† Code : Kakumei †
† ASTUCE †
N'hésitez pas à pointer des images ou des mots dans un texte, car vous pourriez bien voir une infobulle s'afficher pour vous donner des détails ou découvrir un lien rapide.



Partagez | 
 

 She's haunted by a whisper [feat. Mariko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Mar 13 Nov - 20:52


Hajimari Mariko


Takasugi Kei


Je n'eus pas besoin de chercher Mariko très longtemps. En fait, je n'eus pas besoin de la chercher tout court. Après les événements de l'aquarium et dans le chaos qui avait suivi, elle avait disparu. Mais dans son état, elle aurait pu être à l'autre bout du pays que j'aurais ressenti son aura. Tout le monde l'aurait sentie, tout le monde devait la sentir en cette seconde, une brûlure diffuse sur la peau de toute créature surnaturelle et de tout humain un tant soi peu sensible. Elle était comme un phare dans la nuit pour les Anges et les Démons, mais bien sûr aucun d'eux n'aurait songé à aller la voir maintenant. C'était là l'aura unique du Leviathan et personne ne voulait se confronter à elle, et surtout pas dans son état.

Je m'élevai dans le ciel de Tokyo, alors que la nuit tombait. La ville n'était que lumière fébrile et bruits étouffés, principalement des sirènes de pompiers et d'ambulance. Les Humains allaient mettre du temps à penser leurs plaies. Mais qu'étaient-ils à côté de cette créature solitaire et plusieurs fois millénaires et dont l'aura hurlait sa souffrance ? Leurs blessures n'étaient rien à côté de la sienne. Les blessures des six milliards d'hommes de cette Terre réunies ne représentaient qu'une minutes des siècles et des siècles de douleur du Leviathan.

Je volai tranquillement vers la tour de Tokyo. Je ne la voyais pas encore, elle, petite silhouette frêle et féminine, mais son état de rage et de désespoir était tel que son aura apparaissait littéralement à mes yeux, longue silhouette gigantesque et écailleuse enroulée autour de la tour, à peine visible, lueur dorée mate et pâle dans le soir tombant. Comment était-il possible pour Dieu de détourner son regard d'un tel spectacle, je ne pourrais jamais le comprendre. Etait-il à ce point coupé du monde qu'il avait créé pour ne pas réaliser la beauté et le caractère extraordinaire de sa propre création ? Mais après tout, il avait d'abord créé des créatures exceptionnelles, puis des anges, et finalement, il avait créé les humains... Il y avait quelque chose de passionnant dans cette évolution qui en disait long, à mes yeux, sur l'état d'esprit du Seigneur. C'était aussi pour cela qu'un jour, j'en étais sûr, je parviendrai jusqu'à lui et le verrai de mes yeux.

En attendant, Mariko était là, assise sur un poutre en fer au sommet de la tour de Tokyo, le regard dans le vague. Nul chagrin sur son visage, mais son aura chaotique ne me trompait pas. Je ne savais pas ce qu'elle avait en tête. Depuis l'arrivée des anges occidentaux, elle s'était toujours dressée aux côtés des humains. Mais honnêtement, je ne savais pas pourquoi. Les protégeait-elle, eux, ces hommes qui avaient pris sa place dans le coeur de son Père ? Ou bien était-ce son désir d'aller à l'encontre de son créateur ? Ou simplement par esprit d'indépendance ?

Je me posai à côté d'elle sur la poutre en métal, tournant mon regard vers où était le sien, mais il n'y avait rien de nouveau à voir si ce n'était la présence infinie des hommes sur la Terre.

▬ A quoi penses-tu, petite fille ?

Douce moquerie, bien sûr, pour une créature au moins aussi vieille que moi, l'une des seule de ce monde.




ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Mar 13 Nov - 21:35

    Elle l’avait fait. Elle l’avait vraiment fait. Elle avait montré ce qu’elle était réellement. Au fond d’elle-même. Depuis déjà tellement d’années. Que dis-je, de siècles. Et même tellement plus. Elle s’était dénudée mentalement face à tellement de gens. Avant de prendre la fuite. De se cacher. De disparaitre. Telle une lâche. Mais au fond, n’avait-elle pas le droit de l’être ? Elle avait craqué. Elle avait tout laissé sortir. Alors qu’elle avait réussi à tout retenir depuis tellement d’années. Depuis l’instant où tout avait fini. Depuis l’instant ou son existence actuelle avait commencé. Depuis qu’elle était morte. Un Dragon comme elle, n’avait pas à vivre ainsi. Ou plutôt, à mener une existence comme celle-ci. Car c’était ça : Mariko ne vivait pas. Elle existait seulement.

    Après avoir compris son erreur, Mariko avait donc fuit. Elle avait besoin de se reprendre. De comprendre. De reconstruire. De reprendre un certain contrôle sur elle-même. Mais comment réussir si l’on ne croit plus à rien. Si rien dans la vie n’a de sens ? Si rien n’a d’attrait ? La vie, est un mélange de couleurs, de vie, de sentiments, de lumière. Pour le Léviathan, c’est noir, sans vie, douloureux, sombre. Tout est noir.

