† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Back To The Hell feat Shibata Ranmaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shin SungHee
Devil † Walker

avatar


Emploi : Serveuse à Ibiza's Club
Localisation : au Bar

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Jeu 23 Mai - 16:23


Shibata Ranmaru † Shin SungHee

Le 23/06/2010 à 22h30

Ce jour là, j'étais en salle parce qu'il y avait beaucoup de personnes à servir. Je n'avais pas le temps de réfléchir à quoi que ce soit. Il me tarde de finir mon service pour aller dormir. Mon lit m'appelait par télépathie à travers la ville. Mais pour l'heure, il fallait servir les clients, pas toujours très aimables. Certains étaient d'ailleurs particulièrement exécrables. Surtout les femmes. Je ne comprenais pas trop pourquoi. Enfin si j'avais une petite idée sur la question. Ces derniers temps, je tentais moins de me fondre dans la masse humaine, laissant mon aura plus ou moins flotter autour de moi. Les femmes ressentaient comme un malaise quand elles croisaient mon regard, comme une sensation de danger si je m'approchais trop d'elles. Surtout que la plupart étaient accompagnées et elles associaient cette gène au fait que leurs compagnons, eux, en plus ressentaient l'envie de me regarder, parce que justement ce danger que je donnais l'impression d'être était attirant. Enfin, allez comprendre le fonctionnement des hommes. Incompréhensible. Mais j'étais totalement insensible à ça. Cela m'était égal, du coup, je flirtais avec plaisir avec tous les hommes qui croisaient mon regard. En couple ou non.

Au bout d'un moment, je retournais au bar pour aller remplir de nouvelles commandes. Le chef de salle me demanda alors de rester au bar. Il me faisait changer avec l'autre serveuse, histoire qu'on ne soit pas trop crevée. Je servis un client, fort charmant, n'hésitant pas lui faire de l’œil. Je souriais avec plaisir à ses blagues, relativement marrantes, je devais l'avouer.

Soudain, je passais du mode séduction au mode survie. Je sentais une présence démoniaque qui venait de rentrer, mon instinct démoniaque prenant le dessus. Je délaissais instantannément le client pour me concentrer sur cette aura. Je la connaissais. Je l'avais rencontré, il y avait longtemps. Je regardais l'entré du bar et je le fis. Shibata Ranmaru. Un démon puissant. Le voir me ramener le jour de ma déchéance. Je l'avais croisé par hasard. Son aura démoniaque tordue et malsaine m'avait paralysé de peur. J'avais cru qu'il allait me tuer. J’avais atterri en Enfers sans comprendre vraiment ce qui m’arrivait, j’avais l’impression d’avoir trop bu parce qu’il y avait un vide dans ma mémoire. Comme si j’étais né Ange. Ma vie humaine m’avait été enlevée. Je n’en ai gardé aucun souvenir. Pour ne pas sombrer dans la folie, je me disais que j’avais du être comme quand j’étais Ange, parce que cela, je m’en souvenais très bien. Ça m’aidait à commencer l’énorme trou noir que j’essayais de penser à ma vie avant de mourir. Donc déjà apeurée par la déchéance, de ce nouvel environnement, je l'avais supplié de ne pas m'achever. Il m'avait laissé en vie en laissant entendre qu'un jour, il pourrait changer d'avis, et à quel point cela lui serait facile d’en finir avec moi. Depuis ce jour là, j’évite soigneusement de le croiser parce qu’il est un monstre de sadisme et de perversité comme j’en ai rarement vu.

De retour au présent, je n'arrivais pas à détacher mon regard de ce démon qui était aussi en quelque sorte mon démon personnel, jusqu'à croiser son regard.


{Les apparences sont souvent trompeuses...}


Dernière édition par Shin SungHee le Mer 4 Sep - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Mer 12 Juin - 23:00

Je ne m’étais pas amusé depuis longtemps. Ce mois-ci n’avait pas été un bon mois, je dois dire que mon humeur avait été plutôt mitigée, au point d’en arriver à ne plus avoir envie de chasser des âmes. Ce soir non plus, je n’en avais pas très envie à vrai dire, mais je ne me sentais pas aussi lamentable que ces derniers jours.
- Mais tu es lamentable, Ran.
Je me mordis la lèvre et soupirai. Oui, j’étais lamentable, qu’est-ce qui pouvait m’empêcher de l’être de toute manière ? Et puis je n’étais qu’un démon, alors quelle importance ça avait ?
Je passai une main dans mes cheveux et me relevai du banc où je m’étais installé, peut-être que si je me mêlais à quelques humains j’en trouverais un ou deux que j’aurais envie de dévorer, cela me sortirait de ma léthargie, bien que je ne savais pas réellement si je voulais en sortir. Je me sentais mal, certes, mais j’aimais me sentir mal, être rongé par mes démons intérieurs, tout ça me paraissait tellement doux en réalité, au fond quand j’y repensais.
Je partis vers le quartier des bars et finis par entrer dans l’un d’eux au hasard, un que je ne connaissais pas, histoire d’être à peu près sûr de voir des têtes étrangères, de rencontrer des personnes que je n’avais pas déjà croisées, au risque de finir par passer pour quelqu’un de louche.
Je poussai donc la porte et fis quelques pas avant de sentir une aura que, hélas, je connaissais très bien. Enfin « hélas » ce n’était pas réellement le mot juste à utiliser parce que je ne portais pas assez d’importance à sa propriétaire pour être heureux ou malheureux de cette infortunée rencontre.
J’avançai jusqu’à une table libre sans pour autant me retourner sur la demoiselle qui m’avait probablement remarqué elle aussi, oh je voulais la laisser savourer la découverte de ma présence avant de lui décocher un regard.
Je retirai ma veste pour la poser sur le dossier d’une chaise sur laquelle je m’assis, je posai mes bras sur la table élégamment et, sentant le regard de la démone sur moi enfin, je tournai la tête vers elle et haussai doucement les sourcils. Feindre la surprise lui montrait à quel point je me souciais peu d’elle, et devant moi son assurance tombait tellement que je pouvais lui faire croire que je ne le remarquais pas alors qu’il était impossible qu’un démon de son genre échappe à mon radar. Même si je ne guettais pas les démons que je risquais croiser, je n’aimais pas me laisser surprendre, surtout par un démon plus faible que moi, ce ne serait pas digne de moi.
Doucement, je laissai mes lèvres esquisser un sourire en coin. J’avais bien fait de venir ici, dans ce bar précisément, le hasard faisait parfois bien les choses. Je n’avais pas beaucoup d’ennemi, et il y avait peu de démons qui avait autant peur de moi que cette petite démone, mais elle était l’une des seuls devant lesquels je me montrais aussi vicieux et sadique que je pouvais être, la plupart étaient morts en emportant cette information dans la tombe, je n’aimais pas réellement que l’on sache de quoi j’étais capable, mais cette petite était insignifiante… et puis n’était-ce pas elle qui avait tendu le bâton pour se faire battre ? Laisser paraitre ses faiblesses devant un démon inconnu et donc potentiellement plus puissant qu’elle… c’était une erreur à ne jamais faire pourtant.
Ma soirée allait probablement être encore plus intéressante qu’elle l’aurait été si je m’étais contenté de chasser. Je fis un petit signe de la main à cette démone de serveuse pour la faire venir à ma table, j’étais venu dans un bar pour boire, non ?
- Bonsoir mademoiselle, soufflai-je d’une voix douce et mesurée. C’est une telle surprise de te rencontrer ici, si j’avais su que tu travaillais dans cet endroit, je serais venu te rendre visite avant.
Mon sourire s’agrandit. La crainte que je lisais dans son regard m’apportait un plaisir que je ne ressentais que rarement, je faisais souvent peur aux humains quand j’en finissais avec eux, mais la peur d’un humain n’était rien comparé à celle qu’un démon ressasse pendant des dizaines et des dizaines d’années.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Shin SungHee
Devil † Walker

