† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Jeu 6 Déc - 18:40


Asada Sanae


Takasugi Kei



    J'ai toujours trouvé adorable la façon dont les Humains, au fil des siècles, se sont représentés l'Enfer. La question de savoir pourquoi, un jour, ils ont créé ce concept, ne se pose pas, évidemment. Ils sont capables de tant d'imagination qu'une telle idée a très bien pu naître de nulle part. A partir du moment où ils se sont mis à croire en un Dieu et à séparer le Bien du Mal - du moins ce qu'ils s'imaginent être le Bien et le Mal - il fallait forcément qu'à un moment, ils imaginent un Paradis et un Enfer. Bien sûr, il est tout à fait possible qu'une tierce personne, voire plusieurs, y ait mis son grain de sel. J'avais moi-même tellement souvent chuchoté à l'oreille des Humains... pas toujours pour leur bien, d'ailleurs. Toujours est-il que l'idée d'un Enfer pour les pécheurs et d'un Paradis pour les saints s'était rapidement cristallisée dans l'imaginaire humain, et pas seulement religieux. Aujourd'hui, ils pensent tous que l'Enfer est une fosse enflammée où les âmes humaines vont après une mauvaise vie pour s'y faire torturer pour l'éternité. Adorable, je vous dis. Soi-dit en passant, et même si je n'y ai jamais mis les pieds, je suis sûr que le Paradis est un endroit tout aussi peu fréquentable que l'Enfer qu'ils se représentent.

    Soyons sérieux... Pour aller en Enfer, un Humain doit vraiment faire de sa vie une farce du début à la fin. Dieu est dur, mais juste, paraît-il. J'avais vu bon nombre de voleurs, de menteurs, parfois même d'assassins, avoir droit à une réincarnation au Ciel. Oh, ils ne devenaient pas des anges, mais ils avaient le droit de retourner sur Terre vivre une autre vie humaine. Non, pour aller en Enfer, un Humain devait vraiment faire des choses que le Ciel considérait comme terribles. Dans ce cas, l'âme était jugée dans les Cieux, puis envoyée en Enfer. Eh oui, si les Humains savaient... une âme humaine n'était pas torturée pour l'éternité, chez nous. Non, elle errait sans but et se faisait dévorer par le premier démon qui lui tombait dessus. Bref, l'éternité pour un humain en enfer se résumait à quelques heures, en général. Quant à la fosse en feu où dansaient des démons aux pieds fourchus...

    Je soupirai et renversai le visage en arrière. Cela faisait longtemps que je n'avais pas mis les pieds en Enfer. J'avais soigneusement évité mon cercle de peur de tomber sur mon aide de camp, qui m'aurait aussitôt poursuivi pour me forcer à gérer toutes les affaires que j'avais laissé tombées en m'enfuyant la dernière fois. Eh oui, être prince d'un cercle ne se résume pas à rester le cul sur un trône. Enfin, certains princes font ça, évidemment. D'autres désertent, comme moi. Et d'autre gère leur royaume d'une main de fer, comme Sanae. Bien sûr, elle ne pouvait pas être partout, bien sûr, cela restait l'enfer. Mais son cercle attirait les démons qui cherchaient la tranquillité de sorte que la violence y était rare. Quant à la déco... Les Humains n'imaginent pas une seule seconde ce qu'est l'enfer. Un autre monde, pourrait-on dire. Violent, bien sûr. Impitoyable. Obéissant à des règles que la nature elle-même ne comprend pas. Mais il nous est possible, à nous autres Princes, de modeler nos cercles. Et je suppose que la terre de Sanae était à son image : vaste, aux lignes d'horizon dégagées, au ciel coloré de plusieurs dégradés, aux courbes douces... Pas de pics édentés, de marais puants, de crevasses sans fond, de brouillard toxique.

    Je venais tout juste d'arriver. Comment ? Facile pour un prince démon d'emprunter un portail de sa propre création pour se déplacer d'un cercle à l'autre. Il suffit de ne pas attirer l'attention du Cerbère, qui n'apprécie pas que les démons, princes ou pas princes, créaient des chemins de traverses, des portails non officiels. C'est que les humains ont tendance à s'y perdre parfois. Mais moi, je fais du bon travail, je referme toujours la porte derrière moi. Je frottai la terre du pied, levai les yeux au ciel, un faux ciel, bien sûr, du moins différent de celui des Humains. Du temps où les anges n'avaient pas déchu, du temps où nous étions neuf créatures, démons originels, l'enfer ne ressemblaient pas du tout à ça. Mais c'est une autre histoire.

    Je me mis en marche, modelant l'espace à ma guise - un pas suffisait à parcourir des kilomètres, si je le voulais, avec un peu d'imagination et de volonté. J'allais au hasard, croisant des démons surpris qui tous fuyaient sur ma route. La nouvelle devait déjà se répandre. Les princes n'aiment pas voir leurs pairs pénétrer dans leur territoire, et je pouvais les comprendre. Certains de mes confrères ne sont pas très civilisés. Moi en revanche, j'étais relativement sage. Et le prince du 2e cercle relativement accueillante - avec moi du moins. Enfin, c'était le cas la dernière fois que je lui avais rendu visite. Cela devait remonter à quelques centaines d'années...

    Finalement, je sentis un frisson dans l'air, comme s'il vibrait, anticipant l'arrivée d'un être puissant. Un sourire se dessina sur mes lèvres et je m'assis à même le sol, les jambes croisées, attendant mon hôte. Quel serait l'accueil ?


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Jeu 6 Déc - 22:17

Les Enfers. Synonyme du Mal et de la torture éternelle pour les humains. Pour moi, c’était mon Paradis. J’avais façonné mon Cercle à mon image. Calme et lumineux. J’aime m’y promener, au milieu des collines verdoyantes où on peut entendre le chant des oiseaux. Cela me permet de réfléchir. Quand mon esprit est tourmenté, le ciel se voile d’une couleur grise annonciatrice de ma colère. Heureusement, cela n’arrive que très rarement.

Etant Prince, j’ai un Palais à l’épicentre de mon Cercle. Du style Egypte Antique. Cette période m’a toujours passionnée en plus de la Grèce Antique. J’ai lu énormément de manuscrits anciens pour me le représenter tel qu’il l’était. Grand, somptueux, avec un décor simple et élégant. Je n’aime pas le surplus et les décors trop lourds. Des fresques retraçant les grands moments historiques de cette époque décorent le palais. Les fenêtres donnent libre accès à l’extérieur, sans carreaux pour entraver la douce lumière du soleil bienfaiteur, même s’il est bien entendu qu’illusion.

Je suis d’ailleurs dans la salle d’audience où j’écoute le rapport de mon secrétaire. Après l’attaque des Anges Occidentaux, la plupart des démons sont énervés et réclament vengeance. Ils prennent l’action des Anges comme un affront à la capacité de nuisance des Démons. Même dans mon cercle, certains s’agitent. La guerre semble inévitable pour eux. Ce n’est pas bon du tout. Il va falloir que je les calme avant qu’ils ne fassent une erreur qui me contraindrait à intervenir de façon radicale.

D’un coup, je ressens comme une présence, puissante. Je n’ai pas le temps de m’interroger sur la personne qu’un de mes espions fait irruption dans la pièce pour m’annoncer la venue d’un visiteur de marque. Takasugi Kei. Que vient-il faire ici ? Cela fait un moment qu’il n’est pas venu me voir. Mon espion ajoute qu’il a semé la peur dans les démons, ne s’attendant pas à le voir. Je sourie et je renvoie l’espion en lui assurant de ne pas s’inquiéter. Je m’occupe du visiteur. Vient-il me voir à cause des récents évènements ? Je n’ose espérer que peut-être il m’offrira son aide. C’est un démon puissant et respecté. Lui de mon côté, j’aurais une chance de plus de mon côté. Dans l’Apocalypse, il a tout à perdre, vu les investissements qu’il a fait dans la ville. Peut-être pourrais-je jouer sur ça pour l’amener à se mettre à mon rang. Mais il faut que je sois patiente, je ne sais jamais ce qu’il va faire ou penser. Bien que j’arrive à cerner les caractères et les pensées des autres, Takasugi Kei reste un mystère pour moi. C’est ce qu’il le rend encore plus intéressant à mes yeux. En plus d’être un démon puissant et plutôt bel homme, il est aussi un fin stratège qui ne permet pas aux autres de deviner ce qu’il va faire.

Au fur et à mesure que je m’approche de lui, je peux sentir son aura puissante dans l’air. Je comprends pourquoi mes démons étaient terrorisés. Ils ont dû croire qu’il était là pour les tuer.
Et la je le vois, un léger sourire aux lèvres, assis par terre. Il savait que j’allais venir à sa rencontre. Forcément, il sait que j’ai des espions partout. Je sais tout et je vois tout. Ils sont mes oreilles et mes yeux.

Je réponds à Kei en souriant à mon tour. Je m’arrête et je m'accroupie devant lui.

« Alors Kei, que me vaut cette surprenante visite plus que douteuse ? »


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 9 Déc - 14:54

    Elle apparut enfin, dans toute sa splendeur. Plus que tous les autres, elle portait son titre et son rang sur son visage, dans son allure tout entière. Personne n'aurait pu s'y tromper : elle était prince, des pieds à la tête. Son aura était indéniablement démoniaque. Pas de lumière, pas de scintillements comme même le pire des anges du Ciel en possède, et pourtant, elle était tout aussi agréable à regarder. Le plus appréciable chez elle étant encore son caractère. Non pas cet étrange dévotion qu'elle avait pour les Humains et qui faisait d'elle un des deux seuls démons de haut rang à assumer publiquement son combat anti-apocalypse. Mais cette capacité qu'elle avait à garder son calme en toute circonstance et à privilégier le dialogue. N'importe quel autre prince des enfers auraient déjà envoyé ses armées à ma rencontre, mais Sanae était assez civilisée pour venir m'accueillir en personne. La promesse d'une discussion intéressante, et il n'y avait rien que j'appréciais plus qu'une bonne joute verbale.

    Je la regardai s'avancer vers moi, jusqu'à s'accroupir devant moi. Il ne nous manquait plus qu'une tasse de thé chacun. Le cadre était beau, la compagnie était belle... que demander de plus ?

    « Alors Kei, que me vaut cette surprenante visite plus que douteuse ? »

    Je laissai échapper un petit rire. Eh bien après tout, ma visite était effectivement douteuse. Personne n'aimait que des étrangers pénètrent dans son cercle.

    « Ma visite vaut mieux que celle d'un de nos confrères, non ? Enfin... Disons que l'ennui et la curiosité ont guidé mes pas jusqu'ici avant même que je m'en rende compte. »

    Je n'avais pas vu Sanae depuis très longtemps. J'avais appris, comme tous les démons, sa prise de position dans la chasse aux âmes humaines, quelques années plus tôt. On ne peut pas dire que j'avais été surpris... mais j'étais tout de même curieux. Puis je l'avais revue par hasard quelques jours plus tôt lors de l'attaque de cet ange occidental. Un signe, dirons-nous.

