. Enfin, si tu préfère vous viendrez chez moi et on se fera une bouffe. Tu sais, chamallows grillés dans le jardin, à boire, à fumer pour ceux qui fument, des merguez et des godiveaux, comme on en faisait si souvent. Ces derniers temps, l'occasion ne s'est pas présentée mais, on la retrouvera bien à un moment ou à un autre. Quant à une fille qui m'observe? Elle doit être invisible dans ce cas car, je n'en connais pas tant que ça et aucune n'a de vues sur moi, je te l'assure!"

Je parlais sérieusement mais, avec le sourire, évoquant des souvenirs heureux. Puis, Miho éclata de rire suite au rugissement peu convaincant que je venais de faire. Après tout, il y avait de quoi et je fis de même, ne pouvant pas me retenir. Dire que j'effrayais les gens qui me regardaient, s'ils avaient pris le temps de me connaître, ils auraient bien ri.

Nous en revînmes aux soins que nous apportions à nos corps, ce qui m'aurait laissé coi si je ne m'étais pas permis de la taquiner un peu. En effet, à part me laver, je ne faisais pas grand chose pour cela et toutes les facéties dont les filles avaient besoin me faisait rire. Bon, je les comprenais puisque j'étais quand même attiré par elles et j'avais constaté que moins la fille était poilue et plus c'était appréciable mais, d'un point de vu logique, je trouvais cela absurde. Pourquoi les filles devaient-elles ainsi perdre leur temps alors que les hommes non?

"Miho-chan, la beauté intérieur compte plus que tout et pour cela, il n'est pas nécessaire de souffrir. Quand bien même tu serais poilue comme le yéti, je t'adorerais toujours autant. Après, je reconnais que physiquement parlant, c'est mieux ainsi. En plus, ta méchanceté, je ne suis même pas sûr que tu connaisses le sens de ce mot alors, je ne m'inquiète pas!"

J'éclatai alors d'un violent fou rire, non pas de moquerie mais de joie, tant j'étais heureux de passer ce moment avec ma meilleure amie. Puis, cette fois, ce fut moi qui lui tirai la langue, faisant attention qu'elle ne puisse pas la saisir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Mar 12 Juil - 5:10

En y repensant, il était vrai qu’entre eux tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes et c’était sans doute mieux ainsi. Après tout, elle n’avait pas besoin d’un chamboulement de plus dans sa vie, pauvre petite Miho qui avait traversé tant d’épreuves, les choses marchaient un peu plus pour elle ! Mais c’était souvent un mal pour un bien… alors, elle ne s’en faisait pas, en ce moment, ce n’était pas le calme plat et elle pressentait que ça ne faisait que commencer, alors autant profiter de ces instants de purs bonheurs, comme à chaque fois que Len était à ses côtés. Elle sourit en comprenant qu’il n’avait pas compris l’expression typiquement humaine, ah oui… ça, ça ne devait pas être bien rentré.

« C’est… comment dire, le nounours symbolise généralement la douceur, la tendresse… et les griffes, je ne te fais pas de dessin, ça veut dire que je ne doute pas de ta virilité ! Mah, t’as bien raison vante toi ! »

Riant à son tour, la demoiselle finit par reprendre son souffle, épuisée, elle en avait mal aux joues ! Décidément, rien ne valait son meilleur ami pour la remettre un peu sur le droit chemin, encore que la suite… elle se mordit la lèvre, elle avait déjà était blonde, mais… ça, Len ne le savait surement pas elle n’avait conservé qu’une seule photo ou deux… de cette période là, c’était la période « bébé rebelle contre maman », oui, une période par laquelle tout adolescent digne de ce nom devait obligatoirement passer ! Et la petite humaine n’avait pas fait exception. Elle soupira, prenant la main qui venait de l’ébouriffer, faisant la grimace en claquant des dents devant le poigné du démon comme si elle allait le mordre, mais ce n’était jamais le cas, elle n’en était pas capable, pas le moins du monde ! D’ailleurs, elle reposa la main de son ami bien sagement, voulant lui rappeler ses paroles afin qu’il n’oublie pas que pour elle, malgré son manque de confiance, il était vraiment une personne importante, différente des autres, c’était visible, mais on pouvait également le sentir. Elle posa sa main sur la sienne, recoiffant ses cheveux de sa main libre.

« Pour moi… tu es le meilleur, même si tu ne penses pas l’être, tu l’es pour une personne en ce monde »

C’était toujours ça de rassurant, s’il se sentait inutile un jour, il n’avait qu’à penser à Miho et à cette phrase puisque pour la nipponne, il ne l’était pas, il avait au moins une raison pour laquelle se battre sur terre, c’était elle, mais elle ne doutait pas que d’autres personnes croyaient en lui, notamment son ange gardien puisque, commençant à le connaitre, il n’aurait jamais fait confiance à un démon s’il n’était pas sur de ses intensions. Elle faisait sa timide, partant dans des sujets tout de même plus profonds et qui lui demandaient un peu plus d’effort et sentant surement son embarras, Len était venu à la rescousse, une nouvelle fois en riant de ses paroles. Elle lui poka l’épaule, se mordant la lèvre, se retenant d’ailleurs de rire malgré son envie d’éclater.

« Baka, c’est pas si facile, même si c’est toi ! Non, mais ! »

Le sujet dériva vers Soo Min, puis de nouveau, puisque ce problème était réglé sur la Kronos. De nouveau, il n’y avait plus de raison pour s’inquiéter à ce sujet et malheureusement… il y avait ce sujet, celui-là même où elle avait failli se trahir et d’ailleurs ne croyant pas si bien dire. Elle se racla la gorge, mal à l’aise, ne sachant pas trop comment lui annoncer. Miho ne savait pas mentir et encore bien moins à son meilleur ami. Elle sourit faiblement avant d’essayer d’aborder le sujet d’une façon plus… amusante.

« Ah non, je voulais dire par « quoi » démon ! Tu vois, je ne tire pas la langue aux démons, aux anges je peux, aux humains je peux, mais les démons, j’évite… ils ne sont pas tous aussi gentils que toi et Soo Min ! »

Puis elle marqua une pause, sachant pertinemment qu’elle allait se faire gronder. Elle était dans une impasse, ne voulant pas que Len se jette dans la gueule du loup, ni même qu’il avertisse quiconque. Elle savait que cette femme était bien plus perverse, bien plus forte que Len et son protecteur réuni et les voir se faire étriper par sa faute elle ne le supporterait pas. Alors, elle resserra ses doigts sur la main du jeune homme, osant enfin le regarder dans les yeux, l’air grave.