avatar


Emploi : Serveuse à Ibiza's Club
Localisation : au Bar

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Lun 17 Juin - 16:25

Il me souriait, il m’avait reconnue. Je ne savais pas quoi faire, mes membres étaient figés, je n’arrivais pas à bouger. Je tentais de me raisonner alors qu’il s’installait tranquillement à une table. Il n’allait pas m’attaquer ici, pas devant tant de témoins. Il était peut-être vicieux mais pas complètement débile. Je ne tenais pas à le servir, mais mon patron me fit signe d’un geste de la main un peu vif que je devais y aller. Je posais mon verre et je me retournais le temps de reprendre mon souffle. J’inspirais, et j’expirais et j’avais retrouvée mon calme. « Aller Sunghee, tu n’es plus la petite démone inoffensive, tu peux être aussi vicieuse. Oui mais d’un autre côté il est plus fort. Oui mais bon, si je ne lui tiens pas face, il va continuer à en profiter. Il est temps de lui montrer qui j’étais devenue. » Pensais-je pour aussitôt me dire que ce que j’étais devenue c’était une démone redevable d’un séraphin qui considérait un ange comme son propre ange gardien. Bon je devais avouer que ce n’était pas très glorieux mais quand même. M’enfin, je prenais mon expression la plus neutre possible, un sourire bien hypocrite plaqué aux lèvres.
 
- Bonsoir mademoiselle. C’est une telle surprise de te rencontrer ici, si j’avais su que tu travaillais dans cet endroit, je serais venu te rendre visite avant. Me souffla-t’il d’une voix douce.
 
Douce mais traitresse comme le démon à qui elle appartenait. Je lui répondis d’un ton légèrement insolent, tel que je le faisais quand je voulais enquiquiner un démon plus puissant que moi.
 
-Bien trop aimable. Je tellement heureuse de te voir.
 
J’avais utilisé le tutoiement parce qu’il n’était rien pour moi, je n’avais pas à le respecter. C’était là ma bonne résolution. Je devais l’empêcher d’avoir une emprise sur moi. Il fallait que je me sorte de cette peur viscérale qu’il m’inspirait depuis que je l’avais rencontré. Je n’aurais jamais du le laisser voir mes faiblesses mais la déchéance m’avait désorienté, je ne savais plus ou j’étais. Et j’en avais payé le prix fort.
 
- Tu m’aurais presque manqué, mais vraiment presque.
 
Si seulement j’aurais pu oublier jusqu’à son prénom, ça serait tellement bien. Faudrait que je demande à Chul Hei si c’est possible de supprimer des pensées. Peut-être qu’il pourrait m’enlever Ranmaru et ainsi je n’aurais plus peur de lui. Ah oui c’est une idée splendide. Faudra que je lui demande pour voir ! Même si je suis sure que c’est l’énergie du désespoir qui me faisait penser ce genre de débilités, je ne pouvais pas m’empêcher d’espérer qu’il pourrait le faire. J’observais l’attitude en apparence détendue de mon bourreau. Honnêtement si je n’avais pas su à quel point il peut être dangereux, je l’aurais surement trouvé charmant voir plutôt beau garçon. J’aurais peut-être usé de mes charmes. Mais là, je savais que c’était peine perdue, que même mon sourire le plus enjôleur ne ferait rien.
 
-Sinon tu prendras quoi à boire ?


{Les apparences sont souvent trompeuses...}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Dim 23 Juin - 19:24

Je contemplai le visage de la démone, lisant avec aisance les sentiments qui se disputaient son esprit en ce moment-même. Je ne connaissais pas de démon qui aimait se soumettre de bon cœur, en tout cas jamais sans quelque chose en échange : protection, influence, pouvoir… ou plaisir charnel ; je me classais volontiers dans la dernière catégorie, mais je faisais partie du cercle de la luxure alors ce n’était pas surprenant. Bref, je n’avais rien à apporter à cette démone, et la seule dominance que j’exerçais sur elle, c’était grâce à sa peur de moi, donc je n’avais rien à y gagner à par une immense satisfaction, et ça me suffisait, je me fichais du temps que cela durerait, mais je savais jouer alors je pouvais parier que jamais de son existence elle ne penserait à moi sans imaginer que je pourrais la tuer si je décidais que j’avais assez attendu… enfin, à bien y penser, c’était le cas pour tous les démons, non ? Ceci dit, elle était la seule à s’être montrée si pitoyable devant moi et à être encore en état d’en parler.

- Bien trop aimable. Je suis tellement heureuse de te voir.