    Elle était désormais perchée au sommet de la tour de Tokyo. Tel un oiseau de chasse. Mais à la différence des rapaces, son regard était vide et neutre. Sans cette lueur et cette recherche qui caractérisent ces prédateurs si gracieux et subtils. Son regard était tout simplement éteint. Elle errait mentalement. Elle essayait de retrouver les bouts de sa carapace, afin de les recoudre ensemble, tel un gigantesque puzzle. Sauf que dans un puzzle, les morceaux ne vous filent pas entre les doigts. Et ne semblent pas vous narguer.
    Rien physiquement, témoignait la douleur, le besoin d’être rassurée, protégée, délivrée qu’elle ressentait. Tout était dans son aura. Son apparence était aussi neutre et sans vie que son regard. Son aura, était un mélange de tout ce qui l’habitait, créant une marre visqueuse et mortelle pour quiconque aurait la bonne idée de s’y empêtrer.

    Imperceptiblement, son aura se modifia. Comme si une très légère brise venait lui annoncer une toute petite lueur d’espoir. Une aura approchait. Une aura qu’elle connaissait et qu’elle laissa approcher sans rien faire pour l’en dissuader. Il avait le droit de venir. Il avait peut-être même le devoir de venir. Il le fallait. Il avait réussi à la sauver de justesse alors qu’elle était au plus mal. Il réussirait peut-être à le refaire à présent ?

      A quoi penses-tu, petite fille ?


    Un sourire presque invisible se dessina sur son visage. Il était décidément très fort. L’appeler petite fille ? Elle ? Le Grand Léviathan ? Une petite fille ? Après tout, oui. Pourquoi pas ? Avec lui, elle avait le droit d’être une petite fille. C’était comme un grand frère pour elle. Elle le connaissait depuis si longtemps déjà. Aussi vieux qu’elle et pourtant toujours le même. Plein de vie, d’humour, de bonté, de douceur et d’affection pour elle. Le Serpent soupira.

      Je pense à ce que je suis en train de devenir. Et l’avenir ne me semble pas agréable à regarder. Je me fissure encore et encore. Je n’ai plus la force de tout recoller.


    Un autre soupire. Comme une plainte déchirant l’air. Elle venait de mettre le doigt sur le point délicat. Elle n’avait plus de force. Elle ne pouvait mourir mais elle ne pouvait pas vivre non plus. Elle était coincée entre deux états. Elle était si fatiguée. Elle leva le regard vers Kei.

      Je ne sais plus qui je suis vraiment. J’ai perdu tout ce que j’étais. Je ne suis plus moi..


    Et ce depuis longtemps. Trop longtemps. Beaucoup trop longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Mer 14 Nov - 21:32

    Dans ces moments-là, j'ai tendance à ne pas comprendre Dieu. Eh bien, c'était ce qui Le rendait si intéressant à mes yeux, après tout... Mais lui qui se disait amour et qui avait façonné tant d'espèces en leur inculquant le respect et l'amour, comment pouvait-il rester aussi insensible à la douleur de son Léviathan ? Ou bien était-il, à l'image de ses créations, devenu cynique, coquille vide sans sentiments, ne croyant plus en rien qu'à sa propre existence et se fichant des autres ?

    Je pense à ce que je suis en train de devenir. Et l’avenir ne me semble pas agréable à regarder. Je me fissure encore et encore. Je n’ai plus la force de tout recoller.

    C'était une confession d'autant plus déchirante qu'elle venait d'une créature immortelle. Les humains, même les anges et les démons, à un certain point, pouvaient disparaître. Par choix, ou simplement en attendant que le temps fasse son oeuvre, dans le cas des humains. Et il était tellement plus facile de souffrir quand on savait son temps compté. Les pessimistes se diront qu'un jour leur douleur prendra fin. Les optimistes utiliseront ce compte à rebours pour se relever et aller de l'avant. Ce qui attendait Mariko dans les millénaires à venir ne différait pas d'un millimètres de ce qu'elle avait vécu ces derniers millénaires. A sa place, moi-même en aurait perdu l'esprit. Au moins étais-je libre de jouer avec les humains. de déclencher guerres et cataclysmes. De quoi s'occuper, en somme.

    Je ne sais plus qui je suis vraiment. J’ai perdu tout ce que j’étais. Je ne suis plus moi...

    Je regardai autour de nous, alors que son aura nous entourait. En tendant le bras, j'aurais pu la "toucher". Une vraie beauté.

    Tu n'as jamais été toi. C'est la malédiction de ceux qui existent l'un pour l'autre. Ton existence a perdu tout son sens le jour où Il a tué ton compagnon.

