† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Mission d'infiltration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Mission d'infiltration
Lun 4 Avr - 21:50

Dans la nuit du 20 au 21 février 2010 (Suite du Rp "Panne dans le métro")



- Mon poisson rouge n’a pas de nom pour l’instant. Mais si ça t’amuse tu pourras lui en trouver un. Ou lui demander tout simplement. Il sera content d’avoir un petit compagnon. Il doit en avoir marre de m’entendre lui parler comme si c’était mon psy.

Tout en continuant à parler, Miho sauta dans mes bras pour descendre du train et on se mit à marcher le long du tunnel. Comme j’avais cru le comprendre, elle m’invitait bien à dormir. Dans son internat ? Heuu j’avais des doutes sur le bien fondé de l’idée. Si on se faisait prendre ? Je passerais un sale moment de sur. Mais je pouvais toujours mentir. Du moins je laisserais Miho parler pour moi. Avec ma tête d’ange, je ne risquais que quelques remontrances. Mais je ne savais pas ce qui ce passerais pour Miho dans ce cas et je ne voulais pas lui apporter plus d’ennuis que nécessaire. Néanmoins j’acceptais d’un signe de tête sa proposition. J’aurais très bien pu rentrer à pied, mais je ne serais pas rentré chez moi avant un bon moment. Cela équivaudrait à une nuit blanche. Bon j’avoue j’ai été un peu désireux de dormir chez Miho. J’étais curieux rien de plus. J’avais l’impression qu’on venait de se connaitre et que, déjà on ne se quittait plus. Quel sentiment étrange !

On marchait main dans la main en remontant le chemin du métro. Si mon sentiment était bon on ne mettrait que dix minutes et on pourrait enfin sortir de là. La main de Miho dans la mienne était toute petite. Elle se posait des questions sur Dieu. Quoi de plus normal. Pourtant j’omis de répondre à sa question. Volontairement. Je ne savais pas si j’avais le droit de lui parler de ça. Je ne voulais pas faire plus d’erreurs que je n’en avais déjà fait. J’espérais profondément qu’elle ne remarquait pas à quel point l’endroit où on se trouvait, était lugubre, sale et assez obscur. Je serrais sa main dans la mienne, je ne savais pas trop quoi dire. Heureusement qu’elle n’était pas aussi silencieuse que moi. Je trouvais qu’elle avait une personnalité très sociable. Une qualité que j’avais vite perdu au fil des années, de ma vie d’ange.

Elle me demanda ce qu’on dirait si on se faisait prendre. Elle souligna le fait que j’étais majeur et qu'elle non et laissa supposer… qu’est ce qu’elle supposait au juste ? Que je puisse ? Non ça ne devait pas être ça. Surement pas. Pourquoi alors elle disait que je risquais de le payer cher ? Ces jeunes de nos jours, ils font que des phrases avec des sens cachés ou quoi ? Je passais ma main derrière ma nuque. Je transpirais ou quoi ? J’étais gêné. Et un peu vexé, elle croyait vraiment que j’allais lui sauter dessus dès qu’on allait se retrouver seuls dans la chambre ? D’ailleurs je n’essayais pas de penser à ça. Je n’osais me l’avouer mais ça me rendais un peu …nerveux. J’avalais ma salive un peu trop bruyamment à mon gout et essayais de garder une attitude très neutre. Mais je crois qu’elle remarqua mon embarras car elle enchaina pour me rassurer et me dire qu’elle était juste en train de me taquiner . Je n’avais pas vraiment trouvé ça drôle. Mais elle devait bien rire.

- Si on se fait prendre, et bien je leur dirai la vérité. Du moins en partie. Un grand garçon fort comme moi ne va pas décemment laisser une petite fille comme toi rentrer toute seule à cette heure ci. Je leur dirait que je te raccompagne jusqu’au seuil de ta porte parce que je ne fais pas les choses à moitié.

Je finissais par sourire. J’avais fais exprès d’insister sur les mots « grand garçon fort » et « petite fille ». Ok c’était un peu beaucoup moqueur, mais il ne fallait pas me tenter. Une balle dans chaque camp, on était égalité. Mais déjà, on voyait une lueur au bout du tunnel. Nous étions déjà arrivé ? La promenade avait été plus rapide que prévu . C’est peut être parce que j’avais Miho à mes cotés. On s’ennuyait pas avec la jeune fille. Je remontais sur le quai en escaladant tant bien que mal la paroi lisse. Je me tournais et me penchais pour attraper la main de Miho et la tirer jusqu’à moi. Nous étions à l’arrêt de métro de son lycée. Tout en continuant à lui tenir la main (ça allait finir par devenir une habitude dis donc !) j’avançais et sortait de l’arrêt. Le bâtiment du lycée était juste en face. Nous étions enfin arrivé. Je regardais Miho et nos doigts entrelacés.

- A partir de là, c’est toi qui me guide. Je ne sais pas où est ton internat. Quand je te suis, j’ai l’habitude de t’attendre ici. Donc au delà de cette limite, je ne connais plus.

En même temps, il était normal qu’ils ne laissaient pas les étrangers pénétrer dans l’enceinte de lycée. Ce n’est pas moi qui allait les contredire.



Dernière édition par Shimizu Kanon le Mer 13 Avr - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mar 5 Avr - 9:17

Concernant le poisson, c’était sur, elle avait de quoi faire ! Le pauvre ! Si ça se trouve, il était dépressif à force ! Elle soupira, secouant la tête s’étira un peu, s’étant donc mise debout pour suivre Kanon.

« T’as pas honte ? Un poisson rouge est quand même un animal, tu sais ? Il doit être super triste ! Tu lui parles toute la journée et au final tu ne l’as pas encore baptisé, tien… je lui demanderais son prénom, mais sinon tu l’aurais appelé comment ? »

La demoiselle changea bien vite de conversation, puisqu’ils étaient en chemin soit pour se séparer, soit pour poursuivre ensemble. Miho voyait bien que l’ange gardien n’avait pas compris son sous-entendu ou… qu’il l’ignorait tout simplement, ce qui la fit sourire. Il avait l’air d’angoisser en fait alors elle préféra mettre court à sa réflexion pour que sa tête n’explose pas. Mais sa réponse fut d’autant plus intéressante ! Il n’était pas bête, c’est bien ! Au moins, elle n’était pas tombée sur un incompétent, loin de là ! Elle fit néanmoins la moue à l’entente des mots « grand garçon » et « petite fille » il l’avait fait exprès c’était certain et ça lui valu un petit coup sur l’épaule.

« Je retire ce que j’ai dit, t’es loin d’être un ange gardien de pacotille ! »

Mine de rien, elle avait avoué par cette simple phrase, qu’elle l’appréciait, mais également qu’il s’en sortait très bien jusqu’à présent. Si ce n’était pas mignon de l’encourager hm ? Mais en y repensant, elle mit sa main devant sa bouche, le regardant les yeux ronds comme des billes.

« Mais je te préviens, que tu ne comprennes pas ce que j’ai dit de travers, ça ne veut pas dire que tu dois continuer de me suivre partout, hm ? Si je te vois, gare à tes fesses ! Je suis peut-être petite, mais tout à fait capable de te botter l’arrière-train ! »

Comme pour illustrer ses paroles elle tira la langue, puis le laissa passer devant pour qu’il puisse l’aider à grimper et enfin à sortir de la bouche de métro. Les lumières étaient encore allumées, c’était rassurant ! Autant dire qu’il n’y avait pas de quoi s’affoler, sauf que Kanon resserra sa prise sur sa main, entrelaçant même ses doigts, ce qui la fit déglutir difficilement. Ah oui… elle est belle la petite téméraire ! Elle est confiante, fière et tout le tintouin ! Mais elle non plus n’est pas très douée avec la gente masculine ! Autant dire qu’elle était sociable, il fallait juste passer au-delà son caractère difficile et son côté étrange. Mais ce qui aidait avec le serveur c’était qu’elle n’avait pas besoin de lui cacher quoi que ce soit alors qu’avec les autres c’était souvent bien difficile et… une raison particulière pour faire péter les plombs à un éventuel petit ami. Elle essaya de le cacher tant bien que mal, écoutant ce qu’il avait à lui dire.

« hm… d’accord, mais quand même, me suivre jusqu’au lycée… à la heaven… t’as pas envie de profiter de ta vie sur terre ? Je saurais me défendre, ces deux endroits sont toujours bondés, alors ça ne craint pas ! Rassure-moi… tu t’amuses quand même hm ? »

Miho se demandait même s’il connaissait la signification de ce mot, il avait l’air tellement sérieux qu’elle avait un peu de peine pour lui. Elle le tira doucement pour aller à l’internat qui était tout simplement l’une des deux ailes de la bâtisse, l’autre étant bien entendu réservé aux hommes.

« À partir de là c’est motus ! Juste au cas où le pion ne dormirait pas…, tu me suis et tu regardes bien autour si on n’est pas sur le point de se faire choper ! »

La demoiselle regarda à gauche puis à droite, passant avec Kanon longeant donc les murs pour que personne ne puisse les voir même des fenêtres puis elle arriva à la porte, ouvrant en lui disant de passer le premier. Lorsque ce fut fait, elle ferma derrière elle, puis ils montèrent au premier. Pas de chance, un surveillant finissait sa « ronde et se dirigeait vers les escaliers, soit, vers eux. Paniquée, la miss finit par plaquer Kanon derrière la porte se mettant contre lui. La porte s’ouvrit, lentement et… par chance, pas complètement, juste pour que le pion passe. Une fois bien éloigné, elle prit Kanon par la main, morte de honte en n’osant plus le regarder et s’enferma avec lui dans sa petite chambre. Mine de rien, Miho non plus n’était pas habituée à la gente masculine et quelque chose lui disait que son protecteur ne manquerait pas de le lui rappeler, à moins qu’il était aussi mal à l’aise qu’elle ? Miho avait beau être sociable lorsqu’elle le voulait, elle n’avait jamais eu de réel petit ami puisqu’à chaque fois le secret était un véritable supplice pour l’autre. Elle ne pouvait pas le révéler et avec Kanon, autant dire que c’était plutôt facile puisqu’ils partageaient ça !

Enfin, une fois dans la chambre, elle se gratta la nuque, se mordillant la lèvre en réfléchissant. Tien, comment allait-il faire s’il n’avait pas de pyjama ? Elle, elle n’avait qu’à se changer, mais lui… en revanche, une tout autre histoire ! Encore que la petite poupée n’avait pas pensé à ce qu’il puisse dormir en caleçon… et heureusement d’ailleurs, elle aurait viré au rouge tomate !
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mar 5 Avr - 12:30

Miho me parlait. Et j’hochais la tête de temps en temps. Répondant à ses questions une fois sur deux.

Tandis qu’on s’apprêtait à rentrer dans le lycée. Miho se tourna vers moi et me demanda si je m’amusais quand même un peu. Si je profitais de la vie en somme. Je failli lui répliquer que je n’avais pas de vie à proprement parler. J’étais déjà mort. Mais bon je ne voulais pas plomber l’ambiance.

Il était vrai que si mes premiers temps d’Ange avait été des moments très heureux, je ne pouvais m’empêcher de penser que, récemment, ce n’avait pas été vraiment la joie pour moi. Au plus je restais seul, au plus je ruminais cette histoire.

- Ça fait longtemps que je ne m’amuse plus. Mais vu ce que l’on s’apprête à faire, je parie que tu vas finir par réussir à me distraire un peu.


Je regardais le bâtiment, pensif, et lui demandais de me guider à travers le lycée. Ce qu’elle s’empressa de faire. Je n’avais pas l’habitude que quelqu’un me parle comme ça. Que quelqu’un se comporte ainsi en ma présence. Et j’aimais ça. Les gens avaient coutumes de me parler avec un peu trop de politesse. C’était peut être mon visage qui les poussaient à se comporter comme ça. Je les impressionnais peut être. En tout cas ça ne semblait pas avoir d’effet sur Miho et j’en étais content.

Nous ne faisions pas de bruit. Ou très peu. Je trouvais ça réellement divertissant. Même si on en faisait surement trop. Miho longeait consciencieusement les murs et frémissait à chaque bruit, chaque grincement. Je la regardais faire avec un large sourire et m’empressais de faire comme elle. On aurait dit deux ados qui faisaient le mur pour être sortis en soirée. Mais nous n’étions plus des enfants et je savais que les risques de se faire prendre restaient minima. Le silence était pesant et j’aurais presque pu sentir le souffle des étudiants, profondément endormis.

Pourtant il s’avéra que la prudence de Miho était justifiée puisqu’à l’instant même où j’allais la prévenir que quelqu’un venait, elle se retourna et me plaqua durement contre la porte. Pris par surprise, je n’eus pas le temps de réagir. En moins de deux, nous étions collés l’un contre l’autre, mon dos sur la porte. Je sentais le cœur de Miho battre frénétiquement contre mon torse.