« Écoute… hm… cette… diablesse, c’est une… un démon. Même pire, c’est le mal incarné. Je l’ai rencontré et tu me connais, je pique souvent la mouche et je n’aime pas m’écraser alors elle s’amuse avec moi… à me torturer… mais je la cherche, c’est de ma faute et puis… je ne risque rien, je crois ? Puisqu’elle n’a pas le droit de tuer des employés de la Kronos et euh… je suppose que ce serait mauvais pour son image, alors tu ne t’en fais pas d’accord ? Et… promets-moi que tu n’iras pas la provoquer ! »

Très sérieuse, le regardant vraiment inquiète puisqu’elle connaissait très bien le démon et qu’il était fort possible qu’il n’accomplisse pas sa volonté, mais à voir son inquiétude, peut-être qu’il se freinera ? Elle était toujours vivante après tout et se remettait de ses coups alors ça voulait dire que ce n’était pas si grave ! Bien qu’une fois son genou en avait pris pour son grade, pauvre rotule qui avait fini en un énorme hématome violacé, mais c’était fini et ces derniers temps, elle ne la voyait pas, tant mieux ! Vint alors un sujet plus tranquille qui la fit se détendre et sourire d’ailleurs, combien de fois avait-elle rêvée de participer à l’une de ces soirées qu’organisait Len, juste entre amis, une dizaine au maximum, grand maximum même ! Puis c’était un peu leur jardin secret.

« Avec plaisir, j’ai vraiment hâte ! Je pense que ça pourra se faire, Kanon est vraiment… enfin, je veux dire il a l’air très gentil. Puis je suis sûr que tu ne remarquerais même pas une fille qui te regarde… à tous les coups tu crois que ce n’est pas possible, avoue-le ! »

Souriante, elle reprit un peu confiance en elle, se mordant la lèvre en l’entendant parler ainsi de l’esthétique d’une demoiselle, poilue comme le yeti… quand même, elle avait des doutes, est-ce que s’il l’avait connu dans un état pareil, il se serait laissé approché ? Mah, peut-être après tout, mais il aurait surement été répugné par ses poils ! Fort heureusement, notre demoiselle est coquette et pour cette raison Len ne l’a jamais vu dans un tel… état ! Elle rit de bon cœur avec lui, c’est vrai, elle n’était pas vraiment méchante et même quand elle essayait, elle avait l’impression d’être le chiwawa qui aboie au berger allemand, le comble en somme. Elle essaya de lui attraper la langue, mais c’était peine perdue, il était grand et plus fort qu’elle, elle marmonna, rouspéteuse en raison de l’inefficacité de ses muscles en comparaison de ceux du jeune homme.

« t’es plus fort et plus grand, c’est pas juste je peux même pas t’embêter ! Je trouverais un moyen, je te préviens ! »

Bien sûr c’était gentillet, elle souriait en disant cela, lui tirant donc la langue une nouvelle fois avant de la ranger et d’arrêter de se débattra, s’avouant vaincue.

//Sorry, j'ai mis plus de temps à répondre finalement, mais bon, voila, j'ai répondu quand même et j'espère que ça te plait ^^//


{

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Ven 26 Aoû - 12:47

Cette fois, j'avais compris l'allusion au nounours mais, j'avais voulu plaisanter et elle avait cru qu'encore une fois, je bloquais sur une de ces fichues expressions humaines. Oh, c'était mignon de la voir m'expliquer, comme si j'étais encore un jeune enfant. En fait, à chaque fois que je m'embrouillais avec une expression, elle me l'expliquait et dans ces moments là, on aurait pu croire qu'elle était ma grande soeur. Oui, enfin si on oubliait son visage enfantin qui trahissait son âge. Si incroyable que ça puisse paraître aux gens, cette fille à l'air si angélique traînait avec le rebut de la société que j'étais, ce déchet que tous traitaient de délinquant. Pourquoi était-elle mon amie? Parce qu'elle ne m'avait pas jugé sur mon apparence et qu'elle avait appris à me connaître. Si j'étais un démon, de par les expressions humaines, on m'aurait sans doute plus qualifié d'ange mais, au fond je n'en avais que faire. J'avais bien des pouvoirs en tant que démon mais, me considérant comme humain, je n'y faisais jamais appel. Bon ok, de temps en temps je survolais vite fait un lieu pour aller plus vite mais, ça n'allait pas plus loin. Pourquoi aller jusqu'à refuser d'utiliser mes pouvoirs? Parce que ma meilleure amie est humaine et parce que j'ai pris le parti des humains.

"Cette fois, j'avais compris. Mais, c'était plus drôle comme ça. Enfin ce n'est que mon avis. Je n'ai jamais su rester sérieux très longtemps, je dis ça mais, tu es la première à le savoir, tu es la personne que je fréquente le plus."

Et nous riions tous les deux, sans vraiment savoir si c'était dû à ce qu'on avait dit ou à la présence de l'autre. Pour ma part, il me semblait que même si nous avions parlé de la mort d'un proche, le rire aurait fini par m'échapper, la présence de Miho me rendant si heureux mais, ce rire là, celui que nous avions à ce moment même était le meilleur. Un rire doux, un rire agréable, un rire qui venait du plus profond de nos coeurs. Nous aimions ce moment, nous le chérissions. Pour rien au monde je n'aurais échangé ne serait-ce qu'une seule seconde de ce laps de temps en la compagnie de ma meilleure amie. Alors, intérieurement, je me mis à penser que peut-être, ce serait le moment idéal pour l'Apocalypse. Je ne voulais pas que Miho meurt, moi non plus, je ne voulais pas mourir mais, si ça devait arriver, je voudrais que ce soit dans un moment aussi merveilleux que celui-ci. A défaut d'être avec la fille que j'aime, puisque celle-ci n'existait pas, je serais au moins avec celle à qui je tenais le plus.

Enfin, il y eut un échange de gestes amicaux entre nous, puis Miho me dit que pour elle, j'étais le meilleur. Cette phrase m'avait énormément touché et je n'avais pas pu m'empêcher de la prendre dans mes bras. Les mots ne venaient pas et pourtant, j'avais tant à lui dire. Elle savait à quel point j'étais gentil, je n'avais pas à le cacher pourtant, je finis par la lâcher et au lieu de dire ce que j'avais sur le coeur, je souris et dis:

"N'est-ce pas plutôt Kanon le meilleur?"