    Encore un acte fascinant de la part de Dieu. Il avait créé les Léviathans ensemble, dépendants l'un de l'autre, leur existence n'ayant de sens que l'un par rapport à l'autre, puis, il en avait choisi un au hasard et l'avait fait disparaître. N'importe qui y aurait vu de la cruauté. Moi, j'aurais tellement voulu connaître ses vraies raisons... J'aurais dit que peut-être, c'était simplement par jeu. Il était Dieu. Faire et défaire, créer et détruire, un simple jeu. Cruel, oui. Comme mes paroles à Mariko. Mais cela faisait longtemps que j'essayais de l'influencer d'une manière ou d'une autre. Jamais elle ne s'était laissée bernée. Elle connaissait parfaitement les limites à ne pas dépasser.

    L'Apocalypse te libérera de tes chaînes. Pourquoi t'opposes-tu donc à ton Père et aux anges de l'occident alors qu'ils travaillent à accélérer le processus ?

    Après tout, n'était-il pas écrit quelque part que le jour du jugement dernier, Dieu tuerait son dernier Léviathan ? Eh bien, j'avais d'autres projets, et j'espérais bien pouvoir les soumettre au Créateur d'ici là - de gré ou de force.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Jeu 15 Nov - 21:09

    Se confier à Kei avait quelque chose de troublant et de réconfortant. Elle ne se confiait que très rarement. Et l’idée de se confier auprès d’un démon originel avait quelque chose d’amusant et de déroutant. Un démon, était pour les humains, un être maléfique et le Léviathan devait reconnaitre qu’ils n’avaient pas forcément tord pour la plupart. Elle avait même plusieurs exemples en tête. Mais Kei faisait partie des exceptions. Il était un des démons les plus vieux et s’était assagis avec le temps. Contrairement à Ichiro. Il était agréable, doux, drôle et toujours prêt à l’accueillir quel que soit son état. Heureuse, triste, furieuse, désespérée, Kei était toujours prêt à la soutenir et à lui tenir tête. D’ailleurs c’était amusant de se moquer de lui et de l’entendre se moquer d’elle. C’était un duo particulièrement bon à ses yeux.

    Elle avait depuis longtemps décidé de vivre en attendant tout simplement qu’on accepte enfin de lui accorder ce qu’elle voulait. Elle errait à travers le monde, observant et protégeant malgré tout, ces petits êtres si fragiles, qui avaient volé la place de son Amour dans le cœur de leur Père. Elle senti Kei regarder son aura. Cela aurait été tellement simple de la toucher. De la sentir couler entre ses doigts, glisser sur sa peau, comme si c’était de l’eau. Mais gare aux apparences. L’aura de Mariko était certes magnifique et attrayante mais n’en était pas moins dangereuse que le reptile qu’elle était à l’origine. Comme une rose à peine éclose, les épines qui la protégeaient étaient mortelles.

    ▬ Tu n'as jamais été toi. C'est la malédiction de ceux qui existent l'un pour l'autre. Ton existence a perdu tout son sens le jour où Il a tué ton compagnon.

    Aie. Ca fait aussi mal à entendre que c’est vrai. Car Mariko était obligé de le reconnaitre. Elle avait été créée avec son bien aimé, avait partagé toute son existence avec lui. Il était Elle, Elle était Lui. C’était ainsi que Dieu les avaient créé et ainsi qu’ils vivaient. Mais Il avait décidé d’être trop prudent et lui ôter la vie. Elle était dons resté seule. Mais puisqu’Elle était Lui, et Lui était Elle, elle était morte en même temps que lui. Mais son corps était toujours présent. Le sang coulait toujours dans ses veines. L’air arrivait toujours à ses poumons. Elle était toujours là. Elle était toujours en vie. Sans Lui. Seule. Une coquille vide.

    Mais ce n’était pas la première fois que Kei était aussi cru avec elle. Il lui avait souvent fait part de ses pensées, sans faire de détours, sans chercher à la ménager, sans la protéger. Il disait les choses telles qu’il les voyait. Et c’était sans doute une chose dont elle lui était reconnaissante. Elle avait besoin de sentir qu’elle n’était pas si puissante et si forte. Elle avait besoin qu’un lui fasse comprendre qu’elle n’était pas le plus gros poisson de la mare dans laquelle on l’avait forcé à jouer.

    ▬ L'Apocalypse te libérera de tes chaînes. Pourquoi t'opposes-tu donc à ton Père et aux anges de l'occident alors qu'ils travaillent à accélérer le processus ?

    Pour la première fois depuis longtemps, Mariko se permit de réfléchir avant de lever son regard vers le démon. Une lueur dure et froide y régnait. Elle avait besoin de les protéger. Dieu avait été si injuste avec elle, et même si Ils en étaient responsables, elle ne pouvait pas leur souhaiter la mort. Elle devait les protéger. Comme elle aurait protégé ses petits, si elle avait pu en avoir. Si on lui avait laissé sa vie.

    ▬ Pourquoi poses-tu la question Kei ? Tu ne le sais pas au fond de toi ? Toi qui a toujours eu une réponse à tout ?

