† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Sam 6 Nov - 13:18



Le 26 janvier 2010 23h 36

Spoiler:
 

Il y a des nuits noires et sans lune pouvant plonger n'importe quels démons supposés effrayants en créatures nostalgiques et vaguement pleurnichardes... Et Toshiro connaissait parfois certaines périodes de spleen intense le faisant ressembler à ces poètes gothiques du XIX ième siècle, vivants au milieu des vapeurs d'opium pour mieux oublier l'ennui de vivre...

... Pourtant Toshiro manquait rarement d'idées pour se distraire de l'ennui mortel qui lui était familier depuis bien longtemps... peut-être depuis toujours
Ainsi, on pouvait le croiser dans les couloirs d'un Musée, alors que la nuit était noire et que tous les humains dits normaux s'enfermaient chez eux pour fuir les terreurs nocturnes.

Donc... Rien de plus facile et naturelle que de passer pour une ombre et d'entrer ou il voulait, comme il le désirait. Rien de plus facile que de duper l'attention d'un humain comme un gardien de Musée. Toshiro se sentait parfois désoler pour ces créatures si vaines... Les humains avaient depuis longtemps "oublier" leurs capacités à "sentir" le monde qui les encerclait... Des l'instant ou ils ont quitté les forets et les cavernes pour des maisons, des villages ou des Palais... les Humains ont commencé à perdre leurs dons et à devenir peureux des qu'un esprit tentait de murmurer à leurs oreilles... ou qu'un démon lui frôlait.

Spoiler:
 

Sur cette pensée, Toshiro passa le porche principal du Musée National, tout en observant l'architecture neo-chinoise totalement kitch... Il marchait en toute décontraction, car il n'était pas du genre à passer par une porte dérobée. Et il n'avait jamais croisé d'humains capables de le voir, de le "sentir" quand il ne voulait être ni vu, ni surpris par un quelconque humain s'auto-proclamant medium ...
Il s'arrêta dans le Grand Hall et contempla le plafond ouvragé. Et en parfaite contradiction avec l'extérieur, toute l'architecture intérieure puait l'Occident... On aurait pu se croire à Paris... Puis, tout en se déplaçant avec la discrétion d'une brise, il songea que le Palais Enchanté de La Belle Aux Bois Dormants devait être aussi silencieux que ce Musée désert.

Il ne se donna pas la peine de penser et se dirigea d'instinct les pièces consacrées aux pièces d'armures des samouraïs... Puis il ralentit le pas devant les grandes cages de verre renfermant les armures, ressemblant à des coquilles vides ayant un jour abritées des êtres surnaturels... Et Toshiro songea que pour certains de ces guerriers antiques... Ils avaient bien été surnaturels...

Spoiler:
 

Toshiro marcha puis ralentit le pas jusqu'à s'arrêter... Comme sous un charme. Il se trouva face aux yeux vides d'un masque morbide placé sur une armure couleur de nuit. Il resta alors en contemplation. Il percevait parafaitement l'odeur du sang qui s'était maintes fois répandu sur ce métal. Le temps ne l'effacerait jamais... pas plus qu'il n'effacerait les souvenirs de celui qui l'avait portée...

Dis-moi ma Belle... L'odeur du carnage te manque-t-elle? Es-tu toujours aussi lourde à porter?

Il sourit...
Malgré les siècles passés, il avait gardé l'habitude de parler à cette "compagne" fidèle. ... c'est à cet instant qu'il se redressa, comme sous l'effet d'une gifle. Une effluve de parfum délicat venait de l'atteindre de plein fouet... une odeur étouffante et entêtante d'innocence virginale...

Une petite ombre tremblante se dressait à l'entrée de la salle des armures...


Dernière édition par Inumari Toshiro le Jeu 11 Nov - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Sam 6 Nov - 16:30

    « I am tripping out on myself
    I have to watch my thoughts
    Before they come to life.
    »

    Music


    Une ombre se mouvait avec élégance dans les jardins de Shibuya. Si on essayait de l'observer avec un peu plus d'attention, la lumière pâle des lampadaires laissait deviner la frêle silhouette d'une jeune femme. Sa robe d'une blancheur parfaite la faisait quelque peu ressorir de l'obscurité. Ses longs cheveux châtains virevoltaient doucement au grès du vent, balayant un visage de poupée. Elle portait de petites Doc Marteens noirs, et était coiffée d'un chapeau miniature noir et blanc. Ses bras étaient nus, ce qui pouvait sembler tout à fait surprenant en cette période de l'année. Mais aussi étrange que cela pouvait paraitre, cette jeune créature adorait le froid. Elle aimait cette sensation qui lui griffait la peau, lui glaçait le sang, lui transperçait les os et le cœur. Peut être parce qu'elle se sentait ainsi un peu plus vivante, plus humaine ..? Peu importe, de toute manière il n'y avait personne ici pour se poser ce genre de questions. Le commun des mortels n'apprécie que peu les ballades nocturnes, trouvant sans doute cela trop inquiétant, trop effrayant. Anna ne comprenait pas vraiment cela, mais ça l'arrangeait bien. Elle pouvait ainsi errer tranquillement dans ces lieux qui lui appartenaient l'espace de quelque heures.

    Mais que pouvait-elle bien faire ici ? Ne dormait-elle donc jamais ? En vérité, elle dormait très mal. Elle redoutait même son sommeil. Ses cauchemars ne cessaient de tourmenter ses nuits, et elle se réveillait souvent plusieurs fois dans la nuit, haletante et tremblante. Le traitement qu'elle suivait contenait des somnifères particulièrement efficaces, mais elle ne les prenait jamais. En vérité elle ne prenait aucun de ses comprimés. De toute manière, elle rejetait tout ce qui venait des médecins. Elle n'avait pas confiance en eux et en leurs méthodes. Pendant trois ans ils l'avaient séquestré et gavé de médicaments de force, alors il ne fallait pas espérer qu'Anna se montre coopérative à présent. Au lieu de dormir donc, elle préférait passer ses nuits à vagabonder ça et là, pour rentrer enfin dormir chez elle une fois que la fatigue se ferait trop grande. Jusqu'ici cela marchait plutôt bien, même si cela rendait ses journées encore plus épuisantes. Tant pis, elle tenait bon, elle arriverait bien à retrouver un rythme de vie un peu plus normal un jour. Ou pas.. Elle était dans un équilibre plus que précaire, et elle en était bien consciente.

    Cela devait faire environ une demi heure qu'elle se promenait dans ce parc, qu'elle connaissait si bien. Elle finit par se retrouver du côté du musée national. C'était un des rares lieux du parc qu'elle n'avait jamais encore visité, et elle décida de remédier à cela cette nuit. De jour, elle n'aurait jamais eu l'idée d'y aller. Il y avait bien trop de monde pour elle, et cela ne lui permettait pas de contempler les œuvres et les objets anciens paisiblement. Elle tourna alors autour du bâtiment, cherchant une entrée discrète. Elle repéra alors une petite entrée sur un balcon, qu'elle atteignit sans soucis en escaladant un arbre, un vrai jeu d'enfant. Sans bruit elle pénétra dans le musée, et commença alors sa visite nocturne. Ses grand yeux noisettes étaient grand ouvert, émerveillé par tout ce qu'elle voyait. Elle n'avait jamais eu la chance de pénétrer dans ce genre de lieu. Elle arpenta de nombreuses salles, observant d'innombrable tableaux et sculptures en tout genre. A coup sur elle reviendrait dans ce lieu, il y avait tant de choses à découvrir et une nuit permettait d'entrevoir seulement une petite parti du musée.

    Cela devait faire une heure, peut être deux, qu'Anna déambulait dans le musée, sans jamais savoir où elle allait, laissant simplement ses pas la guider. Et c'est ainsi qu'elle se retrouva à l'entrée de la salle contenant des armures de samouraïs. Alors qu'elle se rapprochait inconsciemment de cette salle, les battements de son cœurs s'accéléraient doucement sans qu'elle ne sache pourquoi. L'atmosphère changeait petit à petit et se faisait plus lourde. Mais elle ne changeait pas de direction, la curiosité l'animant encore plus.

