† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 introducing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: introducing
Dim 27 Jan - 1:09



Shibata Ranmaru, Minami Rei & Kazuki Rui
03/06/2010




Le temps était doux et il faisait chaud. Un léger vent allégeait cette chaleur, laissant la température parfaite. J’étais assis sur un banc, dans un beau parc, mais pourtant, ce n’était pas du tout le parc qui m’intéressait. Ce que je regardais, c’était l’homme assis à mes côtés. Un bel homme, ça oui! Tellement beau! Bien que démon, il avait une grande place dans mon cœur d’ange. Je souriais doucement, heureux qu’il me fasse l’honneur de sa présence.

-Ran-chan, merci d’être venu, aujourd’hui!

En fait, je me sentais un peu seul, aujourd’hui. Je n’avais pas vue ma jolie Rei une seule fois et Ranmaru me manquait beaucoup. Bien que ma demoiselle aurait dût être ma principale occupation, mon cœur, cette fois, avait penché vers lui. Et puis… je devais laisser ma belle protégée un peu tranquille, lui laisser un peu plus d’espace. C’était une autre raison pour voir Ran! Il arrivait toujours à me la faire oublier, dans un regard, dans un baiser ou même plus.

Je posai ma main sur la sienne et la caressai doucement, lui lançant un regard remplit de tendresse et de reconnaissance. Une chance qu’il était là! Sinon je serais surement entrain de tourner en rond dans mon appartement en me rongeant les ongles et en me disant que je devrais aller la voir, juste pour vérifier si elle allait bien… Et ça y était! Je repensais encore à elle. Je replongeai mon regard dans celui de Ran et…

Ses yeux étaient tellement beaux! Je me rapprochai légèrement, voulant comme me fondre en eux. Des yeux qui m’hypnotisaient. J’avais surement un sourire béat sur les lèvres, mais ne m’en formalisa pas. J’étais prisonnier de son charme, bien qu’il n’ait rien fait et que je me sois pris dedans tout seul… Pas malin. Mais je voulais échapper à mes pensées et j’avais réussi. Maintenant que j’étais avec lui, le pire qui pourrait arriver soit qu’elle soit en danger et que je doive le quitter. Ou encore pire… qu’elle se pointe!

Ho mon… ne pas prononcer le nom de Dieu en vain… Ho lala! Si elle me voyait avec Ranmaru, elle… elle… Ho!! Elle voudrait certainement le tuer et m’en voudrait de nouveau! Je détournai mon regard qui s’embrumait de larme. J’étais trop sentimental! Stupide glandes lacrymales!

J’étais vraiment entre deux… Je ne pouvais pas me passer de la présence de mon démon adoré, mais j’aimais une chasseuse qui était, de plus, ma protégée… Ma vie relationnelle était vraiment la pire, après tout! Je baissai les yeux et sentit soudainement ce fait se transformer en poids et tomber directement sur mes épaules. Mais bon… je voulais les avoir tous les deux, alors il fallait tout simplement que j’endure mon angoisse.

Je relevai le visage vers Ran et sourit tendrement. Après tout, je ne pourrais jamais me passer de lui. Jamais plus. Je ne voulais plus vivre avec son souvenir mais bien avec sa présence. C’était pareil pour Rei. Je devais rester près d’elle pour la protéger et pour la consoler. Je devais être présent. De toute façon, j’avais aussi besoin de ma demoiselle. Je ne pourrais définitivement jamais choisir entre eux.

-Ranmaru, fais-moi la promesse de ne jamais me laisser m’en aller loin de toi.

Fis-je avant de poser ma main sur sa joue pour caresser sa peau satiné, le couvant de mon regard protecteur d’ange gardien. Je sentis alors le besoin de lui faire un gros câlin. Ranmaru n’était pas particulièrement démonstratif, à ce que je pensais, mais je voulais le sentir contre moi. Ma Rei me blessait sans cesse, ne me donnant aucune considération. Lui, il m’en donnait. Je voulais que mon cœur, qui battait trop vite par le chagrin qui l’alourdissait, ralentisse. C’est pourquoi je l’attirai dans mes bras et lui embrassai le dessus de la tempe.

Il pouvait probablement sentir mon cœur ralentir lentement et lorsque je fus satisfait, le lâchai je frôlai ses lèvres des miennes et me redressai finalement.

-Promis j’arrête!

Fis-je avant qu’il ne se lasse de mes surdoses d’affection et qu’il me laisse en plan.


Dernière édition par Kazuki Rui le Mer 30 Jan - 3:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Dim 27 Jan - 21:18

Il n’y avait eu besoin que d’un appel pour me faire quitter le boulot comme cela m’arrivait souvent d’ailleurs. Habituellement je partais parce que j’en avais marre ou que j’estimai que j’en avais assez fait pour ce qu’on me payait, mais là, c’était Rui qui m’avait demandé de le rejoindre, alors évidemment j’y étais allé. En le voyant j’avais compris que j’avais vraiment bien fait d’accepter, il avait peut-être le sourire parce que j’étais là, mais je voyais dans ses yeux que quelque chose n’allait pas.

- Ran-chan, merci d’être venu, aujourd’hui!

Je souris, comme s’il avait besoin de me remercier pour ça, si j’étais venu c’était que j’avais envie de le voir non. J’avais souvent envie de le voir, maintenant que je l’avais retrouvé, maintenant que j’avais compris que je pouvais ressentir des choses plus intenses pour lui que ce que j’avais ressenti à l’époque où il était humain. Et maintenant nous pouvions nous voir autant que nous voulions, même en public, ça ne posait plus les mêmes problèmes qu’à l’époque.

Le silence s’installa entre nous, je regardais en face de moi, les gens qui passaient. La plupart était pressée, et je me rappelai avec un sourire que cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti de hâte provoquée par autre chose que le désir, j’avais tout le temps devant moi contrairement à ces pauvres humains qui couraient après le temps toute leur misérable vie.
Sentant la main de Rui prendre la mienne et la caresser, je le regardai et croisai son tendre regard qui me fit sourire. C’était certain, quelque chose n’allait pas, et il avait besoin de ma présence pour être réconforté… c’est fou, même après plus de deux siècles j’arrivais encore à lire en lui comme dans un livre. Ceci dit, j’aurais aimé savoir à quoi il pensait quand il me regardait comme il le faisait. J’arrivais presque à lire le nom de sa protégée dans ses yeux… elle devait lui en faire baver, le pauvre, mais je suppose qu’elle ne pouvait être pire que l’épouse qu’il avait eu de son humanité.

- Ranmaru, fais-moi la promesse de ne jamais me laisser m’en aller loin de toi.

- Eh ?

Il posa sa main sur ma joue. Pourquoi voulait-il que je lui fasse ce genre de promesse ? C’était… c’était plutôt évident que je ne comptais pas le laisser s’éloigner de moi, tout comme il ne me laisserait pas partir non plus je suppose. Il m’enlaça finalement et m’attira contre son torse pour déposer un baiser sur ma tempe. Je fermai les yeux pour apprécier cette étreinte, et écoutai son chagrin par les battements un peu trop vifs de son cœur, ils mirent un peu de temps à se calmer, puis Rui me lâcha pour effleurer mes lèvres d’un baiser.

- Promis j’arrête !

Je souris. Il avait de la chance d’être lui, car il était bien le seul que je laissais m’enlacer de cette manière… certes, ce que j’éprouvais pour lui y était pour beaucoup, néanmoins j’étais toujours bien moins porté sur les effusions que lui… mais pour lui, j’acceptais, je voulais l’aider à supporter le poids de l’amour qu’il portait à sa protégée qui était trop bête pour voir ce qu’elle avait sous le nez.

- Tant que je sais que tu as besoin de moi, je ne te laisserai pas partir…

Rui était un ange, un ange gardien qui aimait les humains, qui aimait une humaine. Je n’étais pas certain qu’il aurait toujours besoin de moi, et je n’étais pas certain que s’il avait toujours besoin de moi ce serait une bonne chose, cependant tant qu’il ne me demandait pas de m’en aller, je ne repartirai pas de moi-même et je ne le laisserais pas partir pour telle ou telle raison si ce n’était pas bon pour lui. Je l’aimais trop, je voulais le protéger.

- Tu me dégoûtes, Ran… depuis quand as-tu besoin de quelqu’un d’autre que moi ?

Je me mordis l’intérieur de la joue et détournai les yeux. Depuis que j’avais retrouvé Rui, la voix dans ma tête se manifestait encore plus souvent… toujours en sa présence, et lorsque je pensais à lui également, c’était systématique… c’était la première fois que ça arrivait, et je ne demandais qu’à comprendre.

- Et quoi qu’il arrive, je ne t’abandonnerai plus.