Je ne perdis pas mon sourire devant son insolence, oh non bien au contraire. Elle pouvait bien me parler comme elle le souhaitait, ça ne faisait que me montrer son inaptitude à contrôler ses émotions. Si elle savait se montrer puissante, digne, et sûre d’elle, sa voix aurait été aussi douce que la mienne. Les chats ne sortent leurs griffes que lorsqu’ils ont peur, après tout.
Si lui faire croire que je réprimais une furieuse envie de la tuer pour tirer d’elle une contrepartie n’était pas si distrayant, je lui donnerais des cours pour qu’elle n’ait plus l’air aussi vulnérable. Impressionnable. Parce que sa plus grosse erreur avec moi, c’était de s’être fait peur toute seule en fin de compte, et je n’avais plus qu’à alimenter cette peur sans avoir à faire trop d’efforts.

- Tu m’aurais presque manqué, mais vraiment presque.

Aha oui je me doutais que je lui avais manqué, cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas vu, et je crois que j’étais pas loin de commencer à l’oublier, comme la plupart des démons que je ne croisais que rarement et qui ne me laissait pas de souvenir indélébile. Mon esprit était déjà assez embrouillé tout seul, inutile de le polluer avec des détails insignifiants.

- Sinon tu prendras quoi à boire ?

Tiens j’étais venu ici pour boire, c’est vrai, bien qu’à présent ce n’était plus réellement ce dont j’avais envie, ceci dit pour rester il me fallait bien consommer quelque chose… ensuite je pourrais toujours user de mon charme sur le gérant pour qu’il me laisser rester ici à torturer psychologiquement sa jolie petite employée.
Je me calai contre le dossier de ma chaise en faisant mine de réfléchir à ce que je voulais boire, bien que je sache déjà ce que je prendrais, et je laissai courir mon regard sur ma proie… oh pas un regard comme je le faisais avec mes proies humaines pour les séduire, et les appâter, au contraire… je m’appliquai à garder un regard neutre, car toute craintive qu’elle était, j’étais pratiquement sûr qu’elle chercherait une signification offensive à ce simple regard.
Je clignai finalement des paupières et levai un regard amical vers elle.

- Être servi par toi, je ne pouvais pas rêver mieux.


Je lui fis un petit sourire, appréciant la situation. Je ne comprenais pas que des démons fassent ce genre de métier, et c’était quelque chose que je ne m’étais jamais abaissé à exercer… mais malheureusement je connaissais bon nombre de démons qui le faisaient… pour les anges, c’était différent puisqu’ils étaient censés être « bons » et aimer les humains, pour la plupart de ceux qui s’y mêlaient.

- Apporte-moi du sake, s’il te plait, lui répondis-je finalement.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Shin SungHee
Devil † Walker

avatar


Emploi : Serveuse à Ibiza's Club
Localisation : au Bar

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Dim 23 Juin - 22:17

Je n’appréciais pas du tout son regard sur mon corps. Même s’il restait neutre, j’avais la désagréable sensation qu’il se jouait de moi et de mes nerfs au passage. Je n’avais qu’une envie, c’était de lui arracher ses yeux et de retourner tranquillement à mon bar. J’imaginais mentalement la scène. Cela serait tellement un soulagement de pouvoir me venger de toute la peur qu’il m’inspirait. J’haussais un sourcil alors qu’il me lançait un regard amical.
 

- Être servi par toi, je ne pouvais pas rêver mieux.
 
Son petit sourire me déstabilisa encore plus. Est-ce qu’il flirtait avec moi ? Non pas possible. En tout cas, je commençais à me demander sérieusement si j’avais vraiment des raisons de le craindre. « Bien sur que tu en as, il est plus puissant que toi ! Oui mais d’autres démons aussi mais ne me font pas cet effet-là ! » songeais-je. Je souris, tout aussi hypocrite.
 
-Tout le plaisir est pour moi. Alors qu’est-ce que tu prendras ? Insistais-je.
 
Tout ce que je voulais c’était lui servir son verre et repartir derrière mon bar loin de lui. Même si en temps normal, j’usais de mes charmes pour amadouer les démons plus puissants, quand ils n’étaient pas trop arrogants, la je n’y arrivais pas. Il avait tout l’air charmant, comme ça. C’était juste en apparence. Et sa présence me mettait mal à l’aise. Je devais pourtant faire un effort.
 
- Apporte-moi du sake, s’il te plait.
 
-Entendu, tout de suite. Répondis-je avant de filer rapidement pour lui préparer son verre.
 
Une fois loin de loin, j’inspirais un bon coup, calmant ainsi mes pensées. J’arrivais à mieux réfléchir . Je pris mon temps  pour chercher un verre propre dans la vitrine ainsi que le sake. Je poussais les limites jusqu’à servir un autre client, puis un autre, et encore un autre jusqu’à ce que le chef me rappelle à l’ordre. Il me désignait Ranmaru. Comme si j’avais pu l’oublier. Je soufflais et je me dirigeais vers sa table. Je posais le verre dessus et je versais le liquide transparent dedans. J’en aurais bien besoin aussi d’un bon remontant. Mais je ne pouvais pas boire, j’étais en service.
 
-Et voila, fis-je en faisant glisser le verre vers lui. Fais attention quand tu bois, c’est fort, ça serait tellement dommage que tu t’étouffes avec.
 
La je me reconnaissais bien, à lancer des piques à tord et à travers. La dernière fois, j’avais déjà failli y laisser ma vie. Mais visiblement cela ne m’avait pas servi de leçon. J’étais de nature impulsive. Je réfléchissais à mes actes qu’une fois la bêtise faite. Et la encore je me disais que j’aurais bien fait de me taire et de lui lancer un sourire aguicheur avant de m’éclipser. Mais non, il avait fallu que je laisse parler mes émotions. Encore une fois. Je soupirais intérieurement de ma bêtise.
 
-Désires-tu autre peut-être ? Demandais-je, sur mon ton professionnel, légèrement charmant que j’utilisais tout le temps.
 
Il était vrai que dis comme ça, ma phrase pouvait porter à confusion, mais je n’avais pas le choix, c’était ce qu’on demandait aux clients quand on leur a servi un verre. J’accentuais ma demande, d’un sourire angélique, tout aussi professionnel que mon ton. Me retrancher dans mon rôle de serveuse était mon meilleur moyen pour ne pas craquer sous l’effet de la peur que je devais combattre.


