† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Unexpected meeting #2 ''HOT''

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Mer 28 Aoû - 16:16

- Prenons un taxi, j’ai hâte de me retrouver seul avec toi.

Me dit Ranmaru d’une voix douce que je ne lui connaissais pas. Je ne pus retenir un sourire et caressai discrètement le dos de sa main de la mienne. Nous sortîmes dehors puis il me prit la main, me faisant sourire de nouveau. J’aimais ce nouveau côté de lui, celui un peu plus tendre ou plutôt plus démonstratif. Je me penchai vers lui pour lui effleuré la joue de mes lèvres, un sourire toujours collé sur mon visage. Il me rendait tellement heureux, simplement en me prenant la main, comme ça!

Nous montâmes finalement dans le taxi qu’il venait d’arrêter. Lorsque nous fûmes bien assis sur la banquette arrière et que l’adresse fût donné au chauffeur, j’attirai doucement Ranmaru dans mes bras. La ceinture de sécurité gênait, mais je m’en foutais totalement. Tant que mon Ran-chan était près de moi, alors tout allait bien. Je lui embrassai la tempe et soupirai d’aise.

-Je ne veux jamais te perdre. Tu m’as toujours aidé et  tu m’as toujours écouté, quand j’avais besoin de parler à quelqu’un! J’espère que tu sais que je suis là pour toi, moi aussi! Je t’aime vraiment, Ranmaru.

Il était rare que je l’appelle Ranmaru! Je préférais l’appeler Ran. C’était le surnom que je lui avais donné! Je trouvais Ranmaru trop long…! Maintenant, quand je l’appelais ainsi, ça faisait étrange. Je relevai doucement son menton avec mes doigts pour pouvoir le regarder dans les yeux et lui souris. Je l’embrassai tendrement puis le recollai contre moi.

Je savais que je pouvais être collant, parfois! Je me sentais toujours un peu mal à l’aise de le coller ainsi puisque lui il ne le faisait jamais. J’avais toujours peur de le déranger! Et pourtant, aujourd’hui, c’était totalement différent. Je n’avais pas peur une minute. Je sentais que je pouvais lui démontrer toute mon affection sans que ça ne le dérange. Je sentais que je pouvais le serrer contre moi et l’embrasser autant que je le voulais.

Le taxi s’arrêta finalement devant l’immeuble de Ran. En y pensant bien… combien gagnait-il, entant que star? Il devait vraiment faire des salaires de dingue, vue l’appartement qu’il habitait! Bien que j’y avais déjà été plusieurs fois, ça me faisait le même effet à chaque fois. Je payai finalement le taxi et prit la main de Ran.

-Tu sais, en voyant ton immeuble, je me dis que mon bar n’est pas si rentable que ça! Fis-je en rigolant.

Parce que bien sur, mon bar fonctionnait bien. Et même s’il ne fonctionnait pas bien, je le garderais! Le Skyline était devenu mon bébé au moment où je l’avais acheté. Ce que je pouvais aimer ce bar! Il était mon chez moi…! Bien entendu, j’avais un appartement, mais je préférais cent fois mon bar. Je retournai mon attention sur  Ran. Ce n’était pas vraiment le moment approprié pour penser à mon bar, quand même!  

Je rentrai dans l’immeuble et pris l’ascenseur. Je pesai sur le bouton qui nous mènerait au bon étage et attirai Ran contre mon torse, le serrant contre moi. J’enfouis mon nez dans ses cheveux et respirai un bon coup. Ce que je pouvais aimer son odeur…! Il me… rassurait. Chaque fois que Ran m’avait serré contre lui, dans le passé, j’avais sentit son odeur. Chaque fois qu’il avait été là… Je suppose que maintenant, c’était devenu une source de réconfort! Je souris tendrement  et posai un baiser dans ses cheveux, me mettant à lui caresser le dos distraitement.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent finalement. Je le lâchai doucement et lui prit la main pour marcher jusqu’à sa porte, le laissant passer devant pour qu’il déverrouille. Lorsque ce fut fait, je m’empressai de rentrer et d’enlever mes chaussures pour aller explorer son appartement pour la énième fois. Et oui, je m’émerveillais toujours devant le luxe de son appartement! J’étais moi-même riche, étant humain, mais jamais je n’avais eu ce confort! Quel bel endroit! La pièce que je préférais par-dessus tout était la chambre. Bon, d’accord, la cuisine à cause de la nourriture qu’il y avait dedans puis ensuite la chambre. Je revins finalement sur mes pas pour trouver Ran que j’enlaçai, un sourire d’enfant sur le visage.

-Tu sais que j’adore ton appartement? Bon, bien que je sois fatigué, l’énergie me reviens, d’un coup! Dis-je avant de posai un baiser chaste sur ses lèvres.

En regardant mon comportement, parfois, je me disais que j’agissais vraiment en enfant! Je devrais  avoir plus de manière, à certains moments! Comment par exemple juste maintenant! Explorer ainsi l’appartement de Ran sans sa permission, c’était mal élevé. Je ne voulais pas qu’il pense que j’étais mal élevé, quand même! Arf! Tout à l’heure je lui sautais dessus et maintenant, j’envahissais son appartement de ma présence! Il faudrait vraiment que je retrouve mes manières!

-Dis, ça te dérange, ce que je viens de faire…? Genre... aller explorer comme ça? Bon, je connais déjà ton appartement par cœur, mais… Ça te dérange? C’est mal élevé, n’est-ce pas?

Je devais tellement lui taper sur les nerfs, avec des questions comme celles-là!


Dernière édition par Kazuki Rui le Jeu 3 Juil - 19:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Ven 30 Aoû - 15:02

Me fichant bien de ce que le chauffeur pourrait penser, je laissai Rui me câliner et me dire des mots doux. Ce genre de comportement était à mille lieues de moi et pourtant je ne pouvais juste pas m’empêcher d’apprécier tant de douceur et de tendresse. J’étais bien, dans ses bras, et c’était tout ce qui m’importait. Après tant de jours à me demander ce qui allait se passer pour nous, je pouvais bien accorder quelques heures de répits à la pauvre chose amoureuse qui était tapie au fond de moi.
Je crois que je n’aurais jamais pu trouver quelqu’un de plus opposé à moi que Rui. J’étais un démon, un vrai démon, je tuais pour le plaisir et me détendais en écoutant des cris de douleurs et d’agonie comme d’autres écouteraient des symphonies ou des opéras. Rui, était un ange. Même durant sa vie humaine, c’était déjà un ange, du genre de ceux que les êtres de mon espèce souhaitent salir parce que leur pureté fait monstrueusement ressortir notre nature honteuse. Pourtant, c’est l’inverse qui s’était passé entre lui et moi… je ne le salissais pas, c’était lui qui me rendait plus pur, ne serait-ce que mes pensées l’espace de quelques instants. Je l’aimais pour ce qu’il était, et je l’aimais pour ce qu’il me faisait devenir.

La voiture s’arrêta au bas de mon immeuble, Rui me fit sortir avant que j’aie le temps de sortir mon portefeuille et il paya la course à ma place avant de me rejoindre sur le trottoir et de reprendre ma main.

- Tu sais, en voyant ton immeuble, je me dis que mon bar n’est pas si rentable que ça !

Je secouai la tête en souriant. C’est vrai, j’avais un job qui payait plus que bien mais… oserais-je lui avouer que l’argent que j’avais ne venait pas exclusivement de mon travail ? Il y en avait de mes anciennes identités que je me débrouillais pour récupérer, mais une bonne partie venait également de mes victimes qui n’avaient plus besoin de leur argent là où elles étaient… Je n’avais pas beaucoup d’attrait pour les choses matérielles ou l’argent, mais ce monde tournait grâce à ça, et comme je ne pouvais pas commettre de vols à chaque fois que j’avais envie de quelque chose, il fallait bien que j’aie des fonds suffisants… Réflexion faite, il ne valait mieux pas qu’il le sache.

On entra finalement et on monta jusqu’à mon appartement, j’ouvris la porte et le laissai entrer le premier pour refermer la porte derrière moi. Je retirai mon manteau et mes chaussures tout en l’entendant marcher dans mon appartement comme il avait l’habitude de le faire lorsque nous venions ici. Alors que j’avançais dans le couloir, Rui me rejoignit et me prit dans ses bras en souriant.

- Tu sais que j’adore ton appartement ? Bon, bien que je sois fatigué, l’énergie me revient, d’un coup !

Un sourire amusé se traça sur mes lèvres et je montai ma main à son visage pour caresser tendrement sa joue. Peut-être que je me trompais, peut-être arrivais-je plus que je ne le pensais à le dévergonder, mais c’était comme moi, ça ne durait jamais vraiment.

- Dis, ça te dérange, ce que je viens de faire…? Genre… aller explorer comme ça ? Bon, je connais déjà ton appartement par cœur, mais… Ça te dérange ? C’est mal élevé, n’est-ce pas?

Je haussai les sourcils, surpris par sa question, puis éclatai de rire. Lui, mal élevé ? Ça alors non, jamais je ne pourrais penser quelque chose comme ça de lui. Même après plus de deux cents ans d’existence il avait gardé les mêmes habitudes classieuses qui avaient été les siennes durant sa vie humaine. À côté de lui, même avec mon luxueux appartement et tout mon argent, je ressemblais à une prostituée de bas étage.
Je l’embrassai avant de lui répondre :

- Bien que non, ça ne me dérange pas. Je te l’ai déjà dit, tu es chez toi ici. Et puis, j’ai confiance en toi, je n’ai rien à te cacher.

Mentir, même à Rui, était d’une facilité outrageante. J’avais confiance en lui, mais je savais qu’il avait aussi confiance en moi, il ne fouillerait pas mon appartement à la recherche de détails compromettants sur moi, alors ce qu’il ne devait pas voir n’était pas caché à proprement parlé, c’était juste pas à sa vue et je savais qu’il n’y toucherait pas.
Je déposai un autre baiser sur sa bouche avant de me défaire de ses bras pour avancer jusqu’au salon. Léonard était monté sur le dossier du fauteuil et nous observait, je fis courir un doigt sur sa tête et son dos en passant près de lui, et Méphisto arriva à son tour. Elle me calcula à peine, se frotta vaguement à ma jambe et fila quémander des caresses à Rui. Elle s’était habituée à lui, il était venu plutôt souvent depuis que nous nous étions retrouvés alors elle s’était attachée à lui.

- Je crois que tu lui as manqué, lui dis-je en m’appuyant contre le dossier du fauteuil.

Mon rat en profita pour grimper le long de mon bras et se blottir contre mon cou. Ils étaient bien les deux seuls, après Rui, à qui je témoignais de l’affection, mais ces derniers jours je les avais quelque peu délaissé, préférant passer mon temps à errer dehors…

- Tu veux boire quelque chose ? demandai-je à tout hasard.

Si je pouvais passer des jours entiers en ne mangeant et buvant que juste ce qu’il fallait pour tenir en vie mon enveloppe charnelle, Rui était plutôt « bon vivant », d'ailleurs ma cuisine n’avait jamais été autant rempli que depuis qu’il venait chez moi.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Mer 4 Sep - 1:36

Après avoir posé ma question, Ran haussa un sourcil puis éclata de rire. Je tournai légèrement la tête sur le côté, mon regard plein de point d’interrogation sur lui. J’avais dit quelque chose de drôle, ou bien ma question était si ridicule…?

- Bien que non, ça ne me dérange pas. Je te l’ai déjà dit, tu es chez toi ici. Et puis, j’ai confiance en toi, je n’ai rien à te cacher. Dit-il après m’avoir embrassé, baiser d’ailleurs très apprécié par ma personne.

Il m’embrassa une autre fois avant de se détacher de moi et d’aller au salon. Alors que Ran donnait une caresse à son rat, Méphisto se dirigea directement vers moi. Ce que je pouvais apprécier ce chat! Bien que j’appréciais en général tous les animaux…! Je me penchai pour pouvoir l’attraper et la callai dans mes bras d’où je la gratouillai en faisait des simagrées imbéciles et enfantines, choses que je faisais souvent sans m’en rendre compte en présence d’animaux.

- Je crois que tu lui as manqué. Dit Ran en s’appuyant contre le fauteuil.

Léonard en profita pour monter sur son épaule. Je l’aimais bien, lui aussi! Je m’approchai de Ran, heureux d’avoir manqué à son chat. Oui, c’était le genre de chose qui me rendait  heureux. Je posai un baiser sur sa joue et lui souris, n’oubliant surtout pas de caresser Méphisto.

-Tu crois? Elle est tellement migonne… Dis-je en parlant comme si je parlais d’un enfant.

Voilà pourquoi je n’aurai jamais d’animal! Je les prenais bien trop pour mes enfants, et ça devenait beaucoup trop douloureux de m’en séparer lorsqu’il en était le temps! Un jour, j’étais resté dans ma chambre pendant une semaine en ne me nourrissant que de très peu d’eau parce que j’avais dût faire euthanasier mon chien parce qu’il était trop malade! ...Haheum. Je n’aurais peut-être pas dût me souvenir de ça pour ma fierté propre. Je reportai alors mon attention à Ran. Ce qu’il était beau… me souvins-je en le regardant.

- Tu veux boire quelque chose ? Me demanda-t-il.

Si je voulais boire quelque chose…? Hummm… C’était relatif. J’avais bien envie de manger, mais avais-je envie de boire quelque chose? Après réflexion, oui. Et puis de toute façon, ce n’étais pas nécessairement le moment de manger. C’est juste qu’après m’être engueulé avec quelqu’un que j’affectionnais, j’avais toujours envie de manger pour faire passer le tout! Puisque c’était avec Ran que je m’étais engueulé, alors je mangerais une vache entière! Bon, j’exagérais, quand même! Je me demandais comment Ran pouvait bien se priver de nourriture comme ça et ne manger qu’un minimum. Moi, j’étais plus du genre à manger un maximum!

-Oui, je veux bien! Si ça ne dérange pas… Fis-je en lui souriant de toutes mes dents.

Je reposai le chat par terre et caresser de mon doigt le petit Léonard qui trônait sur l’épaule de mon chère Ranmaru bien aimé. Je me rendis d’ailleurs compte que ce serait plus agréable caresser Ran que Léonard… sans rancune, p’tit rat, ne! Je posai mes mains sur ses hanches et les caressai du bout des doigts. Effectivement, c’était beaucoup plus agréable. Je posai un tendre baiser sur ses lèvres et souris doucement. Ce que c’était bon, de l’embrasser! J’adorais sentir ses hanches sous mes mains.

-Dis-moi, mon cœur, t’es un démon de… quoi, au juste? Je veux dire… t’es tellement parfait avec moi que je n’arrive pas à savoir et ça me trotte dans la tête! Bon, bien entendu, si tu ne veux pas me le dire, je comprendrais parfaitement… C’est de la simple curiosité. Je dois dire que je suis le pire, pour ce qui est de connaissance en démonologie! Dis-je avant de me demander si j’avais été trop loin.

Effectivement, parfois, ma curiosité me poussait à me faire poser des questions qui pouvaient être embarrassantes ou même déplacer. Et puis… je voulais être le plus prêt possible de mon Ran-chan, alors je voulais en savoir le plus possible sur lui. Pour dire vrai, je le connaissais par cœur, seulement, je ne connaissais pas son histoire, ni sa nature. Bien sur, je savais qu’il était un démon, mais je ne connaissais rien sur les démons. Je me sentais ignare et ça m’énervait profondément.  Bien entendu, qu’il refuse de répondre ne m’énerverait pas! Je pourrais comprendre que ce n’étais pas de mes affaires et que c’était de la curiosité mal placé.

Je plongeai ma tête dans son cou pour respirer son odeur et y poser une multitude de doux et tendre baiser, lentement. J’aimais sentir son odeur, comme ça! … bien qu’il y avait Léonard sur son autre épaule. Mhaaaaa! Ce n’était qu’un petit détail, le genre de chose auxquelles je ne faisais pas vraiment attention! Je resserrai mes bras autour de sa taille, le collant à moi. Au diable le breuvage et ma question, tout le monde à poil! … bon, j’allais peut-être un peu trop vite en affaire.  Je m’éloignai un peu de lui, gardant tout de même mes mains sur ses hanches. La température montait trop vite quand il s’agissait de lui!
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Jeu 5 Sep - 23:44

Ma question eut droit à un léger silence de réflexion, mais j’avais plutôt l’habitude avec Rui, ou plutôt j’avais rapidement repris cette habitude. Quand je lui proposais quelque chose, il avait très souvent – pour ne pas dire toujours – cette manie de réfléchir plus longtemps que n’importe qui d’autre l’aurait fait dans la même situation. Encore une fois, je mettais ça sur son éducation de noble, cette politesse et cette retenue qu’on lui avait inculqué très jeune et que je mettais un point d’honneur à lui faire désapprendre, au moins lorsqu’il était avec moi, mais visiblement ma méthode ne faisait pas ses preuves.