    Elle avait fait exprès de le piquer. Elle aussi avait le droit de montrer qu’elle était là. Kei devait bien savoir au fond de lui pourquoi elle agissait ainsi, et si ce n’était pas le cas, et bien, elle lui montrerait qu’elle a encore des réflexes bien à elle, et non pas des réflexes de son tendre aimé.


Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Ven 16 Nov - 23:56

    Ma question provoqua en elle un changement, et pas des plus subtils. Son expression qui devint neutre et froide, son regard brûlant, son corps soudain tendu et cet infime tremblement dans son aura, comme si son dragon, loin d'être calmé, s'ébrouait soudain après un long sommeil. Je sentis un picotement remonter le long de ma colonne vertébrale, et ne pus m'empêcher de sourire. C'était... délicieux. Personne, à part peut-être Toya, ne comprenait à quel point la vie était sans saveur pour moi. Je m'ennuyais. A en mourir, sauf que contrairement à Mariko, je n'avais aucun désir de mort. Mais cela faisait des siècles que déclencher des guerres entre anges et démons, des cataclysmes chez les Hommes, même jouer avec eux, tout ça ne suffisait plus à m'arracher de ma torpeur. Mon but ultime était encore loin d'être à ma portée. En attendant, je dépérissais d'ennui. Il y avait eu ce petit incident avec Lucifer, qui avait été intéressant. Et aujourd'hui, pour la première fois depuis des siècles, je ressentais une pointe d'excitation. C'était... de l'adrénaline. Parce que même si sa silhouette était frêle et son visage joli, Mariko était une créature puissante au point qu'engager un combat avec elle nécessitait réflexion et précaution.

    ▬ Pourquoi poses-tu la question Kei ? Tu ne le sais pas au fond de toi ? Toi qui a toujours eu une réponse à tout ?

    Je croisai les bras, posai mon menton dans ma main droite, appuyé d'une épaule contre la structure en fer. Des réponses, j'en avais plusieurs, sans pour autant savoir si elles étaient toutes exactes. Mariko avait toujours tout fait pour se rebeller contre Dieu et son opposition à l'Apocalypse pouvait en être un signe. Elle pouvait également s'identifier aux Humains, créés puis balayés sans même qu'ils aient leur mot à dire, leur destin échappant complètement à leur propre contrôle. Elle pouvait aussi s'être entichée des Humains. Ou bien encore, comme moi, chercher de quoi pimenter une éternité bien trop ennuyeuse. Mais en vérité les réponses m'importaient peu. Si j'avais posé la question, c'était moins pour connaître ses motivations que pour susciter en elle une réaction. Et puisque je jouais l'avocat du Diable, si je puis dire, en me plaçant du point de vue de son Père, j'attendais d'elle de la colère, du dégoût, de la révolte. Autant dire que j'avais touché juste.

    ▬ Je me demandais juste si toi, tu connaissais la réponse. Ou si tu te contentais d'agir au jour le jour. Ça ne change pas grand-chose, de toute façon. Au final, que tu fasses des vagues ou pas, Il n'a pas l'air de s'en préoccuper, là-haut...

    A mes yeux, et malgré ce qu'elle avait dit quelques minutes plus tôt, c'était ainsi qu'elle était la plus magnifique. Dieu la gardait enchaînait, l'empêcher de vivre selon sa vraie nature, une nature qu'elle avait dévoilé à l'aquarium face à cet ange venu de l'occident. Elle en avait honte ? Cela la plongeait dans des abîmes de désespoir ? Cela ne me convenait pas. Pour moi, il fallait qu'elle se laisse aller, qu'elle secoue ses chaînes, qu'elle laisse enfin sa vraie nature apparaître au grand jour. Même si c'était sous le coup de la colère. Puisque la colère était son guide et ce qui la faisait tenir. A mes yeux, elle se faisait plus de mal en se cachant et en retenant sa nature.

    ▬ Quand je suis intervenu tout à l'heure, ce n'était pas pour t'empêcher de massacrer cet ange. Je me suis simplement dit que les pertes humaines provoquées par votre affrontement pèseraient un peu trop sur ta conscience...



ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Dim 18 Nov - 13:29

    Je me demandais juste si toi, tu connaissais la réponse. Ou si tu te contentais d'agir au jour le jour. Ça ne change pas grand-chose, de toute façon. Au final, que tu fasses des vagues ou pas, Il n'a pas l'air de s'en préoccuper, là-haut...

    Du coin de l’œil, Mariko vit Kei croiser les bras, et s’appuyer contre une structure en fer, en tenant son menton dans sa main droite. Il avait envie de jouer. Elle le sentait. Tout en lui frémissait et s’agitait. Il souriait comme un enfant à qui on aurait dit que son anniversaire avait été avancé. Le Dragon soupira. Il était puissant, peut-être même autant qu’elle, Mais il avait envie de jouer avec le feu. Pas de chance pour lui, elle était l’eau. Et l’eau dormait en ce moment. Elle dormait et redoutait de se réveiller. La pauvre ville de Tokyo ne se remettrait peut-être d’une autre attaque. Surtout pas de l’envergure de la puissance du Serpent.