{Les apparences sont souvent trompeuses...}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Lun 15 Juil - 14:44

Ses persiflages m’amusaient, même si j’étais persuadé qu’elle les lançait dans le but de me mettre en rogne, de me choquer par son manque de respect envers moi… mais je n’étais pas hypocrite au point d’espérer gagner un respect que je ne donnerais pas pour tout l’or du monde, à qui que ce puisse être, et puis à quoi bon se faire respecter de quelqu’un qui ne m’aimait pas, je préférais encore inspirer la peur.

Je regardai la démone partir préparer ma commande, enfin je n’étais pas dupe, elle avait mis tellement de temps à venir me demander ce que je désirais, je savais que j’allais attendre tout autant avant qu’elle ne me serve. Mais pas de chance pour elle si elle souhaitait que je parte parce qu’elle mettait trop de temps à me servir, je n’avais rien de mieux à faire ce soir, oh non, vraiment rien d’aussi amusant que ça… et puis du temps devant moi, j’en avais bien plus que nécessaire.
Je sortis un livre de ma veste pour lire, ou du moins faire semblant pendant que mes pensées divaguaient allègrement. Je pensais à SungHee, oui je l’avouais, et pour la première fois depuis fort, fort longtemps. Puisque je lui avais remis la main dessus sans même l’avoir cherché, je devrais sans doute profiter de ce concours de circonstance. La torturer par ma simple présence qui devait, à coup sûr, lui faire ressentir un certain malaise était une chose, et ça ne me coutait rien à vrai dire car tout ce passait dans sa jolie petite tête mais… je pouvais peut-être m’amuser mieux que ça.

Après un temps que je ne calculai pas, elle revint avec un verre et une bouteille, et la joie transparaissait sur son ravissant minois. Elle était vraiment idiote.

- Et voila, dit-elle en faisant glisser le verre vers moi. Fais attention quand tu bois, c’est fort, ça serait tellement dommage que tu t’étouffes avec.

Il ne fallut pas longtemps pour lire dans son regard qu’elle regrettait ses paroles, ou plutôt de les avoir dites à voix haute. Je me retins de claquer mon palais contre ma langue en secouant la tête, avait-elle seulement évolué depuis notre première rencontre ? Après toutes ces années en Enfer, elle n’avait pas compris que l’arme ultime d’un démon était son impassibilité ? Être impertinent, c’était bien, quand on savait se contrôler. Elle, elle ne savait pas du tout se contrôler, pourtant face à un prédateur tel que moi, sans ça, elle se ferait dévorer toute crue. Le truc, c’est que quand on se donne l’opportunité de montrer à quelqu’un qu’on l’abhorre, quand ce n’est pas maitrisé on prend aussi le risque de montrer sa peur, son trouble et tout ce qui peut servir d’arme contre soi.

- Désires-tu autre chose peut-être ?

J’accueillis son ton ainsi que son sourire par un de mes sourires compréhensifs. J’avais trouvé ce qui n’allait pas dans son comportement avec moi, même si je lui faisais peur, elle réussissait trop bien à se détourner de ce sentiment pour retrouver un semblant de confiance mal utilisé. Deux choix s’offraient donc à moi : la libérer de la crainte que je lui inspirais… ou bien l’y enfoncer encore plus profondément, au point qu’à ma simple vue elle regrettera d’être encore en vie bien que je ne lèverais pas la main sur elle.
Je refermai doucement mon livre, sans la quitter du regard et secouai doucement la tête.

- Non, rien d’autre, merci, répondis-je. J’aurais peur de ne pas être servi avant l’apocalypse, ajoutai-je d’un ton rieur et presque chaleureux. Mais tu sais, ma douce…

Je laissai ma phrase en suspend et me redressai, peu à peu je laissai tomber le contrôle que j’avais sur mon aura, que j’avais probablement trop retenu devant elle, et l’atmosphère changea du tout au tout. Je m’étais dit qu’il était suffisant de laisser ses propres craintes mariner dans son esprit torturé, je me trompais rarement mais cette fois c’était le cas, et même si je ne trouvais toujours aucun intérêt à la manipuler par la peur, c’était un bon divertissement.
Je me calai contre le dossier de ma chaise, les bras croisés sur mon torse et l’un de mes doigts passant sensuellement sur ma lèvre inférieure. Les regards des clients étaient braqués sur moi, mêlant angoisse et désir. En principe, il valait mieux éviter ce genre d’exposition, cela risquait que les humains finissent par se rendre compte de quelque chose… mais je faisais ce genre de choses depuis des siècles et il n’avait jamais été assez intelligents pour me découvrir.
Après avoir couvé la salle du regard, je relevai les yeux vers SungHee et poursuivis :

- Je trouve très courageux de ta part d’essayer d’éprouver ma patience, rares sont les démons à s’y être risqués, et encore plus sont-ils à être encore en mesure de le raconter.

Je savais qu’elle comprendrait que par « patience », je parlais plus de son comportement que du fait qu’elle ait mis du temps à me servir. La menace était à peine déguisée, mais puisque je laissais mon aura s’exprimer d’elle-même, et ravager doucement les êtres présents, il était inutile de continuer à parler à demi-mots. Doucement, l’angoisse prit le pas sur le reste et des gémissements de peur commencèrent à s’élever bien qu’aucun des clients ne bougea pour fuir.

- Mais si tu le désires, je peux tout de suite remettre à zéro le compteur de nos dettes et réparer l’erreur que j’ai faite il y a quelques… « années »…

J’attrapai le verre qu’elle m’avait servi et le portai à mes lèvres, même si je me délectais bien plus du trouble des clients que de l’alcool.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Shin SungHee
Devil † Walker

avatar


Emploi : Serveuse à Ibiza's Club
Localisation : au Bar

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Ven 26 Juil - 22:43

Quand il referma son livre, des frissons d’anticipations se répandirent sur mon épiderme. A ce moment précis, je savais que j’avais fait une erreur.