Quand bien même je savais qu'elle l'aimait, je savais qu'elle ne l'avait pas omis mais, j'avais décidé de la taquiner. Je n'avais pas franchement l'habitude qu'on soit si gentil avec moi tout en étant sincère et même si j'aurais voulu en faire autant, je n'avais pas trouvé mieux à faire que d'appeler mon inévitable humour débile à la rescousse. Ouais ok mais, cette fois, on voyait qu'au fond, j'avais voulu répondre autre chose. Il m'arrivait de câliner Miho mais en générale, les paroles qui suivaient n'étaient pas une vanne stupide, elle comprendrait sans doute qu'elle m'avait fortement touché et encore une fois, je me sentais être ridicule pour un démon. Et alors? Après tout, je me considérais d'avantage comme humain, ma réaction était donc normale.

Après quelques échanges amicaux pourtant, nous en vînmes à un sujet plus sérieux. Miho me disait qu'elle se méfiait des démons mais, je comprenais bien que c'était d'une en particulier. Elle de son côté, savait que je ne lâcherais pas l'affaire tant que je ne saurais pas de qui il s'agissait. J'insisterai jusqu'au bout du fait que mon amie semblait de plus en plus s'affoler et je savais donc que ce n'était pas rien. Elle avait besoin de mon aide, c'était un fait et je ne l'abandonnerais pas. Surtout que là, ce n'était pas pour me rassurer, ma meilleure amie, la plus inoffensive des jeunes filles, la plus gentille de toute traînait avec une démone qu'elle disait être le mal incarné. Là, elle me demandait de ne rien faire, je n'en croyais pas mes oreilles. Pour la première fois, je manquais de m'énerver après Miho mais, je fis tout pour garder mon sang-froid et y parvins. Je dis alors, avec un sourire malsain et malicieux:

"Le mal incarné hein? Je crois que j'ai enfin trouvé un adversaire à ma taille mais, quelque chose me dit que je ferais mieux de ne pas y aller seul. Non franchement, tu me dis ça et tu crois que je ne vais rien faire? Je te rappelle que je vais même jusqu'à provoquer Kei, tu sais, le président de la Hellsing. Il fait partie des démons les plus puissants connu à ce jour. En fait, il est même fort probable qu'il soit plus fort que ton amie qui serait selon toi, le mal incarné. Franchement, je ne suis pas du genre à promettre des choses que je ne ferai pas et donc, je refuse. Que tu le veuilles ou non, un jour cette garce se prendra mes ranjos dans les dents!"

Je n'aimais pas dire à Miho des choses ainsi, qui allaient l'inquiéter mais, c'était toujours mieux que de lui mentir. Après tout, elle avait dû s'attendre à cela, elle savait éperdument que je n'avais pas peur de ce genre de choses. Et puis zut, je ne pouvais pas la laisser en danger.

Nous en vînmes ensuite à parler des soirées que j'organisais avec des potes, ce genre de soirée où à la fin, on chante tous ensemble, complètement bourrés et défoncés, les chansons les plus stupides qu'on connaisse. Oh, je ne me souvenais même plus si un jour ma meilleure amie avait pu venir mais, ce qui était sûr, c'est que j'avais hâte d'y être. Avais-je déjà vu Miho sous l'emprise de l'alcool? Il me semblait que non et d'ailleurs, je ne savais même pas si je l'avais déjà vu boire ne serait-ce qu'une bière. Ce serait une première sans doute. Hep minute! Miho me parlait encore de fille, comment ça je ne remarquerais pas si il y en avait une qui craquait sur moi? Soyons réalistes, il n'y avait qu'elle et Kimi avec qui je traînais et ce qui était sûr, c'est que ni l'une ni l'autre n'avait le béguin pour moi. Bon, ok je voulais bien croire qu'un jour j'allais trouver l'amour mais, qu'elle ne me dise pas que j'étais pas fichu de le remarquer quand il se présentait. Enfin bon, peut-être ne se trompait-elle pas mais, ce sujet ne m'importait pas vraiment.

Nous rîmes, encore une fois et elle essaya, lorsque je lui tirais la langue de me l'attraper mais, sa croissance ayant été inférieure à la mienne, elle avait beau s'agiter, elle ne parvenait à rien face à moi. Soit disant elle trouverait un moyen, je ris alors puis je dis:

"Alors, manger de la soupe c'est juste une légende par contre, si tu étais plus futée, je suis sûr que tu y arriverais!"

Je la taquinais mais, je n'en pensais pas un mot. Bien sûr, elle était plus maline que moi, ce n'était vraiment pas dur surtout que je ne réfléchissais jamais. Le problème de Miho, ce n'était pas tant son manque d'ingéniosité mais, vraiment sa trop grande gentillesse.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Jeu 1 Sep - 11:43

Touchée ? Que dire de plus, Miho restait à chaque fois bête de voir à quel point son meilleur ami pouvait être franc, il n’avait aucune gêne aucun embarras de lui avouer à quel point elle était importante et si parfois elle faisait des efforts pour lui rendre la pareille, elle avait toujours du mal à le dire, c’était comme ça, une fille reste toujours secrète et Miho s’efforce de ne pas l’être avec ceux qu’elle aime par-dessus tout. C’est ainsi qu’elle sourit aux paroles de son ainée, l’embrassant sur la joue pour lui faire comprendre qu’elle n’en pensait pas moins.

« Pas facile en même temps, vu qu’on te cherche… hm, je devrais te faire rencontrer quelques amis à moi, je suis sure que tu les aimeras ! Enfin, ça dépend… mais disons qu’ils n’ont pas de préjugés »

Souriante, la nipponne, se laissa aller dans les bras de son meilleur ami, apparemment touché par les paroles qu’elle avait prononcées, à ses yeux, il était le meilleur, il avait toujours été la depuis leur rencontre, il ne l’avait jamais trouvé bizarre, en même temps, on pouvait en dire autant de Len, elle ne l’avait jamais trouvé étrange non plus, pourtant tous les deux avaient des styles bien à eux et que peu de gens en ce bas monde appréciaient. Ils étaient plus ou moins marginaux, surtout le jeune démon, Miho était une solitaire, un peu comme une pestiférée aux yeux des autres, ce qui était dommage quand on voyait les jaloux qu’ils faisaient à partager autant de choses et à rire de cette façon que tout le monde enviait. En entendant le prénom de son ange gardien, elle se mordit la lèvre, donna une petite tape sur l’épaule du démon pour reposer sa tête contre lui, relevant son visage pour le voir.

