† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Mar 10 Mai - 20:41

ici

25 Fevrier ;; Soirée
Toru Shinji & Abe Miho



Son corps avait malgré tout besoin de repos, c’était la raison qui l’avait poussé à roupiller toute la matinée. Faut dire qu’ainsi le temps semblait lui être utilement utilisé. Son après-midi fut rempli par un shooting et le tournage d’une pub qui malgré tout le fit traîner à l’agence jusqu’en début de soirée. Alors qu’il sortit de l’agence, il s’alluma un bâtonné empoisonné pour l’inspirer tout en marchant tranquillement, ne sachant pas où allé, pas pressé de rentré, il se rendit compte que ses jambes l’amené en direction d’un cimetière, de ce cimetière. Il écrasa la cigarette finie et observa le portail du cimetière, les mains dans les poches. Pourquoi retourner là ? Il poussa le portail qui se mit à grincer, il balaya rapidement l’endroit qui était tout bonnement désert, la nuit commençant à tomber, personne ne s’aventurerait ici. Il avança doucement, sa marche se faisant entendre par le grincement du gravier, ce qui lui arracha une légère grimace, Shinji aime se faire silencieux.

Le portail, légèrement en pente, se referma de lui-même. Il continua de marcher lentement, avant de s’arrêter devant une tombe. Cette même tombe où était recueillie cette demoiselle… Cette jeune fille qui lui rappelait tant une certaine personne… Il considéra la tombe quelques longues minutes avant de finalement s’accroupir il observa encore une fois le nom, la petite photographie, les dates. Lentement, presque incertain, il frôla le marbre gris du bout des doigts, il posa ensuite sa main à plat, sans s’appuyer dessus pour autant. Là des grincements se firent entendre, une légère brise se leva. Le démon baissa les yeux et enleva rapidement sa main de la tombe. Elle était là. Son cœur s’accéléra légèrement sans savoir pourquoi. La nostalgie le touchait tant que ça ? Non, c’est juste absurde, il soupira discrètement pour se dissuader lui-même. Les avant-bras posés sur ses genoux, il continua d’observer la tombe. Il n’avait pas encore eu l’occasion de réellement parler avec cette demoiselle, il ne connaissait d’ailleurs pas encore son prénom. Shinji connaissait simplement le lien qui unissait ces deux humains. Et lui, lui avait juste dit qu’il l’avait connu et n’avait appris sa mort que récemment.

-Aurais-je ce soir le droit de savoir comment il est mort ? »

Le mannequin écouta attentivement les explications de la demoiselle quant à la mort de cette personne. Il tourna son visage vers celui de la demoiselle, affichant un léger sourire comme pour lui dit « bonsoir ». Elle semblait moins peinée que la première fois qu’il l’avait vu. Si il savait pour son don, il ne l’aurait sûrement pas abordé. La voix, le vocabulaire qu’elle utilisait pour parler de son grand-père montraient l’affection qu’elle lui apportait, du moins, il lui avait laissé de bons souvenirs. L’état de la tombe est aussi une bonne indication, bien qu’ils n’étaient appartement pas si proche que ça, mais cet attachement montre sûrement la volonté qu’elle a d’avoir voulu le connaître plus. Le démon finit par se lever et s’écarta légèrement pour laisser la demoiselle faire son recueillement. Glissant ses mains dans ses poches, il l’observa discrètement avant de regarder autour de lui. Son instinct ne l’avait pas trompé, elle était seule.

-C’est dangereux de venir dans un tel lieu à une heure aussi tardive… Surtout pour une charmante demoiselle. »

C’est vrai après tout, les cimetières, aussi tard, et même la rue, on peut y faire de très mauvaise rencontre, la preuve, il y a bien un Toru Shinji en liberté.


Dernière édition par Toru Shinji le Lun 23 Mai - 18:50, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Ven 13 Mai - 18:07

Dès qu’elle le pouvait, notre mistinguette adorée se rendait sur la tombe de son grand père, dans le désir qu’il la pardonne de ne pas l’avoir connu aussi bien qu’elle l’aurait souhaité. Elle aurait sans aucun doute passé le plus clair de son temps avec lui, s’imaginant déjà à apprendre les tous de passe-passe qu’il lui aurait montré, c’est en souriant qu’elle s’aventura dans le cimetière, frissonnant. L’endroit était assez inapproprié surtout à la tombée de la nuit, du moins début de soirée. Se mordant les lèvres, la brume dévoila une silhouette posée sur la tombe de son grand-papa. Elle se figea, croyant sentir un danger, mais il n’en était rien s’il ne savait pas son don. Pour cette raison, elle se tut, s’approcha lentement, s’inclinant pour le saluer

La première phrase que sortit cet inconnu pas si inconnu que ça… fut au sujet de la mort prématuré du vieil homme. Miho hésita quelques instants avant d’ouvrir la bouche sans qu’aucun mot n’en sorte, complètement désemparé. Elle savait qu’il avait connu son grand père, du moins d’après ce qu’il prétendait, mais elle ne comprenait pas quel était l’intérêt de vouloir venir maintenant et surtout pourquoi elle ne l’avait jamais croisé lors de ses visites.

« Il… il est mort à l’hôpital… suite a une opération qui l’avait au préalable affaibli… »

Bizarrement elle se souvenait lui avoir rendu visite dans cet hôpital, il souriait toujours, il était toujours très doux et même lorsqu’elle avait pleuré, il l’avait réconforté en la serrant contre lui. Cet homme qu’elle aurait voulu connaitre un peu plus était à présent poussière et elle le savait, il veillait sur elle de là haut, croyant fortement aux anges et qu’il devait en être un puissant.

Le jeune homme la sortit de ses rêveries, lui disant qu’il était dangereux de sortir à une heure pareille, surtout dans un endroit comme celui-ci. Ce qui suivit n’aurait sans doute pas plus à Kanon et elle eu un petit sourire à cette pensée, notamment au fait que l’étranger n’aurait certainement pas dit ça s’il savait… pauvre démon. Elle releva son visage, frissonnant une nouvelle fois.

« Je… je n’habite vraiment pas loin et je suis accompagnée, seulement… il n’a pas voulu entrer dans le cimetière. »

Mensonge, mensonge… mais qu’adviendrait-il d’elle si elle disait être seule ? Ce n’était jamais le cas, certes, puisqu’au moindre danger, Kanon accourrait, c’était certain. Seulement, elle avait peur de cet homme qui l’avait à plusieurs reprises, guettée. Elle passa sa main dans sa nuque, observant le visage du jeune homme puis lui tendit son autre main, ramenant la première le long de son corps.