La porte commença à s’ouvrir et on suivait le mouvement et un homme trapu avec une torche électrique à la main apparut. Nous étions quand même bien caché puisque celui-ci, occupé à guetter. Il devait surement tendre l’oreille et essayer d’entendre d’hypothétiques étudiants debout. Mais je n’étais pas concentré sur le gardien.

Je sentais le corps de Miho contre moi et je tentais d’identifier les sensations étranges qui me parvenaient. Etait-ce …de l’appréhension ? De la confusion ? Je me remémorais la fois où une jeune fille m’avait mis la main aux fesses dans un bus bondé. Je n’avais ressenti que de l’agacement et de la gêne à ce moment là. Mais peut être que le lien qui nous unissait, Miho et moi, devait être comme ça. Je ne l’avais surement pas senti jusque là car je n’avais jamais été aussi proche d’elle.

Elle se détacha de moi dès que le gardien s’éloignait. Elle me prit par la main et m’entraina vers sa chambre. Elle me tournait le dos et marchait vite. Je ne pensais pas me tromper en affirmant qu’elle devait se sentir mal à l’aise. Est-ce que cette idée de dormir dans sa chambre n’était pas une erreur ?

J’étais sur le point de me confondre en excuses et de m’en aller mais je n’eu pas le temps d’ouvrir la bouche qu’elle avait déjà fermé sa chambre à double tour. Ma motivation s’envola. Il fallait que j’arrête cette manie de tout remettre en question et que j’affronte le présent. Je regardais, l’air songeur, sa chambre. Comme je m’y attendais, elle ne devait faire qu’une petite dizaine de m². C’était une vraie chambre de fille. Je me retournais vers Miho qui ne disait plus rien.

Elle se grattait la nuque en se mordant la lèvre. Et bien ! C’était visible quand elle réfléchissait. Soudain, je compris ce qui la tracassait. Je m’approchais d’elle et me baissais pour me mettre à sa hauteur. Je posais une main assurée sur le haut de son crâne. Je chuchotais :

- Je te rassure. Je ne vais pas me dévêtir. Je dormirai avec mes vêtements. Ça ne me gène pas. Alors ne t’inquiète pas hein ?

Je m’apercevais alors que j’avais oublié d’enlever mes chaussures. Je me déchaussais et plaçais mes souliers à côté des siens. Sa chambre était propre et pas trop mal rangée. J’aimais bien le style de décoration. J’attendais patiemment qu’elle sorte le matelas sur lequel j’allais dormir. Je commençais à sentir la fatigue. C’était le problème avec les anges qui descendent sur terre. On retrouve notre enveloppe charnelle d’autrefois, et tous les inconvénients qui vont avec. Je m’étirais longuement, dévoilant une partie de mon ventre. Dés que je m’en aperçu, je baissais les bras. Mine de rien.

- Donc c’est ici que tu dors ? Tu ne te sens pas trop à l’étroit dans cette pièce ? J’aurais bien aimé aller au Lycée à ton âge. Ça doit être marrant. Est-ce que c’est différent de la faculté ? Je ne connais pas de personnes de ton âge. Alors ça m’intrigue.

Je l’a suivais dans ces déplacements mais je ne l’avais jamais vu au Lycée ou avec des amis alors j’étais un peu curieux. Si je savais très bien comprendre les jeunes actifs. Je n’avais jamais eu aucun ami étudiant. Finalement en y pensant, je n’avais même pas pensé au fait qu’elle puisse avoir quelqu’un dans sa vie. C’est vrai, tout ce que j’avais fais jusqu’ici c’était la suivre. Je n’avais jamais fais attention à ses fréquentations humaines. Comme j’estimais que cette info pourrait être importante je me risquais quand même à lui poser la question. Non sans hésitation.

- Et…heuu est ce que tu as un petit …un heuuu…non laisse tomber.

J’avais fait tout ce que j’avais pu mais mon interrogation n’avait pas pu sortir complètement. C’est comme une partie de moi était en conflit avec l’autre. D’une part je voulais savoir, d’autre part je trouvais ça trop indiscret.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mar 5 Avr - 14:31

« C’est certain même ! Tu as surement dû le remarquer, avec moi tu vas être obligé de bouger ! Je n’aime pas rester dans un coin à rien faire… et encore moins m’engouffrer dans des habitudes ! »

Ça avait le mérite d’être clair, au moins avec Miho il y avait de l’action, d’ailleurs ils étaient loin, très loin de se douter tous les deux que quelques évènements étaient sur le point de chambouler leurs petites vies bien tranquilles. Mais ce n’est pas le sujet. Les voila qui marchent en direction de l’internat et jusque-là pas grand-chose, bien que la demoiselle ait peur de se faire prendre et surtout d’attirer des problèmes à son ange gardien. Autant dire qu’elle prenait la tâche très à cœur. Finalement, elle avait eu raison et se sentait étrange de devoir être collée à Kanon, pourtant il n’y avait à proprement parlé, rien de suspect… mais bon, le contact était brutal et d’autant plus stressant !

Ils finirent par arriver à destination avant même d’avoir pu dire « ouf » et bien entendu, dans un silence de mort. La demoiselle s’était mise sur le lit, réfléchissant à quelques petites choses. Par exemple, le fait que Kanon soit le premier représentant de la gente masculine à entrer dans sa chambre et également à lui adresser la parole sans que ce soit pour dire une méchanceté. En somme, le premier homme à quelque chose prêt normal qu’elle ait comme ami. Ami ou plutôt… obligatoirement à ses côtés puisqu’il est son protecteur. Encore que ce soit son choix et c’était assez rassurant. Elle le laissa faire, ses mains en suspend au-dessus d’une table invisible, relevant sa bouille pour voir le bel ange.

« Mah…c’est pas tout à fait… ça qui me dérange puisque de toute façon dans le noir, je ne te verrais pas et… je n’irais pas sous tes draps. »

C’est qu’il lisait dans ses pensées et… ça avait le don de l’agaçait, alors elle se devait de répliquer. Mais ce qu’elle venait de dire n’était pas totalement faux, en effet, elle qui était fille unique avait tout de même l’habitude de voir défiler les hommes dans sons miroir. Ils venaient d’où ? Tout simplement de la chambre d’en face, c’était toujours lorsqu’elle voyait les prétendants de sa mère défiler qu’elle fermait sa porte ou bien qu’elle décidait d’aller dormir à l’internat. Elle eut un petit sourire à l’idée de voir Kanon en boxer ! ça la fit même rire, mais elle se calma en pensant qu’il voudrait surement des explications à cette pseudo moquerie.

« hm… hm… pardon, je viens juste de t’imaginer avec des cuisses de grenouilles »

On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a hein… cela dit, le jeune homme changea de sujets au plus grand bonheur de notre petite étudiante qui l’écouta avec attention, un petit sourire aux lèvres qui s’effaça bien vite, ce que Kanon devait être triste… en tout cas, elle, elle l’était pour lui, il ne savait pas grand-chose de ce qu’était la vie à proprement parlé et c’était bien dommage.

« Je vis chez ma mère la plupart du temps, l’internat c’est… quand elle a envie d’être seule ou plutôt quand elle est avec quelqu’un… »

Elle se gratta la nuque une nouvelle fois, se levant pour sortir le matelas sous son lit, allant dans la petite armoire récupérer draps et couvertures pour commencer à installer le tout pour son invité. Tout en accomplissant sa besogne, elle posa quelques questions.

« Ça devait pas être drôle la vie que tu menais… les anges ont des pouvoirs et des vertus que les hommes ne peuvent pas avoir, mais… nous, nos cœurs et nos âmes vivent aussi… c’est assez différent à ce que je vois. Tu faisais quoi avant d’être mon ange gardien ? »

Elle n’avait pas répondu, mais elle préférait attendre, après tout, il aimait bien laisser planer le mystère au dessus de lui, alors Miho pouvait bien essayer de jouer elle aussi ? Bien que des deux, c’était certainement lui qui avait le plus de chance de faire mourir de curiosité la jeune fille. Elle finit par reprendre, mais se tut aussitôt pour laisser la nouvelle question de Kanon se faire entendre. Elle écarquilla les yeux, ayant compris, puis buga quelques secondes, un coussin en main qu’elle lâcha involontairement.

« hm… à vrai dire… non… je n’en ai jamais eu et si tu veux mon avis, ça n’est pas près d’arriver. Faut dire que… je n’en sais pas plus que toi, rares sont les gens qui acceptent de me parler parce que… j’ai un secret. Je parle aux animaux et en plus de ça je sais qu’il y a des anges et des démons… tu parles d’un don ! »

Elle eut un petit sourire, prenant sa chemise de nuit pour finalement aller s’enfermer dans la salle de bain, tout en continuant le topo.

« Tu sais… tu devrais te prendre un peu moins la tête, j’ai l’impression que tu prends tout à cœur et à force ça va finir par te ronger, c’est dommage non ? »

Sans véritablement attendre de réponse, la demoiselle soupira, enlever son slim c’était un pur bonheur ! Elle finit par sortir de la pièce au bout de quelques minutes, une chemise bien trop large pour elle, mais qui la rendait d’autant plus mignonne. Sans toutes ses pinces dans les cheveux pour tenter de les rendre moins longs, on pouvait voir une chevelure plus ou moins noire lui arrivant au niveau des hanches, voire un peu plus bas. Ses jambes paraissaient encore plus minces et pourtant elle mangeait à sa faim ! Ce n’était pas un problème ! Elle alla s’asseoir sur son lit, regardant sur le mur ses horaires le lendemain.

« Apparemment, j’ai de la marge, levé à 9 h 30 pour un cours à 10 h 30, c’est plutôt relax ! Mais ça dépend de tes horaires à toi, tu sais quand tu commences ? »

La demoiselle se pencha pour pouvoir voir le serveur, mais c’était une mauvaise idée, son pied s’embroncha dans sa propre couverture et elle lui tomba dessus, se tapant le front par ailleurs, contre le sien. Elle se redressa donc, assise sur l’ange, essayant de se remettre les derniers neurones encore actifs à cette heure en place. Elle se mordit la lèvre, secouant donc sa tête.

« Hmf… je me demande comment je fais pour être aussi maladroite, d’habitude ça ne m’arrive pas ce genre de choses ! »

Mais d’habitude, il ne fallait pas oublier qu’elle ne vivait pas autant de choses à la fois et qu’elle n’avait pas réellement Kanon à ses côtés puisqu’il s’était contenté de l’observer seulement. Maintenant qu’ils avaient fait connaissance, la petite poupée était condamnée à être maladroite.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mar 5 Avr - 21:14

Dans la chambre de Miho, je commençais à me sentir à l’aise. Miho se moqua de moi et finis par m’expliquer qu’elle m’imaginait avec des cuisses de grenouilles. Heuu…j’étais perplexe là. Je soulevais un sourcil mais ne préférait pas demander des explications. Il y a des choses qu’on ne veut pas savoir. Elle devait s’imaginer beaucoup de trucs et je ne préférais pas savoir.

Elle me répondit à ma question avec franchise. M’expliquant qu’elle préférait aller à l’internat quand sa mère voulait être seule ou qu’elle était accompagné. Cela m’attrista. Cela ne devait pas être évident pour la jeune fille. Je ne savais pas comment elle faisait pour gérer ça.

C’est là qu’elle en vint à la question que je redoutais. Qu’est ce que je faisais avant d’être son ange gardien ? Bahh je n’étais pas obligé de lui expliquer les circonstances qui m’avait poussé à changer de voie donc je me tapotais les lèvres du bout des doigts et entrepris de lui fournir une réponse plus ou moins claire

- Avant être Ange Gardien, j’évoluais dans le chœur des Vertus. Je ne sais pas si tu sais ce que c’est ? Bref, mon travail consistait à répondre aux attentes de mes supérieurs et d’accomplir diverses missions.

Je savais très bien ce que Miho risquait de penser. Ma manière de formuler les choses pourrait la pousser à croire que je n’étais qu’une sorte d’esclaves. Avec un peu de recul, je me demandais toujours, si ce n’était pas ce que j’étais pour eux. Ça me faisait jamais du bien d’y penser. C’est pour ça que je secouais la tête. Comme pour en faire sortir toutes ses mauvaises pensées.

Quand je lui parlais de la possibilité qu’elle ai un petit ami. Même si je n’arrivais pas à dire ma question correctement, elle comprit immédiatement ce que je tentais de lui dire et me répondit que non, elle n’avait pas de petit copain. Les gens avaient peur de lui parler ? Sincèrement, je n’en revenais pas que les humains pouvaient avoir peur d’une si jolie fille. Il n’avait rien chez elle susceptible de m’effrayer. Bizarrement ce la produisait l’effet inverse et j’avais plutôt tendance à me sentir attirer par elle. Très probablement du au lien ange gardien-protégée.