« C’est… différent, Kanon… je ne le connais pas encore si bien que ça… et… et puis, toi je te connais depuis tellement longtemps que, personne ne peut t’égaler et si jamais il y parvient… je pense que ce sera encore différent… vous ne jouez pas dans la même… catégorie… enfin, c’est bizarre de parler comme ça, je sais bien, mais c’est ce que je pense… toi tu es le meilleur des meilleurs, lui… il est… potentiellement… parfait d’un point de vue… euh… »

Il n’y avait rien de mal à le dire, mais c’était embarrassant pour Miho. Elle appréciait l’ange et ce qu’elle essayait de dire c’est que Len était son meilleur ami, Kanon, le parfait amant… mais rien n’était fait et pour cette raison, elle ne voulait pas précipiter les choses et se croire amoureuse alors que ce n’était peut-être qu’un coup de cœur ? Et puis elle n’avait pas envie d’être déçue, même si nous connaissons tous la suite et qu’elle ne le saura pas. Elle changea de sujet, elle qui n’avait aucun tabou avec son meilleur ami avec bien des soucis ces derniers temps, mais la voilà obligée d’aborder le sujet de cette diablesse qu’elle avait eu le malheur de rencontrer. Elle sut à l’instant même où elle avait terminé ses phrases que Len n’allait pas laisser passer ce qu’elle venait de dire, il n’allait pas laisser passer au péril peut-être de sa propre vie, mais elle ne doutait pas de sa malice… sauf qu’elle ne voulait pas le voir prendre cher pour elle, alors qu’elle évitait le plus souvent la confrontation avec la vilaine diablesse.

« U… Un jour peut-être, mais… il ne s’est rien passé de grave et puis… je ne veux pas que tu te battes avec elle, elle est vraiment vicieuse… et si je ne me serais pas enflammé, rien de tout cela ne serait arrivé, et elle ne risque pas de me tuer, c’est promis juré ! Alors…, évite de t’attirer des ennuis hein ? Enfin, plus que tu n’en as déjà… je me demande, comment tu fais, hein ? Pourquoi t’es allé provoquer le grand patron de la Hellsing ? »

Ce qui rendait la jeune femme encore plus mal était qu’elle ne supportait pas d’impliquer les gens précieux à ses yeux dans des affaires comme celles-là. Pour cette raison, elle releva sa bouille, légèrement mal à l’aise et surtout inquiète pour être certaine que son meilleur ami ne se jetterait pas dans la gueule du loup.

« Dis… tu me promets que tu ne feras rien hein ? Si j’ai rien, tout va bien, d’accord ? Je veux pas qu’il t’arrive quelque chose par ma faute… je m’en voudrais énormément… alors…, tu ne fonces pas tête baissée… promet moi au moins ça… que si j’ai rien, tu n’iras pas… »

Oui, elle était très sérieuse la petite lycéenne, très altruiste pour son âge et surtout, fautive dans l’histoire alors elle ne voyait pas pourquoi Len payerai pour ses bêtises. Le sujet dériva bien rapidement sur quelque chose de beaucoup moins stressant, encore que ça restait à prouver, la fête était quelque chose que Miho appréciait, mais elle n’avait pas beaucoup participé et d’ailleurs, elle ne savait même pas si elle tenait l’alcool ou non, ne s’étant pas posée la question puisque pas encore majeure. Chose qui la fit sourire d’ailleurs en y réfléchissant, puisque, comme, connecté à son meilleur ami, elle avait cru comprendre qu’il se posait des questions par rapport à cette soirée, elle aussi ne l’avait jamais vu dans ce genre de situation, était-il du genre à se bourrer pour ensuite dire des âneries plus grosses que lui et ne plus se sentir le lendemain matin ? Ou bien, du genre à ne pas boire ? … définitivement la première solution, de toute façon, il ne risquait pas de lui arriver grand mal s’il savait un tant soit peu se maitriser, en tant que démon… elle n’en doutait pas !

« Dis… c’est vraiment pas juste, vous avez un plus que nous on a pas ! On peut pas boire et avoir un minimum de self contrôle ! Enfin, je dis ça, mais j’ai jamais bu… vraiment, je dois dire »

Puis ils en vinrent à se battre gentiment, ce à quoi Miho rouspéta de ne pas pouvoir avoir son meilleur ami, en plus, il se moquait d’elle ! Moh, elle lui tira la langue pour la peine, une nouvelle fois, essayant en vain de le chatouiller, pour ensuite, abandonner, manque de force, puis surtout, de volonté, certes, il la cherchait, mais elle était d’humeur joviale et n’avait aucune envie de répliquer, voulant profiter au maximum du temps passé avec lui. Elle n’avait jamais pensé à la fin du monde, mais si elle devait y penser, elle voulait être avec les gens qu’elle aimait, et c’était tout. Un mince sourire s’accrocha au visage de la demoiselle, pour ne plus en partir, alors qu’elle se relevait pour tirer la main du jeune homme, lui faire un câlin en se mettant sur une marche des escaliers, puis finalement le regarder avec un sourire grandissant.

« On fait quoi alors ? Après avoir parlé, j’ai besoin de me dépenser moi ! Et toi aussi, sinon tu vas perdre en muscle et en force ! Bon d’accord, pas vraiment… mais bon. Hey ! Si tu me jouais un morceau ? Y’a un magasin musique dans les parages, non ? Tu pourrais peut-être tester une batterie, mais bon… je suis pas sur que le proprio appréciera… on s’en fiche ? »


{

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Ven 4 Nov - 17:11

Les lèvres de Miho, après avoir affiché un sourire, se posèrent sur ma joue, je souris à mon tour. En fait, je laissais même échapper un léger rire qu'elle n'avait probablement même pas remarqué. Les mots, elle en jouait moins facilement que moi mais, ça c'était le grand problème des humains. Dire ce que l'on ressent, ce n'est pas spontané chez eux. Pourtant, pour moi, ce n'était vraiment pas la peine d'en faire tout un plat. Quand je pensais quelque chose, je me permettais de le dire, quand bien même cela pourrait vexer la personne. Je me souviens de cette fois où, dans le train, j'avais abordé un cadre pour lui dire qu'il puait des pieds. Autant dire qu'il n'avait pas apprécié mais, je crois que de toute façon, il m'appréciait déjà pas. Il avait essayé de me mettre son poing dans la figure, ce qui lui avait valu un bras cassé. Ah ouais, je comprends mieux pourquoi les humains évitent de trop se chercher entre eux, ils sont si fragiles mais, pourquoi ont-ils tant de mal avec les sentiments positifs?