    Quand je suis intervenu tout à l'heure, ce n'était pas pour t'empêcher de massacrer cet ange. Je me suis simplement dit que les pertes humaines provoquées par votre affrontement pèseraient un peu trop sur ta conscience...

    Cette fois-ci Mariko sourit franchement. Kei avait donc bien envie de jouer avec elle en lui déclarant honnêtement pourquoi il avait agi. Mais elle n’avait aucune envie de se laisser avoir par cette ruse-là. Si Kei voulait vraiment qu’elle se réveille il lui faudrait ruser avec plus de finesse.

    Quand bien même ce serait le cas, je te remercie de m’avoir arrêté. Les pertes humaines auraient été en effet beaucoup trop élevées. Quand à cet Ange et bien... Il aura peut-être ouvert les yeux après cette confrontation. Il arrêtera peut-être d’obéir aveuglément à notre Père.

    La jeune femme s’appuya ses bras en arrière, de façon à laisser la toute petite brise lui caresser le visage. L’Ange l’avait traité avec tant de respect et de douceur, qu’il ne pouvait décidément pas être un simple soldat obéissant aux ordres. Il avait un cœur. Et peut-être même avait-il assez peur d’elle pour se tenir à l’écart désormais de cette ville.

    Il y avait bien longtemps qu’elle avait élu domicile ici, partageant son temps comme elle le pouvait entre les Cieux et la Terre. Car cette ville regorgeait de distraction à ses yeux. Et puis il y avait certaines de ses connaissances qu’elle appréciait grandement. Kei en faisait partit, cela ne faisait aucun doute. Cependant, elle n’arrivait pas à cerner le motif de cette envie qu’il avait, de la titiller, de l’embêter. Elle avait toujours réussi a mettre une muselière à sa nature, pour ne pas blesser les humains, aussi bien quand son Compagnon était encore en vie que maintenant. Ils étaient tellement fragiles, et elle si puissante. Même les Anges et les Démons s’inclinaient devant elle. Le simple fait d’éternuer pouvait détruire une rue entière si elle ne faisait pas attention. Et son but de vivre ici, n’était certainement pas de détruire la ville à chaque fois qu’elle faisait quelque chose, volontairement ou pas. Alors oui, elle se demandait bien pourquoi il essayait de la pousser ainsi.

    Que cherches-tu exactement mon vieil ami ? Pourquoi ce soudain empressement à me voir perdre tout contrôle?

    Son Compagnon et elle-même avaient toujours tout fait pour vivre en harmonie avec le monde qui les entourait. Cela faisait partit de leur nature, alors pourquoi tout détruire ?



Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Ven 23 Nov - 18:35

    Enfin, un sourire effleura son visage. Elle aussi savait reconnaître une bonne joute verbale quand elle en entendait une. C'était un jeu, même s'il était dangereux. J'aurais eu tort de croire qu'elle était calmée, de nouveau elle-même, l'être énervé et écorché vif, mais maître de lui. Elle était toujours énervée, toujours écorchée vive, mais quant à savoir si elle se maîtrisait...

    Quand bien même ce serait le cas, je te remercie de m’avoir arrêté. Les pertes humaines auraient été en effet beaucoup trop élevées. Quand à cet Ange et bien... Il aura peut-être ouvert les yeux après cette confrontation. Il arrêtera peut-être d’obéir aveuglément à notre Père.

    Je penchai la tête sur le côté, me demandant si à son tour, elle jouait avec moi. Je me grattai la joue, un geste copié chez les Humains. Eh bien, elle n'était plus là quand l'ange occidental était parti, mais ses paroles avaient été éloquentes. Ils étaient loin de changer d'avis, loin d'en avoir terminé avec cette ville et ses habitants. La prochaine confrontation allait être intéressante, cela dit. Car nulle doute que Mariko serait encore là, en première ligne, pour défendre cette ville dont elle s'était entichée et ses habitants pour laquelle elle ressentait une sorte d'instinct maternel. A mes yeux, c'était dommage, cela l'empêchait d'être libre, c'était une prison aussi efficace que celle que lui imposait Dieu. Et puis, les Humains... il y en avait tellement ! Elle ne pourrait pas tous les protéger. Et en les protégeant, elle en tuerait forcément. Dieu l'avait créée, elle et son compagnon, dans un temps où les humains n'existaient pas. Il n'avait pas pensé que les Leviathans et les Hommes ne pourraient vivre ensemble, que la puissance des premiers serait une menace permanente pour les seconds. Enfin, 'pas pensé'... bien sûr qu'il avait dû y penser. Je ne pouvais pas croire que le Créateur n'ait pas tout prévu.