- Non, rien d’autre, merci. J’aurais peur de ne pas être servi avant l’apocalypse. Mais tu sais, ma douce…

Il laissa sa phrase en suspens et libéra son aura, sombre, froide se répandre tel un serpent dans la salle. J’étais figé sur place, tous mes muscles étaient tétanisés de peur. Son aura m’entourait, m’encerclait. Elle était si pressante que j’en avais du mal à respirer. Le froid s’insinuait autour de moi, m’empêchant de prendre mes jambes à mon cou et de m’enfuir comme une trouillarde. Alors qu’il s’asseyait nonchalamment sur la chaise, j’essayais de me convaincre que je ne risquais rien. S’il voulait me tuer, il l’aurait déjà fait. La il faisait juste joujou avec moi parce qu’il savait que je le craignais. Encore une fois, j’aurais du faire semblant de ne rien ressentir, parce qu’encore une fois, cela me retombait dessus.

- Je trouve très courageux de ta part d’essayer d’éprouver ma patience, rares sont les démons à s’y être risqués, et encore plus sont-ils à être encore en mesure de le raconter. Mais si tu le désires, je peux tout de suite remettre à zéro le compteur de nos dettes et réparer l’erreur que j’ai faite il y a quelques… « années »…

Intérieurement, je soupirais de dépit. J’avais fait une énorme erreur quand j’étais arrivée en Enfers, j’avais paniqué et quand j’avais vu ce démon, j’avais de suite pensé qu’il voulait me tuer alors qu’il n’en été rien. Du coup, il en avait profité pour me torturer psychologiquement et avait du bien prendre du plaisir pendant toutes ses années. Je m’empêchais de ricaner alors que j’avais en tête l’image extrêmement jouissive d’un Ranmaru en train de s’étouffer dans son verre d’alcool. Oui, c’était bien beau de rêver.

-Si tu as fini ta démonstration de puissance, remballe ton aura s’il te plait. On est dans un lieu public.

Je me retenais de le menacer de le dénoncer mais j’avais comme l’impression que ça serait la dernière chose que j’aurais à la bouche. J’avais pris mon expression la plus dénuée de sentiment, un léger sourire sarcastique aux lèvres. Une détermination froide s’empara de moi. J’en avais ras-le-bol d’être diminuée de la sorte par tous ses démons.

-En ce qui concerne ma dette, je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler.

A cet instant précis, j’étais persuadée de ce que je disais. Il avait bien jouer avec mes nerfs pendant ses dernières siècles. Maintenant c’était fini.

-Tu m’as peut-être laissé en vie, mais d’après ce que j’ai vu en Enfers, si tu avais vraiment eu l’intention de me tuer, je serais déjà morte. Donc, tu m’as laissé vivre, tu as joué avec mes nerfs en contre partie.

Je bougeais enfin mes jambes, mais pas pour m’éloigner comme j’avais eu en tête au départ. Non, cette fois-ci, je m’approchais de lui et je lui resservais un verre, mon sourire le plus enjôleur aux lèvres.

-Cadeau de la maison. On est quitte.


{Les apparences sont souvent trompeuses...}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Dim 28 Juil - 1:08

- Si tu as fini ta démonstration de puissance, remballe ton aura s’il te plait. On est dans un lieu public.

Je relevai les yeux vers la petite démone en reposant mon verre sur la table. Un lieu public ? La belle affaire, si elle pensait vraiment que c’était ce genre de détail qui m’arrêtait… ceci dit, c’était peut-être juste pour elle une façon d’essayer de prendre le pas sur moi, me donner un ordre, aussi insignifiant soit-il pour moi.
Je ne la quittai pas des yeux alors qu’elle se forgeait une expression lisse et impassible, presque car ses lèvres s’étiraient en un rictus et un éclat nouveau illuminait ses prunelles, me faisant sourire de plus belle. Elle se débattait pour se reprendre, sans même se rendre compte qu’elle ne rendait la partie que plus intéressante.

- En ce qui concerne ma dette, je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler.

J’arquai un sourcil, sans cesser de sourire, évidemment qu’elle savait. Elle savait, et elle savait également très bien que je ne me laisserais pas avoir par une pirouette aussi pitoyable… ou alors, elle l’était tout autant, pitoyable. Et elle l’était, en effet, car je voyais à son visage qu’elle s’était elle-même persuadée que c’était la vérité.

- Tu m’as peut-être laissée en vie, mais d’après ce que j’ai vu en Enfers, si tu avais vraiment eu l’intention de me tuer, je serais déjà morte. Donc, tu m’as laissé vivre, tu as joué avec mes nerfs en contrepartie.


Oh alors c’était ça ? Je me mordis brusquement l’intérieur de la joue pour me retenir. En même temps, je la regardai s’approcher de moi pour me servir un second verre de saké. Intérieurement, j’exultais face à son innocence et sa stupidité. Comme il était doux de voir avec quelle force une proie se débattait pour finalement s’enfoncer un peu plus profondément dans les sables mouvants.

- Cadeau de la maison. On est quitte.

Cette fois, c’en était trop. Je laissai mon rire sortir de ma bouche, court, net, mauvais, et les humains dans la pièce se figèrent car je n’avais, oh non, toujours pas « remballé » mon aura. J’attrapai le verre pour le repousser au milieu de la table et je me levai pour faire face à la demoiselle, enfin pour cela, je glissai un doigt sous son menton pour lui lever la tête vers moi. Je plongeai mon regard froid dans le sien, gardant mon sourire sadique sur mes lèvres.

- Ça, tu vois, c’est à moi seul d’en juger…

Je laissai mes doigts glisser sur son cou, dans ses cheveux, m’assurant qu’elle ne pouvait pas bouger de mon emprise, et que les clients ne nous prêtaient pas attention.
J’étais forcé d’admettre que, dans un sens, elle avait raison, j’avais profité de sa naïveté et de sa faiblesse pour lui faire peur, ce qui avait été des plus faciles, trop facile. Seulement… oh cette jeune démone ne savait vraiment pas à qui elle avait affaire. Je n’étais pas de ces démons qui tuaient leurs proies en une seule fois. Moi, je m’amusais vraiment : tuer physiquement une proie était une chose… la tuer psychologiquement avant sa mort en était une toute autre.
Je la lâchai et glissai doucement ma bouche jusqu’à son oreille, me gardant bien du moindre contact.