"Me présenter tes amis? Pour faire quoi? J'espère que tu n'essayes pas de jouer les agences matrimoniales, non parce que si c'est ça, je préfère me débrouiller. En fait, je ne suis même pas sûr qu'une copine ça m'intéresse, elle sera toujours là à me dire fais pas ci fais pas ça! Et puis, pourquoi s'emmerder avec une quand on peut s'éclater avec plusieurs?"

La dernière phrase était une blague de ma part. Cette phrase me venait de Shino, il l'avait sortie dans la conversation et lui semblait d'avantage sérieux. Peut-être lui se permettait-il de courir les jupons. Toujours était-il que je voulais voir la réaction de Miho. Elle allait sans doute se fâcher tout rouge que je dise de pareilles choses et je la comprenais. J'avais beau être un démon, j'étais un sentimental. Puis surtout, quel intérêt y avait-il à aller courir à droite à gauche quand on avait tant de bons moments à vivre avec une seule personne? Je croyais en cette possibilité qu'un jour je m'attacherai à quelqu'un et que cette fille me pousserait dans mes derniers retranchements pour sauver l'humanité. Je n'étais malheureusement qu'un démon mineur aussi, je me demandais déjà si je serais à la hauteur le moment venu. Shino lui semblait y croire malgré qu'il n'était qu'un humain alors, je devais y croire aussi. La force est avant tout la volonté. Je devais être fort!

Miho se calant dans mes bras, je sortis de mes sombres pensées et souris. Elle commença alors à me comparer à Kanon, ce qui me faisait tout drôle. En effet, je ne parvenais pas vraiment à comprendre ce qu'elle disait mais, au moins, ses sentiments étaient clairs. Je savais très bien que j'étais son meilleur ami et il était clair que Kanon était celui qu'elle voulait pour amant. Je souhaitais désormais de tout coeur que cela lui arrive. Après tout, j'étais convaincu qu'un jour ça se ferait entre eux. Pourquoi pas après tout? Miho était gentille et plutôt jolie, Kanon n'avait aucune raison de lui dire non. Je souris alors et dis:

"Je crois que je vois ce que tu veux dire. J'espère que Kanon aussi te trouve parfaite. Content de savoir que pour toi je suis le meilleur mais, chacun a un avis différent. C'est pourquoi je pense qu'il n'y a pas de meilleur mais, tout dépend aussi de quel domaine. Si on prend les maths, je suis tout sauf le meilleur même si je sais que deux et deux font cinq, je risque de ne pas pouvoir bien plus."

Et encore une fois, je parlais pour ne rien dire et je me lassais moi-même tant mes discours était futiles. Je plaignais Miho qui pourtant, semblait aimer ma façon de parler. Il n'y avait d'ailleurs qu'avec elle que je trouvais toujours un truc à dire, aussi débile soit-il et surtout des trucs débiles d'ailleurs puisque j'étais débile. Ouais enfin y a des limites hein! Oui, faut être réaliste après tout, j'étais un démon et je détenais certaines connaissances que les humains n'avaient pas mais puisque je n'en faisais pas l'usage, on pouvait en faire omission.

Aussi agréable que fussent mes paroles pour Miho, elle semblait gênée d'aborder le sujet de Kanon. Je savais à quel point il était dur pour les humains de parler de l'amour alors je n'insistais pas mais, je lui souhaitais tout le bonheur du monde. Enfin, je fus contraint d'aborder des sentiments plus sombres car je sentais qu'en dehors de Kanon, quelqu'un d'autre errait dans les pensées de ma meilleure amie. Là, elle se montrait bornée mais, je l'étais plus qu'elle. Cette démone qui l'embêtait, quoi qu'elle fasse, elle payerait pour avoir fait du mal à Miho. J'entendais bien lui faire payer cher ses actes car s'il y a bien quelqu'un à qui il ne faut pas chercher des crosses, c'est bien Miho. Là, cette folle qui s'en est pris à elle, elle va retourner directement en Enfer sans passer par la case départ et elle ne touchera pas deux cent mille yens.

"Je m'en fous de qui a cherché qui, elle t'a fait du mal et ça, c'est interdit! Tu sais quoi, aussi vicieuse qu'elle soit, je peux être pire qu'elle. On ne touche pas à mes amis, surtout pas à toi. Si à l'heure actuelle, elle a une gueule potable, j'espère que par la suite elle pourra se payer de la chirurgie esthétique encore que là où je vais l'envoyer, elle en aura pas tellement besoin. Pour ce qui est des ennuis, c'est facile, j'ai pas de limites et les gens aiment pas toujours. Quant à Kei, pourquoi je l'ai provoqué? Parce que je trouvais ça drôle!"

J'éclatais alors de rire. Il fallait dire que ma réponse était plus qu'évidente à mes yeux. Pourquoi devrais-je toujours avoir une raison? C'est drôlement plus simple de faire les choses parce que ça nous amuse, ou plutôt c'est simplement plus drôle. Je n'avais pas l'habitude de me prendre la tête et c'est cette no limit attitude que Miho semblait avoir du mal à comprendre. J'étais un démon et dans le pire des cas, si je mourrais, ce serait pour être renvoyé en Enfer où je devrais attendre quelques temps avant de pouvoir revenir. Ouais enfin non, je pouvais mourir définitivement aussi mais, les chances pour que ça se produise étaient infimes.

"Il me semble pourtant avoir été clair, je refuse de promettre car je ne fais jamais de promesse que je ne pourrai pas tenir et ton espèce de garce, j'entends bien lui casser toutes ses dents. Aussi, je veux bien te promettre de m'en sortir en un seul morceau mais, je ne peux pas te promettre de ne rien faire."

Je souris alors. Cette promesse là non plus n'était pas sûre mais, je devais absolument la rassurer. Il n'y avait rien d'autre à faire en attendant la baston entre la folle et moi. Toujours était-il qu'en attendant le combat, je m'entraînerai ardemment. J'avais une volonté de fer, Miho serait vengée en temps voulu.