    « Je trouvais dommage de ne pas donner suite à notre rencontre à l'aquarium. J'ai été étonné de t'y voir en personne... Je savais que tu soutenais les Humains, mais de là à t'opposer à cet ange frontalement... »


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 9 Déc - 15:57

« Ma visite vaut mieux que celle d'un de nos confrères, non ? Enfin... Disons que l'ennui et la curiosité ont guidé mes pas jusqu'ici avant même que je m'en rende compte. »

Je souris, ne croyant pas une seule seconde qu’il soit venu par curiosité ou ennui. Un Prince Démon ne se rend pas dans le cercle d’un autre Démon par ennui. Surtout pas Kei.

« Kei, n’essais pas de me faire croire que tu es venu jusqu’ici par simple ennui. Alors pourquoi es-tu là ? »

J’ai quelques hypothèses concernant sa visite. La plus probable est l’attaque de l’aquarium. Il doit se demander pourquoi j’y suis intervenue. Je me pose exactement la même question, même s’il a investi beaucoup d’argent dans la ville, cela n’explique pas pourquoi précisément l’aquarium. Le centre commercial qui a été victime d’Owen avec ses boutiques, j’aurais tout à fait compris, mais l’aquarium. La phrase qui suit confirme mon idée.

« Je trouvais dommage de ne pas donner suite à notre rencontre à l'aquarium. J'ai été étonné de t'y voir en personne... Je savais que tu soutenais les Humains, mais de là à t'opposer à cet ange frontalement... »

Je me relève en souriant.

« Kei. Je m’en doutais que tu voudrais savoir pourquoi je suis intervenue personnellement. Ce qui absolument merveilleux c’est que je me pose la même question à ton sujet. L’argent n’explique pas entièrement ta venue à l’aquarium spécialement. »

Je suis curieuse. Voila que ma journée va prendre une tournure beaucoup plus passionnante. Je vais peut-être en apprendre un peu plus sur lui. J’anticipe déjà cette conversation. J’ai toujours aimé discuté avec Kei. Aucun de nous ne bat l’autre mais le plaisir tiré est exceptionnel. Pouvoir discuter entre Démons civilisés est un plaisir rare de nos jours. La plupart des Anges déchus deviennent colériques et enclin à la violence.

« Viens avec moi. On sera plus à l’aise à l’intérieur avec une bonne tasse de thé vert. »

Le tout agrémenté d’un de mes sourires charmants dont je me sers des fois pour amadouer certains de mes interlocuteurs.

Une fois dans mon palais, je nous sers deux tasses de thé bien chaud. Je lui en tends une et je trempe mes lèvres dans la mienne. Je me tourne vers une fenêtre menant au jardin fleuri et coloré de mille et une plantes. J’admire quelques instants le fabuleux paysage. C’est tellement paisible et loin du chaos qui règne sur Terre.

« Pour être franche, j’ai toujours aimé l’aquarium. Un des mes endroits favoris. Je ne pouvais pas laisser Carlyle détruire un endroit aussi paisible qui est toujours fréquenté par des humains. »

Je me retourne vers Kei en m’appuyant au rebord de la fenêtre. J’avale une autre gorgée du délicieux breuvage et je plonge mon regard dans le sien pour tenter de percevoir ses pensées. Comme d’habitude, je n’arrive pas à savoir ce qu’il pense.

« Maintenant que je viens de te dire ma raison, à toi d’être franc. Pourquoi es-tu intervenu ? »

Spoiler:
 


Dernière édition par Asada Sanae le Lun 17 Déc - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 16 Déc - 12:55

    Bien sûr, elle me croyait pas quand je lui disais que c'était l'ennui qui avait porté mes pas jusqu'ici. Pas étonnant. On al e temps d'apprendre à connaître les gens, en plusieurs centaines d'années. Et finalement, ma réponse ne sembla pas l'étonner plus que cela, comme si elle la connaissait déjà et attendait juste de moi que je l'avoue.

    « Kei. Je m’en doutais que tu voudrais savoir pourquoi je suis intervenue personnellement. Ce qui absolument merveilleux c’est que je me pose la même question à ton sujet. L’argent n’explique pas entièrement ta venue à l’aquarium spécialement. »

    On peut dire que j'avais mérité son retour de question. Même si j'étais plus souvent sur Terre qu'elle, j'étais assez connu pour ne pas m'intéresser aux affaires humaines, si ce n'était tout ce qui concernait la Hellsing puisque c'était mon jouet du moment. J'acceptai son invitation et nous nous rendîmes à son palais. Un palais des enfers bien loin de ceux qui hantaient l'imagination humaine. L'endroit était à l'image de son prince et quoi de plus normal ? Un havre de paix, une oasis dans les sous-sols infernaux. Et le fait que cet endroit soit aussi calme et agréable prouvait une fois de plus la puissance et le respect qu'imposait Sanae aux autres démons. Les lieux les plus beaux sont les plus tentants à détruire. Mais personne, jusqu'à présent, n'avait tenté sa chance. Nous nous installâmes devant un thé pour reprendre notre conversation.

    « Pour être franche, j’ai toujours aimé l’aquarium. Un des mes endroits favoris. Je ne pouvais pas laisser Carlyle détruire un endroit aussi paisible qui est toujours fréquenté par des humains. »

    Un lent sourire se dessina sur mes lèvres. La formulation était intéressante. Je bus une gorgée de thé, bien meilleur que tout ce que j'aurais pu boire sur Terre.

    « Tu prétends donc être intervenue pour épargner l'aquarium lui-même et non pas les vies humaines qui s'y trouvaient ? »

    Cette fois mon sourire était vraiment malicieux. Je m'étirai comme un chat en laissant échapper un petit rire quand elle me retourna ma question.

    « Eh bien, j'ai décidé de venir voir de quoi il retournait quand les choses ont commencé à devenir sérieuses. Je n'ai rien contre quelques anges occidentaux venant mettre de l'action à Tokyo. Mais un ange face à un prince et à un leviathan... les conséquences auraient été fâcheuses, tu ne crois pas ? »

    C'était le genre de bataille qui pouvait raser une ville, voire la moitié du pays. C'était l'inconvénient quand les puissants de ce monde s'opposaient les uns aux autres. Et d'abord, l'immeuble de la Hellsing n'était pas si éloigné que ça et cela m'aurait vraiment contrarié qu'il soit abîmé. Je reposai ma tasse et regardai à mon tour le jardin. Une bulle de paix, mais une illusion, car le monde extérieur n'était plus que chaos.

    « Ces anges... sont venus pour accélérer le mouvement à Tokyo. Sakuya Toya était chargé de lancer l'apocalypse. Mais ce séraphin est un idiot sentimental et trop indécis. La pitié qu'il éprouve pour les humains lui a fait retenir son geste et a amené sur nous ce nouveau fléau. »

    Je me demandais bien comment Toya vivait l'arrivée des anges de l'occident. Le connaissant, il devait s'en vouloir. Mais il s'en serait voulu d'avoir fait ce que Dieu lui avait demandé, massacrer des humains. Il était coincé... et je n'avais jamais été aussi heureux d'être un démon libre comme l'air. Si ce n'est que les événements m'avaient tout de même forcé à intervenir. On n'était jamais aussi libre que ce que l'on croyait...

    « Carlyle a été clair, quand il est parti. Je pense que notre intervention a mis de l'huile sur le feu, ils vont prendre cela comme un défi. Et nous savons tous deux comment les anges considèrent les démons qui se mêlent de leurs affaires... »



Spoiler:
 


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Lun 17 Déc - 22:43

« Eh bien, j'ai décidé de venir voir de quoi il retournait quand les choses ont commencé à devenir sérieuses. Je n'ai rien contre quelques anges occidentaux venant mettre de l'action à Tokyo. Mais un ange face à un prince et à un leviathan... les conséquences auraient été fâcheuses, tu ne crois pas ? »

J’aurais dit qu’il a raison si je n’avais pas vu de mes propres yeux le Léviathan. Une source de pouvoir immense incontrôlable.

« Je ne suis pas sure du Léviathan vois-tu. Elle est tellement instable que je pense que c’est elle qui aurait pu raser la ville à elle toute seule. Elle m’aurait tué si j’aurais ne serait-ce-que lever la main sur cet Occidental. »

Je le sais, elle me l’a clairement fait comprendre. Mais ça je le garde pour moi. Je n’aime pas tout révéler d’un coup. Comme cela j’ai toujours des cartes dans mes mains. Elles ne sont jamais vides.

« Ces anges... sont venus pour accélérer le mouvement à Tokyo. Sakuya Toya était chargé de lancer l'apocalypse. Mais ce séraphin est un idiot sentimental et trop indécis. La pitié qu'il éprouve pour les humains lui a fait retenir son geste et a amené sur nous ce nouveau fléau. »

Je ne peux qu’acquiescer sur le fait que les anges sont venus pour accélérer le mouvement de l’apocalypse. Par contre la seconde partie m’invite à garder mon calme et à ne pas me précipiter. La a toujours été notre différent. Ce que pense Kei comme un défaut, je le prends pour une qualité. Toya… Personne ne sait vraiment ce qu’il veut faire et de quel côté il se place. Son amour pour les humains l’empêche de faire ses devoirs envers Dieu. Et effectivement, il en a payé le prix. J’essaie de me mettre à sa place. Je crois que pour empêcher que d’autres anges viennent faire plus de morts, j’aurais volontiers sacrifié quelques vies humaines. Comme par exemple, une prison détruite. Elles se remplissent si vite de nos jours. Ca fera du vide sur terre, ils iront juste mourir pour de bon en Enfers, et Dieu aurait pensé qu’il fait son travail. Surtout que ce genre de vies ne sont pas très importantes pour les anges. Des êtres malfaisants qui n’auraient jamais peuplé les terres du Paradis. Cela fait du vide et c’est tant mieux.

« En y réfléchissant tu n’as pas tord. Sacrifier une prison ou deux aurait pu empêcher les Occidentaux de se mêler de l’Apocalypse. »

Là encore je ne vois pas l’intérêt de développer ma phrase. Kei connait très bien ma façon de passer. S’il faut sacrifier une vie pour en sauver cent, il faut le faire. C’est le nombre final qui compte. Mais je me retiens d’y dire que pour moi, l’acte de Toya n’est pas de la pitié mais de l’amour et que l’amour mérite qu’on se batte pour lui. Mais si je veux l’amener à m’aider, je dois éviter de trop monter mon amour pour les humains.

« Carlyle a été clair, quand il est parti. Je pense que notre intervention a mis de l'huile sur le feu, ils vont prendre cela comme un défi. Et nous savons tous deux comment les anges considèrent les démons qui se mêlent de leurs affaires... »

Effectivement, ils n’ont pas du apprécier que deux démons se mêler de leur histoire. Ils ont un tel mépris pour notre race que ça aveugle leur jugement.

« S’il le faut, je me mettrai en travers de leur chemin, encore et encore. Les humains ont le droit de choisir leur mort… Mais figures toi qu’il n’y a pas qu’eux qui ont pris cette histoire pour un défi mon cher Kei. »

Je sais que j’ai capté son attention. Je sais des choses que lui ne sait pas. Forcément il fuit son Cercle comme la peste. Moi j’ai des espions un peu partout. Je sais tout et je vois tout. Je souris légèrement et passe derrière Kei, laissant ma main trainer le long de son siège, le frôlant à peine, pour finir en lui prenant délicatement son verre vide.