« Enchanté… je… je m’appelle Miho, il me semble que je vous ais déjà vu, mais je ne saurais dire où, si ce n’est bien sûr dans ce… cimetière. »

C’était amusant comme elle perdait tous ses moyens, mais pas son sang froid cependant, essayant de garder l’esprit clair pour ne pas faire de gaffe et surtout, pour pouvoir poursuivre la conversation. Qu’avait-elle de particulier pour attirer autant d’êtres surnaturels en ce moment ? Bon, elle devait bien l’avouer, son ange gardien c’était plus ou moins normal, sa sœur également, mais en revanche Soo Min, elle n’aurait pas du le voir si ce fichu patron n’avait pas décidé de lui confier la tâche du baby-sitting. Elle avait la côte avec les démons ? Remarquez que Chisako aussi… ce doit être de famille.

« Vous… Vous l’avez connu comment ? »


{
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Dim 15 Mai - 16:39

Une opération alors ? Voilà ce qui avait coûté la vie à cet inconnu ? Et pourtant, la médecine a fait d’énormes progrès, il se souvient encore du 18° siècles, la médecine était en plein essor, les docteurs étaient vus comme des dieux, et tout le monde croyait que tout pouvait désormais être guéries. Mais si tout pouvait être soigné, si tout le monde devenait immortel, la terre serait insuffisante pour contenir tout le monde. La convoitise et l’ego de l’humain n’auraient jamais pu accepter ça, il y aurait eu des guerres, chaque jour, un pas de travers aurait été une bonne raison pour tuer. La mort est inévitable, elle fait parti de la vie. L’endroit n’est pas conseillé pour se promener à une heure aussi tardive, surtout pour une demoiselle, et cela Shinji ne se retient pas de le lui dire. La miss lui affirma qu’elle était accompagnée, ce qui arracha un petit rictus au démon qui voyait bien qu’elle mentait.

-Pas la peine de te forcer à me mentir, je ne vais pas te manger… »

Quoi que ? Mah, bien qu’elle soit appétissante, il est vrai, il ne voyait pas l’utilité de lui faire un mal quelconque. Non, elle lui rappelait juste cette personne qu’il avait rencontrée, il y a bien longtemps maintenant… Pas seulement par la situation, mais aussi par ses traits. Shinji remarqua un léger tremblement au niveau de ses épaules, il est vrai qu’il ne fait pas bien chaud, en tant que démon il est un peu moins sensible que les humains, ça ne veut pas dire qu’il ne ressent rien. Mais pas le temps de réfléchir, son regard se posa aussitôt sur la main qu’elle lui tendit, par réflexe, il eut un léger mouvement de recul mais se remit tout aussi rapidement en place.

« Enchanté… je… je m’appelle Miho, il me semble que je vous ais déjà vu, mais je ne saurais dire où, si ce n’est bien sûr dans ce… cimetière. »

-Ce n’est pas impossible… Je m’appelle Shinji »

Prénom pour prénom. Il hésita puis prit doucement sa main dans la sienne pour la saluer. Elle avait la peau douce, tout comme « elle ». La main froide… « elle » aussi les avait souvent froide, il se souvient, difficilement, quand il les lui prenait et les frictionné doucement, soufflant dessus pour les réchauffer. Être nostalgique d’une telle période est puérile. Les anges sont ses ennemis, à cette époque, il était faible, donc gentil. Ce n’est plus le cas maintenant. C’est du moins ce qu’il se répétait sans cesse : quand on est tendre c’est qu’on est faible. Il se rendit compte qu’il tenait encore sa main, il la lâcha rapidement.

« Vous… Vous l’avez connu comment ? »

-Hum… C’était il y a un peu plus de cinq ans… Par hasard. Une bande d’étudiants l’avait heurté et affirmait que c’était lui qui les avait bousculés… Ils l’ont donc insulté… »

Et Shinji a joué son preux chevalier ! Lui, il devrait faire acteur en plus de mannequin, il aurait la côte. Tout ce qu’il avait plus qu’à espérer, c’est qu’il y a cinq ans, cet homme ne soit pas dans un autre pays à cette époque. Uriel avait bien vu avec la date de sa mort, et si il s’agissait d’une opération, il y a cinq ans, le bonhomme devait être encore sur pied.

-Il ne fait pas bien chaud, je t’offre une boisson chaude ? Il y a un bar pas très loin… »

Pourquoi l’inviter ? Pour en savoir plus sur elle ? Peut-être bien. Ou juste parce qu’il est trop fier pour admettre que cette époque lui manque, surtout quand il se trouve prêt de la dénommai Miho… Parce qu’elle lui rappelle tant cette personne qui lui a fait ressentir tant de choses qu’il n’arrive pas à nommer. Il ne sait même pas ce qu’elle est devenue… Shinji glissa ses mains dans ses poches et marcha doucement vers le portail, ne marchant pas trop vite pour qu’elle puisse le suivre si elle accepte sa proposition. Après tout, qu’est ce qu’elle risquait, hum ? Il ne comptait pas lui faire de mal et puis dans un bar, il y a du monde, donc il y aura toujours quelqu’un pour l’aider si il y avait un problème.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Lun 16 Mai - 14:27

Oops, elle s’était fait repérer, en même temps ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, Miho n’était pas une bonne menteuse et de toute évidence, elle n’était pas accompagnée. Enfin, cela dit ce n’était pas entièrement faux, la demoiselle avait un ange gardien prêt à la secourir au cas où. Elle changea de conversation, légèrement mal à l’aise, se présentant un tant soit peu pour pouvoir effacer la bêtise qu’elle venait de faire puis elle sourit voyant qu’il lui répondait. Shinji ainsi se prénommait le bel étranger. Ne sachant plus trop quoi dire, il y eut un moment de silence avant qu’elle ne demande comment il avait connu son grand-père et sa réponse était assez plausible, même si elle pensait qu’il y avait anguille sous roche, elle, par politesse ferait semblant d’y croire. Ne voulant pas s’attirer ses foudres elle préférait jouer les crédules pour ne pas se faire croquer. Bien qu’elle n’ait pas peur, notre petite poupée prenait toutes les mesures de sécurité possible pour ne pas se mettre dans le pétrin et devoir se retrouver face à Kanon qui la gronderait surement.