- Je vais te dire un secret, SungHee, susurrai-je. Ce que tu as vu en Enfer, ça n’a rien à voir avec moi. Pour ta propre survie, je te conseille de cesser de vouloir me comparer aux démons que tu as croisé jusqu’à présent.

Il se mit à rire et ce doux son résonna dans ma tête. Ma folie était mon arme la plus absolue, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, tous les démons n’en sont pas dotés, pas à un point aussi avancé que je l’étais. Je n’avais vécu qu’avec lui, et cela faisait quatre siècles que nous complotions ensemble pour abattre nos adversaires, il n’existait pas d’équipe plus soudée.
Je ris à mon tour, tout doucement, près de l’oreille de la démone.

- Je me fiche de ce qui s’est passé le jour de ta descente en Enfer, tu as pris peur seule, tu t’es montée la tête seule. Mais tu l’as faite, cette erreur de te présenter devant moi dans cet état si pathétique, tu m’as supplié de ne pas te tuer, et j’ai accédé à ta demande. Peut-être que je n’ai pas de raison de te tuer, mais ai-je une seule raison de ne pas le faire ? C’est le seul point qui m’importe.

Je me redressai, mon sourire s’agrandissant, et je m’éloignai d’un pas pour la défaire de mon emprise, mais je gardai les humains, je n’étais pas du genre à partir au milieu d’une conversation en claquant la porte pour signifier que je n’avais plus rien à dire, j’avais toujours quelque chose à dire, et libérer les humains mettrait fin à notre échange.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Shin SungHee
Devil † Walker

avatar


Emploi : Serveuse à Ibiza's Club
Localisation : au Bar

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Jeu 1 Aoû - 22:28

Je pensais qu’il me figerait la paix. J’avais tord, il était beaucoup trop fort pour moi, trop cruel, pervers. Son petit rire, net, cassant comme du verre me fit l’effet d’une douche froide, me ramenant à ce jour fatidique contre ma volonté. Je me retrouvais à nouveau seule et sans repère. Chacun de ses gestes sur ma peau me donnait envie de vomir, de me brûler pour qu’il ne reste aucune trace de ses contacts. Je voulais reculer, m’éloigner le plus possible de son aura malfaisante mais il me clouait sur place. Quand il arriva au niveau de mon oreille, un frisson glacial me parcouru l’échine.

- Je vais te dire un secret, SungHee. Ce que tu as vu en Enfer, ça n’a rien à voir avec moi. Pour ta propre survie, je te conseille de cesser de vouloir me comparer aux démons que tu as croisé jusqu’à présent.

Son petit rire démoniaque frisait la folie. Je le voyais dans ses yeux qu’il était en train de perdre pied, de laisser la folie le contrôler. Qu’avais-je fait ? Pourquoi l’avais-je cherché, au lieu de tout simplement lui servir son verre et de repartir tranquillement ? Surement parce que j’étais stupide ou un peu trop impulsive, ce qui dans ce cas précis était à peu prêt la même chose.

- Je me fiche de ce qui s’est passé le jour de ta descente en Enfer, tu as pris peur seule, tu t’es montée la tête seule. Mais tu l’as faite, cette erreur de te présenter devant moi dans cet état si pathétique, tu m’as supplié de ne pas te tuer, et j’ai accédé à ta demande. Peut-être que je n’ai pas de raison de te tuer, mais ai-je une seule raison de ne pas le faire ? C’est le seul point qui m’importe.

J’étais pétrifiée d’effroi. La menace était claire. Et il n’avait pas tord. J’avais fait l’erreur de lui montrer ma faiblesse, il s’en était servi contre moi. D’un regard démoniaque, il avait eu absolument raison. Mais, j’espérais quand même qu’il finirait par oublier. Soudain, je pu me mouvoir à nouveau. Je reculais vivement, trop d’ailleurs. Cela lui permettrait surement de remarquer que j’étais toujours aussi docile qu’avant. Son sourire grandissant me donnait raison. Il n’avait toujours pas libéré les humains, cela voulait surement dire qu’il n’en avait pas fini avec moi. Dommage.
Le point positif c’est qu’avec la distance, j’arrivais mieux à réfléchir et à reprendre du souffle pour la joute verbale.

-Quel est l’intérêt que tu gagnerai à tuer un autre démon ? Le but est de répandre le mal, c’est pas en supprimant les démons qu’il va se propager plus vite.


De plus, j’étais persuadée que son Prince n’aimera pas qu’il décime une aide potentielle contre les Anges. Mais je n’allais pas lui dire. Il pourrait vouloir tester et me tuer pour voir ce que ça ferait. Je sentais sa folie meurtrière et psychopathe à travers chacun de ses gestes et mouvement et je n’étais pas assez téméraire pour le mettre totalement à l’épreuve.

-Mais je te croyais pus intelligent. Si tu continues à garder les humains sous ta coupe, ceux qui rentreront vont trouver ce qui se passe louche.

Je ne tenais pas à ce que les humains se doutent de quelque chose et même s’il était complètement givré, j’étais persuadée que ce qu’il avait dit était la vérité.


{Les apparences sont souvent trompeuses...}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Ven 2 Aoû - 15:28

N’importe quel démon aurait gardé cette démone entre ses pattes jusqu’à ce qu’elle plie sous sa puissance, mais la regarder se reprendre après avoir été entravée par mon aura était bien plus amusant. Son esprit commençait à se reconnecter pour analyser correctement mes paroles et savoir quoi me répondre, l’empêcher de s’exprimer n’était pas dans mes intentions, même si je n’avais que faire de ses paroles, c’est ce qu’on appelle la liberté d’expression.
Sans compter que la façon dont elle s’était écartée de moi révélait trop bien la peur que je lui inspirais. Elle avait beau essayer de me montrer son arrogance ou sa fierté, devant moi elle n’était qu’une fillette apeurée qui n’en menait vraiment pas large.

- Quel est l’intérêt que tu gagnerais à tuer un autre démon ? Le but est de répandre le mal, c’est pas en supprimant les démons qu’il va se propager plus vite.