- Oui, je veux bien ! Si ça ne dérange pas…

Je levai les yeux au ciel, un sourire mal retenu sur les lèvres. Non, elle ne faisait pas ses preuves du tout. J’allais sans doute devoir passer à la manière forte pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas besoin de faire toutes ces simagrées avec moi. Je le connaissais pas cœur, mais si en plus d’être outrageusement pur et innocent il continuait à être aussi poli et strict avec lui-même, j’allais finir par me sentir mal de lui faire tout ce que j’avais en tête de faire. Bref, avec un démon comme moi, la politesse n’était pas un critère important.

Avant que je puisse aller à la cuisine pour lui apporter quelque chose à boire, il lâcha Méphisto et s’approcha de moi. Les mains sur mes hanches, il m’embrassa chastement avant de retrouver le sourire doux dont il me gratifiait toujours.


- Dis-moi, mon cœur, t’es un démon de… quoi, au juste ? Je veux dire… t’es tellement parfait avec moi que je n’arrive pas à savoir et ça me trotte dans la tête ! Bon, bien entendu, si tu ne veux pas me le dire, je comprendrais parfaitement… C’est de la simple curiosité. Je dois dire que je suis le pire, pour ce qui est de connaissance en démonologie !

Puis il m’étreignit tendrement, glissant son visage contre mon cou – me faisant frissonner au passage – comme s’il regrettait d’avoir dit ce qu’il avait dit ou qu’il essayait d’oublier ses paroles. En réalité, je m’étonnais qu’il ne m’ait pas posé la question plus tôt, mais peut-être qu’il n’avait pas osé… et puis je venais de lui dire que je n’avais rien à lui cacher après tout.
Bon, ce n’était pas ça que je souhaitais le plus lui cacher, d’ailleurs je ne le lui avais pas dit jusqu’à présent parce que je parlais peu de moi, tout du moins du vrai moi. Je n’avais pas non plus pensé à la façon dont je pourrais le lui dire cependant, c’était quand même… voilà que je commençais à avoir peur de sa réaction… et il revint se moquer de moi.

Rui s’écarta à nouveau de moi, ne gardant que ses mains sur ma taille. Je croisai son regard quelques instants avant de détourner la tête, gêné. Cela ne m’arrivait pas souvent, en principe je ne m’embarrassais de rien, et encore moins du cercle auquel j’appartenais.
Je me mordis la lèvre et posai mes mains sur son torse.

- Non, je peux… je peux te le dire, c’est pas un problème. C’est juste que… enfin…
- Tu n’as qu’à lui mentir si tu as honte de toi.

C’est vrai que j’aurais pu lui mentir, il n’irait pas vérifier de toute manière, il n’aurait aucune raison de le faire puisqu’il me faisait confiance, et puis vérifier auprès de qui ? Mais, non, lui mentir était au-dessus de mes forces. Omettre certaines choses, peut-être, mais pas lui mentir effrontément, je ne pouvais pas m’y résoudre.

- Je fais partie du quatrième cercle, celui de la Luxure, débitai-je rapidement.

Je relevai doucement les yeux, je crois que je n’avais jamais été aussi incertain devant lui. Pourtant, ce n’était que Rui, il n’allait pas me rejeter pour ça même si… même si faire partie de ce cercle voulait bien dire ce que ça voulait dire. C’était assez évident…
Je me dégageai de ses bras alors qu’il riait dans ma tête.

- M-mais à la base, si je l’ai rejoint, c’était pour ne pas errer seul, pas pour…
- Oui mais c’est la Luxure quand même, Ran. Ne te cherche pas d’excuse, d’une manière ou d’une autre c’est sordide.

Je soupirai. Oui ça l’était, et en réalité j’avais choisi ce cercle pour d’autres raisons que ça, mais ça ne m’avait jamais dérangé, au contraire. Quand bien même, c’était la première fois que je parlais à Rui des « autres » qu’il y avait eu durant mon existence, et même si je le savais assez intelligent pour ne pas s’imaginer que je n’avais connu que lui, ce n’était pas une raison pour lui balancer en pleine figure que j’avais eu des partenaires plus que multiples, tant que je n’étais pas en mesure de les compter, et que bon nombre d’entre eux avaient été les victimes de ma récolte d’âmes. C’était vraiment pas glorieux, mais le pire était peut-être que je ne regrettais absolument pas l’existence que je menais.

- Je suis désolé.

Je m’entendis le dire plus que je ne choisis de le faire, mais en cas les mots étaient sortis. « Je suis désolé, désolé d’être moi et d’être si peu recommandable pour un ange comme toi »… mais je doutais que Rui pense ça, et si je le disais à voix haute il essaierait probablement plus de me réconforter plutôt que de me dire ce qu’il pensait réellement… sauf si j’avais réussi à le dégoûter de moi.
Je partis à la cuisine, ce qui ne me faisait pas vraiment changer de pièce puisqu’elle n’était séparée du salon que par un comptoir, mais je m’y réfugiai quand même. L’air de rien, j’ouvris le réfrigérateur pour en sortir deux bières, j’en posai une sur ledit comptoir et ouvris l’autre, tout en me gardant bien de regarder en direction de Rui, après tout, s’il voulait partir, je préférais autant ne pas le voir faire.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Ven 6 Sep - 3:01

Ran détourna le regard, ce qui me surprit énormément. Il ne détournait jamais le regard… il soutenait le mien, plutôt! Il posa ses mains sur mon torse, touché que j’apprécie fortement. Il semblait… incertain. Étais-ce vraiment mon Ranmaru, que j’avais devant moi? Un Ranmaru incertain m’était totalement inconnu. Je patientai pourtant, attendant qu’il parle. Je commençais à regretter d’avoir poser la question.

- Non, je peux… je peux te le dire, c’est pas un problème. C’est juste que… enfin…

J’haussai un sourcil, continuant tout de même de patienter en silence. Si je parlais, j’allais peut-être le couper dans son élan et puis… ce serait quand même inapproprié de parler maintenant.

- Je fais partie du quatrième cercle, celui de la Luxure Dit-il rapidement, pas de la manière assuré, pas comme Ran-chan parlait normalement.

J’allais dire quelque chose, mais je me rendis compte que je n’arrivais tout simplement à ne rien dire. Ma gorge était serrée. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, en fait. Peut-être tout simplement à cause du choc..? Pas que je sois choqué que ce soit la luxure, mais plutôt parce que maintenant, je savais. Savoir qu’il appartenait à un cercle et tout simplement qu’il me parle de lui, ça rendait son état plus réel pour moi. Il était bel et bien un démon. Il était bel et bien mon démon. Mais d’un autre côté… serait-il fidèle?

Puis, je me trouvai complètement idiot. Pourquoi le serait-il? Nous ne sortions pas ensemble! Enfin… pas… officiellement. J’aurais été d’accord, moi! Mais… je n’osais pas lui demander et je ne savais pas vraiment si j’oserais dans le futur, avec ce que je savais maintenant! Je ne savais pas si j’aurais le courage de lui demander de m’être fidèle… Mais qu’est-ce qui me passait par la tête?! Ran était une âme libre, pas du genre à s’encombrer d’un petit ami! Imbécile. Mais en même temps… c’était Ran. C’était mon Ran, celui en qui je portais une confiance aveugle. Il ne me briserait pas le cœur en me repoussant méchamment et m’expliquerait, s’il ne voulait pas de moi entant que petit ami et me serait fidèle si au contraire, il partageait les mêmes désirs et envies que moi. Et puis de toute façon, comment me permettais-je de le juger?! Je me giflai mentalement. Je ne connaissais absolument rien des démons. Je ne savais que ce que les humains racontaient. Je déglutis pour faire passer la boulle que j’avais dans la gorge puis soupirai silencieusement. Je m’aurais tué pour avoir douté de lui, à l’instant.

- M-mais à la base, si je l’ai rejoint, c’était pour ne pas errer seul, pas pour…

Il soupira puis s’excusa avant d’aller à la cuisiner, évitant soigneusement mon regard. Il prit deux bières et en posa une sur le comptoir. Je ne buvais pas… je ne lui avais toujours pas dit… Oups! Bon, ce n’était pas le moment de penser à ça. Je me déplaçai silencieusement et allai me coller à son dos, glissant mes mains sur sa taille. Je voulais le rassurer. Je lui embrassai le cou et soupira d’aise.

-Tu sais, j’ai douté pendant quelques secondes. Je suis désolé. J’ai été idiot de douter, n’est-ce pas? Moi je trouve que je suis le pire des imbéciles, pour ça. Je ne suis qu’un petit ange gardien, après tout! Je suis la risée des anges et je ne connais rien aux démons. Et puis… je savais d’avance que tu faisais des choses mal. Et puis… je n’ai pas le droit de juger! Il faut bien un équilibre entre le bien et le mal, quelque part. S’il n’y avait pas des gens comme toi, à quoi est-ce qu’on servirait, nous? Nous ne serions pas mieux. Tu es un démon et c’est comme ça. Je ne peux pas te changer et de toute façon, pourquoi le ferais-je? Serais-tu le même avec moi, si je changeais ce côté de toi? Suis-je un égoïste, si je dis que je préfère que tu restes comme tu es? Bien entendu, j’aimerais cent fois mieux t’avoir à moi tout seul. Mais… c’est la vie, n’est-ce pas? Je t’aime et ça ne changera pas. J’ai posé une question et j’ai eu une réponse. Je te remercie d’ailleurs  pour ça. Tu es comme tu es et je ne te changerai pas. Vivre et laisser vivre, c’est l’une de mes philosophies de vie! Alors… voilà. Dis-je d’une voix douce, d’une voix qui tentait d’être rassurante.

J’avais voulu être franc avec lui. C’est vrai que j’avais douté! Je devais lui dire… Mais plus maintenant. Ran serait toujours la seule personne que j’aimerais au travers du temps. Peu importe qui passait dans ma vie, Ran était toujours le seul à qui mes sentiments étaient fidèles, même lorsque j’avais été loin de lui. Comment pourrais-je lui en vouloir d’être ce qu’il était? Quel con. Je m’en voulais tellement pour ça! Il m’avait toujours aidé et il avait toujours été là pour moi. Alors… comment pouvais-je douter?!

Je l’embrasser sous l’oreille et remontai lentement mes mains sur son ventre. Puis, je me souvins de la bière. Il était temps de lui dire!

-Et puis… je ne bois pas d’alcool, désolé!

Je repensais toujours à cette histoire de cercle. En fait, ça pourrait expliquer plusieurs choses, comme le fait qu’il était diablement bon, au lit…! Haheum. Je me mordis la langue comme pour me punir de penser à des choses comme ça et reportai mon attention sur lui.[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Ven 6 Sep - 19:33

Je fermai les yeux et pris une gorgée de bière. Je ne me comprenais pas, jusqu’à présent ça ne m’avait jamais dérangé de faire partie du cercle de la Luxure. Après tout, peut-être que ce n’était pas un hasard et que j’étais réellement comme ça. Pas « peut-être » d’ailleurs, c’était certain que j’étais comme ça. Mais eh ! j’étais un démon, oui ou non ?

Contrairement à ce que je craignais, Rui vint me rejoindre, il se colla contre mon dos et m’enlaça de nouveau. Il déposa un baiser sur mon cou puis je le sentis soupirer doucement avant qu’il ne commence à parler d’une voix douce.

J’étais heureux d’être dos à lui, au moins il ne pouvait pas voir mon visage se décomposer. Sa façon de dire tout ça était tellement détachée, comme si c’était une fatalité et que jamais rien ne changerait, ne me changerait. Pourtant j’étais déjà différent de ce que j’étais ce matin, maintenant que je m’étais avoué ce que je ressentais. J’étais différent de celui que j’étais avant que l’on se retrouve, maintenant que j’avais une raison légitime d’exister. Oui, j’étais toujours un démon qui se faisait passer pour un démon et qui avait pour mission de ramener des âmes en enfer mais… ça, je ne l’avais pas choisi, enfin ce n’était pas mon but à moi, c’était ce que l’on me demandait de faire, même si j’y trouvais assez de plaisir pour le faire. Mais j’avais retrouvé Rui. J’avais retrouvé le seul être qui me faisait ressentir des sentiments positifs sans les salir.
Mais il ne voyait pas tout ça. Comment pourrait-il le voir alors qu’il pensait réellement qu’il avait à me partager ? Lorsque nous nous étions rencontrés, deux siècles auparavant, j’étais resté avec lui, seulement lui. Et aujourd’hui je n’avais pas plus envie d’aller voir ailleurs. Mais je n’étais qu’un démon. J’étais un être du Malin et ne vivais qu’à travers lui. D’ailleurs, jusqu’à présent, je pensais qu’aimer me serait impossible.

Sa tirade terminée, je restai silencieux, encore engourdi par ses paroles. Il m’aimait malgré ce que j’étais et malgré ce que je pouvais faire. Je crois que, quelque part, j’aurais préféré qu’il se mette en colère, sa réaction semblait tellement résignée.
Je sentis vaguement son baiser, et ses mains qui glissèrent sur mon ventre, mais c’est sa voix qui me ramena à la réalité.

- Et puis… je ne bois pas d’alcool, désolé !

Je baissai les yeux sur la bouteille de bière posée sur le comptoir. Pas d’alcool. Oui, logique. S’il ne me l’avait jamais dit, j’avais fini par m’en douter, à force, cette fois c’était juste que… que j’avais l’esprit ailleurs.

- O-oh… oui, hum… il y a du soda dans le réfrigérateur si tu préfères…

Je posai mes mains sur les siennes et fermai les yeux. Je devais réussir à faire comme si je me fichais qu’il n’ait absolument pas confiance en moi, qu’il s’imagine qu’à chaque fois où on ne sera pas ensemble je serais dans les bras d’un autre sans même avoir une seule pensée pour lui. Après tout, j’aurais dû être heureux qu’il le prenne ainsi, je le savais… ça ne me ressemblait pas de ne pas profiter de la situation. Puisqu’il acceptait ma luxure, cela voulait dire que j’étais libre de coucher avec qui je voulais. Non ! Non ! Cette idée me rendait malade ! Je me fichais des autres, je ne voulais que Rui.
Je pris doucement ses mains dans les miennes.

- Merci de… m’aimer comme je suis, même si je suis une créature ignoble, immonde et qui ne mérite sans doute pas un être comme toi.

Étrangement, ma voix était calme, bien que morte. Je savais que c’était la vérité, comparé à Rui j’étais un cancrelat, une petite chose qui ne devrait même pas avoir droit de cité sur cette planète, et ça je m’en étais rendu depuis longtemps, seulement je ne pensais pas que Rui pourrait aussi l’avoir remarqué.
J’enlevai ses mains de moi pour m’écarter de lui une fois encore.

- Mais je voudrais quand même que tu saches… que tu saches que quand on s’est rencontrés, il y a deux cents ans, durant tout le temps où on s’est fréquentés, je n’ai jamais couché avec un autre, ni humain, ni démon…

Je me mordis la lèvre, pourquoi est-ce que je lui disais ça ? Il savait ce que j’étais, ça pouvait tout aussi bien être un mensonge, cette fois je ne pouvais plus être sûr qu’il ait confiance en moi.

- Et depuis qu’on s’est retrouvés, je ne vois que toi, et je ne pense qu’à toi. Je comprends que tu n’aies pas confiance en moi, et je t’avoue que je n’ai jamais réfléchi au fait d’être fidèle ou non, mais seulement parce qu’en dehors de toi, je n’ai jamais eu de relation amoureuse.


Il n’y avait pas un seul humain, à l’exception de Rui, avec lequel j’avais couché plus d’une fois… enfin une nuit. Et les démons… les autres démons étaient comme moi, il n’y avait pas « d’amour », même si je les connaissais depuis plusieurs siècles.

- Maintenant, imaginer que quelqu’un d’autre que toi puisse poser ses mains sur moi me répugne. Je suis peut-être un démon de la luxure, mais je t’aime sincèrement…

Je baissai les yeux en soupirant, je ne savais même pas s’il allait me prendre au sérieux ou non. Je pris Léonard pour le poser sur le comptoir et tournai les talons.

- J’ai besoin d’être un peu seul…


Je partis vers ma chambre sans même attendre la moindre réaction, je fermai la porte derrière moi et allai m’asseoir sur mon lit. Je remontai mes jambes contre mon torse et posai mes mains sur mon visage en soufflant. Craquer devant lui deux fois dans la même journée, la même heure, non, hors de question. Je me sentais déjà assez minable de me justifier comme je l’avais fait, néanmoins je savais que c’était nécessaire. Mais je ne pouvais même pas lui en vouloir, j’avais toujours joué un rôle avec lui, il me connaissait somme toute très peu… mais personne ne me connaissait réellement en fait, moi-même je ne me connaissais pas entièrement.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Sam 7 Sep - 4:19

- O-oh… oui, hum… il y a du soda dans le réfrigérateur si tu préfères…

Il posa ses mains sur les miennes. Il ne semblait pas plus rassuré qu’avant. L’avais-je vexé…? J’étais tellement malhabile, pour m’exprimer!