Tandis qu’elle me parlait, elle se mit dans la salle de bain pour se changer, pendant ce temps là je m’asseyais sur le matelas par terre. Elle continuait de me parler à travers les murs et je l’entendais comme si elle était à mes côtés. Et bien bonjour l’insonorisation ! Elle ressortit de la pièce avec une chemise deux fois trop grande et les cheveux complètement détachés. Cela lui donnait un petit air sauvage mais j’aimais bien.

Je me gardais bien de lui en faire la réflexion. J’essayais de prendre un air plus détendu. Je devais avoir l’air torturé car elle m’avait dit que je me « prenais la tête ». Néanmoins elle n’avait pas tort. Je passais le plus clair de mon temps à me questionner.

Elle s’assit sur le lit et me demanda à quelle heure je commençais demain. Je réfléchissais. Je ne commençais que l’après midi. Mais je savais d’avance que je serais levé aux aurores.

- Je ne travaille que l’après midi. Mais je peux partir au plus tôt pour qu’on ne se fasse pas repérer. De toute façon dès que tu te lèveras, je ne serais déjà plus là. Donc la chose est réglée.


J’espérais que j’aurais le temps de rejoindre mon appart et de prendre une bonne douche et me changer de vêtements. Quand j’y pensais, c’était la première nuit que je passais hors de mon logement.

Alors que je me plongeais dans mes pensées, je vis Miho basculer. Alors que la première fois, je ne l’avais pas vu m’arriver dessus, cette fois ci j’eu l’impression de la voir tomber au ralenti. J’avais l’impression de me retrouver en pleine scène de Drama, les feuilletons télévisés de l’après midi. J’anticipais un peu et ouvrit les bras pour amortir le choc. Malheureusement je ne pensais pas trop au fait qu’un humain normal aurait été entrainé dans la chute et je restais figé. Un peu trop puisque Miho tapa violemment son front contre le mien. Son visage à quelques centimètres du mien.

Assise sur moi, dans une position qui était très inconfortable pour moi, elle se redressa et se demanda pourquoi elle devenait maladroite en ma présence. Alors que je tentais de me remettre de mes émotions je la regardais avec une grimace.

Je ne savais pas vraiment comment me comporter quand j’étais elle. Est-ce que le fait qu’on soit si proches était une bonne chose ? Je l’ignorais. Tout ça était nouveau pour moi. Sans arrière pensés je m’approchais à deux centimètres du visage de Miho en louchant bêtement.

- Etre maladroite n’est pas un motif valable pour ne pas s’excuser mademoiselle malpolie !


C’était gentil bien sûr. Je n’aurais jamais osé le faire avec quelqu’un d’autre. Mais elle semblait si mignonne et gentille. J’aurais parié qu’elle était prête à tout me pardonner trop facilement. Ça m’amusait un peu. J’espérais lui montrer une autre facette de moi que le gars froid et distant. Je lui faisais une gentille pichenette sur le front et lui tirait la joue.

- Allez maintenant au dodo !


J’attendais qu’elle se déloge de mon lit de fortune. Je m’allongeais sur mon matelas. L’air décontracté, les deux bras repliés sous ma tête. Je regardais tristement le plafond et me dit qu’une des journées les plus étranges mais des plus joyeuses de mon existence allait se terminer.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mer 6 Avr - 12:04

Il ne fallait pas croire que Miho était malheureuse, loin de là. Sa mère avait tellement subit qu’elle ne pouvait dès lors pas lui en vouloir. Elle se contenta de poser quelques questions, essayant néanmoins d’éviter le sujet puisque si elle comprenait, elle était tout de même touchée, son père n’était pas présent et sa mère l’avait délaissé ces quelques dernières années. La question qui suivit sur le passé de l’ange semblait le gêner, peut-être avait-il redouté sa réaction ou bien était-ce une raison qu’il ne voulait pas énoncer ? En tous les cas, il resta très bref, elle ne savait pas ce qu’était le chœur des vertus, mais ça n’avait effectivement pas l’air d’être amusant. Pour un jeune homme de 20 ans environ, autant dire que les soupçons de la Nippone étaient bel et bien confirmés.

« C’est bien ce que je disais, t’as pas du t’amuser souvent… bon, espérons que ça change en fait, apparemment ça à l’air d’être le cas, tu veux que je te rende la tâche un peu plus difficile ? »

Blague à part, elle sourit, s’étirant une nouvelle fois, regardant le jeune homme en l’écoutant de nouveau. Sa question la gêna, évidemment, ce n’est pas une question à poser en principe dès la première rencontre, mais disons que ce lien était assez spécial et leur permettait d’être aussi proches que des amis d’enfance. En même temps, Kanon la connaissait bien et Miho commençait à comprendre un peu mieux le personnage.

Sa réponse semblait le surprendre, pourtant elle avait dit la vérité, toute la vérité rien que la vérité ! Et, elle pouvait également comprendre la réaction de ses camarades. D’une certaine façon, elle se mettait en arrière pour ne pas devoir cacher aux gens son don d’une part et sa connaissance sur les cieux et les enfers. Personne ne la croirait de toute façon ! Passer pour une folle et finir à l’asile… on va éviter, très peu pour elle ! Quoi qu’il en soit, elle se dirigea vers la salle de bain, pour pouvoir enfin se changer et… tout en poursuivant finit par glisser une question une fois revenue.

« Dis… et toi alors t’as quelqu’un dans ta vie ? »

Moh… c’est méchant de poser cette question, aussi innocente était-elle, la petite poupée en connaissait la réponse, vue comme il s’amusait… et vue comme il était sérieux, même s’il était à la fac, autant dire qu’il ne devait pas avoir grand monde autour de lui et c’est ce qui les rapprochait d’autant plus puisqu’ils n’étaient pas populaires et pourtant deux jeunes gens particuliers qui avaient de quoi l’être.

Quant à leurs horaires, pour prévoir l’évasion du lendemain, la demoiselle demanda les siens à Kanon, quelque peu déçue qu’il puisse vouloir s’en aller si rapidement. Elle fit la moue, lui balançant gentiment un coussin pour témoigner de son mécontentement.

« Tu sais, y’a plus de surveillants à partir de 9h, alors tu peux dormir si tu veux. Ils seront tous au lycée, personne ne te verra. »

Non, pourquoi ? Elle ? Se sentir seule ? Oui… en effet, autant dire qu’elle ne voyait pas grand monde, mais ne nous apitoyons pas sur son sort, puisqu’elle sait bien le lui faire comprendre ! De toute façon, elle sentait qu’elle n’allait plus en pouvoir ! Soo Min était destiné à la voir plus souvent et… quelque chose lui disait que ça n’allait pas se terminer à sa petite visite due au shooting. De même pour cette demoiselle, comment s’appelait-elle déjà ? Abe… Abe… Chisako ! Oui c’est ça ! Enfin, elle mènerait son enquête plus tard. Pour l’instant, elle devait se concentrer sur son protecteur, qui allait lui apporter un peu de compagnies.

Elle se pencha pour pouvoir le voir et tomba, très proche de lui d’ailleurs puisqu’elle était assise et se plaignit en se tenant le front. Mais Kanon eut la très bonne idée de se relever, son visage à quelques centimètres du sien, ce qui lui fit se mordre la lèvre. Elle se laissa « frapper », une pichenette sur le front, ce n’était pas bien méchant d’ailleurs c’était même drôle, mais elle avait mal tout de même !

« Mouais ! Pour la peine, je m’excuse pas ! Toi aussi t’y es pour quelque chose et en plus tu en rajoutes ! »

Elle se pencha sur lui pour essayer de le chatouiller, le bloquant en serrant ses jambes, forcément, hors de question de le laisser s’en tirer comme ça ! Il ne croyait pas si bien dire en parlant de dodo… non, ce soir, elle avait trop profité pour pouvoir laisser cette journée s’achever aussi rapidement. Disons que cette pseudo soirée avait pris une tout autre tournure. Tien, en y pensant, est-ce que cette porte qu’avait fracassé le serveur allait passer aux informations du matin ? Ce serait effectivement drôle, d’autant plus qu’il n’y avait pas eu d’agression, rien, juste une porte cassée.

Elle qui était fatiguée avait retrouvé toutes ses forces depuis sa rencontre avec Kanon, bien soulagé qu’il ne soit ni un pervers, ni un démon (bien qu’elle en était persuadée puisqu’elle l’aurait sentie) mais juste son ange gardien et encore le « juste » était de trop puisqu’elle lui en était reconnaissante, à la fois de veiller sur elle, mais aussi d’être à ses côtés. Pour la peine, elle se calma. Elle n’avouera pas bien entendu, pas de si tôt que c’était une véritable bénédiction de l’avoir rencontré et qu’elle était bien contente au final d’avoir eu la peur de sa vie dans ce métro et d’avoir été rassurée par Kanon, mais son visage disait tout… d’ailleurs, elle se rendit compte de comment elle était assise et se releva bien gentiment, allant sur son lit pour se mettre sous ses draps, seules quelques mèches dépassant, tournée vers Kanon cependant.

« Bonne nuit ! »

Peut-être voulait-il une revanche ? Mah… elle l’avait bien eu ! Elle n’était pas prête de s’endormir, un peu trop perturbée, d’ordinaire elle était seule alors ce n’était pas aussi facile d’accepter une présence dans sa chambre pendant ses heures de sommeil que d’accepter une personne.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Jeu 7 Avr - 20:41

Elle me demanda si j’avais quelqu’un dans ma vie. Elle se rendait compte de l’absurdité de sa question ou elle voulait juste me gêner ? J’expirais un peu bruyamment, légèrement troublé.

- Je te l’ai déjà dit. Je vis avec un poisson rouge.

Ce n’est pas que je n’avais pas compris sa question. Mais un ange qui connaît l’amour n’est plus vraiment un ange. Du moins c’était mon avis sur la chose. La vérité c’est que je ne savais même pas ce que c’était l’amour. Même pendant ma vie d’humain, trop occupé avec les tracas de l’époque pour me soucier de ça. Comprendre la gente féminine était déjà une chose impossible de mon temps alors maintenant !

Alors qu’elle me demandait mes horaires pour le lendemain matin, je lui répondis franchement que je serais parti très tôt. Je n’osais pas la déranger plus que ça et j’avais un peu peur de passer trop de temps en sa compagnie. Elle me lança un coussin, l’air mécontent. Je plissais les yeux et l’observais. Est-ce qu’elle était déçue ? Je ne me risquais pas à poser la question, me contentant de sourire un peu bêtement. Elle me signala que les gardiens partaient à 9h.

- Ok. Donc je partirais à 9 heures.


C’est le moment qu’elle choisit pour me tomber dessus. Alors qu’elle se cognait le front contre le mien, elle omit de s’excuser en prétextant qu’elle était maladroite en ma présence. Ce que je n’oubliais pas de lui faire remarquer. Bon peut être qu’en lui tirant la joue et en lui faisant une gentille tape sur le front j’avais exagéré ! Je notais qu’elle se mordait souvent la lèvre quand elle semblait soucieuse.

Elle se pencha, assise sur moi. Je me demandais furtivement ce que les gardiens en penseraient s’ils rentraient à ce moment là dans la pièce. Elle serra ses jambes contre ma taille pour m’empêcher de bouger. Je faisais semblant de m’immobiliser pour lui faire plaisir. Il aurait suffit que je force un peu et son jeu de jambes aurait été inutile. Elle tenta de me pincer. Ou de me chatouiller. Je n’en savais rien parce que ces chatouilles ne me faisaient rien du tout.

Pourtant la situation était comique. Je finissais par rire aux éclats. Cela faisait tellement longtemps que ça ne m’étais pas arrivé. La dernière fois que j’avais ris comme ça, j’avais vu un film avec des pseudos anges, de drôle de personnages tout de blanc vêtu, qui volaient sur Terre avec des ailes d’oiseaux. Je me tenais les côtes et tentais de reprendre une respiration plus contrôlé et de me calmer.

Cette fille avait un pouvoir magique sur moi. Elle arrivait à me faire oublier mes problèmes et à me faire rire. J’étais détendu et zen. Bon peut être pas si détendu. Miho était « posée » sur moi de façon…étrange. Et cela ne m’aurait pas trop embêté si elle ne faisait pas pression sur une certaine partie de mon anatomie. Je crois qu’elle finit par s’en apercevoir. Elle se leva et regagna son lit. Elle s’allongea et je faisais de même. Elle se pencha légèrement vers moi pour me souhaiter bonne nuit. Je lui adressais un clin d’œil malicieux et faisait un petit signe de la main.