Puis, dans un élan de bonté ou pour mieux la croquer, le grand méchant loup proposa de prendre un verre. Il n’avait pas tort, il ne faisait pas chaud et d’ailleurs Miho avait frissonné, peut-être était-ce pour ça qu’il était si… prévenant ? Dans le but de se réchauffer un peu, elle accepta, hochant la tête avec un léger sourire. Pour l’instant… il ne présentait aucun danger et de toute façon n’avait pas l’air de lui en vouloir alors profitons-en pour faire connaissance. Elle avait un avantage sur lui pour l’instant, sachant qu’il était démon… en revanche, lui il ne connaissait pas sa situation, le fait qu’elle ait un don et puis qu’elle soit au courant de tout le bazar sur terre ces derniers temps avec l’envahissement d’anges et démons.

L’endroit où il l’amena semblait plus ou moins correct, mais pour la petite humaine, tout pouvait paraître malfamé lorsqu’elle ne connaissait pas lorsqu’elle était dans cet état. Elle scrutait de son regard sombre les personnes accoudées au bar et celles qui étaient rares, assises à des tables par couple ou seules. Ce n’était pas fameux, mais douillet, au moins ça ne ressemblait pas trop aux quartiers chauds dans un desquels elle avait mis les pieds pour retrouver Kanon, c’était certain, elle n’y pointera plus le bout de son nez ! Il faisait chaud, il faisait bon… elle alla s’asseoir attendant qu’on les serve, frissonnant se sentant néanmoins plus à l’aise que dans le cimetière. Puis de cette façon, notre petite curieuse pourrait discuter avec le démon et en apprendre davantage.

« Alors hm… vous venez souvent voir mon grand-père ? »

Refusant totalement de parler de lui comme un cadavre, elle espérait surtout qu’il fasse de même, après tout, il est mort, mais son esprit pas totalement et le fait que Miho le porte en son cœur le fait un peu plus vivant qu’il ne l’est… c’était un ange maintenant, elle en était persuadée. La poupée ne savait plus trop quoi pensé perturbée du fait que deux démons ne lui voulaient pas de mal, bien au contraire… il fallait qu’elle lui pose la question, mais comment ne pas se mouiller ? Elle fit mine de réfléchir, prenant une bouille concentrée, regardant en l’air en penchant sa tête, c’était amusant, sa langue dépassée d’ailleurs, avec ses couettes elle ne trompait personne, elle était bien lycéenne. Mais il ne fallait pas qu’elle réfléchisse trop longtemps et d’ailleurs fut coupée dans ses pensées par l’intervention d’un serveur. Elle avait sursauté et s’était bien gentiment rassise comme il fallait puis s’était raclé la gorge.

« hm… un chocolat pour moi »

Pauvre petite demoiselle qui n’osait pas demander plus, en même temps elle ne le connaissait pas trop et espérait pouvoir le connaitre, pour cette raison, elle sourit, gênée par son absence de quelques secondes, puis reprit la parole après avoir préparé le prix pour sa commande. Non, elle ne comptait pas profiter de la gentillesse d’un démon. Bien entendu, elle avait arrêté de relier automatiquement le mot « démon » à « mauvais » dès qu’elle avait rencontré Soo Min, qui sait après tout ce qu’ils sont réellement et pourquoi ils en sont arrivés là ? Ce serait les condamner sans même leur avoir laissé de chance.

« hm… et sinon… qu’est-ce que vous faites dans la vie ? »

Remarquez qu’elle vouvoie le jeune homme surement à peine plus vieux qu’elle, du moins en apparence, et que lui la tutoie, pour une fois ce n’est pas elle qui prend l’initiative, mais son interlocuteur, c’était déstabilisant, mais au moins elle ne passait pas pour une folle furieuse, ou bien une dévergondée. Elle sourit donc, plus à l’aise d’un seul coup en repensant à tout cela. Elle sourit au serveur, buvant un peu dans sa tasse et comme à son habitude, se brulant la langue. Elle fit la moue, peu fière d’elle, posant la tasse le temps que le breuvage refroidisse.

« hm… j’arrive à me faire des chocolats chauds… à point, pourquoi personne n’y arrive hm ? »

Soupirant, la demoiselle s’étira un minimum, ne voulant pas faire de geste brusque pour ne pas gêner son entourage et risquer de s’accrocher avec l’un des hommes de ce petit bistro, à vrai dire elle ne serait pas venue si elle n’était pas accompagnée. Elle reporta son attention sur la tasse, se rappelant vaguement qu’elle devait rentrer chez sa mère et non à l’internat, ouf ! Une bonne chose puisqu’elle n’aurait pas pu rester si tard et d’ailleurs… elle n’allait pas s’attarder pour ne pas abuser du temps précieux du démon et par la même occasion de l’accueil plus ou moins charmant de cet endroit.

« Vous venez souvent ici ? »

Question idiote, il ne l’avait peut-être pas mené à l’aveuglette… quoiqu’elle ne le connaissait pas alors autant savoir s’il l’avait fait exprès ou non… en même temps, peu lui importait, ce n’était pas ça qui l’intéressait. Avant toute chose, elle pensait avoir le contrôle de la situation et se débrouiller plus ou moins bien, mais ce n’était surement pas le cas, se perdant dans ses pensées.


Dernière édition par Abe Miho le Mer 4 Jan - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Mer 18 Mai - 17:47

C’est tout innocemment, pour une fois, que le mannequin proposa d’aller se réchauffer dans un lieu public, pour ainsi la mettre en confiance peut-être. Mais peut-être qu’il n’aurait pas du, elle lui fait ressortir ses instants d’ange qu’il croyait avoir oublié depuis une éternité. C’était dangereux pour lui de se rappeler de ça, alors sûrement, pour se défouler, il ira à la rencontre de quelques humains pour leur faire ce qu’il aime tant faire sous les yeux d’AhSi~. Arrivé dans le bâtiment, il prit la direction d’une table dans un coin de la pièce. Il préfère toujours avoir le mur dans le dos, ainsi il peut se concentrer sur la pièce et les personnes qui s’y trouvent.