Je croisai les jambes et me calai contre le dossier du banc. Je ne me faisais pas d’illusion, Rui finirait par partir de lui-même, avec sa chasseuse probablement… c’était tout le malheur que je lui souhaitais. J’espérais que cette idiote finirait par comprendre, même si ça voulait dire qu’il me laisserait tomber… mais ce n’était qu’un juste retour des choses, je l’avais abandonné le premier. Même si ça ne devait durer qu’un temps, comme je l’avais fait, peut-être que même s’il partait, on se retrouverait un jour… c’était peut-être notre destin.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Mer 30 Jan - 6:04

    Il était où quand on avait besoin de lui !? Enfin, ça faisait MINIMUM trois jours que je l'avais pas eu dans les pattes, c'était tout sauf normal. Tout sauf habituel et je m'inquiétais presque. Presque. Non mais qu'est-ce qu'il lui arrivait à ne pas donner de signe de vie ? Il me collait toujours et là, d’un coup, il me laisse seule pendant trois jours ? Quoi, il pensait que je ne m’habituerais pas à sa présence constante d’ange gardien ? Bon, peut-être avais-je été un petit peu dur avec lui, lorsque je lui avais dit qu’il était un peu collant, mais il devait savoir que ça ne voulait pas dire m’abandonner pendant 3 jours entiers, hein ! Peut-être était-il fâché ? Non. Non Rui ne se fâche jamais. Pas contre moi. Peut-être qu’il lui était arrivé quelque chose ? Non, bien sûr, il est un ange, il a des pouvoirs… Ah mais mince ! Il est pacifique ! Il se laisserait démolir par une bande de voyous juste parce qu’il ne veut pas se battre, encore moins avec des humains !

    J’étais dans mon lit et je fixai le plafond. Je me rendais compte à cette instant que la vie devenait ennuyante, sans Rui avec qui jouer. Bon, je n’allais quand même pas lui dire, enfin, ça lui montrait à la tête. Je me retournai sur le côté. Puis de l’autre. Réfléchissant toujours. Mais où était-il passé ? J’attendais qu’il apparaisse devant moi, comme il le faisait si bien et TOUJOURS dans des moments insolites, ou embarrassant. Mais non. Pas aujourd’hui. Ni hier. Ou avant-hier. Peut-être que si je faisais un truc étrange il allait apparaître ? Il apparaît toujours quand je fais un truc étrange…

    Je soupirai et enfouissait ma tête dans mon oreiller pour lâché un cri de frustration. Yuujiro senti probablement cette frustration, car il se sentit obligé de sauter sur le lit, puis sur moi. Je me retournai vers lui et évidemment, c’est ce moment qu’il choisit pour venir me lécher le visage. Parfois je me demandais pour quelle raison au monde est-ce que j’avais décidé de m’adopter un chien ! Puis, dans des circonstances comme celle-ci, je réalisai que c’était tout simplement pour me sentir moins seule.

    « Yuuji’, tu m’abandonneras pas toi, hm ? »

    Je soupirai, ébouriffai la fourrure de mon chien et enfouit mon visage dans celle-ci, avant de le gratter derrière les oreilles et de déposer un baiser sur sa tête, prenant la difficile décision de quitter mon lit ensuite. Je me levai, en soupirant et Yuujiro me suivit, alors que je m’habillai. Il me fixait.

    « Qu’est-ce que tu mattes, hm ? Qu’eeest-ce que tu mattes mon beau toutou ? »

    Je m’accroupis et continuai à lui parler, tout en le grattant derrière les oreilles. Puis je me rendis compte que c’était ridicule. J’étais ridicule… et OÙ était passé RUIII !??! Je m’emmerdais, moi !! C’est pas important, ça !? Je m’étais laissé tombé sur mon lit et je tournai la tête vers Yuujiro, qui me fixait de ses grands yeux curieux. Je soupirai.

    « Tu crois qu’il est passé où, hein ? »

    Je me levai et m’habillai finalement. Je donnai à manger à mon chien, lui caressai la tête et sortit finalement de l’appartement pour me rendre au Skyline. S’il y a un endroit au monde où Rui devait être, c’était le Skyline. Peut-être qu’il avait eu beaucoup de client et qu’il n’avait pas eu le temps… m’oui, ça devait être cela…

    J’entrai donc et me dirigeai vers le bar, pour demander au barman si Rui était rentré au travail aujourd’hui. Et il paraissait que non. Je soupirai, et m’en allai, sans rien dire d’autre. Sur le chemin du retour, je donnai un coup de pied sur un caillou, en face de moi, le traînant avec moi tout le long de trajet, comme une enfant qui revient de l’école… Puis je me mise à penser à Yui. Elle le faisait toujours, elle… Enfin, bref. Je ne trouvais pas Rui et c’était frustrant. Puis, je pensai à ce parc, où il allait lorsqu’il avait la tête ailleurs. Il s’assoyait alors sur un banc et fixai le vide, un air penseur et parfois nostalgique sur le visage. Peut-être y était-il ? Ça ne paraissait pas, mais je le connaissais, moi, Rui. Même si lui ne le savait pas… et il était hors de question qu’il le sache, j’avais bien trop de fierté. J’arrivai au parc, et m’arrêtai lorsque je le vis, assis sur un banc, à côté d’un autre homme que je ne voyais pas, puisqu’ils étaient de dos. Je trouvai ça curieux, mais tant pis. Rui, lui, je le reconnaissais... Ah !!! Enfin… Un petit sourire apparue sur mon visage, puis j’arrivai derrière lui, sans faire un bruit, puis l’attrapai, enroulant mes bras autour de son cou, avant d’ébouriffer ses cheveux, question de biiiien les défaire.

    «Alors petit ange, tu crois que tu peux te débarrasser de moi comme ça !? T’es où quand j’ai besoin de toi, enfin ! J’ai été au bar et tu y’étais même pas ! Non mais quand même hein… t’es pas supposé être mon ange gardien ? Ca fait trois jours que je t’ai pas vue la tronche ! Puis, je me suis dis que t’étais sûrement au parc où tu fixe toujours le vide d’un air nostalgique et je suis venu et tu y es… aish… pourquoi est-ce qu’il faut que je me donne tant de mal pour te trouver… »

    Je le lâchai, avant d’ébouriffer ses cheveux encore une fois. Puis j’allai devant lui… et mon visage se ferma totalement lorsque je vis celui avec qui il était… Ranmaru. Shibata Ranmaru. Un sourire en coin apparue sur mon visage. Je soupirai bruyamment, puis regardai vers la gauche, alors qu’un rire moqueur s’échappai de ma bouche.

    «Ah non j’y crois pas… qu’est-ce qu’il fait ici, lui ? »

    Ranmaru était sur ma liste. Mais je ne pouvais m’encombrer de lui, pour le moment, alors je ne faisais que ne pas l’aimer. S’il touchait à un cheveux de Rui… enfin, c’était mon ange gardien, quoi ! Qui allait me faire à petit déj’ s’il crevait !?

    « Rui, tu le connais ? Il te menace ? Non parce que, tu sais, je comprends que tu sois pacifique et tout et tout, mais ça serait idiot de le rester si quelqu’un comme lui s’approche de toi… Enfin, je dis ça je dis rien, hein… »

    Je les regardai, un après l’autre et étrangement, Shibata n’avait pas l’air agressif envers Rui et c’était d’autant plus suspect. Étrange. Bien sûr, je ne montrai jamais à Rui ce côté, qui s’inquiétait pour lui et qui s’y était attaché. Mais Shibata allait le savoir s’il lui touchait. Parce que tout le monde sait que dans les faits, je suis plus menaçante que Rui. Enfin, tout le monde est plus menaçant que Rui… lui et son pacifisme à deux noix… Rui pensait que je le détestais et c’était bien comme ça. Comme ça si je meurs, je ne lui manquerai pas. Et puisque depuis peu, je savais que celle qui avait tué ma sœur était dans cette ville… ça risquait d’arriver assez tôt. M’enfin, c’est une autre histoire…





Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Jeu 31 Jan - 0:35

J’étais bonnement heureux lorsque je fis un énorme saut lorsque quelqu’un, qui je le savais était ma Rei-chan, me sauta au cou et m’ébouriffa les cheveux.

«Alors petit ange, tu crois que tu peux te débarrasser de moi comme ça !? T’es où quand j’ai besoin de toi, enfin ! J’ai été au bar et tu y’étais même pas ! Non mais quand même hein… t’es pas supposé être mon ange gardien ? Ca fait trois jours que je t’ai pas vue la tronche ! Puis, je me suis dis que t’étais sûrement au parc où tu fixe toujours le vide d’un air nostalgique et je suis venu et tu y es… aish… pourquoi est-ce qu’il faut que je me donne tant de mal pour te trouver…»

Quoi? Elle avait prit ça pour un abandon?! Mais… mais elle m’avait dit de lui laisser de l’espace, de faire de l’air! Et encore une fois, j’avais manqué à mon devoir, j’avais bafoué mon travail d’ange gardien. Encore une fois, j’avais fait tout le contraire de ce qu’elle espérait de moi. Au final, je ne la comprenais peut-être pas tant que ça. Je ne lui serais donc jamais bénéfique?

Je pinçai les lèvres très légèrement, signe que j’étais énervé. Oui, j’étais énervé, énervé contre moi-même. Au lieu de faire passer mon devoir en premier, j’avais fait passer mon cœur douloureux. J’avais voulu, au lieu de veiller sur ma demoiselle, voir Ran et ne plus penser qu’à lui, j’avais voulu me reposer un peu dans ses bras. J’avais fait passer Ran avant Rei, avec celle que je devais protéger.