    Elle avançait lentement, d'un pas léger et discret. Mais une fois arrivé à l'entrée de cette salle, elle s'immobilisa. Un rafale glaciale la pétrifia. Des murmures commencèrent à résonner dans son esprit, se mêlant petit à petit à des cris. Ses yeux étaient grand ouvert, observant avec attention chaque recoin de la pièce. Son cœur battait à un rythme bien trop élevé, et son corps tremblait légèrement. Un instant elle eu la sensation que ces impressionnantes armures devaient être encore habités par quelques vieux esprit torturés. Cette pensée était insensée, tout cela ne devait être que le fruit de son esprit détraqué. Pourtant cette nuit, elle en doutait réellement. Cela devait être le fait d'être dans un musée qui devait lui donner cette impression, elle devait regarder bien trop de films.. Oui c'était surement cela.

    Mais alors que son regard se perdait au milieu des armures, elle vit quelqu'un au fond de la salle. Elle eut un léger mouvement de recul, l'ayant pris au début pour un gardien. Cependant, son inquiétude retomba vite. Cet homme ne ressemblait pas vraiment à un gardien.. Était-ce seulement un visiteur clandestin comme elle ? C'est en tout cas ce qu'elle en déduisit. Les paroles de l'inconnu parvinrent alors aux oreilles de la jeune humaine, interrompant un instant la cacophonie qui se trouvait dans son esprit. La plupart des gens auraient sans doute trouvé ce personnage étrange et inquiétant, et aurait surement fait tout de suite demi tour. Mais Anna était simplement intriguée par ces mots, et elle l'observait silencieusement. Il ne semblait pas l'avoir entendu. Du moins c'est ce qu'elle cru jusqu'à ce qu'il se retourne en sa direction.

    De là où elle était, elle ne parvenait pas bien à le voir. Elle se décida alors à entrer dans cette pièce étrange. Elle inspira profondément, puis s'avança d'une manière quelque peu hésitante. Elle n'avait pas réellement peur, ce qu'elle ressentait à cet instant était difficile à expliquer. Elle se sentait comme plongée dans un univers inconnu. La crainte se mêlait à l'incompréhension ainsi qu'à une curiosité toujours grandissante. Se rapprochant doucement, elle pu mieux voir l'inconnu ainsi que cette armure a laquelle il avait glissé quelques mots. Silencieusement, elle s'arrêta à coté de l'homme, et observa un instant l'armure prisonnière de sa cage de verre. Elle était réellement imposante, et la jeune femme n'arrivait pas à décrocher son regard de ce masque terrifiant.

    « C'est comme si l'esprit de son propriétaire ne voulait pas la quitter.. »

    Murmura t-elle doucement. On pouvait se demander si elle avait pensé à voix haute, ou bien si ces mots étaient destinés à l'homme se tenant à coté d'elle. Elle tourna brièvement son visage en sa direction, et esquissa un sourire discret comme pour le saluer. Bien sur elle ne croyait pas réellement en ce qu'elle venait de dire, elle avait juste dit cela comme ça. Quoi que.. Même sans être superstitieuse, il fallait bien avouer qu'Anna avait de quoi se sentir troublée parce ce qu'il lui arrivait dans cette pièce.




Dernière édition par Fujiwara Anna le Sam 20 Nov - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Sam 6 Nov - 21:01

    Toshiro était rarement surpris... Et il devait admettre se trouver totalement stupéfait par cette apparition se tenant devant lui, à la fois totalement humaine et parfaitement surnaturelle.
    Comment pouvait-on être à la fois si humaine et si... hors norme.
    Quand la demoiselle marcha vers lui, elle dégageait le courage inconscient et innocent d'une vierge marchant vers le lion et sa mort, dans une arène dont le public serait avide de sang.
    Toshiro songea que les ombres de ces lieux devaient cacher des peuples d'esprits et de sous-divinités que la mort d'une enfant pouvait distraire de leur ennui multi-séculaire...

    Toshiro sourit...
    Ce public invisible allait être déçu. Le Démon qu'il était ne connaissait rien de plus ennuyeux que la mise à mort d'un agneau...

    *Un agneau... C'est ce qu'elle est...*

    La toute jeune fille s'avança d'un pas léger et dépourvu de crainte dans sa direction... Comment pouvait-on ne pas sentir à ce point la nature de quelqu'un...? Il eut un mouvement d'humeur... Même sans connaitre sa nature démoniaque, elle aurait du fuir comme n'importe quelle demoiselle normale...

    Mais il fallait se rendre à l'évidence... Aucune demoiselle normale n'aurait erré à une heure pareille dans les couloirs du Musée... Il la considéra avec attention. Sa tenue d'un blanc spectrale lui donnait l'allure d'un pure esprit ou... d'une folle.

    Pendant un bref instant, il songea que cela devait être le cas... Seul les très jeunes enfants et les fous pouvaient percevoir "l'invisible"...
    Toshiro n'eut pas l'ombre d'un doute en croisant les yeux immenses et métissés de la toute jeune fille...

    *... Immenses et sans fond comme les abysses marins... Les yeux d'une visionnaire...*

    La jeune fille sembla glisser sur le sol vers la cage vitrée. Toshiro était certain que l'étrange demoiselle devait provoquer la peur par sa seule présence auprès des autres humains... Il sut avec une évidence absolue qu'elle était de la race de celles qu'à une certaine époque, on torturait et brulait...

    Elle marcha comme hypnotisée par l'armure sombre...

    « C'est comme si l'esprit de son propriétaire ne voulait pas la quitter.. »

    Toshiro reporta son attention sur l'armure ténébreuse... Il sentit le sourire fragile de la jeune fille qu'elle esquissait en douceur... sans doute pour se rassurer ou pour l'amadouer... Il fit un pas vers la cage.

    C'est sans doute la vérité...
    Beaucoup d'armures ne servaient que pour les parades... Celle-ci a présidé aux carnages de son maitre...
    Cette armure est à elle seule un souvenir persistant... Celui de l'amour de la guerre...


    Puis il regarda la jeune fille...


    Vous êtes si jeune...
    Comment peut-on être si jeune, n'avoir jamais vu un champ de bataille et avoir une expérience si intime de la mort...


    Il aurait voulu rattraper ses paroles.
    Il lui suffisait de regarder les mains de la demoiselle, pour y "voir" le sang d'une mort violente...


    *Pauvre petite fille...
    Contre qui t'es-tu défendue avec tant de force?*


    Il ne douta pas un instant de sa pureté intime... La clarté qu'elle dégageait devait attirer tous les esprits à la ronde...

    *Le plus merveilleux des objets à torturer ...*

Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Dim 7 Nov - 22:06

« I can hear you,_I'm just playing it cool
Bones quiver gently,_Vexing blood river
Flux to the tip of my feathers.
»

Music




    « C'est sans doute la vérité...
    Beaucoup d'armures ne servaient que pour les parades... Celle-ci a présidé aux carnages de son maitre...
    Cette armure est à elle seule un souvenir persistant... Celui de l'amour de la guerre... »


    La jeune femme écoutait avec une attention particulière chaque mot prononcé par l'inconnu. Ses mots semblaient tellement lointain pour Anna. Sa dernière phrase l'intrigua d'autant plus qu'associer le mot amour à guerre dans une même phrase semblait tout à fait étonnant. Elle l'observa discrètement, comme si elle cherchait quelque chose dans ses yeux. Mais elle détourna bien vite le regard, comme gênée par sa curiosité bien trop grande. Cet homme semblait presque parler de souvenirs, de vécu. Et c'était assez surprenant. Un passionné d'histoire tout simplement ? Surement pas. Mais alors que cachait-il, qui était-il pour attiser ainsi la curiosité à la fois innocente et malsaine de la jeune humaine ?