-Hum, à dire vrai, non… Je n’ai pas vraiment le temps. »

Et oui malgré tout son travail officiel lui prenait un peu de temps~ pas plus mal, sinon les journées lui paraîtraient bien longues. Il croisa les bras sur le bord de la table et détailla son visage de poupée, au fond, elle « lui » ressemblait plus mentalement que physiquement… Mais sa voix, les mots qu’elle emploie, sa gestuelle, c’était tellement semblable… Il observa la pièce, personne ne leur prêter attention, tant mieux, il n’avait aucune envie qu’un écervelé vienne lui demandé une photo ! Le serveur vint s’ajouter à la table pour prendre leur commande, il laissa la demoiselle parler en première avant d’opter pour un thé. Et oui, il n’est pas alcoolique ! Il fixa le bord de la table comme pour voir à travers le bois pour voir ce qu’elle trafiquer, quoi qu’il avait pas besoin d’être devin pour comprendre.

-Je te l’ai dit, je te l’offre, alors range moi ça. »

Son ton n’était pas agressif, il s’adossa à sa chaise et soupira doucement. Il n’est pas ce qu’il y a de plus loquace comme personne… quoi que, quand il veut il peut devenir une vraie pipelette ! Mais par chance la demoiselle semblait en savoir un peu plus sur lui, ce qui étira un rictus ses commissures.

-Et toi ? Tu es étudiante je suis sur… »

Pas tellement dure là aussi à deviner, elle paraissait jeune, peut-être…18 ans ? 19ans au maximum. Il croisa les jambes avant de daigner répondre à sa question.

-Achète le prochain « ELLE » et tu seras. »

En effet, il a eu un shooting il y a peu pour se magasine, le numéro où il devait apparaître sortait le week-end qui arrivait. Son regard se porta sur le serveur qui revint avec les commendes, il dégaina son portefeuille et en sortie un billet qu’il donna au serveur. Il décroisa les jambes et prit sa tasse entre les mains, les laissant se chauffer très rapidement. Son regard s’arrondit légèrement quand il comprit qu’elle venait de se faire mal avec sa boisson chaude. Il retint son envie de commander un verre d’eau afin qu’elle puisse se calmer sa brûlure… Il lâcha un soupir quand elle lui demanda si il venait souvent.

-Tutoie-moi, ça sera plus pratique. »

Il porta sa tasse à ces lèvres et but une gorgée du liquide avant que le serveur ne lui apporte les monnaies. Rangeant les pièces, il posa ensuite son regard sur la poupée.

-Je ne viens pas souvent. »

En vérité c’était même plutôt rare, puisqu’il ne venait que peu souvent au cimetière, et c’était principalement pour la croiser. Il ne savait pas si il pouvait lui poser des questions, partager entre l’envie de la connaître un peu plus, au risque de s’attacher à elle, et l’envie de l’ignorer car il trouve ça idiot de s’attarder sur quelqu’un qui lui rappelle un passé tout aussi absurde. Il soupira discrètement et posa sa tasse sur la table, sans toute foi la lâcher. Il posa son regard sur la fumée qui en émané.

-Tu es quelqu’un de spécial, n’est-ce pas ? »

Il attendit quelques secondes avant de relever son regard vers le sien, le visage neutre, il cherchait des réponses, mais il est vrai que sa question pouvait porter à confusion. Il ne faisait là que demander, de façon extrême indirecte, comment elle faisait pour le rendre ainsi. Une question plus à lui-même qu’autre chose…

-C’est quoi ton secret ? »

Un petit sourire s’afficha sur son visage. Rien d’ironique ou de sadique. Pour une fois. Non, peut-être juste l’instinct du méchant qui reprend un peu le dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Sam 21 Mai - 13:10

Voilà un jeune démon bien mystérieux, il n’a pas vraiment le temps et pour cette raison la demoiselle attendit quelques instants avant de demander quelle était donc sa profession pour qu’il soit si peu libre de ses faits et gestes ? Elle voulut par ailleurs payer sa part, mais il le lui interdit, rappelant qu’il l’avait invité. Surprise, elle rangea ses affaires, se mordant la lèvre avant de se bruler la langue ce qui fit légèrement peur au démon, elle l’avait bien vu, mais étant donné qu’elle était habituée ces derniers temps, il n’y avait donc pas de mal et il n’eut pas besoin de lui ouvrir la bouche pour vérifier que ça ne l’était pas… oui, Miho avait tendance à s’imaginer toute sorte de scénarios improbables et tout aussi délirants les uns que les autres. Cela dit, après avoir posé sa question, elle eut droit à une drôle de réponse qui la fit pencher sa tête sur le côté, essayant de comprendre.

« Vous êtes photographe ? Journaliste ? Mannequin ? »

À quoi bon répondre à sa question, c’était une évidence, elle était jeune et elle faisait son âge, ou pas… quoi qu’il en soit, elle but tranquillement, appréciant la douceur du chocolat, se léchant les babines. Il lui demanda de le tutoyer, chose qui était d’ordinaire très simple pour la petite casse-pieds, mais qu’elle refusait de faire lorsqu’elle n’y était pas autorisée avec ce genre de personne, après tout, il n’avait rien de familier si ce n’est peut-être qu’il était proche de son grand-père. Elle était un peu plus détendue cependant en voyant qu’il n’avait pas l’air de vouloir la croquer et encore bien moins de la torturer, il voulait vraiment passer un moment tranquille avec une humaine et c’était ce qui était fascinant chez lui. Pour la peine, elle voulut demander… mais se ravisa, se souvenant qu’il ne devait pas savoir sa condition d’ado spéciale. Sauf qu’elle optait pour le choix du métier du jeune homme plus pour le journaliste que le mannequin, parlant de secret…

Mal à l’aise, Miho ne comprit pas, se mordant la lèvre, son cœur battait rapidement et elle n’eut pas le temps de répondre que, sauvée, ou non par une bagarre, des cris se firent entendre, des haussements de voix et finalement quelques coups retentirent. Elle se leva immédiatement, regardant derrière elle pour constater que deux hommes ivres se cherchaient mutuellement querelles et qu’ils étaient sur le point de déclencher une immense baston… Paniquée, la Nippone se recula vers Shinji, essayant de s’éloigner le plus possible des chercheurs, tandis qu’elle réclamait intérieurement la présence rassurante de son ange gardien. Elle se maudissait d’avoir accepté d’entrer là-dedans, mais en même temps ce n’était pas la faute du jeune homme et pour cette raison, elle resta à ses côtés, lui, bien plus apte à la défendre qu’elle-même.