« Un peu plus de thé peut-être ? »

Avec un sourire malicieux, j’y reverse un verre de thé avant de lui tendre. Je m’assoies sur un fauteuil en face de lui, tout sourire.

« Tu veux savoir ce que je sais que tu ne sais pas, n’est-ce-pas mon cher ami ? »

Je laisse durer le suspens un peu plus. Je suis sure qu’il bout d’impatience de savoir.

« J’ai oui dire que certains démons, même ceux de mon cercle, ont pris l’attaque des Occidentaux comme un affront à leur propre capacité de destruction. Assez bas, je l’accorde. Mais assez pour soulever les démons et créer une guerre plus que sanglante entre les deux races. »

Je porte mon verre à hauteur de mon visage, un sourire flottant sur mes lèvres.

« Dans mon Cercle, cela ne posera pas de problèmes. Je m’occuperai personnellement de chaque perturbateur. Mais les autres … Qui sait si les autres princes ne vont pas en profiter pour répandre le chaos sur terre et détruire ainsi tout ce que tu as bâti. »


Spoiler:
 


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Sam 29 Déc - 16:02

« Je ne suis pas sure du Léviathan vois-tu. Elle est tellement instable que je pense que c’est elle qui aurait pu raser la ville à elle toute seule. Elle m’aurait tué si j’aurais ne serait-ce-que lever la main sur cet Occidental. »

Ces paroles étaient bien étonnantes et bien sûr, ma curiosité légendaire en fut aussitôt piquée. Pourquoi Mariko s'en serait-elle pris à Sanae ? Pourquoi s'en serait-elle pris à elle si elle avait attaqué l'ange ? Pour le reste, Sanae n'avait pas tort, Mariko avait la puissance pour raser la ville. Eh bien, son Créateur lui avait même offert le pouvoir de détruire le monde. Ainsi qu'à son compagnon, et c'était bien pour cela qu'Il avait mis à mort son autre Léviathan et enchaîné Mariko. Créer, puis regretter... Avoir de peur de ses propres créations... c'était toute l'histoire de ce Dieu, à mon sens. Revenant à nos affaires, je lançai un regard perçant à Sanae, mais il était clair qu'elle ne m'en dirait pas plus. Eh bien, on ne survivait pas en tant que démon et en tant que prince sans avoir un minimum d'intelligence et de ruse. L'information était une arme bien plus dangereuse que le simple déchaînement de pouvoir, et Sanae le savait mieux que quiconque. Je pouvais insister tout de suite... ou bien retenter ma chance plus tard, de façon plus subtile. Peut-être m'en dirait-elle plus, mais peut-être pas, c'était selon sa volonté, et la façon dont elle souhaitait avancer ses pions sur le grand échiquier de la vie.

« En y réfléchissant tu n’as pas tord. Sacrifier une prison ou deux aurait pu empêcher les Occidentaux de se mêler de l’Apocalypse. »

Nous en étions venus à parler de Toya. Mon plus vieil ennemi... Nous avions passé tant de siècles à nous opposer, à nous croiser, que nous nous connaissions par coeur. Nous en étions à un point ou nous opposer n'était même plus intéressant. Mais sur ce coup, je ne pouvais qu'être en désaccord avec lui et aller dans le sens de Sanae. Je serais même aller plus loin. Un tremblement de terre quelque part dans le pays, une tempête dévastatrice, ou même, pourquoi pas, retourner leurs créations contre eux, une explosion nucléaire, un conflit armé. Bref, en sacrifier quelques uns pour en sauver le plus grand nombre, au moins temporairement... Son indécision, son trop grand cœur, dirais-je, avait déclenché ce que les humains de Tokyo subissaient actuellement.

« S’il le faut, je me mettrai en travers de leur chemin, encore et encore. Les humains ont le droit de choisir leur mort… Mais figures toi qu’il n’y a pas qu’eux qui ont pris cette histoire pour un défi mon cher Kei. »

Eh bien, on peut dire qu'elle savait ménager ses effets. J'attendis la suite, la laissant me servir une autre tasse de thé, la laissant jouer avec moi et ma curiosité tel un chat avec une pelote de laine. Que puis-je y faire ? Je meurs d'envie de savoir ce qu'elle sait et il n'y a qu'elle qui peut mettre une fin à mon supplice.

« J’ai oui dire que certains démons, même ceux de mon cercle, ont pris l’attaque des Occidentaux comme un affront à leur propre capacité de destruction. Assez bas, je l’accorde. Mais assez pour soulever les démons et créer une guerre plus que sanglante entre les deux races. Dans mon Cercle, cela ne posera pas de problèmes. Je m’occuperai personnellement de chaque perturbateur. Mais les autres … Qui sait si les autres princes ne vont pas en profiter pour répandre le chaos sur terre et détruire ainsi tout ce que tu as bâti. »

Reprenant ma tasse, je me renversai en arrière avec une profonde inspiration et tournai les yeux vers le magnifique jardin de Sanae. Eh bien... Je suppose qu'il fallait s'y attendre. Jusqu'à présent, anges et démons respectaient une pseudo-trêve, chacun oeuvrant dans son coin pour collecter le plus d'âmes humaines possibles, chacun attendant le moment de l'apocalypse pour déchaîner ses envies de violence. Oh, bien sûr, il y avait des heurts, des accrocs, des dérapages. Mais les anges avaient une hiérarchie absolument infâme, savaient tout sur tout et n'hésitaient pas à envoyer des exterminateurs chasser les anges qui ne respecteraient pas les règles. Non pas parce qu'ils avaient tué des démons, cela, ils s'en fichaient. Simplement parce qu'ils n'avaient pas respecté les règles. Quant à nous démons, nous sommes beaucoup plus laxistes, mais les Princes, plus qu'une simple histoire de loyauté ou d'autorité, on le pouvoir physique de massacrer quiconque lui porte tort. Je sais que les démons de mon cercle se tiennent tranquilles parce qu'ils me craignent. Je sais aussi que les démons du cercle de Sanae la craignent, pour des raisons différentes. Elle est la justice, après tout, et sa main qui tient l'épée ne tremble pas. Mais elle l'a dit, d'autres princes se fichent bien de savoir ce que font leurs démons sur Terre. Certains ne supporteront pas l'idée que les anges et les autres démons les pensent incapables de tenir leur cercle, et réagiront en conséquence. Mais certains laisseront faire. Effectivement, il y avait là de quoi mettre le feu aux poudres. Mais me sentais-je concerné pour autant ?

« C'était prévisible... Et je doute que certains de nos frères et soeurs y fassent quoi que ce soit. Le chaos sert plus souvent nos intérêts que l'ordre. »

Je bus une gorgée de thé, grimaçant en songeant que peut-être, je devrais aller faire un tour dans mon propre cercle, juste pour y jeter un oeil. Pour ce que j'en savais, quelqu'un avait peut-être déjà pris ma place... Mais non, j'avais confiance en Vale, mon aide de camp, pour s'occuper de mes affaires à ma place, et la gestion d'un cercle était tellement ennuyeuse...

« Peut-être y aura-t-il des accrochages, effectivement... Mais les anges n'ont pas reçu d'ordres particuliers, ils sont toujours tenus par leur loi de ne pas déclencher de conflit avec les démons. Ils ne se laisseront pas faire, mais ne lanceront pas de vendetta non plus. »

Il fallait espérer qu'ils ne changent pas d'avis à force de se faire agresser, mais j'anticipais surtout des problèmes au cas par cas plus qu'un conflit généralisé. En fait, pour moi, c'était la troisième force en présence qui jouerait le rôle de l'arbitre.

« Je pense que tu fais bien de tenir tes troupes. Nos frères et soeurs princes ne le réalisent peut-être pas encore, mais ce ne sont pas les anges de Tokyo qu'ils doivent craindre. Je pense que les anges venus de l'Ouest n'ont qu'une seule consigne par rapport à nous : tous nous massacrer pour peu qu'ils nous trouvent. En cette période agitée, nous devrions tous nous cacher et attendre. Qu'ils s'arrangent entre eux, et leur Dieu fera le tri. Le destin des humains, actuellement, n'est pas notre affaire, et il n'y a pas grand-chose que nous pouvons faire pour les protéger de ce fléau venu d'Occident. »

C'était en partie mon sentiment, en partie une provocation. Je connaissais la sensibilité de Sanae à la cause humaine, et n'était-elle pas venue sur Terre s'opposer à Carlyle ?


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 30 Déc - 18:49

« Je pense que tu fais bien de tenir tes troupes. Nos frères et soeurs princes ne le réalisent peut-être pas encore, mais ce ne sont pas les anges de Tokyo qu'ils doivent craindre. Je pense que les anges venus de l'Ouest n'ont qu'une seule consigne par rapport à nous : tous nous massacrer pour peu qu'ils nous trouvent. En cette période agitée, nous devrions tous nous cacher et attendre. Qu'ils s'arrangent entre eux, et leur Dieu fera le tri. Le destin des humains, actuellement, n'est pas notre affaire, et il n'y a pas grand-chose que nous pouvons faire pour les protéger de ce fléau venu d'Occident. »

A ses paroles, je sens mon sang se glacer. On y est sur nos divergences d’opinion. Je sais qu’il a dit ça pour me provoquer. Il me connait mieux que quiconque. Il tente de me déstabiliser. Je me mets à rire, d’un rire franc et léger. Je me rassois en face de lui.

« Mon cher Kei, je t’ai connu plus subtil en matière de provocation. Je ne vais pas relever ton opinion au sujet des humains. Tu ne peux pas me comprendre, tu n’as jamais été humain. »

Je prends une autre gorgée de mon thé. Je pose ma tasse et je reprends mon sérieux. Je croise les jambes en croisant mes doigts, mes bras en appui sur les accoudoirs. Mon sourire est maintenant dénué de chaleur.

« Par contre, ce que je ne comprends pas c’est ton idée de te cacher. Je te croyais plus courageux Kei. Surtout que tu pourrais très bien les exterminer tous si tu le voulais. »

S’il y a bien une chose que je supporte pas c’est un Prince démon qui ne prend pas ses responsabilités. Qu’il ne veuille pas s’occuper de son cercle, je peux le concevoir mais là, il parle de se terrer comme un lâche sous terre pendant que les Anges de l’Occident détruisent notre monde tel que nous le connaissons.

« La il s’agit plus que des humains. L’apocalypse détruirait notre monde tel que nous le connaissons. Et ils sont là pour ça. Attaches-tu tellement peu d’importance à cette ville, à tous tes investissements pour laisser des Anges vils et infects détruire et semer le chaos dans ce que tu considères comme ta ville ? »

Il veut jouer à la provocation ? On va y jouer. Je sais très bien où taper quand ça fait mal. C’est un démon puissant et originel. Son ego doit aller avec. J’espère le faire réagir.

« Parce que se cacher, c’est valable pour les misérables lâches. Un jour ou l’autre Kei, tu devras choisir. Pour ou contre l’apocalypse. Tes excuses ne seront pas valables longtemps. Il te faudra faire un choix. Et ne me dis pas que je suis aveuglée par mon amour pour les humains. Tu sais très bien qu’il n’y a pas qu’eux qui m’intéressent. J’ai des projets Kei. Et ces projets pourraient très bien être compromis si l’Apocalypse a lieu. »

Biensur je ne compte pas lui dévoiler mon but ultime. Kei est un démon originel, il ne comprendrait pas. Mais au moins, ça aura le mérite de titiller son intérêt pour moi, et qui sait, peut-être de l’amener à m’aider, juste pour savoir.