Pourtant, je ne comprenais pas. Rei ne m’aimait pas alors pourquoi me cherchait-elle? Elle aurait surement préféré que je n’existe pas alors pourquoi voulait-elle me voir? Pour la première fois, j’avais voulu prendre un congé de mon devoir pour être avec le démon de mon cœur et c’était cette fois qu’elle me voulait à ses côtés. Soit c’était mon Père qui se jouait de moi, soit c’était tout simplement dût au hasard… ce qui était tout de même plus probable.

Elle m’ébouriffa de nouveau les cheveux puis se recula. Alors, elle vit Ranmaru, mon amant mais aussi celui qui faisait que je supportais la vie de tout les jours, ma fatalité d’ange gardien. Elle sembla alors se fâcher. Pas se fâcher mais plutôt… se rétracter. Elle n’avait plus la mine amicale du tout. Je savais qu’elle ne l’apprécierait pas… Mince!

Elle demanda ce qu’il faisait ici. Puis… Quoi?! Ranmaru… me menacer?! La seule chose qu’il menaçait de me faire, c’était de me rendre fou de lui. Un petit sourire tendre se glissa sur mes lèvres à la pensée de la dernière nuit que j’avais passée avec mon démon adoré. Non. Il ne me ferait jamais de mal. Jamais de la vie.

-Ma jolie Rei, Ranmaru ne me menace pas, pas du tout même! C’est moi qui l’ai invité! Ne t’inquiète pas pour moi! Et puis… je suis désolé. Je ne savais pas que tu me cherchais… je pensais que tu serais mieux si je te laissais un peu tranquille… j’ai conscience d’être trop collant pour toi et je ne veux pas t’embêter. Jamais…

Mes yeux se firent tristes, en tout cas pour ceux qui savaient déchiffrer mes expressions, par exemple, Ran. J’avais de nouveaux des idées noires… Je repensais au fait que j’étais un véritable échec en tant qu’ange gardien. Une chance qu’il était là… mon Ran-chan-chéri! Avec lui, je ne cachais rien. Même si j’essaierais de lui cacher mes réels sentiments, il les devinerait de toute façon. À quoi bon les cacher s’ils sont découverts? Alors, avec lui, je me montrais tel que j’étais vraiment, je pouvais le dire, si j’étais triste et tout à l’envers, comme maintenant. Je me tournai vers lui et lui lançai un sourire tendre, les yeux remplit non seulement de tendresse mais aussi de gratitude. Pourquoi je lui étais reconnaissant? Tout simplement parce qu’il était là, parce qu’il existait, parce qu’il m’acceptait, parce qu’il m’avait permis de faire sa connaissance…

-Ran-chan, je ne pensais pas que Rei viendrait ici! Je suis désolé pour ça…

Même si être en présence des deux personnes les plus importantes de ma vie en même temps était extraordinaire et tout à fait merveilleux pour moi quoique vraiment très étrange, je savais parfaitement que ni Rei ni Ran ne s’aimaient. En fait, je crois même qu’ils se détestaient et pas seulement par principe! Un démon et une chasseuse… ouch! Ça ne faisait pas bon ménage. Bien que je ne connaissais pas réellement la relation qu’ils entretenaient tous les deux, je savais qu’il ne s’appréciait pas. C’est pourquoi je me devais de m’excuser envers Ran. Je l’avais invité et à cause de moi, il était prit avec une chasseuse. Je me mordillai la lèvre, aillant soudainement beaucoup de remord à l’avoir invité. Ha lala! Aujourd’hui, tout allait mal! Vraiment, rien n’allait comme je le voulais! Même que j’avais tellement passé de temps à me demander si c’était correct d’appeler Ran en plein journée que j’avais manqué de temps pour passer au Skyline! Oui, définitivement, tout allait mal!
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Ven 1 Fév - 21:41

J’étais tout à mes pensées, le regard toujours fixé sur mon amant, quand des bruits de pas résonnèrent. Inutile de préciser que j’étais toujours alerte, je faisais toujours attention à ce qui se passait autour de moi, surtout lorsque j’étais à l’extérieur. Les pas se faisaient visiblement discret, alors je ne bougeai pas, mais ils s’approchaient de nous, et Rui n’eut pas l’air d’entendre quoi que ce soit. Je reconnus rapidement la démarche, que j’avais entendue quelques fois, et de ce fait la personne à qui elle appartenait.
La jeune femme sauta sur Rui, passa les bras autour de son cou et lui ébouriffa les cheveux, je relevai lentement les yeux vers elle alors que Rui sursautait.

Je l’écoutai alors se plaindre de l’absence de Rui et rebaissai les yeux sur ce dernier pour voir sa réaction. Je ne comprenais pas cette fille, pas que cela m’intéresse réellement, mais pour le coup, si ça pouvait éviter à Rui de s’en vouloir ou d’être malheureux, j’étais preneur. Mais je connaissais en tout cas trop bien Rui pour savoir qu’il s’en voulait de leur manque de timing, alors que c’était probablement elle qui devrait se remettre en cause et accepter ce que Rui lui offrait, il faisait tout son possible pour elle, et elle s’en fichait… Je me mordis la lèvre, je n’aimais déjà pas beaucoup cette chasseuse.

Elle se recula finalement, l’entendant bouger je relevai les yeux et croisai son regard, un sourire se glissa sur mes lèvres, voilà une rencontre à laquelle elle ne s’attendait sûrement pas. Sa gaieté disparut, à mon plus grand bonheur, mais lorsqu’elle m’accusa de menacer Rui, je tiquais. Elle se disait chasseuse ? Elle avait pourtant encore quelques lacunes dans ce qui était des relations entre les anges et les démons… mais le sourire de Rui m’empêcha de faire la moindre remarque, pour le moment.
Il lui expliqua rapidement ce que je faisais là, présentement à ses côtés, avant de s’excuser d’avoir été indisponible pour elle cette fois, et s’incriminer encore une fois. Je le regardai alors de nouveau, connaissant ce ton, et connaissant le regard que je découvris. Je l’avais trop vu, mais il ne m’avait jamais fait aussi mal qu’aujourd’hui… peut-être parce qu’à l’époque où son épouse en était responsable, je savais que c’était terminé, alors que là, avec Rei, ça ne faisait que commencer, et que je n’étais sans doute pas totalement apte à lui remonter le moral. Non, c’était son rôle à elle de le soutenir quand il était dans cet état, et cette pimbêche se permettait de se plaindre de lui alors que pour une fois il avait essayé de se changer les idées.

Rui se tourna vers moi, et ne trouva rien de mieux à faire que de s’excuser de la présence de Rei. Je soupirai silencieusement, quoi il s’excusait pour ça ? Comme s’il était responsable de cette chasseuse… et puis quoi, pensait-il que je la craignais ? Elle, une humaine ? Je ne craignais personne, absolument personne.
Je me rapprochai doucement de Rui et remontai l’une de mes mains à son visage pour caresser sa joue tout en lui souriant. Je voulais le rassurer, il n’était pas utile qu’il s’inquiète de mes réactions, il s’inquiétait assez de celles de Rei.

- Franchement, t’excuse pas pour ça, ce n’est pas grave
, lui soufflai-je d’une voix tendre. Tu ne pouvais pas savoir qu’elle te chercherait.

Pour Rei, c’était peut-être une phrase anodine, mais je savais que ça réconforterait Rui de savoir qu’il n’était pas le seul à être surpris par le comportement de sa protégée aujourd’hui, ce n’était pas dans ses habitudes de chercher son ange gardien, il me le faisait comprendre quand il me parlait d’elle.
Je relevai la tête vers la demoiselle, mon sourire se faisant beaucoup moins tendre tout à coup. Mais pour la première fois, j’étais mitigé, j’avais envie de lui dire tout ce que je pensais d’elle, et en même temps je savais que si je me braquais contre elle, cela ferait souffrir Rui… mais heureusement, j’étais un démon, et j’avais une longue vie derrière moi, alors l’hypocrisie n’avait plus aucun secret pour moi. C’est donc avec une voix mielleuse, bien que loin de déborder d’une réelle douceur, que je m’adressai à la jeune femme.

- Et ne t’en fais pas, Rei-san, près de moi Rui n’a absolument rien à craindre… ni de moi, ni de personne d’autre.

J’espérais bien lui faire comprendre que je n’admettais pas que quiconque puisse le blesser, même si bien sûr elle était loin d’imaginer que son comportement égoïste puisse blesser Rui, mais ça ne la déculpabilisait pas à mes yeux, pas pour le moment… mais si elle réussissait à comprendre ce que Rui éprouvait pour elle, et qu’elle ajustait son comportement en conséquence, elle pourrait peut-être remonter dans mon estime… en tant qu’humaine, c’était tout ce à quoi elle pourrait prétendre.
Je soupirai, de nouveau, mais ne le cachant pas cette fois, et je glissai ma main le long du cou de Rui avant de poser mon bras sur le dossier du banc.