- Merci de… m’aimer comme je suis, même si je suis une créature ignoble, immonde et qui ne mérite sans doute pas un être comme toi.

…Hein?! Alors… c’est ce qu’il avait compris!? Non mais… WOW! Ce n’était pas mais alors là vraiment pas ça que je voulais dire! Tout ce que je voulais lui dire, c’était que j’acceptais la situation tel qu’elle était, peut importe ce qu’elle était  puisque je ne la connaissais pas vraiment, et que je n’essaierais pas de le changer et d’en faire une marionnette. Je le laisserais vivre comme il l’entendait… c’est ce que je voulais lui dire! Bon dieu que j’étais nul pour m’exprimer! Il s’écarta de moi avant de continuer

- Mais je voudrais quand même que tu saches… que tu saches que quand on s’est rencontrés, il y a deux cents ans, durant tout le temps où on s’est fréquentés, je n’ai jamais couché avec un autre, ni humain, ni démon…

Je ne savais pas comment réagir ni quoi lui dire. Comment pouvais-je lui faire tant de peine en si peu de temps?! Bien sur, j’étais ravis de savoir qu’il avait été fidèle… mais je lui faisais totalement confiance! Il ne ferait rien pour me briser le cœur… Et pourtant, j’en avais douté un peu plus tôt. Mais quel idiot! Je commençais à paniquer un peu, à perdre mon sang froid. Étais-je vraiment assez maladroit pour faire autant de peine à mon amour? Je ne voulais pas lui faire de peine. On dirait bien que c’était ce que je faisais de mieux, aujourd’hui!

- Et depuis qu’on s’est retrouvés, je ne vois que toi, et je ne pense qu’à toi. Je comprends que tu n’aies pas confiance en moi, et je t’avoue que je n’ai jamais réfléchi au fait d’être fidèle ou non, mais seulement parce qu’en dehors de toi, je n’ai jamais eu de relation amoureuse.

Mon amour… Moi aussi je ne pense qu’à toi… j’aurais aimé lui dire ça. J’aurais aimé lui répondre. Mais, comme plus tôt, j’étais incapable de parler. Ho mon cœur… Pourquoi est-ce que je ne pouvais pas lui dire clairement ce que je pensais? Je m’en voulais tellement de le faire se sentir ainsi…

- Maintenant, imaginer que quelqu’un d’autre que toi puisse poser ses mains sur moi me répugne. Je suis peut-être un démon de la luxure, mais je t’aime sincèrement…

Ho mon amour! Je t’aime aussi! Pourquoi n’étais-je pas capable de lui parler?! Je détestais vraiment quand ça m’arrivait! En fait, j’étais capable de parler, seulement, si je parlais, j’allais pleurer et ce n’était vraiment mais alors là vraiment pas le temps de pleurer! Quel enfant! Un homme sensible? Non, un imbécile. Il attrapa Léonard et le posa sur le comptoir.

- J’ai besoin d’être un peu seul…

Puis, il alla s’isoler dans sa chambre. Je n’avais qu’une envie et c’était de me jeter en bas de l’immeuble. Non, je méritais pire que ça. Faire de la peine à la personne que j’aime… J’aurais voulu le prendre dans mes bras et le bercer… j’étais tellement frustré contre moi-même!

Je ne savais pas du tout ce que faire partit de ce cercle impliquait. Devait-il faire certaines choses? Devait-il rapporter un certains nombres d’âmes? Je n’avais absolument aucune idée de ce que ça impliquait. Seulement, je lui faisais confiance. Totalement. Alors, tout ce que je voulais dire, c’était que je le laissais gérer. Je le laissais faire ce qu’il fallait qu’il fasse.

Je voulais vraiment aller le retrouver. Je ne supportais pas de l’avoir loin de moi alors qu’il allait mal. Seulement, je ne savais pas si c’était approprié d’entrer dans sa chambre alors qu’il avait dit vouloir être seul. Je ne savais pas si je lui ferais plus de peine en ne l’écoutant pas. Je ne savais pas ce que je devais faire… Je décidai alors de m’accoté à côté de la porte de sa chambre pour lui parler. Bon, je sentais déjà que j’allais faire une gaffe, mais bon.

-Ran-chan…? Je suis vraiment désolé si… si je t’ai fait de la peine. Je suis vraiment nul pour m’exprimer et je risque encore d’être très maladroit dans ce que je vais dire… je ne veux pas te faire de peine, jamais. Ce que je voulais dire, c’est que je ne suis trop stupide pour comprendre ce que ça implique, faire partit du cercle de la luxure, alors je te laisse gérer et je te fais confiance. Je sais pertinemment que tu ne ferras rien pour me blesser et que je peux m’en remettre à toi. Mais… je ne comprends simplement pas ce que ça implique, ce cercle…! Alors… si ça impliquait des trucs dans le genre qui pourrait te faire passer pour infidèle, alors… je ne peux rien y faire! Je t’aime tellement Ran… pour te dire la vérité, je voudrais t’avoir toujours à toi tout seul. Je voudrais qu’on sorte vraiment ensemble, que tu sois mon petit ami. Je suis vieux jeux… désolé. Bref, ce que je disais, c’est que je te fais confiance. Je sais que tu es fidèle! Mais… si tu devais par obligation envers ton cercle ou je ne sais trop quoi ne pas l’être… je comprendrais! Je ne veux pas te perdre… Je ne veux vraiment pas te perdre! Et si je dois accepter ça pour être avec toi, hey bien je l’accepte. Et puis... ne redit jamais ho grand jamais que que tu es une créature immonde et je ne sais plus quoi... c'est injuste pour toi-même et tellement faux... je le sais. Je… j’espère juste que j’ai pas encore dit d’autres conneries… En ce moment, tout ce que je veux, c’est entrer et te serrer contre moi… seulement, tu as dit que tu voulais rester seul et… j’ai peur de… de faire une autre connerie en entrant.

Voilà, c’était fait. Et pourtant, je ne me sentais pas soulagé. Tant que je n’aurais pas un Ran-chan au cœur léger dans mes bras, je ne me sentirais pas soulagé. Je regrettais amèrement d’avoir abordé le sujet de son cercle, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Sam 7 Sep - 23:45

« Tu aurais dû lui mentir, tu fais ça si bien, et puis ne dis pas que ça ne t’amuse pas de leurrer les gens… Pourquoi ce serait différent avec cet ange ? » Parce que je l’aimais, voilà pourquoi. « Toi ? Aimer ? Tu te moques de qui !? Sais-tu seulement ce que c’est aimer ? » En réalité, non… je n’en savais rien, pourtant je savais que je ne me trompais pas en ce qui concernait mes sentiments pour Rui. « Tu es encore plus idiot que je le croyais ! » Et alors ? La seule opinion qui m’importait était celle de Rui. Lui seul comptait pour moi. « Qui est resté près de toi depuis le début !? » Pardon… « Qui t’a fait avancer ? Qui t’a porté là où tu es aujourd’hui !? » Alors, je devais choisir ? Pourquoi ? Mon existence n’était peut-être pas idéale, mais je ne voulais rien y changer, sans ça je n’aurais jamais rencontré Rui. « Cesse de ne penser qu’à lui ! » C’était impossible. « Il finira par se rendre compte de ma présence, et alors quoi ? Tu crois qu’il restera près d’un schizophrène ? » Il n’était pas obligé de l’apprendre. « Il le saura. » Non. « Tu ne l’empêcheras pas… »

Je serrai les mâchoires pour réprimer un hurlement. Si j’avais pu dire à Rui à propos du cercle auquel j’appartenais et la vie dépravée que j’avais menée jusqu’ici, je ne voulais pas qu’il sache que j’étais fou. Il n’avait jamais rien soupçonné, j’avais toujours fait mon possible pour qu’il ne voie rien.
J’entendis les pas de Rui dans l’appartement, et je n’aurais su dire si j’étais heureux ou effrayé d’entendre qu’il s’approchait de ma chambre. Mais il n’entra pas et se contenta de me parler à travers la porte. Encore une fois j’étais mitigé. J’étais soulagé de voir qu’il lui restait un brin de confiance en moi, mais je me rendais un peu plus compte qu’il ne me connaissait pas. Même ce dont je pensais qu’il s’apercevrait de lui-même, il ne le savait pas.

« Il t’a dit lui-même qu’il était idiot… » J’étouffai de justesse un grondement. Ce n’était pas qu’il était idiot, mais il se laissait porter, tout simplement. Ou alors je n’avais cette impression que parce que je fréquentais trop de démons, parce que j’avais été trop longtemps privé de douceur, je devais sans doute m’y faire. « Mais tu aimes être malmené, brusqué, blessé, hein Ran chéri… » J’aimais Rui. Et je ne voulais pas qu’il connaisse cette part sombre de moi. « Si tu souhaites lui cacher cela, alors ne te montre pas si faible devant lui. » Oui. Je ne devais pas me laisser aller comme ça, je ne devais pas le laisser se poser des questions sur moi. S’il ne me pensait pas immonde, c’était parce qu’il ignorait beaucoup de choses sur moi, et ça devait rester ainsi. De toute manière, je voulais la même chose que lui, être entièrement à lui, uniquement à lui, ne vivre que pour lui… ‘petit-ami’, ‘amant’, ‘partenaire’… je me fichais de quel nom on me qualifierait du moment que j’étais avec lui.

Je relevai les yeux vers la porte qui restait close. Je devais me reprendre. Cesser de l’inquiéter pour rien. Mon comportement était exagéré, et même si dans mon cas c’était normal, ce n’était pas une raison pour ne pas prendre sur moi. Je soupirai et secouai la tête.

- Crois-tu que je sois du genre à obéir aux règles ? lançai-je finalement, sachant parfaitement qu’il m’entendrait à travers la porte. Si c’était le cas, je ne me serais pas laissé tomber amoureux d’un ange…

J’avais reçu assez de châtiments pour ne plus craindre quoi que ce fût, et même si aujourd’hui j’accordais un peu plus d’importance à mon existence, je n’avais toujours pas peur de mourir ou de disparaître, même si ça voulait dire ne plus jamais revoir Rui.
Je me renversai en arrière, posant la tête sur mon oreiller et fermai les yeux.

- Rien ni personne ne saurait m’obliger à faire quoi que ce soit contre mon gré. Rien ne saurait m’obliger à faire quelque chose qui pourrait te blesser. Je me fiche de mon cercle et de ce qu’on pourrait m’imposer… tout ce qui m’importe c’est toi.

Je me mordis la lèvre. C’était étrange, dire ça sans l’avoir en face de moi était plus simple, c’était un peu comme si je me parlais à moi-même, comme si je n’avais pas à me soucier du fait qu’il m’entende ou non, ni de sa réaction. Mais ça avait assez duré. Je soufflai plus fort, feignant de me rendre compte de mon comportement suspect.

- Je… je suis désolé. Je sais pas ce que j’ai aujourd’hui, je dois te paraitre bizarre.

Le mot était faible, mais je pouvais encore lui faire croire que ça ne m’arrivait pas habituellement, après tout jusqu’à présent, j’avais toujours réussi à le lui cacher. « Tu vois que tu lui mens. » Mais c’était nécessaire. « C’est facile de trouver de fausses excuses, n’est-ce pas ? » Ce n’était pas de fausses excuses, si je ne le faisais pas, je le perdrais, et ça j’en étais certain.

- Tu… t’es pas obligé de rester et de m’endurer… je t’en voudrai pas de partir.

Moi-même si je pouvais, ça ferait longtemps que je me serais laissé tout seul pour ne plus avoir à me supporter. Oui ça peut paraître incohérent mais pour moi ça avait du sens…


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Dim 8 Sep - 3:46

J’avais l’impression que tout ce que je faisais aujourd’hui, c’était blesser Ran. En fait, c’est tout ce que j’avais fait, jusqu’à présent. Je voulais tellement qu’il soit heureux avec moi! Pourquoi, quand il s’agissait d’affaire de cœur, j’étais le pire des idiots..? Tout simplement parce que je n’avais jamais eu de chance, là-dessus. En fait, avais-ce un rapport avec la chance? Non. Bien sur que non. J’étais juste le pire des incompétents. Soit c’était un amour à sens unique, soit je blessais celui que j’aimais. Serais-je mieux seul, au final? Si ça signifiait libérer Ran de toutes ses peines, alors je serais prêt à le faire… et pourtant je me sentais incroyablement soulagé en sachant que ce n’était pas la solution.

- Crois-tu que je sois du genre à obéir aux règles ?  Si c’était le cas, je ne me serais pas laissé tomber amoureux d’un ange…

Je ne pus empêcher un petit sourire de se plaquer sur mes lèvres. Ho oui! Ça, c’était bel et bien mon Ran. Je me demandai un moment pourquoi j’avais prit pour acquis qu’il suivrait les règles…! Moi-même je les avais enfreintes en tombant amoureux de Rei! Bien que mes sentiments d’amour envers elle s’atténuaient tranquillement. Heureusement, d’ailleurs! ‘fin bref. Ce n’était pas du tout le moment de penser à Rei. En ce moment, Ranmaru avait besoin d’être rassurer. Il avait besoin de moi.

- Rien ni personne ne saurait m’obliger à faire quoi que ce soit contre mon gré. Rien ne saurait m’obliger à faire quelque chose qui pourrait te blesser. Je me fiche de mon cercle et de ce qu’on pourrait m’imposer… tout ce qui m’importe c’est toi.

Ho mon Ran, mon amour… Alors que c’est moi qui étais supposé le rassurer et réparer les pots cassés, c’est lui qui me faisait me sentir mieux. Je me trouvais tellement désespérant, dans ces moments! S’il y avait quelque chose que je devais améliorer chez moi, c’était bien mon sens de la communication. Si je pouvais tout simplement lui transmettre tout ce que j’avais dans la tête! Je ne voulais que son bien…

- Je… je suis désolé. Je sais pas ce que j’ai aujourd’hui, je dois te paraitre bizarre.

Bizarre? Celui qui était bizarre, c’était moi. Je blessais celui que j’aimais. Qui ferait une chose aussi horrible…? Hey bien moi. ÇA, c’était bizarre.

- Tu… t’es pas obligé de rester et de m’endurer… je t’en voudrai pas de partir.

Je serrai les poings et la mâchoire. Endurer? Bon dieu! C’est moi qui causait tant d’émoi chez lui et… Raaaaah! Soit il ne me connaissait pas du tout, soit il ne voulait pas que je le vois dans cette état. Je votais pour l’option deux. Pourtant, qu’il le veuille ou non, j’allais entrer dans cette pièce et l’enlacer.

J’ouvris donc la porte et entrain, la refermant derrière moi. Je le vis, allongé sur son lit, les yeux fermés. J’allai m’allongé à côté de lui et l’attirai contre mon torse pour lui embrasser le dessus de la tête. Je me mis à lui caresser le dos et soufflait un peu avant de parler.

-Ran-chan… tu me connais, pourtant, non...? Peu importe ce qui arrive, je serai toujours là pour toi. Si tu te sens mal, alors il est évident que je vais rester, encore plus si c’est moi qui cause ta douleur.

Je lui embrassai de nouveau la tête et pris le temps de respirer un peu. Je sentais les larmes me venir aux yeux chaque fois que je parlais. Je supportais mal les tensions entre moi et Ran…

-Et puis… je ne te trouve pas bizarre… en fait, c’est toi qui dois me trouver monstrueux, de te faire ça… tu es tout sauf bizarre… c’est que… je m’exprime mal et je te fais de la peine. C’est normal. Ne me donne jamais ho grand jamais la permission de partir quand tu as de la peine, d’accord? Au contraire, saute-moi dans les bras ou appelle moi! Je ne veux pas te laisser comme ça, seul avec toi-même. Tu as dit que tu ne ferais rien pour me blesser, alors dit toi que c’est réciproque pour moi. Dit-toi que j’éprouve le même amour pour toi que tu éprouves pour moi, alors… je te protégerai au mieux de moi-même, quoi qu’il arrive.

Bien entendu, je savais que c’était inutile de le dire et qu’il le savait déjà. Ranmaru me connaissait par cœur. Il savait presque tout de moi et, si je me permettais un peu d’audace, j’oserais dire qu’il savait parfois mieux que moi ce que je ressentais. Et pourtant, moi... je ne visais jamais juste. Je faisais souvent fausse route et ça me mettait tellement hors de moi! Si je pouvais être aussi parfait pour lui qu'il l'était pour moi...

-Ran, je suis désolé pour tout ça… je suis vraiment le pire pour ce qui est de la communication! Alors… si je te fais de la peine comme ça, gifle moi un bon coup! Ça va me remettre les idées en place…

En plus, ça me ferait sentir mieux. Je n’étais pas masochiste, loin de là, mais je me sentais tellement mal de lui avoir fait du mal que je me disais que ça me punirais. Je me sentais mieux, après m’être fait punir pour mes péchés. Ça remettait les compteurs à zéro! Et puis… faire de la peine à Ranmaru était encore pire que pécher, pour moi. Alors… je méritais bien une punition.