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Sam 5 Jan - 17:37

    « Mon cher Kei, je t’ai connu plus subtil en matière de provocation. Je ne vais pas relever ton opinion au sujet des humains. Tu ne peux pas me comprendre, tu n’as jamais été humain. Par contre, ce que je ne comprends pas c’est ton idée de te cacher. Je te croyais plus courageux Kei. Surtout que tu pourrais très bien les exterminer tous si tu le voulais. »

    Eh bien, autant dire que l'atmosphère s'était grandement refroidie. Nous étions toujours là, assis devant ce magnifique jardin, une tasse de thé à la main et un sourire poli sur les lèvres, mais inutile de se concentrer pour remarquer que les oiseaux s'étaient tus et que les serviteurs s'étaient discrètement retirés. Oh, bien sûr, nous n'en serions jamais venus aux moins. En des centaines et des centaines d'années de débats avec Sanae, nous n'avions jamais usé de violence. Ce n'était pas mon genre, ni le sien, et nos joutes verbales étaient tellement plus amusantes... Mais il est vrai que parfois, nous testions nos limites. Cependant, je savais que j'étais très loin d'avoir atteint celles de Sanae, si seulement j'avais un jour réussi cet exploit. Je ne crois pas me souvenir l'avoir une seule fois fait sortir de ses gonds pour de bon.

    « Ta confiance m'honore, mais je ne me crois pas capable de leur régler leur compte à tous les six à moi tout seul. Et tu sais que ce n'est pas une question de courage, mais plutôt de... motivation... »

    Oui, il m'était pénible de m'imaginer devoir me battre pour des... Humains.

    « La il s’agit plus que des humains. L’apocalypse détruirait notre monde tel que nous le connaissons. Et ils sont là pour ça. Attaches-tu tellement peu d’importance à cette ville, à tous tes investissements pour laisser des Anges vils et infects détruire et semer le chaos dans ce que tu considères comme ta ville ? »

    « Je ne peux pas nier que j'espère encore m'amuser un petit moment avec mes affaires en cours. Mais je ne considère pas l'Apocalypse comme une fin en soi. Pour les Humains, oui, peut-être, mais pour nous... eh bien, ce ne sera que du changement... »

    Et quoi de mieux pour vous tirer de l'ennui que le changement ? Les guerres, les conflits, les tournants de l'histoire humaine ne m'intéressaient plus depuis longtemps... Bien sûr, j'étais attaché à la Hellsing. Mais qui disait destruction disait reconstruction. De quoi m'occuper, en somme, jusqu'au prochaine caprice de Dieu.

    « Parce que se cacher, c’est valable pour les misérables lâches. Un jour ou l’autre Kei, tu devras choisir. Pour ou contre l’apocalypse. Tes excuses ne seront pas valables longtemps. Il te faudra faire un choix. Et ne me dis pas que je suis aveuglée par mon amour pour les humains. Tu sais très bien qu’il n’y a pas qu’eux qui m’intéressent. J’ai des projets Kei. Et ces projets pourraient très bien être compromis si l’Apocalypse a lieu. »

    Je bus une gorgée de thé en silence. C'était difficile de me sentir attaqué par ses paroles. Je savais qu'elle savait que je n'étais pas un lâche, et donc j'avais du mal à me sentir concerné. Bien sûr, elle faisait ça pour me titiller, et quelque part, cela fonctionnait. Non pas que j'avais de l'orgueil mal placé. Je me fichais qu'on me traite de lâche. Mais cela m'embêter qu'on confonde mon œuvre et la façon dont je la gérais avec de la couardise. C'était ne pas reconnaître mon travail à sa juste valeur. Je lui jetai un regard de biais qui en disait long et me concentrai sur la suite. La perche qu'elle me tendait était trop belle, elle souhaitait que je m'en saisisse et savait que j'allais le faire, et je savais que malgré cette invitation, elle n'allait pas me dévoiler ses plans aussi facilement.

    « Tu sais, que je choisisse un camp ou pas, l'Apocalypse aura lieu. Ce que tu peux faire de mieux pour eux, c'est d'en sauver quelques uns, le plus possible... »

    Je savais que ce genre de propos indécis et peu motivés de ma part énervaient la plupart des gens à qui je les servais, Toya en tête. Mais, vraiment, j'avais la flemme...

    « Tes fameux projets... Tu as beau dire, tu aimes les humains. Je me demande s'ils font partie de tes projets, d'une façon ou d'une autre... »


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 27 Jan - 0:56

« Tu sais, que je choisisse un camp ou pas, l'Apocalypse aura lieu. Ce que tu peux faire de mieux pour eux, c'est d'en sauver quelques uns, le plus possible... »

Quel pessimisme. Ne sauver que quelques humains. Ce n’est pas assez. Je veux tous les sauver. Je ne suis pas sure si je peux lui révéler que mon but est justement de l’arrêter cet Apocalypse. Peut-être lancer l’idée juste comme ça me permettrai de savoir son opinion à ce sujet là. En tout cas, il n’a vraiment pas l’air motivé à m’aider. Et je suis sure que c’est juste parce qu’il n’en a pas envie. Lui, je suis sure que l’apocalypse serait intéressante pour lui. Ca serait l’occasion de trouver un nouveau jouet pendant la reconstruction du monde humain. Désespérant. Je ne sais pas trop comment faire pour le motiver à m’aider. Même mes attaques contre son égo n’ont pas marché. Même si effectivement, ce n’était pas très subtil. Kei est bien trop puissant pour être un lâche.

« Comment peux-tu être sure qu’elle aura lieu ? Ne peut-on pas l’empêcher ? »

Je lance l’idée tout en restant neutre et innocente. Surtout innocente, qu’il ne se doute pas de ma manipulation.

« Tes fameux projets... Tu as beau dire, tu aimes les humains. Je me demande s'ils font partie de tes projets, d'une façon ou d'une autre... »

Malheureusement, il n’a pas mordu à l’hameçon. Il sait très bien que même s’il s’y été intéressé, je ne lui aurais rien dit. C’était fort prévisible. Qu’il ramène toujours les humains sur le tapis m’agace au plus au point. Oui, les humains sont l’objectif premier. J’étais l’une d’eux à une époque. Même si je ne me souviens pas de cette période, je sais que j’aurais voulu pouvoir choisir mon destin.

« Pas spécialement… Tu sais, même si je ne m’en souviens pas, j’aurais voulu, en étant humaine, pouvoir avoir le droit de choisir si je peux vivre ou non. C’est pour ça que je veux les sauver. Mais tu te trompes Kei, ils n’ont aucun rapport avec mes projets. J’ai en tête quelque chose de plus grand que les humains, bien plus ambitieux. »

J’ai repris le ton de la badinerie, pour détendre l’atmosphère. Visiblement, je ne ferais pas craquer aussi facilement Kei, alors autant que notre échange soit agréable au possible. Aussi loin que je me souvienne de ma vie de démon, j’ai toujours eu du plaisir à parler avec Kei. Lui comme moi, sommes des Démons civilisés qui savent utiliser leur cerveau à la place de leur pouvoir. Ce que la plupart des démons oublient. Ce qui est bien dommage. C’est pour ça que je dois rester stricte, parce que sinon avec des barbares en liberté, les humains auraient disparu de la circulation.

« Ca me vexe quand même que tu puisses penser que tous mes projets concernent uniquement les humains. Je défends leur cause, mais je suis quand même un peu plus ambitieuse que ça. Sinon, je ne me tiendrai pas devant toi, à la tête d’un Cercle des Enfers. Je pensais que depuis le temps qu’on se connait, tu me prêterais un peu plus de crédits. »

Je fronce légèrement les sourcils, toujours en gardant un petit sourire taquin au coin de mes lèvres.


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Jeu 31 Jan - 18:13

    « Comment peux-tu être sure qu’elle aura lieu ? Ne peut-on pas l’empêcher ? »

    Ah, ça ! Cet éternelle question, cet éternel espoir, le seul qui faisait que les Humains se battaient encore... Eh oui, l'espoir. Il n'y avait bien que les Hommes pour inventer un tel concept. C'était peut-être pour cela que Dieu s'était lassé d'eux. En inventant l'espoir, ils s'étaient trouvés une porte de sortie ! Leur vie n'était plus dictée par le Créateur, leur destin n'était plus écrit à l'avance, ils avaient introduit des mots comme "et si" , "peut-être" ou encore "je l'espère" et s'était ouverts d'autres horizons, échappant à tout contrôle... Et aujourd'hui, ils se battaient contre l'Apocalypse parce qu'ils avaient l'espoir qu'elle ne se réalise pas. Les Hommes sont ainsi faits; s'ils obtenaient la certitude absolue qu'il n'y avait aucun espoir, ils rendraient les armes. Et voilà que Sanae, empruntant leur vocabulaire et leurs concepts aux Humains, parlaient d'espoir à son tour. Mais il y avait une différence subtile entre elle et les Hommes. Les Hommes croient. Sanae sait. La croyance face au savoir. Rien, contre tout. Elle parlait d'espoir mais connaissait la vérité. Oui, l'Apocalypse aurait lieu. Quand bien même les Anges se faisaient éradiquer - et comment ? - Dieu serait toujours là, et que pensaient-ils faire contre Lui, tous ? A moins que Dieu lui-même change d'avis... On aurait vu pire, comme retournement de situation, venant de cet être étrange.

    Mais voilà que Sanae abandonne ses mimiques humaines et redevient celle qu'elle est, et que trop peu de personnes oublient en voyant son beau sourire et en entendant sa voix calme : un prince-démon, qui savait exactement ce qu'elle voulait et comment l'obtenir. Nulle pitié en elle, du moins, pas quand il n'est plus temps d'avoir pitié.

    « Pas spécialement… Tu sais, même si je ne m’en souviens pas, j’aurais voulu, en étant humaine, pouvoir avoir le droit de choisir si je peux vivre ou non. C’est pour ça que je veux les sauver. Mais tu te trompes Kei, ils n’ont aucun rapport avec mes projets. J’ai en tête quelque chose de plus grand que les humains, bien plus ambitieux. »

    Ah oui, elle avait été humaine... encore une chose que je ne connaîtrais jamais... Cependant, ses mots étaient de plus en plus intrigants.

    « Ca me vexe quand même que tu puisses penser que tous mes projets concernent uniquement les humains. Je défends leur cause, mais je suis quand même un peu plus ambitieuse que ça. Sinon, je ne me tiendrai pas devant toi, à la tête d’un Cercle des Enfers. Je pensais que depuis le temps qu’on se connait, tu me prêterais un peu plus de crédits. »

    Ah. Un mot important avait été prononcé. L'ambition. Un lent sourire se dessina sur mon visage. Les Démons aimaient le Chaos, même les démons comme Sanae. Disons que ceux comme Ichiro n'adorait que le chaos ultime, sanglant, barbare et bouillonnant, alors que Sanae aimait le chaos organisé. Par elle, si possible. Et qiu pourrait servir son intérêt. Et nous vivions actuellement une époque bien chaotique. Apocalypse programmée, anges et démons qui se battaient presque à visage découvert tant les anciennes règles - interdiction de se battre - n'avaient plus aucune valeur. Et quoi d'autre ? Eh bien, il y avait lui. Cette chère étoile du Nord, comme on l'appelait autre fois. Mais n'allons pas trop vite en besogne.