- Cela dit, pour une chasseuse, tu as l’air d’avoir quelques lacunes, encore… sache que si je menaçais Rui, nous ne serions pas tranquillement assis sur un banc…

A savoir si ses lacunes venaient de ses connaissances de chasseuse, ou bien de celles des relations amoureuses.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Mar 5 Fév - 9:58

    Rui avait un sourire sur son visage que je ne comprenais pas totalement… je ne le comprenais pas du tout, en fait. Il avait ce… ce sourire béat, sur le visage et je n’étais pas certaine si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Oui, parce que, s’il souriait, c’était que Shibata ne le menaçait… aucunement, visiblement, mais s’il ne le menaçait pas, alors qu’est-ce qu’il faisait là, avec lui ?

    « Ma jolie Rei, Ranmaru ne me menace pas, pas du tout même! C’est moi qui l’ai invité! Ne t’inquiète pas pour moi! Et puis… je suis désolé. Je ne savais pas que tu me cherchais… je pensais que tu serais mieux si je te laissais un peu tranquille… j’ai conscience d’être trop collant pour toi et je ne veux pas t’embêter. Jamais… »

    Je soupirai… il essayait tellement de faire tout comme il faut. De ne pas faire la moindre erreur… Il essayait tellement fort… J’avais la constante impression d’être trop cruelle envers lui, trop dure… Mais c’était dans ma nature, j’étais comme ça avec tout le monde, enfin, presque… Son sourire s’était définitivement estompé. Il avait maintenant cette expression sur le visage, que je ne connaissais que trop bien. La première fois que je l’ai vue, à l’hôpital. Quand il était venu m’annoncer qu’il était mon ange gardien… quand je lui ai dis que je lui en voulais… il avait eu cette expression. Quand je lui avais dit qu’il était un peu collant, aussi. Bref, quand il a cette expression, c’est toujours de ma faute et parce qu’il trouve le moyen de me faire sentir coupable, ça me met en rogne.

    J’avais compris, avec le temps, que Rui ne pouvait pas me protéger et protéger ma sœur. Mais dans ma tête, c’est elle qu’il aurait dû choisir de protéger dès le départ. Dans ma tête, pour me protéger il aurait dû la sauver.

    Puis j’avais appris à le connaître et j’avais oublié que je lui en voulais, pendant quelques temps, avant de finir par ne plus lui en vouloir du tout, sans tout à fait lui pardonner de m’avoir caché qu’il existait pendant 18 ans, me laissant seule face à moi-même.

    Pour le lui avoir reproché trop souvent, je connaissais cette expression, qu’il avait sur son visage… Puis il se retourna vers Shibata et cette expression se transforma en un sourire, presque tendre. Je plissais les yeux, ne comprenant rien du tout… Il était évident que le démon avait quelque chose de louche, il devait avoir une idée derrière la tête et Rui, dans son grand esprit d’enfant naïf et avec son âme angélique, il le laissait faire, sans même s’en rendre compte… Il s’était d’ailleurs retourné vers Ranmaru…

    « Ran-chan, je ne pensais pas que Rei viendrait ici! Je suis désolé pour ça… »

    Je faillis m’étouffer avec ma salive. C’était quoi ça ?? Shibata, d’ailleurs, lui répondit avec une voix tendre, presque mielleuse et là, j’étais perdu. Je n’arrivais aucunement à accepter qu’il se connaisse et encore moins que la relation qu’ils entretenaient soit d’une quelconque manière positive… Enfin, je savais que Rui était naïf et que franchement, il avait un trop grand cœur, mais Shibata Ranmaru ? Vraiment ? Cet hypocrite ? Que tramait-il, exactement ?

    « Et ne t’en fais pas, Rei-san, près de moi Rui n’a absolument rien à craindre… ni de moi, ni de personne d’autre.»

    Dit Shibata, en s’adressant à moi. Avais-je dis qu’il était hypocrite ? Comme à peu près tout ceux de son espèce… Si Rui devait craindre quelqu’un c’était… euhm… tout le monde, parce qu’il était pacifique, mais enfin, ce que je voulais dire, c’était qu’il était absolument hors de question que je fasse confiance à ce démon quant à la protection de mon ange gardien. Enfin, pas que je comptais le protéger…. Mais euh… ‘fin bref, il ne toucherait pas à un cheveux de Rui. Pas un. Si ce n’était pas déjà fais, parce que franchement, plus je les regardais et plus la lueur que je voyais dans les yeux de Rui, lorsqu’il regardait le démon me faisait penser à celle que j’avais dans les yeux quand je regardais Suzu. Doute confirmé, lorsque Ranmaru glissa sa main dans la cou de Rui, avant d’accoté son bras sur le banc.

    « Cela dit, pour une chasseuse, tu as l’air d’avoir quelques lacunes, encore… sache que si je menaçais Rui, nous ne serions pas tranquillement assis sur un banc… »

    Je soupirai, bruyamment.

    « Je t’ai parlé ? »

    Dis-je à Ranmaru, en évitant de jouer l’hypocrite, comme lui. Je me retournai vers Rui, mon regard se faisant moins dure.

    « Rui, tu veux bien m’expliquer ? J’ai peur de pas tout comprendre… »

    En fait, je comprenais parfaitement et je détestais comprendre ce que je comprenais… il s’alliait à des démons ? Je savais. Je savais qu’il faisait semblant avec moi. Parce qu’il n’avait pas le choix, il était mon ange gardien… parce que c’était son job. Il maitrisait aussi bien l’hypocrisie que tous les autres, au fond. Mais je refusais toujours d’y croire, pas après que j’ai appris à lui faire confiance. Je me retournai donc vers le démon, pour lui dire ma façon de penser, je suppose…

    « Shibata, qu’est-ce que tu fais ? C’est quoi, tout ça ? Quels idées tu lui as mit dans le tête, au juste, hm ? »

    Je pris le poignet de Rui, pour qu’il se lève.

    «Rui, vient, on devrait partir… tu ne devrais pas rester proche de quelqu’un comme lui… »

    Pourquoi est-ce que Rui trouvait toujours le moyen de s’approcher des mauvaises personnes ? Incluant moi, évidemment…


Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Jeu 7 Fév - 2:46

Rei ne semblait pas du tout du tout apprécier le fait que Ran soit là. Elle ne semblait pas comprendre que Ran-chan ne me voulait absolument aucun mal. Ou plutôt… elle ne voulait pas le comprendre! Elle me demanda ce qui se passait. Ce qui se passait? Elle n’avait qu’à regarder et elle le verrait! Ce qui se passait, c’était tout simplement que j’avais eu envie de passer du temps avec l’une des personnes les plus importantes pour moi. C’est tout. Puis, elle accusa Ranmaru de me mettre des idées dans la tête, de me manipuler.

C’est vrai que j’étais incroyablement naïf en amour, mais tout de même! Ran n’était pas mon amoureux. C’était mon amant, mon démon à moi, l’homme sur qui je pouvais compter, à qui je pouvais tout dire. Pas mon amoureux. Si je lui vouais toute ma confiance, il y avait une raison! J’étais juste triste que Rei ne comprenne pas ça. Elle me prit alors par le poignet, comme pour me trainer quelque part.

«Rui, vient, on devrait partir… tu ne devrais pas rester proche de quelqu’un comme lui… »

Quelqu’un comme lui?! Comment il était mon Ran-chan-chéri?! Je fis la moue et prit le poignet de Ranmaru. Si on allait quelque part, il venait aussi! Je ne le laisserais pas derrière! J’avais trop besoin de lui pour l’abandonner comme ça! Mais en même temps… Si ma jolie demoiselle voulait aller ailleurs, soit! Je ne voulais pas non plus lui faire de peine, à elle! Elle, je l’aimait. Je n’avais pas le droit, mais je l’aimais quand même. Je ne pouvais pas la décevoir. Mais comment arriver à contenter ma jolie Rei tout en gardant ma source de réconfort et de chaleur qu’était mon gentil démon près de moi? Ça allait être difficile, mais j’allais y arriver! Pour le bien de ma santé mentale!

-Ma jolie Rei, je veux bien partir, mais si on s’en va… alors Ran-chan vient avec nous, ne!

Fis-je en lançant un sourire tendre à Ran tout en raffermissant ma prise sur son poignet. Pas question que je le laisse là. Je ne pouvais pas lui dire ouvertement devant Rei, mais je voulais qu’il reste avec moi, aujourd’hui. Dans un autre sens… Rei m’en voulait déjà assez comme ça. Ha ce que c’est difficile! Pourquoi les deux personnes les plus importantes pour moi sont des ennemies jurées?! Harg!

-Tu sais, Rei, je t’adore. Je t’aime de tout mon cœur et je serrai là, à toute heure du jour ou de la nuit, si tu as besoin de moi. Je serai là. S’il t’arrivait quelque chose, je ne m’en remettrais jamais. Je ferais absolument n’importe quoi, pour toi! Mais… c’est la même chose pour Ran! Je l’aime de tout mon cœur, bien que d’une façon différente, et je n’y survivrais pas, s’il lui arrivait quelque chose! Si vous voulez vous entretuer, je me mettrai entre les deux! Je vous aime tous les deux! Je sais du plus profond de mon cœur qu’il ne me ferra jamais aucun mal! Il ne me blessera jamais! Ne t’inquiète plus pour ça.