    « L'amour de la guerre ? Comment peut-on aimer répandre le sang sur des terres autrefois purs, comment peut-on aimer lire la souffrance dans les yeux de ceux que l'on laisse agoniser sous nos pieds ? Cela a-t-il réellement un sens ? »


    Elle avait laisser filer ces quelques mots tout en se perdant dans la contemplation de l'armure majestueuse et terrifiante. Mais étrangement sa voix était douce, sans jugement. Elle ne connaissait pas grand chose à la guerre, mais pour le peu qu'elle en connaissait, elle n'y voyait rien de beau. Ce n'était qu'un avis personnel et immature après tout, et peut être aurait-elle mieux fait de se taire. Mais il y avait tant de choses en ce monde qui l'interloquaient, elle ne demandait qu'à mieux les comprendre.

    « Vous êtes si jeune...
    Comment peut-on être si jeune, n'avoir jamais vu un champ de bataille et avoir une expérience si intime de la mort... »


    Tout le corps d'Anna sembla se figer soudainement. Elle tourna brusquement le visage vers son interlocuteur, et eut comme un moment d'absence. Il lui fallut quelques instants pour analyser brièvement ce qu'elle venait d'entendre. Ce sont le genre de paroles qu'elle ne s'attendait vraiment pas à entendre, surtout de la part d'un parfait inconnu. Mais qui était-il donc ? Quelques mots avaient suffit pour la troubler l'espace d'un instant. Un infime soupire s'échappa de ses lèvres sucrées, avant qu'elles ne dessinent un sourire aussi figé que celui d'une poupée de porcelaine.

    « Vous savez, pour cela l'âge n'a aucune importance.
    La mort fait tellement parti de la vie .. Elle est là, toujours prés de vous, qui que vous soyez. Menaçant à chaque instant de briser l'équilibre de votre vie de manière brutale.. »


    Ses mots l'auraient sans doute fait passer pour une jeune femme d'autant plus folle, pour n'importe quel personne dite normale. Mais de toute manière, ce n'est pas non plus le genre de sujet qu'elle aborderait avec ce genre de personnes. Pourtant parfois Anna ne se rendait pas vraiment compte de ce qu'elle disait, comme si son inconscient parlait pour elle. Pendant trois longues années on avait voulu lui lessiver le cerveau, la transformer en une créature dénuée de pensées et de sentiments. Mais ils avaient seulement réussi à l'éloigner un peu plus de la réalité. Le corps et le cœur n'oublient jamais, et les souvenirs restent gravés. Ce qui a été détruit et déréglé en elle ne peut être réparé. A présent elle n'a plus qu'à essayer de limiter les dégâts, et lutter pour que tout ne s'empire pas. Brisé, meurtri, considérée comme une erreur, la représentation humaine de tout l'échec d'une vie insignifiante. Une enfant seulement coupable d'avoir eu la force de respirer dans ce monde asphyxiant. Trop parfaite et trop lumineuse pour ne pas provoquer le désir de la pervertir. Comment une illusion telle qu'Anna pouvait rester toujours aussi intacte ? En surface tout du moins.

    Mais depuis son entrée dans la pièce, une lutte acharnée était en train de se produire dans son esprit. Jusqu'ici elle ne laissait rien paraitre, car après tout elle commençait à en avoir l'habitude. Mais les voix ne semblaient pas prête à la laisser en paix, et ne faisaient que devenir plus angoissantes à chaque instant. Les cris, les rires et les murmures s'entremêlaient. Anna sentait qu'elle était capable de lâcher prise à chaque instant, mais elle continuait de résister. C'était une véritable torture psychique, et elle se demandait bien ce qu'elle allait faire. Peut être ferait-elle mieux de partir sur le champ. Il ne fallait pas que quelqu'un la voie dans cet état, aussi intrigante et mystérieuse soit cette personne. Son corps tremblait légèrement, alors que ses yeux se fermèrent. Elle avait envie d’hurler, de se mettre à courir aussi vite que ses jambes lui permettaient. Sa respiration devenait saccadée, et elle vacillait légèrement. Elle semblait menacer de s'écrouler. Tout cela devenait bien trop intense pour son esprit.

    « Je . . Excusez moi, je dois .. il faut que je parte. »

    Elle prononça ces mots d'une voix faible, en reculant maladroitement. Elle aurait été incapable de fuir en courant. Son esprit était tellement oppressé que tout son être semblait en était atteins. C'était rare que cela soit aussi violent que cela, et en général des hallucinations venaient se mêler à ces voix. Elle devait fuir. Où ? Peu importe, seul cette pensée persistait encore dans son esprit.



Dernière édition par Fujiwara Anna le Mer 10 Nov - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Mer 10 Nov - 7:52

    « ...La mort fait tellement parti de la vie .. Elle est là, toujours prés de vous, qui que vous soyez. Menaçant à chaque instant de briser l'équilibre de votre vie de manière brutale.. »

    Il trouva la réflexion parfaitement logique et intelligente... Mais il eut un instant d'incompréhension car il ne comprit pas pourquoi la jeune fille prenait ce ton dramatique. Mais il lui suffit de la regarder vraiment, avec toute son attention de Démon pour comprendre...

    L'esprit de la jeune fille était comme un funambule menaçant à chaque instant de tomber dans le vide. Elle se battait pour garder la raison... pour rester à la surface.
    Et comme tout ceux qui vont se noyer... plus elle luttait, plus elle s'épuisait et plus elle coulait.

    Il eut un mouvement d'humeur contre lui-même... Il avait agit avec trop de désinvolture. Il n'avait pas prêté attention à l'agitation spirituelle parfaitement anormale de cette pièce depuis l'entrée de la jeune fille... Les esprits avaient toujours craint le prince démoniaque qu'il était. "Ils" savaient que Toshiro connaissait le chemin de l'Enfer et qu'il lui suffisait d'un souffle de sa part pour les y envoyer...

    Qu'est-ce qui leur donnait l'outrecuidance de se manifester devant lui... Et puis, ses yeux noirs s'agrandirent en comprenant. Tout venait de l'étrange demoiselle...

    *... une véritable medium... Totalement fascinant...*

    Elle vacillait comme si elle était ivre.

    « Je . . Excusez moi, je dois .. il faut que je parte. »

    On aurait dit un petit oiseau enfermé dans une pièce et se heurtant à tous les murs... Toshiro pouvait entendre les battements de son petit cœur et les pulsations affolées de son sang.
    Il la rattrapa par le bras... Il fit l'impossible pour être doux. La gamine avait déjà assez peur...

    Je t'interdis de fuir le champ de bataille...

    Pendant un instant, il retrouva son accent de chef de guerre...

    Tu ne trouveras jamais le repos, même dans la mort... Alors ne perd pas de temps à te comporter en lâche...

    Il prit le petit visage paniqué entre ses mains. Inconsciemment, il se mit à caresser les tempes de la jeune fille... un peu comme le ferrait un père pour calmer les terreurs nocturnes de son enfant...

    Il utilisa toute la douceur persuasive sa voix...

    Je sais qu'"ils" te persécutent depuis toujours... Alors, je vais te révéler le secret pour "les" combattre...
    Le seul pouvoir qu'ils peuvent exercer sur toi, c'est toi et toi seul qui le permet... Apprend à leur fermer la porte de ton esprit et de ton âme... Si tu y parviens, aucune créature surnaturelle ou humaine ne pourra t'atteindre...


    Il soupira... Il venait d'offrir à une humaine la clé pour gagner une guerre contre les Esprits... Elle allait devoir aller seule au front... mais il était peut-être déjà trop tard... Il pouvait "voir" à quel point son petit cœur était atteint...
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Mer 10 Nov - 21:43

« Escape the Flames.
I can feel frozen sparkles flicker down on me
Get away ! Can't you see what's happening to me ?
I'm in flames, It's too late.
»

Music


    Alors qu'Anna essayait maladroitement de s'éclipser, l'inconnu l'attrapa plutôt doucement par le bras, l'empêchant de partir.