Je remontai légèrement son visage vers moi et lui embrassai le front. J’essayais de décrypter ce qu’il y avait dans sa tête, mais comme d’habitude, je devais lui en dire plus long que lui m’en disais. Il gardait tellement tout au fond de lui… j’aurais aimé qu’il me parle de ce qu’il avait sur le cœur. J’aurais aimé qu’il se débarrasse de  ce poids en m’en parlant! Mais je savais qu’il ne le ferait pas. Ce n’était pas son genre de parler de ce qui n’allait pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Lun 9 Sep - 0:47

C’est avec un certain soulagement que je l’entendis entrer dans la chambre. Sans dire un mot il me rejoignit sur le lit, s’allongea près de moi et me prit dans ses bras. Je ne sais pas ce que j’aurais fait s’il m’avait écouté et était parti en me laissant là tout seul, à deux doigts de la rupture psychotique, luttant contre des démons intérieurs que je ne pouvais pas vaincre.
Sentir son corps contre le mien me rassura, et je le laissai me serrer contre son torse pour pouvoir me noyer dans sa chaleur.

- Ran-chan… tu me connais, pourtant, non... ? Peu importe ce qui arrive, je serai toujours là pour toi. Si tu te sens mal, alors il est évident que je vais rester, encore plus si c’est moi qui cause ta douleur.

Je réprimai un soupir. Il n’était pas le responsable de mes états d’âme, pas cette fois-ci. L’unique responsable, c’était lui… donc moi. Moi qui le laissais m’influencer encore alors que je devrais à présent être en mesure de réfléchir par moi-même, mais je continuais de le laisser me contrôler… parce qu’en réalité, depuis tout ce temps, c’était la première fois que nous étions en désaccord.
Je ne voulais pas que Rui se blâme pour ça, par ma faute. Je le laissai néanmoins me réconforter, ses paroles me berçaient. Il voulait me protéger, je n’étais pas certain qu’il puisse faire quoi que ce soit pour me protéger de ma démence, mais ces simples mots m’offraient une lueur à laquelle je décidai de donner une chance.
« Tu ne me feras pas disparaitre ! » Je ne le voulais pas, je voulais juste être maitre de mes décisions.

- Ran, je suis désolé pour tout ça… je suis vraiment le pire pour ce qui est de la communication ! Alors… si je te fais de la peine comme ça, gifle-moi un bon coup ! Ça va me remettre les idées en place…

J’ouvris les yeux après qu’il ait déposé un baiser sur mon front. Il voulait que je le frappe ? Quelle idée… comme si je pouvais… enfin, j’avais failli le faire, dans son bar, mais je ne savais pas que c’était lui. Pour le frapper il faudrait que je lui en veuille, que je souhaite réellement lui faire payer quelque chose… mais j’avais beau chercher, il n’y avait dans son existence rien de répréhensible.
Je laissai un doux sourire se glisser sur mes lèvres et secouai la tête.

- Tu sais que je ne serai jamais capable de le faire.

Pour un démon, c’était un comble de ne pas vouloir faire de mal à un ange, enfin ce n’était pas ‘un’ ange, c’était mon ange. Je remontai doucement mes mains et passai mes bras autour de son cou en me serrant un peu plus contre son torse. Enfouissant mon visage contre son cou, j’inspirai le parfum de sa peau et y déposai un baiser.

- Je ne t’en veux de rien, alors cesse de te flageller s’il te plait. Je crois que tous ces jours sans toi, loin de toi, m’ont plus affecté que je l’aurais cru possible. Mais il faut croire que même quelqu’un comme moi peut ressentir ce genre de choses.

Je glissai doucement mes lèvres le long de sa gorge, jusqu’à sa mâchoire pour finir sur ses lèvres que j’embrassai presque chastement. Je voulais juste sentir leur douceur sur les miennes, boire son souffle et m’en imprégner.
Mes doigts caressant sa nuque, je rouvris doucement les yeux pour les plonger dans les siens.

- Rui, promets-moi… promets-moi que ça n’arrivera plus. Je ne veux plus avoir l’impression de te perdre, je… je ne veux pas avoir à vivre sans toi.

Je me mordis doucement la lèvre. J’aurais préféré retourner me faire torturer en Enfer que de subir à nouveau l’incertitude de le revoir près de moi. Ça n’avait été que quelques jours, alors que nous avions passés deux siècles loin l’un de l’autre, mais le retrouver près de moi m’avait fait réaliser que si j’avais erré sans but jusqu’à présent, c’était parce qu’il me fallait le retrouver, et maintenant il m’était impossible de le laisser partir.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Mar 10 Sep - 1:23

Alors que je me sentais toujours coupable de lui avoir encore fait du mal, il me sourit doucement. Ce sourire me fit l’effet d’un baume au cœur. Le voir me sourire après cette journée de dingue me rendait heureux.

- Tu sais que je ne serai jamais capable de le faire. Dit-il après avoir fait un signe négatif de la tête.

-Et pourtant ça pourrait être utile, des jours comme aujourd’hui… si tu savais comme je suis désolé… Je ne croyais vraiment pas pouvoir faire autant de mal à quelqu’un en si peu de temps… en fait, je ne croyais pas pouvoir faire autant de mal à quelqu’un tout court… Je sais à quel point les douleurs psychologiques sont plus souffrantes que celles physiques!

Je ne pus m’empêcher de lui caresser les cheveux avec tendresse. Je devais avoir de nouveau ce regard torturé que j’avais lorsque je souffrais... bien sur psychologiquement. Il fit une place à son visage dans mon cou et y posa un baiser.

- Je ne t’en veux de rien, alors cesse de te flageller s’il te plait. Je crois que tous ces jours sans toi, loin de toi, m’ont plus affecté que je l’aurais cru possible. Mais il faut croire que même quelqu’un comme moi peut ressentir ce genre de choses.

Il fit glisser ses lèvres sur ma peau jusqu’à atteindre mes lèvres, ce qui me fit frissonner de tout mon long. Je devais vraiment me faire violence pour rester calme. Ces jours loin de lui me rendaient avide, avide de sa peau, de son souffle contre la mienne, de sa voix, de ses caresses, de… de lui. Il m’avait bel et bien manqué. Tout en caressant ma nuque, il plongea son regard dans le mien.

- Rui, promets-moi… promets-moi que ça n’arrivera plus. Je ne veux plus avoir l’impression de te perdre, je… je ne veux pas avoir à vivre sans toi.

Il se mordit la lèvre tout en continuant de me regarder. Je trouvais presque qu’il avait l’air… vulnérable. Oui, mon Ran était vulnérable, à ce moment présent! Vulnérable à cause de moi…? Ça m’émeus tellement que j’en eu les larmes aux yeux. Je lui embrassai tendrement le front et lui offrit un sourire tout aussi tendre.

-Je suppose que ça va te paraitre déplacer que je l’invoque en ce moment mais… je jure devant Dieu de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour rester prêt de toi, tout du moins aussi longtemps que tu voudras de moi. Je jure devant Dieu que tu ne me perdras pas avant de m’en exprimer le désir. Vive sans toi… ça a vraiment été très difficile, tu sais…? Quand j’étais encore humain, je ne comprenais pas comme je comprends aujourd’hui… et je peux te dire que je t’en ai énormément voulu de m’avoir laissé comme ça, sans laisser de trace. Et pourtant, même après ça, la première personne que j’ai voulu voir lorsque je me suis fait torturer, c’est toi. J’ai prié de toutes mes forces pour que Dieu te guide vers moi, pour que tu viennes! Je te prenais pour un ange… c’est drôle, quand on y pense, ne! Enfin… bref, tout ça pour te dire que… peu importe ce qui peut bien se passer dans le futur, je penserai toujours à toi et c’est toujours, je dis bien toujours, toi que j’aurai envie de voir en toutes occasions.

J’avais tellement envie de le rassurer… et c’est la seule manière que j’avais eu de le faire. Évoquer Dieu… parce qu’il savait à quel point je lui vouais tout. Enfin… j’espérais.  J’étais un ange tout sauf rebelle. Je priais chaque jour, m’excusais pour mes péchés… Je ne savais pas trop si je l’avais déjà fait devant Ran, cependant! Je ne voulais pas le froisser avec mes pratiques! On avait une image tellement différente du Créateur… Il m’avait permit de recommencer et de retourner sur terre, quand même..! Il était Le Sauveur…. Mon Sauveur… Mais je me demandais quand même comment Ran le voyait. En fait, je ne savais pas grand-chose de son existence d’ange… Tout ce que je savais c’est qu’il avait été déchu. Pour quelle raison avait-on put lui faire ça…? Qu’est-ce qui pouvait pousser Dieu à infliger une telle sentence? En fait, je n’étais pas certain de vouloir le savoir. Ça devait être terrible. Ça devait tellement être terrible, se faire arracher les ailes! Je me fichais bien de l’ampleur du mal qu’il avait fait! Je ne voulais juste pas l’imaginer se faire arracher ses précieuses ailes. Je tentai d’oublier ma réflexion et me concentrai sur mon amoureux. Ce qu’il pouvait être beau…

-Tu es magnifique… tu es tellement merveilleux…! Même une nuit étoilé du dix-neuvième siècle ne peut rivaliser face à toi, toi mon ange du diable, ma tentation, mon péché éternel! Mais ho quel doux péché… j’ai du mal à concevoir que l’on puisse attribuer l’amour que je te porte comme mal… pour moi, il est tout sauf mauvais. Je crois bien que c’est tu es le seul facteur qui me rebelle! Mais… c’est bien, un peu de d’insoumission, quelques fois! Surtout quand c’est pour l’amour. Je suis parfaitement conscient que l’amour d’une personne ne suffit pas à soulever des montagnes. Seulement, je suis certain qu’un amour réciproque peut faire des miracles à la hauteur de ceux de Dieu. Nous le prouvons bien, tu ne trouves pas…? Un ange et un démon qui s’aiment. C’est un miracle, à mes yeux. L’un des plus beaux.

Je le regardais avec immensément de tendresse et d’amour. Je ne faisais pas exprès et je m’étais laissé emporter dans mon discours, mais j’avais tendance à ne plus très bien me contrôler quand Ran était près de moi! En fait, serait-ce lui qui me faisait perdre mes manières…?

-Ran-chan… je crois que tu me fais perdre mes manières… Soufflais-je avec un sourire amusé.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Ven 13 Sep - 16:55

Je n’aimais pas… en fait, je détestais absolument savoir que des humains l’avaient torturé. Mon souvenir l’avait aidé à tenir, mais j’aurais voulu être présent pour le protéger, si j’avais été là, il n’aurait pas souffert, si j’avais pu savoir qu’il subissait tout ça à ce moment, ses ignobles bourreaux n’auraient pas survécu plus longtemps. Si je pouvais avoir une seule satisfaction à ce propos, c’était qu’avec leurs méfaits, ils n’avaient sûrement pas été au « Paradis ». Non, ils devaient être tombés en Enfer, tourmentés pour l’éternité. Je l’espérais.
Je m’exhortai à ne plus penser à eux, Rui essayait de me rassurer, et je crois qu’il y arrivait. L’entendre parler de Dieu me paraissait bizarre, mais d’un autre côté je savais ce qu’il représentait pour lui… ceci dit je n’étais pas certain que Dieu apprécierait de savoir que nous étions amoureux tous les deux, qu’on couchait ensemble, et que cela avait commencé avant même qu’il soit devenu un ange. Enfin, peut-être que ce dernier point lui importait peu, mais moi ça me plaisait de me dire que Rui avait été à moi avant d’être à Lui.

J’avais, en revanche, toujours du mal à imaginer qu’il puisse réellement me dire ces paroles, mais peut-être qu’avec le temps je finirais par m’y faire. Peut-être que, contrairement à ce que tout le monde pouvait penser, j’avais une très mauvaise estime de moi, mais j’étais d’accord avec lui sur un point : c’était un miracle que nous soyons amoureux l’un de l’autre, et peut-être qu’il n’aurait pas été possible si ne nous étions pas connu du temps de son humanité.

La tendresse de son regard me fit frémir et mon cœur se mit à battre plus fort. Comment pouvais-je avoir autant de chance ? Comment pouvais-je avoir le droit d’être à ce point aimé par un ange aussi alors même que son Père m’avait déchu pour des fautes que je ne regrettais même pas.

- Ran-chan… je crois que tu me fais perdre mes manières…

Je lui rendis son sourire et posai l’une de mes mains sur sa joue pour la caresser du bout des doigts. Ne se rendait-il pas compte que même lorsqu’il « perdait ses manières », il était encore mille fois mieux élevé que moi ?

- Oh, vraiment ? Est-ce que je dois m’en excuser ? Parce que je n’en ai pas du tout l’intention.


Mon sourire s’agrandit et je me rapprochai pour capturer les lèvres de mon ange. Je l’aimais quand il perdait ses manières, je l’aimais quand il faisait preuve de galanterie, de sagesse. Je l’aimais quand il disait des bêtises, et je l’aimais quand il faisait des belles déclarations, qu’elles soient pour moi ou pour l’Humanité ou même son Père que j’exécrais.
Je mordillai doucement sa lèvre inférieure avant d’approfondir le baiser, je sentis avec bonheur ma langue trouver la sienne et se lover contre elle, je ne pus m’empêcher de soupirer de plaisir. Je rompis finalement le baiser.

- Mais, vas-y, perds-les tes manières. Tu sais, parfois tu as le droit de juste faire ce dont tu as envie, sans réfléchir à ce dont ça peut avoir l’air aux yeux des autres.

Je collai mon corps à celui de Rui et fis lentement descendre ma main le long de son bras, effleurant sa peau, pour la poser sur sa taille. Je le connaissais, pour lui toutes ces manières, ça montrait qu’il était quelqu’un de bien, et il faisait toujours attention à bien agir pour ne pas « dépasser les bornes » mais… des fois il fallait le faire, relâcher la pression.
Mais j’étais certain qu’il savait que jamais je ne me permettrais de le juger, quoi qu’il puisse faire, et pas seulement parce que quoi qu’il fasse, j’aurai forcément fait bien pire, mais parce que je l’aimais, lui, pour ce qu’il était, pas pour ce qu’il faisait.

- Laisse-toi aller, mon ange, lâche prise… je te promets de ne pas te laisser tomber trop bas.

Je glissai ma main sur ses fesses pour rapprocher son bassin du mien et enfouis de nouveau mon visage contre son cou. Doucement, je commençai par mordre sa peau puis la suçotai pour y laisser une jolie marque, mais il devait avoir l’habitude, je lui en avais toujours fait. Et puis sa peau avait un goût auquel je ne pouvais résister, je ne pouvais juste pas ne pas y apposer ma bouche, ne pas la mordre, ne pas la lécher, ne pas l’embrasser.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Mar 17 Sep - 4:29

Il me sourit lorsque je lui dis qu’il me faisait perdre mes manières. Il trouvait ça drôle…? Tant mieux si ça pouvait l’amuser! Moi, ça me faisait dire que je devrais redoubler d’effort pour être convenable avec lui! Parce que je n’arrêtais pas d’agir comme un bas de classe, ce que je m’efforçais d’être le plus loin possible! J’avais quand même été élevé dans la richesse et dans les manières hautement soutenues! C’était certain que j’avais été très influencé par mes parents plus qu’à cheval sur les manières. J’étais beaucoup plus rebelle, dans mon adolescence! Mais à force de se faire donner la fessé, on finit par abdiquer… Et plus tard, je m’étais rendu compte à quel point c’était important. Pas uniquement pour l’image qu’on renvoie aux autres, mais aussi pour la dignité, la fierté et l’amour propre! Mes manières me prouvaient à moi-même que j’étais quelqu’un de bien. Ça me prouvait à moi-même que j’étais fort et aussi… comme un bouclier. Ça me donnait un abri derrière lequel me réfugier pour sauver les apparences. Ça me prouvait que j’étais fort… mais faible à la fois.  Je ne m’imaginais pas sans mes manières des siècles passés. Et pourtant… avec lui… c’était plus fort que moi. Ma nature plus rebelle reprenait le dessus!

- Oh, vraiment ? Est-ce que je dois m’en excuser ? Parce que je n’en ai pas du tout l’intention.

Je secouai la tête avec un sourire en coin. Il aimait vraiment que je perde les apparences, ne? Son sourire s’agrandit et il posa ses lèvres sur les miennes. Hypothèse vérifié, il adorait ça. Il mordilla ma lèvre inférieure alors que je commençais à caresser ses hanches. Haaa mais quelles hanches! Quel homme! Il me faisait totalement perdre la tête…  J’avais envie de le serer très fort contre mon corps, de le caresser jusqu’à ce que je meurs… « ne nous soumets pas à la tentation et délivre nous du mal» mon cul ouais! Je souris sous ses lèvres. Quelle ironie! Il approfondit le baiser, me permettant de me délecter de sa langue dansant contre la mienne. Après un moment de pur bonheur, il sépara nos lèvres. Je faillis aller les rattraper…

- Mais, vas-y, perds-les tes manières. Tu sais, parfois tu as le droit de juste faire ce dont tu as envie, sans réfléchir à ce dont ça peut avoir l’air aux yeux des autres.