Je me rapprochai de Ran sur le banc et me callai contre son torse avant de tirer sur mon poignet pour que Rei s’assoit près de nous. Je voulais tellement qu’ils s’apprécient, qu’ils s’entendent! Pourquoi était-ce si difficile d’aimer deux personnes qui pourraient s’entendre et s’apprécier?! Je m’imaginais déjà, avec Ran et Rei, rirant… non. Rei ne riait pas avec moi. C’est vrai qu’avant d’essayer de la convaincre d’aimer Ran, je devrais peut-être lui faire oublier le fait que sa jumelle était morte et que je n’avais rien put faire. Je devrais peut-être premièrement essayer d’avoir une place dans son cœur.

Je caressai la peau du poignet de Ran que je tenais toujours. Juste sentir sa peau sous mes doigts m’aidait un peu à me calmer. Quand je commençais à penser que ma jolie petite Rei me détestait, j’en avais toujours les larmes aux yeux. Mais je ne voulais surtout pas montrer mes faiblesses à ma protégée! Alors Ran était toujours la solution miracle. Il arrivait toujours à me calmer, même en ne faisant rien de particulier, juste en étant là. Cette pensée me rassura et un petit sourire réapparut sur mes lèvres. Il était la solution miracle. Il était mon miracle!

Après y avoir bien pensé, c’était la personne que je connaissais depuis le plus longtemps. Il était la seule personne à me connaitre autant. C’était la seule personne devant qui je n’avais pas honte et que je pouvais me dévoiler complètement. Oui, il était mon miracle et même si la femme que j’aimais et que je protégeais ne l’aimait pas, je ne lâcherais pas l’affaire si facilement. Non. Je ne le laisserais certainement pas.

-Vous feriez mieux de vous entendre, vous deux, parce que je ne vous lâcherai pas! Ni un ni l’autre!

Oui, j’étais déterminé, cette fois! Naïf, mais déterminé! Pfff qu’ils allaient s’entendre! Si je le disais, c’est que c’était vrai! Ou tout du moins… que je le pensais et que je l’espérais très très fort… Je souris, heureux de ma conclusion. S’il le fallait, je les enfermerais dans une pièce que tous les deux! Ils devraient bien faire la paix un jour! Ha… Rei était une chasseuse… et Ran un démon sanguinaire tuant sans remord… Mauvaise idée, au finale. L’idée qu’ils s’entretuent comme ça me rendit un peu moins certain de mon idée de base, d’un coup!
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Lun 11 Fév - 21:51

La réaction de la chasseuse à ma remarque ne se fit pas attendre et j’accusai son « Je t’ai parlé ? » avec aisance et un brin de dédain. C’était certain que si l’un de nous deux prenait sur lui pour essayer de calmer le jeu en présence de Rui, ce ne serait pas elle.

« Rui, tu veux bien m’expliquer ? J’ai peur de pas tout comprendre… »

Je me mordis la lèvre pour réprimer mon sourire. Oh que si elle comprenait, c’était évident, mais bien sûr elle comprenait de travers, comme n’importe qui nous trouvant gentiment l’un près de l’autre… Cette humaine était aussi bécasse que les autres. Et les questions continuèrent, et mon sourire resta sur mes lèvres, subtil, mais bien présent. Quelles idées j’avais mis dans la tête de Rui ? Si seulement elle pouvait comprendre, mais c’était au-dessus de ce qu’elle pouvait imaginer. Une misérable humaine pouvait-elle comprendre un lien qui dépassait les siècles ?
Elle attrapa finalement Rui par le poignet en lui disant qu’il devait s’éloigner de « quelqu’un comme moi », mais je ne bougeai pas, ne m’inquiétai pas, ne bronchai pas, je savais que Rui ne se laisserait pas emmener loin de moi, pas même pas Rei.
En revanche, je ne m’attendais pas à ce que Rui prenne mon poignet pour signifier à sa protéger qu’il ne partirait pas sans moi.

- Ma jolie Rei, je veux bien partir, mais si on s’en va… alors Ran-chan vient avec nous, ne !

Il me sourit et ses doigts se resserrèrent sur ma peau, j’espérais qu’ainsi sa demoiselle comprendre que je n’y étais pour rien dans son comportement, ou du moins que je ne le forçais en aucune façon, parce qu’évidemment j’en étais tout de même à l’origine.
Rui s’adressa de nouveau à sa protégée pour lui expliquer clairement ce qu’il ressentait pour moi, et pour elle, même si je n’étais pas sûr qu’elle les entende de la façon dont il les disait, j’espérais au moins qu’elle ne douterait pas de lui. Cependant, je sentis mon cœur de démon battre plus vite en l’entendant dire qu’il m’aimait, j’avais juste besoin de savoir que j’avais une place dans son cœur pour être « heureux » de mon sort, nous n’avions pas à nous aimer d’amour, nous étions au-dessus de ça… moi, en tout cas, je l’étais, et les amours romantiques étaient inimaginables pour moi, pas pour Rui.

Il se rapprocha de moi, et lorsqu’il s’appuya contre mon torse je posai nonchalamment mon bras sur ses épaules, il attira Rei sur le banc. Un instant le spectacle que nous offrions me vint en tête… une chasseuse, un ange et un démon assis sur un banc… ça ressemblait plus au début d’une bonne’ blague, qu’à une situation réelle. Je savais pertinemment que Rui était le seul ange avec qui je pouvais rester sage, et Rei… je ne la supportais que parce que Rui tenait à elle et qu’il m’était impossible de blesser Rui.

- Vous feriez mieux de vous entendre, vous deux, parce que je ne vous lâcherai pas ! Ni l’un ni l’autre !

Je détournai doucement les yeux, je n’étais pas surpris par ce qu’il disait, mais si j’acceptais de la supporter, ça ne voulait pas dire non plus que j’allais m’entendre avec elle… si ça lui donnait l’idée de nous faire nous voir plus souvent, j’allais bien me garder de lui faire croire que je pouvais apprécier sa pimbêche. Je pouvais au moins lui assurer que je ne la tuerais pas, c’était bien, non ?
Et puis n’était-ce pas plus simple de ne pas nous voir en même temps, il était immortel, il avait tout le temps pour nous voir, ou en tout cas pour me voir. Je regardai de nouveau mon ange et montai ma main dans ses cheveux pour les caresser.

- Nous entendre ? Ça risque d’être difficile… et là, ce n’est pas vraiment le jour.

Il gronda dans ma tête. Je déposai un baiser sur sa tempe puis retirai mon poignet de sa main avant de me relever. J’avais enduré les humains qui peuplaient l’entreprise où je travaillais toute la matinée, avec plus ou moins de facilité, mais cette chasseuse qui blessait impunément mon ange, c’était plus fort que moi. Et encore, je n’avais pas envie de la tuer, juste de la secouer pour qu’elle se rende compte quelle créature merveilleuse veillait sur elle.
Je coulai un regard vers Rei. J’aurais voulu dire à Rui que je ferai de mon mieux pour supporter sa protéger s’il le désirait vraiment, mais je voyais dans les yeux de cette fille que, quoi que je dise, elle dirait que c’était de l’hypocrisie, ou que je faisais ça pour manipuler Rui. Pour tout autre chose, je ne me serais pas coupé la langue, mais je refusais qu’elle puisse avilir mes intentions envers mon bel ange, cela pourrait mal tourner si elle le faisait.

- Je ferais mieux de partir, mon ange, repris-je en le regardant. Si elle ne souhaite pas rester au même endroit que moi, je préfère être le premier à filer, je crois que je n’arriverai pas à la regarder t’enlever.

Pas cette fois, pas avec les intentions qu’elle avait… Plus tard peut-être, dans quelques mois, quand elle cesserait de disposer de Rui comme s’il était à son service. C’était peut-être un ange gardien, mais il était toujours supérieur à elle, de bien des manières, alors je ne supportais pas qu’elle le traite comme elle le faisait.
Je lui adressai néanmoins un sourire mi-tendre, mi-carnassier. Je ne voulais pas qu’il s’en fasse, et puis il serait sûrement heureux de passer du temps avec sa protégée pour une fois qu’elle le souhaitait.


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Lun 4 Mar - 4:01

C'était étrange la façon dont Rui semblait être attaché à Shibata et la façon dont celui-ci semblait sincère l'était encore plus. Il jouait si bien la comédie ? À quoi bon faire tomber quelqu'un comme Rui ? Il était comme un enfant, qui pouvait faire du mal à un enfant à part un m-.... Ah ouais voilà. C'était pour ça. Un démon. Un monstre. Quelle différence ? Je ne connaissais pas le passé de Rui, il ne m'en parlait pas. Probablement parce que je ne lui montrais pas assez que je tenais un peu à lui. Un peu. Peut-être. Bref, je ne connaissais pas vraiment le passé de Rui, mais je savais que dans son cœur il était resté un peu comme un enfant et si Shibata comptait lui enlever ça, lui ruiner cette innocence qui me paraissait si exaspérante parfois, eh bien je n'allais pas le laisser faire. Cette innocence exaspérante était ce qui faisait que Rui était Rui et je ne voulais pas qu'il soit autrement. Je suppose que je suis égoïste... Mais je ne voulais pas qu'il change. Que Shibata l'emmène vers le fond, qu'il lui brise le cœur. Alors je lui avais prit la main, pour partir. Je ne voulais pas rester près de Ranmaru, juste le fait d'être à proximité m'énervait, alors qu'en plus il essaie de corrompre Rui à coup de sourire charmeur et de câlin et autres marques d'affections... je n'aimais pas ça, je détestais ça.