    « Je t'interdis de fuir le champ de bataille...

    Tu ne trouveras jamais le repos, même dans la mort... Alors ne perd pas de temps à te comporter en lâche... »


    La jeune humaine se pétrifia, ouvrant de grand yeux surpris et terrifiés. Elle ne chercha pas même à se débattre, tant la réaction du mystérieux visiteur l'avait stupéfiée. Son ton avait changé, c'était comme s'il ne s'agissait plus de la même personne. Cette voix ferme et autoritaire fut comme une violente claque, de plus qu'elle se demandait bien d'où il sortait toutes ces paroles. Que savait-il sur elle ? Elle était pourtant bien sure de ne jamais l'avoir rencontré. Et pourtant il se permettait de la traiter comme s'il la connaissait par cœur. Tout cela ne fit que troubler encore plus Anna, qui ne savait plus du tout à présent ce qu'elle devait faire. " Te comporter en lâche". Ces mots lui restaient comme en travers de la gorge. Comment oser t-il la traiter de lâche ? Savait-il au moins réellement de quoi il parlait ? Elle n'était qu'une jeune femme perdue, sans doute un peu trop affaiblie et abîmée par ce monde. Et pourtant elle faisait tout pour sortir enfin la tête de l'eau. Certes cela semblait vain, mais cela ne l'empêchait pas de continuer à se battre. Seulement, tout cela était bien trop pour elle. Plus elle luttait, plus elle suffoquait. La fuite était sa seule échappatoire, et pourtant tout finissait toujours par la rattraper. Alors qu'était-elle sensée faire ?

    Mais Anna commença finalement à se débattre, murmurant un "S'il vous plait laissez moi" à peine audible. Il fallait qu'elle s'en aille, elle ne voulait pas qu'on la voie aussi faible, aussi vulnérable. Et encore moins devant un parfait inconnu. Elle ne savait rien de lui, alors que lui semblait l'avoir déjà quelque peu cerné. Mais il ne voyait qu'une infime partie de ce qu'elle était. Elle ne supportait pas d'être retenue ainsi, et sa peur ne faisait que s'amplifier à chaque instant. Non elle n'avait pas peur de l'homme, mais plutôt de ce qui allait se passer d'ici quelques instant. Et elle ne souhaitait pas encore revivre cela, surtout pas devant quelqu'un. Elle avait bien trop honte de cette créature paniquée qu'elle devenait quand la folie reprenait ses droits sur elle.

    Soudain elle sentit les mains de l'inconnu se poser sur son visage, et lui caresser doucement les tempes comme pour la rassurer. Ce contact inattendu provoqua un léger mouvement de recul chez la jeune femme. Et les mots qu'il prononça ne firent que la désorienter un peu plus.

    « Je sais qu'"ils" te persécutent depuis toujours... Alors, je vais te révéler le secret pour "les" combattre...
    Le seul pouvoir qu'ils peuvent exercer sur toi, c'est toi et toi seul qui le permet... Apprend à leur fermer la porte de ton esprit et de ton âme... Si tu y parviens, aucune créature surnaturelle ou humaine ne pourra t'atteindre... »


    Mais enfin, d'où lui sortait tout cela ? Qui était-il ? C'est comme s'il était capable de lire dans son esprit, et cela déconcertait réellement Anna. Mais au fond peu importe. Pour le moment ce n'était pas son soucis principal, et malgré son comportement étrange et surprenant, il ne semblait pas mal attentionné, semblant même vouloir l'aider. Il parlait de " créature surnaturelle", et ses mots étaient flous et énigmatiques. Etait-il fou lui aussi ? Ils n'étaient que le fruit de l'imagination démentielle d'Anna, n'est ce pas ? Comment Anna pouvait-elle discerner le réel ou surnaturel, de sa propre folie ? Même si parfois le doute l'envahissait, jamais elle ne pourrait croire que ces voix n'étaient autre que des esprits.

    De toute manière, ce n'était pas réellement le moment pour se poser des questions sur l'au-delà. Peu importe le sens réelle de tout cela, tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle ne serait pas assez forte pour les repousser. Non c'était trop tard maintenant, son esprit était un véritable champ de bataille, où Anna avait déjà perdu. Du moins, pour cette fois-ci. Elle tenta vainement de calmer sa respiration, et plongea son regard dans les yeux sombre de son interlocuteur. Elle avait à la fois envie de le repousser violemment et de s'enfuir, mais aussi de rester près de cet homme qui malgré ses manières inhabituels semblait vouloir l'aider.

    « J'aimerai tellement les faire partir. J'aimerai tellement être plus forte qu'eux. Mais .. je suis désolée .. c'est trop .. c'est trop pour moi.. je .. je n'y arrive pas .. »


    Sa voix faible se brisa, et un cris aigus sortit malgré elle de sa bouche. Elle manqua de s'écrouler au sol, agrippant les bras de l'inconnu. Elle voyait les murs tachés de sang, les armures aussi. Bien sur ils intensifièrent encore leur torture psychique, faisait complètement perdre prise à la jeune humaine. Tout autour d'elle était ensanglanté, y comprit les mains et le visage de l'inconnu. Elle se débattit brusquement, et recula de quelques pas avant de s'écrouler au sol. Recroquevillée sur elle même, de fines larmes perlaient sur ses joues roses. Elle ne cessait de répéter les mêmes mots d'une voix à peine perceptible "Ce n'est pas réel, ce n'est pas réel". Mais bientôt les murs se mirent à trembler, comme si tout allait s'effondrer sur elle. Elle était complètement surpassée par ce qu'il lui arrivait, et elle savait qu'elle n'avait plus qu'à attendre que tout cela finisse par disparaitre.. Pourquoi fallait-il que tout cela recommence maintenant, et ici ? Cela faisait presque six mois qu'elle n'avait pas eu de crises aussi violente. N'aurait-elle donc jamais la paix ?

    « Excusez-moi je.. je suis désolée... »

    Désolée de se montrer sous cette facette de sa personnalité, désolée de ne pas être aussi forte que ce qu'il attendait surement. Non, plus jamais il ne fallait que quelqu'un la voit ainsi..
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Dim 14 Nov - 9:05

    "S'il vous plait laissez moi"

    Les quelques mots à peine audibles raisonnèrent comme un cri dans la tête du Prince-Démon...

    *Petite fille...
    C'est bien les seules paroles qu'il ne faut jamais dire à un démon pour qu'il s'éloigne de toi...*


    Il la vit s'accroupir par terre et se recroqueviller comme un petit animal apeuré. Toshiro la dominait de toute sa hauteur. Il se sentait vaguement agacé....

    *... l'ange gardien de cette gamine mériterait d'être crucifié... Il a du l'abandonner à la naissance...*

    Il s'assit en tailleur face à elle, avec un parfait naturel... Il se pencha un peu en avant, comme si il voulait lui murmurer une confidence et de sa voix la plus persuasive...

    Je sais parfaitement ce que tu "vois" ou ce que tu penses "voir" et "entendre"... Tu n'es pas folle...

    Il pouvait rajouter *...pas encore folle...* ... mais il était inutile de lui mettre la tête sous l'eau...

    Tu es comme une maison sans porte ni fenêtre... Tous les voleurs de la terre peuvent te violenter et partir sans laisser de trace... Tu es incapable de défendre...

    Elle ressemblait à un arbre constamment étouffé par des parasites et incapable de grandir. Elle finirait par mourir étouffer. Et il pouvait voir que sa fin était proche...
    ... Elle serait l'une de ces multiples adolescentes à problèmes morte de chagrin et en mal d'amour...
    Il devait absolument lui trouver un asile, même temporaire, pour qu'elle se reconstruise...