    « Tu sais bien sûr que d'autres puissants démons comptent profiter de l'Apocalypse pour asseoir leur pouvoir. C'est un sale temps pour les Princes. En ce moment, mieux vaut s'accrocher fermement à son trône. »

    Un coup d'état était si vite arrivé... Le dernier en date avait amené la petite Lévi, prince de la luxure, sur son trône. Une machination orchestrée par d'autres, évidemment... Toshiro s'était vu arracher son cercle par Genzô. Complots, trahisons, démons, tout ça allait de paire. Mais, bien sûr, il y avait un trône vers lequel tous les regards étaient tournés actuellement. Un trône bien au-dessus des autres, et tragiquement vide...

    « Que penses-tu du fait que Lucifer ait disparu à peu prés au moment où Dieu a annoncé l'Apocalypse ? »

    Une simple question. Aux multiples réponses. Moi même, j'en possédais quelques unes, du moins des suppositions.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 3 Fév - 14:05

« Tu sais bien sûr que d'autres puissants démons comptent profiter de l'Apocalypse pour asseoir leur pouvoir. C'est un sale temps pour les Princes. En ce moment, mieux vaut s'accrocher fermement à son trône. »

Forcément, ils utilisent les coups d’états pour prendre le pouvoir. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai eu le mien. Mais contrairement à mes congénères, moi je l’ai pris de façon subtile et sans combats sanglants. Il doit faire référence à la montée au pouvoir de Lévi sur le trône de la Luxure. Vu le personnage, cela ne m’étonne pas.

« Ferais-tu référence à la prise de pouvoir de cette chère Lévi grâce à l’intervention de Genzô ? Dois-je en conclure que tu t’inquiètes pour mon trône ? »

J’attends un peu pour voir sa réaction.

« Ne t’inquiètes donc pas. Je sais très bien qu’il y a des démons désireux de prendre le contrôle d’un trône. Il m’a fallu du temps pour assoir mon pouvoir, ce n’est pas pour me le faire enlever par un quelconque démon de bas étage qui ne pense qu’à répandre le chaos. Je fais attention. Toi en revanche, tu devrais un peu plus t’y pencher mon cher. J’ai entendu dire que tu délègues beaucoup à ton assistant. Une rébellion est si vite arrivée. Si les démons ont réussi à arracher le pouvoir à Ichiro, pourquoi n’y parviendraient-ils pas avec toi mon cher ? »

Il sait que j’ai raison. Même si je pense que les démons qui ont le pouvoir d’arracher un trône à un démon originel sont rares de nos jours. Mais ne sous-estimons personne. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que je dirige mon cercle d’une main de fer. Je sais être clémente, mais dans mon courroux nul n’a de pardon. Les espions que j’ai un peu partout sont les démons en qui j’ai le plus confiance. Ils me suivront jusqu’à la mort. Je le sais, parce que je les ai recueillis à leur déchéance, je les ai aidés à ne pas plonger dans la folie. J’ai leur reconnaissance éternelle, et ils savent que je suis juste quand on fait ce que je demande.

« Que penses-tu du fait que Lucifer ait disparu à peu prés au moment où Dieu a annoncé l'Apocalypse ? »

Je souris. Bien évidemment, je me suis trompée. Quand il parlait de prendre un trône, il parlait de celui de Lucifer. J’aurais du m’en douter qu’il ne s’inquiétait pas vraiment pour moi. Serait-il des choses que moi j’ignore ?

« Je pense qu’il a un plan bien en tête. Il reviendra le moment venu. »

Oui j’ai confiance en son retour. Ou plutôt, j’espère qu’il reviendra avec un plan pour déjouer l’Apocalypse. Je préfère penser ça que l’hypothèse qui ne cesse de me ronger. Serait-ce un couard ? Moi, Asada Sanae, me serais-je trompée sur sa personne ? Non, c’est impossible.

« De plus, je pense qu’il serait suicidaire de tenter une action pour son trône. Il y a des démons qui lui sont d’une fidélité frôlant l’obsession. Ils se battront jusqu’à la mort. Tu sais toi comme moi qu’un fou hystérique peut faire bien plus de dégât qu’on ne peut l’imaginer. Le seul qui pourrait y arriver c’est Ichiro. Il est fou et terriblement puissant. Et autant le dire, lui au pouvoir, ça sera l’anarchie totale. »

Je sais que Kei pourrait l’obtenir s’il voulait. Mais il a déjà du mal à gérer un Cercle, je le vois mal gérer les Enfers. Ca serait l’anarchie. Sauf si… je préfère chasser cette idée de ma tête. Cela m’éloigne trop de mon objectif premier et de ma fidélité à Lucifer. Mais bizarrement, une image de moi dirigeant les Enfers au côté de Kei flotte doucement dans mon esprit. Je secoue la tête et je me ressaisie, attendant que Kei me révèle ce qu’il sait. Parce que je sais qu’il a des hypothèses et qu’il attend le bon moment pour me les révéler, au moins en parti.


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Mer 27 Fév - 18:06

    « Ferais-tu référence à la prise de pouvoir de cette chère Lévi grâce à l’intervention de Genzô ? Dois-je en conclure que tu t’inquiètes pour mon trône ? »

    Je haussai légèrement les épaules et esquissai un demi-sourire. Eh bien, que répondre à cela ? J'appréciais Sanae pour sa compagnie, sa conversation et son cercle civilisé. Comparée à certains de nos frères et soeurs princes, elle sortait du lot. Mes les temps changent et les gens aussi, et il en va de même pour les trônes. Cela me désolerait que Sanae se fasse renverser, voire assassiner. Nos conversations me manqueraient. Mais soyons honnêtes, je ne lèverais pas non plus un doigt pour l'aider. Les alliances ne m'intéressaient pas, avec personne. Et il était évident que j'attendais la même chose en retour, je ne comptais sur personne pour venir à mon aide... si ce n'était que j'en n'en aurais jamais besoin. Il fallait toujours avoir quelques coups d'avance, c'était ça le secret. Et quand bien même ça ne suffisait pas, eh bien, tant pis ! J'accueillais toujours le changement à bras ouverts, tant je m'ennuyais.

    « Ne t’inquiètes donc pas. Je sais très bien qu’il y a des démons désireux de prendre le contrôle d’un trône. Il m’a fallu du temps pour assoir mon pouvoir, ce n’est pas pour me le faire enlever par un quelconque démon de bas étage qui ne pense qu’à répandre le chaos. Je fais attention. Toi en revanche, tu devrais un peu plus t’y pencher mon cher. J’ai entendu dire que tu délègues beaucoup à ton assistant. Une rébellion est si vite arrivée. Si les démons ont réussi à arracher le pouvoir à Ichiro, pourquoi n’y parviendraient-ils pas avec toi mon cher ? »

    De nouveau, je répondis par un sourire. Qu'il en soit ainsi, disaient les Humains. Ils étaient capables d'éclairs de génie, parfois. Mieux valait se laisser porter et voir. Et je faisais entièrement confiance à Vale pour s'occuper de mon cercle en mon absence, cercle auquel je n'étais absolument pas attaché. Fut un temps où il n'y avait pas de cercle, pas de princes, pas Lucifer ni d'anges déchus, et malgré les millénaires qui avaient passé depuis la structuration des Enfers, je n'appartenais toujours pas à ce nouvel ordre. Je ne voyais pas les frontières, ni les hiérarchies, rien de tout cela. Un cercle n'était qu'un morceau de l'enfer. Un prince n'était qu'un démon un peu plus effrayant ou malin que les autres. Prenez Lucifer... tout est dans le bluff, avec lui.

    « Je pense qu’il a un plan bien en tête. Il reviendra le moment venu. »

    « C'est évident. Il a toujours aimé le mystère. »

    Mais je ne pouvais pas lui jeter la pierre. Cela dit, sa façon d'orchestrer sa propre disparition, créant le chaos en enfer et l'inquiétude dans les cieux, eh bien, j'appréciais.

    « De plus, je pense qu’il serait suicidaire de tenter une action pour son trône. Il y a des démons qui lui sont d’une fidélité frôlant l’obsession. Ils se battront jusqu’à la mort. Tu sais toi comme moi qu’un fou hystérique peut faire bien plus de dégât qu’on ne peut l’imaginer. Le seul qui pourrait y arriver c’est Ichiro. Il est fou et terriblement puissant. Et autant le dire, lui au pouvoir, ça sera l’anarchie totale. »

    « L'anarchie est dans notre nature. Il n'y a bien que toi qui aimes autant l'ordre. Quand bien même Ichiro parviendrait à prendre le contrôle des Enfers, il ne saurait pas quoi en faire, crois-moi. »

    Je gloussai en reposant ma tasse vide sur la petite table. Sacré Ichiro. La venue de Lucifer et de son armée d'anges déchus tout juste expulsés de l'Eden lui avait porté un sacré coup. Il n'était déjà pas très stable à la base, mais la mort de nos frères démons originels avait provoqué chez lui trop d'émotions contradictoires. La joie de devenir unique, ou presque, et l'angoisse d'appartenir au passé, de se voir écarté petit à petit du grand échiquier de l'existence.

    « Cela dit, le trône de Lucifer ne m'intéresse pas, d'autant plus qu'il n'est pas si libre qu'il en a l'air. Comme tu l'as dit, il reviendra. En attendant, eh bien... disons qu'il s'amuse, même s'il n'en a pas conscience. »

    Où était Lucifer ? Sur Terre, et cette question comme cette réponse n'avaient en fait pas beaucoup d'importance. Non, la question était de savoir pourquoi et ce qu'il y faisait. Et aussi quelle forme il avait pris.

    « J'ai tendance à penser que l'Apocalypse ne l'intéresse pas. Mais au final il est bien le seul à pouvoir se comprendre. Quant à toi, abats prudemment tes cartes. Nous vivons des temps délicats. »

    Un avertissement plutôt sage compte tenu de la personne qui l'exprimait. Mh, il faut croire que j'étais quelqu'un de sage.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Ven 8 Mar - 17:56

« L'anarchie est dans notre nature. Il n'y a bien que toi qui aimes autant l'ordre. Quand bien même Ichiro parviendrait à prendre le contrôle des Enfers, il ne saurait pas quoi en faire, crois-moi. »

Je suis quand même soulagée qu’il n’a pas fait attention à ma petite distraction, ou du moins qu’il ne l’a pas relevé. Dans tous les cas, cela me convient très bien. Je souris tout de même. Sa façon de me décrire me plait assez bien. Parce que c’est la réalité. Je suis un des rares démons à autant aimer l’ordre.

« Devrais-je prendre cela comme un défaut, d’aimer l’ordre ? »

Je dis cela sur un ton badin mais je suis sérieuse quand même. L’anarchie… avant que Lucifer s’empare des Enfers, c’était le chaos total. Le résultat c’est que des démons bien moins puissants qu’eux sont arrivés au pouvoir. C’est pour ça, que j’aime l’ordre. Pour éviter ce genre de choses. Je suis bien moins puissante que Kei, mais mon intelligence est mon plus gros atout sur tous les autres démons. Je ne vais pas m’en excuser. Mais c'est des choses à éviter à dire si je veux savoir ce qu'il ne me dit pas.