« Ma jolie Rei, je veux bien partir, mais si on s’en va… alors Ran-chan vient avec nous, ne! »

Je me retournai vers Rui, un air d'incompréhension sur le visage. Alors c'était si pire que ça... Je fermais les yeux et soupirai en laissant tomber ma tête vers l'arrière. Voilà l'enfant qui faisait son caprice. Moi qui voulait partir et maman qui voulait rester un peu plus longtemps prendre son café...

Rui avait prit le poignet de Shibata et lui souriait... avec... t... tendresse. Bouaaah ce mot me donnait des frissons dans le dos. Surtout quand cette t... tendresse s'adressait à Shibata.

« Tu sais, Rei, je t’adore. Je t’aime de tout mon cœur et je serrai là, à toute heure du jour ou de la nuit, si tu as besoin de moi. Je serai là. S’il t’arrivait quelque chose, je ne m’en remettrais jamais. Je ferais absolument n’importe quoi, pour toi! Mais… c’est la même chose pour Ran! Je l’aime de tout mon cœur, bien que d’une façon différente, et je n’y survivrais pas, s’il lui arrivait quelque chose! Si vous voulez vous entretuer, je me mettrai entre les deux! Je vous aime tous les deux! Je sais du plus profond de mon cœur qu’il ne me ferra jamais aucun mal! Il ne me blessera jamais! Ne t’inquiète plus pour ça. »

... Il était donc si naïf ?? Je refusais de croire que Shibata serait bon envers lui. De toute manière, Shibata était-il simplement bon. Mais de toute manière, que voulait-il dire, par le fait qu'il m'aimait de tout son cœur, Rui ? Parce qu'il était mon ange gardien, oui, ça devait être ça... Pourtant, plus ça allait, plus j'oubliais qu'il ne faisait que son job, que je ne comptais probablement pas vraiment pour lui, mais ce n'était pas grave, j'avais apprit à faire semblant avec lui... je suppose. Bah, je faisais surtout semblant de ne pas l'aimer, n'est-ce pas ? Mais je n'arrivais pas à comprendre cet attachement qu'il avait pour ce démon. Qu'avait-il de si bien ? Il était hypocrite et pas net du tout... bref, il était la parfait incarnation du mal alors que Rui était celle du bien. Enfin, oui, je sais, ils sont ange & démon, mais je connaissais un démon qui était plus angélique que beaucoup d'ange et un ange qui était plus démoniaque que certains démons...

Rui s'assit près de Shibata et m'attira pour que je m’asseye aussi. Okay. Cette situation était... vraiment... étrange. Vraiment... pas crédible.

« Vous feriez mieux de vous entendre, vous deux, parce que je ne vous lâcherai pas! Ni un ni l’autre! »

Je faillis éclater de rire ! Je soupirai, à la place. Il était impossible que je m'entende bien avec Shibata Ranmaru un jour. Mais Rui y tenait. Allais-je faire des efforts ? Pas vraiment non, mais j'allais peut-être y réfléchir. Peut-être. Oui enfin, Rui avait ces trémolos dans la voix qui ferait flancher n'importe qui. Enfin. Presque. Comme je disais, un enfant, ce mec... trop sensible, ça le mènerait à sa perte... mais ça faisait partit de lui et comme je disais, je ne tenais pas particulièrement à ce qu'il change. Qu'il s'endurcisse un peu, peut-être. Bref, je regardais surtout Rui, avec une lueur septique dans les yeux. Je pouvais lui promettre de ne pas essayer de le trucider, simuler quelques sourires, peut-être, avec de gros, très gros efforts...

« Nous entendre ? Ça risque d’être difficile… et là, ce n’est pas vraiment le jour. »

Pour une fois que j'étais d'accord avec son chien de poche...

« Je suis rarement d'accord avec Shibata, enfin, jamais, dans les faits, mais cette fois je dois avouer qu'il a raison, Rui, les chances sont minces, voir inexistantes, pour qu'un jour je m'entende avec... lui.? »

Ensuite, Shibata exprima le désir de partir. Sauf que je vis le regard de Rui et encore une fois, je cédai. Je m'étais permis de faire souffrir Rui pendant un bon moment. Tout simplement parce que je suppose que la vengeance était ma spécialité que je voulais lui rendre la souffrance qu'il m'avait donné. J'ignorais si je le faisais souffrir encore, il était certain que je n'étais pas toujours agréable avec lui, mais ce n'était plus mon but.

Bref, les mots que Shibata avait dit était tendre, gentil. Il l'avait appelé ''mon ange'' aussi. Je comprenais de plus en plus que leur relation était plus qu'amicale... et ça me faisait d'autant plus peur. Ça allait blesser Rui. J'en étais certaine... Mais je détestais surtout à quel point il était sincère lorsqu'il avait dit qu'il ne supporterait pas de me voir l'enlever. Mais il savait jouer la comédie. Je suppose. Je refusais de croire que c'était vrai.

Je regardai Shibata, comme s'il était le dernier des idiots.

« Tu n'avais pas compris la part où il disait qu'il voulait qu'on soit là tout les deux ou tu fais exprès ?? »


Même moi ça me coûtait de le dire... mais Rui y tenait et je ne supporterais pas ses puppy eyes à nouveau. Des efforts, toujours des efforts... ah c'était si fatiguant...

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuki Rui
Guardian angel † Taboo

avatar



Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Ven 8 Mar - 4:36

Ran avait détourné les yeux lorsque j’avais dit qu’il valait mieux pour eux qu’ils s’entendent. Je ne le lâchais pas des yeux. Je voulais tellement qu’ils s’entendent! Et pourtant, je savais parfaitement que ça serait trop beau pour être vrai. Dans tous les cas, ça s’annonçait de toute façon très difficile.

Il reposa son regard sur moi et passa sa main dans mes cheveux. Je fermai les yeux pour apprécier la caresse pour les ouvrir juste après, écoutant ce qu’il avait à dire.

- Nous entendre ? Ça risque d’être difficile… et là, ce n’est pas vraiment le jour.

Fit-il avant de m’embrasser la tempe. Il se dégagea de ma poigne pour ensuite regarder Rei. Je ne voulais pas voir le regard qu’il lui lançait, je ne voulais pas me déchirer le cœur. Je voulais me voiler la face encore un petit peu et faire comme s’il la supportait encore un moment. Je regardai au loin, ne voulant pas voir les deux êtres les plus importants pour moi se tuer du regard.

« Je suis rarement d'accord avec Shibata, enfin, jamais, dans les faits, mais cette fois je dois avouer qu'il a raison, Rui, les chances sont minces, voir inexistantes, pour qu'un jour je m'entende avec... lui.? »

À ces paroles, mon cœur se déchira. Je pinçai les lèvres pour ne pas laisser mon cœur s’exprimer, pour ne pas réagir, pour ne pas montrer que ses mots me blessaient. Pourquoi ce ton pour désigner mon démon-d’amour? Pourquoi ma belle Rei ne pouvait pas voir à quel point Ran était sincère? Pourquoi est-ce qu’elle me montrait son dégout envers lui? Ne voyait-elle pas que ça me blessait? Ou le faisait-elle dans ce but? Elle me détestait toujours… pour me blesser ainsi, elle me détestait. À cette pensée, les larmes me montèrent aux yeux et ma respiration s’accéléra. Je gardai mon regard au loin, essayant de cacher mes réactions.

- Je ferais mieux de partir, mon ange, déclara Ran en me regardant. Si elle ne souhaite pas rester au même endroit que moi, je préfère être le premier à filer, je crois que je n’arriverai pas à la regarder t’enlever.

Je le regardai alors, lui lançant un signale de détresse involontaire. Mes yeux lui disaient trop de choses, des choses que j’aurais préféré lui cacher. S’il voulait partir, je devais le laisser aller. Tant qu’il revenait! Tant qu’il me revenait! Mon démon-préféré…! Il me sourit tout de même, sourire qui apaisa mon cœur encore et toujours blessé.

« Tu n'avais pas compris la part où il disait qu'il voulait qu'on soit là tout les deux ou tu fais exprès ??»

Je lançai un regard surpris à Rei. Elle voulait qu’il reste? Impossible! Ça, c’était… soit mon imagination qui me jouait des tours - très mauvais en passant-, soit elle était tombée sur la tête. Elle était tombée sur la tête…?! Elle… elle s’était blessée!? C’était peut-être pour ça qu’elle me cherchait! Ça aurait bien plus de sens! Je m’approchai d’elle et la serrai contre moi, d’un coup, comme ça.