Il se colla contre moi et fit descendre lentement sa main jusqu’à ma taille, me faisant frissonner de tout mon long. Je baissai les yeux sur son torse. Je ne pouvais pas lui avouer que j’étais trop… faible, pour pouvoir faire ce que je voulais sans réfléchir. Je me sentais trop mis à nue et à découvert… La vie m’avait appris à garder tout en dedans et  à toujours surveiller mes moindres faits et gestes. Avec lui, je suppose que je lui faisais confiance… et que j’arrivais à me décoincer un peu! Sans le vouloir… je voulais qu’il ne voit que les meilleurs côtés de moi! Je savais que je devrais le laisser voir tous mes côtés, mais je préférais ne lui montrer que le meilleur… Je lui avais déjà assez montré mes mauvais côtés, étant humain! Un faible pleurnichard… Jamais je ne voulais qu’il me revoie ainsi.

- Laisse-toi aller, mon ange, lâche prise… je te promets de ne pas te laisser tomber trop bas.

Ses paroles me firent frissonner. Il était tellement… parfait. Il me tira doucement contre lui, une main sur mes fesses, puis enfouit sa tête dans mon cou, suçotant ma peau, me faisant frissonner. Je repris contacte avec la réalité et le serrai contre moi un peu plus fort que je ne l’aurais fait habituellement. Il m’avait en quelque sorte rassuré… s’il me disait qu’il veillerait à ce que je ne dépasse pas les bornes… ça allait? Bien sur que ça allait. Il m’avait promis. D’un côté, je savais que ça me ferrait énormément de bien de me laisser aller. J’avais gardé beaucoup de choses à l’intérieurs, beaucoup de sentiments, et j’avais besoin d’évacuer un peu.

Je passai ma main sur ses reins, le pressant fermement contre mon corps. On aurait dit que son contacte me manquais atrocement…. Ce qui était vrai. Je voulais m’assurer qu’il resterait contre moi et que je pouvais me laisser tenter par son corps. Je savais que ce n’était pas ce qui le dérangeait! Mais… j’étais du genre à manquer d’affection facilement et j’avais envie qu’il me fasse des mamours, des caresses remplis de tendresse comme je ne pouvais m’empêcher de lui faire. Je voulais simplement qu’il me démontre physiquement qu’il m’aimait. Je savais qu’il préférait être en dessous et me laisser guider la partie, mais j’avais envie… qu’il me prenne. Je n’aurais jamais cru penser ça un jour, mais j’avais envie qu’une personne me possède. J’avais envie que Ran me possède.

-Ran, mon amour… j’ai une… faveur à te demander… Dis-je, les joues en feu, gêné.

Je fermai les yeux  et lui caresser les cheveux, caressant ses hanches et ses flancs d’un touché léger. J’avais presque honte de lui demander ça. Je n’avais jamais voulu que quelqu’un me possède et donc… mes vœux avaient été exaucés. Personne ne m’avait jamais possédé. Je n’avais pas souvent de relations amoureuses et jamais de coup d’une nuit et la plupart de mes relations avaient été avec des femmes… Et Ran préférait être possédé. J’avais honte de mon inexpérience. Il devait sentir mon malaise à plein nez!

-C’est quelque chose de très… significatif, pour moi…

En effet, me donner à lui était très important, pour moi. C’était comme… lui prouver qu’il était et serait le seul à tout jamais. C’était le premier et le dernier à qui je m’offrirais, je le savais pertinemment. Que Ran me prenne n’était pas qu’un fantasme, c’était aussi un genre de besoin oppressant. Je voulais qu’il voit à quel point j’étais à lui, à quel point lorsque je lui disais que je l’aimais c’était vrai. Je voulais qu’il sache ce que c’était pour moi que de baisser mes boucliers et que je le ferais autant de fois qu’il le faudrait si c’était pour lui.  

-Ranmaru… fait-moi tient…

Lui murmurais-je à l’oreille, tremblant légèrement d’appréhension. J’accotai ma tête sur la sienne, caressant toujours ses doux cheveux d’un main, le tenant bien contre moi de l’autre. Je voulais le sentir contre moi. Je voulais aller jusqu’à sentir son cœur battre contre ma poitrine. Je voulais ne faire qu’un. C’est ce que je voulais, avec Ran. Qu’il soit à moi et que je sois à lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Lun 23 Sep - 19:36

Nos corps se pressaient fermement l’un contre l’autre, comme s’ils n’en avaient jamais assez. Et pourtant, nous ne faisions câliner, presque sagement… en tout cas, pour moi, ça l’était. Habituellement je n’éprouvais pas ce besoin de me retrouver dans les bras d’un autre de cette manière. En tant que démon de la luxure, mon comportement était bien plus offensif pour arriver à ce que je voulais : du sexe, un rapport presque bestial, point. Je dois bien avouer qu’il m’était arrivé d’avoir ce genre de comportement avec Rui également, avant que je m’attache à lui, essentiellement, mais aussi parfois après. Quand j’y repense, peut-être que c’était juste parce que je ne savais pas comment combler ce que je ressentais pour lui, ce début de sentiment que je n’avais encore jamais éprouvé auparavant.

Mais aujourd’hui, nous étions juste là, étroitement enlacés, comme cherchant un moyen chaste de nous lier l’un à l’autre. Mon corps frémissait à chacune de ses caresses.

- Ran, mon amour… j’ai une… faveur à te demander…

Je cessai de bouger, surpris par la tournure de sa phrase, mais lui continuait à m’effleurer. Comme si j’avais besoin qu’il me touche plus pour perdre complètement la tête. Je me mordis la lèvre pour continuer à rester sage puis glissai finalement quelques nouveaux sur sa peau, attendant qu’il me dise ce qu’il voulait… j’étais, de toute façon, déjà sûr que quoi qu’il dise, je dirai « oui ».

- C’est quelque chose de très… significatif, pour moi…

J’aurais voulu le repousser pour le regarder dans les yeux, le ton de sa voix était tel que je savais qu’il hésitait réellement, et que ce qu’il allait me dire était important, j’aurais voulu lire dans ses yeux ce qui pouvait le rendre aussi peu sûr de lui, mais il ne relâchait pas sa prise, aussi je compris qu’il aurait plus de facilité à me le dire si je ne le regardais pas.

- Ranmaru… fais-moi tien…

De nouveau, un long frisson me traversa et je me demandai si j’avais bien entendu. Il faut dire que, entre nous, la question ne s’était jamais posée, et je le connaissais assez bien pour savoir qu’il était autant aux femmes qu’il était aux hommes, et puis son comportement… il prenait toujours le dessus, donc j’avais toujours pensé qu’il ne voulait pas être soumis. C’est vrai, aussi, que j’aimais le sentir en moi, mais dire que je n’avais jamais eu envie d’inverser les rôles serait un mensonge.

Tout doucement, je me défis de son étreinte et le poussai pour qu’il se retrouve sur le dos, je me plaçai à califourchon sur ses hanches et me penchai pour déposer un baiser sur son front. Je glissai mes lèvres le long de son nez puis les posai sur ses lèvres avant de me redresser légèrement pour le regarder dans les yeux. Je voyais enfin toute la tourmente dans son regard, toute son incertitude. Se demandait-il réellement si j’allais refuser ? Je lui offris un sourire amoureux en caressant son visage.

- Tu m’offres ton corps, mon ange ? N’as-tu pas peur que je te consume ?

Je capturai de nouveau sa bouche et descendis mes mains le long de son torse pour les glisser sous son t-shirt et, enfin, caresser sa peau. Peut-être mes doigts étaient-ils un peu froids, quoi qu’il en soit sa peau me paraissait terriblement chaude. Lentement, mes doigts remontèrent le long de son ventre et je me fis un plaisir de suivre les courbes de ses muscles que je pourrais redessiner les yeux fermés. Je n’avais pas besoin de voir son corps pour sentir le désir naître en moi.
Alors que mes doigts atteignaient ses tétons, je rompis le baiser.

- Si c’est vraiment ce que tu veux, Rui, je ne peux pas te dire « non », mais…

Laissant ma phrase en suspend, je lui mordis doucement la lèvre avant de glisser ma bouche sur sa mâchoire. J’enfouis mon visage dans son cou et recommençai à l’embrasser tout doucement. Ma langue effleurait doucement sa gorge, je sentais les battements de son cœur à travers sa peau, il battait aussi fort que le mien. Je remontai doucement ma bouche à son oreille et picorer son lobe de baisers.

- Mais, repris-je d’une voix sensuelle et suppliante, redis-le-moi encore une fois…

Je mordillai son oreille en soupirant.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Jeu 26 Sep - 22:51

Il me força à desserrer mes bras qui le tenaient très fort contre moi. Il me poussa tout doucement sur le dos, s’assoyant sur mes hanches. Il posa un baiser sur mon front  puis glissa ses lèvres jusqu’aux miennes pour les embrasser. J’étais tellement stressé! Ça ne devait pas être le meilleur de mes baisers… Mais tant pis! J’attendais la réponse de Ran.

- Tu m’offres ton corps, mon ange ? N’as-tu pas peur que je te consume ?

Je souris et fit non de la tête. Mais quelle question ridicule! Ran réitéra le baiser et glissa ses mains sur mon torse pour aller caresser ma peau nu son mon chandail. Je frissonnai à son contacte, retenant un soupire de bien-être. Je ne pus par contre m’empêcher de pousser se soupire lorsque ses mains remontèrent mon torse, caressant mes muscles. Il sépara nos lèvres lorsque finalement il atteint finalement ma chaire sensible, me laissant pousser un grand soupire lorsqu’il rompit le baiser. Je rougis et me mordis la lèvre inférieur. C’était rare qu’il me surplombe, ce qui causait ma gêne enfantine.

- Si c’est vraiment ce que tu veux, Rui, je ne peux pas te dire « non », mais…

Il me mordit la lèvre que je venais tout juste de mordre moi-même puis glissa sa bouche sur ma mâchoire puis dans mon cou où il enfouit son visage pour ensuite se remettre à embrasser ma peau. Lorsque je sentis sa langue sur ma peau, je fus parcouru d’un gros frisson, encore une fois. Il devait bien sentir mon érection contre lui, de la façon qu’il était placé, ce qui me gênait encore. Pourtant, avec les nombres de fois où il m’avait vue nu ou encore vulnérable, je ne devrais pas… malgré tout mes joues étaient en feux et pas seulement à cause de mon désir pour lui. Il remonta finalement ses lèvres jusqu’à mon oreille, me faisant gémir d’excitation lorsqu’il joua avec mon lobe. Stupide point sensible!

- Mais, redis-le-moi encore une fois…

Dit-il d’une voix qui me fit gémir tellement elle était excitante, à mes oreilles, oreille qui mordilla en soupirant, m’obligeant à me faire violence pour ne plus gémir. Je posai finalement mes mains sur ses hanches, les caressant d’un touché léger. Étais-je le seul à être si excité et fébrile…? Après analyse, non. Il me désirait tout autant que je le désirais. Serait-il déçut? J’espérais que non.

Je savais que je m’en faisais pour rien, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Ça allait être la première fois que quelqu’un allait être en moi, la première fois que j’allais me laisser posséder. Ça me faisait un peu peur, au fond! C’était quelque chose que j’avais réservé à celui qui le mériterait, celui que j’aimerais d’un amour sans fin et sans limites. Et maintenant… je lui offrais. Mais en même temps… puisqu’il s’agissait de Ran, tout allait bien. Oui, puisque c’était Ran qui allait me posséder, tout allait pour le mieux.

Aussi, je ne savais pas si j’allais être bien… mon démon avait certainement eut pas mal d’expériences et je me doutais que je n’allais pas être la meilleure. Je n’allais peut-être pas lui plaire… j’allais peut-être être vraiment mauvais! J’allais peut-être aussi avoir du mal à m’habituer à sa présence en moi et tout gâcher… Peut-être même que j’allais me dégonfler au dernier moment comme un lâche.

Et d’un autre côté, j’étais une vraie chochotte! J’avais peur d’avoir mal! J’avais été torturé, j’avais connu la famine, je m’étais fait écartelé, mais me faire prendre hooooo que ça faisait peur! Me faire posséder par l’homme que j’aimais, pour qui je mourrais sans regrets… me faisait peur. Mais quelle chochotte! Ran aurait surement pitié. J’étais pitoyable, après tout! J’aurais dût me faire posséder avant ça et ainsi être plus confiant! Ainsi, je pourrais satisfaire le démon de mon cœur.

-Mon Ran… mon amour… je veux que tu me prennes, que tu me possèdes…

En grande chochotte que j’étais, j’avais envie de lui dire toutes mes inquiétudes. Mais je ne pouvais m’y résoudre… Ne devais-je pas paraitre fort, devant celui que j’aimais? Oui… Et malgré ça, je savais qu’il le verrait. Il verrait que quelque chose clochait! Même si j’essayais de le cacher au plus profond de moi-même, il saurait que j’avais peur. Il me connaissait assez pour ça…! Et il me réconforterait comme personne, comme d’habitude... Je n’étais un habitué du sexe qu’avec lui. Il connaissait mon  corps comme mon esprit par cœur! Il saurait ce que je voulais et comment je réagirais mieux que moi-même! Je savais qu’il ferait tout pour que ça se passe bien.

-Ho mon Ranmaru, je t’aime! Fait-moi tient!

Malgré toutes mes inquiétudes, j’étais près. Après tout, j’avais eu des siècles pour me préparer à ma première fois…!
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Lun 30 Sep - 21:00

L’entendre gémir alors que je le touchais à peine m’excitait énormément. Rui était vraiment sensible, et encore plus lorsqu’il était troublé et… je crois que je ne l’avais jamais vu aussi bouleversé. Il posa doucement ses mains sur mes hanches, les effleurant et je frissonnai, soupirai de nouveau contre son oreille avant de me redresser légèrement. Je voulais voir son regard quand il me redira ce qu’il voulait de moi, voir combien il le voulait, voir combien cela pouvait l’effrayer. Je pouvais presque entendre les rouages de son cerveau tant il réfléchissait.

- Mon Ran… mon amour… je veux que tu me prennes, que tu me possèdes…

Je lui souris tendrement, sentant mes reins s’enflammer un peu plus. Je n’avais pas imaginé que ces mots, sortis de sa bouche, pourraient me faire un tel effet, ni que son corps prisonnier du mien, et que je savais à présent totalement à moi, pourrait m’arracher ce désir irrépressible d’y apposer ma marque.
Néanmoins, malgré ses paroles, sa peur ne faiblissait pas, il doutait. Je lisais en lui comme dans un livre, aussi je pouvais dire que son envie d’être à moi était tout aussi forte que sa peur et que j’allais devoir le rassurer, car je ne réussirai pas à le dissuader… pas que je le veuille de toute façon. Enfin, je n’étais pas non plus du genre à forcer qui que ce soit, quand bien même j’étais un monstre, ce n’était pas mon genre.

- Ho mon Ranmaru, je t’aime ! Fais-moi tien !

Mon cœur s’affola et mon sourire s’agrandit. Moi aussi je l’aimais… je l’aimais tellement. Je me penchai pour déposer un baiser sur ses lèvres puis me redressai de nouveau pour lui retirer son chandail que je jetai sur le sol. Plutôt que de contempler son corps, ce que j’étais méchamment tenté de faire, je regardai de nouveau ses yeux pour le rassurer.
Je laissai mes mains caresser son torse alors que je bougeais doucement mon bassin contre le sien. Je sentais nettement son érection et cela me donna envie de gémir mais je me retins. Je descendis mes mains sur sa ceinture pour la défaire et l’envoyer au sol à son tour.

- N’aies pas peur, Rui, ne t’inquiète pas. Je serai doux.

Je me recouchai sur Rui, posant mes mains sur les siennes, et je l’embrassai. Je glissai ma langue jusqu’à la sienne alors que je bougeais de nouveau mon bassin contre le sien, mais cette fois je ne me retins pas de gémir contre sa bouche. Je voulais continuer à l’attiser, lui donner envie pour lui faire oublier la peur qui le tenaillait. C’était sa première fois, je voulais qu’elle soit aussi douce, tendre et intense que possible, pour qu’il ait envie de le refaire de temps en temps.
Je laissai nos langues se lover l’une contre l’autre et faufilai l’une de mes mains entre nos corps, j’ouvris son jean et glissai ma main dans son boxer pour caresser son entrejambe. Entamant un mouvement de va-et-vient, je rompis le baiser pour mordiller sa lèvre inférieure puis, de nouveau, je glissai ma bouche dans son cou que j’embrassai allègrement. Je fermai les yeux et inspirai avec plaisir la douce odeur de sa peau.