Puis, la conversation tourna à la fête. Miho semblait s'inquiéter sur la consommation d'alcool, ce qui m'amusa beaucoup. Je me dis qu'elle devait ne pas résister à ce breuvage traître et je dis en riant:

"Tu sais, c'est drôle d'être bourré et moi, vu que j'y résiste d'avantage, je me prépare des cocktails un peu spéciaux. Ainsi, je suis bourré à la même vitesse que les autres. Enfin disons que je tarde moins à les suivre. Puis après tout, j'ai jamais choisi d'être un démon."

Et là, c'est le drame, je me remets à penser à ce que j'ai perdu, fut un temps où moi-même, j'avais dû être un humain comme tout le monde. Oh allez, plutôt que de se plaindre de ce que j'ai perdu, je devrais être content de mes nouveaux pouvoirs. Au moins, je peux protéger mes amis plus efficacement. Ma force était décuplée, je pouvais voler, etc...

Puis, nos chamailleries me sortir de ces pensées difficiles. Je me mis à chatouiller Miho et elle tentait en vain de riposter. Elle manquait encore de ruse pour m'avoir. Puis, elle se leva et me tira à elle pour me faire un câlin. Ensuite elle m'exprima son désir de bouger et je lui répondis en souriant:

"Pas de soucis mais, tu veux pas plutôt qu'on aille au studio? Je préfèrerais utiliser ma batterie perso et puis, comme ça je pourrai aussi t'apprendre les bases. Enfin si ça te tente."
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Sam 5 Nov - 22:41

Miho sourit en le voyant réagir de la sorte, elle savait pertinemment qu’il n’était pas du genre sociable, du moins pas avec n’importe qui, mais elle s’étonnait toujours de le voir comme ça. La Nippone aurait tout donné pour être aussi forte que lui et ne pas avoir de soucis en tête, mais elle savait pertinemment qu’il en avait, même un démon a ses problèmes ! Ça l’inquiétait, mais elle ne préférait rien dire de toute façon il allait faire quoi pour la rassurer hm ? Lui dire qu’il n’allait plus chercher les autres ? Impossible, ce serait contre sa nature, il a toujours été comme ça d’aussi loin qu’elle puisse s’en souvenir.

« ,Mais non voyons ! Je veux dire, parce que tu es un démon… ils s’en fichent en fait de ce que tu es… je suis sur qu’ils te plairont pour ça, parce que c’est un bon groupe qui ne se soucie pas de l’appartenance enfin… tu m’as comprise »

Puis elle réalisa la deuxième partie de sa réponse et écarquilla les yeux, commençant à lui taper doucement le bras.

« Tu… tu ! »

Elle soupira, riant légèrement, le pinçant un peu après s’être rendu compte qu’elle s’était fait avoir. Après tout, elle connaissait bien Len, suffisamment en tous les cas pour savoir qu’il n’était pas de ce genre, même si « profiter de la vie » pour lui, c’était aussi ça, il ne recherchait pas qu’un coup d’un soir, il ne cherchait même pas du tout, il voulait juste tomber sur une gentille fille ou pas d’ailleurs… juste, une fille dont il serait amoureux, LA fille.

« Roh… quelle mauvaise blague ! En plus, on n’est pas si embêtantes que ça… pas toutes… pas sur tous les sujets… bon, on est tous un petit peu, d’accord ! Mais tu me vois commander quelqu’un hm ? Et puis je suis sure que de toute façon tu trouveras quelqu’un, tu le mérites ! Une fille qui pourrait t’adoucir un peu et pour laquelle tu te battrais moins ! Haha ! »

Une façon de lui rappelait qu’il l’inquiétait souvent par rapport à sa conduite, mais qu’elle lui faisait confiance, il s’en sortait toujours et elle espérait que c’était bien vrai, qu’il s’en sortirait toujours quoiqu’il puisse arriver. Ils dérivèrent sur le sujet en parlant de Kanon et de file en aiguille, la lycéenne ne put se retenir, vu ses taquineries elle lui avait avoué avoir un faible pour lui. Elle avait également dit que Kanon ne jouait pas dans la même catégorie, mais regrettait bien vite ses paroles, car, elle n’aimait pas parler de « catégories » en parlant de personnes, pour elle, il y avait des différences, le démon était son meilleur ami, l’ange était un potentiel amant et elle rougit à cette pensée. Len avait compris, fort heureusement pour elle d’ailleurs et elle sourit, bien contente qu’il puisse aussi bien la comprendre, si peu de gens y parvenaient qu’elle se disait parfois qu’elle devait être trop étrange.

« Tu as raison… chacun te verras différemment, mais pour moi tu es le meilleur, alors que tu le veux ou non tu es le meilleur pour quelqu’un ! »

Elle lui tira la langue une nouvelle fois, puis sourit, ne pouvant s’en empêcher bien longtemps, il arrivait toujours à la faire sourire quoi qu’il puisse arriver ! Même quand elle déprimait totalement, il suffisait que Len passe dans le coin pour qu’elle puisse être un peu mieux, voir même totalement remise, il était tellement pour elle… ah… elle soupira, puis essaya de rattraper ses mots, de faire diversion, mais rien ne marchait, Len n’était pas né de la dernière pluie et le connaissant la petite humaine s’attendait à ce qu’il lui dise qu’il n’allait pas lui promettre une telle chose. Gagné, elle avait eu raison, Len n’était pas près de laisser les choses ainsi et ça faisait déjà peur à Miho. Elle sourit quant à sa remarque vis-à-vis de Kei, ce fameux grand manitou de la Hellsing et se mordit la lèvre.

« J’avais oublié qu’il ne te fallait pas forcément une raison pour ça ! »

Il était inconscient et pourtant toujours vivant, elle l’enviait, elle… elle aurait été prudente à sa place et surement se serait faite abattre. Peut-être que c’était comme ça chez les démons ? Parce qu’il est fou, alors on le garde, on le laisse vivre ? Peu lui importait, il était là et elle le câlina, bien contente qu’il soit là.

« Bon… alors si tu promets de t’en sortir en un seul morceau… ça m’ira… mais tu le promets ! Tu ne croises rien hm ? »

Il tenait toujours les promesses quand il n’avait pas croisé évidemment et Miho s’était souvent fait avoir, mais au fur et à mesure elle connaissait les ficelles… alors forcément, il ne croisait plus, puis ils avaient passés l’âge de se promettre des choses idiotes, il s’agissait ici de vie et de mort et tant qu’il disait qu’il reviendrait en vit, la petite brune se sentirait déjà mieux, parce qu’il tiendrait sa promesse. Elle se mordit la lèvre, par sa faute il allait surement souffrir.