-Je suis tellement désolé, ma jolie Rei! Où tu t’es cognée? Ça va? Ho la la!

Je lâchai Rei et lui fis signe de m’attendre quelques minutes. Je me dirigeai vers Ran et le regardai, inquiet.

-Je suis désolé mon cœur, mais je crois que Rei ne va vraiment vraiment pas bien! Je… je crois que je devrais l’emmener à l’hôpital! Je suis tellement désolé! J’aurais vraiment aimé rester avec toi plus longtemps… Mais… je crois pas que tu aimes vraiment aller à l’hosto! Gomen!

Je passai mes bras autour de sa taille et le serrai contre moi. J’avais besoin d’un câlin de la part de mon amant, le seul à pouvoir me calmer dans un moment pareil. Et dire que je n’avais même pas vue que ma jolie Rei s’était blessée…! J’enfouie mon visage dans son cou, mon cœur se serrant. Je ne voulais pas qu’il s’en aille! Mais ma demoiselle…! Je posai un doux baiser au creux de son cou et glisser ma bouche près de son oreille.

-Je suis désolé… Je t’ai invité et tu repars si rapidement… Gomen! C’est ma faute. J’aurais pas dut te déranger, au départ! Je t’ai dérangé… en plus, toi qui la déteste, t’as dut voir Rei… je ne suis pas un bon amant, ne…! Merci de toujours rester près de moi, même si je suis… comme je suis. Gomen ne! Et puis… tu peux t’en aller si tu veux! Je ne te retiens pas! Je sais que tu ne l’aimes pas! Tant que tu reviens un jour…

Je soupirai fortement et lui embrassai la tempe. Je le serrai plus fort puis desserrai mon étreinte pour m’éloigner à regret. Je lui souris tendrement, même je me sentais incroyablement mal de les avoir mis tous les deux dans cette situation. Je me sentais coupable, aussi! Mon démon de mon cœur qui devait supporter ma lady, ma lady qui s’était peut-être –après avoir prit du recule surement pas- cognée la tête et qui me cherchait. Non seulement je n’avais pas été là pour elle, mais en plus, j’avais fait perdre du temps à mon Ran, celui qui me faisait toujours oublier mes malheurs. Pourquoi devais-je toujours être un fardeau? ‘Fallait pas se demander pourquoi mon ex-femme s’était sauvée en courant! Je l’avais trouvé, la réponse! Même Ran, voulait partir… Que ferais-je si même lui me détestait?

Je fis un peu de ménage dans ma tête pour me faire penser à autre chose. Si j’y pensais encore ne serais-ce qu’une seconde de plus, je fondrais en larme. Je me tournai vers Rei et lui souris, sourire forcée mais qui parait naturel pour n’importe qui ne s’appelant pas Shibata Ranmaru.

-Désolé pour le câlin! Et puis… héhé! Je suppose que tu ne t’es pas cognée la tête, après tout! J’ai été un peu trop surpris, en fait! Héhé! Gomen! Et puis… je suis désolé si tu me cherchais! Pour ce qui est de Ran-chan, s’il veut partir, alors c’est pas grave… On se verra plus tard!

Je me tournai de nouveau vers Ran avec un regard suppliant. Je voulais qu’il me dise que j’avais raison et qu’il ne m’abandonnerait pas, qu’on se verrait tout simplement plus tard! En plus, si je le retenais, si je le forçais à rester, qui me dit qu’il ne s’évanouirait pas dans la nature sans plus jamais revenir, après ça? Mes pensées étaient de nouveau noires et confuses, ce que je tentais d’éviter lorsque j’étais avec Rei et ce que Ran arrivait à effacer lorsque j’étais seul avec lui. Le mélange Rei-Ran était alors… totalement inverse à leur effet individuel! Humm… Peut-être que finalement, c’était une mauvaise idée pour moi, qu’ils s’entendent!
Revenir en haut Aller en bas
 
Shibata Ranmaru
Devil † Walker

avatar


Emploi : Idole à la Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Sam 9 Mar - 17:33

La gamine fut évidemment d’accord avec moi quand je fis remarquer à mon ange qu’il serait difficile pour nous de nous entendre, c’est pourquoi je fus surpris lorsqu’elle assena son :

« Tu n'avais pas compris la part où il disait qu'il voulait qu'on soit là tous les deux ou tu fais exprès ?? »

Non mais elle était idiote ou quoi ? Ne croyait-elle pas qu’il était plus sage de ménager Rui plutôt que de lui mettre sous les yeux la haine que nous éprouvions l’un envers l’autre ? Non, bien sûr qu’elle ne comprenait pas, c’était une humaine, c’était une idiote. Rui tenait à nous, et il voulait que l’on s’entende, alors à défaut de pouvoir lui offrir cela, je ne voulais pas non plus jouer les hypocrites, pas devant lui. Il était le seul avec qui j’étais honnête, c’était plus fort que moi je ne voulais pas lui mentir comme ça, or mon ressentiment flagrant le blesserait, et ça non plus je ne le supporterais pas.
Et puis quoi ? Elle voulait me faire croire qu’elle souhaitait réellement que je reste ? Oh non, ça m’étonnerait qu’elle le souhaite, c’est juste qu’elle n’était même pas capable de réfléchir deux secondes à ce que pouvait réellement ressentir son ange gardien. Bien sûr, j’aurais voulu faire plaisir à mon ange, mais pas si c’était du vent, pas au prix d’une future souffrance qu’il tenterait de cacher, en vain forcément car je lisais en lui comme dans un livre.

Rui fut aussi surpris que moi de la réaction de sa protégée, et il s’approcha vivement d’elle pour la prendre dans ses bras. Je détournai les yeux, me sentant mal.

- Je suis tellement désolé, ma jolie Rei ! Où tu t’es cognée ? Ça va ? Ho la la !

Je soufflai. N’était-il pas un peu excessif ? Si elle était blessée elle le lui aurait dit, et plutôt deux fois qu’une en l’accusant de ne pas avoir été là pour la protéger, n’est-ce pas ! Rui revint finalement vers moi, et je soutins son regard en restant le plus impassible possible. Bon d’accord, je n’étais peut-être pas toujours totalement honnête avec lui, mais je l’étais pour peu que cela lui soit bénéfique, c’était déjà ça.

- Je suis désolé mon cœur, mais je crois que Rei ne va vraiment vraiment pas bien ! Je… je crois que je devrais l’emmener à l’hôpital ! Je suis tellement désolé ! J’aurais vraiment aimé rester avec toi plus longtemps… Mais… je crois pas que tu aimes vraiment aller à l’hosto ! Gomen !

Quand il me serra contre lui, je voulus m’accrocher, mais je me retins. J’aurais voulu le secouer pour lui faire comprendre qu’il n’avait pas tant à s’inquiéter pour elle, elle allait très bien, elle voulait juste faire bonne figure en "acceptant" que je reste, peut-être même essayer de prouver qu’elle était meilleure que moi. Quelle idiote, si c’était ça alors ça ne servait à rien d’essayer de le prouver puisque c’était évident, j’étais un démon, non ? J’étais la pire créature qui puisse exister. Et je crois que si elle n’avait pas été là, à cet instant, j’aurais essayé de calmer Rui pour qu’il voie qu’il pouvait rester avec moi, qu’il n’avait pas besoin de se hâter pour elle alors qu’il n’y avait pas de raison pour ça. Mais je pouvais pas le faire devant elle, je voulais pas qu’elle se rende compte de cette faiblesse qu’il y avait en moi.

Je frissonnai en sentant ses lèvres sur ma peau puis son souffle contre mon oreille. Il s’excusa de m’avoir fait venir et du fait que j’aie vu Rei. Je levai les yeux au ciel tant qu’il ne pouvait pas le voir. J’avais quatre siècles d’existence derrière moi, dont beaucoup trop d’années passées à obéir à des bourreaux, à être torturé en enfer… passer dix minutes en présence de cette gamine n’allait tout de même pas me tuer, ni me rendre plus fou que je l’étais. En revanche, ce qui pouvait le faire, c’était ça :

- Et puis… tu peux t’en aller si tu veux ! Je ne te retiens pas ! Je sais que tu ne l’aimes pas ! Tant que tu reviens un jour…

Je me pétrifiai, Rui embrassa ma tempe, me serra plus fort puis me lâcha. Je sentis mon cœur inerte s’écraser douloureusement sur lui-même alors qu’une voix éclatait bruyamment de rire dans ma tête.

- Évidemment qu’il ne te retient pas, il est avec sa petite chasseuse là, alors son substitut est inutile !

Je serrai les mâchoires en regardant mon ange s’approcher de l’humaine. Non, non, je n’étais pas qu’un substitut pour lui, c’était plus complexe que ça, et puis qu’est-ce que ça pouvait me faire ? Je ne l’aimais pas, moi non plus, enfin pas de ce genre d’amour qu’il portait à Rei. J’étais plus évolué que ça… mais alors pourquoi est-ce que ça me tuait de le voir aussi près d’elle !?

Je n’écoutai que d’une oreille ce qu’il lui dit pour ne pas me sentir encore plus mal que je l’étais, néanmoins le rire dans ma tête reprit.