- Je t’aime, Rui, murmurai-je en embrassant une dernière fois sa gorge.

Ma bouche rejoignit doucement son torse. Deux semaines. Sa peau m’avait tellement manqué. Oh oui, j’étais bien un démon de la luxure, le plaisir de la chair m’était indispensable, et son seul corps suffisait à combler tous mes appétits. Je mordis doucement l’un de ses tétons avant d’y appliquer un tendre coup de langue. J’embrassai son ventre, les courbes de ses muscles fermes. Il était tellement beau. Je préférais ne pas penser au nombre d’êtres – anges, démons ou humains – qui devaient avoir des vues sur lui… lui et la beauté de son corps, lui et la pureté de son âme.

Alors que ma bouche se rapprochait doucement de son bas-ventre, je relevai les yeux vers Rui.

- Dis-moi, si je vais trop vite, ou trop loin, que tu veux que j’arrête. Je ne te forcerai pas à faire quelque chose que tu ne veux pas.

Je lui adressai un nouveau sourire et j’écartai mon corps du sien. De ma main libre, je tirai doucement sur son jean pour le glisser sur ses cuisses, et je me baissai au niveau de son entrejambe pour l’embrasser par-dessus le tissu de son boxer.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Jeu 3 Oct - 2:32

Il m’embrassa puis m’enleva mon chandail. C’était la première fois que je me sentais aussi pudique avec lui. J’avais presque envie d’agir comme une adolescente et de me coller contre son corps pour cacher le mien. Pourtant, lorsqu’il planta son regard dans le mien, que ses mains commencèrent à caresser mon torse nu et que ses hanches bougeaient contre les miennes, je ne pus qu’émettre un petit gémissement, mes muscles se contractant au passage de ses doigts. Il finit par atteindre ma ceinture qu’il envoya au sol en un tour de main, continuant pour autant à me regarder.

-N’aies pas peur, Rui, ne t’inquiète pas. Je serai doux.

Je ne trouvai pas le souffle pour répondre. Doux…? Bien entendu, puisqu’il s’agissait de lui! Je lui faisais confiance. C’est en moi et mon corps que je n’avais pas confiance! Il se rallongea sur moi, posant ses mains sur les miennes tremblantes. Son corps contre le mien me fit frissonner de tout mon long. Sa chaleur me faisait un bien fou; ma respiration était rapide. Il m’embrassa de nouveau, glissant sa langue contre la mienne, mouvant son bassin contre le mien. Je tentai de retenir mes gémissements mais pourtant, ils traversèrent mes lèvres lorsque j’entendis ceux de Ran traversèrent les siennes.

Il glissa sa main jusqu’à mon jeans pour en défaire l’attache. Il glissa ensuite sa main à l’intérieur pour faire des va-et-vient sur mon membre dressé, me faisant pousser un grand gémissement alors qu’il stoppait le baiser pour mordiller ma lèvre inférieur. Je tremblais de tout mon corps. J’étais incroyablement sensible à ses caresses, beaucoup plus qu’à l’habitude! Et d’habitude, j’étais déjà incroyablement sensible! Lorsqu’il s’agissait de lui, tout était amplifié de 1000. Il glissa ses lèvres jusque dans mon cou pour l’embrasser. Il pouvait surement sentir les vibrations de ma voix au travers de ma peau. Je n’arrivais plus à contrôler mes gémissements… ce qui me gênait. Fillette.

- Je t’aime, Rui

Alors que je trouvai le souffle pour souffler un «moi aussi», il descendit sa bouche sur mon torse. Je n’arrivais déjà plus à penser très clairement. Je poussai un petit cri lorsqu’il mordilla un de mes tétons, le léchant tout juste après, me faisant pousser un gémissement rauque. Bon dieu que j’étais à fleur de peau! Il descendit sa bouche sur mon ventre alors que je posais doucement l’une de mes mains dans ses cheveux, l’autre serrant avec force le drap. J’étais trop excité…

- Dis-moi, si je vais trop vite, ou trop loin, que tu veux que j’arrête. Je ne te forcerai pas à faire quelque chose que tu ne veux pas.

Je voulais lui dire de ralentir un peu la cadence, mais mon souffle m’en empêchait. Si ça continuait comme ça, il n’aurait même pas le temps de me prendre…! Il baissa mon jean sur mes cuisses sans pour autant arrêter ses va-et-vients et se glissa à la hauteur de ma virilité pour l’embrasser par-dessus mon boxer, me faisant pousser un grand gémissement rauque. Je tirai légèrement sur ses cheveux pour éloigné sa tête.

-Ra~an! Je suis trop… sensible! Je… faut aller moins vite sinon ça… le fera pas~ Dis-je, ma voix déraillant démontrant bien mes dires.

J’avais honte, mais j’allais venir trop vite! Ses simples caresses m’avaient beaucoup excitées et maintenant, sans même qu’il ne touche ma peau, j’étais au bord du gouffre. Je le remorquai dans mes bras et le serrai contre mon torse. Il fallait que je me calme! Mes sentiments se répercutaient énormément sur ma sensibilité et j’étais… très éprouvé.

Je caressai son dos tendrement, tremblant toujours, ma respiration toujours aussi haletante. Je ne voulais pas perdre la face en offrant une performance pitoyable! Je tentai de penser à autre chose pour me changer les idées et me calmer, mais… impossible.

-Rannnn! Je suis trop excitééé! Faut que je me calme! Sinon ça sera pas bien!

Pas bien pour lui, parce que pour moi, les sensations étaient au rendez-vous! Mais je ne pouvais pas penser qu’à moi! Je n’arrivais tout simplement pas à ne pas y penser! Ran devait avoir autant de plaisir que moi, sinon je me sentais mal. Au final, je n’arrivais pas à me laisser totalement aller dans ses bras, même si j’essayais… Je voulais me laisser aller, pour une fois! Totalement! Faire comme il me disait tout le temps et ne penser à rien, le laisser me caresser et fondre sous ses caresses! Mais la montée des sensations étaient trop forte et je n’arrivais plus à le laisser faire. Il fallait absolument que je me calme! Au fond, j’aurais put me laisser faire et vivre la plus belle et la plus puissante nuit de ma vie, mais je n’y arrivais pas. Peut-être n’étais-je pas fait pour ce genre de sensation d’abandon de sois? Peut-être que je n’étais pas fait pour me laisser aller dans les bras de quelqu’un? Étais-ce contre ma nature anxieuse? Surement. Et pourtant je le voulais. J’embrassai Ran sur le dessus de la tête et remontai son visage vers le mien pour le regarder dans les yeux.

-Ran… force moi à m’abandonner à toi…! Je veux… te laisser faire, me laisser complètement faire, ne penser à rien d’autre! Pourquoi n’y arrivais-je pas? Je veux me laisser bercer par tes bras et tes caresses…Tu me l’as dit! Tu seras doux… Je te crois à cent pour cent! Alors… aide-moi… comment fais-tu pour me laisser complètement faire? Je n’y arrive pas… Et pourtant, ce n’est pas en toi que je n’ai pas confiance…

Oui, je voulais le laisser faire! Peu importe si les sensations devenaient trop forte et que je perdais la face en atteignant le septième ciel pour de simples caresses! Après tout, c’était les caresses de Ran! Mais moi, mon corps… je ne pouvais me faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Jeu 3 Oct - 22:09

Je sentais son corps se tendre sous mes doigts, sous mes lèvres, et c’était vraiment très excitant. Malheureusement, il ne me laissa pas le temps de me délecter de son fruit défendu, très vite je sentis ses doigts se resserrer sur mes cheveux pour m’écarter et un long frisson traversa mon corps par ce geste auquel il avait pris l’habitude de répondre par des décharges de plaisir. Mais le gémissement qui avait quitté sa bouche m’avait pourtant bien prouvé qu’il aimait le traitement que je lui faisais subir…

- Ra~an ! Je suis trop… sensible ! Je… faut aller moins vite sinon ça… le fera pas~

Je réprimai un sourire amusé. Ah, il aimait peut-être un peu trop. Je le laissai me reprendre dans ses bras et posai mes mains sur le lit. Je me mordis doucement la lèvre alors qu’il tentait de reprendre sa respiration. Je serrai le drap entre mes doigts, me retenant de ne pas onduler mon corps contre celui de mon ange. Ne se rendait-il pas compte de ce qu’il me faisait endurer, là ? Nous étions tous les deux passablement excités, collés l’un à l’autre, il était presque nu et je n’avais qu’une envie : lui sauter dessus.

- Rannnn ! Je suis trop excitééé ! Faut que je me calme ! Sinon ça sera pas bien !

Pourquoi est-ce que ce ne serait pas bien ? Tant mieux s’il était excité, au contraire, s’il ne l’était pas autant j’aurais encore l’impression d’être un pervers. Et puis, j’aimais savoir que je lui faisais cet effet. Non pas que j’ai le moindre doute sur mon physique et ma sensualité mais c’était Rui… et Rui, c’était spécial.
Il déposa un baiser sur ma tête avant de relever mon visage vers le sien pour planter son regard dans le mien. Le ton de sa voix était tellement précipité qu’il paraissait presque paniqué. Pourquoi doutait-il à ce point de lui ? Depuis toutes ces années, je devais au moins lui avoir prouvé que son corps m’excitait plus que n’importe quel autre.

Comment je me laissais faire ? Quelle question… parce que j’aimais ça. Parce que même si ça faisait mal, c’était bon. Je ne pouvais pas lui dire ça, déjà parce que je ne voulais pas qu’il sache que j’étais masochiste, et parce qu’il n’était pas comme ça… et qu’il n’y avait aucun risque que je puisse lui faire mal, je préfèrerais mourir que de le blesser… surtout alors qu’il me faisait à ce point confiance. Je devais lui montrer comment se laisser faire… tout comme j’allais devoir lui montrer, un jour, comment me faire mal.

Je souris à mon ange et déposai ma bouche sur la sienne pour un baiser langoureux, je pris encore sur moi pour ne pas le brusquer et j’enserrai tendrement ses lèvres entre les miennes. Je le mordis de nouveau.

- Je vais t’apprendre…

Je le regardai de nouveau dans les yeux, conscient que ma phrase n’allait peut-être pas le rassurer. Je me redressai et tendis le bras vers le sol pour attraper sa ceinture, puisque je n’en portais pas. Tendrement, je caressai ses cheveux de ma main libre et approchai ma bouche de son oreille.

- N’aie pas peur mon ange, répétai-je. Je ne veux que te faire du bien.

M’attaquant au lobe de son oreille, je pris ses mains dans les miennes et les montai doucement au-dessus de sa tête pour les attacher au lit avec la ceinture, puis je me redressai. Ça pouvait paraitre rude mais, visiblement, le problème c’était ses mains, donc s’il ne pouvait plus les utiliser, on pouvait continuer. Je dois admettre, en revanche, que c’était l’un de mes grands fantasmes, au seul détail près que je ne le prenais pas, mais le chevauchait.

- Tu as confiance en moi, n’est-ce pas ?

Je lui souris de nouveau, lui adressant cette fois un sourire carnassier. Je reposai mes mains sur son torse pour glisser mes doigts jusqu’à son bas-ventre. Je laissai mes yeux suivre le mouvement et mon regard se posa sur son érection qui déformait son sous-vêtement. J’allais pouvoir reprendre où je m’étais arrêté, mais d’abord je finis de le dévêtir. Son pantalon finit au sol, puis son boxer, et je pus admirer la beauté de son corps nu devant moi. Je m’en léchai les lèvres d’envie puis attrapai doucement ses jambes pour les écarter et me placer entre ses cuisses. Je repris son sexe dans ma main pour le caresser et me penchai pour embrasser son ventre, dessinant de longues courbes avec ma langue.

- Ce n’est pas grave si tu ne peux pas te retenir… je ne compte pas te faire jouir qu’une seule fois.

J’accentuai légèrement mes va-et-vient et mon autre main remonta, elle, dans le cou de mon ange. J’effleurai doucement sa gorge pour arriver à sa bouche, caressai ses lèvres avant de glisser deux de mes doigts entre elles. J’échappai un gémissement en sentant sa langue venir à leur rencontre, mais je ne le brusquai pas et le laissai faire.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Sam 5 Oct - 4:30

Il m’embrassa pour répondre à ma demande, mordillant de nouveau ma lèvre inférieure. Il était tellement beau… il y a avait vraiment du bon à être un démon de la luxure, finalement! Il ne doutait pas de ses capacités, de ses réactions, ni de ses caresses. Il ne doutait de rien. Cet assurance dans tous ses mouvements, ses gestes, me rassurait. En présence de plus fort que soit, on s’écrase et on suit. C’est ce que je faisais. Je tentais de le suivre.

-Je vais t’apprendre…

Son regard m’hypnotisa, à ce moment là. Son regard tellement… perçant, profond mais impénétrable… impénétrable mais pas complètement, en tout cas pas pour moi. Je n’y voyais que de la beauté pure, de la bienveillance… et de l’amour. Bon dieu qu’il était beau, ce regard! Il se mit à me caresser les cheveux tendrement, me faisant presque ronronner. Bon dieu que j’aimais ça, quand il passait sa main dans mes cheveux! Il glissa ensuite sa bouche à mon oreille, son souffle se répercutant contre ma peau me faisant frissonner.

- N’aie pas peur mon ange. Je ne veux que te faire du bien.

Il se mit alors à jouer avec mon lobe d’oreille. Maudit sois-tu point faible! Je gémis doucement, penchant la tête de l’autre côté pour lui laisser plus de place. C’était vraiment mon «dada», ça! Il emmena mes mains au dessus de ma tête puis j’entendis un bruit métallique. Je ne m’en occupai pas, mon attention étant à milles lieux de ce bruit dont je me foutais bien. Je ne me demandai même pas ce que c’était. Enfin… jusqu’à ce que je me rende compte que je ne pouvais plus redescendre mes mains.

Ran se redressa sur mes hanches alors que je regardai mes mains, mains qui étaient maintenant solidement attaché à la tête du lit. Je lui jetai un regard paniqué, émettant un petit gémissement anxieux, tirant quelques coups sur ma ceinture qui ne céda bien sur pas. Quelle idée aussi d’acheter une ceinture de qualité?!

-Ran…?

J’avais… peur? Peur de quoi…? De mes souvenirs, surement. Je ne supportais pas d’être attaché. Vraiment, je ne le supportais pas. On m’avait dit que c’était lié à des souvenirs qui m’auraient traumatisé et que c’était pour cette raison que je ne supportais plus ce qui entravaient ma liberté. Quels souvenirs…? Lorsque j’avais été captif et torturé. J’avais été attaché tout ce temps. Puis ensuite, lorsque j’avais été écartelé. Là aussi, j’avais été enchainé! Je tirai comme un forcené sur la ceinture, essayant de la briser en vain.

Bien sur, je savais que c’était dans une situation totalement différente. Seulement, contrairement à d’habitude, la peur prit le dessus sur la raison. Enfin… elle aurait prit le dessus s’il n’avait rien dit.

- Tu as confiance en moi, n’est-ce pas ?

Ses paroles me ramenèrent à la raison. Oui, j’avais confiance en lui. Complètement. J’avais peur, j’étais envahit par la panique, mais j’avais confiance en lui. D’un coup, j’étais calmé. La panique qui résistait toujours à Ran me calmait… sexuellement parlant. J’étais plus en contrôle de mon corps, au moins…! S’il pouvait y avoir quelque chose de bon à paniquer, c’était ça.

Malgré tout, son sourire me fit déglutir difficilement. Ça m’excitait et me faisait peur en même temps. Il était tellement magnifique…! Mais… encore une fois, je pensais au fait que j’étais «ligoté» et que je ne pouvais plus me servir de mes mains. Ça m’angoissait… juste un tout petit peu..!

Il glissa sa main jusqu’à mon bas ventre. Il me déshabilla sans plus attendre et se lécha les lèvres de façon tout à fait… luxurieuse. Il écarta mes cuisses pour se glisser entre-elles. Je refusai de les écartai au début, offrant une résistance, mais finit par les écarter bien gentiment. Ça allait. C’était Ran. Il fallait que je garde en tête que c’était l’homme que j’aimais, que c’était mon amour, mon Ran. Même si j’étais attaché, il restait le même.

Il prit ensuite ma virilité dans sa main pour la caresser, me soutirant des soupirs et un gémissement. J’étais moins excité qu’avant alors ça allait, maintenant. Il se pencha et embrassa mon ventre, le léchant voluptueusement. Je ne pus retenir un gémissement d’excitation. Il avait le don de faire monter la température, le démon! Même si j’étais attaché, il arrivait à me faire gémir.

- Ce n’est pas grave si tu ne peux pas te retenir… je ne compte pas te faire jouir qu’une seule fois.

Il intensifia ses caresses sur mon membre et glissa deux de ses doigts sur mes lèvres pour ensuite les introduire dans ma bouche. Ho… il allait vraiment commencer à me préparer… ça devenait plus concret… et plus stressant… et effrayant. Je fis tout de même glisser ma langue contre ses doigts, l’enroulant autour de ceux-ci tout en les suçotant à la manière d’une fellation. J’essayais toujours d’oublier l’entrave que j’avais aux poignets et j’avais du mal à me concentrer uniquement sur lui, tirant tout le temps sur mes liens.