    Il s'effleura de son menton de sa main... signe de sa part d'une réflexion intense...

    J'ai un marché à te proposer... Chaque fois que tu auras peur, que tu te sentiras menacée... Viens chez moi...

    Il s'interrompit pour être certain d'être écouté, puis repris...

    Je peux te faire une promesse...
    Personne ne peut entrer chez moi sans y être invité... Personne de vivant ou non ne peut t'y menacer...


    Allait-elle le prendre pour un fou?... C'était possible... Mais il ne la retiendrait pas si elle s'enfuyait... Elle devait accepter librement ce pacte...

    ... nous réfléchirons plus tard au paiement de cet asile... Je me contenterais simplement de ta présence silencieuse..
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Dim 14 Nov - 22:13

« Recorded butterflies in the twilight
Sneak out the closet.
Memories are too good and cruel,
They steal quietly the magic
From my view.
It's just a dream from which I can't wake up.
»


Music


    Je me sentais tellement pitoyable, j'avais réellement honte de me montrer sous cet aspect si faible et si torturée. J'étais tellement vulnérable à cet instant, et c'était un parfait inconnu qui était à mes côtés. J'aurai tellement aimé qu'il me laisse fuir.. Je serai partit le plus vite possible, peinant sans doute pour ne pas trébucher. Puis je me serai mise à courir aussi vite que mes jambes me l'auraient permis, comme si ma vie en dépendait. Une fois que je me serai trouvée assez loin de lui, alors je me serai enfin écroulée dans un coin sombre, où personne n'aurait pu me retrouver. Et là j'aurai attendu, comme je le faisais quand j'étais petite. Je me serai seulement repliée sur moi même, étouffant mes cris et mes larmes autant que possible. Peut être que cela aurait durée quelques minutes seulement, ou bien toute la nuit. Mais il avait fallu qu'il me retienne ici. Pourquoi ? Pourquoi ne pas m'avoir laisser m'enfuir ? Je n'arrivais toujours pas à comprendre cela. Cet homme me voyait sous mon aspect le plus vulnérable, et je détestais cela.

    M'effrayait-il ? Je ne saurai dire, je ne pense pas. Ce qui m'effrayait, c'était simplement d'être aussi faible devant quelqu'un, quelque soit cette personne. Mais c'était trop tard à présent, et il fallait bien que je me fasse une raison; cet homme m'avait vu comme peu de personnes ont pu me voir, et ce n'était pas quelque chose d'anodin.

    « Je sais parfaitement ce que tu "vois" ou ce que tu penses "voir" et "entendre"... Tu n'es pas folle... »

    Je relevai brusquement mon visage vers l'inconnu, remarquant alors qu'il s'était assis en face de moi, très naturellement. Ma respiration saccadée se calma alors l'espace de quelques secondes. C'était bien la première fois qu'on me disait ce genre de choses.. Et au fond, cela me fit un bien immense même si trop éphémère. Sa voix se distinguait clairement au milieux des autres, apaisant quelque peu mon esprit. Vivait-il lui aussi ce genre de choses ? Comment pouvait-il sortir de telles paroles ? J'aurai aimé mieux analyser tout cela, mais je n'étais hélas pas du tout en état de le faire. Et au fond je n'en avais pas envie. Tant de choses préoccupaient déjà mon esprit, mieux valait l'épargner de toutes ces questions qui de toute manière, n'auraient sans doute pas trouvées de réponses.

    « Tu es comme une maison sans porte ni fenêtre... Tous les voleurs de la terre peuvent te violenter et partir sans laisser de trace... Tu es incapable de te défendre... »

    Ces mots ne me firent pas du tout le même effet. Inconsciemment, je me repliai vivement sur moi même. J'avais reçu ces paroles presque comme une attaque, quelque chose de blessant. Oui, pendant de trop nombreuses années je n'avais été qu'une poupée de chiffon, de sang, de larmes. Une poupée.. Oui c'est bien ça. Une jolie petite poupée au sourire un peu trop effacé, aux yeux toujours grand ouverts, soit par émerveillement, soit par peur. Une créature de porcelaine, si parfaite en apparence, mais tellement facile à briser... Puis oubliée, mise de côté dans une vieille armoire, à l'écart de ce monde qui n'est pas fait pour elle. Seulement, ce n'est pas ainsi que se termine l'histoire. Non, la fin n'est pas aussi paisible, elle est en vérité bien plus sanglante. Mais c'est un secret. Tous l'ignorent, et il vaut bien mieux ainsi. S'il savait, s'ils savaient, toute l'horreur dont ces petits doigts sont capables... Plus jamais la haine et la peur ne doivent animer ainsi une poupée.. Les dégâts sont bien trop importants.

    Et je ne suis plus cette poupée. Je ne le serai plus jamais. Je ne laisserai plus personne me traiter comme tel. Mais ce qui a été fait ne peut être changé. Il y a des blessures qui ne peuvent cicatriser, et je dois faire avec malgré tout. Du moins, je dois essayer..

    Sa voix retentit à nouveau dans mon esprit. Je relevai à nouveau mon visage vers lui, plantant alors mon regard dans le sien. J'écoutais attentivement ce qu'il me disait, ne sachant absolument pas comment réagir. Premièrement, il fallait que j'arrive à me reprendre, un minimum. Pour cela sa voix m'aida quelque peu. Il était tellement calme et sur de lui, ce qui contrastait beaucoup avec le chaos qui régnait en moi. Je restais muette un moment, réfléchissant. Je me forçai alors à calmer ma respiration, pour que les mots que j'allais prononcer soient compréhensibles.

    « Mais attendez .. comment pourrai-je avoir confiance en vous ? Je ne connais pas même votre nom.. »

    Je marquai alors une pause, puis ajoutai un peu plus lentement :

    «Quelles sont réellement vos intentions.. ? Dites moi.. pourquoi faites vous cela pour moi ? »

    Je ne le connaissais pas, et il ne savaient à priori rien sur moi. Pourquoi me proposait-il alors cela ? Ce n'était pas quelque chose d'anodin, et je savais bien qu'il fallait que je prenne le temps de repenser à ce qu'il venait de se passer cette nuit. Mais encore une fois, j'allai surement agir par instinct, d'une manière bien plus impulsive que réfléchie..
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Ven 19 Nov - 11:23



    Toshiro n'avait pas l'habitude de reprendre sa parole une fois donnée... Enfin, cela arrivait très rarement... Mais après tout, il était un démon... Il pouvait mentir sans état d'âme à une petite fille. Mais allez savoir pourquoi... Cette gamine apeurée lui donnait envi de faire l'expérience du Bien... au moins pour ce soir.

    Il prit le temps de réfléchir aux paroles qu'elle avait murmurées...

    Peux-tu me faire confiance...?

    Il avait envi de rire à ce mot... *confiance*... Mais il garda son visage serein...

    La confiance est comme un pari que l'on fait sur l'inconnu... Et je dois bien te l'avouer... Je n'ai rien d'un ange...

    C'était le moins que l'on puisse dire...

    Alors à toi de décider de ton Destin.
    Quant à mes intentions...?


    C'était une bonne question... Il regarda ce petit visage angélique tourné vers lui... Il sursauta en réalisant qu'elle lui évoquait un ange...

    *C'est à pleurer de rire...*

    Il avait croisé des créatures célestes qui avaient l'air de sortir d'un égout comparées à cette créature délicieuse...

    ... j'ai une longue vie... Mais je n'ai pas le souvenir d'avoir jamais fait du mal à une enfant...

    Il leva un instant les yeux vers le plafond. Il cherchait intensément dans ses souvenirs si c'était bien le cas...
    Non, décidément... Les enfants étaient des créatures intouchables...

    Mes intentions sont... pures.

    Il se demandait si le loup de la fable regardait l'agneau comme lui pouvait regarder cette enfant... Comment faire pour ne pas faire peur à une enfant...?