« Je n’aime pas… quand tu veux prendre ma défense, Len… tu sais, je peux m’en sortir hein ? Elle ne me tuera pas alors… ça va, non ? »

Elle ne lui avait rien fait de vraiment méchant non plus, quelques blessures partielles et encore c’était extrêmement rare ! Puisque rares étaient les fois où Miho croisa son chemin. Elle lui poka la joue, le tirant doucement par la main, commençant déjà à marcher en équilibre sur le bord du trottoir pour s’amuser tout en écoutant ce que Len avait à dire. Ils avaient changé de sujet pour ne pas trop s’en faire et ça marchait souvent, bien qu’une fois seule, Miho avait tendance à ressasser et qu’elle s’en voudrait, mais c’était une autre affaire, là elle voulait profiter et passer le reste de la journée à l’embêter, à essayer diverses paroles pour le convaincre de ne pas aller voir la femme démon qui la martyrise une fois de temps en temps.

« Mah, je préfère pas tenter, on sait jamais ! T’es fou de vouloir être bourré toi ! ‘Fin… même temps, tu n’en mourras pas, c’est rassurant ? Dis… Len… tu ne m’as jamais dit comment tu… c’est normal… pardon, j’avais oublié ! »

Ah… c’est vrai, c’était triste d’être un bon démon ! Quand on sait que ces derniers oublient leur vie humaine, c’est vraiment triste. Comment rendre un démon plus docile s’il cherche à savoir ce qu’il était avant ? Son identité humaine influe-t-elle sur celle du démon ? Bien plus proche d’un humain qu’un ange ? Ah… tant de questions, pourtant elle ne pouvait avoir de réponses… c’était dommage ! Un jour elle demanderait peut-être à son patron ? Quoiqu’ile en soi, elle avait envie de bouger et en fit part à son ami, qui était du même avis. Ses yeux s’illuminèrent quand il lui proposa de lui apprendre un peu, même si elle n’était surement pas une bonne élève, au moins elle s’amuserait ! Puis avec Len comme prof c’était même certain !

« Oh ouais ! On y va, on y va, on y va ? »

Elle lui sauta sur le dos, laissant les gens qui passer les prendre pour des fous en profitant pour câliner le bon gros nounours qui lui servait de meilleur ami. Elle était excitée rien qu’à l’idée qu’il lui apprenne quelque chose et surtout de pouvoir aider le jeune démon, parce qu’elle se doutait que son petit chez lui devait avoir besoin d’un coup de neuf ! Rien de mieux que de nettoyer à deux, mais ce sera après les cours de batteries, histoire qu’ils puissent se défouler joyeusement avant d’entamer les choses sérieuses (bien que ce ne soit jamais sérieux bien longtemps avec ces deux là ! Mais chut !).


{

}


Dernière édition par Abe Miho le Mer 4 Jan - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop
Dim 6 Nov - 19:01

Ouais, c'était sympa de sa part mais, à dire vrai, j'avais pas tant de mal que ça à m'intégrer. Non, pas vraiment. J'étais un démon et j'avais un pote Hunter, ça devait bien vouloir dire que je pouvais me débrouiller. Enfin bon, il fallait dire que tout le monde n'était pas obligé de savoir que j'étais un démon. Shino l'avait su car il avait un pouvoir. Miho, j'avais confiance en elle et du coup, je le lui avais dit. Kimi n'étant pas humaine, je n'avais pas besoin de lui cacher. Bref, il y avait toujours une raison mais, la plupart le savait. Pour les quelques autres personnes que je fréquentais, soit elles le savaient, soit elles le savaient pas mais, je faisais toujours en sorte que ça se passe au mieux. Bon, il était évident qu'un jour je me prendrais la tête avec un Hunter un peu trop extrémiste ou alors avec un ange qui ne peut pas blairer les démons mais, quoi qu'il arrive, je saurais m'adapter. Pourquoi? Parce que je sais ce qu'il peut se passer et c'est à moi de gérer. Le fait que je sois un très jeune démon me rend très peu différent des humains et je sais me faire accepter. D'ailleurs, c'est avec eux que je m'entends le mieux et comme je suis jeune, je n'ai pas encore pris connaissance de mon immortalité. Enfin bon, je souris à mon amie puis, je lui répondis:*

"Bon, si c'est juste ça, y a pas de soucis, ce sera avec plaisir. J'espère au moins qu'ils aiment faire la fête! Cela dit, je ne m'en fais pas à ce niveau là, tu me connais assez bien pour ne pas me présenter des gars chiants."

Puis, je souris à Miho, c'était ma meilleure amie alors, elle me connaissait mieux que personne. Si elle disait que j'allais m'entendre avec quelqu'un, ça ne pouvait qu'être vrai. Enfin après, il y a aussi l'exception qui confirme la règle mais bon... Allez, je préférais de loin lui faire confiance que me dire qu'elle allait me faire rencontrer des gens prise de tête. Miho savait avec quel genre de personnes je m'entendais. Oui enfin, elle savait tout de moi, enfin presque tout mais bon...

D'un coup, elle se mit à rire et je compris que c'était dû à ma petite plaisanterie sur les filles. Ouais, elle me connaissait bien et elle avait compris que je n'étais pas du tout sérieux. Cela ne l'empêcha pas pour autant de me faire une remarque, remarque amusée certes mais, remarque quand même. Elle m'amusa mais, il y avait une part de son discours qui n'était pas que plaisanterie. Elle s'inquiétait sans cesse pour moi. Ouais, je devais faire un effort mais, je n'en avais pas l'habitude. Puis de toute façon, ça ne me ressemblait pas. Je pouvais faire attention lors de mes facéties mais, j'avais besoin de les faire quand même. Le jour où j'arrêterais toutes mes pitreries était loin d'être arrivé, Je n'avais aucune limite et il était temps que ma meilleure amie le comprenne. Enfin, je voulais qu'elle comprenne mais, à défaut de, elle me faisait déjà confiance et c'était le principal. A mon tour, je ne devais pas la trahir et je n'en avais aucune intention.