Après m’être bien assuré que ses doigts étaient amplement humides, je les relâchai et le ramenait vers moi pour pouvoir embrasser ses lèvres. HA mais non! Bien sur que non! Je ne pouvais pas puisque j’étais attaché. Je ne fis que tirer très fort sur la ceinture, gémissant de frustration et de panique en voyant que je n’avais plus aucun contrôle sur la situation.

Je détestais vraiment les liens qui enserraient mes poignets. J’aurais voulu les arracher et serrer mon amoureux dans mes bras, le caresser doucement… Mais non, j’étais entravé dans tous mes mouvements. J’avais toujours peur. La panique de l’entrave n’aidait pas non plus! Mais… Ran. Il fallait que je ne pense qu’à Ran, qu’à lui! Il m’avait dit qu’il serait doux. Il m’avait dit qu’il ne voulait que me faire du bien… ça allait… ça allait… j’essayais vraiment de me convaincre.

Bien entendu, ses caresses m’aidaient beaucoup à me détendre. Seulement, plus de risque que je jouisse avant l’heure! Ma panique réduisait de beaucoup mon excitation. Je regardai mes mains et tirai un coup sec. Le seul résultat que j’eue fut une douleur aigue au poignet. Je m’étais surement blessé un peu à force de tirer! Peu importe… Je regardai Ran et poussai un petit gémissement. La vue était plus qu’érotique.

-Ran… je t’en pris…

Je ne savais même pas pourquoi je le suppliais. Qu’est-ce que je voulais, au fond? Qu’il m’enlève cette bordelle de ceinture qui me faisait tellement paniquer ou qu’il continue…? Je savais qu’il avait raison… s’il me détachait, je referais exactement comme avant et ne le laisserais pas complètement me dominer, complètement prendre le dessus. Je serais poussé à ne pas me laisser faire, comme j’avais appris à le faire dans tous les aspects de ma vie avec les années. Ne pas se laisser faire et garder le contrôle de la situation.

Que voulais-je vraiment? Je savais ce que je voulais. J’étais juste contre les manières utilisées. Et pourtant, c’était ingénieux. Y avait-il vraiment une autre façon de me plier à ma propre volonté? Je n’en savais rien.

-Je t’en supplie… Réitérais-je.

Je ne savais toujours pas exactement pour quelle raison je le suppliais. J’étais effrayé. Je ne savais plus trop quoi faire ni comment réagir et c’était déroutant. C’était vraiment très déroutant, en fait! D’habitude, je savais et je ne perdais pas le contrôle de moi-même. D’habitude, je n’étais pas attaché. Et pourtant, d’habitude, je n’avais pas cette incroyable envie de me faire posséder. Quel sal dilemme!
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Lun 7 Oct - 0:26

Mon corps fut de nouveau parcouru de longs frissons quand il se mit à sucer mes doigts. Depuis tout le temps que l’on se connaissait, j’avais senti sa langue sur bien des parties de mon corps mais, en réalité, même s’il avait souvent embrassé mes mains, ça avait toujours été chaste, c’était la première fois que sa langue faisaient des caresses aussi sensuelles à mes doigts. J’en étais tellement troublé, que je ne remarquai pas tout de suite la réaction de son corps au fait que je lui ai attaché les mains, ce n’est que lorsque je retirai mes doigts de sa bouche, et que mon esprit récupéra toutes ses capacités, que je me rendis compte que son corps était crispé. J’entendis la ceinture bouger contre le lit, puis sa voix :

- Ran… je t’en prie…


Je redressai la tête pour le regarder et vis l’expression inquiète de son visage. Aussitôt, je sentis un lourd sentiment de culpabilité me tomber sur les épaules, comme jamais auparavant. Je cessai de le caresser et posai mes mains sur sa taille, doucement, docilement.

- Je t’en supplie…

Je me mordis la lèvre et remontai à son visage pour croiser son regard affolé. Ça me faisait mal de le voir dans cet état, je ne voulais pas le faire paniquer, je voulais juste faire ce qu’il m’avait demandé. Je ne pensais pas… je pensais pas qu’il prendrait si mal le fait que je l’attache.
Je me penchai pour déposer un baiser sur sa bouche, d’abord chaste, puis je jouai avec sa bouche, voyant qu’il répondait à mon baiser. Je glissai lentement mes mains jusqu’aux siennes et laissai mes doigts effleurer doucement sa peau.
Après quelques instants, je rompis le baiser et levai les yeux sur ses poignets pour voir les traces rouges qu’il s’était fait avec la ceinture, mon cœur se serra.

- Rui, calme-toi… Rui… excuse-moi…

Je ne l’avais pas attaché pour l’ « entraver » mais pour lui permettre de se libérer de son besoin de contrôle, je pensais… je savais trop bien l’effet que ça me faisait, à moi, alors je croyais qu’il aimerait. Mais Rui n’était pas aussi dépravé que moi, et moi j’étais un idiot. Mais que pouvais-je faire ?
Je soupirai faiblement et effleurai de nouveau ses lèvres avant de plonger mon regard dans le sien.

- Sois clair. Je veux te donner ce que tu veux, mais il faut que tu me dises clairement ce que tu veux. Tu me demandes de te faire l’amour, mais tu ne me laisses pas faire, tu me demandes de t’aider à te laisser aller mais tu ne le supportes pas non plus alors… alors quoi, Rui ? Je dois faire quoi, dis moi ?

Je fronçai les sourcils, soucieux, blessé parce que je n’arrivais visiblement à rien faire de bien pour lui. Il avait trop pris l’habitude de se laisser porter par le courant, il faisait avec ce qui arrivait, prenait les choses comme elles venaient, mais cette fois… cette fois ce n’était pas possible, et je n’allais pas pouvoir choisir pour lui.

Je redescendis doucement une main sur sa joue pour la caresser.

- Je t’aime Rui…


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Lun 7 Oct - 1:46

Il m’embrassa, chastement au début puis plus… naturellement? Ce baiser m’aida à me détendre. Les lèvres de mon amour sur les miennes me rassuraient. Il alla doucement caresser mes mains puis son regard devint… plus sombre. Il s’en voulait. Pourtant, c’était loin de ce que je voulais. Je ne voulais pas qu’il s’en veuille.

- Rui, calme-toi… Rui… excuse-moi…

Il m’embrassa de nouveau, pas assez longtemps à mon goût, puis me regarda dans les yeux. Je me sentais soudainement coupable. Ce regard, je ne l’aimais pas. Je l’avais souvent, mais je n’aimais pas qu’il soit sur le visage de mon Ran.

- Sois clair. Je veux te donner ce que tu veux, mais il faut que tu me dises clairement ce que tu veux. Tu me demandes de te faire l’amour, mais tu ne me laisses pas faire, tu me demandes de t’aider à te laisser aller mais tu ne le supportes pas non plus alors… alors quoi, Rui ? Je dois faire quoi, dis moi ?

Il avait l’air… blessé? Je m’en voulais. Je m’en voulais tellement, à cet instant! Mon pauvre amour! Je ne voulais pas le blessé! J’aurais juste dut suivre mon côté rationnel et logique, voir cette ceinture d’un point de vue autre que celui de l’humain blessé que j’avais déjà été. Je n’étais plus cet homme. Je ne voulais plus l’être non plus. Il caressa doucement ma joue, me faisant soupirer à ce contacte.

- Je t’aime Rui…

Ho Seigneur pardonnez-moi! Avais-je vraiment réussi à blessé encore une fois l’homme que j’aimais? Mais pourquoi avais-je paniqué?! Pour quelle raison idiote est-ce que j’avais sombré dans la panique?! Il s’agissait de Ran, bon sang! Shibata Ranmaru! Celui qui m’avait aidé tant de fois à me relever, celui à qui j’avais tant de fois fait l’amour, celui que j’aimais…! Non mais quel idiot!

J’avais envie de le serrer dans mes bras et dut me faire violence pour résister à l’envie de tirer sur la ceinture. J’avais envie de lui dire comme j’étais désolé… Pourquoi avais-je dut me souvenir de ces durs épreuves à ce moment? Parce que j’étais faible, voilà tout. Et pourtant, ne m’étais-je pas dit que je ne me montrerais plus faible devant lui…? Quelle réussite, Rui! Bravo!

-Je t’aime aussi, mon amour…! Je suis vraiment désolé… je… je crois que ça m’a un peu prit par surprise ou… quelque chose dans le genre. Je me suis senti un peu pris au piège, je crois! Je ne sais pas pourquoi j’ai ressentis un tel sentiment… je sais parfaitement que tu ne me feras pas de mal… je suis tellement désolé, Ran… Dis-je doucement.

Encore une fois, je pestai silencieusement contre cette ceinture qui m’empêchait d’étreindre mon amoureux. Je lui fis l’un de mes sourires les plus tendres. J’essayais vraiment de le rassurer, même si je trouvais ça très frustrant de ne pas pouvoir le toucher. Peut-être qu’en fait, c’était le but de la ceinture…? Frustrer? Ne pas pouvoir le toucher était incroyablement… ouais, frustrant. Je n’avais maintenant plus qu’une envie et c’était de le caresser, de sentir sa peau satinée sous mes doigts. Je poussai un petit sifflement frustré.

-Dit, le but de la ceinture, c’est de te rendre plus désirable, ou quoi?! C’est tellement frustrant de ne pas pouvoir te toucher!Dis-je en tirant de nouveau fortement sur le cuire qui ne céda bien entendu pas.

Puisque je ne pouvais pas le toucher avec les mains, je tendis le cou pour pouvoir l’embrasser. Il voulait que je lui dise ce dont j’avais vraiment envie, maintenant, hey bien j’allais lui dire. Même si je n’étais pas vraiment certain moi-même… Seulement, j’avais une bonne idée, maintenant que la panique avait totalement déserté mon cœur. Ses yeux, son regard, l’avait tué. Je l’avais blessé et ça m’était insupportable. Je l’avais déjà trop blessé.

-Ran, tu veux que je te dise ce dont j’ai envie, maintenant..? C’est difficile à dire… je n’en suis pas sur. Je n’ai rien de concret! Seulement, je sais une chose. Je suis vraiment très frustré et je n’ai plus envie de l’être. Je veux que… tu me satisfasses. Je ne crois pas avoir déjà été aussi frustré. J’hésite encore entre quel péché je suis entrain de faire. La gourmandise ou la luxure? Surement les deux. Dis-je d’une voix rendue légèrement plus rauque par la frustration et l’envie.

Je baissai le regard quelques secondes puis le remontai pour le regarder dans les yeux. Je voulais m’excuser. Pour des excuses dignes de ce nom, je devais le regarder dans les yeux, même si c’était toujours plus difficile.

-Ran… je voulais aussi m’excuser. Je voulais m’excuser pour toutes les fois où je te blesse et… pour juste à l’instant. Je réagis de façon étrange parfois… je te demande pardon. C’est… juste… étrange. Je ne comprends pas moi-même ma réaction, en fait! Je ne comprends pas pourquoi, pendant un moment, je suis redevenu l’humain que j’étais il y a 200 ans. Je suis désolé. Mais maintenant, je suis redevenu l’ange que je suis maintenant. Ma réaction était stupide et démesuré. Je suis désolé de t’avoir fait te sentir mal.

Mes excuses n’étaient pas superbes, mais au moins elles étaient faites. Je lui souris tendrement de nouveau, puis mes joues rougirent lorsque mes pensées se détournèrent de son si magnifique visage. Oui, elles s’étaient détourner vers quelque chose de tout aussi magnifique, mais disons… plus… sexuel.

-Ran, ne t’inquiète plus, je n’aurai plus peur. Fait-moi tient. Je n’aurai plus peur.

Je priais Dieu pour qu’il me donne raison. Mais… maintenant, je ne doutais plus de rien. Je voulais intensément sentir Ran en moi, même si je ne savais même pas quel effet ça faisait. Peu importe, je voulais le découvrir. Mon pouls s’accéléra de nouveau lorsque je m’imaginai la suite. Je me mordis la lèvre inférieur et ne put totalement retenir un gémissement d’envie de franchir mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Sam 12 Oct - 0:23

C’était moi qui lui avais provoqué une peur panique, et voilà qu’il s’excusait de sa réaction. Certes, je lui demandais d’être clair mais je n’attendais pas qu’il s’en excuse, après tout j’étais tout aussi responsable de cette situation, nous étions… nous étions devenus maladroits. C’était une première pour moi, j’avais l’expérience de l’âge et, également, beaucoup de pratique à mon actif, je savais toujours quoi faire, comment le faire, et quand. Peut-être que si je n’avais pas été amoureux de Rui, j’aurais moins pris à cœur sa réaction et me serais chargé de faire passer sa peur à grand renfort de sensualité, mais ça ressemblait trop à un abus.

J’esquissai un sourire quand il évoqua sa frustration induite par la ceinture qui l’empêchait de me toucher, et je relevai les yeux pour le voir, encore une fois, essayer de se défaire des liens, en vain. Puis il m’embrassa, ce qui me surprit mais me fit un bien fou, et je répondis de bonne grâce à son baiser, soupirai contre sa bouche avant qu’il ne me l’enlève à nouveau. Le regardant dans les yeux, je l’entendis enfin répondre à ma question, et mon sourire s’agrandit, le son de sa voix était excitant. Avant que je pusse dire quoi que ce fût, il s’excusa encore. S’il réagissait de façon étrange, que dire de moi ? La vérité, c’est que nous étions aussi perdus l’un que l’autre à cet instant, et qu’en plus de réussir à comprendre ce qui nous arrivez, nous devions nous comprendre mutuellement… il allait nous falloir un temps d’adaptation, mais puisque c’était Rui, je ferai tous les efforts nécessaires, et plus…

Un sourire illumina enfin son visage et ses jours se mirent à rougir, de façon telle que je devinais ses pensées.

- Ran, ne t’inquiète plus, je n’aurai plus peur. Fais-moi tien. Je n’aurai plus peur.

Son esprit vagabondait à présent sur des choses plus sensuelles, quand il se mordit la lèvre je me penchai pour cueillir son gémissement sur ma bouche. J’aurais voulu pouvoir lui faire oublier tout ce qu’il avait vécu de mal dans sa vie d’humain, j’aurais voulu qu’il soit au moins possible de rendre supportables ces souvenirs… si c’était possible, je chérirais les cicatrices indolores qu’ils laisseraient en derniers vestiges de leur existence.
Je m’accordai une dernière sensiblerie et pris son visage entre mes mains.

- Je ne laisserai personne te faire du mal à nouveau… et je tuerai ceux qui essaieront.

Je repris sa bouche, sauvagement et collai mon corps au sien. Je savais parfaitement qu’il n’accepterait pas que je tue pour lui, mais cet élément n’était pas discutable. Si j’apprenais que quelqu’un en avait après lui, avait pour projet de blesser Rui, cette personne ne vivrait pas un jour de plus.
Je glissai ma langue entre ses lèvres alors que je me pressai un peu plus fort contre lui, frottant mon bassin contre le sien. Oh oui j’allais le faire mien, je voudrais même pouvoir être en mesure de poser une marque indélébile sur son corps pour que tout le monde le sache. Malheureusement, si des anges apprenaient qu’il était amoureux d’un démon, il risquerait d’y perdre ses ailes, et cela faisait partie des choses que je ne permettrais pas.

Je gémis contre sa langue et rompis le baiser, descendant lentement mes lèvres sur sa gorge. Je déposai de nombreux baisers sur sa peau, les appliquant soigneusement les uns après les autres. Je descendis également l’une de mes mains jusqu’à son entrejambe et l’effleurai du bout des doigts sur toute sa longueur, puis, quand ma bouche arriva sur son ventre, je mordis sa peau avant de me redresser. Je retirai mon chandail, parce que malgré tout, la température de mon corps s’était mise à monter, et rien qu’à imaginer ce nous j’allais faire Rui, je savais que cette fièvre n’en était qu’à son début.

Je me penchai de nouveau sur lui et, cette fois, rien ne m’arrêta lorsque je le pris en bouche. Parce qu’il se laissait si rarement faire, j’avais peu l’occasion de m’accorder ce plaisir, alors cette fois, je décidai d’en profiter comme il se doit. Je fis quelques va-et-vient en le prenant entièrement entre mes lèvres avant de le libérer pour le lécher sur toute sa longueur.
Mes mains, posées sur ses cuisses, caressaient tendrement sa peau laiteuse et sensible, glissant lentement vers l’intérieur.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Mer 16 Oct - 2:45

Alors que je n’arrivais déjà plus à ramener mon esprit à des pensées saines, Ran prit mon visage entre ses mains. Inévitablement, mon esprit se mit à rouler encore plus vite. Ses yeux, son regard… Je devais vraiment arrêter d’avancer dans la voix de la luxure, sinon j’allais finir par être damné! Bon, je ne le pensais pas vraiment, mais quand même. S’il savait toutes les pensées sexuelles qui me traversaient l’esprit, Ran ne me verrait certainement plus de la même façon! Bon sang qu’il était beau…!