    Ma maison te sera ouverte... Et tu as ma parole qu'aucun mauvais rêve, aucune présence inopportune ne viendront te troubler...
    Et si c'est ton désir... Tu ne me croiseras pas non plus...
    Ma demeure sera pour toi comme un Palais Enchanté interdit aux Démons et aux Monstres de toute nature...



    Il avait sans doute l'air de quelqu'un de bizarre... Mais après tout, cette gamine érrait en pleine nuit dans un musée désert... Elle devait être elle-même gentiment bizarre...


Dernière édition par Inumari Toshiro le Mar 23 Nov - 7:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Sam 20 Nov - 0:09

« Once upon a time,
There was a mermaid who felt like something was missing in her life.
But she didn't know what it was, one starlight night,
She swam up to the surface, and met a pegasus soaring above her,
He told her about his world of wings and it resonated like a dream...
To be or not to be.
A dream is never just a dream. »


Music



    J'aurai sans doute mieux fait d'avoir peur de cet inconnu, de refuser directement sa proposition et de l'ignorer. Du moins, je pense que c'est ce qu'aurai fait n'importe quel autre personne à ma place. Cette pensée ne fit que me conforter un peu dans l'idée que je me comportais parfois de manière vraiment étrange et illogique. Enfin.. après tout, peut être était-ce le contraire, peut être que c'était juste ce monde qui allait de travers, et je ne faisais qu'aller contre le courant d'une folie collective..? Passons, ce n'était surement pas le moment de se perdre dans ce genre de question. Il fallait mieux que je sois attentive à chaque mot prononcé par l'inconnu, et que je réfléchisse -pour une fois-, à la manière dont j'allais réagir.

    L'inconnu était toujours paisible, son visage, son regard si sombre, ne laissaient rien transparaitre. Et je dois avouer que cela me troublait beaucoup, j'aimais observer attentivement les gens qui m'entouraient pour déceler, ne serait-ce qu'une petite partie de ce qu'ils pouvaient bien chercher à dissimuler.. Mais avec cet homme je ne pouvais rien déceler, ce qui attisait tant ma curiosité qu'une légère appréhension.

    - La confiance est comme un pari que l'on fait sur l'inconnu... Et je dois bien te l'avouer... Je n'ai rien d'un ange...

    Un sourire discret se dessina alors sur mes lèvres, sans vraiment que je m'en rende compte. Ses mots ne me surprenaient pas, je m'étais quelque peu attendu à ce qu'il réponde ce genre de chose. Et sa définition de la confiance sonnait tellement juste pour moi. Au moins, il ne cherchait pas à me mentir, c'était simplement à moi de choisir. Mais, peut être que lui même ne savait pas vraiment ce qu'il était en train de me proposer. Cependant, ce qu'il ajouta pour répondre à ma question, ne fit que faire grandir le doute en moi. Comment était-ce sensée réagir ? Fallait t-il que je me méfie de cet homme ? Ses réponses ne m'aidaient pas du tout à prendre une décision sensée. Mais de toute manière, j'étais loin d'être une personne très sensée... Ce qui ne s'est pas toujours démontré être une bonne chose pour moi. Peut-être était-ce l'occasion idéale de réagir comme une personne "normale" ? Au fond de moi, quelque chose me disait pourtant tout le contraire.

    - Ma maison te sera ouverte... Et tu as ma parole qu'aucun mauvais rêve, aucune présence inopportune ne viendront te troubler...
    Et si c'est ton désir... Tu ne me croiseras pas non plus...
    Ma demeure sera pour toi comme un Palais Enchanté interdit aux Démons et aux Monstres de toute nature...


    Mon regard jusqu'ici fuyant se plongea soudainement dans ses yeux sombres. Je n'étais pas effrayée, ou du moins je ne l'étais plus. Ma respiration s'était bien calmée, et les voix s'éloignaient doucement. Je revenais à un état normal, redevenant réellement moi même. Je décidai de ne pas réfléchir d'avantage à ces paroles qui me déroutaient tant. Il valait mieux que je laisse un peu la raison de côté, comme je savais si bien le faire.. Oui il semblait étrange, mais je devais l'être tout autant.

    Je fermai quelques instants mes yeux, pour mieux me recentrer sur moi même, sans ce regard si profond et serein pour me troubler. Après ces quelques instants de réflexion, je rouvris alors lentement mes yeux, et prit la parole, d'une voix douce et posée.

    - Peu importe qui que vous soyez, peu importe si je réagis de manière complètement insensée...

    Je marquai une courte pause, laissant échapper un soupire à peine audible.

    - Je sais que n'importe qui d'autre aurait cherché à vous fuir mais .. comme vous devez vous en douter, je ne réagis pas vraiment comme tout le monde. Et cela s'est révélé être autant une bonne chose qu'une mauvaise.


    C'était rare que je me montre aussi bavarde, mais mes mots glissaient tout seuls, naturellement. Mon regard balaya un instant la salle, et j'entendais leurs voix s'affaiblir à mesure que les secondes défilaient.

    - J'accepte donc ce .. marché mais .. attendez-vous quelque chose de particulier en échange ? Excusez moi de ne pas croire en votre simple générosité ..

    J'avais prononcé ces derniers mots avec une très légère ironie, un sourire discret au coin des lèvres. J'étais peut être imprudente, illogique, insensée, ou bien même complètement détraquée, je n'étais pas naïve pour autant, et je ne pouvais m'empêcher de me poser tout un flot de questions, qui ne trouveraient sans doute pas de réponses..
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Mar 23 Nov - 8:36

    Heureusement qu'il n'était pas sourd... mais il devait tendre l'oreille pour ne rien perdre des paroles de la demoiselle craintive... Elle se tut un instant, puis sa voix prit un timbre plus résolu. C'était la voix d'une personne qui se jetait à l'eau après avoir pris une résolution forcément folle...

    Elle allait s'accrocher à lui pour ne pas couler. Toshiro soupira... Il n'avait pas prévu de devenir le gardien de cette fragile créature. Mais il sentait déjà monter en lui une pulsion possessive qu'il connaissait parfaitement...

    - Je sais que n'importe qui d'autre aurait cherché à vous fuir mais .. comme vous devez vous en douter, je ne réagis pas vraiment comme tout le monde. Et cela s'est révélé être autant une bonne chose qu'une mauvaise.

    Il pencha sa tête sur le côté, terriblement attentif... Les jeunes filles sont toutes uniques, mais il s'intéressait rarement aux "mystères" attachés à elles. En règle général, il trouvait leurs bavardages insipides et bruyant.
    Mais il y a toujours des exceptions aux règles. Et les exceptions sont toujours passionnantes...

    - J'accepte donc ce .. marché mais .. attendez-vous quelque chose de particulier en échange ? Excusez moi de ne pas croire en votre simple générosité ..

    Toshiro agita sa main comme un éventail et la brise légère qui se leva, acheva de chasser les esprits trop persistants...

    .Je suis une personne qui connait parfaitement le sentiment de solitude... Aucun être humain ne peut m'apprendre quoi que se soit sur le sujet...

    Mais il souriait... Il n'avait jamais considéré cela comme un drame... Mais parfois... un Prince des Enfers pouvait avoir besoin de compagnie.

    ... alors, je ne te demanderais que quelques conversations en échange de mon hospitalité... Et tu pourras constater que je sais aussi parfaitement écouter... Et tu te rendras compte que quoique tu aies pu vivre ou faire dans ta courte existence... Rien ne pourra jamais me choquer ou changer le point de vue que j'ai sur toi...

    Il garda le silence un instant, puis chercha quelque chose dans les replis de son blouson. Il sortit une carte froissée et la tendit à la demoiselle...

    Il y a mon nom et mon adresse... Si tu acceptes cette carte... Considère que tu as signé un pacte avec moi...