« Cela dit, le trône de Lucifer ne m'intéresse pas, d'autant plus qu'il n'est pas si libre qu'il en a l'air. Comme tu l'as dit, il reviendra. En attendant, eh bien... disons qu'il s'amuse, même s'il n'en a pas conscience. »

Je souris, je le savais. Kei, le pouvoir ça ne l’intéresse pas. C’est trop de gestion. C’est pour ça qu’il a été relégué au titre de Prince Démon comme moi et les autres Princes. Il n’a pas assez d’ambition. Mais d’un autre côté, c’est un Ancien, s’il le voulait vraiment, il l’aurait déjà eu. Ce qu’il dit au sujet de Lucifer, m’intrigue, comme s’il savait quelque chose. A moins qu’il fasse cela pour attirer mon attention, ou me piéger. Mais je suis sure qu’il sait ou il est. Sinon, il ne parlerait pas comme ça.

« J'ai tendance à penser que l'Apocalypse ne l'intéresse pas. Mais au final il est bien le seul à pouvoir se comprendre. Quant à toi, abats prudemment tes cartes. Nous vivons des temps délicats. »

Je suis surprise. Mon expression n’a pas du lui échapper. Sur ce point, je suis d’accord avec lui. Je ne pense pas que l’Apocalypse l’intéresse plus que ça. En revanche, je suis persuadée qu’il met tout en œuvre pour l’empêcher. Par pour sauver les humains, mais pour contrer Dieu. Surement une histoire de fierté mal placée. Je préfèrerai que ça soit par amour des êtres vivants et de la Terre qui nous accueille. Par contre, je ne comprends pas la partie me concernant.

« Effectivement, si quelqu’un pouvait le comprendre ça serait trop simple. »

Je me lève, et lui tourne le dos, me servant un peu plus de thé, le temps de remettre mon masque impassible sur le visage.

« Tu me connais, Kei. Tu sais très bien que j’agis toujours avec prudence. »

Je me retourne vers lui, tout sourire.

« Mais je te remercie du conseil, je serais en prendre note. Je ne suis pas idiote, Kei. Je sais que tu me caches des choses, concernant la situation des Enfers et Lucifer lui-même. Je sais aussi que tu ne t’attaches à personne, par conséquent si je venais à me faire évincer, tu n’en aurais rien à faire. De ce fait, que tu me donnes ces conseils me trouble un peu. »

Oui, des fois, le coup de la femme sensible aux attentions ça marche. Je veux savoir ce qu’il me cache. Il me le dira, c’est sur et certain.

« Donc, si tu veux que j’abatte mes cartes avec soins, j’ai besoin de savoir contre qui je devrais me battre. Dis-moi la vérité, Kei, s’il te plait. »

Je le regarde, légèrement nerveuse. Je prends rarement une expression de faiblesse. Je ne suis pas une faible démone. Mais, la j’avoue ce qu’il me dit me rend nerveuse. Comme un avertissement à peine voilé. Cela me fait un peu peur. Tous les moyens sont bons pour empêcher un démon de me prendre mon trône, quitte à me faire passer pour une démone qui a besoin de l’aide de Kei.


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Mar 9 Avr - 18:16

    « Tu me connais, Kei. Tu sais très bien que j’agis toujours avec prudence. »

    Là-dessus, je ne pouvais pas lui jeter la pierre - qu'on me pardonne le choix des mots. Elle était bien, de tous les princes, la plus réfléchie, la plus prudente. Mais elle était aussi une des plus déterminée. Aucun de mes mots n'aurait pu l'empêcher de mettre ses plans en oeuvre, quels qu'ils soient. La venue des anges de l'Occident n'allait pas non plus freiner son ambition, ni même la disparition de Lucifer. Ainsi était-elle et j'avais tendance à penser que jusque là, son intelligence, sa patience et sa ruse l'avaient protégée et permis d'atteindre ses buts. Mais le vent pouvait tourner à n'importe quel moment. Cela dit, elle le savait aussi bien que moi, et je n'avais pas à me mêler de ses affaires, encore moins à la materner.

    « Mais je te remercie du conseil, je serais en prendre note. Je ne suis pas idiote, Kei. Je sais que tu me caches des choses, concernant la situation des Enfers et Lucifer lui-même. Je sais aussi que tu ne t’attaches à personne, par conséquent si je venais à me faire évincer, tu n’en aurais rien à faire. De ce fait, que tu me donnes ces conseils me trouble un peu. »

    J'émis un rire moqueur, parce qu'elle n'avait fait que dire la vérité et que c'était agréable de ne pas se voiler la face avec des faux-semblants. Quant à mes conseils... eh bien j'aimais beaucoup m'entendre parler, donner mon avis et ma curiosité était tout ce qui me maintenait en vie dans ce monde et les autres. Et puis peut-être bien aussi que j'aimais bien Sanae. Il faut dire qu'à part elle, les autres princes sont beaucoup moins amusants. Impossible d'avoir une vraie conversation avec eux, tout de suite, c'étaient les cris et les coups, et c'était d'un ennui...

    « Donc, si tu veux que j’abatte mes cartes avec soin, j’ai besoin de savoir contre qui je devrais me battre. Dis-moi la vérité, Kei, s’il te plait. »

    « C'est amusant, Sanae. Depuis quand as-tu besoin de mon aide ? »

    Je me levai à mon tour et m'étirai.

    « Tu sais, je ne sais pas tout, pour la simple et bonne raison que tout ne m'intéresse pas. Pour ce qui est de ces anges de l'Ouest... disons qu'ils ne seront bientôt plus un problème. Pour le reste... »

    Le reste ne changerait pas. L’apocalypse aurait lieu et il n'y avait rien que Sanae, les Humains ou n'importe qui d'autre pouvaient faire contre cela. Je le savais, aussi sûrement que je savais que le soleil se levait tous les matins sur Terre. Et Toya le savait également, voilà pourquoi il faisait traîner les choses, pourquoi il se torturait l'esprit et refusait, alors qu'il en mourait d'envie, de s'allier aux Humains. Il savait reconnaître une cause perdue.

    « Lucifer a peu d'importance sur cet échiquier. L'apocalypse va redistribuer les cartes et verra l'avènement d'un nouveau monde. Ce n'est pas pour me déplaire. Mais pour vous, démons, tout comme pour moi au temps où vous avez déchu, la question de votre survie va se poser. Mes frères démons originels n'ont pas su trouver leur place dans l'enfer qu'a créé Lucifer et ont disparu. Il en ira de même, encore une fois, pour vous. »

    J'esquissai un sourire rusé.

    « La question n'est pas d'empêcher ou pas l'apocalypse, Sanae, mais de placer voir plus loin que ça. La bataille n'est plus celle des anges contre les démons, mais celle de la survie. Toi plus que les autres, tu sauras trouver ta place dans ce nouveau monde. Les autres disparaitront. Aussi, choisis bien ta cause. Choisis bien tes alliés. Noue les bonnes alliances. Quant aux Humains... je crois en leurs capacités d'adaptation. »

    Oui, les humains auront beau se faire balayer par l'apocalypse, j'étais sûr qu'ils seraient encore là au final, toujours à se battre contre nous.



Spoiler:
 


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Ven 12 Avr - 12:00

Ma tentative de l’amadouer n’est pas franchement un succès. Ce qui ne m’étonne pas vraiment, je n’ai pas l’habitude de passer pour une faible femme.

« C'est amusant, Sanae. Depuis quand as-tu besoin de mon aide ? »

Je préfère me taire. La vérité est que j’ai besoin de son aide parce que je suis sure qu’il sait plus de chose qu’il n’en dit. Je préfère le regarder se lever en s’étirant. A sa façon de faire, on dirait un chat, ou plutôt un tigre qui s’étire pour se détendre avant d’attaquer sa proie. J’ai la désagréable impression que c’est moi la proie.

Ces paroles me font l’effet d’une douche froide. Non pas parce que j’ai peur, mais parce qu’il a raison. L’apocalypse, pour l’empêcher faudrait tuer Dieu mais par définition, Dieu, on ne peut pas le tuer. A la rigueur je pourrais l’affaiblir en tuant ses plus fidèles serviteurs. Mais je ne peux pas m’abaisser à tuer ceux qui ont été pendant longtemps mes amis et mes frères. Je dois creuser cette idée et parler à Dae Kyung dès que possible, enfin par le biais de mon Fenrir. Mes deux plus fidèles enfants.

« C’est fou Kei. Je t’ai rarement vu parler autant de ce que tu penses. Je vais prendre ça pour un compliment. »

Je m’approche de lui, doucement, sans me presser, une tasse de thé à la main.

« J’arriverais presque à croire, qu’en plus d’aimer parler et de te mêler de la vie des gens, tu porterais un intérêt sur ma personne. »

Je prends une gorgée de mon thé tout en le regardant dans les yeux. J’avoue, j’ai une faiblesse, j’aime le regarder dans les yeux. Son regard profond indéchiffrable est une énigme que je rêverai de résoudre. Je passe trop de temps chez les humains, j’ai tendance à devenir sentimentale.

« Je saurais faire ma place au bon moment. Comme je te l’ai déjà dit, je sais prendre les devants. Je ne t’ai pas entendu pour commencer à nouer des alliances. J’en ai une de très, très intéressante qui se noue lentement et surement. »

L’Alliance de l’Est. Ce petit projet est une version miniature de mon grand projet. Cette Alliance pourrait bien faire pencher la balance. Et le fait que ce soit un ange à la tête de cette alliance est plus agréable. Cela veut dire qu’ils ne sont pas tous des pantins de notre Père.

« Comme tu m’as donné des conseils plus qu’avisés dont je vais prendre cas, à moi de te donner un de mes petits secrets. »

Je lui rends son sourire rusé avant de glisser à son oreille quelque chose qui risque de l’intéresser au plus haut point.

« Cette alliance est le début de mon grand projet. Et il n’est pas question des humains. Il est question de nous. »

Je laisse mon souffle effleurer sa peau avant de m’écarter de lui, doucement en souriant. Je sais qu’il doit se demander qui est le nous. Le nous, c’est bien entendu, les créatures surnaturelles, démons, anges et autres. Dans mon monde à moi, il n’y aurait plus de guerre stupide entre les anges et les démons. Et les humains pourraient enfin choisir le destin qu’ils auront voulu. Mais ca, Kei ne le sait pas. Et il ne saura probablement pas. J’ai beau l’aimer, ça ne fait pas moins de lui un démon originel. Si mon projet ne lui plait pas, rien ne l’empêchera de me mettre des bâtons dans les roues, ou de m’évincer.

Spoiler:
 


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Ven 3 Mai - 22:18

    « C’est fou Kei. Je t’ai rarement vu parler autant de ce que tu penses. Je vais prendre ça pour un compliment. J’arriverais presque à croire, qu’en plus d’aimer parler et de te mêler de la vie des gens, tu porterais un intérêt sur ma personne. »

    Je la regardai s'approcher d'un œil amusé et esquissai un sourire presque carnassier. Bien sûr que je m'intéressais à sa personne. Au final, tous les êtres vivants m'intéressaient. On ne pouvait pas vivre aussi longtemps que moi et ne pas devenir fou d'ennui sans s'amuser des trajectoires de ceux qui vous entourent. Tel un enfant humain observant une procession de fourmis... Même si j'aime à penser que je possède un peu plus d'humanité, on me pardonnera l'emploi de ce terme. Je captai son regard et sondai son âme au travers de ses yeux... son âme... eh bien, oui, on arrachait leurs ailes aux anges, mais on ne leur prenait pas leur essence, ce qui faisait leur être tout entier. Quant à moi, et à Ichiro, nul ne sait ce qui se cache sous notre crâne et pas même nous.