- Fais de beaux rêves !

Sur ma montre il était minuit passé. Je fermais les yeux un instant. J’essayais de vider ma tête et de prendre une respiration plus lente et appuyée pour m’endormir. La présence de Miho à coté de moi m’électrisait.

Mon rôle de protecteur était perturbé de l’avoir si prés de moi. Je ne méritais surement pas cette chance. J’étais très tenté de la regarder. Pour voir si tout aller bien. Je passais le plus clair de mon temps à la regarder. Toujours et encore. C’est comme si une partie de mon esprit refusait de relâcher ma vigilance. Pourtant c’était idiot. Je ne pouvais pas plus la protéger qu’en étant aussi prés d’elle. C’était vraiment une sensation inhabituelle.

Le silence de la chambre était juste apaisant. Quand j’étais sure qu’elle devait dormir (J’avais au préalable, écouté sa respiration pour voir si elle dormait), je rouvrais les yeux. Accoudé face à son lit, je l’observais alors qu’elle devait déjà être dans le monde merveilleux des rêves.

J’avais envie d’être comme un grand frère protecteur pour elle. Doucement je me levais et remettais sa couverture qui était tombée. En la bordant délicatement je relevais une mèche de ses cheveux qui lui barrait le visage. En me rallongeant, je me dis qu’il fallait que je parle un peu avec d’autres anges gardiens un de ces quatre. Que je partage ce que j’avais sur le cœur.

Je ne me sentais pas vraiment bien dans mes vêtements c’est pour cela que je me permettais de virer mon tee shirt. Dormir torse nu ce n’était pas plus mal que dormir en caleçon. C’est avec cette pensée que je finissais par m’endormir.

Le lendemain matin

Comme je l’avais prévu, il ne devait pas être 8 heures du matin que je me réveillais. Miho dormait à poings fermés. On aurait dit une enfant. Mon premier réflexe du matin : me coiffer. Je me levais sur la pointe des pieds et allait dans la salle de bain pour arranger mes cheveux. J’empruntais la brosse de Miho. J’espérais qu’elle n’allait pas m’en vouloir pour ça. J’essayais d’aplatir mes épis et si j’avais été chez moi j’aurais utilisé une crème spéciale mais pour cette fois ci de l’eau suffirait. Oups. Espérons que je n’avais pas fais assez de bruit pour la réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Jeu 7 Avr - 21:54

« Je sais bien que tu vis avec ton poisson rouge ! Pauvre de lui ! »

Miho sourit, c’était e genre de blague qu’elle aimait bien faire, mais elle devait bien avouer que Kanon ne perdait pas son sang froid, c’est ce qui lui plaisait bien, lui au moins, il savait comment réagir avec elle, pas comme certaines personnes. On citera dès lors sa mère et ses potentiels beaux-pères. Quand elle balança un coussin sur le serveur, celui-ci semblait surpris et il y avait de quoi, souvent incompréhensibles, les gestes de la demoiselle étaient également brusques. Et lui se contentait de sourire, ce qui gêna d’autant plus la Nippone qui finit par se sentir plus rassurée à sa réponse et… détourna bien vite le regard.

Quant à la scène de cette pseudo bataille, maladresse oblige, Miho s’enfonça encore plus en voulant chatouiller l’ange qui… n’avait pas l’air de craindre, il riait, mais elle avait bien compris que ce n’était pas pour ça. Sur le coup, elle n’avait pas réfléchi, mais sentant le jean contre ses jambes, se releva légèrement, comprenant que… ce n’était peut-être pas comme ça qu’une femme devait se comporter en la présence d’un homme et encore bien moins de son protecteur… ironie du sort, elle était plus que mal à l’aise, se cachant plus ou moins de la vue du bel ange pour essayer de s’endormir et de calmer les battements de son cœur, bien trop rapide à son gout. Le jeune homme lui fit un clin d’œil, ce qui la fit se cacher un peu plus, avant qu’elle ne s’endorme, ne se doutant absolument pas que son dévoué Kanon veillait le temps de sombrer lui aussi.

Le lendemain matin, ce n’est que lorsqu’elle entendit le robinet couler fort qu’elle se réveilla et se dirigea d’un pas lasse vers la salle de bain, ouvrant la porte au même moment qu’on certain ange gardien lui provoquant peut-être la peur de sa vie. Mais la tête dans le coton, elle avança, posant son front (garni d’un léger bleu) sur le torse de son nouvel ami, n’ayant pas vraiment envie de se préparer. Elle releva son visage, comprenant enfin que ce n’était pas un rêve et finit par se reculer de quelques pas, rencontrant le mur. C’est alors qu’elle le vit avec… une brosse ? Sérieusement ? Elle écarquilla les yeux mettant sa main devant sa bouche pour rire légèrement.

« Han… mais t’es un ange perfectionniste ! Ce n’est pas possible ! Tu dois toujours être aussi parfait ? Mah… bonjour, bonjour… désolé… ça m’a surprise ! »

Elle sourit, allant récupérer sa brosse à dents pour se préparer elle aussi, vérifiant qu’elle n’en a pas une neuve dans le tiroir à pharmacie pour la tendre au jeune homme, histoire qu’il puisse faire un minimum sa toilette, devinant qu’il ne devait pas être à l’aise. Puis… c’est en se brossant les dents qu’elle ralenti la cadence, déglutissant difficilement en osant jeter un léger coup d’œil à côté d’elle, revenant immédiatement à contempler le mur. Kanon était torse nu et ce que Miho avait vu lui plaisait pas mal, oui, mine de rien c’est une demoiselle en pleine croissance qui par la même occasion… partage sa chambre pour la première fois avec un homme, rappelons-le.

Une fois son brossage de dents terminé, la petite poupée releva son visage vers le géant, lui piquant la brosse pour démêler sa masse de cheveux, surtout sa longueur, attachant ses derniers en deux couettes afin de les rendre moins longs à la vu des autres puis alla voir dans son armoire afin de prendre des vêtements. Pas besoin que le serveur détourne son regard ni même ne reste enfermé dans la pièce d’à côté puisque sa chemise de nuit était assez longue et large pour que la miss puisse se changer sans qu’on n’y voie quoi que ce soit. Elle posa alors quelques questions.

« Dis… Tu as bien dormi ? »

Il était vrai qu’elle avait fait un étrange rêve, quelqu’un était à ses côtés, mais elle ne savait pas qui, un instant elle avait cru voir Kanon lui caresser le front, elle était dans le brouillard? Ou bien son imagination lui avait joué des tours à son réveil ? Quoi qu’il en soit, elle ne voulut pas en parler, bien trop honteuse. Est-ce que cette relation était normale ? Ou bien est-ce que ces deux-là étaient plus proches qu’ils ne devraient l’être ? Ce qui était d’autant plus intriguant c’était que Miho se pose la question à laquelle elle ne se serait jamais confrontée si elle n’avait pas fait plus ample connaissance avec son pervers adoré : les relations amoureuses entre ange et humain étaient-elles tolérées ? Elle ne s’en souciait pas véritablement, haussant les épaules en finissant par reporter son attention sur le serveur.

« Je vais être toute seule avant d’aller en cours, t’as pas peur que le grand méchant loup vienne me manger ? »

Ou autrement dit « reste avec moi s’il te plait s’il te plait s’il te plaiiiiit » mais bon… notre casse-pied favorite ne risquait pas de le lui dire, bien trop perturbée par cette rencontre… ces précipitations, puis le fait que tout aille si rapidement depuis. Il fallait qu’elle fasse une courte pause, pour se remettre en question et pourquoi pas fouiner dans les archives qu’elle avait à trier souvent à la Kronos, une bibliothèque authentique avec des règlements, pourquoi pas après tout ? Elle pourrait peut-être trouver des réponses ?

« J’ai une question très bête… ne te moque pas, mais… ça m’est passé par la tête et je ne préfère pas demande au grand gour….Patron ! Au grand patron… »

Elle se gratta la nuque, s’asseyant en mettant la veste de son uniforme, après elle changera de vêtements pour aller au boulot, mais quoi qu’il en soit, la voila assise sur le lit à regarder le pauvre damoiseau qui devait être aussi paumé qu’elle, de bon matin quelle ambiance !

« Si les anges et les démons existent, tu crois que Cupidon aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Ven 8 Avr - 18:42

Finalement comme je le craignais, j’avais réveillé Miho. De la salle de bain je l’entendis se lever et s’approcher de la pièce où je me trouvais. Elle ouvra la porte à la volée. Sa violence de bon matin eu le don de me surprendre. Elle s’approcha de moi et posa son front contre mon torse.

J’ eus le temps d’apercevoir qu’elle avait un bleu sur le front. Je ne la pensais pas si fragile. Ou c’est moi qui ne contrôlais pas ma force. Est-ce qu’elle faisait ça à la première personne qu’elle croisait quand elle se levait ? Je l’ignorais et je trouvai son geste un peu bizarre mais très gentil. Visiblement elle ne devait pas être bien réveillée. Soudain elle parut s’en apercevoir et se recula. Elle se moqua en voyant que je me brossais les cheveux. Je répliquais un peu agacé :


- Oui ce n’est pas parce que je suis un ange que mes cheveux se brossent tout seul. Je n’ai malheureusement pas ce pouvoir.

En parlant de pouvoirs je m’apercevais qu’elle ignorait complètement les pouvoirs que j’avais. Certes, il n’était plus très nombreux et pas très puissants non plus. J’avais renoncé à ça et cela faisait partie du marché quand un ange décide de devenir ange gardien. Elle finirait par les découvrir avec le temps. Peut être même plus tôt que je ne le pensais.

Elle récupéra sa brosse à dents et me tendit une neuve. Je la prenais, bien décidé à la « rembourser » dés que j’irais faire mes courses. Alors qu’elle se brossait les dents énergiquement, je continuais à me coiffer tranquillement. Je la sentis stopper son mouvement, se tourner vers moi puis elle se mit à fixer le mur avec insistance. Je n’aurais pas compris sa réaction si je n’avais pas suivi son regard. Je baissais la tête. J’étais torse nu. Zut. Je n’étais pas très sensible à la température et j’avais complètement oublié de remettre mon tee shirt en me levant.

Sur le moment je me traitais intérieurement d’imbécile, d’idiot. Puis, sans réfléchir, je me rendais invisible à ses yeux et allais enfiler mon tee shirt. Je revenais à ses cotés et « réapparaissais ». Espérons qu’elle n’allait pas remarquer ça. Sinon elle allait encore m’inonder de questions. Je faisais comme si de rien était. Mais bon elle allait surement remarquer qu’une seconde plus tôt je n’avais pas mon tee shirt. A la place, elle demanda si j’avais bien dormi. J’hochais la tête en signe d’approbation. Elle m’avait repris la brosse à cheveux des mains et j’en profitais pour me laver les dents. Je prenais son dentifrice et me servais une bonne dose. Elle n’avait pas cours avant 10h30. Elle me regarda avec des yeux de cockers en insistant sur le mot « seule ». Mmh elle jouait sur la corde sensible là ?


- Cela ne me pose pas de problèmes de passer plus de temps avec toi. Enfin c’est toi qui vois. J’imagine que tu ne comptes pas quitter le lycée ce matin alors je peux partir…Si c’est ce que tu souhaites.

Elle s’était habillé en parlant. En gentleman, je me mettais face au mur pour ne pas la regarder s’habiller. Je ne voulais pas la mettre mal à l’aise et il est vrai que sa chambre était petite et ne laissait que peu de place à l’intimité. Finalement, toujours dos à elle, je prenais mon matelas, mes couvertures et pliais proprement le tout pour qu’elle puisse le ranger avec plus de facilité.

Elle me posa encore une question. Décidemment, j’avais l’impression de passer mon temps à essayer de lui répondre. Et c’est qu’elle ne me posait pas de questions évidentes la petite ! Est-ce que Cupidon existe ? L’interrogation me rendit perplexe et je ne savais pas trop quoi lui répondre. Ne sachant pas trop moi-même. Je ne m’étais jamais poser cette question. J’imaginais que ce devait être un problème qui ne tracassait que les jeunes demoiselles de son âge.


- Est-ce que tu me parles de cette histoire d’ange de l’amour ? Le vieux mythe de l’ange qui unit les mortels en leur lançant des flèches ? Franchement je serais tenté de te répondre non. Pas à ma connaissance en tout cas.

La vérité c’est que s’il y en avait eu un, je n’aurais certainement pas eu le droit de lui en parler. Certains secrets de là-haut sont destinés à le rester. Comme je l’avais avoué je n’étais même pas sûr. Après tout, il devait bien y avoir eu un début à cette histoire.