    Que cherches-tu exactement mon vieil ami ? Pourquoi ce soudain empressement à me voir perdre tout contrôle?

    Je souris de nouveau, ravi. Elle m'avait percé à jour facilement, mais je n'avais pas caché mes intentions. Bien sûr, ça n'allait pas lui plaire. Ça ne lui plaisait jamais.

    Ce que je cherche ? Simplement mon propre plaisir. A mes yeux, tu n'es jamais plus belle que quand tu laisses éclater ta vraie nature.

    J'eus un geste englobant l'espace autour de nous, et son aura qui commençait lentement à disparaître.

    Et je persiste à penser que redevenir la créature que tu étais te libérerait de Lui.

    Je m'approchai d'elle, lentement.

    Tu sais de quoi je parle. Ce que tu as failli faire, tout à l'heure, devant cet Ange. Déchaîner ta puissance. Te laisser aller à ce que tu es vraiment, cesser de brider ta puissance et ta colère, retrouver ta magnificence d'antan. Et ainsi, te libérer de Lui.

    Le pire était que si elle libérait sa puissance et sa colère, Dieu la laisserait sûrement faire. Il avait fini par se lasser de ses jouets humains, non ? Alors il regarderait... et elle, qui s'était tant attachées aux Hommes, en revanche, ne le supporterait pas. Et pourtant, redevenir ce qu'elle était une libération, j'en étais sûr, et un message très clair pour Dieu. Dans le pire des cas, il la tuerait si elle devenait ingérable, non ? N'était-ce pas ce qu'elle voulait ? Mais pas aux prix de vies humaines, voilà ce qui la retenait. C'était tellement dommage... et pourtant, je savais qu'il en fallait si peu pour qu'elle explose. Un jour peut-être arriverais-je à mes fins...



ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Dim 25 Nov - 13:30

    Voir Kei se pencher et se gratter la joue tel un humain fit sourire Mariko de plus belle. C’était si amusant de voir à quel point ces petits et faibles êtres humains avait détint sur toutes les autres créatures qui habitaient ce monde. Malgré tout ce que dirait Kei, il appréciait les humains puisqu’ils l’amusaient.

    En lui posant sa question, le Dragon se montrait brutal et clair. Avec elle, rares étaient les fois où elle était dans la finesse et la ruse quand il s’agissait de question aussi sérieuse. D’autant plus que son interlocuteur était terriblement rusé et fin dans ses démarches. Elle connaissait tellement bien Kei et ses manières. Le voir sourire à sa question lui prouva qu’elle avait eu juste et qu’il était ravi d’avoir été percé à jour.

    ▬ Ce que je cherche ? Simplement mon propre plaisir. A mes yeux, tu n'es jamais plus belle que quand tu laisses éclater ta vraie nature.

    Mariko ne put s’empêcher de sourire et de soupirer à la fois. Kei était si prévisible. Toujours égal à lui-même. Car même si elle avait tendance à l’oublier lorsqu’elle lui parlait, il ne fallait pas négliger le fait qu’il restait tout de même un démon originel. Un des rares encore vivant.
    L’état de Mariko étant de plus en plus calme et maitrisé, son aura se faisait plus silencieuse et discrète. Elle avait réussi à contrôler à nouveau une partie d’elle-même. N’en déplaise à Kei, qui d’ailleurs, fit un geste pour tout montrer autour d’eux. En particulier l’aura du Serpent.

    ▬ Et je persiste à penser que redevenir la créature que tu étais te libérerait de Lui.

    Mariko sursauta. Comment ? Redevenir la créature qu’elle était à l’origine ? Cela la libérerait ? Kei soyons sérieux voyons ! Du coin de l’œil, elle le vit s’approcher d’elle, lentement. Elle sut alors que la suite de ses propos n’allaient toujours pas lui plaire. Se préparant au pire, elle ne fit aucun geste, attendant patiemment qu’il continue sa tirade.

    ▬ Tu sais de quoi je parle. Ce que tu as failli faire, tout à l'heure, devant cet Ange. Déchaîner ta puissance. Te laisser aller à ce que tu es vraiment, cesser de brider ta puissance et ta colère, retrouver ta magnificence d'antan. Et ainsi, te libérer de Lui.

    Bah voyons. Mariko soupira et leva la tête pour le regarder. Malgré le fait qu’elle soit assise et lui non, elle ne perdait absolument pas l’avantage de sa puissance. Il la regardait de haut certes, mais son regard et la force de son aura prouvait qu’elle avait autant l’avantage que lui. Si pas plus. Le regard de la Dragonne se fit alors à la fois navré et amusé. Kei avait toujours joué cartes sur table avec elle. Ce n’était pas la première fois qu’il lui disait cela. Et ce n’était sans doute pas la dernière.

    ▬ Me laisser allez, hein ? N’était-ce pas toi tout à l’heure qui disait tenir à cette ville ? Tu as investi tellement d’argent que tu disais, et maintenant voilà que tu me pousses à me laisser aller, et tout détruire autour de moi ? Kei, il faut savoir ce que l’on veut dans la vie.