    « Je saurais faire ma place au bon moment. Comme je te l’ai déjà dit, je sais prendre les devants. Je ne t’ai pas entendu pour commencer à nouer des alliances. J’en ai une de très, très intéressante qui se noue lentement et surement. « Comme tu m’as donné des conseils plus qu’avisés dont je vais prendre cas, à moi de te donner un de mes petits secrets. Cette alliance est le début de mon grand projet. Et il n’est pas question des humains. Il est question de nous. »

    Un secret chuchoté au creux de l'oreille n'a pas moins de valeur que les autres. Et je reconnais bien là Sanae. Il fallait sûrement y voir son étrange attachement pour la cause humaine, que bien peu de gens pouvaient comprendre - moi-même, cela m'échappait. Mais il y avait là aussi la marque de son esprit pratique, pragmatique et hautement intelligent. Sans se presser, ni se faire remarquer, voilà donc de quoi elle était capable. J'avais entendu parler des alliances humaines et aïons qui se formaient ça et là. Mais Sanae, en prince-démon, voyait plus grand. Beaucoup plus grand.

    Je me tournai vers elle pour lui faire face sans reculer, mon visage à quelques centimètres du sien, les yeux brillants d'intérêt et aussi d'amusement.

    « Tes paroles me ravissent, Sanae. Je ne sais pas si je dois rire de cette utopie ou m'enthousiasmer de ton projet. J'hésite, et cela fait bien longtemps que cela ne m'est pas arrivé. »

    Qui a dit qu'après quelques millénaires, la vie n'avait plus d'intérêt ? C'était pour cela que j'aimais tellement tout observer et écouter. On n'était jamais à l'abri d'entendre ce genre de choses. Une alliance de créatures surnaturelles. Bien sûr, cela a déjà été pensé. Mais pensé seulement. Ou même rêvé. Mais je savais que Sanae n'était pas une rêveuse. Elle était dans l'action et réfléchissait chacune de ses décisions. Donc, elle pensait que son projet était viable. Démons, anges, créatures, côte à côte contre Dieu et l'apocalypse.

    « J'espère que tu parviendras à tes fins. Je veux voir cela de mes yeux. Je pense toujours qu'au final, la défaite t'attend, mais je pense aussi que ta démarche est la bonne. »

    Énigmatique, certes. Mais c'était exactement ainsi que je voyais les choses. La dernière grande alliance contre Dieu avait précipité Lucifer et ses amis en enfer et créé une nouvelle race de démons et une nouvelle hiérarchie, aussi. Cette fois, comment les choses se termineraient ? Je reculai d'un pas, effleurant la joue de Sanae du bout des doigts.

    « Enfant... Je ne regrette jamais mes discussions avec toi. Et tes paroles m'ont mis de bonne humeur. Je n'aime pas prendre partie, mais si tu as besoin d'aide un jour, demande-moi. Je suis vraiment curieux de voir jusqu'où tu iras... »

    Avant sûrement de connaître un destin tragique... ou au contraire de triompher. Ah, quel bonheur que l'imprévisibilité !


Spoiler:
 


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Mar 7 Mai - 22:13

Alors qu’il se tourne vers moi, son visage est près du mien, tellement près du mien.

« Tes paroles me ravissent, Sanae. Je ne sais pas si je dois rire de cette utopie ou m'enthousiasmer de ton projet. J'hésite, et cela fait bien longtemps que cela ne m'est pas arrivé. »

Je souris, n’osant pas interrompre son flot de paroles. Cela fait tellement longtemps que j’attendais de voir Kei s’intéresser à mes projets.

« J'espère que tu parviendras à tes fins. Je veux voir cela de mes yeux. Je pense toujours qu'au final, la défaite t'attend, mais je pense aussi que ta démarche est la bonne. »

Je n’en revenais pas de ses paroles. Jamais, au grand jamais il n’a montré autant d’intérêt envers mes projets. J’ai enfin réussi à capter l’attention de Kei.

Au moment où j’allais lui répondre, Kei recule, laissant un vide entre nous. Un frisson me parcourait, le temps que je me réhabitue à la distance. Par contre, la surprise envahit tout mon être quand il effleura ma joue de sa main. Cette caresse, aussi légère qu’une plume, me faisait encore plus d’effet que ses paroles. Tellement que je ne peux pas contrôler mon expression surprise dans mon regard. Quand sa main s’écarte de mon visage, la chaleur et le vide sont encore plus présents. Une envie subite me prend, celle d’espérer que Kei recommencera. L’espoir, autant d’habitude, j’ai tendance à penser qu’il aide à avancer, dans certain cas, autant là c’est vraiment utopique. Surtout que je suis un prince démon, je ne peux pas me laisser aller à ce genre de sentiments hasardeux envers un autre prince démon, qui plus est, un démon originel.

« Enfant... Je ne regrette jamais mes discussions avec toi. Et tes paroles m'ont mis de bonne humeur. Je n'aime pas prendre partie, mais si tu as besoin d'aide un jour, demande-moi. Je suis vraiment curieux de voir jusqu'où tu iras... »

Enfin ! J’avais enfin ce que j’ai toujours voulu de Kei ! Sa proposition de m’aider. C’était quelque chose de rare, de précieux. Comme il me l’a signalé, je sais qu’il n’aime pas prendre partie. C’était de plus en plus surprenant. Je ne devais pas gâcher ça et réfléchir avec précaution à ma réponse. Pourtant je jubilais de l’intérieur. Mon sourire, qui se dessinait sur mon visage, est franc et lumineux.

« Kei… Tu me proposes ton aide. Jamais, je n’ai osé espérer une telle chose. Et pourtant, tu me l’offres sur un plateau. »

Vu qu’il avait reculé d’un pas, je décide d’en faire un de plus vers lui, plongeant dans le néant de ses yeux. Une énigme dans laquelle il me serait tellement facile de tomber.

« C’est fou, j’ai toujours cru que les yeux étaient le reflet de l’âme. Mais même en y plongeant des siècles entiers, je ne serais pas capable de savoir ce que tu penses vraiment. Tu me surprendras toujours, Kei.»

Cette dernière phrase, je l’avais accentué d’un sourire d’une rare douceur. Je me surprends moi-même. Le début, c’est ma manière détournée de lui dire que je ne suis pas sure de croire qu’il ne fait ça que par curiosité ou un quelconque ennui. Je le soupçonne d’avoir d’autres desseins. Mais je n’en suis pas sure. En fait, s’il y a bien une personne qui me déstabilise le plus, c’est lui. Kei.

Soudain sa présence me sembla tellement trop proche et attirante, je décidais de reculer cette fois. Toujours en gardant mes yeux vers lui, sans me départir de mon sourire.

« Un peu plus de thé peut-être ? »

Je préférais repartir sur un sujet plus neutre. Je ne sais pour quelle raison, cette conversation commençait à me faire tourner la tête. La profondeur de ses yeux et son intérêt pour moi étaient des questions dont je me préoccupais trop.

Spoiler:
 


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Ven 31 Mai - 19:40

    « Kei… Tu me proposes ton aide. Jamais, je n’ai osé espérer une telle chose. Et pourtant, tu me l’offres sur un plateau. »

    Cette fois, mon sourire ne quittait plus mes lèvres. J'avais rarement vu Sanae aussi peu sur la défensive. Elle qui d'habitude dissimulait ses émotions derrière un masque de froideur et de satisfaction, elle qui d'habitude communiquait plus avec ses yeux avec des mots, voilà qu'elle semblait enfin laisser tomber le masque. Mon aide, oui. Sur un plateau, certes. Mais il était amusant de voir avec quelle joie elle accueillait la nouvelle. Elle savait, pourtant, que j'étais capable de faire la même offre au camp adverse rien que pour m'amuser, rien que pour pimenter encore un peu plus une bataille qui, depuis quelques mois, devenait ennuyeuse... Se méfiait-elle ne serait-ce qu'un peu de moi ? J'étais toujours fasciné par la ressemblance entre les anges et les démons d'un côté et les humains de l'autre. Dieu n'avait rien fait par hasard, et au final, les démons n'étaient pas moins capables de s'emporter que les humains. Sanae aussi pouvait avoir un but pour lequel elle donnerait tout. Pour lequel, même, elle s'aveuglerait peut-être... L'avenir nous le dirait.

    « C’est fou, j’ai toujours cru que les yeux étaient le reflet de l’âme. Mais même en y plongeant des siècles entiers, je ne serais pas capable de savoir ce que tu penses vraiment. Tu me surprendras toujours, Kei. »

    Je laissai échapper un petit rire et fermai les yeux, ces yeux à travers lesquels, justement, elle essayait de me sonder. Eh bien, strictement parlant, je n'avais pas d'âme. Ichiro et moi étions les deux seuls êtres de ce monde à ne pas avoir été créés par Dieu. Aucune âme ne m'habitait, mais ne suis-je pas la preuve qu'on peut très bien s'en passer ? Ce n'était qu'un concept après tout, quelque chose dont Dieu avait doté toutes ses créations et derrière lequel chaque être s'abritait en de nombreuses circonstances. Mais au-delà de ça, anges, démons, humains, tous étaient logés à la même enseigne : comprendre quelqu'un impliquait du temps, de la chance, beaucoup de déduction et beaucoup d'autres choses. Il était si facile de leurrer les gens...

    « Les miroirs sont les pires des menteurs, Sanae, et les reflets les pires des mensonges. Tu n'apprendras pas grand-chose de moi en cherchant tout cela. »

    J'ouvris de nouveau les yeux pour les braquer sur elle. J'avais l'impression de l'avoir à ma merci. Mais cela aussi, c'était un mensonge. Il était simplement rare que Sanae se dépouille de son aura de prince-démon et laisse apparaître ainsi la femme qu'elle était, tout simplement. Cela ne voulait pas dire qu'elle était affaiblie. D'ailleurs, elle se couvrit de nouveau de son aura de prince avec une rapidité et une fluidité tout à fait délicieuses.

    « Un peu plus de thé peut-être ? »

    Je secouai la tête et laissai mon regard dériver sur le paysage. Cette escapade dans ce cercle avait été un intermède appréciable. Comment imaginer qu'en dehors de ces frontières invisibles, de ce cercle que Sanae avait façonné à la seule force de son esprit, une guerre se déroulait ? On se laisserait facilement à oublier les menaces. De nombreux princes ne se sentaient d'ailleurs pas concernés. Ils auraient mieux fait de se méfier. Si la disparition de Lucifer ne suffisait pas à les inquiéter, si l'Apocalypse ne les faisait pas sortir de leur trou, si les Anges occidentaux ne troublaient pas leur retraite, les plans de Sanae ne tarderaient pas à venir frapper à leur porte. Cela allait au-delà du danger immédiat.