- Mais en fait, pourquoi tu me poses cette question ?


Je la regardais, les bras croisés contre mon torse. Je m’asseyais sur une chaise.


- Quand je te vois, j’ai l’impression de voir ma petite sœur, si innocente mais pas si naïve.


Je me coupais net. Me rappeler de Yumi me rendais triste, nostalgique. Il fallait que je change de sujet et vite. Sinon je sentais que j’allais me sentir au plus mal. Je ne voulais pas changer l’ambiance. Pour une première fois, j’étais optimiste et je ne voulais pas changer ça.



- Tu connais le jeu des 10 questions ? Je t’autorise à m’en poser 10. Ni plus ni moins. Et après ce sera mon tour.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Ven 8 Avr - 20:08

Voyant que Miho avait vexé son ange, elle se tut, préférant jouer les sourdes oreilles. Elle s’occupait de son cas et de celui du jeune homme par la même occasion, lui donnant une brosse à dents, puis récupérant la sienne. Elle eut à peine le temps de remarquer que Kanon était torse nu que ce dernier avait disparu, réapparu. La poupée cligna plusieurs fois des yeux, puis secoua la tête, finissant sa besogne pour ensuite récupérer la brosse en s’étant mise sur la pointe des pieds. C’était fou comme elle adorait taquiner le serveur ! S’habillant tout en lui faisant part de sa crainte. Elle avait totalement confiance en lui, contrairement aux autres anges, démons et même ses semblables. Une fois fait, la demoiselle allant embêter l’ange en écoutant sa réponse, le voyant avec la brosse à la bouche, elle essaya de l’embêter, se mettant derrière lui pour s’appuyer sur le mini rebord de la douche et être plus haute, passant ses mains dans les cheveux du géant.

« Je… hm… si ça ne te dérange pas… »

Oui, restons tout de même polis, ce n’est pas parce que Kanon est son ange gardien, qu’il doit passer le plus clair de son temps avec elle. D’ailleurs, elle se promettait de se renseigner sur la question. Vint alors la question de ce très célèbre ange de l’amour, ce qui la fit sourire puisque le jeune homme avait tout de même compris. Elle alla s’asseoir tranquillement, attendant qu’il vienne lui aussi pour pouvoir papoter, mais… le lit ne devait pas être à son goût. Alors, elle en profita pour ranger le second matelas sous ce dernier tout en écoutant.

« Ah… je vois. »

De toute façon, elle avait posé cette question en toute innocence, ne sachant elle-même pas la raison pour laquelle elle avait voulu savoir. Kanon le lui demanda d’ailleurs, elle haussa simplement les épaules comme quoi… elle n’avait pas la réponse. Le silence s’installa et Miho s’apprêtait à poser une nouvelle question. Sauf que son protecteur parla d’une petite sœur, voyant son visage elle comprit qu’il ne valait mieux pas s’aventurer là-dedans. Puis, elle remarqua qu’il avait la tête trempée, il s’était coiffé, c’était tout à fait logique. Elle alla chercher une serviette, la lui posant sur la tête en se mettait face à lui pour pouvoir les lui sécher.

« 10 questions… je ne connais pas le jeu, mais je vais tenter au mieux… »

Qu’est-ce qu’elle pouvait bien poser comme question hm ? Elle se mordit la lèvre, souriant en voyant juste quelques fragments de son visage en profitant pour lui gratouiller la tête. Elle tira doucement la serviette par les deux bouts afin de faire lever le géant pour qu’il s’asseye sur le lit. Après tout, elle pourrait mieux lui parler face à face, la chaise était bien trop loin !

« hm… 10 questions, c’est beaucoup, mais je crois que j’en ai quelques une.
Qu’est-ce que tu aimes en termes de nourriture, que ce soit pâtisserie, plat, entrée, ton plateau-repas préféré en quelque sorte ?
»

Elle essayait d’être le plus claire possible et de ne pas poser celles qu’elle avait déjà en tête depuis un certain temps, pour ne pas… l’effrayer ? Ou bien simplement qu’il ne se doute pas.

« Est-ce que tu resteras toujours sur terre ?
Comptes-tu avoir des enfants un jour ? (S’il est possible d’en avoir pour les anges bien sûr)
»

Plus claire, il n’y avait pas, bien que Miho osait des questions qu’elle n’aurait pas du se permettre, mais pardonnons-lui, l’âge… les hormones, le chamboulement dû à cette nouvelle présence, pire qu’une adolescente devant ce mini chanteur à mèche dont on ne citera pas le nom au risque de se faire tabasser.

« hm… est-ce qu’un jour tu me parleras vraiment de ton passé ?
Qu’est-ce que tu penses du fait qu’on soit… hm… proches… alors qu’on se connait depuis… pas si longtemps que ça, pour ne pas dire hier ?
»

Si la poupée était précoce, autant dire qu’elle était perspicace ne voulant pas brusque le nouveau venu puisque lui aussi devait être aussi bouleversé qu’elle. Elle se mordit la lèvre, puis tenta de poursuivre, s’engouffrant dans des détails improbables.

« Pourquoi m’avoir choisi… maintenant ?
Et pourquoi est-ce que tu t’investis autant ?
»

Autant dire que sa vie était inutile comparée à celles de milliers d’autres, pourtant elle sortait du lot et c’est ce qui la rendait une fois de plus distante avec les autres, elle sera encore plus vigilante ! Mais elle poursuivit, avec peine, manquant de force pour les prochaines interrogations et surtout… ayant du mal à parler d’elle alors que ça allait bientôt venir. Elle était néanmoins contente de pouvoir jouer à ce petit jeu là, pouvant en savoir plus sur son protecteur, voulant être quitte. Elle préféra opter pour d’autres questions, trois dernières questions sur son mode de vie actuel, histoire de ne pas trop lui montrer qu’elle était mal.

« Est-ce que tu écoutes de la musique et si oui, quoi ?
Qu’est-ce que tu aimes faire maintenant que tu es sur terre comme un homme ?
Tu sais quoi sur… non en fait j’ai plus de questions !
»

Elle sourit, simplement parce qu’elle n’avait pas voulu poser la dernière et que, ce n’était pas important. Puisque Kanon n’avait jamais eu de petite amie à proprement parlé, il n’avait surement pas eu la curiosité de savoir ce qu’était l’amour, aussi bien le sentiment que l’acte qui unit deux êtres, le fait étant qu’il n’avait surement jamais ressenti l’envie, tout simplement. Miho resta bien sage, s’amusant à mettre ses manches sur ses mains, écoutant Kanon répondre, mais également poser ses questions. La jeune fille se doutait forcément qu’il devait la connaître sur le bout des doigts, l’observer de loin et était curieuse de savoir ce que pouvait bien demander le serveur. En parlant de ça, ce soir… la kronos ! Il viendra la chercher, n’est-ce pas ? Cette fois-ci elle avait fait son sac pour rentrer à l’appartement de sa mère, qui était d’ailleurs partie pour quelque temps, lui laissant une immense maison vide, faisant entièrement confiance au bout de femme qu’est Miho.


Dernière édition par Abe Miho le Mer 4 Jan - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Sam 9 Avr - 8:58

Je sentis la main de Miho dans mes cheveux. Arg. Je détestais ça. Et pourtant je l’avais prévenu. A force d’observer les humains je m’étais rendu compte que, généralement, quand on leur dit une chose à ne pas faire, ils le font. Il faudrait que j’essaye de m’en souvenir à présent.
Elle m’avoua qu’elle voulait bien que je reste jusqu'à qu’elle aille en cours. Mais je n’étais concentré que sur ma vengeance. Je recrachais le dentifrice avec de l’eau et rangeais ma brosse à dent, nettoyée au préalable. En un instant je me retournais et il me suffit de lui faire une petite balayette avec le pied pour qu’elle s’envole. Enfin qu’elle tombe, plus précisément. Mais comme je l’avais appris en arts martiaux, je la rattrapais juste avant qu’elle n’atteigne le sol. Je ne voulais pas la voir se faire mal et la heurter m’aurait été insupportable. De plus je n’étais pas vraiment expert en chatouilles et j’avais un peu peur de la toucher plus que de raison. Je l’aidais à se relever avec un petit sourire satisfait. Je savais néanmoins qu’elle n’hésiterais pas à recommencer. Il fallait que je me tienne sur mes gardes.

Après une petite discussion sur Cupidon, je lui proposais le jeu des 10 questions et elle accepta. Secrètement j’espérais que, comme ça, elle me poserait un peu moins de questions à l’avenir. De questions dérangeantes auxquelles je peinais à trouver des réponses adéquates. Je m’appliquais donc à répondre soigneusement à chacune de ses questions. Tout en réfléchissant à celles que j’allais poser. La tâche n’était pas évidente vu que je savais beaucoup plus de choses sur elle que elle sur moi.

Pendant que je réfléchissais elle vint poser une serviette sur mes épaules. J’allais la saisir pour me sécher les cheveux. Je les avais trop aspergés d’eau et à présent, il était mouillé. Je la remerciais d’un signe de tête pour cette délicate attention. Elle entreprit de me les sécher en un geste maternel. J’allais protester mais le contact du tissu sur mes cheveux était agréable et doux. Je marmonnais dans ma barbe tandis qu’elle semblait prendre plaisir à me gratouiller la tête. Bon elle ne me touchait pas vraiment les cheveux. Se contentant de me les sécher à l’aide de la serviette donc je ronchonnais juste un peu. Elle tira sur les pans pour m'encourager à venir m'assoir sur le lit.


- Je n’ai pas vraiment de préférences en matière de nourriture. Mais disons que j’aime les produits naturels. Je mange pas mal de fruits et de légumes de saisons. Je n’aime pas trop les trucs sucrés.
- Oui, je pense que je vais rester sur Terre.
- Non. Je …Non.


Ma voix resta bloquée dans ma gorge. Je ne savais pas comment dire ces choses. Bien sûr que si j’avais été humain j’aurais répondu par l’affirmative. Mais je n’étais plus. Je n’avais pas choisi d’être un ange dans ce dessein. Comment réussir à répandre le bien autour de soi sans négliger un enfant ? Ces deux tâches étaient nettement incompatibles. De plus pour faire un enfant, il fallait accomplir un acte qui était sévèrement punit chez les anges. Ce que je comprenais aisément. Je ne savais pas comment expliquer ça à Miho. C’était une femme et je ne pensais pas qu’elle pourrait comprendre mon choix. Je décidais donc de passer à la question suivante, l’air de rien.


- Peut être que je te parlerais de mon passé. Quand je serais prêt à le faire.

- Je n’ai pas trop d’avis sur la question de notre « proximité » bien que j’appellerais plutôt ça de la complicité. Je pense que sur ce point là, je préfère ne pas trop y réfléchir et laisser faire. Je ne te cacherais pas que c’est très probablement du au lien qui nous unit.

- Je pense t’avoir déjà expliqué pourquoi je t’ai choisie. Quand à savoir pourquoi maintenant. Encore une fois un enchainement d’événements m’ont conduis jusqu’à toi. Mais je ne te le dirais pas pour l’instant.

- Pourquoi je m’investis autant ? Je …j’ai toujours été comme ça. Même avant ma vie d’ange. J’aime les choses bien faite. J’aime sentir le bien triompher et je serais prêt à n’importe quoi pour ça. Je sais que ta protection en dépend.


Je m’arrêtais quelques instants. Est-ce que j’avais fourni de bonnes réponses. Je l’ignorais et de ce fait, je tentais de scrutais le visage de Miho et de discerner ses émotions. Finalement elle reprenait ses questions et je reprenais mes réponses.


- Oui j’écoute de la musique. J’aime beaucoup le rock, la pop, le classique…bref je suis quelqu’un de très ouvert. J’écoute des musiques qui viennent du monde entier. De L’Europe, des Etats Unis…En ce moment j’écoute Within Temptation. J’aime beaucoup la voix de la chanteuse de ce groupe !

- Maintenant que je suis sur terre…je vis comme un humain plus ou moins normal. J’aime bien le cinéma. C’est une passion. J’ai beaucoup de DVD chez moi. Je collectionne les films sur…les anges et les démons. Je trouve que votre façon de nous imaginer est très divertissante pour moi.


J’esquissais un sourire. Et je réfléchissais à mes questions. Qu’est ce que je ne savais pas déjà sur Miho ? J’avais commencé à réfléchir à mes dix questions depuis un bon moment et j’espérais qu’elle allait y répondre avec sincérité.


- Est-ce que tu me laisseras toujours te protéger ?