« On… on devrait peut-être partir, avant que ça dégénère et qu’on finisse à l’hôpital… »

Elle n’avait pas eu le temps de lui répondre et ne sachant pas dans quel sens prendre ses paroles ne préférait pas le faire, mais elle se promit qu’à leur prochaine rencontre elle lui ferait part de sa réponse et par la même occasion lui racontera la vérité sur son compte, espérant ne pas trop le chambouler, bien qu’il soit un démon… elle l’appréciait déjà, pour son lien avec son grand-père et pour sa gentillesse envers elle, d’autant plus que le danger ne venait pas de lui, mais de ce bistro mal fréquenté.

Soudainement, elle se sentait très mal d’avoir agi ainsi, d’avoir cachée sa nature à une personne qui aurait pu devenir proche d’elle et le fait étant qu’elle allait payer le prix, il allait surement découvrir qu’elle était « spéciale » mais pas comme il l’aurait souhaité, puisque cette situation était propice pour l’apparition d’un certain damoiseau, preux chevalier qui allait certainement lui faire des remontrances. Des deux côtés, anges et démons, elle se fera, de toute évidence gronder… et elle n’aimait pas ça, comme si elle avait choisi cette situation, comme si elle avait choisi d’avoir un don… bien entendu, elle ne regrettait pas, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort après tout, et par la même occasion, elle connaissait Kanon grâce à cela… et ne voulait perdre ce lien pour rien au monde. Mais avant qu’il ne débarque, elle voulut mettre en garde son ami, ou peut-être plus…

« Je… je suis désolée… mais, oui je suis spéciale et je pense que vous… tu es loin de t’imaginer à quel point… mais j’espère qu’on aura l’occasion d’en reparler… vraiment… »


{
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
}


Dernière édition par Abe Miho le Mer 4 Jan - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Sam 21 Mai - 14:08



Uriel n’aime pas, vraiment pas se rappeler, se comporter, comme il était avant. Mais quand il se trouvait devant la demoiselle, il ne pouvait s’empêcher de redevenir ainsi, protecteur. Elle lui rappelait tant cette personne qui l’avait chamboulé. Des siècles s’étaient écoulés mais il ne l’avait jamais oublié et il ne l’oubliera jamais. Il a beau tout faire à l’opposé, au fond, il reste un ange gardien, rien de plus, rien de moins, il était fait pour ce travail… Il lui demanda, presque amusé, ce qu’elle avait de spéciale, quel était son secret~ mais en rien il ne pensait à son don, tout bonnement parce que l’idée qu’elle en ait un ne lui jamais traversé l’esprit. Il jeta un coup d’œil un peu plus loin, deux hommes commençaient à se chauffer, sauf que la tension monta rapidement, Shinji ne bougea pas, observant juste, mais la demoiselle semblait bien plus inquiète.

La voyant se lever, il leva les yeux vers elle et se leva à son tour en la voyant s’approcher, elle semblait vraiment inquiète. Il fut même surpris de la voir se rapprocher autant de lui. Le démon sourit à l’entente de ses quelques mots… Quant à l’hôpital, c’est plus ces humains idiots qui y finiront que eux deux, car oui, il ne les laisserait pas l’approcher. Plus qu’inquiète, elle semblait être préoccupée, ce qu’elle lui avoua sur sa « spécialité » fit froncer les sourcils du jeune démon… Qu’est-ce qu’elle cachait ainsi ? Mais le bruit d’un verre sifflant attira son attention, il passa un bras autour des épaules de la demoiselle et la serra contre lui alors que le verre atterrit contre le mur plus loin.

-Partons… »

Il lui prit la main et la tira derrière lui, ainsi il savait où elle se situait et en étant en avant, il pouvait prévoir, plus ou moins certes, les gestes des hommes. S’approchant de la porte, Shinji se fit bousculer, il colla un croché du gauche à cet idiot avant d’accélérer le pas. Quelques personnes sortirent des lieux pour éviter la bagarre générale. Sans lâcher la poupée, il dut pratiquer un demi-tour, la laissant contre le mur deux secondes le temps d’éloigner deux ivrognes qui se tiraient les cheveux, vraiment, près de la porte. D’un mouvement de tête il fit signe à l’humaine de partir. Il sortit à sa suite. Quelques mètres plus loin, il posa sa main sur son épaule pour qu’elle lui fasse face.

-Ça va ? Tu n’as rien ? »

Il observa son visage puis jeta un coup d’œil de bas en haut, elle semblait aller bien, mais quelque chose lui fit froncer les sourcils. Il tourna la tête et aperçu cet homme… Comme par réflexe, Shinji, se trouvant légèrement en arrière par rapport à la demoiselle, passa un bras autour de la miss, au-dessus de sa poitrine, comme pour signifier à cet étranger qu’il ne devait pas approcher… Si non Shinji allait s’énerver, et ce n’est pas jojo à voir. Seulement, le garçon avait une prestance trop importante pour être humain et il sentait le plumage de canard à trois kilomètres. Uriel baissa les yeux sur la miss puis regarda de nouveau l’ange… Pas la peine de lui faire un dessin, il lâcha la demoiselle et sans un mot, il leur tourna les talons pour mieux s’éloigner très rapidement. Il n’avait aucune envie de faire connaissance avec l’ange gardien de la dénommer Miho. Mais pour sûr, il allait lui demander des comptes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

avatar


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Sam 21 Mai - 19:58

J’étais chez moi quand j’avais ressenti le malaise. Tout de suite la chose m’avait paru louche. Quelques minutes plus tard, cela s’était amplifié. Puis l’image de Miho était apparue devant moi et j’avais rapidement compris qu’elle était en danger. Je ne sais pas pourquoi mais je sentais que, notre rencontre allait nous apporter pas mal d’ennuis. Bref, pas beaucoup de temps pour réfléchir, j « apparaissais » aux côtés de Miho en quelques instants. Je me retournais pour observer notre environnement. Je ne reconnu pas l’endroit. Je n’avais jamais mis les pieds ici. J’allais lui demander ce qu’il se passait quand je m’aperçu…avec retard, que ma protégée n’était pas seule.