J’arquai un sourcil, amusé par sa remarque. Je la pensais plus maligne que ça, cette petite, mais peut-être que j’avais été trop indulgent avec elle, je lui avais prêté des qualités qu’elle n’avait visiblement pas. J’allais devoir décider si ça la rendait moins intéressante pour moi ou non. La question n’était pas évidente, car encore une fois je pourrais me tromper, je n’étais pas infaillible. La crainte l’empêchait sans doute de réfléchir clairement à ce qu’elle disait et elle ne se rendait pas compte elle-même des inepties qui passaient sa jolie bouche.

- Mais je te croyais plus intelligent. Si tu continues à garder les humains sous ta coupe, ceux qui rentreront vont trouver ce qui se passe louche.

Oh les humains. Ils étaient censés représenter une menace s’ils nous découvraient, c’était vrai, même si je n’y croyais pas. Et puis j’étais à peu près certain qu’aucun ne franchirait cette porte pour l’instant, ni dans un sens, ni dans l’autre… et si c’était le cas, je le saurai avant qu’il ne mette la main sur la poignée pour l’ouvrir et les relâcherai même si je n’en avais pas envie. Cela faisait longtemps que je n’avais pas senti autant de malaise dans une seule et même pièce et… je dois dire que cela me faisait énormément de bien. Cela me détendait.

Alors je décidai de reporter mon attention sur la démone encore une fois, ces humains attendraient encore un petit peu. Je lui adressai un sourire plus doux, presque chaleureux, comme si je voulais la rassurer.

- Je te promets que si quelqu’un entre, je les relâcherai tous aussitôt et personne ne se rendra compte de rien. Ce sera notre petit secret.

Je posai un doigt sur mes lèvres en lui faisant un clin d’œil, puis je m’appuyai contre ma chaise en croisant mes bras sur mon torse. La fixant sans ciller, je repensais à ce qu’elle m’avait dit, et quitte à donner un aspect décousu à la conversation, je lançai :

- Et moi je te pensais moins stupide. Je t’explique de vive voix ma façon de faire et tu t’entêtes dans tes propres fausses déductions.

Je supposais que puisque je faisais partie d’un cercle, cette demoiselle pensait que malgré tout je me soumettais à l’autorité, même si je lui disais que rien de tout ce qu’elle pouvait savoir du comportement des démons ne s’appliquait à moi. Oui, j’avais bien rejoins un cercle, il me l’avait suggéré, afin d’avoir quelques boucliers si besoin le temps que je me trouve une place, et une fois trouvée, je me sentais juste bien dans ce cercle alors je ne l’avais pas quitté… mais mon Prince, je ne l’avais que rarement vu, et elle ne me paraissait pas être quelqu’un devant qui je m’inclinerais. Rares étaient ceux qui méritaient mon respect, ou ma peur, mais elle, elle ne m’inspirait rien du tout, tout simplement, alors je n’avais que faire de son choix par rapport à l’Apocalypse… en avait-elle seulement un ? Je me sentais libre de faire ce que je voulais.

- Je n’ai ni dieu ni maitre, repris-je, le regard déterminé. Je ne reçois d’ordre de personne. Pour moi tuer des humains, des anges, ou des démons, c’est du pareil au même… et je sais très bien faire les trois. Je n’ai d’autre but que celui que je me fixe, ma chérie.

Et pour le moment, mon but était de protéger l’être le plus merveilleux de cette planète, et qui s’avérait être un ange… mais ça il y avait peu de chance que cette petite me l’entende dire, quoique je me ficherais qu’elle l’apprenne, si elle essayait seulement d’en jouer, elle le paierait très cher.

- Je n’ai ni raison ni intérêt à attenter à ta vie, tu as raison… en revanche, te tuer pourrait se révéler très divertissant car je suis très doué pour ce genre de chose, crois-moi. Sans compter que ces idiots d’ange tombent tellement vite en Enfer qu’il y aura vite quelqu’un pour te remplacer dans ta tâche, donc te laisser vivre n’est pas réellement utile.

Je soupirai doucement, l’air affecté par ce que je venais de dire. Aucun démon n’était irremplaçable, tous comme les humains, ou les anges… à une exception près évidemment. Je claquai ma langue à mon palais et me redressai en sortant un billet de ma poche pour le glisser dans la main de SungHee.

- Je ne suis pas plus utile, je te l’accorde, mais je ne suis plus suicidaire depuis longtemps, donc me garder en vie, moi, a plus d’intérêt que de te laisser vivre, toi. Quel choix difficile à faire…

Il se mit à rire, si bien que je ne pus m’empêcher de sourire à mon tour. Jetant un dernier regard aux humains, je repris le contrôle de mon aura. Allait-elle mordre à l’hameçon ? Si elle le faisait, la suite promettait d’être amusante, si elle ne le faisait pas… c’était une raison de plus pour ne plus m’interroger sur elle et mettre fin à sa pitoyable existence.
Sans me soucier de la confusion ambiante, je commençai à m’éloigner vers la sortie, ayant donné à la serveuse, bien plus que ce que je devais pour le sake.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Shin SungHee
Devil † Walker

avatar


Emploi : Serveuse à Ibiza's Club
Localisation : au Bar

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Dim 1 Sep - 13:31

J’avais beau essayé de me convaincre qu’il allait me laisser la vie sauve, que s’il avait voulu me tuer, il l’aurait déjà fait, j’avais quand même peur. Il était fou, comme j’en avais rarement vu. C’était un psychopathe en puissance. Il était bien capable de me tuer juste pour le plaisir. Si je m’en doutais plus ou moins, il m’en apporta la confirmation.

- Je n’ai ni raison ni intérêt à attenter à ta vie, tu as raison… en revanche, te tuer pourrait se révéler très divertissant car je suis très doué pour ce genre de chose, crois-moi. Sans compter que ces idiots d’ange tombent tellement vite en Enfer qu’il y aura vite quelqu’un pour te remplacer dans ta tâche, donc te laisser vivre n’est pas réellement utile.

Pour le croire, je le croyais, à mille pour cent même. Et il n’avait pas tord, les règles du Seigneur tout puissant étaient tellement complexes et rigides qu’il en fallait de peu pour qu’un Ange file en Enfers sans savoir comment.

Par contre la suite de ses propos me déstabilisait un peu.