    « Le dernier à avoir tenté ce que tu tentes de faire était Lucifer, et tu sais comment cela s'est terminé. J'ai hâte de voir comment tu vas t'y prendre. Et peut-être bien qu'il serait intéressé par tes ambitions... »

    L'aiderait-il, en revanche ? Rien n'était moins sûr. Mêmes méthodes, fondations différentes. Lucifer était a toujours été une créature purement égoïste. C'était pour lui seul qu'il avait fait trembler les Cieux, déchoir les anges et créé les enfers. On verrait bien ce qu'il en serait de Sanae.



ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Jeu 6 Juin - 18:00

« Le dernier à avoir tenté ce que tu tentes de faire était Lucifer, et tu sais comment cela s'est terminé. J'ai hâte de voir comment tu vas t'y prendre. Et peut-être bien qu'il serait intéressé par tes ambitions... »

Je me retournais vers lui, ma tasse de thé à la main. Je laissais un demi-sourire flotter sur mes lèvres. Je me demandais pourquoi il mentionnait Lucifer maintenant. Mais il n’avait pas tord, Lucifer pourrait très bien être intéressé par mes plans, sauf que ça reviendrai à que ce soit lui le chef absolu. Je n’avais pas vraiment réfléchie à cette possibilité, que mes ambitions intéressent notre bien aimé Maître qui a disparu au début de l’Apocalypse. Mais en y réfléchissant, c’était plus que probable. L’idée d’être le Chef absolu, de surpasser Dieu viendrait automatiquement flotter dans son esprit. Je n’étais pas sure que cela soit une très bonne idée. Lucifer devait bien garder une certaine rancœur envers ses frères et Dieu. Je redoutais qu’il ne veuille les exterminer pour de bon et prendre le contrôle des Cieux. Dans ce cas-là, le monde ne serait qu’un gigantesque Enfers gouverné par Lucifer et les autres Princes des Enfers. Je n’étais pas sure qu’il soit si judicieux d’être de mèche avec Lucifer.

« Je le sais plus que n’importe qui Kei. Ne t’inquiètes pas, qui vient à point à qui sait attendre. Un proverbe qui qualifie bien mon entreprise. »

Je tenais à rester évasive, je lui en avais déjà révélé suffisamment. Je connaissais assez Kei pour me méfier tout de même de lui. Il avait beau me proposer son aide, il serait bien capable de faire de même à d’autres juste pour s’amuser, tromper la monotonie des années et des siècles qui passent. Je m’assis dans mon fauteuil, les jambes croisées, ma tasse posée sur mes genoux alors que je laissais mes bras retomber sur les accoudoirs.

« Je réussis tout ce que j’entreprends. Tu sais pourquoi ? Parce que je planifie tout à l’avance, j’ai horreur des surprises. Une éternité, c’est long et bien pratique pour mettre au point de grands projets. »

Cela faisait des siècles que je m’évertuais à mettre en place chaque pion de l’échiquier. Je n’allais pas tout précipiter juste parce que des êtres avaient décidé de créer à petite échelle, une Alliance indestructible. Anges et Démons, les frères enfin de nouveau réunis pour l’éternité. Les humains, libre de choisir leur fin. N’est-ce-pas un merveilleux projet ? Comme je venais de le dire à Kei, j’obtenais toujours ce que je veux, la patience était une de mes grandes vertus.

« Et pour en venir à Lucifer. Je suis d’accord avec toi, cela pourrait l’intéresser. C’est pour cette raison que je ne tiens pas à ce que mes projets arrivent à ses oreilles pour le moment. Je préfère que tout soit en place pour notre maître bien aimé. »

Je me doutais qu’il ne croirai pas mes dernières paroles. J’étais persuadé qu’il penserait surement que je souhaiterai prendre la place de Lucifer, l’évincer. Ce n’était pas du tout cela. Je tenais surtout à ce qu’il ne gâche pas tout et ruine tous mes efforts pour construire un monde en paix et juste. Je l’ai suivi pour ça, mais vu la gérance des Enfers, je commençais à douter de ses talents de grand dominateur. Si je le laissais faire maintenant, le monde deviendra un immense Enfers, ou les humains seraient tenus en esclavage par les démons. Ce n’était pas du tout mon objectif. S’il fallait pour cela l’écarter du jeu un petit moment, je n’hésiterais pas. Des milliers de vies en dépender.


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Lun 1 Juil - 17:18


    « Je le sais plus que n’importe qui Kei. Ne t’inquiètes pas, qui vient à point à qui sait attendre. Un proverbe qui qualifie bien mon entreprise. »

    Eh bien oui, en effet, et c'était là un proverbe qui s'appliquait mieux à nous, créatures immortelles, qu'à n'importe qui d'autre. Attendre, c'était un peu notre spécialité, du moins aux créatures immortelles comme Sanae ou moi. Il y en avait d'autres tout aussi immortels mais qui ne savaient pas attendre, et ce n'était pas peu dire que ces gens-là échouaient toujours dans leur entreprise. Lucifer avait connu une défaite cuisante. Ichiro, mon cher frère, avait beau lancer de grands plans de massacre, il finissait toujours terré dans son cercle à ruminer ses vengeances imaginaires. Et dans un contexte plus immédiat, ces anges occidentaux s'étaient précipités à Tokyo et attaquaient aveuglément la ville sans se rendre compte quel genre d'ennemis ils étaient en train de se faire.

    « Je réussis tout ce que j’entreprends. Tu sais pourquoi ? Parce que je planifie tout à l’avance, j’ai horreur des surprises. Une éternité, c’est long et bien pratique pour mettre au point de grands projets. »

    Je m'appuyai contre une colonne de marbre, bras croisés, sourire aux lèvres. La patience, c'était la clé. Il fallait accepter de subir, déplacer ses pions sur le grand échiquier avec parcimonie, prévoir ses coups d'avance, connaître la conclusion et enfin, attendre le bon moment. Une aptitude qui n'était pas donnée à tout le monde, mais que Sanae possédait. Et moi donc.

    « Et pour en venir à Lucifer. Je suis d’accord avec toi, cela pourrait l’intéresser. C’est pour cette raison que je ne tiens pas à ce que mes projets arrivent à ses oreilles pour le moment. Je préfère que tout soit en place pour notre maître bien aimé. »

    Je la fixai un moment, tenté de lui révéler où était Lucifer actuellement. Je le savais, pour l'avoir aidé à s'échapper des Enfers. Oui, "s'échapper", c'est le mot exact. Pour ce que j'en savais, Ichiro était également au courant, allez savoir comment. Et je soupçonnais Maeda Yuki, prince peu apprécié de ma personne, de se douter de quelque chose. Trois démons qui connaissaient la vérité, ce n'était pas grand-chose... Mais ce n'était pas n'importe quels démons. Enfin, cela, c'était désormais l'affaire de Lucifer. Mais au fond de moi, j'aurais détesté le voir se faire tuer, lui qui traversait un moment de faiblesse. J'aimais bien cet enfant. Et il m'était indispensable pour mes propres projets... car j'étais sûr et certain que toutes les créatures que Dieu avait créées, il n'y en avait réellement qu'une qu'Il aimait vraiment : Lucifer.

    « Tu n'as rien à craindre de Lucifer dans un futur proche. Je doute même qu'il réapparaisse au moment de l'Apocalypse. Il est présentement... occupé. »

    Mes propres mots m'arrachèrent un rire et je me décollai de ma colonne.

    « Quoiqu'il en soit, je te souhaite bonne chance. Je suivrai tout cela avec attention, de loin, évidemment... pour le moment. »

    Je portai une main à mon oreille alors qu'un incessant tintement de clochettes ne cessait de résonner dans ma tête. Qu'il était épuisant de gouverner un cercle... si seulement quelque démon enragé voulait bien me renverser et prendre ma place !

    « Je dois te laisser Sanae, car mon aide de camp semble avoir besoin de moi. Quelque stupide papier à signer, je suppose... Je te remercie pour ton hospitalité et, bien sûr, pour cette conversation. C'est toujours un plaisir de discuter avec toi. »

    Mon ton avait beau être légèrement moqueur, ce n'était que la pure vérité !



ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asada Sanae
Devil † Taboo

avatar


Localisation : sur Terre, en Enfers


MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]
Dim 7 Juil - 18:47

« Tu n'as rien à craindre de Lucifer dans un futur proche. Je doute même qu'il réapparaisse au moment de l'Apocalypse. Il est présentement... occupé. »

Il savait forcément quelque chose sur Lucifer. C’était sur et certain à présent. Mais je n’en étais pas pour autant très surprise. Kei avait le don de se mêler de tout, tant que ça le sortait de sa routine. Etre un démon originel avait parfois quelques inconvénients. Maintenant je commençais à me demander s’il n’y était pas pour quelque chose dans sa disparition. Non pas que je l’imaginais kidnapper notre chef, mais j’imaginais bien Kei l’aider à fuir ses responsabilités, vu que lui-même adorait faire ça.

« Quoiqu'il en soit, je te souhaite bonne chance. Je suivrai tout cela avec attention, de loin, évidemment... pour le moment. »

Je gloussais, pas étonnée par ses paroles.

« Je me doutes que tu ne pourras pas résister à la tentation. Tu t’ennuierai si tu ne te mêlais pas des affaires des autres. »

Au départ, je comptais partager mes soupçons le concernant mais au dernier moment, je ravalais mes paroles. Je préférais garder cette hypothèse pour plus tard. Je m’en servirai le moment opportun.

« Je dois te laisser Sanae, car mon aide de camp semble avoir besoin de moi. Quelque stupide papier à signer, je suppose... Je te remercie pour ton hospitalité et, bien sûr, pour cette conversation. C'est toujours un plaisir de discuter avec toi. »

S’il en venait à s’éclipser c’est que son aide de camp devait vraiment avoir besoin d’aide.

« Le plaisir est pour moi, mon cher ami. Discuter avec toi est toujours si enrichissant. » répondis-je sur le même ton que lui.

Je le guidais hors du palais, pour le ramener là ou il était venu. Après chacune de nos conversations, je prenais conscience de la solitude qu’impliquer mon rang. Le pouvoir ne se partageait pas et il pouvait changer de mains très rapidement.

« Mais la prochaine fois, préviens moi que tu comptes venir dans mon cercle. Tu sèmes la terreur chez mes démons. Je n’aimerai pas devoir ramener l’ordre à chacun de tes passages, mon cher Kei. »

C’était une requête et en même temps, une menace. Je détestais les surprises, et encore moins le chaos que pouvait engendrer une visite surprise d’un autre Prince démon dans mon cercle. J’avais beau apprécié sa présence, son intelligence, j’en oubliais pas que la plupart des démons évitaient de se rendre visite dans les différents cercles.

« Et le bonjour à notre Etoile du Matin de ma part » ajoutais-je dans un murmure.

J’étais sure qu’il savait ou se cachait Lucifer. Non pas que je veuille savoir il était exactement, tant qu’il était en vie, cela m’allait très bien, mais j’adorais savoir quelque chose que la plupart des êtres infernaux ignoraient.


Nul ne mérite un tel sort, à moins de l'avoir choisi lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]

Revenir en haut Aller en bas
 
 

Go to Heaven for the climate, Hell for the company [feat. Asada Sanae]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: 天上天下 :: Enfer :: 2ème cercle-