- Serais tu prête à ne pas me cacher les choses que tu as sur le cœur vis-à-vis de moi ? J’entends par là que tu me dises quand tu sens que je t’étouffe trop, quand tu en as marre de me voir ;


Je me souvenais aussi je n’avais jamais eu l’occasion de le voir à la Kronos Heaven Corp ou au lycée et que ça m’intriguait toujours un peu.


- En quoi consiste ton job à la Kronos Heaven ?

- Est-ce que tu connais le patron ?

- Qu’est ce que tu penses de lui ?

- C’est quoi ta matière préférée au Lycée ?

- Tu veux faire quoi plus tard ?


Et voilà plus que 3 questions. J’optais pour des questions banales. Plus inspirées de celle qu’elle m’avait précédemment posée.


- Quel est ton film préféré ?

- Qu’est ce que tu écoutes comme musique, toi ?

- Et qu’est ce que tu penses de notre « complicité » ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Sam 9 Avr - 12:56

Miho lâcha un léger cri, ayant eu peur de la chute, mais bien contente d’être rattrapée, elle donna une petite tape sur l’épaule du géant, le cœur battant. Ils finirent par s’asseoir pour se poser des questions, selon les dires de Kanon, ce qui fit sourire la demoiselle, d’autant plus que l’ange ne rechignait pas quand elle lui séchait les cheveux, elle adorait faire ça d’ailleurs ! Elle l’attira à coté de lui, posant ses questions les unes à la suite des autres, espérant ne pas aller trop loin. Il aimait les fruits, pas trop de sucre et voulait rester sur terre, en revanche, pas de mariage, pas d’enfants, tien, ça… c’était étrange elle le voyait bien dans le rôle du papa ! Mais elle ne dit rien, sentant qu’il avait l’air d’être mal à l’aise par rapport à ça. Elle pencha sa tête sur le côté, tentant de deviner pourquoi, puis lui caressa la joue, espérant ne pas lui avoir fait penser à un problème quelconque. Il reprit la parole, la poupée était plutôt satisfaite, rassurée qu’il puisse se confier un jour, elle attendra de toute façon, ça ne presse pas.

Puis la suite vint, ce qui était étrange en revanche c’est que cette question de complicité soit si soudaine et surtout que la raison en soit toujours le lien. Quelque chose lui disait que ce n’était pas simplement ça, peut-être simplement qu’ils s’appréciaient et qu’ils se seraient appréciés dans une autre vie ? Elle ne réfléchit pas plus, acquiesçant. La sécurité qui se dégageait des mots du jeune homme lui fit un pincement au cœur, elle se mordit la lèvre, appuyant sa tête sur l’épaule de l’ange, satisfaite, bien entendu, mais quelque peu déçue du fait qu’elle n’ait pas les réponses qu’elle attendait, ça la concernait après tout ! Mais pas de panique, elle se remonta bien vite en écoutant les 3 dernières réponses.

Elle rit légèrement, c’est sûr que ce devait être nouveau toute cette technologie ! Et par la même occasion, ce devait être… assez amusant de voir comment les mœurs ont évolué, comment les hommes voyaient les entités immortelles .

« Bon choix de musique ! Puis, c’est sûr que ce doit être drôle, t’as vu ? On vous imagine avec des grandes ailes blanches et argentées le plus souvent, puis toujours blonds, très pâles ! Enfin…, on dirait plutôt des ailes d’animaux, c’est dommage. Est-ce que tu as des ailes ? Comment c’est ? »

Voilà la dernière question, finalement elle l’avait trouvée ! Vint le tour de Kanon qui sourit en lui posant toute sorte de questions, et cela permettait à la demoiselle de voir ce qu’il ne savait pas sur elle, bien que ce soit assez bizarre, elle ne le prenait pas pour un voyeur. En même temps, la suivre du regard… tien, est-ce qu’il avait osé la suivre jusqu’à l’intérieur de chez elle ? Question qu’elle ne posera pas, bien évidemment. Elle se gratta la nuque, ce n’était pas tâche facile ce genre de demande, mais… elle s’efforçait de répondre au mieux.

« Oui, toujours à condition que je ne sois pas un poids pour toi… »

Elle se mordit la lèvre, regardant ailleurs, puis poursuivit, frissonnant en pensant qu’elle devait faire des efforts pour se confier, mais elle soupira, posant son menton sur l’épaule du jeune homme. En s’apercevant de leur proximité, n’ayant pas envisagé que Kanon puisse tourner la tête, elle se redressa, appuyant ses mains sur le lit.

« hm… compte sur moi ! Mais… de toute façon, tu le comprendras toi-même, je ne suis pas du genre à me taire sur ce genre de ressenti. Je te demanderais juste de ne pas… faire attention à mes sautes d’humeur et ne pas trop poser de question si tu vois que je ne suis pas dans mon assiette. J’ai l’habitude de me débrouiller seule… »

Mais ce qu’elle ne disait pas c’est que la présence du protecteur était relativement importante puisqu’il avait le don de lire en son cœur, si elle venait à avoir terriblement mal, les calins du jeune homme ne seraient pas refusés. Elle écouta de nouveau.

« Je m’occupe de ranger des dossiers, d’apporter son thé au grand patron, par exemple. Donc, je connais le patron… et je n’en pense pas grand-chose, si ce n’est que parfois j’ai envie de lui balancer sa tasse à la figure. Je me retiens ! Ma matière préférée… euh, je dirais les langues ! Et je ne sais pas ce que je veux faire plus tard. »

Tout un tas de questions qui étaient pertinentes certes, mais qui avaient eu le don de l’énerver, lui ayant fait repenser à ce vieux bougre d’ange ! Elle l’aimait bien, oui, mais disons qu’il la prenait un peu trop pour une enfant, et à son goût elle avait l’impression de passer pour une idiote à ses yeux. Mais il lui faisait confiance et c’était tout de même apaisant.

« hm… film préféré… je n’en ai pas particulièrement, j’aime beaucoup les documentaires, si toi tu aimes te moquer de notre façon de voir les anges, moi je me moque de celles des gens vis-à-vis des animaux !

Pour les musiques, j’écoute un peu de tout, mais j’ai une petite préférence pour les reprises rock !
»

Elle mit un certain temps de réflexion pour la dernière question, essayant de répondre le plus justement possible bien qu’elle n’en ait pas la moindre idée.

« Que… qu’on aurait pu s’entendre comme ça dans une autre vie, je suppose ? Parce que même si tu es mon ange gardien… c’est assez soudain, on a dormi dans la même pièce, je suis rassurée quand… quand tu es là et… j’aime bien… te parler, alors… tu vois, on s’entend plutôt bien… y’a quelque chose d’assez bizarre, mystérieux, mais ce n’est peut-être que mon imagination. »

Elle ne savait plus trop quoi dire, en effet, la méthode de Kanon pour qu’elle s’arrête de poser des questions avait été efficace ! Autant dire commençait à savoir s’y faire avec Miho, mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, la demoiselle était plus que curieuse ! Rappelons-le. Disons que pour l’instant, c’était une panne, elle ne voyait pas l’utilité de parler un peu plus, étant simplement bien avec le jeune homme, comme ça. Elle posa sa tête de nouveau sur son épaule, prenant sa main, comme lorsqu’ils étaient dans le métro, puis ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Sam 9 Avr - 19:34

- Des ailes ? Ben non je n’en ai pas. Sinon tu les verrais.

Je trouvais inutile de préciser que je savais voler, elle devait déjà le savoir. Elle s’attela à répondre à toutes mes questions avec engouement. J’étais plutôt satisfait de ses réponses. Miho c’était un peu la fille qu’on rêvait de protéger. Douce, gentille, attentionnée, parfaite quoi ! Je n’aurais pas pu avoir mieux.

Elle se pencha vers moi et posa son menton sur mon épaule. A mon habitude, je ne bougeais pas d’un pouce. Les contacts avec Miho étaient loin d’être désagréable. Seulement je n’étais pas habitué à ça et je ne savais pas trop comment réagir. Tout était si nouveau.
Elle se redressa et continua à répondre à mes questions. Vint la dernière question. J’étais très curieux de savoir ce qu’elle pensait. A ma grande satisfaction je comprenais que cela était aussi nouveau pour elle que pour moi. Elle mentionna le fait qu’on aurait pu se connaitre dans une autre vie. Je ne croyais pas vraiment à ce genre de choses mais cela me fit sourire. Sa façon de s’exprimer sur le sujet était poétique. Est-ce qu’elle pensait qu’il pouvait y avoir autre chose que le lien ange gardien-protégée ? Si oui, je ne voyais pas trop ce qu’elle voulait dire. J’étais un peu perdu par rapport à ça. Pour moi tout m’étais inconnu. C’était à la fois effrayant et excitant

. Pour la première fois depuis longtemps je retrouvais un peu de mon humanité perdue. Elle se sentait rassurée quand j’étais là. Je méditais cette phrase. Je n’étais peut être pas si mauvais que ça alors. J’avais ma propre technique et elle marchait, c’était le principale.

Elle posa une seconde fois, sa tête contre mon épaule et me prit la main. Elle ne me parlait plus. J’entendais le bruit de son petit cœur et sa respiration. Elle avait l’air de se sentir bien. Je la vis même fermer les yeux.

Je me demandais si elle était fatiguée de la soirée d’hier soir. Cela avait du être éprouvant pour la jeune fille. Je me sentais moi aussi l’esprit léger. J’aurais voulu que ces moments d’une douceur étrange ne s’arrêtent jamais.

Il devait être 9 heures moins le quart. Le soleil commençait déjà à se lever et j’espérais qu’il ferait beau aujourd‘hui. Sa main était froide et j’espérais que la mienne était assez chaude pour la réchauffer. Soudain je me souvenais que nous n’avions pas déjeuné. Même si je n’avais pas trop faim, je considérais Miho et la trouvais un peu trop mince. On aurait dit qu’elle sautait pas mal de repas.

- Mais tu n’a pas faim ? Tu devrais croquer un morceau ! Histoire de tenir jusqu’au repas de midi. J’espère que tu ne négliges pas ton alimentation !

Ça c’était moi en mode « papa poule ». Franchement je ne le faisais pas exprès mais pour moi, protéger Miho ne s’arrêtais pas à la préserver de tout dangers extérieurs. Bon j’avoue que j’avais aussi un peu soif et qu’un jus d’orange aurait été le bienvenu mais je n’aurais jamais osé l’avouer.

Je souriais gentiment en lui faisant un clin d’œil complice et lui pinçait très légèrement le ventre. Je ne voulais pas provoquer d’autres bleus. En parlant de bleu…je me penchais pour observer celui qui était sur son front en soulevant les mèches de sa frange.

- Je suis vraiment désolé pour ça.

Embêté, je me passais la langue sur les lèvres et me levais d’un bond. Je lui faisais une petite courbette d’excuses. C’est vrai que sur ce coup là, je m’en voulais un peu. Ça risquait de s’agrandir et de se foncer.

Je me dirigeais d’un pas décidé vers la salle de bain. Quand j’étais venue dans celle-ci j’avais déjà remarqué qu’elle avait une petite pharmacie. Je l’ouvrais et me saisissais de la pommade contre les bleus, l’arnica. Je revenais dans la chambre et me mettais à genoux face à Miho. Je dévissais le petit tube. Je n’expliquais pas mon geste mais je savais qu’elle me comprendrait.

- Ne bouge pas hein ?

Elle était assise sur son lit et j’étais à genoux devant elle. Je me penchais une nouvelle fois pour lui appliquer délicatement la crème du bout des doigts, en faisant de petits ronds circulaires. Espérons que ça n’allait pas lui faire mal. Je n’oubliais pas de relever sa frange pour ne pas mettre la pommade dessus. Ce n’était pas gonflé donc pas besoin de mettre de la glace.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Dim 10 Avr - 18:47

« Pas faux… mais je suppose que tu peux voler, enfin… ce n’est pas grave »

Elle se gratta la nuque répondant à toutes les questions qu’il lui avait posées pour finalement poser sa tête contre son épaule et y élire domicile pour un moment très court puisque la voix du jeune homme retentit. Elle ouvrit les yeux, les écarquillant même, se rendant compte qu’elle avait oublié le déjeuner ! Elle se leva d’un bon, riant en sentant qu’il l’avait pincé, mais… resta finalement assise, coupée dans son élan, regardant Kanon s’approcher de son visage en soulevant sa frange. Il s’excusait auprès de la petite poupée, complètement figée, dévorant du regard ses lèvres que l’ange s’évertuait à mouiller de sa langue. Il le faisait exprès ? Miho déglutit difficilement, laissant échapper un « c’est rien » avant d’incliner la tête elle aussi, le regardant faire, le laissant lui appliquer l’arnica. Elle sourit, arrêtant sa main, soudainement.