Je me figeais, un sourcil relevé, et jaugeais l’inconnu, de dos. Il posa la main sur l’épaule de Miho pour lui demander si elle allait bien. Mon regard croisa celui de Miho et cela n’échappa pas à l’inconnu qui se retourna. Pas besoin d’avoir de grands pouvoirs pour deviner que je me tenais face à un démon. Mon sang se glaça et je serrais les dents. Mais il ne semblait pas vouloir se battre et il plaça même son bras de façon à …protéger Miho ? Je penchais légèrement la tête, très perturbé par cet acte. Je fulminais. Un démon qui protège une humaine de son ange gardien. Si la scène ne me mettait pas hors de moi, j’en aurais ris. Un démon aux cotés de Miho c’était juste…inacceptable.

Je m’approchais à grands pas, prêt à obtenir de bonnes explications. En restant toutefois sur mes gardes, même si il n’avait pas l’air vraiment dangereux, il est connu qu’on ne peut pas faire confiance à un démon, vermine de la pire espèce. Mais je n’eu pas le temps de lui adresser la parole qu’il était déjà parti.
Posant ma main sur l’épaule de Miho, j’étais assez perturbé par ce que je venais de voir.


- C’était qui ça ?

J’avoue que le ton détaché que j’avais voulu prendre avait légèrement raté. Je n’avais pas voulu dire ça de façon agressive mais on pouvait sentir l’irritation dans ma voix. Mon front se plissa.


- J’ai rêvé ou il a essayé de te protéger de moi tout à l’heure ? Vous êtes proches ?


J’étais inquiet voire carrément angoissé. Voire un poil jaloux. Mais bon je n’aurais pas osé l’avouer. Tout en parlant, j’inspectais Miho sur toutes les coutures. Pour voir si elle ne s’était pas blessée ou quoi que ce soit d’autres. Il faudrait que je mène ma petite enquête sur ce démon un de ces jours.

Je prenais conscience que c’était la première fois que Miho m’appelait « au secours », sans le vouloir. Le ressenti avait vraiment été bizarre. Comme ci j’étouffais, comme ci la tête me tournait. C’était très déstabilisant. J’essayais de relâcher un peu la pression et de me détendre. Du moins paraître détendu.


- Est-ce que tout va bien pour toi ? Tu veux bien m’expliquer pourquoi je suis là. Qu’est ce qu’il s’est passé ?


En enlevant ma main de son épaule, je la prenais dans mes bras, le temps d’une courte étreinte. Oui j’avais eu peur pour elle. J’avais toujours l’impression que je n’arriverais jamais à la protéger correctement. Je ne serais jamais un bon gardien. J’étais beaucoup trop partial, beaucoup attaché à cette miss alors que je ne la connaissais vraiment que depuis quelques jours.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Dim 22 Mai - 14:56

Voilà qu’elle comptait passer une soirée tranquille et que tout allait de travers, décidément elle n’allait pas se remettre de ses émotions de si tôt ! Entre cette rencontre avec un démon et le fait qu’elle se retrouvait au beau milieu d’une bagarre… rien de mieux pour affoler son cœur et par la même occasion réclamer la présence de son ange gardien, qui d’ailleurs avait fait son apparition… ce n’était pas son jour, vraiment… Elle se mordit la lèvre, promettant au démon qu’elle lui expliquerait un jour alors que Kanon prenait le relais pour la protéger, il lui posa mille et une questions auxquelles la demoiselle prit le temps de réfléchir avant de répondre, se sentant affreusement mal d’être dans une situation pareille.

« hm… il a connu mon grand-père et… non il m’a invité pour qu’on puisse faire connaissance. »

Visiblement le protecteur était lui aussi dans un état second, tout aussi paniqué que la Nippone qui essaya de le rassurer. D’ailleurs, sa réponse étant quelque peu ambigüe, elle écarquilla les yeux, reprenant la parole avant que l’ange ne le fasse pour qu’il n’y ait pas de mal entendu.

« Le danger ne venait pas de lui, au contraire tu… tu l’as vu il a essayé de me protéger… je n’aurais jamais accepté de le suivre si je n’étais pas certaine d’être en sécurité avec lui… »

Convaincu de l’innocence du démon, du moins pour cette soirée, elle attendit que Kanon réponde et qui plus est réagisse pour espérer ne serait-ce qu’un soupire de soulagement de sa part, elle était consciente de lui avoir fait peur et d’ailleurs se demander comment le fait qu’elle ait fortement souhaité sa présence avait pu fonctionner si bien. Etonnée, la petite poupée le laissa finir de parler, un léger sourire en le voyant chercher la moindre égratignure sur elle. Puis elle le laissa la câliner, souriant, lui caressant la joue.

« Il y a eu une bagarre générale dans le petit bistro où Shinji m’a emmené et… il m’a sorti de là… mais comme je ne le connais pas assez j’ai… très fortement souhaité que tu sois là… p… parce que… dans ces moments-là…, il n’y a que toi qui puisses me rassurer… »

La fin de sa phrase avait été très faiblement prononcée, comme si Miho avait honte. Elle rougissait à vu d’œil et se racla la gorge pour essayer de changer de sujet, n’ayant pas regardé le serveur dans ses yeux lorsqu’elle avait prononcé ces mots. Mais elle releva son visage pour mettre les choses au clair… après tout, paradoxe ambulant qu’elle est, la demoiselle souhaitait sa présence, mais n’aurait pas supporté qu’il soit blessé. Pour cette raison elle lui attrapa la main, espérant aussi qu’il ne lui en veuille pas trop.

« Je suis désolée si je t’ai inquiété et… je suis désolée pour ce que je vais dire, mais même si je suis contente de te voir… tu dois promettre de ne pas te faire blesser… »

Soucieuse de ne pas rester dans le coin, elle lui tira doucement la main, voulant également qu’il oublie qu’elle avait pris des risques, bien qu’elle se soit assurée de n’en courir aucun. Ils ne se posèrent pas, mais au moins étaient à l’abri des regards indiscrets et par la même occasion pouvaient discuter tranquillement et surtout, librement.

« Écoute, je sais que tu dois te dire que je le fais exprès, mais je te promets que ce n’est pas le cas et que… si j’avais vraiment été en danger avec ce démon…, j’aurais fui… »

Bien qu’il n’avait rien demandé, la poupée se sentait obligée de se justifier, allez savoir pour quoi elle ressentait ce besoin auprès du jeune homme, peut-être simplement parce qu’elle le sentait inquiet et que ça l’embêter de l’avoir dérangé ? Elle se mordit la lèvre… et s’il avait été dans son bain, comment elle aurait fait hm ?