    Et pour lui-même...

    *... C'est moi ou l'Enfer à coup sur...*
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Mer 24 Nov - 21:36

« And if I try to get away
How long until I'm free?
And if I don't come back here
Will you remember me ?
»

Music



    " Quoique tu aies pu vivre ou faire dans ta courte existence... Rien ne pourra jamais me choquer ou changer le point de vue que j'ai sur toi. "

    Ces mots résonnèrent pendant quelques secondes dans mon esprit. Il disait cela comme s'il pouvait déjà entrevoir une partie de ce que je cachais au fond de mon être.. Il n'aurait pas pu trouver de meilleurs mots pour m'apprivoiser, et c'était assez déroutant au fond. Mais cela me faisait tant de bien d'entendre ces quelques mots.. Je ne m'étais jamais laissée influencer par l'avis des autres, leurs regards, leurs moqueries, leurs faux-semblants m'ont toujours laissé indifférente. Mais c'était différent avec les personnes qui avaient une importance à mes yeux. Avec ces personnes, je ne pouvais jamais être réellement moi même, il y avait toujours trop de choses que j'essayais de leur cacher, de leur épargner.. J'ai du mentir bien trop souvent, seulement toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Mais alors, pour la première fois de ma vie je rencontrais quelqu'un qui acceptait déjà chaque facette de ma personnalité, et qui en avait même déjà eu un petit aperçu.. Cela représentait à la fois un réel soulagement, mais aussi un danger.. Un danger énorme; ce n'est jamais bon de vraiment se livrer à quelqu'un. C'est tentant certes, mais certainement bien trop risqué.

    Il y avait tant de choses qui m'échappaient encore sur le comportement des personnes qui m'entouraient, et sur les réactions que j'étais sensée avoir.. En vérité, il n'y avait sans doute pas plus maladroite que moi niveau relation social. Peut être parce que je n'avais pas vraiment vécu une adolescence "normale". Je n'avais pas eu un rythme de vie très sain, c'est certain.. Mais tout autour de moi m'avait toujours semblé flou, comme si je n'avais jamais eu le pouvoir de contrôler quoi que ce soit. C'est sans doute cela que je regrette le plus, de n'avoir jamais su prendre le contrôle de mon existence.. Cependant on m'avait offert comme une seconde chance, certes un peu brutalement, mais je ne devais pas la laisser filer. Il était temps de tracer ma route tel que je l'entendais. Seulement, ce n'était pas aussi simple. Je n'avais aucun reperds, il aurait fallu qu'on me donne le mode d'emploi. "La vie en 10 leçons", oui ça aurait peut être pu m'aider. Mais tant pis, il fallait que je me débrouille seule, quitte à tomber à nouveau, me perdre parfois, essayer à nouveau, chercher de nouvelles issues.. Et un guide serait bien utile au milieu de ce labyrinthe infernal.

    La voix de l'inconnu me sortit à nouveau de mes pensées, alors qu'il me tendait une carte. Je plantai mon regard dans le sien, ne réalisant sans doute pas réellement le sens de ses mots. Je commençai alors à tendre doucement la main, et hésitai un instant. Dans quoi était-je en train de m'embarquer ? Qu'est ce que j'étais en train de faire ? Mais un sourire paisible se dessina sur mes lèvres, et je décidai de balayer ces pensées, saisissant délicatement la carte froissée. Voilà, j'avais signé ce pacte, sachant pertinemment que c'était complètement déraisonnable. Mais mettre la raison de côté était sans doute ce que je faisais de mieux..

    Je lus alors la carte, découvrant enfin l'identité de mon interlocuteur. Il vivait dans un des quartiers les plus beaux et riche de la ville, ce qui ne m'étonna absolument pas. J'avais toujours vu ces maisons seulement de loin, ayant grandit dans un univers bien moins plaisant. Oh je ne m'en plaignais pas, loin de là, il y a toujours moins bien loti que soi. Seulement, cela serait assez intimidant pour moi de fréquenter ce genre de lieux.

    « Je ne sais pas si ma conversation est vraiment de qualité, mais j'espère qu'elle vous conviendra, monsieur Inumari. Je ferai en sorte que ma présence ne soit pas un désagrément pour vous..
    Et si cela a une quelconque importance, je me nomme Anna, Fujiwara Anna.»


    Glissais-je poliment, d'une voix toujours aussi douce et lointaine, comme pour conclure définitivement ce "pacte".

    « Merci... »


    Un remerciement seulement murmuré, comme s'il était presque superflu. Mais il fallait bien que je le remercie, et ce peu importe ce qui pouvais arriver par la suite. Je me relevai enfin, observant sereinement autour de moi. Ce qui venait de se passer cette nuit était bien plus que surprenant. Je me sentais assez confuse, bien trop de choses s'étaient agitées en moi. Il fallait sans doute que j'y repense posément dans les jours à venir, même si je savais bien que je ne pourrai trouver les réponses à mes interrogations.

    « Excusez moi mais .. Vous semblez savoir tellement de choses sur moi.. Comprenez que cela me déroute quelque peu. Que pensez-vous savoir exactement ? »


    Je n'avais pu retenir cette question, et je le regrettai déjà quelque peu. Après tout il pouvait me répondre ce qu'il voulait, cela n'avait pas tant d'importance au fond. Mais ma curiosité avait parlé pour moi, j'espérais seulement qu'il ne s'en offusquerait pas.




Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Ven 26 Nov - 11:17

    « Excusez moi mais .. Vous semblez savoir tellement de choses sur moi.. Comprenez que cela me déroute quelque peu. Que pensez-vous savoir exactement ? »

    Toshiro soupira...
    Car comme tout ceux qui étaient introvertis, timides, complexés, effrayés... des que ces derniers ouvraient les vannes et se décidaient à parler... ils ne pouvaient plus s'arrêter de parler, de questionner...

    Toshiro leva les yeux au plafond pour chercher l'inspiration... Puis, il replongea son regard noir dans celui de la demoiselle...

    Ce que je pense savoir de toi...?
    C'est cela ta question...?

    Il sembla hésiter... Mais il avait perdu l'habitude. C'était simplement sa plus longue conversation avec un être humain depuis bien longtemps...

    Je pense...

    Ses yeux se noircissent jusqu'à faire disparaitre la pupille...

    ... que tu as connu une trahison majeure... Sans doute celle d'un père ou d'une mère.... ou des deux...

    Sa voix devint plus basse...

    ... et depuis ce jour, tu es comme un ange tombé du ciel... Tu es comme en Enfer sur cette terre...
    Et ce sentiment d'abandon ne m'est pas étranger...



    Il passa sous silence le fait qu'il "sentait" parfaitement le sang coaguler sur elle... le sang de son géniteur... et ses voix qui la suivait comme son ombre... Il était certain qu'elle les maitriserait, le jour ou sa culpabilité disparaitrait

    J'imagine que la chose la plus difficile pour toi est de faire confiance à un adulte... Mais dis-toi qu'on est jamais trahi que ceux que l'on aime...

    Après un court silence...

    Alors, fie-toi à moi quand même...
    Car il y a une faiblesse humaine que j'ignore... Je n'abandonne jamais ceux ou celles qui s'en remettent à moi....