    Mariko lui sourit, satisfaite de sa répartie. Elle contournait l’attaque de Kei en agissant ainsi. Si un jour elle venait à se laisser aller, Kei serait le premier à débarquer et à s’assoir aux premières loges. Elle le savait et ne lui en voudrait sans doute pas. Mais pourquoi laisser la colère, la haine et tous les sentiments qui l’habitaient, se mélanger à sa puissance et la contrôler ? Voilà déjà tellement d’années qu’elle se bridait et se contrôlait qu’elle n’était pas sure, qu’une fois lancée, elle pourrait se rattraper. Non vraiment. Et si cela arrivait vraiment alors, Ô grand Dieu, il lui faudrait une raison d’enfer et la promesse de mourir juste après.


Revenir en haut Aller en bas
 
Takasugi Kei
Devil † Ancient
A.D.M.I.N.I.S.T.R.A.T.E.U.R

avatar


Emploi : PDG - Prince Démon Gnappy
Localisation : Hellsing Inc.

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Mar 27 Nov - 18:16

    Eh bien, elle n'avait pas l'air d'accord avec moi. Cela dit, nous étions rarement d'accord sur quoi que ce soit, en vérité, et répéter les mêmes choses pendant des milliers d'années n'allaient pas la faire changer d'avis, pas que moi. Encore et encore, refaire exactement la même chose, et espérer un résultat différent à chaque fous; c'était ainsi que les Humains définissaient la folie, et ni elle ni moi n'étions fous. Mais c'était là notre seul point commun. Elle rejetait tout de Dieu, jusqu'à sa propre essence, son essence de Leviathan. Et moi, eh bien, disons qu'un jour, je serai face à Lui, enfin, et j'avais hâte que ce jour arrive. Quant aux restes, il ne s'agissait que de différences d'opinion, portant sur les Humains, en général, car il était difficile désormais de vivre dans ce monde sans avoir un avis sur la question. Elle s'était attaché à eux, il ne m'avait jamais passionnés, pas même à leur apparition. Elle voulait qu'ils atteignent la félicité, je ne m'amusais jamais plus que quand quelqu'un donnait un coup de pied dans leur fourmilière. Et l'idée que ce soit eux la raison qui faisait de Mariko la créature qu'elle était aujourd'hui, l'ombre d'elle-même, à peine, était assez pénible.

    ▬ Me laisser allez, hein ? N’était-ce pas toi tout à l’heure qui disait tenir à cette ville ? Tu as investi tellement d’argent que tu disais, et maintenant voilà que tu me pousses à me laisser aller, et tout détruire autour de moi ? Kei, il faut savoir ce que l’on veut dans la vie.

    Je haussai les épaules avec un sourire amusé.

    ▬ Ce que je veux, c'est ne plus m'ennuyer. Si pour ça les Humains doivent survivre un jour, et disparaître le lendemain, ça me va.

    Je laissai échapper un soupir blasé. Apparemment, elle avait eu assez d'émotions fortes pour ce soir. Même pas drôle.

    ▬ J'ai vécu assez longtemps pour voir bâtir de nombreux château de sable et les voir s'écrouler. Aujourd'hui, Tokyo, demain, un champ de ruines... et alors ? Tu sais aussi bien que moi que tout ça n'a pas vraiment d'importance, en vérité. Tout ce qu'on peut faire, c'est s'occuper en attendant une mort qui ne viendra jamais.

    Que c'était déprimant... Lunatique, oui, bien sûr que je l'étais. Et bien sûr que si mon entreprise s'écroulait, cela m'ennuierait. Quelques heures. Et puis je construirai un autre château de sable, ailleurs, différent, juste pour voir. Qui s'écroulerait à son tour. Et puis cet Ange occidental n'était-il pas tout simplement insupportable ? Il avait bien fallu que je trouve une raison pour intervenir.

    ▬ La seule personne qui se serait fait du tort si je t'avais laissée faire, c'était toi. Je souhaite que tu libères ta puissance, mais je souhaite que tu le fasses en connaissance de cause, et pas sous le coup de la rage. Je détesterais te voir t'abîmer dans les regrets...

    Si je passais par des phases d'ennui profond, elle en revanche, enchaînait les périodes de tristesse absolument désolante. Heureusement, elle retrouvait toujours sa bonne vieille colère qui la faisait se tenir sur ses deux jambes.


ABSENCE



"The only thing that ultimately matters is to eat an ice-cream."
The original diva, welcome to hell
All in plastic, all is fantastic !
Revenir en haut Aller en bas
 
Hajimari Mariko
Creature † Walker

avatar


Localisation : ici, là, ou encore ailleurs, ça change quoi?

Fiche de jeu
† Items † Votre inventaire:


MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]
Lun 16 Déc - 20:06

Spoiler:
 


    ▬ Ce que je veux, c'est ne plus m'ennuyer. Si pour ça les Humains doivent survivre un jour, et disparaître le lendemain, ça me va.