« H… hm… tu faisais quoi avant que je… "t’appelles" ? »


{
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

avatar


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Ven 27 Mai - 15:03

Après toutes mes questions et mon inquiétude visible, Miho prit son temps pour répondre à mes questions et ainsi me fournir les informations que je quémandais sur le démon que je venais de croiser. A mon grand soulagement, Miho venait juste de le rencontrer alors il l’avait invité pour faire connaissance. En voyant que je m’apprêtais à la réprimander, la petite nippone m’assura qu’elle ne l’aurait pas suivi si elle avait senti le moindre danger de sa part. Encore heureux.

Alors que je me laissais aller dans ses bras, elle me caressa tendrement la joue. Une fois le « câlin » terminé, elle reprit ses explications, me racontant comment elle et le démon, maintenant je connaissais son prénom, Shinji, s’étaient retrouvé dans une bagarre dans un bar, comment elle avait souhaité fortement ma présence.

Cela me rassurais d’un coté et me terrifiait de l’autre..qu’elle est pu être en danger sans que j’arrive immédiatement. Ça marchait pas si bien ce truc.

En relevant son petit visage de poupée vers moi, elle attrapa ma main et me demanda de lui promettre de ne pas me faire blesser. Ma tête se baissa, mon regard sur le sol. Et je retirais brusquement ma main de la sienne. Je ne voulais pas lui faire de mal en agissant de la sorte. Que moi je m’inquiète pour sa sécurité, mais qu’elle s’inquiète pour moi, c’était comme ci nos rôles étaient inversés et cela m’étais insupportable. C’était à mon tour d’être désolé. Je n’étais pas en colère, j’étais perturbé.

- Écoute, tu n’as pas à être désolé pour ça. Je viendrais à chaque fois que cela sera nécessaire. Mais je ne peux pas te promettre ce que tu me demandes. En acceptant de te protéger, j’ai aussi accepté de souffrir pour toi. Les blessures, tout ça, ce n’est rien comparé à ta vie, Miho. Je suis désolé mais tu devrais aussi accepter le fait que je puisse…subir des dommages.


Je me stoppais net mais j’en pensais plus que je n’en disais. Je savais que j’aurais pu me faire briser les côtes une à une pour que Miho soit hors de danger. Mais une petite voix me disait que si je lui avouais ça, elle risquait de ne pas apprécier le geste.
Puis elle me demanda ce que j’avais fait avant de venir. J’haussais les épaules, ce n’était pas bien important.

- Je lisais un livre quand j’ai eu un malaise, je me sentais vraiment mal. Et puis j’ai compris et je suis venu.

Inutile de préciser que j’étais venu ici sans passer par la case « transport », je n’étais pas encore prêt à révéler tout mes secrets. Un petit sourire en coin, je lui prenais la main, délicatement.

Je savais qu’elle pensait encore à ce que je venais de lui dire, quelques instants auparavant. Je me sentis coupable, j’y été allé un peu trop fort avec cette histoire de promesse. Mais je n’étais vraiment pas habitué que quelqu’un s’inquiète pour moi. Personne ne semblait s’être inquiété pour moi depuis de nombreuses années. Depuis que j’avais quitté les miens pour ce travail que personne là haut n’aurait souhaité faire. J’avais réagi de façon un peu brusque et à présent, je savais que c’était une mauvaise réaction. Mes yeux se plantèrent dans les siens, cherchant la moindre trace de colère.

- Pardon Miho. Tu es surement la seule personne à avoir un peu d’estime pour ce pauvre ange que je suis. Je n’aurais pas du réagir comme ça. Mais tu ne devrais pas…t’inquiéter autant pour moi.


Me grattant la nuque, j’espérais me rattraper. Entre le dernière fois dans les quartiers chauds et aujourd’hui c’était à croire que j’aimais faire les choses de travers, et m’enfoncer encore plus profondément dans les problèmes. Je lui tapotais le haut du crâne. Et me souvenais qu’il commençait à se faire tard.

- Tu rentres à l’école ou chez ta mère ce soir ? Je te raccompagne de toute façon.


Il commençait aussi à faire froid. Et cette fois ci j’avais une veste. Sans hésiter, je la retirais et la mettais sur les épaules de Miho. On rejoignait rapidement l’arrêt de bus le plus proche, en attendant avec un groupe de personnes. Je tentais de changer de conversation, l’air de rien.

- Sinon tu as passé une bonne journée ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

avatar


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Dim 29 Mai - 18:09

Visiblement Kanon avait voulu lui faire un reproche, comme la nipponne l’avait prévu et avait même anticipé, plutôt bien puisqu’il n’avait rien trouvé à redire, si ce n’est peut être son regard qui en disait long et qu’elle ne pouvait effacé par ce calin qu’il lui offrait. Elle en profita un maximum, s’en voulant de l’avoir ainsi inquiété et peut-être même avoir blessé Shinji… mais c’était un démon, des déceptions… il devait en avoir connu plus d’une et quelque chose disait à Miho qu’elle n’était pas la première ni la dernière à causer des troubles chez le jeune homme. Shinji était assez spécial et pour cela, elle s’en voulait se disant que ce n’était pas une raison. D’autres parts, l’ange était si précieux à ses yeux que seule sa présence la rassurait même si à aucun moment elle n’avait été en danger. Elle voulut qu’il promette de ne pas se faire blesser pour elle, mais… visiblement il n’allait pas le faire et mit d’ailleurs les points sur les i à son plus grand regret.

Si elle n’était pas consciente de ce que cela signifiait, de cette obligation qu’il avait de la protéger et surtout de cette envie… elle en aurait pleuré, à coup sûr, mais elle se contenta de se mordre la lèvre, ne préférant pas s’attarder sur le sujet… d’autant plus qu’il savait déjà ce qu’elle en pensait. Elle ne le redirait pas, par peur qu’il ne lui mette des bâtons dans les roues si jamais ils devaient se retrouver dans une situation aussi critique, mais… elle en mourra surement et elle savait pertinemment pourquoi. Son cœur ne battait pas seulement pour sa vie, mais pour celle de son protecteur aussi. Elle changea de sujet et fut ravie que l’ange réponde à sa question. Étranger concernant ce malaise, d’ailleurs il était arrivé très rapidement et la poupée ne voulait pas lui demander, sachant qu’il ne répondrait sans doute pas.