- Ce n’est pas grave si tu pars Ran… il est avec elle, il se fiche de toi.

Mes poings se serrèrent mais je dus me reprendre lorsque Rui se retourna vers moi, attendant que je lui réponde. Que voulait-il que je lui dise ? Que malgré tout je resterai près de lui ? Il voulait que je m’abaisse à ce genre de paroles devant elle ? Je n’en avais aucune envie, le monstre en moi voulait se manifester, lui lancer des paroles acides et tourner les talons, mais ce que je ressentais pour Rui était encore plus fort que ce monstre qui, au final, ne cherchait peut-être qu’à protéger mon esprit instable.

Un sourire se glissa sur mes lèvres puis un petit rire m’échappa. Il semblait avoir tellement peur que je le renvoie sur les roses, c’était à la fois vexant et flatteur. Il ne voulait pas que je disparaisse de sa vie, cela dit je pensais qu’il avait compris ce qu’il représentait pour moi, mais ce n’était apparemment pas le cas.

- Parce que tu penses que tu vas te débarrasser de moi aussi facilement ? répondis-je d’un ton léger.
- Depuis quand est-ce ton bonheur passe après celui d’un autre ?

Je secouai la tête. Mon « bonheur » passait par Rui en ce moment, s’il était malheureux, je n’aurais de cesse de poursuivre ceux qui lui auront enlevé son sourire… et pour le moment, la plus apte à le lui enlever était sa protégée, cette bécasse trop aveugle pour voir la perle qui veillait sur elle et qui donnerait tout pour elle. Mon sourire se fana quelque peu quand je la regardai.

- Quant à toi, morveuse, tenir à quelqu’un, ce n’est pas céder à ses moindres désirs, mais lui accorder ce qui est bon pour lui… c’est une leçon que tu devrais apprendre… et c’est con que ce soit un démon qui te la souffle.

Je ris de nouveau, d’un air plus hautain. Sûrement qu’elle ne comprendrait pas totalement pourquoi je lui disais ça, mais je lui expliquais autant pourquoi je partais, que je rappelais à Rui qu’être aux petits soins pour Rei ne lui était pas profitable, ni à elle ni à lui.

- Je te le confie pour l’instant, mais s’il lui arrive quoi que ce soit par ta faute, je te le ferai regretter.

Je perdis cette fois totalement mon sourire, je voulais qu’elle sache à quel point j’étais sérieux.

Spoiler:
 


Ne m’est-il pas plus salutaire d’oublier une vie qui m’a rendu fou ?
Mais une fois oubliée, comment savoir pourquoi je suis devenu fou ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Minami Rei
Human † Hunter

avatar


Emploi : Conçierge à la Hellsing

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: introducing
Mar 4 Juin - 14:45


Lorsque j’avais dit à Ran qu’il devait resté – enfin, je ne l’avais peut-être pas dit en ces mots, mais ça y ressemblait – il m’avait regardé comme si j’étais la dernière des folles, avec mépris. Bah oui, Rui voulait qu’il reste et que je reste alors j’allais rester et lui aussi ! Et tout les deux on allait agir en être civilisé. Point à la ligne… Je fus donc très surprise lorsque Rui s’approcha de moi comme si la fin du monde approchait dans la seconde et me serra contre lui.

Je suis tellement désolé, ma jolie Rei! Où tu t’es cognée? Ça va? Ho la la!

Je regardai ensuite Rui se diriger vers Ran et le prendre dans ses bras, s’excusant et lui parlant du fait que j’étais blessé ou un truc du genre alors que moi je le regardais comme si c’était lui qui était tombé sur la tête… Nah mais qu’est-ce qui lui arrivait là ? Je regardai toujours Rui, avec une expression des plus troublé.

-Je suis désolé mon cœur, mais je crois que Rei ne va vraiment vraiment pas bien! Je… je crois que je devrais l’emmener à l’hôpital! Je suis tellement désolé! J’aurais vraiment aimé rester avec toi plus longtemps… Mais… je crois pas que tu aimes vraiment aller à l’hosto! Gomen!

Disait-il à Ran… Non mais de quoi parlait-il avec son hôpital et…blessé ? Moi ? Mais nah j’allais très bien, enfin, pour que je me plaigne de m’être blessé il m’en fallait beaucoup, demandez à Kanon ! S’il y avait quelqu’un de blessé ici c’était Rui, enfin, une blessure interne grave du cerveau, qu’est-ce qu’il lui prenait…

« Rui mais qu’est-ce qu’il t’arrive… ?? »

Il disait au revoir à Ranmaru comme si c’était la dernière fois qu’il allait le voir ou je ne sais quoi, s’excusant parce qu’enfin, c’est Rui, il s’excuse toujours de tout. Mais je ne comprenais toujours pas pourquoi il agissait ainsi… Je l’avais surpris tant que ça en voulant tout simplement faire comme il voulait ?? Enfin, je n’étais pas si capricieuse, si !?

-Désolé pour le câlin! Et puis… héhé! Je suppose que tu ne t’es pas cognée la tête, après tout! J’ai été un peu trop surpris, en fait! Héhé! Gomen! Et puis… je suis désolé si tu me cherchais! Pour ce qui est de Ran-chan, s’il veut partir, alors c’est pas grave… On se verra plus tard!

Mais de quoi parlait-il encore… Rhaa Rui, Rui, Rui, qu’allons-nous faire de toi, Sang de Dieu ?? Et puis pourquoi s’excusait-il pour un câlin, comme s’il ne m’en faisait jamais… Bon d’accord, à chaque fois je levais les yeux au ciel et à chaque fois il s’excusait, mais c’était bien dans les fait des euhm, des câlins… ahum, bref…

Quant à Shibata, il souriait à Rui alors qu’ils se disaient tout les deux des mots doux… bwaaaaah prenez vous une chambre naméoooh !! Puis ensuite son regard se posa sur moi, son sourire s’envola. Je détournai les yeux et les levai au ciel ensuite. Bon qu’est-ce qu’il voulait…

Quant à toi, morveuse, tenir à quelqu’un, ce n’est pas céder à ses moindres désirs, mais lui accorder ce qui est bon pour lui… c’est une leçon que tu devrais apprendre… et c’est con que ce soit un démon qui te la souffle.

Je le fixai dans les yeux, réfléchissant à ce qu’il avait dit… frustré parce qu’il avait probablement raison. Mais qu’est-ce que j’en savais moi, hein ? Jusqu’à récemment, il n’y avait personne qui comptait dans ma vie… j’avais toujours été seul, je commençais tout juste à apprendre à aimer, à m’attacher. Je détestais officiellement Shibata Ranmaru… Mais et si il avait raison ? Comment je le saurais, moi… Je suis pas un vieux qui a vécu des centaines d’années comme lui, hein ! Mais je ne répondis rien. J’étais arrogante quand je le voulais, probablement trop têtu aussi… mais cette fois je ne dis rien, malgré le petit sourire arrogant qui ornait le visage du démon… Pourtant se sourire s’estompa..

Je te le confie pour l’instant, mais s’il lui arrive quoi que ce soit par ta faute, je te le ferai regretter.

Il tenait vraiment son rôle jusqu’au bout, hein ? Faire semblant de tenir à Rui… J’avais envie de lui dire que la seule chose de mauvaise qui pouvait lui arriver par ma faute c’était de le laisser se tenir encore avec lui. J’avais vraiment envie de lui dire mais je jugeai que le cœur de Rui était déjà assez meurtrit pour aujourd’hui. Alors je me contentai de lui rendre son regard, même si j’étais frustré qu’il pensa que j’allais laisser quelqu’un faire du mal à Rui. Bon d’accord, c’était lui l’ange gardien, mais c’était moi la moins naïve des deux.
« Il ne lui arrivera rien. Du moins, pas par ma faute… »

Oui, message subliminale qui signifiait ‘’Non, pas par ma faute mais assurément par la tienne.’’. J’esperais tout simplement que Rui ne l’ai pas comprit, lui. Je savais déjà qu’il détestait le fait que Ranmaru et moi on se déteste mais c’était ainsi. Je faisais déjà des efforts, là !! Je me dirigeai vers Rui et entourai mon bras autour de son cou, pour lui ébouriffer les cheveux de l’autre main.

« N’est-ce pas petit ange ?? De toute manière, ce n’est pas comme si tu étais capable de te battre contre quoi que ce soit, hm ?? »

Dis-je avec un sourire moqueur, faisant référence à son âme de pacifiste qui était quelques fois dérangeante. J’avais vue des gens l’insulter et lui tout ce qu’il faisait c’était… ne pas les frapper. C’était si frustrant de le voir ainsi !! Mais bon, c’était Rui…

Je ne savais pas si Shibata tenait vraiment à Rui. Il était un démon, il était capable de bien des fourberies, mais l’ange était-il vraiment victime de l’une d’elle ? Ranmaru avait l’air sincère, mais qui étais-je pour savoir si cette sincérité était feinte ? Je ne voulais pas prendre de chance, pas concernant mon ange gardien.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: introducing

Revenir en haut Aller en bas
 
 

introducing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.H.I.B.U.Y.A :: Parc :: Jardins-