    Le Serpent divin ne put s’empêcher de sourire.  Kei était si prévisible. Enfin prévisible. Depuis le temps qu’elle le connaissait, Mariko savait à quoi s’en tenir avec lui. Il soufflait chaud et froid, au vent de ses envies. Mais cela avait un petit air rafraichissant dans la vie de cette créature divine qu’elle avait. Une vie tellement vide. Mais Kei remplissait tellement bien sa tâche. Il égaillait sa vie, par de petite pique lumineuse à travers ce brouillard si présent et si opaque qui l’entourait.

    ▬ J'ai vécu assez longtemps pour voir bâtir de nombreux château de sable et les voir s'écrouler. Aujourd'hui, Tokyo, demain, un champ de ruines... et alors ? Tu sais aussi bien que moi que tout ça n'a pas vraiment d'importance, en vérité. Tout ce qu'on peut faire, c'est s'occuper en attendant une mort qui ne viendra jamais.

    Aucune importance ? Infamie !

    ▬ Aucune importance ? Kei ! Il est mort pour qu’ils vivent !  Ôte-leur la vie et tu le tue une deuxième fois !

    La violence de son ton et de son chagrin firent échos dans la nuit, tel un orage surgit de nulle part. Il était mort, par la main de leur Créateur pour qu’ils puissent vivre tranquillement et sans danger.  Les tuer tous reviendraient à le tuer une nouvelle fois. Et avec lui, il la tuerait encore une fois. Connaitre la douleur et la morsure de la mort était une chose à vivre une seule fois quand elle ne libérait pas pour de vrai. Car le jour où elle mourrait pour de bon, là le monde pourra mourir.

    ▬ La seule personne qui se serait fait du tort si je t'avais laissée faire, c'était toi. Je souhaite que tu libères ta puissance, mais je souhaite que tu le fasses en connaissance de cause, et pas sous le coup de la rage. Je détesterais te voir t'abîmer dans les regrets...

    ▬ Trouve un moyen de me tuer, et je t’aide à réduire ce monde en miette.  Mais soyons franc, si tu trouvais un moyen de me délivrer, ne te manquerais-je pas ?

    Elle tendit doucement le bras et le poussa gentiment. Elle lui manquerait ? Oh que oui. Depuis le temps qu’ils se connaissaient, elle lui manquerait. Mais d’une certaine manière, il lui manquerait aussi. Elle était désormais habituée à avoir sa présence près d’elle. Tel un petit feu follet qui lui mettait un peu de lumière dans son existence morne et terne.

    Mariko leva les yeux vers le ciel. Pur. Immense. Noir parsemé de petites lumières scintillantes. Que ne donnerait-elle pas pour une petite averse. Une fine pluie. Une fine couche d’eau, qui coulerait sur sa peau, traduirait petit à petit la véritable matière qui composait son être. Pas cette chaire humaine. Fragile et insignifiante. Non. Elle était tellement plus. Dure. Lisse. Reptilienne. Elle était Reine parmi les fourmis. Mais son titre était depuis longtemps un souvenir qu’elle avait abandonné.

    ▬ Les eaux là-haut me manquent, tu le sais ? Mais je me fais violence pour ne pas y aller. Je crains que cela ne le rende trop heureux.

    Un jour viendra où elle se vengerait du mal qu’on lui avait fait. Fermant les yeux un instant, elle savoura le goût de la souffrance et du sang, qui lui titillait les papilles. Un jour viendra où elle aurait la revanche dont elle rêvait tant.

    ▬ Tu sais mon ami, le jour où ça se passera vraiment, je t’aiderai à mettre un coup de pied dans la fourmilière. Je te le jure, je serai là. Ni avec lui, ni contre lui. Je serai juste là. Et juste pour cette fois, je retrouverai l’apparence que j’ai perdue.

    Elle était persuadée que si ce jour-là arriverai réellement, Kei, ce vieux chenapan, serait le premier dans les loges. Le Léviathan se prit alors à rêver. Ce jour-là, elle retrouverait ses écailles. Elle retrouverait son cœur. Elle retrouverait toute la violence et la haine qui l’habitait temporairement. Quand elle se réveillait. Ce jour-là, elle retrouverait sa puissance et sa force. Ce jour-là elle se déchainerait. Elle, Reine des Mers, retrouverait son pouvoir et sa violence. Car l’eau a beau sembler si douce et délicate, elle n’en est pas moins dangereuse et mortelle. Et Mariko, l’était belle et bien. Douce. Belle. Attirante. Envoutante.
    Dangereuse.
    Mortelle
    .


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: She's haunted by a whisper [feat. Mariko]

Revenir en haut Aller en bas
 
 

She's haunted by a whisper [feat. Mariko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Code : Kakumei † :: S.U.M.I.D.A :: Tour de Tokyo :: Sommet-