- Je ne suis pas plus utile, je te l’accorde, mais je ne suis plus suicidaire depuis longtemps, donc me garder en vie, moi, a plus d’intérêt que de te laisser vivre, toi. Quel choix difficile à faire…

Je ne comprenais pas ou il voulait en venir. Certes, je pensais exactement la même chose, il n’était pas plus utile que moi, enfin ça dépendait du point de vue ou on se place. Du point de vue des Enfers, ils doivent le penser surement plus utile que moi, vu qu’il doit bien s’amuser à envoyer des âmes humaines au fond du trou. Bien sur, je ne comptais pas lui dire ce que je pensais vraiment, cela aurait été vraiment stupide de ma part. Par contre, je ne saisissais pas le lien entre ma vie et la sienne. Pourquoi devrait-il forcément choisir ?

Ma perplexité était telle que je perçu à peine quand il libéra les humains de son emprise. En revanche, quand il remballa son aura sombre et démoniaque, je senti un changement d’atmosphère qui me permit de respirer. Je me rendis compte à ce moment là que j’avais cessé de respirer, sous le choc de la terreur et de l’angoisse. J’avais dans l’idée de le laisser partir tranquillement, soulagée d’être encore de ce monde. Puis, je ne sais pas pourquoi mon cerveau en a décidé autrement. Il avait trop donné d’argent par rapport à ce qu’il me devait. Mu par un instinct complètement stupide, je me hâtais d’aller chercher la monnaie et je le rattrapais. Je lui attrapais la main et lui fourrais l’argent sans ménagement.

-Il y avait trop d’argent.

Mon ton était sans réplique, mais pourtant, j’étais calme et détendue à ce moment là. Alors que j’aurais du être tremblante de peur, à l’idée de l’approcher de si près et même de le toucher. Mais non, si je voulais qu’il me laisse en paix, j’avais compris qu’il ne me ferait rien si je lui montrais que je pouvais être au dessus de lui. Enfin, j’espérais ne pas me tromper.

-Quand à ton choix difficile à faire. Nos vies ne sont pas incompatibles. Tu peux très bien vivre et me laisser vivre aussi. Comme ça, si tu t’ennuies, tu pourras toujours venir m’enquiquiner.

A peine ces mots avaient franchis le bord de mes lèvres que je me serais donnée des baffes. Je gardais mon calme et je retournais à mon bar, en espérant qu’il s’en aille pour de bon.

Spoiler:
 


{Les apparences sont souvent trompeuses...}
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru
Mer 4 Sep - 15:30

Je ne savais pas réellement ce à quoi je m’attendais en lui donnant plus que le saké coutait réellement, ceci dit je ne fus pas surpris lorsqu’elle me rattrapa alors que je m’apprêtais à franchir la porte. Mais je dois avouer que je n’aurais pas non plus été surpris qu’elle ne le fasse pas. Après tout, elle était une démone, qu’elle ne soit pas totalement honnête aurait été plus que naturel… mais souhaiter préserver les apparences l’était tout autant, donc tout était possible.
Je baissai les yeux sur ma main qu’elle tenait dans la sienne alors qu’elle y fourrait des pièces de monnaie. J’aurais voulu rire, lâcher ces pièces qui n’avaient absolument aucune importance pour moi, mais je n’en fis rien et l’écoutai.

- Il y avait trop d’argent.


Elle avait retrouvé son calme. À force de me fréquenter, n’allait-elle pas devenir bipolaire ? Elle passait du chaud au froid en une seconde, faisait-elle cela avec tout le monde, ou bien ma présence était particulièrement irritante ? Étais-je si mauvais que ça ? Ce serait peut-être amusant d’essayer de la rendre folle, bien qu’elle ne pourrait jamais l’être autant que moi.

- Quant à ton choix difficile à faire. Nos vies ne sont pas incompatibles. Tu peux très bien vivre et me laisser vivre aussi. Comme ça, si tu t’ennuies, tu pourras toujours venir m’enquiquiner.

Elle fuit, s’étant rendu compte de ses paroles et espérant probablement que je ferais comme si je n’avais rien entendu. Décidément, elle avait beau faire celle qui pouvait tout gérer, il lui manquait encore beaucoup de choses pour pouvoir m’affronter.

- Je pourrais te prendre au mot, lançai-je, la faisant s’arrêter à un mètre de moi.

Les humains nous écoutaient à peine, dans d’autres circonstances, ces pitoyables créatures auraient été attentifs au moindre de nos mots, tendant leurs oreilles, cessant leurs bavardages futiles, mais je pense que le souvenir de la crainte soudaine et inexplicable qu’ils avaient ressentie pétrissait encore douloureusement leurs esprits. Néanmoins, je m’évertuai à parler en des termes ambigus que la démone serait seule à correctement interpréter.

- Je crois que ce dilemme est ma nouvelle lubie, lui expliquai-je sur un ton qui laissait entendre que, moi-même, je n’y pouvais rien et que cela me désolait. Que nous soyons compatibles ou non m’importe peu, ma douce, mais peut-être as-tu eu une bonne idée… peut-être pourrais-je simplement essayer de voir si nous pouvons cohabiter… peut-être pourrais-je essayer de t’éprouver pour voir si, toi, tu peux t’habituer à moi… et pour ces choses-là, mon imagination ne me fait jamais défaut.

Je ne comptais pas réellement perdre mon temps à tout ça, mais mon but était qu’elle le croie, et je savais très bien qu’elle le ferait. Toutes ses simagrées pour me convaincre que je n’avais pas d’emprise sur elle ne fonctionnait pas, je lisais dans son regard que je la déstabilisais. Elle ne pouvait pas me comprendre, et cela me rendait dangereux pour elle.

N’attendant pas d’autre réaction de sa part, je doutais fortement qu’il y en ait une, je tournai les talons de nouveau pour quitter ce bar miteux. Il allait pourtant falloir que je retienne le nom de l’établissement pour y revenir ou bien pour l’éviter, ce serait en fonction de mon humeur je suppose. Mais je n’avais pas perdu ma soirée, même si cette entrevue avait été courte, elle avait été très intéressante et aurait au moins eu l’avantage de me changer les idées.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Back To The Hell feat Shibata Ranmaru

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Back To The Hell feat Shibata Ranmaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.N.J.U.K.U :: Quartier chaud :: Bars :: Ibiza's Club-