« T’as pas vraiment besoin de faire ça, tu sais ? Des bleus je m’en fais tous les jours ! »

Pour confirmer ses dires, elle montra ses genoux, puisque la miss était en jupe, uniforme oblige. Ces derniers avaient quelques petits restes, toutes les couleurs y passaient ! Ce dont elle ne se rendit pas compte c’était que Kanon avait donc une jolie vue sur ses gambettes puisqu’il était au niveau de ces dernières (bon bien sûr plus haut, mais du coup, il avait une vue sur ses cuisses uu’…). Elle sourit, hésitante, est-ce qu’elle avait le droit ? Est-ce que son protecteur allait refuser ? Miho se mordit la lèvre, déviant la main du jeune homme pour lui sauter dans les bras, son cœur battant tandis qu’elle lui offrait un câlin.

« Merci… »

Pour quoi ? Parce qu’elle se sentait un peu plus vivante depuis quelque temps, parce qu’il était là et qu’il la rassurait, parce qu’il l’avait choisi elle et pas quelqu’un d’autre, parce qu’il l’appréciait et que c’était réciproque, en somme, parce qu’il l’acceptait et qu’il en était content. C’était nouveau pour les deux jeunes gens, mais c’était enrichissant. Au bout de quelques minutes, la demoiselle finit par se détaché de l’ange, l’aidant même à se relever malgré sa force de crevette et alla chercher dans un mini frigo situé en coin de pièce, du lait, du jus d’orange, sortant ensuite d’un placard au dessus de ce dernier des brioches. Elle se souvint alors que Kanon appréciait les fruits et sortit donc une pomme du frigo. Le temps qu’elle concocte un petit plateau pour lui avec deux verres et des tranches de fruits et brioches et le tour était joué ! En même pas 10 minutes elle lui apporta le tout, mangeant également pour bien commencer la journée.

« Voilà ! Comme ça tu éviteras de te comporter en papa poule ! »

Elle croqua de bon cœur dans la brioche, lui tirant la langue par la suite, regardant par la fenêtre. Puis elle sourit, se disant que ce soir, elle déménageait à nouveau, histoire d’aller dans le grand palace de sa mère pendant qu’elle n’était pas là, toute seule encore, mais au moins pas de défilé d’hommes en caleçon. Elle reporta son attention sur Kanon, buvant un peu dans un verre avant de lui demander.

« Dis… si tu veux, ce soir en partant de la Kronos, puisque je suppose que tu vas vouloir me raccompagner, je vais chez ma mère alors… tu pourras venir visiter… »

Non, évidemment ce n’était pas une invitation à dormir chez elle, sa mère ne comprendrait pas si elle rentrait plus tôt que prévu, c’était, simplement, pour qu’il ne s’inquiète pas et d’ailleurs, il n’était pas question de dormir ! Une fois était amplement suffisante, même si la poupée avait apprécié la présence de l’ange durant son sommeil.

« Moi, j’ai pas d’animaux, si ce n’est un aquarium avec des crevettes ? »

Elle sourit, s’étirant, il fallait vraiment qu’elle pense à investir pour pouvoir ramasser un chien errant, eux, au moins, ils méritaient d’être chouchoutés et ils étaient plus que fidèles ! Enfin, ce sujet n’est pas d’actualité, elle répète sans cesse la même chose, d’ailleurs, elle finit sa brioche, son verre, puis s’appuya sur Kanon pour son menton sur son épaule, le laissant finir de manger tout en le regardant faire. Pourquoi il paraissait si parfait ? Toujours délicat, sur dans ses gestes, et elle en était sure, s’il devait faire un truc totalement ridicule, il sera toujours aussi cool. La Nippone soupira.

« Moh, t’es toujours aussi gracieux ? Tu sais, je vais complexer ! Tu fais jamais d’erreurs ! »

Mais elle était loin de se douter de son passé, en tous les cas elle sentait simplement qu’il était pur, d’ailleurs, elle n’avait jamais rencontré d’ange pareil ! Il était tellement différent, peut-être qu’au fond c’était ça qui l’attirait chez lui ? Mais elle ne se soucia pas trop de ses ressentis, préférant penser à autre chose. En à peine un jour, elle ne pouvait plus se passer de lui, autant dire que c’était terrifiant, pour quelqu’un qui n’est pas censé avoir d’amis, elle était bien entourée ! Elle allait en faire des jalouses et des jaloux aussi !
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Lun 11 Avr - 18:09

Alors que je m’appliquais sérieusement à lui mettre de la crème sur son bleu, elle stoppa mon mouvement d’un geste de la main. Je plissais le front, inquiet. Est-ce que je lui avais fais mal ?

Elle me rassura et m’effraya à la fois en m’avouant qu’elle se faisait des bleus tout les jours. Elle me désigna ses jambes qui étaient d’ailleurs, juste au niveau de ma vue. L’air décidé, j’allais lui remettre une couche de crème sur les bleus qu’elle avait sur les genoux, quand elle me prit dans ses bras. Geste que je ne comprenais pas vraiment mais que j’appréciais malgré tout. Une étrange sensation de chaleur me saisit. Ces bras n’étaient pas bien gros mais c’est fou ce que c’était confortable. J’humais discrètement l’odeur de son shampoing. Ça sentait vraiment bon. J’étais bien quoi. Elle me remercia. Je ne sais pas trop pourquoi elle faisait ça, pourquoi elle disait ça. Une chose est sure c’est que ça me rendait heureux. Et que j’aurais voulu que ces moments durent plus longtemps.

Mais chaque chose a une fin. Elle se releva, m’entrainant avec elle. Je l’observais nous préparer un vrai petit déjeuner digne de son nom. Visiblement elle avait retenu le fait que je mangeais beaucoup de fruits et de légumes puisqu’elle disposa sur un plateau, du jus de fruits, une pomme coupée en morceaux, et du lait avec des brioches.

Elle me traita de papa poule. Je le méritais amplement. Je me comportais de façon beaucoup trop protectrice avec elle. Bien que le terme de « papa » ne me plut pas trop puisque nous avions que quelques années de différence. Mais je n’allais pas me vexer pour si peu. Je m’emparais distraitement d’un verre que j’avais rempli de jus d’orange et le buvais d’une traite. De con coté, Miho prit une bouchée de brioche et me tira malicieusement la langue. Ce à quoi je répondais en la tirant à mon tour.

C’est alors qu’elle me proposa de la raccompagner chez elle et de visiter l’appartement de sa mère. Bien entendu je n’avais jamais mis les pieds là-bas, mais je savais quand même où était situé le logement. Je passais mes deux bras derrière ma tête, un petit sourire au bout des lèvres.

- Je veux bien. Mais la prochaine fois ce sera à ton tour de venir voir où j’habite ! Je suis sur que tu meures d’envie de visiter la maison d’un ange.


J’avais dit cela d’un ton mi amusé mi solennel. Et pourtant si elle savait à quel point mon appart était banal ! Je pense que beaucoup de tokyoïtes avaient des logements qui sortaient beaucoup plus du commun que le mien. Mais ce n’aurait pas été rigolo de casser l’imagination de ma petite protégée. L’impressionner avait aussi un coté amusant.
Elle m’informa qu’elle avait, aussi, un aquarium avec des poissons. Des crevettes. Je trouvais ça amusant. Est-ce qu’on choisissait nos poissons en fonctions de nos traits physiques. Mondieu, j’espérais que ce n’était pas le cas, je n’avais pas la carrure d’un poisson rouge tout de même !

Je prenais les morceaux de pomme un à un et commençais à les manger. Je sentais un regard insistant sur moi. Je me tournais. Miho avait de nouveau posé son menton sur mon épaule et elle me regardait manger avec une moue envieuse. Je me reculais légèrement, surpris au premier abord, de la proximité de son visage avec le mien. J’avalais la nourriture que j’avais encore dans la bouche pour pouvoir répliquer. Finalement, je lui attrapais gentiment le menton avec deux doigts et la regardais droit dans les yeux. Nos visages se touchant presque.

- Arrête de me regarder comme ça quand je mange veux tu ? Je ne vois pas pourquoi tu devrais complexer, je mange normalement tu sais. Et des erreurs j’en fais beaucoup en ce moment alors non je ne suis pas parfait, ni gracieux d’ailleurs !



Si j’avais encore été chez les anges, j’aurais surement répondu d’une voix hautaine « oui, je sais ». A cette époque je ne savais pas du tout ce que signifiais le mot « humble ». Mais grâce à ce qui m’été arrivé et aux humains, j’avais enfin arrêté de me prendre pour le roi du monde. De toute façon, si je ne l’avais pas appris par moi même, les humains l’auraient surement fait.

Je relâchais son menton. Cette fois ci j’avais essayé d’être plus doux dans mes gestes. Je ne supporterais pas qu’elle ai un autre bleu par ma faute.
Je me plaçais au fond de ma chaise, de manière à respecter une distance beaucoup plus convenable entre nous. Sans dire un mot je me resservais un verre de jus d’orange. Ce n’était pas un jus d’oranges fraiches mais je trouvais qu’il n’y avait pas mieux pour commencer la journée.

- Sinon t’a quelque chose de prévu ce week end ? J’aimerais bien passer un peu de temps avec toi si cela ne te dérange pas ?

Je ressentais une vague d’anxiété soudaine monté en moi. Je n’avais pourtant aucune raison de stresser. Mais je voulais entendre sa réponse au plus vite. Et positive si possible. Mais bon sang qu’est ce qu’il m’arrivait ? Cela ne me ressemblait pas vraiment de stresser pour des choses aussi futiles. Si elle disait non ce ne serait pas la fin du monde non plus. Fin’ bon, j’aurais quand même qu’elle dise oui. Oh oh cela ressemblait fort à un combat intérieur en moi. Je ne savais pas trop comment réagir. Je me tapotais les doigts sur les lèvres. Et finalement décidais de lui en dévoiler plus sur ce que je prévoyais.

- On pourrait aller au zoo ? ou au cinéma ? Je ne sais pas trop si ce sont des loisirs de filles de ton âge. Mais dis-moi si tu veux faire quelque chose de particulier ! Je t’accompagnerais volontiers. Excepté si c’est pour aller faire du shopping bien sûr !

Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Lun 11 Avr - 20:44

Kanon avait l’air plus que ravi que Miho le prenne dans ses bras, d’ailleurs, aucun stress, aucun mal aise, elle était très bien comme ça, un peu trop même, se détachant de lui bien rapidement pour préparer un plateau repas, histoire de ne pas trop se laisser aller à la tentation d’aller lui sauter dessus une nouvelle fois. C’est que, ce n’était pas facile, l’ange avait tout pour plaire de par son statut, justement, sa carrure, ses attitudes, elle avait du mal à résister, se disant que ce devait être normal, mais qu’elle devait également faire sa part des choses.

« Ah… je suppose que si tu le dis comme ça c’est que tu habites une maison sublime ! Évidemment, j’ai hâte de voir ! »

Elle sourit, ne s’attendant pas le moins du monde à ce qu’il soit simplement en appartement, sacré Kanon ! Prendre la poupée pour une idiote, c’était méchant ! Bien qu’en fait il n’avait rien dit, juste supposé ! Elle qui se faisait des films pour un rien, autant la laisser poursuivre, elle finira bien par comprendre et de toute façon par voir d’elle-même qu’il l’avait juste embêté. D'ailleurs, son sourire ne lui disait rien qui vaille, elle lui tira la langue, sachant qu’il allait lui aussi répliquer de toute façon, ce qui l’avait fait rire la première fois ou il l’avait fait d’ailleurs.

Puis elle l’observa et Kanon eut la mauvaise idée de tourner la tête pour la énième fois, faisant battre son cœur si violemment qu’elle le sentait presque aux tempes. Il prit son visage entre ses doigts, si proches que la demoiselle n’osait presque plus respirer, louchant presque sur les lèvres de son protecteur puisqu’elle le regardait en train de manger. Elle détourna bien rapidement le visage, ayant eu un geste de recul docile, mais… qui lui valut un « BOOM » contre le mur. Rien de bien méchant, elle n’aurait même pas de bleu !

« Hmf… difficile à croire quand même, tu sais ? »

Elle se gratta la nuque, attendant… de trouver un sujet peut-être ? Puis Kanon tourna le visage pour pouvoir la regarder et lui demander si elle avait quelque chose de prévu ce week-end, il l’invitait ! Elle se mordit la lèvre, un petit sourire sur le visage, regardant vers le haut en mettant son index sur sa bouche, en somme, comme si elle réfléchissait.

« Je sais pas… j’hésite… »

Elle sourit, attendant de voir ce qu’il allait rajouter, puis finalement lui donna une petite tape sur l’épaule en voyant qu’il avait presque changé de regard, la fixer comme ça comme s’il essayait de lire en elle, c’était stressant ! Il cherchait quoi au juste ? Ou bien peut-être que lui aussi était stressé ? Elle soupira, puis se rassit comme il faut.