- Je ne laisserai personne te faire du mal à nouveau… et je tuerai ceux qui essaieront.

… Quoiiiiiii? Ça, c’était non négociable! Il ne tuerait personne, même pas le pire des déchets de l’humanité, pour moi! Tout le monde a quelque chose de bon en lui! Il suffit tout simplement de le trouver! Il ne me laissa pas le temps de répondre qu’il colla sa bouche à la mienne de manière tout à fait… passionnée. Il colla nos corps me faisant gémir d’excitation. Je me promis de lui reparler de son nouveau titre d’assassin de mes ennemis –ennemies dont je ne connaissais pas l’existence- et oubliai tout ça sous sa langue qui se glissait contre la mienne. Je me donnai corps et âme à ce baiser, ses lèvres effaçant les dernières traces de raison, de peur, d’hésitation…

Il gémit puis glissa ses lèvres dans mon cou, me faisant pousser un gémissement rauque. Ses lèvres descendirent sur mon corps, m’obligeant à retenir mes gémissements, ce qui ne fonctionna qu’à moitié bien sur. J’étais vraiment le plus nul dans cet univers pour cacher mon excitation! Il caressa ma virilité, l’effleura presque, me faisant me cambrer légèrement.

Lorsque ses lèvres furent finalement sur mon ventre, il mordit me mordit et se redressa. Je gémis de nouveau, trouvant malgré moi tout ça excitant au plus haut point. Il enleva son chandail, me laissant une vue bien plus belle de mon amour. Je me mordis la lèvre inférieure et fermai les yeux pour ne pas m’exciter encore plus. Puis, je me rendis compte que ne pas le voir me rendait encore plus à fleur de peau, m’obligeant à me concentrer sur ce que je ressentais plutôt que sur ce que je voyais. Je m’empressai donc de les rouvrir. Et lorsque je les rouvris, je poussai un cri de plaisir, cambrant complètement mon dos. Il venait de prendre mon entrejambe entièrement dans sa bouche.

Je sentais à peine ses caresses sur mes cuisses tellement mes sens étaient accaparés. Pourtant, je ressentais parfaitement sa tendresse. Le plaisir était tellement intense sur mon membre que je n’arrivais pas à bien sentir ses mains. C’était tellement intense! Normalement, j’aurais glissé ma main dans ses cheveux et l’aurait reculé ou remonté vers mon visage. Maintenant que je ne pouvais pas le faire, je ne savais pas trop comment gérer le plaisir autrement qu’en criant son nom. Il le relâcha mon membre pour le lécher, ne réduisant pour autant pas mes cris. Finalement, sa proposition de me faire jouir plusieurs fois me plaisait bien!

Je n’avais plus aucun contrôle sur ma voix qui montait parfois dans les aiguë sans que je ne le veuille. J’avais tellement l’habitude de contrôler ce qui se passait, de ne pas me laisser complètement aller pour pouvoir contrôler un minimum mes réactions que maintenant que je ne contrôlais plus rien, je ne savais plus trop quoi faire. Le plaisir embrouillait tellement mon cerveau..! Un peu plus et je ne pourrais plus me retenir plus longtemps. C’était presque trop intense pour moi.

-RAAAN! Je…! Trooop intennnnnse~ ! Plus… meeeee~ ! Reeeteniiiir~!

Je ne savais pas trop s’il avait comprit ce que je voulais dire, mais dans mon état, je ne pouvais pas vraiment faire mieux. Comment lui dire que j’allais atteindre le septième ciel dans sa bouche s’il ne bougeait pas de là rapidement? Ce serait vraiment… la honte. Seigneuuure! Je ne voulais pas qu’il avale mon… mon… euuurk! Moi, je le faisais parce que je savais qu’il aimait bien ça, mais perso, je trouvais ça vraiment dégoutant! Le goût et la texture me faisait même vomir, les premières fois! Alors pas question de lui infliger ça! Bien que, j’avais vraiment honte de le dire… mais je pense que je trouverais ça encore plus qu’érotique de le voir… avaler.

Bon Dieu, je n’arriverais plus à me contrôler s’il continuait comme ça! En fait… je ne me contrôlais plus depuis longtemps! Mais j’arrivais encore à me retenir! Bon, à moitié en fait, mais c’était toujours ça! Je me cambrai de nouveau, tirant sans m’en apercevoir sur la ceinture. Tous mes muscles étaient bandés, mon corps tremblant en entier. Je tirais en continue sur la ceinture sans m’en rendre compte. Mon sexe commençait à être douloureux. Mais pourtant, je refusais de me laisser aller. Pas tant que je lui aurais bien fait comprendre que je ne voulais pas qu’il aille ce liquide dégoutant dans la bouche. Ce précieux liquide HO tellement érotique… mais dégoutant.
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Lun 21 Oct - 19:27

Le corps de Rui était tellement honnête, il ne savait pas réprimer, en tout cas, pas autant qu’il le pensait. Et pendant des mois, au temps de notre première relation, il avait laissé devant moi ce corps de dieu sans que j’eusse une chance d’en profiter comme je le voulais. Alors aujourd’hui, pour une fois, je n’allais pas laisser l’occasion filer, je ne savais pas quand elle se représenterait. Je lui faisais subir, comme une douce vengeance contre ce qu’il avait refusé de me donner plus tôt, tout ce que dont j’avais eu envie.
Il tremblait, se tendait, se cambrait à chacun de mes mouvements à la fois de plaisir, de désir et de frustration. Réussir à le mettre dans cet état était une chose des plus délicieuses, après toutes ces années à avoir accueilli avec bonheur le plaisir qu’il m’offrait, j’avais la possibilité de lui rendre la pareille, de lui montrer à quel point c’était bon, aussi, de laisser quelqu’un d’autre au commande et de, juste, savourer le moment.

Sa voix retentissait allègrement, répétant mon nom inlassablement et je ne pus m’empêcher de trouver ça passablement excitant. Sa voix, rauque et basse, me faisait vibrer, chavirer complètement, au point que je n’avais qu’une envie, qu’il continuât de crier.
Il me prévint, finalement, dans un hurlement, qu’il allait venir, mais il continuait de prendre sur lui malgré le traitement que je lui administrais. Progressivement, je ralentis les mouvements de ma bouche et remontai une main pour prendre le relai, je savais pourquoi il se retenait, mais je n’allais certainement pas l’agréer. Je montai ma main libre à ma bouche pour humidifier mes doigts de nouveau.

- Cesse de te retenir, laisse-toi aller…

Je croisai son regard, lui souris tendrement et me penchai pour reprendre mes caresses, du bout des lèvres d’abord, puis plus sensuellement, profondément. Mes doigts, doucement, glissèrent jusqu’à ses fesses et je commençai à taquiner son intimité. Comme il était au bord du gouffre, se contrôlant à peine, j’en profitai pour le pénétrer d’un doigt et le bouger lentement pour l’y habituer, mais cette fois, j’étais certain que son corps n’allait pas protester.
J’accentuai les va-et-vient de ma bouche, le sentant sur le point de craquer, et ne cessai que lorsque je le sentis se libérer au creux de ma gorge, me faisant pousser un gémissement de plaisir. J’avalai son nectar, glissant ma langue le long de son membre pour ne pas en perdre une goutte, puis me redressai en me léchant les lèvres, je l’entendais d’ici se torturer l’esprit en me voyant faire ça. C’était un ange, après tout. Je reposai mes lèvres sur son ventre pour l’embrasser doucement, remontant le long de son torse alors que je glissais un second doigt en lui. J’étais doux, comme je le lui avais promis, et les bouger avec précaution, guettant la réaction de son corps.

- Ça va, mon ange ? soufflai-je dans son cou. Dis-moi si je te fais mal…

À moitié couché sur lui, je prenais sur moi pour ne pas lui sauter dessus tout de suite. Je posai ma main libre sur sa cuisse pour la soulever doucement, continuant de lui prodiguer des caresses d’une tendresse que je ne me connaissais pas. Je promenai mes lèvres sur sa peau, contre son cou, son épaule, pour revenir vers sa mâchoire et, enfin, aller mordiller son oreille. Je voulais l’embrasser, prendre sa bouche et malmener ses lèvres et sa langue, mais j’étais à peu près sûr que, pour le moment, il préférait que je ne touche pas sa bouche.

- Si tu savais combien j’ai envie de toi…

Mêlée à un grognement, ma voix semblait sourde tout à coup. Mais tout mon corps réclamer Rui, il réclamait le corps de Rui contre lui, sa peau, sa chaleur, ses frissons, à tel point que je me demandais comment je tenais. Finalement, l’amour pouvait dresser même un démon comme moi, c’était rassurant.
J’accélérai doucement le mouvement de mes doigts, cherchant à faire sortir de nouveaux gémissements de sa bouche pulpeuse en atteignant ce point qui lui ferait voir des étoiles. Je n’allais plus forcer les choses, je ne voulais pas risquer de lui faire mal, ou peur encore une fois, alors j’allais juste attendre qu’il me demande d’aller plus loin.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''
Ven 25 Oct - 1:13

C'est moi où il essayait vraiment de me rendre cinglé? Je n'étais pas certain de revenir de ce traitement sans séquelles! C'était l'une des pires -bien que l'une, ou plutôt la, meilleure aussi- chose qu'on m'est fait subir! C'était une bataille entre ma dignité et mon plus grand orgasme! Ran comprit finalement le message et me laissa reprendre légèrement mon souffle, continuant de caresser ma virilité avec sa main. Je le regardai et laissa retomber ma tête contre l'oreiller en grognant de désespoir en le voyant ré-humidifier ses doigts. Oui, il me laissait respirer, mais c'était pour mieux me faire hurler ensuite! Bon, hurler de plaisir, mais c'était tout de même incroyablement frustrant de devoir me retenir comme ça pour ne pas... qu'il avale. Juste penser à ça me donnait des frissons incroyables, mais il y avait une limite au péché charnelle, bien que je me donnais moi-même cette limite.

- Cesse de te retenir, laisse-toi aller…

Je relevai la tête vers lui et fût aussitôt apaisé par son sourire. Quel beauté divine... ou pas. Tout de même, j'avais encore du mal à me faire à l'idée que Ran était «maudit». On m'avait fait croire toute ma vie que les démons étaient le mal incarné, qu'ils étaient dénué de toute bonté et qu'ils ne pouvaient éprouvé un sentiment comme l'amour. C'est ce qu'on m'avait dit. Et pourtant, en ce moment même, un démon, duquel j'étais éperdument amoureux et qui m'aimait aussi, me calmait avec simplement un regard tendre. L'idée même d'aller trop loin dans le péché c'était envolée comme un oiseau. Il arrivait à me vider la tête d'un simple sourire. Quelle être magnifique.

Il se remit alors à ses caresses, me faisait aussitôt gémir, puis crier. Comment faisait-il pour me mettre dans un tel état? C'était la première fois que c'était si fort. Je poussai un petit cri de surprise lorsque je sentis son doigt me pénétrer. C'était un peu inconfortable, mais je le sentais à peine, tellement le plaisir était intense. C'était à peine dérangeant.

Il intensifia encore le plaisir. Bon Dieu aidez moi à ne pas craquer! Aidez-moi Seigneur! C'était quand même la première fois que je priais pour ne pas atteindre le septième ciel...! Mais je ne voulais pas! Pas... dans sa bouche. Et pourtant, c'était trop; mon corps avait des limites. Je cambrai le dos au maximum et poussai un cri de pur plaisir, tirant sans le vouloir ni vraiment m'en rendre compte sur les liens qui enserraient mes poignets.

Il lécha mon membre puis se redressa et se lécha les lèvres. Hô Seigneur. Mon visage passa au rouge écarlate. Bien que mes joues étaient déjà rougie par le plaisir et l'essoufflement, cette fois, je devais ressembler à un homard bien cuit. Pardonnez-moi mon Père parce que j'ai péché! J'ai BEAUCOUP péché! Seigneur du Saint Ciel, j'étais horrible. En plus d'avoir fait le péché de luxure et de gourmandise, j'avais aimé. Ho non! J'étais un terrible pécheur! Pardonnez-moi! En plus, ce devait être des plus désagréable, pour Ran! Hooooo mon Ran-chan! Je suis tellement désolé! J'aurais aimé le ramener vers mon visage pour pouvoir les serrer très fort dans mes bras, l'embrasser tendrement et couvrir son visage de doux baisers pour m'excuser.

Il posa ses lèvres sur mon ventre et les remonta tout en insinuant un deuxième doigt en moi. Je sursautai, surpris par la douleur qui n'était pas si terrible. J'avais vécu bien pire! Pourtant, mon coeur s'était légèrement accéléré. Mes peurs de douleur revenaient à grands pas. J'étais légèrement crispé, mais ça allait. J'allais m'y faire! Il bougea légèrement ses doigts en moi, me faisant serrer les poings. Si je me crispais plus que je l'étais maintenant, il saurait que j'étais une petite mauviette douillette, ce qui était à éviter pour garder ce qui me restait de fierté, celle-ci perdue lorsque j'avais joui dans sa bouche.

- Ça va, mon ange ? souffla-t-il dans mon cou. Dis-moi si je te fais mal…

Je ne pris pas la peine de réfléchir avant de répondre. De toute façon, ce qu'il voulait savoir ce n'était pas s'il me faisait mal mais s'il pouvait continuer. En tout cas, moi, c'est ce que je voulais qu'il sache.

-Ça va...! Ça irait même mieux si tu étais aussi nu que moi!

J'avais dit ça pour rigoler, mais en même temps, c'est vrai que j'avais vraiment envie de sentir son corps nu contre le mien, pas son pantalon qui m'irritait la peau. Sensible? Douillet? Moi? ... Jamais! Ou peut-être que c'était juste la situation qui me mettait dans un état de sensiblerie extrême? Sûrement! Normalement, je n'aurais pas fait de cas de ma peau sensible!

Il remonta ma cuisse doucement, me faisant pousser un grand soupire de soulagement sans que je ne le veuille, relâchant légèrement mes muscles. Ses lèvres contre ma peau me firent frissonner doucement, puis gémir lorsqu'il «s'attaqua» à mes oreilles. Sa tendresse me faisait me détendre peu à peu.

- Si tu savais combien j’ai envie de toi…

Sa voix me fit frissonner. Bon sang que je l'aimais, ce démon! Il me donnait tout ce dont quelqu'un pouvait rêver et en plus je me sentais désiré, ce qui était très agréable et qui s'avérait être le plus grand remède contre la basse estime de soi! Si mes mains avaient été sur lui, je l'aurais probablement griffé du à ma hausse de désir soudaine.

Il bougea plus rapidement ses doigts en moi, me faisant crisper de nouveau. Tout de même, je sentais qu'il faisait tout son possible pour ne pas me faire mal. Il était doux et tendre... C'était juste moi qui était trop douillet! Je collai ma tête contre la sienne, réclamant des caresses et des baisers en un petit gémissement.

La douleur n'était pas si terrible et plus ça allait, plus elle se calmait. Je remontait ma jambe encore plus haut, puis l'accrochai carrément à lui. Ça faisait du bien. Jusqu'à maintenant, je ne comprenais pas trop d'où venait le plaisir et quand est-ce que j'étais sensé en ressentir. Surement quand la douleur se calmerait! Et justement, elle diminua assez pour que je ressente finalement des rhinocéros apparaitre dans mon bas-ventre. Je poussai un gémissement rauque, pressant plus fort ma tête contre la sienne. Ça y était, je le sentais, le plaisir!

C'était... étonnant! Et étrange! Et différent! Mais c'était bien! Je tirai d'un coup sec sur la ceinture tout en poussant un gémissement sous un assaut traitre de plaisir. Je me mordis la lèvre inférieur, surpris. C'était vraiment... étrange. aucune caresse sur ma virilité et pourtant... ça me faisait le même genre d'effet! En tout cas, c'était tout aussi plaisant!

-Hummm Ran...? C'est... bien, là!

J'étais trop gêné pour lui demandé directement de continuer. Ça ne faisait plus mal et je sentais que s'il continuait, bien que ça me ferait encore plus mal que ce que j'avais eu mal plus tôt, ça allait être encore mieux, plus intense. Je promenai mes lèvres sur la peau que je pouvais atteindre, gémissant doucement son prénom tout en lui susurrant quelques «je t'aime» de temps en temps.

-Mhmmmm... Je t'aime plus que tout... Enlève ce stupide pantalon!

Je devenais impatient, ce qui était loin d'être bien. En plus, un pantalon ne pouvait pas être stupide... Raaaah! C'était de la faute de la situation, tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Unexpected meeting #2 ''HOT''

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Unexpected meeting #2 ''HOT''

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Immeubles :: Appartements :: #74-