"Ouais, toi t'es pas trop chiante mais, toi tu ne seras jamais ma petite amie. Pour ce qui est d'une fille qui ferait que je me batte moins, cela voudrait dire qu'elle est plus forte que moi et, le fait que je sois un démon et que je m'entende surtout avec les humains, c'est peu probable. Que tu le veuilles ou pas, et il en va de même pour moi, la baston, c'est pas quelque chose que j'arrêterai de si tôt!"

Tout en finissant ma phrase, je lui adressais un sourire navré. Je n'aimais pas la violence même si j'adorais me battre. Contrairement à certains qui se battaient pour voir le sang couler, moi je me battais pour me battre et la victoire m'importait peu. Ce goût pour la baston, c'était peut-être pour cela que je ne trouvais pas de copine mais, peu m'importait, je n'en avais jamais fait ma priorité. J'étais avant tout un musicien qui adorait faire la fête et se défouler. Par contre, si moi je n'étais pas fichu de me trouver une copine, je sentais que Miho était éprise de Kanon, ce type que j'appréciais énormément. Je lui souhaitais vraiment tout le bonheur du monde avec lui mais, ce n'était pas encore fait. Bah, ça se ferait, j'en était convaincu.

"Toi, tu es pour moi la meilleure et je te souhaite que tu le sois aussi pour ton petit monsieur ailé."

J'eus alors un sourire naïf comme elle n'avait jamais dû en voir sur mon visage. Ah, je devais être marrant avec mon air tout gentil. Enfin, ça ne dura pas éternellement, bien que je garde le sourire, j'arborais désormais mes traits habituels. Quant à elle, encore et encore, il fallait qu'elle me fasse la grimace. Bah, moi aussi je savais faire et je lui la tirai alors en riant. Elle avait une mémoire de poisson bulle, toujours oublier que je passais mon temps à provoquer les autres sans raison. Pourtant, c'était une habitude chez moi, c'était même plus fort que moi, je ne pouvais pas rester tranquille trop longtemps. Kei était d'ailleurs ma victime favorite et j'adorais l'embêter. Lui aussi s'amusait de mes facéties mais, peu m'importait, je m'amusais. Là, je lui préparais une petite surprise bien amusante. Je comptais aller faire un petit tour à la Hellsing et condamner leur toilettes. Bien sûr, lui risquait de moins aimer, surtout lorsque plus personne ne pourrait se retenir. Kei lui, étant un démon n'aurait pas ce soucis mais, justement, voir tous les humains affolés car ils ne peuvent plus se retenir allait lui faire péter les plombs.Ah et puis, je ferai en sorte que chaque chiotte se transforme en geyser afin de tout inonder.

"T'as pas trop à te plaindre toute façon, t'es pas victime de mes farces!"

Je souris alors. En effet, Miho était l'une des rares personnes que je n'avais jamais cherché à piéger. Bon ok, il m'arrivait de la chatouiller ou autre mais, c'était nos chamailleries de meilleurs amis, ni plus ni moins. Décidément, j'étais vraiment chanceux de l'avoir rencontrée et ce par le plus grand des hasards. D'ailleurs, la plupart du temps, quand on se voit, c'est par le plus grand des hasards. Aujourd'hui encore, c'était le hasard qui nous avait réunis.

No limit, voilà les deux seuls mots qui autrefois résonnaient dans ma tête. Depuis ma rencontre avec la jeune fille, j'étais bien moins téméraire, je prenais bien le temps d'analyser la situation avant de foncer tête baissée. Là, ma promesse de m'en sortir indemne lui donnait confiance... du moins un peu, pas totalement. Enfin bon, elle devait s'attendre à ce que je ne reste pas les bras croisés. Tiens ben en parlant de croiser, le souvenir de quand on était un peu plus jeunes et que pour ne pas tenir nos promesses, nous croisions les doigts. Ah, je n'y avais jamais vraiment compris, les humains trouvent toujours un truc pour mentir.

"Et que veux-tu que je croise? Aujourd'hui je n'ai croisé que toi. De toute façon, si on avait croisé un troll, toi aussi tu l'aurais vu!"

J'avais sorti cette vanne dans le but de la faire rire mais, j'avais peur désormais qu'elle crois que je la prenais pour une andouille. Ce n'était pas le cas mais bon, j'étais tellement demeuré des fois qu'elle aurait très bien pu croire le contraire.

"En fait, le fait qu'elle ait tenté ne serait-ce qu'un petit acte à la con, ça me suffit pour lui exploser le derrière à coup de rangers. Je vais pas attendre qu'elle te tue pour m'occuper de son cas. Mieux vaux prévenir mais, pas la police que guérir le docteur!"

Allez hop, encore une expression humaine que j'avais foiré malgré moi mais bon, elle comprendrait sans doute ce que je voulais dire. Ouais, la vieille garce ne l'avait pas tuée mais, si par la suite elle le faisait, je ne pourrais pas la ressuciter et moi, je ne voulais pas la perdre. Quand on a une meilleure amie comme elle, croyez moi, on fait tout pour la garder.

D'ailleurs, nous avions changez de sujet, on voulait profiter des moments passés ensemble. Nous marchions le long du trottoir et nous en vînmes à des propos plus festifs. Je dansais rien qu'à l'idée d'une soirée avec mes potes et Miho autour de quelques bouteilles d'alcool et d'un feu de camp.

"La folie n'est que l'absence de limites. Quand on boit, on n'a plus aucune limite. Pour cela, je n'ai pas besoin d'être bourré mais, quand on est bourré, on ne réfléchit même plus et ça, c'est super funky! J'adore être bourré juste parce qu'à ces moments là, je ne me dit pas que je regretterai ce que je vais faire. En étant bourré, tu peux jouer à des jeux sans te dire que ça va avoir des conséquences. De toute façon, tout le monde est bourré et ne pense qu'à s'amuser."

Miho avait voulu me demander un truc mais, elle s'était ravisée. Que pouvait-ce être? Je n'en avais pas la moindre idée et j'aurais voulu savoir mais, mon instinct me dit qu'il valait mieux pour moi l'ignorer. Je savais que mon amie s'intéressait énormément à mon appartenance démoniaque mais, elle savait que certaines questions restaient sans réponses.

Nous prîmes finalement le chemin de ma maison, elle sur mon dos et moi trottinant. J'ignorais royalement le regard des gens, j'étais heureux de passer du temps avec ma meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Heureux hasard à l'Underground Hardcore Shop

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.N.J.U.K.U :: Centre commercial :: Magasins-