Oui, en effet, Miho cogitait malgré tout, le silence était bien cruel lorsqu’il lui faisait faire le vide et la concentrer sur ses problèmes. Elle releva sa bouille docilement, voyant que Kanon reprenait la parole et lui caressa la joue en tendant son bras, bien contente d’étonner de jour en jour son ange gardien. Il était mal à l’aise et elle voulait qu’il se détende, qu’il réalise qu’il n’y avait pas de danger.

« Je suis sure de ne pas être la seule… mais… je ne peux pas m’en empêcher, parce que tu es le seul qui sache vraiment qui je suis… et parce que je veux apprendre à te connaitre moi aussi… alors, t’as pas intérêt à te croire invisible… »

La poupée eu droit à un tapotage de tête, ce qui la fit sourire, elle prit la main de Kanon, le laissant les guider vers l’arrêt de bus, décidément ils étaient habitués, il ne manquait plus que la pluie pour leur rappeler cette soirée… ou elle avait voulu se faire pardonner, s’expliquer. Elle se mordit la lèvre puis posa sa tête de nouveau sur son épaule, fermant les yeux.

« hm… oui j’ai passé une bonne journée… mais je suppose que tu le sais déjà… »

C’était presque comme si elle avait senti sa présence le plus clair de son temps, si ce n’est en fin de soirée sur le chemin la ramenant chez elle où elle avait décidé de faire une escale au cimetière. De fil en aiguille, le serveur s’était finalement retrouvé près d’elle et même si elle n’était pas fière d’avoir souhaité sa présence pour la protéger, elle était contente de l’avoir vu aujourd’hui. C’était certain, elle allait bien dormir. Quoi qu’il en soit, les gens autour d’eux les regarder comme s’ils étaient deux pestiférés, mais ce n’était pas étonnant étant donné comment ils se comportaient l’un envers l’autre, ça, Miho ne l’avait pas remarqué pour l’instant.

« Kanon… est-ce que tu m’en veux ? »

Sous entendus, de lui avoir caché qu’elle avait déjà vu ce démon et par la même occasion de se mettre toujours dans le pétrin… dans des situations si compliquées d’ailleurs il était loin de se douter à quel point ! Mais la demoiselle finirait par craquer, c’était certain et ce jour-là… elle devra faire preuve de sang froid pour ne pas perdre ses moyens et blesser l’ange plus qu’elle ne risquait de le faire.


{
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

avatar


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...
Jeu 2 Juin - 21:31

Je n’avais pas intérêt à me croire invisible. J’hochais la tête, compréhensif, j’étais loin de me croire invisible, surtout depuis que j’étais devenu ange gardien. Je la remmenais vers un arrêt de bus, il y avait du monde cette fois ci.

Mais je ne pouvais m’empêcher de trouver que certains regards déviaient un peu trop sur nos deux personnes. Je me demandais pourquoi les gens nous regardaient ainsi. Il est vrai que notre comportement l’un envers l’autre était explicite. Je n’avais pas peur que les gens nous jugent. J’aurais juste aimé qu’ils nous traitent comme n’importe quels jeunes. C’était de ma faute. Mon visage était tout sauf ordinaire et je savais que je dégageais quelque chose de différent d’un jeune lambda de 21 ans.

Plongé dans mes pensées c’est à peine si j’avais entendu la réponse à ma question. A savoir que Miho avait passé une bonne journée, et qu’elle avait compris que je le savais déjà. Je souris légèrement, Miho avait appris à ressentir ma présence, même quand je n’étais pas dans son champ de vision. A la fois fier et un peu embêter par la chose. Si, à présent elle sentait ma présence, ce ne serait plus drôle de jouer les espions. Malgré les efforts que j’avais faits, j’avais tout de même passé quelques années comme ça, donc il était normal que de temps en temps ça me reprenait.

Puis elle se tourna vers moi en me demandant si je lui en voulais. Sans préciser pourquoi j’aurais pu lui en vouloir. Sur le moment, je restais sans voix, ne comprenant pas immédiatement cette interrogation. Puis avec un peu de recul, je compris qu’elle voulait sans doute parler de la soirée et du fait que j’avais été obligé d’accourir. Je posais une main sur son épaule.


- Non je ne t’en veux pas. Je comprends ta réaction. Cette bagarre devait être impressionnante. Mais tu sais, cela ne me dérange pas. Je préfère être là ce soir que, demain ou dans quelques jours, tu m’apprennes ce qu’il s’est passé ce soir.


Sans plus me soucier des regards inquisiteurs, je me penchais pour lui prendre une nouvelle fois la main. Cela ne comptait pas pour moi. Mais je savais que si ça gênait Miho, j’arrêterais ce geste. Puis je pensais soudain au fait, que parmi les humains, il y avait aussi des anges et des démons. Et s’ils nous voyaient ainsi ? Est-ce qu’ils comprendraient ? Est-ce que je ne risquais pas d’apporter des problèmes à Miho en nous exposant ainsi dans la rue ?

Ma main lâcha la sienne et je ne pus m’empêcher de pousser un petit souffle exaspéré. Enfin le bus arriva, visiblement c’était le bus que tout le monde prenait, Miho et moi compris. Les gens descendaient en premier comme il est de coutume et enfin, on put monter à bord. Comme je m’y attendais, le bus était bondé et nous étions donc obligés de rester debout. Le trajet se passa en silence. En fait, il y avait tellement de monde dans le bus, tellement d’oreilles curieuses prêtes à écouter la moindre discussion, que je n’osais pas reprendre la parole et Miho non plus. Je savais que son arrêt était situé avant le mien. Ce fut enfin son tour.


- Passe une bonne nuit, Miho.


Ma main effleura sa joue. Et je la regardais se frayer un passage parmi la foule. Quand le bus s’arrêta enfin devant sa maison, je la regardais partir tristement, et quand le bus reprit sa course, je lui adressais un petit signe de la main pour lui dire au revoir à travers la vitre. Je ne sus pas si elle m’avais vu. J’aurais aimé pouvoir la quitter dans de meilleures conditions, mais il n’y avait pas eu un moment d’intimité dans cette saleté de bus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Le danger que l'on pressent, mais que l'on ne voit pas...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Parc :: Cimetière-