    Il lui tendit la main... Toshiro s'interrogea un instant... Jusque où une créature aussi pure pouvait s'en remettre à un démon ... Elle ignorait la puissance des pactes scellés avec les démons.
    Toshiro n'avait jamais cadré avec l'image classique du démon cruel et sanguinaire... Pourtant, il y avait une chose qu'il partageait de manière égalitaire avec toutes les créatures infernales... Il était mortellement, sauvagement possessif...
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Sam 27 Nov - 17:06

« Surrender
Every word, every thought, every sound
Surrender
Every touch, every smile, every frown
Surrender
All the pain we've endured until now
Surrender
All the hope that I lost you have found
Surrender
Yourself to me. »

Music


    Oui j'aurai mieux fait de me taire, je le savais. Tant de questions se bousculaient à l'intérieur de moi, il fallait que je les retienne. Après tout, il fallait sans doute mieux que j'ignore les réponses.. Et de toute manière, je ne pense pas qu'il m'aurait apporté ces réponses. Il soupira, ma question l'avait-elle quelque peu agacé ? Il réfléchit un moment à ce qu'il allait me répondre, et semblait même hésiter. Alors qu'il plongea son regard si sombre dans le miens, je sentis un frisson parcourir mon frêle corps. Ce regard.. Ces yeux si noirs.. Je les trouvais complètement fascinants. Ils m'hypnotisaient presque, alors que je prêtais une attention particulière à ses paroles.

    « Je pense... que tu as connu une trahison majeure... Sans doute celle d'un père ou d'une mère.... ou des deux... »


    Sa voix s'assombrit alors, devenant plus basse.

    « ... et depuis ce jour, tu es comme un ange tombé du ciel... Tu es comme en Enfer sur cette terre...
    Et ce sentiment d'abandon ne m'est pas étranger...
    J'imagine que la chose la plus difficile pour toi est de faire confiance à un adulte... Mais dis-toi qu'on est jamais trahi que ceux que l'on aime... »


    Je ne pus réprimer un certain mouvement de recul. Tout cela me mettait mal à l'aise, j'avais la sensation qu'il pouvait lire à travers moi. Comme si, face à cet homme, toutes mes barrières s'effondraient, ne me laissant plus aucun moyen de me cacher, de fuir.. Ce n'était pas seulement déroutant, mais aussi réellement effrayant. C'était la première fois que cela m'arrivait, j'avais toujours pris soin de garder mes distances avec les autres, pour me protéger.. Mais face à cet homme, je me sentais en danger. Cependant, j'avais aussi l'inexplicable envie de lui faire confiance, et de me livrer à lui. Comment pouvais-je être aussi contradictoire ?

    « Je ... oui..sans doute.. » bafouillai-je alors d'une petite voix, ce qui montrait parfaitement mon désarroi.

    Cependant, ce qu'il savait de moi me semblait encore bien flou, heureusement. Il me restait donc encore quelques barrières à entretenir face à lui. Après tout c'était bien normal qu'il se sache rien de précis sur moi, c'était la première fois que je le rencontrais. Mais il avait raison sur certaines choses.. Comme ce sentiment d'abandon que je trainais lourdement depuis mon enfance, et cette difficulté à faire confiance, aux adultes en particulier en effet. Pourquoi ? Tout ce que je pouvais être capable de dire, c'était que les personnes qui ont pu avoir de bonnes intentions à mon égard se sont montré .. extrêmement rare. Et je ne pense vraiment pas ce soit de la paranoïa, mon expérience me l'a durement démontré.

    « Alors, fie-toi à moi quand même...
    Car il y a une faiblesse humaine que j'ignore... Je n'abandonne jamais ceux ou celles qui s'en remettent à moi.... »


    J'avais déjà accepté de "pactiser" avec lui, je ne pouvais plus faire marche arrière.. Et de toute manière je n'en avais pas envie. Après tout, les conséquences importaient peu. Qu'avais-je à perdre ? N'importe qui d'autre à ma place aurait fui Toshiro.. Mais j'avais envie d'en savoir plus, et je gardai l'espoir d'arriver à discerner un jour quelque chose à travers ses yeux. A présent, il ne s'agissait plus seulement d'une curiosité trop grande.. c'était de la fascination. C'était malsain, j'en étais bien consciente. Mais j'avais fait mon choix, et tant pis si ce n'était peut être pas le bon. Ma raison me disait de fuir, et mon instinct me dictait de saisir cette main qu'il me tendait..

    Et encore une fois, je suivis mon instinct. Je saisis délicatement sa main, soupirant doucement. Je maintenais mon regard brillant ancré dans le sien, ce qui représentait un contraste assez impressionnant.

    « Alors je choisis de me confier à vous.. Même si ma raison ne cesse de me répéter que ce n'est pas le bon choix. Mais hélas, je sais parfaitement dépasser les frontières du raisonnable. »

    Qu'il prenne mes paroles comme il le voulait, je lui avais répondu d'une manière plutôt spontanée, ce qui était assez rare de ma part. D'ailleurs, c'était tout simplement rare que je parle autant avec quelqu'un, il semblait que ce soit la même chose pour lui.
    Mais quelle folie était-je encore en train de faire ..?
Revenir en haut Aller en bas
 
Invité
Invité

avatar




MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)
Jeu 2 Déc - 13:54

    Toshiro se dit que la scène avait quelque chose de presque effrayant... car totalement anormale...
    .... Car découvrir dans un Musée en pleine nuit, un Démon très ancien consolant une demoiselle fragile, un peu peu folle et totalement perdue avait quelque chose de stupéfiant... Un peu comme l'annonce de la fin des Temps...

    Toshiro avait envi rire devant ses propres idées traversant son esprit démoniaque un rien fatigué par une si longue solitude...

    « Alors je choisis de me confier à vous.. Même si ma raison ne cesse de me répéter que ce n'est pas le bon choix. Mais hélas, je sais parfaitement dépasser les frontières du raisonnable. »

    *Joliment dit...*

    Qu'avait-elle dit...
    Anna... Fujiwara Anna...
    Un nom qui lui ressemblait. Un nom métissé pour un visage et une silhouette marquant parfaitement la rencontre des deux races.

    Je me nomme Toshiro Inamura... Pardonnez-moi d'avoir pris mon temps pour me présenter...

    Il sourit devant cette confiance d'enfant qui devait lui être inhabituelle et qu'elle lui témoignait. Il était prêt à parier qu'il devait être le premier en qui elle se remettait avec cet abandon aveugle...

    Il soupira tout en regardant autour de lui...

    C'est un endroit fait pour susciter les cauchemars d'une âme délicate comme la tienne...

    Toujours à genoux, il appuya ses deux mains vers l'avant , puis glissa vers elle pour se retrouver très proche... Il était prêt à parier que si elle disparaissait, personne ne s'en rendrait compte...

    Il prit le petit visage entre ses mains et déposa un baiser sur son front... comme un père le ferrait pour son enfant. Et il murmura à son oreille...

    Je t'offre une nuit sans rêve et sans esprits malins...

    Son soufle mystique l'enveloppa et son corps comme son esprit, basculèrent dans un sommeil de paisible de nouveau-né. Son corps féminin si léger s'effondra contre sa poitrine de démon... Il resta sans bouger un long moment. Il pouvait entendre le souffle léger de la demoiselle et sentir sa joue reposer contre son coeur...

    Un Pacte est une chose sérieuse petite fille... Je te considèrerais comme véritablement liée à moi, le jour ou tu en comprendras vraiment le sens de ce mot...

    Il se leva en silence, tout en serrant contre lui son précieux fardeau. Il jeta un regard circulaire autour de lui... Il venait d'entendre les vibrations du pas lourd d'un des gardiens du Musée venant dans leur direction...

    _______________________________________________

    Itashi Kawasaky... gardien à un mois de la retraite, passa le porche de la salle des armures... Il haïssait l'endroit. Il était certain d'entendre certains soirs les rires des fantômes... mais il se taisait... Il ne manquerait plus de finir avec une camisole de force..

    Il stoppa nette en sentant au centre de la pièce un souffle parfaitement anormal dans une salle fermée... Puis il remarqua une porte-fenêtre entre-baillée...

    Maudit chat...

    La fenêtre s'ouvrait sur un vide de 10 mètres. Le vieux gardien semblait ignorer que l'on ne trouvait pas dans la nature de chat survivant à un bout de cette hauteur...


Fin

Suite dans ma maison...
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Une Nuit au Musée... (Pv: Anna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: G.E.N.E.S.I.S :: Corbeille à papiers :: RP-