« Oui, je veux bien qu’on sorte, zoo, ciné, ce que tu veux, de toute façon, je n’aime pas le shopping non plus ! Enfin, entre filles oui, mais je n’ai pas trop l’occasion d’en faire, bref c’est oui ! »

Du moment qu’elle pouvait être avec lui, c’est tout ce qui lui importait ! Elle frissonna, se disant qu’elle devait peut-être tenter quelque chose pour stimuler Kanon, dans le sens ou, tout à l’heure, il n’avait pas fait attention par rapport à leur proximité, recommencer ? Pourquoi pas . Elle posa de nouveau son visage sur son épaule, cette fois-ci aussi proche de son visage qu’il l’avait était, à la différence que le jeune homme avait ses yeux rivés de l’autre coté. Il pouvait simplement sentir son souffle chaud dans son cou, s’il tournait la tête à coup sûr ils seraient très proches, mais quant à savoir si ça le dérangeait, si ça l’intriguait, Miho ne posera pas la question. Elle préfère de loin voir sa réaction et d’ailleurs en espérait peut-être un peu trop puisqu’elle se mordit la lèvre, se contentant d’attendre.

Il devait être aux alentours de 9 h 20, chose assez amusante, le lycée étant juste à côté, leur petit manège pouvait durer jusqu’à 10 h 20, une heure… dans une vie, ce n’est rien n’est-ce pas ? Mais pourtant en une heure peuvent se produire des choses qui peuvent changer une vie complètement, selon nos choix, selon nos paroles, selon l’environnement et les personnes avec qui l’on est.

« Dis… Kanon… t’as jamais voulu… essayer ? Je veux dire… de savoir… ce que ça fait… d’embrasser ? »

Elle espérait que le jeune homme ne voit pas ici l’allusion, puisque c’était assez rapide, mais son cœur était en train d’exploser tellement il battait rapidement, elle avait le souffle court, l’estomac noué, ne comprenant pas pourquoi tout était si rapide, pourquoi elle ressentait ce genre d’envie maintenant et pas avant ? Pourquoi lui ? Elle était certaine de toute façon que les anges ne pouvaient pas s’unir à des humains, mais qui ne tentait rien n’avait rien… au fond, tout ce qu’elle voulait c’était un baiser, peut-être un autre ? Miho… vilaine fille cesse de penser à ces vilaines choses, toi si pure et si chaste…

Passons, elle essaya de se calmer… or, il suffit que Kanon tourne la tête légèrement pour qu’elle ne sache plus quoi faire, complètement perdue la petite à cause d’un certain ange. La demoiselle finit par déglutir difficilement, étant assise sur ses genoux (à elle bien sûr) elle serra un pli de sa jupe de sa main, son autre main sur l’épaule du serveur elle en revanche ne bougea pas, complètement paralysée, tremblant légèrement pour une raison qu’elle ignorait. Essayer de comprendre sans savoir la frustrait, mais elle ne voulait pas le dire, puis de toute façon, elle avait bien honte de ces gestes jusqu’à présent, ses bêtises lui avaient valu beaucoup de moments comme ça avec Kanon apparemment… une fois de plus, pourquoi lui ?


{

}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shimizu Kanon
Guardian angel † Walker

Shimizu Kanon


Emploi : Directeur de la FFL ( a Feather For Life)
Localisation : Je suis ces pas. Si vous la cherchez, vous me trouverez.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mar 12 Avr - 20:56

Je lui avais pris son menton et elle se recula. J’allais la rattraper mais sa tête vint taper le mur. Heureusement même si le bruit était impressionnant, je sus tout de suite qu’elle ne s’était pas vraiment fait mal. Elle ne me croyait pas vraiment quand je lui disais que je n’étais pas si exceptionnel que ça. J’haussais les épaules. Je savais que quoi que je dise ça ne changerait pas son point de vue.

Vint le moment tendu où je lui demandais si elle voulait bien de moi pour le week end. J’attendais sa réponse, plus anxieux à présent. Je savais que je n’avais pas le droit de l’influer dans sa décision et je ne l’aurais jamais fait. Je voulais qu’elle me réponde qu’elle aussi, avait très envie de passer le week end avec moi. Nan mais c’était quoi ce résonnement à la noix !

Il fallait vraiment que j’arrête de penser comme ça. De me comporter comme ça. Une petite voix au fond de moi me disait que ce n’était pas normal. Miho décida de me faire languir un peu plus en me disant qu’elle hésitait. Je bouillonnais d’impatience. J’en pouvais plus. Je la fixais intensément, essayant de deviner ce pourquoi elle hésitait. Ça me rongeait, je voulais savoir le fin mot de l’histoire.

Une petite tape sur l’épaule me fit revenir à la réalité. Miho était d’accord. Mon anxiété s’envola en entendant ses paroles. Je n’esquissais qu’un petit sourire mais à l’intérieur je rayonnais. Les petits riens de la vie sont ce qui vous fait le plus de bien. Je trouvais que ma réaction était un peu excessive. Je ne me comprenais pas. Pourquoi s’être inquiéter pour si peu ?

- Ok c’est marché conclu alors. Je t’appellerais pour te dire où on se rejoindra alors !


Cela m’avait tout l’air d’un rendez vous. J’étais à la fois content et assez septique. Je ne savais que penser de mes sentiments. En un sens j’avais hâte de pouvoir me retrouver seul pour réfléchir à tout ça posément sans la présence de Miho, qui dérangeait tout mes sens et d’une certaine façon, me perturbais.

J’étais un peu perdu dans mes pensées. Je sentais la présence de Miho, plus prés que je ne l’aurais imaginé. Elle semblait attendre une réaction de ma part mais je ne bougeais pas. Elle me demanda alors si j’avais déjà essayer, si j’avais déjà voulu savoir ce que ça faisait..D’embrasser ?!

Notre ambiance joyeuse changea de façon soudaine. La question me surpris à un tel point que je me retournais d’un coup vers elle. Je ne me souvenais plus qu’elle ait posé son menton sur mon épaule et mes lèvres frôlèrent sa joue.

Je me reculais, effrayé. Je ne savais pas quoi dire, quoi faire. Pourquoi elle me posait une telle question à ce moment ? C’est comme ci l’air que l’on respirait se chargeait d’électricité. J’étais tendu et mal à l’aise. Je commençais à avoir chaud. En moi, c’était la confusion totale. Je ne m’étais jamais vraiment interroger sur la possibilité de ressentir de l’amour. Je savais que les anges étaient capables de ça. Mais est ce que ça pouvait m’arriver à moi ? Non certainement pas. J’étais ici pour effectuer ma mission, point.

Je me frottais légèrement l’arrière de la tête. J’avais mal au crane. Je n’arrivais plus à stopper le flux de pensées qui me traversaient le cerveau. Je faisais moins le fier.

Je me levais brusquement. Le besoin de me retrouver seul plus fort que jamais. Je n’avais pas été habitué à rester aussi longtemps en présence d’un humain. En particulier de sexe féminin. J’étais partagé. D’un coté j’aurais voulu savoir ce que Miho avait dans la tête en me posant une telle question. D’autre part je ne voulais pas savoir. Je ne voulais pas me sentir blessé, ressentir de la peine ou au contraire, me sentir content et encouragé.

- Je..pense que je vais y aller maintenant. C’est surement mieux comme ça. Merci pour tout et bonne journée.



En attendant qu’elle m’ouvre la porte, je la regardais avec une moue triste et perdu. J’étais certain de l’avoir blessé. Je me voyais la serrer très fort dans mes bras protecteur et la rassurer. Mais je ne pouvais rien faire. Du moins pour le moment.

- Désolé


Désolé de quoi ? De n’avoir pas répondu à sa question, de l’avoir fuis. De me comporter comme un lâche. De ne pas savoir répondre à ses attentes. Du moins cette attente là. Je ne me sentais pas dans mon assiette. C’est comme ci j’étais incapable de la moindre pensée rationnelle en sa présence. Je sortis du lycée rapidement et quand celui-ci fut hors de mon champ de vison, je donnais un coup de pied dans le mur. J’étais un idiot, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Abe Miho
Human † Watcher

Abe Miho


Emploi : Assistante de Sakuya Toya
Localisation : Lycée, internat, maison, université

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Mission d'infiltration
Mer 13 Avr - 11:12

C’était fou comme le jeune homme était enthousiaste, même si Miho ne voyait qu’un sourire, elle l’avait bien vu inquiet et maintenant qu’elle a donné sa réponse, plus que soulagé. Elle sourit, avant de commencer à se poser des questions, se rapprochant à mesure qu’elle comprenait, bien qu’elle n’ait pas encore la notion réelle de ce qu’il lui arrivait. Miho était ainsi, adorable quand elle le voulait et pourtant… si méprisable quand elle n’y mettait pas le cœur. Or, ici, on ne pouvait pas dire qu’elle n’en avait pas, bien au contraire ce dernier était bel et bien présent, battant à tout rompre. L’ambiance avait délibérément changé, plus lourde, certes, mais semblable à une caresse tandis que la demoiselle posait son visage contre l’épaule de l’ange.

Elle lui posa une question, une seule qui suffit à lui faire tourner la tête dans les deux sens du terme. Kanon s’était retourné, ayant frôlé sa joue. Il avait reculé aussitôt ce geste fait, la poupée le regardant de cette façon étrange, un mélange de curiosité, de douceur et d’intrigue était logée en son œil. Quand le protecteur se leva, ce fut comme si elle revenait à la réalité, descendant de son petit nuage pour faire face à cette ambiance méprisable : le malaise. Autant dire qu’elle comprit tout de suite que le jeune homme était perturbé, en même temps il y avait de quoi et en y réfléchissant bien, Miho pensait que c’était de sa faute, inévitablement.

Elle voulut s’excuser, mais il lui dit qu’il allait partir, son regard était triste et suffisait à déchirer le pauvre petit cœur de la demoiselle, ne supportant pas de provoquer cet effet chez des êtres chers et Kanon en faisait parti à présent. Elle se mordit la lèvre, se levant, la gorge nouée et ouvrit la porte, vérifiant qu’il n’y avait personne dans les couloirs. Une fois fait elle lui adressa un petit sourire, penchant la tête sur le côté.

Miho n’arrivait pas à le regarder dans les yeux, elle déglutit difficilement, se massant la nuque avant de relever son visage, mettant un certain temps à réagir.

« hm… alors à… la prochaine »

C’est comme si tout tombait à l’eau, si son univers, celui qu’elle s’était évertuée à créer pour avoir un semblant de stabilité se détruisait en même temps qu’elle troublait le jeune homme. Quand la porte se referma, Miho resta quelques secondes sur la poignée, fixant un point inexistant. Elle prit son sac, sortant pour aller en cours, préférant attendre avec ses camarades pour se concentrer au plus vite sur son travail et oublier ce mauvais moment.

Plus facile à penser qu’à faire, elle ne pouvait pas le sortir de sa tête. Est-ce qu’il la rappellera un jour ? Il y sera forcé puisqu’il n’est pas méchant et forcément qu’il ne voudra pas la blesser. En somme, c’est comme si inconsciemment elle l’avait pris au piège et elle ne supportait pas cette idée. Miho commença à écrire sur son cahier, appuyant sa tête sur son autre main, mais abandonna rapidement l’idée, mettant sa tête entre ses bras avant de s’endormir sur la table. Les professeurs ne diront rien comme d’habitude, elle est plutôt bonne élève, ils savent qu’elle travaille, quel intérêt de lui rajouter un peu plus de poids sur les épaules si ce n’est pour l’enfoncer ?

Elle était bel et bien décidée à lui laisser plus de choix, se trouvant idiote d’avoir réagi comme elle l’avait fait. La demoiselle était forte, mais ce n’était qu’une carapace que Kanon avait réussi à percer si facilement que c’en était déconcertant. Elle se demandait pourquoi, pourquoi avoir réagi comme ça ? Pourquoi était-elle si proche de lui ? Pourquoi tout simplement… mais pour avoir une réponse il fallait qu’elle le lui demande, qu’elle se confie un peu plus vis-à-vis de lui et de ses sentiments confus, sauf qu’elle ne voulait pas en parler avec le concerné et en parler à quelqu’un d’autre lui était quasiment impossible.

Endormie profondément à présent, la demoiselle ne pensait plus, se libérant enfin de ses démons, si nous pouvons nous permettre ce langage. La lumière grésilla, le brouhaha devint flou, de plus à plus à mesure que Miho s’enfonçait dans les bras de Morphée.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Mission d'infiltration

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Mission d'infiltration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Centre ville :: Lycée :: Internat :: #04-